LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 † Hell Froze Over †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Tiberius Wolff


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Tiberius Wolff


╰☆╮ Avatar : Cillian Murphy.

Ѽ Conte(s) : AHS & Supernatural.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Un faucheur.

✓ Métier : Légiste.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 123

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:08

    †  Hell Froze Over †  Tumblr_od5pmxdWdC1uo2wzlo1_500
    Tiberius Wolff
« bang bang. i shot you down.
bang bang. you hit the ground. »

Fiche Technique.


    † Surnom(s) → Il est parfois surnommé Tib' par de rares élus... C'est à dire personne.
    † Age → Indéfinissable, il semble âgé entre trente et quarante ans.

    † Occupation / Emploi → La mort dans son plus bel apparat est sa passion la plus profonde. Officiellement légiste, Tiberius s'intéresse plus particulièrement à l'embaumement et la taxidermie. On dira qu'il est polyvalent, ça lui permet d'apprécier cette existence sous tous ses angles.

    † Votre personnage est-il tiré d'un conte ? : Du folklore d'American Horror Story et de Supernatural.
    † Si oui, lequel et qui est-il dedans ? : Un faucheur.


Vous.




    † Caractère → Trouver un caractère à Tiberius reviendrait à dire qu’il est capable de ressentir des émotions, ce qui n’est pas le cas : il a troqué ses sentiments il y a bien longtemps et il n’en résulte désormais qu’un certain flegme énigmatique lui collant à la peau. Silencieux et appréciateur de la solitude, il tient de bien plus grandes conversations avec un verre d’absinthe qu’avec la gente humaine. Ce n’est pas vraiment volontaire mais les autres ne l’intéressent tout simplement pas ; leurs histoires lui sont futiles et leurs existences n’ont de particuliers que l’instant final sur une ligne infinie. Les autres vont et viennent autour de lui sans que cela ne le concerne et s’il pouvait éviter à tout jamais autrui, voilà longtemps qu’il aurait prit le pari. Il est nonchalant et à la limite du désagréable lorsqu’on s’approche de trop ; car il ne faut pas se leurrer à son regard clair attendrissant, Tiberius à très mauvais caractère.

    Violent lorsqu’il est un peu titillé, colérique dès que quelque chose ne le satisfait pas, il est capable d’entrer dans des frénésies dévastatrices où chacun devra s’écarter de son chemin sous peine de se voir brutalisé sans autre forme de procès. Il n’a de conscience des mœurs que la théorie, se moquant royalement des bonnes pensées et d’autres prières chastes, et pourvu d’un soupçon d’humour noir à en faire crisser des ongles sur un tableau noir. Certains le dirons diabolique mais ce serait lui accorder encore bien trop de ressentis : il ne vise nullement le mal singulier, impitoyable équitablement envers tous ceux qui oserons le déranger. Tout ce qui l’intéresse, c’est de mener sa barque dans une tranquillité latente qui peut voler en éclats à tout instant. Mauvais menteur, il omet plus qu’il ne modifie et se montre d’une loyauté sans borne envers ceux qu’il juge digne. La trahison n’est pas tolérée. La manipulation n’est pas acceptée. Et la confiance est une denrée rare au pays des insoumis.

    Paradoxalement, Tiberius peut se montrer d’une patience redoutable une fois de l’autre côté. Si le vivant l’exaspère et l’agace, le mourant revêt ses apparats de fortune et semble lui plaire plus que de raison. Il est fasciné par l’au-delà, observant la mort sous toutes ses formes et étudiant l’éthique comme l’idéologique. Figés dans les derniers instants, manipulés et embaumés pour l’éternité, la vue du sang ou d’autres subtilités macabres relève plus du questionnement que de le l’adoration. C’est son domaine de prédilection et gare à celui qui viendrait l’en extirper sans aucune manière ! Peut-être cherche-t-il à ressentir quelque chose dans tout ce quotidien morbide ? Peut-être espère-t-il connaître à nouveau des sentiments comme la peur ou l’affection ? Ou bien est-il simplement le spectateur éternel d’un cycle qui lui a été refusé jadis…

    Tiberius semble pourvu d’une latence propre à lui-même, vivant dans une autre strate de la réalité qui le rend éthéré et distant ; le monde tel qu’il est ne l’intéresse pas. On dit que lorsqu’on connaît l’au-delà, on ne peut qu’apprécier la vie plus encore. Ce n’est pas son cas et ça ne le sera jamais ; s’il respecte l’existence, c’est uniquement parce que la liste ne tardera pas à se remplir de nouveau. Un mal pour un bien. Une vie pour une autre. Et l’horloge continuera de tourner encore et encore.


    † Une Particularité ?
    » Tiberius possède des tatouages sur le corps, des restes de son passé en tant qu’humain à part entière gravés au travers de sa chair. L'un d'eux est la marque qu'à laissé la Mort sur son être lorsqu'elle a décidé de le mettre à son service.
    » Il fume énormément et s’accorde régulièrement des verres d’alcool fort. Un moyen comme un autre de jongler avec l’ennui de la solitude et du temps qui passe.
    » Il est pourvu de manières venues d'un autre siècle et a des vêtements tout aussi anachroniques. Il n'est pas très doué avec la technologies et n'utilise pas d'ordinateur. Il n'a de téléphone portable que parce qu'on le lui a imposé, lui-même n'en aurais jamais choisi volontairement.
    » Le faucheur est "habité" par une entité psychologique qu'il appelle l'Obscurité. Tapie en lui comme une bête dans l'ombre, elle renferme tout le flot de sentiments violents et tempêtueux qu'il ressent continuellement et tamise littéralement. Psychotique, elle scinde cependant son esprit comme un cas clinique et il lui arrive de perdre le contrôle pour lui laisser les rênes... Mieux vaut dégager dans ces moments-là.

    † Pouvoirs ? → Tiberius est un faucheur. Si l'actualité à Storybrooke diffère quelque peu du monde des contes, il en garde néanmoins quelques attributs :
    Envoyé de la Mort, il était chargé de venir récupérer les âmes des personnes décédées pour les emmener ailleurs. A Storybrooke, ce rôle n'est plus utile mais il lui tient toujours à cœur - après tout, difficile de changer de nature après tout ce temps - Tiberius est donc capable de distinguer les aura des humains et d'anticiper à quelques instants près l'heure de leur trépas. Faucheur, il perçoit la présence des âmes hors de leur corps jusqu'à ce qu'elles ne disparaissent définitivement vers un autre ailleurs... Il est aussi apte à se téléporter (à faible distance) pour rejoindre le corps des malheureux en devenir. Il ne perçoit pas toutes les morts, habitués à être un parmi d'autre faucheurs, et cela lui va très bien.
    En parlant d'esprits errants, il est capable de voir les fantômes lorsque ceux-ci se trouvent à sa proximité et d'interagir avec eux. C'est assez pénible lorsque vous voulez être simplement tranquille dans un cimetière alors que ceux qui s'y trouvent vous ont tous rencontrés "à la fin".
    De part son état, Tiberius peut difficilement mourir. Il est pourvu d'un don de régénération et peut même supporter jusqu'à une balle tirée sur son corps ; il n'est jamais malade, vieillit extrêmement lentement et peine à ressentir de la douleur. Il possède aussi une force supérieure à la moyenne humaine. Il peut cependant évidemment être tué, en lui coupant la tête par exemple ou par tout acte communément mortel. (ne prenez pas exemple.)
    Il n'est pas capable de ramener les morts à la vie, il ne l'a jamais été et ce n'est pas sa fonction. En revanche, il peut apparaître quelques instants avant le décès pour accompagner la personne - ou l'achever un peu plus vite. Il n'est pas apte à sentir la mort des êtres divins, sa fonction étant principalement auprès des humains et non de toute entité autre. De même il n'a pas de don de clairvoyance, Tiberius sait que les gens vont mourir peu avant ces derniers mais il ne peut pas la prédire. Chacun son job.
    Le faucheur est lié à un animal annonciateur, comme un familier. Le sien est un corbeau. Ce lien leur permet de savoir à tout instant où se trouve l'autre - pratique en cas de téléportation.


Votre Vie dans le monde des contes.



    Cold skin, drag my feet on the tile As I'm walking down the corridor

    Rien. Il ne ressentait absolument rien.

    Le souffle était court, saccadé. Le sang perlait rapidement, teintant le tissu, marquant la peau de ses doigts alors qu’il tentait de comprendre ce qui lui arrivait. La lumière semblait devenir obscurité pourtant il croyait se rappeler avoir été en plein jour. En pleine après midi. Il eut chaud, très chaud, puis froid, extrêmement froid. Les tremblements inconscients cessèrent, quelques spasmes encore, mais il ne parvenait même pas à avoir mal. Ou avoir peur. Ce n’était rien d’autre que des réactions physiques alors que ses yeux limpides fixaient le ciel orageux au-dessus de lui. Sa bouche était sèche. Rêche. Il croyait sentir l’herbe dans son dos, ou peut-être était-ce de la boue ? Aucune idée. Aucune envie de le savoir. L’air lui manquait et ses poumons s’emplissaient peu à peu d’autre chose. Visqueux. Epais. Là encore, il n’eut pas peur. Il ne s’en rendit même pas compte, son esprit tanguant au rythme des vagues successives d’informations qui lui parvenaient sans savoir laquelle choisir en premier.

    Ah si, une, plus évidente que les autres : Il allait mourir.

    « Je pourrais dire que je suis désolée mais… En fait, je ne le suis pas vraiment ! »

    La voix résonnait autour de lui, comme un écho se répercutant sur les arbres un à uns. Elle semblait venir de partout et nulle part à la fois. L’air se chargea, oppressa son corps, resserra les liens et peu à peu, il se sentit glisser en arrière. Comme une chute que rien n’arrêtait, même pas le sol, même pas la terre, même pas une main tendue. L’obscurité l’enveloppa de sa tendre chaleur, des bras se resserrèrent sur tout son être et, l’espace d’un instant, il ressentis quelque chose : de l’apaisement. Ses yeux ne voyaient plus. Son enveloppe corporelle flottait et pourtant il sentait l’étreinte des ténèbres se lier à son propre dernier souffle. Une caresse douce. Une promesse silencieuse.

    Ses paupières se fermèrent et le silence s’installa définitivement.



    Il y avait le bruit des oiseaux. Le bruissement des arbres. Le vent plus haut qui faisait s’agiter la nature. Un son tamisé. Etouffé. Mais un son quand même. Un air lourd, comme de l’orage encore, des nuages amoncelés et une pluie qui menaçait de tomber d’un instant à l’autre. Les yeux bleus qui fixaient le ciel le voyaient sans le voir, extasiés dans la contemplation funeste d’un destin qui venait de se retourner contre lui. Il n’y avait plus de sang. Plus de douleur, même si elle n’avait été que passagère. Les sentiments semblèrent vouloir revenir mais, sans le comprendre, ils restèrent en arrière. Se tamisèrent. S’effacèrent pour une simple limpidité neutre qui n’était ni tranquille ni désagréable.

    Lorsque Tiberius se redressa, il était seul. Il voulu inspirer mais rien n’entra vraiment dans ses poumons. Il sentit une odeur pourtant : celle des bois. De la mousse. De la boue tassée entre les racines. Des champignons et du bourdonnement des arbres. Il n’avait jamais vraiment aimé les forêts, trop sombres et silencieuses, des repères de sorcières et d’autres sorts noirs qu’on ne souhaitait croiser ; lui était plus un homme de la ville. Le brouhaha semblait bien plus agréable que le sordide silence de la Nature à son état le plus pur.

    Il n’eut d’autre choix que de marcher. D’enjamber les troncs sectionnés et de glisser au milieu des fougères et du houx. De suivre un chemin qui n’existait pas pour essayer de se repérer. L’orientation était un point fort, mais que faire lorsque rien dans le ciel ne semble vous indiquer la marche à suivre ? L’environnement lui était inconnu et, après ce qui lui sembla une éternité, il eu l’impression de tout bonnement tourner en rond. Il pesta, jura intérieurement et fut même surpris du son de sa propre voix. Rauque et sombre. Etait-il perdu ? Damné ? Il se souvenait d’être tombé mais… Rien au delà que cette forêt. Il continua pourtant d’avancer, hagard, incertain et la tête lui tournant à en rendre l’environnement malléable. Jusqu’à ce que les bois ne s’écartent pour un lac sombre, miroir du ciel prêt à pleurer son désespoir. Jusqu’à ce que le bruissement de l’eau sur le gravier ne recouvre tout le reste et qu’il s’arrête à quelques pas de là.

    De l’eau, à perte de vue. Bordée de conifères et d’autres arbres qu’il n’était même plus certain de savoir identifier. Il s’en moquait sans doute. S’en foutait un peu plus. S’interrogeait pourtant, l’ondée absolument calme ne parvenant pas vraiment à l’apaiser comme elle aurait dû le faire. Où est-ce qu’il avait pu atterrir ?! Est-ce qu’il s’agissait ici de son purgatoire pour l’éternité ? Le début des enfers pour ses actions ?

    « Pas vraiment mais c’est vrai que les humains aiment appeler ça un purgatoire. Si ça te plait comme mot, on peut l’utiliser ! »

    La voix provenait de sa droite et il distingua alors une silhouette encapuchonnée de noir et de brume. Une impression flottante se dégageait d’elle, à la fois mauvaise et doucereuse. Ses vêtements semblaient portés par un léger vent que Tiberius ne sentait pas et son visage disparaissait dans l’obscurité latente d’une éternité invisible. L’apparition se trouvait à peine à un mètre et elle regardait dans la même direction que lui. Il avait vraiment du consommer trop d’opium pour en arriver là…

    « L’Opium n’a rien à voir, cela me permettait juste un accès plus limpide et j’avoue sans mal que ton esprit me plaisait beaucoup ! »

    Il haussa un sourcil. Lisait-elle dans ses pensées pour se montrer si familière ?

    « Evidemment ! Mais toi et moi, nous nous connaissons plus que tu ne le penses. »

    Elle avait l’air enjouée et il n’eu pas vraiment l’envie de la détromper. Il se contenta de la regarder d’un air un peu suspicieux, fouillant dans ses poches par réflexe mais n’y trouvant pas de cigarette. Ca commençait bien toute cette histoire.

    « Oh, c’est une longue histoire et nous allons prendre un certain plaisir à la vivre ensemble désormais ! Je vais tout t’expliquer mais avant, permet moi de me présenter… » La silhouette se tourna et une main enveloppée d’un gant blanc impeccable s’extirpa de la cape pour se tendre en avant. Tiberius marqua un haussement de sourcil dubitatif. « … Je suis la Mort ! »

    *  *


    « Nous avons quatre commandements :
    1 – Tu faucheras.
    2 – Tu faucheras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
    3 – Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
    4 – Tu accompagneras leur esprit jusqu’à la Porte et ensuite, tu repartiras. »


    Au diable les commandements. Ils avaient été rédigés par une bande d’insupportables idéalistes, portés par des convictions désuètes et absolument hors de propos à l’heure actuelle. A une époque où la mort se monnayait contre des cachets, où l’on vivait plus longtemps qu’on ne le devrait et où un soupir pouvait être pris pour le prémices d’une pathologie grave… Tiberius n’en avait plus trop grand chose à faire, des principes. Il les respectait uniquement parce qu’il avait appris à le faire il y a longtemps. Uniquement parce que c’était plus facile de suivre une règle écrite que de se casser la tête à imaginer un nouvel idéal. Et seulement parce qu’au fond, cela n’avait rien de vraiment désagréable de se retrouver partout et nulle-part à la fois pour rencontrer les derniers instants de ces malheureux trépassés.

    Parfois il restait un peu plus longtemps, il passait plusieurs minutes en leur compagnie et il lui arrivait même de dîner avec certains sans que ceux-ci ne connaissent la véritable raison de sa venue. Il les aimait bien juste avant la mort, ceux qui ne s’y attendaient pas étaient les plus attendrissants et il n’avait aucun scrupule à leur laisser quelques instants supplémentaires avant l’heure fatidique. Ça avait été un jeu pendant des dizaines d’années. Un intérêt. Une idée. Il s’était arrêté un temps puis il s’y était remis. Parce que c’était le seul moyen de retrouver un peu de son humanité disparue le jour même où il avait accepté la proposition de la Mort de se mettre à son service.

    Et puis il s’était lassé. La joie, les rires, la tristesse, les pleurs… Tout ceci n’était au final qu’un enquiquinant cercle vicieux et une répétition à travers les âges pour ne rien apprendre du passé. On avait beau écrire des livres sur les guerres, dispenser des enseignements dans les milieux développés, écrire de grandes thèses ou des discours sur le meilleur moyen d’éviter de répéter les erreurs : on finissait toujours par revenir en arrière. Certaines faucheuses adoraient les périodes de conflits pour ça et se lavaient les mains du travail à venir. Tiberius, lui, n’avait pas d’avis. Pas d’opinion. Pas de jugement ni même de sentiments à l’égard des malheureux qui tombaient pour leur dernier repos. Tranquilles ou dissipés. Agités ou dissidents. Ils finissaient tous par se voir couper le fil de l’existence par cette grande faux et se retrouvaient irrémédiablement face à leur funeste destin.

    Un destin aux yeux semblable aux glaciers qui prenait soit l’apparence d’un jeune homme bourru, soit celle d’un type un peu plus âgé à l’air agréable. Cela dépendait de leurs attentes. Cela dépendait de leur idéal et la forme du faucheur s’adaptait instantanément à être le plus agréable possible ; quelle belle ironie. Rendre la mort plus douce, plus attrayante, mais au final n’être que le guide du trépas. Un immortel au pays des mourants. C’était si risible. Si simple et si méprisable à la fois. Une routine, un chant éternel et une immense faux comme arme de poing pour venir à bout des plus résistants. Tiberius aurait pu aimer ceux qui se montraient combatifs, croire en leur force pour lutter face à leurs blessures… Mais cela aurait nécessité des émotions qu’il n’était plus capable de fournir. Elles s’étaient enfuies devant l’horreur, drapées de leur dignité imaginaire pour ne laisser que les actes et le scepticisme. Le silence et le désintérêt. Le haussement de sourcil caractéristique et le rictus face à la cigarette qu’il adorait fumer en plein travail.

    Ce qu’il fallait faire était fait. Ceux qu’il fallait faucher étaient fauchés.
    C’était pour ça qu’Elle l’avait choisi, non ?

    *  *

    « Nous somme tenus de conserver une trace. Un journal spirituel, testament auprès de ceux qui ne mourront jamais, et de ceux qui ne sont pas encore nés, des raisons pour lesquelles nous autres, faucheurs, agissons de la sorte. Nous avons pour consigne de référer nos actes, mais aussi nos ressentis, car il est impératif de montrer que nous avons des sentiments : remords, regrets, chagrin incommensurable… Parce que, si nous n’éprouvions pas toutes ces émotions, cela ne ferait-il pas de nous des monstres de la pire espèce ? »

    La Mort était rarement clémente, mais elle adorait jouer et prendre des paris pour tout et rien. Elle tuait sans distinction d’âge, de sexe, de race ou d’espèce, de foi, de bien ou de mal. Elle tuait parce que c’était sa vocation première et qu’il fallait bien que le monde tourne. Les anciens laissaient la place aux nouveaux. Les uns disparaissaient pour que les autres respirent. Elle fauchait avec une aisance qui pouvait désarmer, envoyant ses créatures récupérer les esprits des défunts pour les ramener à elle. Vieux, jeunes, enfants, bébés, elle prenait tout et se satisfaisait de chaque présence. Face à elle, le pire criminel comme le plus adoubé des saints n’était qu’un ectoplasme de plus à ajouter à la Liste. A la très longue suite de présents et d’absents dans ses rangs. La plupart acceptaient de suivre les faucheurs, perdus, incertains, subjugués par la présence d’un guide au moment où ils se trouvaient complètement désarmés par le passage du vivant au non-vivant ; mais certains résistaient. Refusaient. S’effrayaient. Et ceux qui ne suivaient pas erraient alors pour l’éternité dans cet entremonde sans jamais recevoir la satisfaction d’un repos éternel. Face à la mort, tout le monde était perdant.

    Enfin, presque.

    « Tiiiiiib ! Bordel on va rester là combien de temps encore ? C’est moche, ça pue, y’a de la boue partout et y’a même pas un cadavre à picorer quoi ! Je croyais qu’on allait s’éclater mais c’est encore plus chiant qu’une bar mitzva un jour de deuil familial… Qu’est-ce qu’on fout ici, TIiiiiiib ?! T’as pas un truc mieux ? J’suis sûr y’en a qui attende notre venue là… Oh ça bouge !! »

    Aguistin pestait pourtant Tiberius ne bougeait pas d’un pouce, observant les restes de palissades qui gisaient au milieu de l’enchevêtrement poussiéreux. Laissant le corbeau s’exciter dans son coin, ses yeux parcoururent l’ancien tracé du village aujourd’hui détruit. Avant, il y a bien longtemps, quatre-vingt dix hommes, dix-sept femmes et neuf enfants vivaient ici… Aujourd’hui il ne restait rien d’autre que les cendres éparses de ce qui fut les maisons des colons, des gisements métalliques d’un vieux jouet perdu ou le tissu décomposé fondu avec la terre qui l’entourait. Le lierre et la flore avaient repris leurs droits et on pouvait à peine discerner l’écriture sanglante sous les couches de crasse épaisse qui recouvraient le bois mort : CROATOAN.

    Les jacassements incessant d’Aguistin se perdirent dans les environs et lui-même fini par s’avancer d’un pas mesuré. Il revenait souvent ici par le passé, mais c’était la première fois qu’il laissait le corbeau l’accompagner. Les feuilles mortes craquèrent mais il n’en eut cure, se laissant avancer jusqu’à ce qui était auparavant l’allée centrale du fort. On pouvait distinguer les restes d’une tour de guet à l’orée de l’ancienne porte principale et un puit se trouvait vers la droite. Ce dernier se mit à crisser et couiner quand son familier s’amusa avec la manivelle, brisant le silence religieux qui régnait sur l’endroit ; cela lui valu un regard polaire qui, au lieu de le faire s’arrêter, ne fit que le faire redoubler d’outrecuidance.

    Il la vit avant qu’elle ne tourne le regard, mais il sut qu’elle l’avait aussi senti. Elle était toujours aussi belle malgré les années. Toujours aussi sculpturale avec ses longs cheveux blonds qui tranchaient avec le noir de sa tenue ; les sorcières aimaient énormément le noir, peu importait l’époque ou la réalité. C’était une mode un peu étrange mais pourquoi pas… Tiberius ne sourit pas à Joanne, elle eut un rictus qui ne lui était pas destiné. C’était à quelqu’un d’autre qu’elle souriait de cette manière si entêtante, si bornée et insolente. C’était à la Mort elle-même qu’elle rendait des comptes, lui n’en était que le messager. Elle s’arrêta et attendit. Quelques instants. Puis, lorsqu’Aguistin voulu l’approcher, elle disparue purement et simplement dans une vapeur sombre qui retomba en cendres. Inexistante. Souvenir. Terrible souvenir.

    Le corbeau croassa et pesta de s’être fait berner, se tournant en lui lançant un regard accusateur. Ce n’était pas lui qui lui avait joué ce mauvais sort, il le jurait sur sa vie. Ou son trépas, plutôt… Il poussa un soupir. Le sang coulait encore de sa tempe – vestige du précédent fauchage à la conclusion tragique – pourtant il n’en avait cure, se penchant pour faire craquer l’allumette qui lui servit à allumer sa cigarette. Le vent s’engouffra dans la rue fantôme et porta avec lui des odeurs nauséabondes, marécageuses. Putrides et pourtant si vivifiantes quand on songeait à l’endroit d’où elles venaient toutes. Tiberius les inspira en fermant un instant les yeux, relevant le menton comme s’il les mettait au défi de tenter de le corrompre lui aussi. Un ricanement lui échappa à la nouvelle question d’Aguistin.

    « Bon, y’a rien à manger ici ! On est où d’ailleurs ? Tu m’as jamais emmené ! En même temps je comprend, y’a rien à faire, c’est tout mort… D’habitude je kiffe mais là on se fait vraiment chier ! Tib ? Eho Tib, tu m’entends ? »

    Il agita sa main devant le visage du faucheur. Ce dernier papillonna du regard et baissa les yeux sur lui.

    « Fait au moins mine de m’écouter ! On est où là ? »

    « À Roanoke. C’est l’endroit où je suis mort. »

    *  *

    « L’immortalité ne saurait tempérer la folie ou la fragilité de la jeunesse. L’innocence est condamnée à mourir d’une mort grotesque de nos propres mains, victime de nos erreurs irréversibles. Aussi, nous enterrons l’émerveillement candide dont on se nourrissait petits, le remplaçant par des cicatrices dont nous ne parlons jamais, trop enchevêtrées pour que n’importe quelle technologie y remédie. A chaque fauchage que je commets, à chaque vie que je prend pour le bien de l’humanité, je pleure l’enfant que je fus un jour et dont je peine à me rappeler le nom par moments. Et je brûle de trouver un endroit, au-delà de l’immortalité, où je puisse, d’une certaine manière, ressusciter cet émerveillement et redevenir ce petit garçon. »

    Mais je suis un monstre immatériel. Une obscurité tapie dans l’ombre, un pantin manié par une entité qui n’a d’existence que l’antithèse même de sa création. Une vie pour une vie. Un corps pour une âme. Un esprit pour un au-delà et de la violence pour pallier à la douceur. Face au silence, le bruit se faisait tonitruant. Face à l’immobilité, les gifles résonnaient en écho. Bouger. Se mouvoir. Saisir. Tourner. Périr. Arracher. Étriper. Recommencer. Extirper. Tant de mots pour décrire des actes ; nous avons besoin de nommer les choses. Viscéralement. Obligatoirement. Ça leur donne forme et fond. Va rentre les choses dans des cases. Cela les rend soi-disant moins effrayantes.

    Pourtant, quand la faux les prend une fois pour toute…
    N’importe quel mot semble plus terrifiant que le précédent.
    Parce que c'est ce que nous sommes : terrifiants.


Votre Vie à Storybrooke.



    And I know we haven't talked in a while So I'm looking for an open door

    Storybrooke, une petite ville perdue du Maine où il fait bon vivre… Mais aussi bon mourir.

    Ce n’est jamais facile ni évident mais quand on cherche bien, on fini toujours par la trouver : au décours d’un couloir, sur une étagère, dans la rue, sous les roues d’une voiture ou simplement dans un lit à l’hôpital. Elle se cache et se faufile partout, frappant aussi bien l’homme que l’animal, pour des raisons évidentes ou bien qui restent à expliquer. Les explications, étrangement, c’était le domaine de Tiberius. Légiste de formation, il était chargé de réceptionner tous les corps et cas du genre pour s’assurer que la raison légale correspondait à l’officieuse. Un job qui lui procurait d’ordinaire une certaine tranquillité rebutante, les uns comme les autres n’appréciant pas forcément de côtoyer ce genre de personnage : austère, rigide, peu avenant et peu bavard, il avait bien plus de conversation avec les macchabés qui jonchaient la morgue qu’avec les vivants de l’extérieur. Et ça lui convenait très bien ; mieux, ça lui convenait parfaitement.

    Tiberius était fasciné par la mort et la violence sous toutes ses formes. L’une ne pouvait se résulter sans l’autre et les rares cas où l’absence de la seconde se laissait entrevoir étaient d’une déception sans bornes… Qu’y avait-il d’amusant à s’occuper d’une simple mamie morte dans son sommeil d’une rupture d’anévrisme ? Elle n’avait sans doute même pas senti son corps s’endormir et son âme quitter son corps. Aucun intérêt. Aucune profondeur. Aussi morbide que cela soit, les suicidés se montraient bien plus bavards et les victimes de meurtres sordides, un cadeau de noël. Malheureusement, dans les villes comme celles-ci, il y a rarement de quoi s’occuper comme dans les séries américaines. On se contente de regarder parfois – quand Aguistin lance Netflix dans la Morgue par exemple – et de résoudre l’enquête avant que l’épisode ne soit terminé. Parce que même ça, ce n’est pas si terrible au final.

    Parfois les cas changeaient, on l’appelait pour de la maltraitance. En lien avec les assistants sociaux et les juges, il devait évaluer les dommages physiques apportés à une personne ou un enfant… La plupart de ses collègues ne souhaitaient pas le faire – et pourtant, ils n’étaient pas beaucoup – alors c’est lui qui s’y collait. L’avantage, c’est que les parents n’étaient pas présents pour l’examen. Le désavantage : les enfants, ça braillait généralement quand ce n’était pas dans le coma. Il fallait rendre un rapport, échanger avec des médecins, évaluer et constater. Ça vous prenait un peu de temps et ça changeait un peu des corps conservés… Même si des fois vous les retrouviez quelques jours plus tard dans la pièce principale. Sordide. Macabre. Et pourtant si ritualisé. Une habitude pour les uns et une horreur pour les autres.

    Qu’est-ce qu’il en avait à faire de toute façon ? Ce qui était mort restait mort. Figé. Éternel. Comme ces animaux qu’il prenait un soin tout particulier à s’occuper. Taxidermiste à ses heures perdues, Tiberius possédait une grande collection de rapaces et d’autres animaux passés entre ses mains pour leur donner une image au travers des âges. Il appréciait tout particulièrement les rapaces et les carnivores, de ceux qui se dévorent entre eux et qui laissent de terrible traces. De vagues souvenirs effrayant au travers des yeux de ceux qui les regardaient… Il leur portait une attention particulière lorsqu’il s’en occupait et, une fois l’œuvre achevée, il ne la gardait pas. Quel était l’intérêt une fois que tout était fini ? Quel était le propos quand le plus bel aspect était enfin révélé et ne bougerait plus ? C’était beau. Simplement beau. Ça n’avait pas d’autres vocations alors… il passait à autre chose. Précision. Minutie. Efficacité. Tiberius ne craignait pas ce qui faisait peur au commun des mortels mais il ne s’en amusait pas non plus. Il avançait, voilà tout, au milieu de la réalité sans chercher un point où s’ancrer.

    Et pourtant, avec Aguistin dans les parages, il avait de quoi subir sa vie quotidienne comme le pire des fléaus. Un gamin retrouvé près des corps de ses parents, un adolescent squattant sans grande occupation autre que de bavarder, et un jeune adulte rebelle aux paroles aussi violentes que criardes. Tiberius n’avait absolument rien d’une figure paternelle ou même amicale, mais ce petit continuait de lui coller aux basquets contre vents et marées. Il avait abandonné de le repousser. Abandonné de verrouiller la porte pour le retrouver quand même à l’intérieur. Abandonné de le surprendre à la morgue à des heures où il devrait être à l’école… parce que c’était ainsi. Et aussi sans doute parce qu’il apportait la seule étincelle un peu vivante à cette vie où, pour ressentir quelque chose, le légiste devait user de ses poings, consommer de l’alcool et fumer jusqu’à en perdre la tête sous les opiacés.


Votre vie après la malédiction.



    I once was a man with dignity and grace Now I'm slipping through the cracks of your cold embrace

    Lorsque ses poings frappèrent la peau et les os, il y eu comme une décharge d’adrénaline qui le rendit, l’espace d’un instant, complètement éveillé. Il entendit les craquements, eu l’impression d’une douleur mais celle-ci s’effaça très vite pour être remplacée par autre chose. Il frappa de nouveau, au même endroit, et l’arcade sourcilière céda sous la force de ses doigts. Un grondement rauque s’échappa d’une bouche qui n’était pas la sienne, un gémissement pitoyable, et le gargouillis du sang recouvrant une langue résonna tandis que son adversaire crachait pour tenter de respirer. Le poing serré autour de son col, le légiste maintenait son adversaire fermement et frappa à nouveau. Encore. Et encore. Jusqu’à ce qu’il ne relâche sa prise et que le corps face un rebond sur le sol. Pitoyable. Il recula de quelques pas sous sa propre force, inspirant lentement pour efforcer son être à cesser d’envoyer des signaux d’alerte. Adrénaline. Endorphine. Des gros mots coulant dans ses veines quand, secouant la tête, il releva le menton fièrement.

    Sa chemise était tâchée, comme son veston et une partie de son visage. Ses mains poisseuses cherchaient pourtant quelque chose dans ses poches et, ne les trouvant pas, il s’agaça. Pesta intérieurement. Il n’avait même pas besoin de se tourner pour constater du décès de son opposant, une aura froide émanait du corps étendu et la perception était fort désagréable. Il se pencha pour récupérer sa veste jetée sur le sol, tâtonna la poche et enfin extirpa son paquet de cigarettes. Dolores lui conseillait de moins fumer même si elle trouvait ça sexy, pourtant lui adorait ça. L’odeur. La sensation. Le crépitement et les cendres… Un cycle vital en à peine quelques minutes. Ce ne fut que lorsqu’il inspira la première bouffée qu’il daigna s’intéresser au macchabée qui lui faisait face et à la présence de son âme non loin. Quelques pas sur la droite, une silhouette vaporeuse - un fantôme curieux - se tenait près d'une benne et semblait s'y agripper, effrayé.

    Bordel, depuis que la malédiction avait été levée, il les voyait de nouveau. Et certains étaient du genre… Collants à souhait, stupides ou encore muets comme des carpes. Celui-là ne ferait pas exception et Tiberius n’avait aucune envie de lui expliquer ce qui allait se passer ensuite. L'âme allait disparaître peu à peu et tout redeviendrait silencieux, un des avantages de cette ville que de lui éviter les questions assommantes des trépassés. D’autant plus que celui qui se trouvait à terre avait fait quelque chose qui avait profondément agacé le faucheur : il avait touché à ses affaires. Personne. Ne touchait. A ses affaires. Ce qui était à lui lui appartenait, coûte que coûte, vaille que vaille.

    Le sang maculant toujours son visage, il renfila sa veste et posa sa casquette sur ses cheveux repoussés en arrière. Il faudrait qu’il se lave en rentrant, satané poison. Le fantôme ne bougea pas. L'aura était toujours perceptible. Tiberius haussa les épaules, rangea son paquet de cigarettes et se tourna pour sortir de la rue. Le chemin était court. Droit. A peine eut-il franchit la rue que l'aura s'amenuisa et finit par disparaître complètement. Un mode de fonctionnement simple. Une efficacité redoutable. Une route aux embûches dissimulées. Et ses pas qui résonnèrent sur le trottoir pour seuls témoins de sa présence ici. Un soupir. Un murmure. Le fantôme curieux ne l'avait pas suivi, et c'était tant mieux.

    Voilà qu’il apparaissait à la porte de son appartement. Il l’ouvrit, retira ses affaires pour les déposer sur le porte-manteau en bois. Rien n’avait été sali en apparence extérieur. Sa cigarette n’était pas encore terminée. Il alluma la lumière du couloir, celle du salon était déjà en marche. Il tira sur son col. Défit le premier bouton. Tâché. Un tissu foutu. Encore. Son regard polaire croisa alors celui du garnement installé sur le canapé, mâchonnant une ficelle de son sweat et lui adressant un sourire narquois derrière sa console. Son œil au beurre noir luisait presque sous l’ampoule mais il n’avait pas l’air de s’en soucier. Le bleu de son cou non plus.

    « Alors ? Il était comment ? Parce que bordel, c’était une sacrée tête à claque quand je l’ai croisé tout à l’heure ! »

    Tiberius ne répondit rien, se contentant de se diriger vers la salle de bain. On avait touché à ses affaires, le destin avait très bien fait les choses et il s’était occupé du voleur. Personne ne touchait à ce qui lui appartenait.

    Pire, personne ne touchait à son familier.


Morrigan



Administration


Célébrité de votre Avatar : Cillian Sexy Murphy.
Est-ce un poste vacant ? : Du tout.

Multicompte ? : Plait-il ?

Entre nous


Pseudo / Prénom : Certains me connaissent sous L. D'autres sous O. Ou encore sous D.
Votre avis sur le forum : Toujours aussi coloré.
Comment l’avez vous découvert : Google est un très bon moteur de recherche.

Si vous deviez choisir entre héros, vilain, magique, prince(sse), contes de fées, Roi Lion, Ancien animal, rebelle, ou wonderland pour votre team vous choisiriez quoi ? : Je dirais vilain, Tiberius n'a rien d'un enfant de choeur. Ni d'un coeur d'enfant d'ailleurs.

Le mot de la fin : Un roman. Un début, une fin, et une interminable entrevue.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
 
« DEATH ALWAYS WINS » JUST LIKE THE CIGARETTES HURT, JUST LIKE THE WHISKEY BURNS. I GUESS I'M NEVER GONNA LEARN. NOT GONNA STOP UNTIL MY HEART STOPS BEATING.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80314-hell-froze-ove

Jefferson T. Hatters


« Si on schtroumpfait ? »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3827

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:17

†  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264
†  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264


*Jefferson essaye d'enlever Aguistin du clavier de Chess parce qu'il est légèrement entrain de le bousiller là †  Hell Froze Over †  1139808870 en plus de baver dessus †  Hell Froze Over †  2852471132 *


Héhéh bonsoir toi †  Hell Froze Over †  2852471132 †  Hell Froze Over †  3109594688 Je crois que je te connais †  Hell Froze Over †  1688994477 †  Hell Froze Over †  1688994477 On s'est vu souvent me semble t'il †  Hell Froze Over †  1688994477 :ehe:

*Jefferson se fait tabasser à coup de clavier †  Hell Froze Over †  1139808870 par une espèce de chose en furie qui n'arrête pas de hurler †  Hell Froze Over †  395487825 †  Hell Froze Over †  395487825 *

:Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: :Hiii: †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 TIB' †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895 †  Hell Froze Over †  1605220895


*Saute sur le faucheur et ne le lâche plus †  Hell Froze Over †  3392629739 †  Hell Froze Over †  3392629739*


Reee Bienvenue parmi nous †  Hell Froze Over †  242150264 †  Hell Froze Over †  242150264 et j'ai tellement hâte de lire ta fiche †  Hell Froze Over †  675216545 †  Hell Froze Over †  675216545 Depuis le temps †  Hell Froze Over †  2750729395 †  Hell Froze Over †  2750729395 Mon impatience est toute aussi sorte que celle d'Agui †  Hell Froze Over †  3109594688 †  Hell Froze Over †  3109594688




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Your Heart
IN MY HEAD
Au creux de tes rêves c'est notre avenir que j'aperçois

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Aisha Androuze


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Aisha Androuze


╰☆╮ Avatar : Naomie Scott

Ѽ Conte(s) : Winxclub
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Layla d'Andros, fée des fluides

✓ Métier : Professeur de danse
Nous luttons ensemble pour l'amour et la magie ~

☞ Surnom : Ash' ; Wiwi depuis peu...
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 522

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:23

Jeff se déchaîne sur toutes les fiches †  Hell Froze Over †  453450723 †  Hell Froze Over †  2750729395

Rebienvenue †  Hell Froze Over †  1574146564

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Not speechless Not quiet
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72907-oui-je-suis-une-fee-l http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72932-la-peur-et-la-soeur-du-courage-layla http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73851-chrono-rp-aisha

Jefferson T. Hatters


« Si on schtroumpfait ? »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3827

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:24

Pour prendre la défense de Jeff †  Hell Froze Over †  2852471132 c'est pas sa faute là †  Hell Froze Over †  3392629739 †  Hell Froze Over †  3392629739 il y est pour rien cette fois †  Hell Froze Over †  332879724 †  Hell Froze Over †  332879724 †  Hell Froze Over †  3392629739

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Your Heart
IN MY HEAD
Au creux de tes rêves c'est notre avenir que j'aperçois

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Regina Mills


« Courir ou se faire ramollir ! »


Regina Mills


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire/Barmaid du "Roni's"
†  Hell Froze Over †  The-Evil-Queen-in-season-6-once-upon-a-time-40085890-500-220

☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8570

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Courir ou se faire ramollir ! »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:51

Re-bienvenu parmi nous †  Hell Froze Over †  2727069659

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Darkness my old friend
Regina Mills ☽ Au bord du gouffre, j'ai sauté la première. On m'a laissé tomber. J'ai fait des choses atroces, inommables, sombres, et je dois vivre avec ce passé lourd de conséquence car jamais je n'aurais droit au bonheur. Obscurité, vieille amie, je t'ouvre grand les bras.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Aisha Androuze


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Aisha Androuze


╰☆╮ Avatar : Naomie Scott

Ѽ Conte(s) : Winxclub
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Layla d'Andros, fée des fluides

✓ Métier : Professeur de danse
Nous luttons ensemble pour l'amour et la magie ~

☞ Surnom : Ash' ; Wiwi depuis peu...
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 522

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 22:59

Jefferson T. Hatters a écrit:
Pour prendre la défense de Jeff †  Hell Froze Over †  2852471132 c'est pas sa faute là †  Hell Froze Over †  3392629739 †  Hell Froze Over †  3392629739 il y est pour rien cette fois †  Hell Froze Over †  332879724 †  Hell Froze Over †  332879724 †  Hell Froze Over †  3392629739

Mes excuses à Jeff ! Je parlais du schizophrène qui le contrôlait †  Hell Froze Over †  332879724 †  Hell Froze Over †  1375884928 Le pauvre, il se prend tout simplement car tu es sur son compte †  Hell Froze Over †  2852471132 !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Not speechless Not quiet
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72907-oui-je-suis-une-fee-l http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72932-la-peur-et-la-soeur-du-courage-layla http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73851-chrono-rp-aisha

Jefferson T. Hatters


« Si on schtroumpfait ? »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3827

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mer 24 Oct 2018 - 23:11

†  Hell Froze Over †  453450723 †  Hell Froze Over †  453450723 †  Hell Froze Over †  453450723 †  Hell Froze Over †  453450723 C'plus un secret pour personne ça †  Hell Froze Over †  453450723 T'avais qu'a dire Tagada comme d'hab' j'aurais compris †  Hell Froze Over †  1574146564 †  Hell Froze Over †  1574146564

Oui bah il peut pas encore venir †  Hell Froze Over †  2852471132 et c'est mieux ainsi je pense †  Hell Froze Over †  3392629739 †  Hell Froze Over †  453450723 sinon cette fiche aurait été un carnage †  Hell Froze Over †  1634017881 †  Hell Froze Over †  1634017881 †  Hell Froze Over †  1139808870 †  Hell Froze Over †  3392629739 †  Hell Froze Over †  2852471132 †  Hell Froze Over †  3109594688

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Your Heart
IN MY HEAD
Au creux de tes rêves c'est notre avenir que j'aperçois

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Candice Brooke


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Candice Brooke


╰☆╮ Avatar : Emma Stone

Ѽ Conte(s) : Le Monde de Nemo
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Deb

✓ Métier : Barmaid
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 384

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 25 Oct 2018 - 10:01

Te voilà enfin, beau gosse †  Hell Froze Over †  1634017881 Ce personnage est canon, re-bienvenue chez toi †  Hell Froze Over †  242150264

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


On the road again
Nymphe ☽ le coeur aux fleurs de flamboyant toujours en direction du vent

Tiberius Wolff


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Tiberius Wolff


╰☆╮ Avatar : Cillian Murphy.

Ѽ Conte(s) : AHS & Supernatural.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Un faucheur.

✓ Métier : Légiste.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 123

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 25 Oct 2018 - 10:49

*ignore royalement celui qui s'excite sur le clavier, mais lui tapote légèrement la tête* †  Hell Froze Over †  2852471132

Un peu de décence, jeune homme.

Merci Aïsha & Regina †  Hell Froze Over †  4049562214

Pauvre Tagada toujours malmenée derrière son écran †  Hell Froze Over †  1375884928 Je n'ose imaginer l'intérieur de ta tête à l'heure actuelle †  Hell Froze Over †  453450723 !

Merci jolie rousse ! Ton perso est pas mal non plus †  Hell Froze Over †  1634017881 ...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
 
« DEATH ALWAYS WINS » JUST LIKE THE CIGARETTES HURT, JUST LIKE THE WHISKEY BURNS. I GUESS I'M NEVER GONNA LEARN. NOT GONNA STOP UNTIL MY HEART STOPS BEATING.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80314-hell-froze-ove

Jules Verne


« J'ai un corps d'Apollon ! »


Jules Verne


†  Hell Froze Over †  378254admin

╰☆╮ Avatar : J.J. Feild *.*

✓ Métier : Bibliothécaire d'Olympe, Ecrivain & Aventurier de l'Impossible
☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10271

†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans : « J'ai un corps d'Apollon ! »


________________________________________ Jeu 25 Oct 2018 - 11:37

Je vais passer pour une dingue (ou peut-être pas) mais sur ce crackship, la partie sans Cillian vient de Third Star non ?? †  Hell Froze Over †  242150264

†  Hell Froze Over †  Dan_Cil04

J'ai l'impression de reconnaître JJ de dos. †  Hell Froze Over †  1139808870 *la fille trop monomaniaque sur son acteur* †  Hell Froze Over †  3392629739

Bref re-bienvenuuuuuuue !! †  Hell Froze Over †  1617451880
Un faucheur, rien que ça. Ca va bien au monsieur je trouve. †  Hell Froze Over †  3109594688

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Tant que la tempête fait rage en lui
Il ne peut trouver la paix ni dans la vie, ni dans la mort. Il fera jour après jour ce qui est nécessaire, avec la douleur pour navire et le désir pour boussole.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73204-l-aventure-extraordinaire-de-monsieur-jules

Contenu sponsorisé







†  Hell Froze Over †  _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

† Hell Froze Over †





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Bienvenue à Storybrooke :: ♥ Présentation :: ➹ Persos validés