« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Partagez
 

 La Casa de Noel ◈ NORA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

La Casa de Noel ◈ NORA 9xl7

Nul ne peut atteindre l'aube sans
passer par le chemin de la nuit.

La Casa de Noel ◈ NORA MVyUygr


La Casa de Noel ◈ NORA Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1102



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 25 Déc 2018 - 14:25 « Good and bad are fairytales. »


La Casa de Noel

Le 31 décembre, en soirée...

J'étais éblouissante. Inutile de le nier. J'avais tout fait pour être celle que l'on remarque, peu importe la soirée à laquelle je me rendrais. Je portais une robe vert émeraude en satin. Elle était si légère que le tissu glissait contre ma peau. Le vent glacial la traversait sans cesse, mais je m'en moquais. Peut-être que je serais clouée au lit le lendemain par une bronchite ou une pneumonie. Comment commencer l'année d'une façon plus originale que celle-ci ? Etre en bonne santé, c'était surfait.

Avec élégance, je venais de quitter le taxi qui m'avait déposée devant l'appartement de Nora. Mes talons claquèrent sur le bitume. J'attrapai un pan de ma jupe afin de la soulever et frissonnai dans la bise hivernale. Les frissons qui parcoururent ma peau me donnèrent l'impression d'être plus vivante que jamais. Tranquillement, je me dirigeai vers la porte et sonnai. Je tapotai mes cheveux élégamment relevés en un chignon compliqué, m'attardant quelques secondes sur la pince argentée qui ornait ma coiffure. Il s'agissait d'une étoile offerte par Billy le jour de noël.

"C'est bien trop beau." avais-je dit, bouche bée.

Comment pouvait-il encore me faire un aussi beau cadeau après la façon dont je m'étais comportée avec lui ?

"Tu sais, c'est pas des vrais diamants." avait-il rétorqué, un peu embarrassé. "Je n'aurais jamais eu les moyens."

Je l'avais embrassé pour le remercier. Sans réfléchir. Juste comme ça. En égarant ma main sur sa joue imberbe. Parfois, j'agissais de façon trop impulsive. Il avait gardé les yeux fermés beaucoup trop longtemps après que je me sois éloignée, comme s'il cherchait à prolonger l'instant. Je m'en étais voulu. D'ailleurs, je me sentais encore coupable à chaque fois que j'y repensais. Je m'étais aperçue que j'aimais bien l'embrasser. C'était doux. Et pourtant, je ne souhaitais pas qu'il soit mon petit ami. Je ne voulais ça pour personne. J'étais toxique. Et lui était beaucoup trop gentil pour mériter ce qui suivrait. Malgré tout, je n'étais pas stupide. J'avais déjà calculé toutes les variables possibles, et je savais qu'il était attaché à moi. C'était déjà trop tard.

Je me mordis les lèvres et levai aussitôt les yeux au ciel, réalisant que j'avais sans doute enlevé une partie de mon rouge à lèvres.

La porte s'ouvrit enfin sur un asiatique en costume trois pièces qui dispensait une agréable odeur d'after shave menthe poivrée. Plutôt mignon. Le genre que l'on prend et que l'on jette ensuite en prétextant l'excuse archi connu du "c'est pas toi, c'est moi".

"Bonsoir. Nora est là ?"
demandai-je avec un sourire aimable.

Pourquoi plissait-il les yeux d'un air aussi suspicieux ? La jeune femme lui avait-elle parlé de moi ? A cette pensée, mon sourire s'élargit.

"Oui." répondit-il, toujours aussi méfiant. "Vous sentez le chien."

Je battis des cils, surprise par cette remarque injustifiée car je portais "Mon Paris" d'Yves Saint Laurent et il couvrait n'importe quelle odeur. Qui plus est, j'avais fait prendre son bain à Frank l'après-midi même. Je fronçai donc les sourcils tout en esquissant une moue contrariée.

"Vous avez un sacré odorat. Ca doit être parce que vous êtes un chat que vous en êtes incommodé."

Ce fut à son tour d'avoir l'air perplexe. Eh oui, je me renseignais toujours sur tout ce qui avait un attrait à mes yeux. Cela évitait les mauvaises surprises. Je savais que Nora avait un chat-rat de bibliothèque pour colocataire.

Le dénommé Socrate tira sur les pans de sa veste de costume tout en redressant le menton d'un air hautain, une manière pitoyable de se donner une contenance.

"Nora est attendue sur Olympe, comme tous les gens importants."
précisa-t-il d'un ton sec.

"Je ne la retiendrai pas longtemps."
répliquai-je du tac au tac. "Nous, pauvres mortels, n'ont que peu d'exigences."

Je ne me départis pas de mon sourire alors qu'il plissait les yeux de plus belle avant de retourner à l'intérieur. Il me claqua la porte au nez et je me contentai de soupirer. Imbécile sans aucune envergure.

Il commençait à faire sérieusement froid. Je sautillai d'un pied sur l'autre et frictionnai mes bras, regrettant de ne pas avoir passé un manteau sur mon dos nu qui allait bientôt ressembler à une patinoire.

La porte se rouvrit quelques instants plus tard sur Nora. Enfin. Je ne pus m'empêcher de la détailler de bas en haut.

"Je suis éblouie." laissai-je échapper, agréablement surprise.

Elle portait une robe plus courte que la mienne, s'arrêtant au-dessus des genoux, à fines bretelles. Ses cheveux étaient légèrement bouclés et fixés par de la laque, sans doute. Elle était légèrement maquillée. On aurait dit une poupée.

"Vert émeraude. Comme moi." ajoutai-je alors qu'un sourire naissait au coin de mes lèvres.

Sans se concerter, nous avions la même couleur. Sauf que sa robe était dans un tissu moins noble et brillant. Elle n'était pas du genre à vouloir attirer l'attention, mais ne se rendait pas compte que c'était dans toute sa discrétion qu'elle resplendissait.

"Ton chat de garde a bien failli ne pas me laisser te voir."
dis-je suffisamment fort pour qu'il m'entende, s'il était encore dans le coin -ce dont je ne doutais pas. "Il a un crush sur toi ou il est seulement psychorigide ?"

J'attendis quelques secondes et désignai d'un revers de pouce le taxi qui attendait toujours, à quelques mètres derrière moi.

"Tu as le choix : soit tu vas à ta fête rasoir sur Olympe, soit tu m'accompagnes."

Je passai la langue sur mes lèvres rouges tout en la fixant avec insistance. J'étais certaine qu'elle prendrait la bonne décision.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

La Casa de Noel ◈ NORA P3t4

« Tu es incorrigible ! »

La Casa de Noel ◈ NORA 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

La Casa de Noel ◈ NORA Rey200

| Cadavres : 5988



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 25 Déc 2018 - 15:29





« La Nouvelle Année se fête entre amis...
...et non avec une voleuse ! »



    « J'espère que tu ne comptes pas la suivre ! » précisa Socrate en me regardant bien droit dans les yeux.

    Je venais tout juste de claquer la porte au nez d'Eurus, en guise de réponse à sa requête.

    « Il n'y a aucune chance que ça arrive ! » dis-je indignée en songeant au fait que Socrate pouvait imaginer que je suivrais cette voleuse plutôt que d'aller assister à une fête sur Olympe.

    L'invitation provenait de Cookie. Il y aurait Tony aussi. C'était une petite soirée entre créatures, et divers occupants de la Cité. Qui plus est, Tony préparait le repas, ce qui donnait encore plus envie d'y participer. Il m'avait promis quelque chose de totalement inédit et personnalisé. J'avais été plutôt flattée et je m'attendais à tout et à rien à la fois. A dire vrai, je préférais me laisser surprendre, plutôt que de tenter de deviner ce qu'il y aurait dans les assiettes. Tony savait faire des merveilles de ses dix doigts.

    « Qui plus est, la fête n'aura rien de rasoir. Tony m'a promis de me cuisiner une plat personnalisé ! » dit-il fièrement.

    Je me rendis compte qu'en réalité le plat n'était pas uniquement personnalisé pour mes beaux yeux. Il avait apparemment fait cette promesse à beaucoup de monde. Comptait-il préparer un plat spécial pour chaque invité ? L'idée était très bonne, mais sur le coup, je me sentais beaucoup moins privilégiée. Bien que je ne m'attendais pas à l'être. Cela dit... enfin bref. Ce n'était pas grave. Pas suffisamment pour me pousser à ouvrir la porte et suivre cette jeune femme.

    « Je vais finir de me préparer. Ensuite je ferais appel à un de ces gardes olympiens pour qu'il nous conduise en haut. » ajouta t'il en se dirigeant vers sa chambre à coucher.

    « Tu ne nous y conduis pas toi même ? » demandais-je au monsieur chat.

    « J'ai des courbatures en ce moment. J'évite de faire trop de mouvements. »

    Je n'avais pas compris ce qu'il voulait dire par là. Il n'y avait pas besoin de faire grand chose pour téléporter deux personnes au coeur de la Cité Olympienne. Mais bon... si il pensait cela, c'est que ça devait être le cas.

    Je m'étais à mon tour dirigé vers ma chambre à coucher, afin de voir si Michoko avait fini de se préparer. Il portait un bonnet de Noël et un petit noeud papillon rouge autour du cou. Non seulement ça lui allait comme un gant, mais en plus ça semblait lui plaire d'être vêtu de la sorte. J'adorais ce petit bonhomme. Il était adorable en toutes circonstances !

    « Il reste du papier cadeau ? » me demanda l'un des triplés du bout du couloir.

    Je tournais la tête dans sa direction. J'avais toujours un mal fou à distinguer les trois. Mais si je me rappelais bien, c'était uniquement Hubert qui nous avais rejoins dans l'appartement. Hadès l'avait déposé là avec Autumn, sous prétexte qu'il préparait une surprise pour Merida, avant qu'ils nous rejoignent tous sur Olympe.

    « Je crois qu'il y en a dans la cuisine. Juste à côté du frigo. »

    Il hocha la tête et s'en alla, tandis que je me regardais une nouvelle fois dans le miroir, pour vérifier que tout était ok. Je ne comprenais pas pourquoi j'apportais tellement d'apparence à mon look, alors que d'ordinaire je n'y prêtais même pas attention. J'étais sûre que c'était quand on se maquillais, qu'on finissait par se regarder constamment dans le miroir pour tout vérifier. Comme quoi c'était juste un truc qui pouvait nous rendre dingue. Je préférais quand je ne portais rien. Même si faut dire que ça m'avait pas mal plu quand Apple m'avait proposé de me montrer deux trois trucs, avant qu'on quitte New York à Noël dernier. Je m'étais amusé à retenter l'expérience ce soir. Ca allait... c'était pas si mal que ça.

    « Nora ? » m'appela Hubert de la cuisine.

    « Oui ? Tu as trouvé le restant de papier cadeau ? » lui demandais-je en cherchant un gilet qui irait avec ma robe.

    « Il y en a plus je crois. J'ai cherché contre le frigo, dans le grand tiroir et aussi dans le petit cagibi. Ah attends... il est sur le buffet. La jeune femme à la fenêtre viens de m'indiquer son emplacement. »

    Comme quoi il restait bien du papier. Cela dit... de quoi il parlait ? Je l'avais rejoins, pour voir qui était cette jeune femme à la fenêtre. L'immeuble possédait un escalier de secours, ce qui faisait que n'importe qui pouvait l'emprunter. Et effectivement, n'importe qui l'avait emprunté. Je voyais d'ici la voleuse tapoter contre la vitre et me faire coucou de la main.

    « Elle est dangereuse ? » demanda Hubert avec son papier cadeau dans les mains.

    Vue l'air qu'il avait, il devait être habitué à voir ce genre de choses.

    « Pas tout a fait. » lui répondis-je, tandis qu'il quitta la pièce.

    Mais juste avant de partir, il se tourna une dernière fois dans ma direction.

    « Si y'a le moindre soucis, appelle moi. Je viendrais te protéger. » me dit-il sûr de lui.

    Je n'avais pas pu m'empêcher d'afficher un grand sourire. Il était adorable lui aussi. Puis, je m'étais tourné vers la fenêtre et j'avais plissé les yeux, avant de l'ouvrir.

    « Pourquoi tu t'acharnes ?! » lui dis-je d'un ton sec.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Sherlock n'est pas quelqu'un de compliqué...
...sauf quand il ouvre la bouche et qu'il se met à parler... !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

La Casa de Noel ◈ NORA 9xl7

Nul ne peut atteindre l'aube sans
passer par le chemin de la nuit.

La Casa de Noel ◈ NORA MVyUygr


La Casa de Noel ◈ NORA Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1102



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Ven 28 Déc 2018 - 14:54 « Good and bad are fairytales. »


La Casa de Noel

Je n'avais pas été surprise que Nora me claque la porte au nez. Apparemment, c'était une fâcheuse habitude chez les habitants de cet appartement. En revanche, j'étais plutôt étonnée qu'elle ouvre la fenêtre si facilement. Un instant, je crus qu'elle allait me pousser par-dessus l'escalier. Non, elle n'était pas mauvaise. Par moments, mon imagination galopait beaucoup trop vite. A peine elle plissa des yeux dans ma direction que je lui décochai un large sourire, sans parvenir à empêcher mes dents de claquer les unes contre les autres. C'est qu'il commençait à faire sacrément froid.

"Il est mignon, ton petit copain." lançai-je avec malice, faisant allusion au garçonnet que j'avais vu quelques instants plus tôt. "Cookie n'avait aucune chance comparé à lui. Tu lui aurais fait gagner du temps en lui expliquant que tu préfères les choisir en primaire."

Je plaquai mes mains contre la fenêtre, anticipant le fait qu'elle allait vouloir la refermer aussi sec. Toujours nantie d'un sourire que je savais agaçant, je fis courir les doigts de ma main gauche sur le bracelet à mon poignet droit. Deux secondes plus tard, nous disparaissions dans un flash de lumière.

Nous reparûmes dans un couloir obscur, seulement éclairé par de discrètes lumières de sécurité. Je perdis immédiatement l'équilibre alors qu'un fulgurant mal de crâne m'assaillait. Je m'y attendais. Prenant appui contre le mur, je remontai rapidement ma jupe émeraude jusqu'aux cuisses, là où j'avais accrochée une pochette discrète et redoutablement pratique. J'en sortis un pilulier, l'ouvris, et plaçai un comprimé sur ma langue que j'avalai sans attendre. Après quoi, je passai une main sur mon chignon et tout en restant adossée contre la paroi, consultai le bracelet argenté à mon poignet.

"Il est déchargé."

J'affichai une moue désinvolte. Après tout, ça aussi, je m'y attendais. Je savais que la téléportation alien était beaucoup moins performante que celle des divins. Fort heureusement, j'avais déjà trois idées différentes -au moins- pour sortir de la banque, quand nous aurions fini, et cela ne consistait pas à appeler Apollon à la rescousse. Je me débrouillais toujours seule. C'était ma principale devise : ne jamais compter sur quelqu'un d'autre. On ne pouvait avoir confiance en personne, en définitif.

Si j'avais choisi Nora pour m'accompagner, c'était uniquement pour avoir un peu de compagnie. J'aimais bien qu'elle affiche sa mauvaise humeur et qu'elle me fasse la morale à tout instant. C'était rafraichissant !

Je me massai la tempe et tournai enfin la tête vers la jeune femme.

"Tu encaisses mieux les téléportations que moi, c'est d'une injustice."
fis-je remarquer tout en continuant de remonter ma jupe.

Dans ma pochette, je me saisis d'un badge volé à un gardien le jour même. Cette petite carte allait nous ouvrir tous les accès. Je frémis d'impatience. Chaque casse était grisant puisque différent. Je lâchai ma jupe et m'écartai enfin de la paroi. Le comprimé rendait la migraine moins présente. Ce serait suffisant, faute de mieux.

"J'ai conscience que les apparences ne jouent pas en ma faveur, mais je t'assure que je ne fais rien de répréhensible."
déclarai-je d'un ton léger tout en la frôlant en passant près d'elle.

Je me dirigeai d'un pas assuré vers une porte en métal fermé, mes talons claquant contre le sol de façon prononcé. Tranquillement, je posai le badge devant le voyant qui passa au vert. L'instant d'après, la porte coulissait sans un bruit. De l'autre côté, l'on pouvait voir une pièce dont les parois étaient couvertes de casiers fermés par des codes secrets.

"Si jamais tu as peur qu'on nous surprenne, sois tranquille : le service de sécurité est au plus bas les soirs de fête. Tous les flics du coin sont positionnés au bord des routes, impatients de coller des amendes à ceux qui conduisent en état d'ivresse. Quant aux gardiens de la banque, les effectifs sont réduits. Il n'y en a qu'un et il se promène actuellement à l'opposé de nous. Frank vient de me le préciser. Ah, il te salue d'ailleurs."

Je tapotai mon oreille avec espièglerie. Mon fidèle toutou, posté devant l'écran de mon ordinateur au 221d Baker Street, surveillait tout le périmètre de la banque, et nous informerait au moindre pépin. L'unique personne sur laquelle je pouvais compter. Je me retournai tout à fait vers Nora.

"Alors détends-toi, et apprécie l'instant. As-tu déjà volé une banque le soir du Nouvel An ?"

Je lui adressai un sourire mutin et me détournai pour entrer dans la fameuse pièce. Je ne faisais rien de plus que la sortir de son quotidien et sa solitude. D'une certaine manière, je faisais preuve d'altruisme. J'étais si méritante.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

La Casa de Noel ◈ NORA P3t4

« Tu es incorrigible ! »

La Casa de Noel ◈ NORA 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

La Casa de Noel ◈ NORA Rey200

| Cadavres : 5988



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 1 Jan 2019 - 22:47





« La Nouvelle Année se fête entre amis...
...et non avec une voleuse ! »



    Tout avait basculé ! Absolument tout ! Depuis que cette jeune femme était entrée dans ma vie - ou plutôt en avait forcé l'accès - rien allait. Je me retrouvais prise au piège dans des situations que je ne souhaitais pas ! Pourquoi elle ne pouvait pas accepter le fait que sa vie, ses actions, ne m'intéressaient pas. Je ne voulais pas être considérée comme une voleuse, ce qu'elle était. J'avais besoin d'équilibre, de suivre ma propre voie, d'être quelqu'un d'honnête. Elle était à l'opposé de tout ce que je souhaitais être !

    Dès qu'on était arrivé dans ce couloir sombre, j'avais eu envie de lui sauter au cou pour l'étrangler. Je ne savais pas ce qui m'avait retenu. Peut-être le fait qu'elle se plaignait d'un mal au crâne du à la téléportation. C'était sans doute ce que certains appelaient le karma, qui était en train de lui jouer un tour. Car pour ma part, je n'avais pas mal et je n'avais jamais eu mal au crâne quand on me déplaçait d'un point à l'autre. Même quand ces déplacements n'étaient pas désirés. Ce qui arrivait à chaque fois que j'étais en présence d'Eurus !

    Voilà qu'elle m'assurait une nouvelle fois que rien de ce qu'elle faisait ici était répréhensible. Ben tiens ! Comme si je pouvais lui faire confiance. Mais peut-être que je devrais faire appel à Cookie pour lui demander de m'assurer que tout ce qui se passait ici était honnête. Peut-être qu'il ferait ses yeux doux à la jeune femme tout en prenant son partit comme il l'avait déjà fait par le passé ! Je devrais lui en vouloir d'agir de la sorte. Je devrais aller une fois encore dénoncer la voleuse. Je devrais tout arrêter maintenant pendant qu'il en était encore temps. Mais bien entendu, non. Je ne prenais jamais la bonne décision au moment où il le fallait ! En tout cas, non. Je ne pouvais pas comme elle me le demandait, me détendre. Pas possible.

    « Mais tu vas finir à la fin ?! » m'emportais-je !

    On était arrivé face à une porte fermé. Elle avait fait claquer ses talons jusqu'ici, ce qui n'était pas du tout discret. Puis, elle avait passé son badge sur un voyant qui était passé au vert. La porte s'était ouverte. Une nouvelle pièce s'ouvrait face à nous. Des casiers fermés se trouvaient sur chaque murs. Chacun équipé d'un boitier où il fallait indiquer un code secret. Ce qu'on faisait ici n'était pas répréhensible ? BIEN SUR QUE CA NE L'ETAIT PAS, si on était du genre à se faire avoir bêtement par une femme comme elle ! Je m'étais emporté face à elle. Et je n'en avais pas fini. Fidèle toutou à ses côtés ou pas !

    « Je ne vais pas me détendre et te suivre encore une fois ! Ce que tu fais est mal. Ca l'est toujours. Il y a les gens biens, qui font de bonnes choses. Il y a les gens mauvais qui font de mauvaises choses. Et il y a toi ! Et tu es plus dans la catégorie des gens mauvais qui font de mauvaises choses que dans l'autre. Et moi, je n'ai pas envie d'être dans cette catégorie là ! »

    Jusqu'à présent, je l'avais suivi. Mais désormais je me tenais fermement face à elle. Quand elle avait tenté d'entrer dans la pièce, je l'avais dépassé, me positionnent entre elle et les premiers casiers.

    « J'étais en robe ! » m'emportais-je une nouvelle fois en me mordant les lèvres. « Je devais me rendre sur Olympe et passer une bonne soirée avec mes amis. Il a fallu que tu te pointes pour tout gâcher ! »

    Je n'aimais pas agir de la sorte, mais elle ne m'en avait pas laissé le choix. A dire vrai, je n'avais jamais rouspété sur qui que ce soit. Même avec Aphrodite qui avait un don inné pour me mettre hors de moi, je ne m'étais jamais comporté ainsi. D'ordinaire je me laissais faire. J'encaissais et c'était tout. Mais là, non. C'était fini cette époque !

    « Je t'interdis de me téléporter ou que ce soit. S'en est fini de tout ça ! D'ailleurs je ne veux plus que tu viennes me chercher pour quoi que ce soit. On n'est pas amis. Et je n'ai pas envie d'en savoir plus sur toi ! Alors maintenant, ramène moi chez moi et ça s'arrête là. »

    Je sentais qu'elle n'allait pas le faire. A dire vrai, dès que je lui avais dit que je lui interdisais de me téléporter où que ce soit, je savais qu'elle me le renverrait en pleine face en me disant, quand je lui demanderais de me ramener chez moi, qu'elle ne pouvait pas me téléporter. Mais je n'allais pas la laisser gagner. Pas cette fois. Pas encore une fois. A dire vrai, j'avais envie de lui donner une bonne leçon pour qu'elle apprenne de ses bêtises et qu'elle se rende compte que certaines choses n'étaient pas à faire. Pas une méchante leçon, mais juste une bonne leçon. Je secouais la tête tout en la fixant.

    « Je ne sais pas pourquoi tu te comportes ainsi. Ce qui te pousse à être une méchante fille. » dis-je avant de me rendre compte que cette formulation était bizarre. « Mais c'est fini. Faut que tu arrêtes. Tu dois te comporter bien. Et ce vol s'arrête maintenant. »

    J'avais détaché mon regard de la jeune femme afin de poser mon doigt sur le boitier juste à côté de la porte d'entrée. Ce dernier activerait le système de sécurité et déclencherait l'alarme incendie ou vol. Je ne savais pas trop. Mais dans les deux cas, ça permettrait aux agents de sécurité d'être avertis de la présence d'intrus dans la zone. Il fallait qu'elle comprenne. Que tout ceci lui serve de leçon...

    « Je suis désolée. Mais il est temps pour toi de grandir. »

    Je passais pas mal de temps à lire. Mais aussi à regarder des films. Car il n'y avait pas photo, c'était plus facile de voir des films sur la télévision, que de lire un livre. J'avais appris à lire très tard. Et même si Jules m'aidait en me donnant des livres faciles à lire, ça me prenait tout de même pas mal de temps. Et c'était fatiguant. J'étais une fille d'action. Après bien entendu... regarder un film permettait également de faire autre chose en même temps. Comme du tricot. Enfin... passons. Quoi qu'il en soit, dans les films que je regardais, il était souvent question de cowboy et d'indiens. J'adorais les vieux films de John Wayne. C'était un bon acteur et un bel homme. Le seul défaut de ces films, c'est que les cambriolages étaient fait avec un pistolet et sans système de sécurité. Du coup, je ne connaissais pas tous les rouages de cette nouveauté apparu dans les films plus récents. Et si l'alarme aurait pu être silencieuse... elle aurait aussi pu ne pas se déclencher. Comme par exemple si un chien extraterrestre, qui se trouvait en dehors d'ici, avait coupé le système de sécurité. Mais ça, je ne l'avais pas compris de suite. Il m'avait fallu quelques secondes. Des secondes où une nouvelle fois je devais faire preuve d'un très grand self contrôle. Si personne venait ici pour la stopper, je devrais le faire moi même.

    « Tourne toi et laisse toi faire. » lui dis-je catégorique.

    Je n'avais pas de menottes sur moi, mais je comptais bien trouver quelque chose pour la ficeler. Enfin, à première vue, c'était pas gagné vue qu'il n'y avait rien autour de nous qui pourrait m'aider à réaliser une telle chose. Si encore j'avais mis des bottes, j'aurais eu des lacets. Mais avec ces chaussures, il n'y en avait pas.

    « Je vais trouver un moyen de t'attacher. Tu ne bouges pas d'ici le temps que je revienne. »

    Je ne la sentais pas cette idée. A dire vrai, je ne trouvais pas de solution au dit problème. Ca m'embêtait. M'embêtait grandement.

    « Tu voulais voler quoi ? »

    C'était par simple curiosité que je demandais. C'était tout...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Sherlock n'est pas quelqu'un de compliqué...
...sauf quand il ouvre la bouche et qu'il se met à parler... !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

La Casa de Noel ◈ NORA 9xl7

Nul ne peut atteindre l'aube sans
passer par le chemin de la nuit.

La Casa de Noel ◈ NORA MVyUygr


La Casa de Noel ◈ NORA Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1102



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Sam 5 Jan 2019 - 14:45 « Good and bad are fairytales. »


La Casa de Noel

Nora s'emportait, se contredisait, tenait des propos incohérents -en quoi le fait de porter une robe avait une quelconque importance ?- et je l'observais, mi-amusée, mi-attendrie. Elle était adorable quand elle se comportait ainsi. Elle ressemblait à un petit rongeur énervé. En tous cas, c'était ainsi que je me l'imaginais. J'écarquillai légèrement les yeux, plus flattée qu'agacée par son appellation de "méchante fille". Ca sonnait sexy dans sa bouche, mais je n'allais pas le préciser, sinon cette discussion risquait de tourner court et je ne voulais surtout pas freiner ses élans verbaux.

"En quoi 'grandir' est synonyme de 'bien se comporter' ?" demandai-je à haute voix, en pleine réflexion. "Oh, tu fais sûrement allusion au fait de devenir plus mature. Je le suis sûrement plus que toi. Ce n'est pas en ayant un bâton dans le derrière qu'on se comporte forcément bien, c'est seulement signe qu'on a des problèmes intestinaux ou que l'on souhaite se donner un genre. Pour ma part, je préfère me montrer telle que je suis. Tant pis si ça ne plaît pas. Je ne vais pas changer pour les beaux yeux de qui que ce soit, pas même les tiens."

J'avais profité de glisser cette petite tirade puisque son ambition de sonner l'alarme n'avait pas fonctionné. Il faut savoir faire face à ses désillusions, parfois. Frank avait évidemment désactivé tous les systèmes de sécurité.

"Tourne toi et laisse toi faire."

Cette phrase me fit hausser un sourcil, et celle qui suivit m'arracha carrément un petit sourire en coin.

"Très bien, je vais te laisser m'attacher." dis-je d'un ton suave.

Cependant, la jeune femme parut vite désappointée de ne trouver aucune ficelle ni corde dans cet endroit. Finalement, elle posa LA question primordiale.

"Enfin ! J'ai cru que tu ne me demanderais jamais !"

Je passai près d'elle -en la frôlant plus que nécessaire- pour pénétrer dans la salle dont les parois étaient agrémentées de divers tiroirs fermés. Je les passai rapidement en revue, lisant les noms à qui ils appartenaient, avant de me stopper devant l'un d'eux. En silence, je désignai celui sur lequel il était écrit :

HADES

"Hope Bowman m'a engagée pour que je vole les possessions de son 'mari'."
dis-je en mimant des guillements sur le dernier mot. "Depuis qu'elle a appris qu'il possède un coffre à la banque, elle veut savoir ce qu'il renferme. C'est vrai que c'est plutôt curieux, un dieu qui a un coffre. De toutes façons, l'ancien maire a toujours été un peu fantasque, d'après ce que j'ai lu des archives municipales."

Tranquillement, je remontai une nouvelle fois ma jupe et me saisis de mon tournevis sonique. Depuis que je l'avais acquis à Magrathéa, il ne me quittait plus. C'était incroyablement pratique ! Je le fis biper face à la serrure magnétique du coffre et cette dernière céda en moins de dix secondes. Un déclic se fit entendre puis la porte du compartiment s'ouvrit. Je me saisis de la boîte en métal qu'il renfermait et la posai sur la table au milieu de la pièce. J'en soulevai le couvercle. A l'intérieur, bon nombre de papiers en tous genres et de toutes tailles. Des contrats rédigés à la hâte. Certains étaient manuscrits, d'autres écrits à l'ordinateur. Tous portaient en signature un "H" enflammé ainsi que la signature de l'autre parti, une personne différente à chaque fois.

"Un contrat pour droit de mâchouiller des chewing-gums la bouche ouverte pendant une séance de cinéma, lu et approuvé par Hubert Bowman et Hadès."
énonçai-je, les sourcils froncés. "Un autre pour obtention de lasagnes réalisée par Fergus Bowman une fois par semaine 365 jours par an, lu et approuvé par Fergus Bowman et Hadès. Un autre encore pour défilé de lingerie coquine tous les 36 du mois par Aphrodite, lu et approuvé par Aryana Cloud-Sandman et Hadès... et il y a encore des pages et des pages de trucs du même genre."

Je secouai la tête avec lenteur, désabusée par la stupidité de cet individu. Dire qu'il était un dieu et qu'il avait été maire ! Cela était parfaitement cohérent avec Storybrooke, quand on y réfléchissait.

"Un grand malade." conclus-je d'un ton neutre tout en étalant chaque contrat sur la table -qui en fut bientôt recouverte.

Après quoi, je sortis un minuscule appareil photo extra plat de la pochette à ma cuisse, et pris des clichés de tous les contrats, très professionnelle. Ensuite, j'adressai un regard de connivence à Nora.

"Bien. Aide-moi à tout ranger, maintenant."
fis-je tout en rassemblant les feuilles dans mes mains. "Ma cliente exige qu'Hadès ne se rende compte de rien. Donc, on ne vole pas. On ne fait que regarder et enregistrer les preuves. Tu vois ? Je t'avais promis qu'on ne ferait rien de mal."

On entrait, on regardait, on repartait. J'avais rarement eu une affaire aussi simple. Je fis un clin d'oeil à ma complice tout en rangeant les contrats dans la boîte. Je vérifiai que rien ne manquait, jetant un coup d'oeil sous la table, puis refermai le compartiment dans un claquement sec.

"Louloute ?" intervint brusquement Frank dans mon oreillette. "Vous avez de la compagnie. Le vigile approche de votre secteur."

"Tu peux essayer de détourner son attention ?"
m'enquis-je, tout en conservant mon calme -c'était la clé de voûte dans ce genre de situation. Céder à la panique aggraverait sensiblement les choses.

"Négatif. J'ai allumé les lumières du hall, mais il continue d'avancer dans votre direction. Il sera sur vous dans moins de deux minutes."

Je pivotai vers Nora, la fixant tout en réfléchissant à toute allure. Une altercation était à éviter à tous prix. Nous ne pouvions prendre le risque d'être vues. Il fallait donc s'enfuir. Aucune fenêtre, logique puisque nous étions dans une banque. Le circuit d'aération ? Un grand classique. Etant donné nos gabarits respectifs, nous pouvions l'emprunter.

"Tu portes des sous-vêtements ?"
demandai-je à la jeune femme.

Cette question, étrangement, était essentielle. J'évaluai rapidement sa robe. Elle était beaucoup moins encombrante que la mienne.

Sans attendre, je fis biper mon Tournevis en direction de la grille d'aération, juste au niveau de nos têtes, et l'enlevai.

"Passe la première." ordonnai-je.

Puis, je roulai des yeux.

"Non, bien sûr que non. Tu vas encore tergiverser pendant des heures et on va se faire prendre."

Sans attendre davantage, j'écartai les bretelles de ma robe, tournai le dos à Nora et laissai glisser le satin sur le sol. Avais-je besoin de préciser que je ne portais qu'une culotte ? Avec un dos nu, un soutien-gorge apparent aurait été hideux. Sans aucune gêne, je récupérai la robe que je roulai en boule, enlevai mes talons et jetai le tout dans le conduit d'aération. Après quoi, je pris mon élan et m'y hissai. Juste avant de disparaître dans le boyau plutôt sombre, je précisai à Nora :

"Suis-moi. Et n'oublie pas de refermer la grille derrière toi, surtout."

A quatre pattes dans le conduit, je récupérai ma robe que je poussai devant moi. Mieux valait que je la garde pour avoir de quoi me vêtir une fois sortie. Je l'avais ôtée car le satin était un tissu trop glissant. Je n'aurais jamais pu me déplacer avec aisance.

"Tout va bien, Louloute ?" s'enquit Frank, anxieux.

"Si Nora se remue, ça devrait le faire." marmonnai-je.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

La Casa de Noel ◈ NORA P3t4

« Tu es incorrigible ! »

La Casa de Noel ◈ NORA 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

La Casa de Noel ◈ NORA Rey200

| Cadavres : 5988



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Lun 14 Jan 2019 - 12:36





« La Nouvelle Année se fête entre amis...
...et non avec une voleuse ! »



    On volait un dieu ? C'était ça qu'on était venu faire ici ? Pourquoi il fallait toujours que je me retrouve dans une situation qui allait me causer des ennuis ? Parce que je pouvais concevoir que pour une voleuse, voler quelqu'un c'était quelque chose de normal. Mais j'avais du mal à encaisser qu'elle était suffisamment folle pour aller jusqu'au point de voler un divin. Même si cette requête provenait de la femme de ce dernier. D'ailleurs, pourquoi voulait-elle qu'on dérobe ce qu'il y avait dans son coffre ? Surtout si ce n'était pas pour prendre les biens, mais pour les photographier ? Et que faisaient tous ces contrats là ? La plupart n'avaient aucun sens. Tout ça m'emmêlait l'esprit plus que d'ordinaire. Et ce n'était rien au fait que Eurus venait de se déshabiller face à moi. Ou plutôt dos à moi. Mais ça n'en restait pas moins perturbant.

    Pendant un instant, j'étais resté la bouche grande ouverte, fixant le haut de son dos mince et légèrement musclé. Je ne comprenais pas ce qui l'avait poussé à agir de la sorte. Puis, quand elle s'était engouffré dans le réduis à aération, j'avais fermé la bouche, tentant de reprendre contenance. Le gardien ne devait plus être très loin. Il allait falloir se dépêcher pour entrer dans le sas. Sans perdre de temps, je m'étais engouffré dedans, en prenant grand soin de garder TOUS mes vêtements.

    A chacune de mes avancés, je me sentais serré de tout coin. Ce n'était pas le conduit qui provoquait cela, mais ma robe qui n'avançait pas au même rythme que moi. Qui plus est, je vérifiais de temps en temps que personne nous suivait pour pas qu'on me voit dans une mauvaise position. Ce qui était insensé, car qui nous aurait suivi dans pareille situation ? D'ailleurs pourquoi j'avais suivi la jeune femme au lieu d'attendre gentiment le gardien et de prétexter que je m'étais perdue ? Bon d'accord, ça n'aurait sans doute pas marché, mais bon. Ca aurait été sans doute mieux qu'ici.

    Tout en m'avançant, il m'arrivait parfois de lever les yeux, mais je préférais observer la paroi grisâtre et sombre de ce qui se trouvait en dessous de moi. Pendant ce temps, le corps de la jeune femme avançait sur cette même paroi métallique qui donnait froid aux genoux, pieds et mains. Pourquoi je ne portais pas ma tenue habituelle ? Eurus glissait sur ce sol comme si elle avait fait cela toute sa vie. Je ne pouvais pas, ou ne voulait pas regarder devant moi, car je ne voyais qu'elle et elle n'était pas ce qu'on pouvait dire vêtue convenablement. A dire vrai, elle n'était pas vêtue du tout. Et d'ici, quand il m'arrivait de lever les yeux pour vérifier où j'allais, je voyais principalement la paume de ses pieds. Ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux à observer. D'ailleurs, il n'y avait rien du tout qui était bien à observer. C'était une fille... une femme arrogante, qui ne pensait qu'à elle et qui s'habillait bien mais pas trop. Enfin pas suffisamment.

    On s'était stoppé à proximité d'une autre ouverte dans l'aération. Perdu dans mes pensées, j'avais failli lui rentrer dedans et au lieu de ça, j'avais vue un de ses pieds d'un peu trop près. Il avait effleuré le haut de mon crâne. Peut être que je me penchais trop en avançant. En tout cas, ce n'était pas une situation des plus idéals.

    Est ce qu'elle voulait qu'on sorte par là ? Ca m'allait très bien. Surtout qu'il commençait à faire frais dans ce conduit. Et je n'avais pas envie de m'éterniser ici. Eurus avait été la première à sauter hors du trou. Je l'avais suivi, tandis qu'elle était déjà en train de remettre sa robe. Je tentais au mieux de ne pas regarder son dos. De toute façon, il n'y avait rien à voir. Et puis déplacé de sa part d'avoir ôté ses vêtements. Ca ne méritait pas que je regarde. Je ne comprenais rien à mon raisonnement...

    « Plus jamais ! Tu m'as bien compris ? Plus jamais ! » lui dis-je un peu trop fortement.

    On avait à peine entendu les bruits de pas dans le couloir. Et pourquoi ce stupide animal ne nous avait pas prévenu qu'un autre gardien se trouvait à proximité de nous ? Je n'avais aucune idée d'où on était. C'était un petit réduis, avec une ouverte, mais pas de porte. Ce qui signifiait que si on ne se plaquait pas chacune contre un côté du mur, on pourrait nous voir. Je m'étais immédiatement mise contre mon pan du mur, indiquant à Eurus celui à côté d'elle et lui faisant comprendre de se presser. Elle voulait qu'on se fasse chopper ?

    Son système n'était même pas au point, car elle chuchotait à son chien qui ne lui répondait pas. Tout ça était absurde. Cette situation était dingue ! Et cette fille était une véritable catastrophe ambulante. Je secouais la tête en la fixant. Pourquoi se déshabiller pour entrer dans un conduit ?!

    Ce qui me fit sortir de mes pensées, ce fut un grand coup de feu qui raisonna dans le grand couloir. Suivi de quelque chose de lourd qui tombait sur le sol. Je n'étais pas bougé. Qu'est ce qui venait d'arriver ? A première vue un gardien se trouvait à proximité. Mais pourquoi avait-il tiré ? Et sur qui il avait tiré ?

    « Hé Jim ?! Un de moins. »

    « Reste qu'à se rendre à la salle aux coffres. Un autre allait par là bas. »

    C'était quoi ça ? Et pourquoi l'alarme ne se mettait pas en route ? Ah mais oui, bien sûr... cet imbécile de compagnon canin avait tout désactivé ? Et qui étaient ces types ? On n'était quand même pas en train d’assister à un hold up dans une banque qu'on cambriolait nous même ? Deux le même soir, c'était possible ? Ils allaient se contenter eux aussi de prendre des photos ? J'avais légèrement passer la tête dans l’entrebâillement pour voir ce qu'il y avait dans le couloir. A peine vue, que je m'étais de suite replaqué contre le mur, les yeux grands ouverts.

    « C'est... c'était... le gardien je crois... »

    Ils avaient abattus un homme ? Ils avaient abattus un homme !

    « T'as pas entendu du bruit ? » avait dit l'un des deux types à un autre qu'on entendait marcher dans le couloir.

    Combien étaient-ils en tout ? Et j'avais la vague impression que les bruits de pas venaient dans notre direction.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Sherlock n'est pas quelqu'un de compliqué...
...sauf quand il ouvre la bouche et qu'il se met à parler... !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

La Casa de Noel ◈ NORA 9xl7

Nul ne peut atteindre l'aube sans
passer par le chemin de la nuit.

La Casa de Noel ◈ NORA MVyUygr


La Casa de Noel ◈ NORA Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1102



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 22 Jan 2019 - 12:15 « Good and bad are fairytales. »


La Casa de Noel

Calculer. Avoir peur. Etre blême.
Préférer faire une visite qu'un poème.


Je chassai les vers superflus de mon esprit -même s'il n'y en avait foncièrement aucun qui le soit dans Cyrano de Bergerac- et inspirai profondément. J'avais remis ma robe. Nous nous trouvions dans un réduit, et des malfrats qui avaient eu la même idée que nous venaient de tuer un homme. Quand rien ne va plus, il faut toujours résumer la situation dans sa tête. Cela aide sensiblement à éclaircir ses idées.

Nora m'avait plaquée contre le mur à leur approche, car le réduit ne possédait aucune porte, seulement une ouverture. Ce qui n'était guère encourageant. A la réflexion, il aurait mieux fallu sortir du conduit d'aération nettement plus loin. J'avais pris la décision de descendre quand la communication avait été rompu avec Frank. Je m'étais dit que c'était la meilleure solution. J'espérais récupérer le contact une fois en dehors, car j'avais cru que c'était le confinement qui brouillait la transmission. De toute évidence, il s'agissait plutôt des cambrioleurs. Ils possédaient sûrement un brouilleur à courte portée.

Le coup de feu avait ébranlé le silence de la banque, et résonnait encore à nos oreilles plusieurs secondes plus tard.

Je lisais la peur dans les yeux de Nora, qui était toujours collée à moi. Je fis de mon mieux pour me composer une expression impassible. Si elle voyait que j'étais effrayée, elle perdrait peut-être son sang-froid, et c'était une chose à éviter. Bien qu'elle était une guerrière. Elle ne flancherait pas pour si peu. Il n'empêche que je voulais mettre nos maigres chances de notre côté.

Qu'avions-nous dans nos manches ? Pas beaucoup de cartes. Mon acolyte était désarmée. Nous portions des robes. Conséquence : le combat au corps à corps était à éviter. Il n'y a que dans les films que les vêtements amples n'entravent pas les mouvements.

Ne pas monter bien haut peut-être... mais tout seul.

Mon esprit aiguisé cherchait secours dans différentes références plus ou moins pointues. Je calculai, ajustai mes réflexions. Déjà les cambrioleurs approchaient. Ils nous avaient entendus. Je me concentrai, cherchant à savoir, à deviner... ils étaient au moins trois. S'ils étaient un peu intelligents, ils ne viendrait pas tous à notre rencontre. Un autre devait attendre plus loin, ou se dirigeait déjà vers la salle des coffres. Un voleur ne perd jamais de vue son objectif.

Seconde grande inspiration. Avec une petite impulsion sur le bras de Nora, je l'incitai à s'éloigner de moi. Après quoi, je remontai vivement ma jupe pour me saisir de mon tournevis sonique. J'effectuai un réglage et le cachai dans mon dos à l'instant où deux hommes entraient dans le réduit, arme au poing. Instinctivement, j'avais attrapé Nora par le bras pour la placer derrière moi. Comme il fallait s'y attendre, passé la seconde d'étonnement, les deux types esquissèrent un sourire gras.

"Jim, c'est Noël à retardement."

"Qu'est-ce que font deux jolies poulettes comme vous dans une banque à une heure pareille ?"
demanda celui qui semblait être le chef.

"On cherche un coq." répliquai-je, méprisante.

"Ouh, elle a du tempérament." ricana l'autre. "Le souci, c'est qu'on n'est pas du genre à partager. Mais on peut s'amuser..."

Ils s'approchèrent alors que je pivotai pour reculer vers la sortie, serrant toujours le bras de Nora autour du mien.

"Tout doux les filles. Vous savez bien que ça va mal se terminer pour vous. Vous espériez quoi en venant ici ?"

"En robes de soirée, en plus."
s'esclaffa le second.

Jim esquissa un sourire appâté alors qu'il levait sa main libre pour caresser l'épaule de Nora. Je frémis, les dents serrés. Il n'en fallait pas davantage pour me faire sortir de mes gonds.

"Qu'est-ce que tu caches derrière ton dos ?"
soupira Jim en faisant semblant de le remarquer seulement maintenant. "Jette ton arme sinon on fait sauter le caisson de ta copine."

"Avant de sauter autre chose."

"Primates." articulai-je, implacable.

D'un geste vif et théâtral, je levai le bras vers le plafond et fis biper mon tournevis. L'instant d'après, le conduit d'aération leur tombait sur le coin du nez, les assommant à moitié dans un concert de poussière et de bruit tonitruant.

"Mauvais plan." conclus-je, car j'entendais déjà les cris de leur acolyte depuis le couloir.

Je saisis la main de Nora et m'élançai vers ce dernier, puisqu'il n'y avait pas d'autre issue.

"Prends-le !" m'écriai-je en lui confiant le tournevis.

Au bout de quelques mètres, nous aperçûmes un autre type qui allait à notre rencontre. Il s'immobilisa et pointa son arme sur nous. Sans réfléchir, j'attrapai la pince qui retenait mon chignon et soufflai à l'intérieur : une fléchette s'en échappa et se piqua dans la nuque de notre ennemi. L'instant d'après, il s'évanouissait.

Je repris ma course folle, entraînant la jeune femme dans mon sillage.

"Si tu te le demandes, je n'avais qu'une cartouche. Et le tournevis ne fonctionne que sur le métal. Donc accélère si tu veux t'en sortir."

Une fois arrivées dans le hall, je lâchai sa main et me mis en quête de quelque chose. Enfin, je trouvai ce que je cherchais. Je pris mon élan et donnai un grand coup de coude dans l'alarme manuelle qui ne tarda pas à se déclencher. Une sonnerie stridente résonna bientôt dans toute la banque.

"Il y a toujours une alarme qui n'est reliée à aucun système électronique, en cas de panne généralisée." expliquai-je, le souffle court, tout en rejetant mes cheveux lâchés en arrière. "On a très exactement deux minutes pour dégager avant que les flics n'arrivent."

Je jetai un regard mauvais derrière moi, vers là où les trois hommes comataient.

"C'est tout ce que j'ai trouvé pour mettre les primates en cage."
ajoutai-je avec l'ombre d'un sourire sadique.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

La Casa de Noel ◈ NORA P3t4

« Tu es incorrigible ! »

La Casa de Noel ◈ NORA 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

La Casa de Noel ◈ NORA Rey200

| Cadavres : 5988



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 29 Jan 2019 - 12:08





« La Nouvelle Année se fête entre amis...
...et non avec une voleuse ! »



    J'avais beaucoup à apprendre sur la jeune femme. Elle savait comment entrer et sortir de toute situation dans laquelle elle se mettait. Je n'aurais jamais songé au système de sécurité, car je ne savais pas qu'il existait. Pour moi, il n'y avait que les boutons rouges que l'on trouvait un peu de partout. Ou alors il fallait se rendre chez le Sheriff. Lui seul pouvait maintenir l'ordre dans toute la ville.

    « Qui tu es réellement ? » demandais-je à la jeune femme, même si ce n'était pas vraiment le bon moment.

    Mais est ce qu'il y avait un moment pour poser ce genre de questions ?

    « Tu sais beaucoup de choses. Beaucoup trop de choses. Et tout ça dans le but d'accomplir de mauvaises choses ? Pourquoi ? »

    Ca m'intriguait. Même si pour l'heure, il fallait bien le dire, on devrait plutôt se poser la question de comment sortir d'ici. La porte ? C'était une mauvaise idée. Un autre conduit d'aération ? Le premier ne nous avais pas réussis. En réalité, ce qu'il aurait fallu, c'était un moyen de se téléporter en dehors de cette banque. Mais pour ma part, je n'avais pas ce don. Je doutais qu'Eurus ait cela sur elle. En parlant de « sur elle » je me demandais pourquoi elle ne portait pas de soutien gorge ? A l'époque, je n'en avais pas, car ça n'existait pas. Mais ici, tout le monde en portait, du coup je m'y étais fait. Pourquoi elle, elle pouvait ne pas en porter sans qu'on lui fasse de remarques ? Je lui poserais la question le moment venu. Là pour l'heure, il nous fallait une solution et... je m'étais tapé le plat de la main sur le front.

    « Cookie ! Lui, il peut nous téléporter ! »

    Pourquoi je n'avais pas songé de suite à faire appel à Cookie ? Mais quelque chose me disait que ce n'était pas une bonne idée. Si il débarquait, Eurus flirterait encore avec lui et ça aurait juste le don de m'énerver. Il fallait demander à quelqu'un d'autre de venir nous aider. J'avais en tête Elliot, mais je n'avais pas spécialement envie qu'il me voit ici, en train de cambrioler une banque. Il était trop lié à Hadès. Il pourrait tout aller lui répéter. C'était son fils après tout. Il nous fallait quelqu'un de discret.

    « Je ne répond jamais aux prières. »

    Je sursautais en voyant un homme vêtu d'un costard apparaître à proximité de nous. Il s'était mis à bailler avant d'observer les alentours.

    « J'ai passé une très mauvaise nuit. Elle doit faire ses dents ou quelque chose comme ça. Déjà que d'ordinaire je ne dors pas, là je n'ai pas pu fermer l'oeil une seule minute. »

    Il ne dormait pas et se plaignait de ne pas pouvoir dormir ? Il fallait que je me sorte ce qu'il disait de la tête et que je n'y pense plus. Du moins pas dans l'immédiat. Car pour le moment, ce qui m'intriguait, c'était : que faisait-il ici ?

    « Pourquoi vous êtes là ? » demandais-je à Hadès.

    « Tu m'as appelé. »

    Je le regardais avec scepticisme.

    « Je ne vous ai pas appelé. »

    J'avais pensé à lui, c'était vrai. Mais je ne l'avais pas appelé. Je songeais juste au fait qu'il était le père d'Elliot. C'était tout.

    « Alors c'était ce soir ? » demanda t'il à Eurus avant d'observer les lieux.

    « Vous êtes au courant pour le coffre, les papiers et les photos ? »

    Il me regarda avec scepticisme à son tour. Qu'est ce que je venais de dire ? Il devait savoir qu'on était ici, mais pas encore qu'on était entré dans le coffre, qu'on avait vue les papiers et qu'on avait pris les photos. Il plissa les yeux, avant de regarder vers Eurus.

    « Vous avez vue quoi toutes les deux ? »

    Ok. Combattre des hommes armées semblait être à la porté de la jeune femme, mais combattre un dieu... je me demandais comment on allait s'en sortir cetet fois ci.

    « Il y a des papiers. Des contrats. Des choses bizarres. »

    « Ce n'est pas bizarre. C'est personnel. » me coupa t'il.

    « Je trouve ça bizarre quand même... » osais-je.

    Il plissa une nouvelle fois les yeux avant de soupirer et de sortir de la poche intérieure de son veston, un papier plié qu'il déplia, puis un stylo.

    « On va faire simple. Un contrat stipulant que vous n'avez rien vue. Et vous détruirez les photos. »

    Il voulait vraiment qu'on signe un contrat ? J'allais lui répondre, quand j'entendis un petit bruit. Quelqu'un venait d'entrer par la porte à proximité de nous. C'était l'un de nos agresseurs ! Il pointait une arme sur nous.

    « Chacun son tour. » précisa Hadès avant que l'homme tir un coup dans sa direction.

    Le dieu se tourna délicatement en direction de son agresseur. Il baissa les yeux vers son torse et on vit quelque chose de rouge passer au travers de ses vêtements. Puis, il leva les yeux vers son agresseur et les plissa, avant de disparaître. Le type venait d'abattre un dieu ? Quand Hadès fit de nouveau irruption dans la pièce, il se trouvait à quelque pas derrière l'homme avec des bretelles, un boxer et une paire de chaussettes. Oh mon dieu... c'était quoi ça ?

    « Tu as abîmé mon veston préféré. Celui avec la poche pratique. Et j'ai mis une trace de sang sur le bout de papier ! » dit-il en montrant le bout de papier qu'il tenait toujours dans ses mains et qui contenait effectivement, une tâche de sang.

    L'homme s'apprêta à tirer une nouvelle fois, mais Hadès était apparu derrière lui en une fraction de seconde, si bien que la balle se perdit dans le mur. Du moins, c'était ce que l'on pensait, car elle fini par ricocher et transpercer une bretelle des bretelles d'Hadès, avant de faire un trou sur son torse.

    « Bordel... » laissa t'il échapper avant de disparaître une nouvelle fois.

    L'homme tenta de tirer dans notre direction, mais son arme venait de tomber en cendres, tandis que Hadès était apparu une nouvelle fois à proximité de nous, avec un boxer et une chaussette au pied gauche.

    « C'était ma bretelle préférée... » dit-il d'une toute petite voix, se retenant surement de pleurer, avant de fixer l'homme et de nous regarder à notre tour.

    « Vous allez signer le papier et ensuite vous garderez Autumn ce soir pour que je puisse me changer les idées. C'est non négociable. »

    J'allais lui dire que l'homme venait de sortir un couteau et s'approcher de lui, mais en une fraction de seconde il tomba en cendres. J'en restait bouche bée. Il venait de... de le tuer ? Là comme ça ?

    « Quand j'étais Maire j'en ai profité pour remettre en place la peine de mort. »

    Je regardais le tas de cendres, avant de jeter un regard à Eurus. Il venait vraiment de tuer cet homme ?

    « Ou alors j'ai oublié. De toute façon quand j'étais dieu, j'ai remis la peine de mort. Et je suis toujours dieu, du coup tout est en règle. Mais je vais quand même ajouter dans le contrat que rien de tout ça s'est passé. »

    Il prit son stylo et commença à rédiger le dit contrat.
    Il venait de tuer cet homme ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Sherlock n'est pas quelqu'un de compliqué...
...sauf quand il ouvre la bouche et qu'il se met à parler... !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

La Casa de Noel ◈ NORA 9xl7

Nul ne peut atteindre l'aube sans
passer par le chemin de la nuit.

La Casa de Noel ◈ NORA MVyUygr


La Casa de Noel ◈ NORA Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1102



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mer 6 Fév 2019 - 14:33 « Good and bad are fairytales. »


La Casa de Noel

J'avais beau savoir que les dieux étaient parmi nous, je devais admettre que cela faisait son petit effet d'en voir un mourir sous mes yeux. Surtout qu'il venait d'y passer deux fois. Mais c'était encore plus incroyable -et inquiétant- de constater avec quelle facilité il avait réduit un être humain en cendres. Nora me regarda, éberluée et horrifiée, alors que je fixais le petit tas grisâtre au sol avec des yeux ronds. Pour une fois, je ne parvenais pas à rester impassible. Tout s'était déroulé bien trop vite pour que je parvienne à encaisser. Pourtant, il le fallait. Ce dieu cherchait à nous intimider, c'était évident, et il aurait le dessus si nous le laissions faire. Prenant sur moi, je me composai un visage plein de défi, serrant les poings dans les replis de ma jupe afin que mes doigts cessent de trembler.

"Hadès, n'est-ce-pas ?" demandai-je tout en le toisant avec une expression faussement posée. "Votre Grandeur, je suis enchantée de faire votre connaissance."

Je fis petite courbette qui n'avait rien de moqueur. Au contraire, j'espérais qu'il l'interpréterait comme une marque de respect. J'enfonçai mon index dans les côtes de Nora afin qu'elle fasse de même mais elle resta plantée comme un bâton. Je levai les yeux au ciel, agacée par son manque de coopération.

"Je me suis dit que apprécieriez les formalités d'usage, vous qui êtes un dieu avec des principes et des règles strictes."

Un peu de pommade ne fait jamais de mal. Et s'il était comme Apollon, il serait facile à avoir avec des compliments. J'étais en train de le tester, passant au peigne fin son comportement, chaque geste et parole afin de les répertorier mentalement et de dresser une liste de ses faiblesses. Je procédais ainsi avec chaque nouvelle personne que je rencontrais. Même si c'était de plus en plus difficile. Il continuait de rédiger son fameux contrat avec application, tandis que la feuille restait dressée en l'air devant lui.

"J'accepte de fermer les yeux sur ce qui s'est passé à l'instant."
dis-je tout en balayant d'un geste dédaigneux de la main le meurtre du voleur. "De toutes façons, c'était un bandit sans aucun code d'honneur."

J'adressai un bref regard à Nora, guettant son approbation, mais elle ne semblait pas de mon avis. Nouveau roulement d'yeux. On n'arriverait jamais à rien avec de telles recrues.

"En revanche, on risque d'avoir un petit contentieux concernant l'entièreté du contrat." repris-je avec une moue contrite. "J'ai été embauché par votre femme et, sauf votre respect, je crains beaucoup plus sa rancoeur que la vôtre quand elle apprendra que j'ai failli à ma tâche. Nous parlons quand même de Hope Bowman. Son tempérament de feu est connu de tous en ville."

Je posai un regard lourd de sens sur Hadès. Il était sûrement le mieux placé pour savoir de quoi je parlais.

"Je n'ai pas envie de finir plantée sur un mur avec une flèche entre les deux yeux."

Passant la langue sur mes lèvres, je fis mine de réfléchir.

"Il me faudrait une compensation conséquente pour que je courre un tel risque. Des suggestions ?"

J'observais à la fois Nora et Hadès. Toute idée serait la bienvenue. Puis, brusquement, je me souvins d'un sujet plus urgent.

"Nous pourrions discuter modalités dans un endroit plus tranquille ? Parce que j'ai enclenché l'alarme manuelle il y a très exactement
(je consultais la montre discrète à mon poignet) deux minutes trente et les flics seront là d'un instant à l'autre."

Sans attendre, je saisis la main de Nora et pris celle d'Hadès qui tenait le stylo, après avoir coincé ce dernier entre mes lèvres.

"Che vous le rends après." promis-je, peinant à articuler des mots, mais souriant tout de même.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

La Casa de Noel ◈ NORA P3t4

« Tu es incorrigible ! »

La Casa de Noel ◈ NORA 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

La Casa de Noel ◈ NORA Rey200

| Cadavres : 5988



La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________ Mar 19 Fév 2019 - 9:56





« La Nouvelle Année se fête entre amis...
...et non avec une voleuse ! »




    Je n'aimais pas cette façon qu'avait Eurus à vouloir utiliser la situation actuelle, et le dieu, afin d'arriver à ses fins. On s'était déjà mis dans de beaux draps à venir cambrioller le coffre fort d'Hadès. On était tombé sur des truands et le divin en avait réduit un en cendres. Je ne savais pas ce qu'on allait trouver au bout du voyage, mais j'imaginais bien des barreaux. Ce qui m'énervait le plus dans tout ça, c'était que je m'étais laissé entrainer dans cette situation !

    J'avais un choix à faire quand Eurus avait pris ma main. J'avais le choix de les suivre ou de me détacher d'eux. Un cowboy que j'appréciais beaucoup avait dit dans un film que quand on a un choix à faire, il faut toujours garder en tête, jusqu'à la fin, que le choix que l'on fait nous définit. Quel genre de fille j'étais ? La bonne ? La brute ou la truande ? Là sur le coup, je ne pensais qu'à une chose. C'était comment je pourrais expliquer à la police le cambriolage et le cadavre ? Surtout si j'étais seule ici. Le mieux était de garder la main d'Eurus dans la mienne, aussi douloureux que c'était pour ma conscience.

    Quand Hadès nous fit disparaître, on apparu tous les trois assis et attachés ! Ca y est, on était en prison ! Il nous avait tendu un piège. C'était peut-être pas plus mal. Ca m'aiderait à remettre mes idées en place, et comme ça la prochaine fois que je croiserais une nouvelle fois la route de cette femme, j'y réfléchirais à deux fois avant de la suivre. Elle était un danger ambulant !

    « Tu peux ôter ce stylo de ta bouche ? » demandais-je à Eurus.

    On ne comprenait rien quand elle parlait. Et puis c'était pas propre de mettre un stylo en bouche. Dans le livre des bonnes manières que Jules m'avait prêté, c'était écrit noir sur blanc que rien devait dépasser de notre bouche. Quoi qu'il en soit, je n'aimais pas l'idée d'être attachée. Ca me stressait.

    « Pourquoi faut que ce soit tellement compliqué ? On pourrait juste rentrer chez nous et vous iriez à la police leur expliquer ce que vous avez fait ! » dis-je un peu trop autoritaire au dieu.

    Je m'en mordais déjà les lèvres.

    « Je n'ai rien fait à part vous surprendre en train de faire. Ce qui signifie que je suis totalement innocent. Et que vous, vous êtes coupable. D'ailleurs vous avez un air de coupables. Vous êtes coupables ? » me demanda t'il.

    « Non ! » m'indignais-je. « Enfin oui, mais non. On a juste été au coffre et pris des photos. Ce n'est pas un crime ! »

    « Et le cadavre ? » demanda t'il.

    « Ce n'est pas nous, c'est vous ! »

    Je le pointais du doigt en l'accusant ouvertement. Il me pris le doigt et le gigota de bas en haut. Je n'arrivais pas à me défaire de lui.

    « C'est amusant comme jeu. On parlait de quoi déjà ? »

    En tirant un coup sec, je me libérais enfin de son emprise. La première chose que je voulu faire, c'était de me détacher, mais la ceinture... car oui, c'était une ceinture... semblait bloquée. Tout à coup, on se mit à bouger. Ce n'était pas mon siège, ni celui des autres, mais toute la pièce qui bougeait. Elle n'était pas grande d'ailleurs. Il y avait des barreaux tout autour de nous qui encerclaient les sièges. Et face à nous, c'était une ouverture sur quelque chose de noir. Puis, une voix raisonna.

    « Par une nuit d'orage il y a fort longtemps, trois personnes passèrent les portes d'un ascenseur pour vivre un cauchemar. L'orage est maintenant de retour et les portes s'entrouvrent à nouveau, et cette fois-ci, elles s'ouvrent pour vous. »

    Les sièges se stoppèrent. Des petits éclairs apparurent autour de nous. Mais où étions nous tombé ? C'était quoi comme prison ? Je serrais instinctivement la main de Eurus plus fort que d'ordinaire. Enfin, non, pas d'ordinaire, car il n'y avait pas d'ordinaire ! D'ailleurs, me rendant compte que j'avais toujours la main dans la sienne, je l'ôtais immédiatement ! La voix reprit.

    « Vous êtes sur le point de découvrir ce qui repose au-delà de la Cinquième3 Dimension, au-delà des plus profonds, des plus obscurs recoins de l'imagination... dans la Tour de la Terreur ! »

    « C'est mon passage préféré ! » s'exclama le dieu.

    Je ne comprenais rien à rien. La seule chose que je voulais, c'était de me détacher. Si je forçais un peu sur la ceinture, ça pourrait peut-être le faire. D'ailleurs, j'étais en train d'essayer quand je sentis mon coeur lâcher.

    On chuta dans le vide. J'avais agrippé la main d'Eurus que je serrais un peu trop fort, tout en poussant un cri. Puis un autre quand on remonta. Et encore un autre quand on chuta une nouvelle fois. Ca provoquait une sensation désagréable et... enfin y'avait quelque chose de... c'était dingue comme truc ! Heureusement, la pièce finie par se stopper. J'avais encore le coeur qui battait à tout rompre.

    « Un accueil chaleureux à ceux d'entre vous qui l'ont fait, et un conseil d'ami ; quelque chose que vous ne trouverez dans aucun guide. La prochaine fois que vous réserverez dans un hôtel abandonné de la partie sombre d'Hollywood, prenez bien soin de préciser combien de temps vous restez. Ou vous risquez de devenir des résidents permanents… de la Quatrième Dimension. »

    « Je... n'ai... rien... réservé... du tout... » laissais-je échapper en réponse à la voix, tandis que nos ceintures se débloquèrent.

    Il me fallu un petit moment pour réagir. Hadès et Eurus s'étaient déjà levé. Le dieu s'était approché et mis en face de moi. Puis, il m'avait tendu ses deux mains avec un petit sourire afin de m'aider à me lever. Instinctivement, je lui avais pris les mains et je m'étais fait aider afin de me retrouver debout, face à lui. Il me prit dans ses bras et entamma quelque pas de danse. Je me laissais faire. Je n'avais pas la force de lutter. Ce qu'on venait de vivre était pire que combattre le plus grand géant de Vigrid !

    Une fois que Hadès se détacha de moi, je sentis un haut le coeur. On était où ? Qu'est ce qui venait de se passer ? Je sentais encore mes jambes trembler quand on quitta la pièce. Je n'avais jamais ressentis une situation pareil. On était que tous les trois, mais à quelque mètres de nous, des gens sortaient d'une autre pièce et ils semblaient en superbe bonne forme. Où on était ? Me demandais-je une nouvelle fois. Je n'arrêtais pas de me poser la question.

    On arriva dans une nouvelle grande pièce, sans sièges mais avec des étagères de partout. Il y avait plusieurs objets, des caisses au loin et des gens qui achetaient un peu de tout. Le décors semblait ancien. Mais où étions nous ? Hadès s'approcha de moi avec une peluche dans les mains.

    « Tiens ! Ton petit Mickey souvenir ! Ne me remercie pas ! »

    Après m'avoir donné la peluche, il me fit une bise sur la joue. C'était quoi son délire ? Il se souvenait qu'il venait de tuer quelqu'un et qu'on était témoin de la scène ? Je pris la peluche une nouvelle fois instinctivement. Puis, je me tournais vers les autres projets qui nous entouraient, avant de poser mon regard sur Eurus.

    « Il se passe quoi ici ? »

    Sans crier gare, Hadès s'approcha une nouvelle fois, avec quelque chose sur la tête.

    « Ne perdez pas de temps dans la boutique, ça va être le chaud de Chewbacca ! » s'exclama t'il tout heureux.

    C'était quoi ça Choucaca ? Il sortit de la boutique sans nous attendre. Mes pieds le suivirent. Mais je n'étais pas sûre d'être encore ici avec eux...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Sherlock n'est pas quelqu'un de compliqué...
...sauf quand il ouvre la bouche et qu'il se met à parler... !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Contenu sponsorisé




La Casa de Noel ◈ NORA _



________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

La Casa de Noel ◈ NORA





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours