MAGIC LEAGUE 4
AVRIL 2019
de DYSON


PETER PAN
MAI 2019
de NAT


MAGIC LEAGUE 5
JUIN 2019
de DYSON



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League 4 : L'Univers Perdu ☆ Evénement #108
Une mission de Dyson - Depuis le 13 avril 2019
« Le soleil brillera de nouveau sur nous. »

Partagez
 

 [Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Honey Lemon


« Le soleil brillera
de nouveau sur nous. »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3425
✯ Les étoiles : 4031


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Le soleil brillera de nouveau sur nous. »


________________________________________ Lun 4 Mar 2019 - 23:38

Manifestement, Michel-Ange aimait jouer à cache cache. Honey s'était demandé si c'était elle qui n'avait pas été assez claire : dans son esprit, "se retrouver après" signifiait se retrouver à la sortie des vestiaires, pas trois encablures plus loin. Mais encore aurait-il fallu qu'elle le précise, certes...
Honey n'avait pas détesté la ballade dans les nouveaux locaux de la mairie qui étaient à l'image de leur maire. Là-dessus, aucun doute n'était possible.
C'était tout naturellement qu'elle s'était dirigée vers la sortie, confortée dans cette idée par les quelques personnes à qui elle avait demandé si le maire était passé par là. Et personne n'avait su lui répondre. Alors était-ce vraiment surprenant de le trouver comme il était ? Absolument pas. Tout comme il n'était pas étonnant qu'elle ait terminé de se changer après lui. Même sans la partie maquillage et coiffage des cheveux, il fallait se transvaser d'un fauteuil à l'autre et s'habiller sans l'aide de ses jambes. Plus question pour Honey de sauter dans un pantalon : elle avait certes depuis longtemps appris à être rapide mais ne pouvait pas l'être exactement comme une personne ordinaire.
Mais Michel-Ange non plus n'était pas ordinaire, de toute façon.
Honey lui sourit, l'observant, lui, ses idées bien personnelles et Lycos, désormais fidèle compagnon un peu boulet mais adorable. D'aucun auraient sans doute plus dire qu'il était comme son maître, en fin de compte. La chimiste préférait émettre un jugement plus nuancé, mais cela lui sortit bien assez vite de la tête quand il mentionna la mairie, ses responsabilités, Hervé et Deborah.
Y avait pas à dire, Michel-Ange ne manqua pas de talent pour commencer un "rencart" en mentionnant pile ce que Honey aurait voulu oublier pendant un moment. Mais soit, ça faisait son charme. Honey aimait bien Deborah. A sa façon, elle était intellectuellement stimulante et aurait fait un sujet d'étude passionnant - même si la scientifique, si passionnée soit-elle, ne comptait pas lui demander. Evelyn, pour ce qu'elle en avait appris, avait déjà tiré quantité d'informations intéressantes au sujet des émotions : Deborah ne pourrait que trouver ennuyeux de s'y remettre avec une autre blonde.
Honey, pour sa part, aurait pu trouver ennuyeux l'idée d'aller acheter une laisse et des affaires à Lycos. Ce n'était pas totalement l'idée qu'elle se faisait de la journée mais il fallait voir le bon côté des choses : ils passeraient du temps ensemble et, à entendre Michel-Ange, c'était dorénavant quelque chose après quoi il fallait courir.
- Ca marche ! s'enthousiasma la jeune femme. Enfin... ça roule. Cela dit, si je peux me permettre pour un meilleur examen tu devrais aller voir un vétérinaire : il sera plus qualifié qu'un vendeur en animalerie. MAIS comme tu as effectivement besoin d'affaires pour Lycos, il faut bien y passer. On peut aller là où j'ai acheté Schrödinger. Ils avaient l'air compétent et... maintenant que j'y pense, je ne suis même pas sûre qu'il y ait d'autres animaleries en ville.
Ils s'étaient mis en route tout en parlant, s'éloignant à chaque seconde de la mairie. Michel-Ange était sur le qui-vive comme s'il était l'homme le plus recherché du pays.
- Si je peux me permettre, intervint Honey après un temps, je crois que ton attitude générale est plus susceptible d'attirer l'attention sur toi que si tu marchais la tête haute et l'air assuré. Tu es Monsieur le maire, maintenant. Personne n'a à te demander des comptes sur ce que tu fais de tes journées et de toute façon, considérant aussi le taux de participation aux dernières élections en particulier et à la vie politique en général, je pense que très peu de gens en dehors de ton équipe qui n'est manifestement pas dans cette rue se soucient d'où tu vas, quand et avec qui. Sans vouloir te blesser. De toute façon, Deborah n'invoquerait pas un démoniste.
... Parce que ça n'existe probablement pas, manqua-t-elle d'ajouter avant d'opter pour :
- Son truc, c'est le poison. Elle les connait tous - et les antidotes aussi - quand il y en a. Mais de toute façon, faut pas t'en faire : je crois qu'elle t'aime bien sinon elle serait jamais venue dans ton équipe. C'est Dyson qu'elle n'aime pas.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Michel-Ange Turtles


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Michel-Ange Turtles


╰☆╮ Avatar : Andrew Garfield

Ѽ Conte(s) : Teenage Mutant Ninja Turtles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Michel-Angelo - La Tortue Orange

✓ Métier : Maire de Storybrooke
[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 Maire

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2177
✯ Les étoiles : 13137


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 8 Mar 2019 - 17:23



T'es plutôt mignon, dans ton genre!






Michel-Ange marchait les mains dans les poches, et quand Honey le rassura, il retira sa capuche. C’est vrai, il était Maire de la Ville, il n’avait de compte à rendre à personne. Pas même Hervé, qui quelques étages plus haut tirez les rideaux métalliques de son bureau pour déclarer à voix haute :

« Debbie ! Debbie ! Le Maire est parti encore avec la blondinette ! Franchement, si ça continue, je me présente. C’est fou comme les gens ne voient pas le travail de l’ombre… Et regarde qui brille sous le soleil, avec son sourire à faire fondre mon coeur… Monsieur l’Maire. J’en peux plus Debbie. J’en peux plus. »


Mais de là où ils étaient, Michel-Ange et Honey ne pouvaient pas les entendre. Fronçant un peu les sourcils sous le soleil, Michel-Ange leva comme un benet son nez vers celui-ci et éternua. Ca lui arrivait souvent.

« Désolé, quand je regarde le soleil, c’est plus fort que moi, j’éternue. C’est bizarre. Tu as raison, je suis le Maire de la Ville. L’homme le plus important de cette dernière ! »


Et, se donnant contenance, il bomba le torse de manière expressive. Passant sa main dans ses cheveux d’un air affectueux, ils tournèrent à l’angle de la rue et Michel-Ange poursuivit :

« Elle n’aime pas Dyson ? Ca se sent, mais je ne savais pas que c’était si évident. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Quoi qu’il ne soit, c’est toujours utile de mettre en compétition deux personnes qui ne s’aiment pas. C’est productif, comme Coca Cola ! »


Ricanant à sa propre blague ironique, ils avancèrent dans la ruelle où les commerces étaient entassés. Depuis que le centre commercial allait être inauguré, il savait qu’il n’était pas le bienvenue. Mais ce n’était pas son idée, lui, était plus pro-petit commerce. Il aurait d’ailleurs adoré vivre en RDA rien que pour ça. Sans l’oppression et la dictature, bien évidemment. Rentrant dans la boutique, il se retourna pour voir Honey monter la petite pente qu’il avait installé devant tous les commerces de la ville. Trop fier de lui, il bomba le torse.

« Madame la Première Dame peut faire ses emplettes partout. »


Mais il fut interrompu par un vendeur, qui, le regard un peu vide et blasé, les acceuillirent avec toute la peine du monde.

« Bonjour, que puis-je faire pour vous ?... »


Michel-Ange s’avança un peu vers lui, fixant ses pupilles dilatées et ses yeux injectés de sang. Pas de toute, ça sentait la Marijuana à plein nez. Il n’était pas contre, simplement, sur un lieu de travail, ça n’était pas terrible. Mais qui était-il pour juger ? Après tout, il n’était pas manutentionnaire, alors ça lui allait.

« Je vous amène, mon chien, Lycos. J’aimerai acheter des trucs de chiens. Des laisses, un panier, des croquettes… Euh… Séniors. Je pense qu’il est âgé. »


Le vendeur s’accroupit devant Lycos, qui comme un gros débile lui tira la langue et lui donna la patte d’un air joyeux. Le vendeur observa ses dents.

« Effectivement… Il n’est plus très jeune, on va lui mettre la gamme sénior… Et pour vous ma beauté, ça sera quoi ? »


Il s’était rapproché de Honey. D’ailleurs, il n’avait pas fait attention, mais Michel-Ange était rentré bien avant elle. Et il avait foncé comme d’habitude, vers les ustensiles pour chien sans se soucier de sa chère et tendre. Passant sa main sur son visage, il considéra que c’était de sa faute. Le vendeur avait du penser qu’ils n’étaient pas rentré ensemble et il la draguait. C’était des choses qui arrivaient. Comme de faire tomber toute une étagère de boîte de pâté pour chien, qui se déversèrent dans un vacarme assourdissant au milieu de l’animalerie.

« Oops. Comme je suis maladroit. Désolé. Tout le monde vous le dira en ville, Monsieur le Maire est maladroit. »


Le titre, c’était pour affirmer son autorité. Mais quand il croisa le regard de Honey, son coeur se serra. Mais pourquoi était-il aussi jaloux ? Il allait finir par la faire souffrir, s’il continuait ;, c’était sur et certains.

« Je vais ramasser... »





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

       

Stupid Dog, Stupid Boy!
 
“Lycos n'est pas idiot. Ce sont ceux qui le pensent qui le sont.”
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Honey Lemon


« Le soleil brillera
de nouveau sur nous. »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3425
✯ Les étoiles : 4031


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Le soleil brillera de nouveau sur nous. »


________________________________________ Ven 8 Mar 2019 - 23:56

Eternuer face au soleil, ce n'était pas si surprenant que ça - même si ça n'arrivait jamais à Honey. Il s'agissait juste d'un réflexion biologique assez courant que Honey se fit une joie d'expliciter :
- Ca n'a rien de bizarre. Eternuer quand on regarde le soleil, je veux dire. On appelle ça le « réflexe photo-sternutatoire ». Environ un quart de la population fait la même chose mais je suis dans les trois quarts restant. En fait la luminosité du soleil provoque un afflux de signaux reçus par tes nerfs optiques qui court-circute les nerfs de ton nez qui sont juste à côté. D'où l'éternuement. A cause de ça l'US Air Force ne t'embauchera jamais mais tu ne comptais pas t'engager, si ? [oui, j'ai cherché pourquoi sur Google]
Honey n'avait pas mentionné la probabilité que cette particularité soit liée à une anomalie génétique congénitale car rien n'était prouvé et ce n'était pas important. Elle s'était contentée d'observer le soleil, de se retenir de lui expliquerait comment il finirait par s'effondrer sur lui-même pour devenir une naine blanche puis de passer à totalement autre chose quand ils tournèrent au coin.
Comme elle ne savait pas réellement ce qui déplaisait à Deborah chez Dyson et qu'elle trouvait impoli de se perdre en conjectures sur la vie privée des gens - puis qu'elle jugea inutile d'informer Michel-Ange que Coca Cola n'avait jamais fait breveter sa boisson afin que jamais leur recette ne tombe dans le domaine public [un brevet servant, après tout, à terme à permettre le progrès général] - elle se contenta d'un commentaire plus banal :
- Peut-être que les observer pourrait être une étude sociale passionnante. En tout cas, avec eux et Hervé, sans parler de tes responsabilités, tu ne vas pas t'ennuyer et c'est une bonne chose.
Le trajet jusqu'à la boutique ne fut plus très long après ça et l'accès facile. Honey savait que Michel-Ange en avait fait une priorité de son programme et en était flattée, d'autant plus qu'elle aurait été en mesure de lui pondre une étude en 170 pages sur les avantages de l'accessibilité pour tous [pour du vrai, j'ai fait un mémoire là-dessus] et qu'elle était la première à en profiter. Oui, assurément, il avait de quoi être fier, c'était un bel accomplissement. Indépendamment de son état physique, d'ailleurs.
Mais c'était surtout la première fois qu'il l'appelait "première dame" et, à ce moment-là, c'est cette information qu'elle retint et qui lui décrocha un énième large sourire. Si bien qu'elle ne fit pas tellement attention à la morosité du vendeur. En fait, elle observait les lieux, cherchant ce qui avait changé depuis qu'elle avait adopté Schrödinger, son chat noir et borgne. Il était moins vieux que Lycos et elle prêta vaguement attention à cette histoire de "senior" mais sans plus. Honey ne revint au monde qui gravitait autour d'elle que quand le vendeur s'adresse à elle. Alors la jeune femme papillonna des yeux, perplexe. Comment ça "pour elle ce serait quoi" ?
- Je...
Elle allait fournir une réponse plus complète quand la maladresse assourdissante de Michel-Ange l'interrompit. Pourquoi n'était-elle pas plus étonnée que ça ? Le pauvre vendeur, quant à lui, soupira et traina des pieds pour aller attraper les boites et les repositionner, ce à quoi Michel-Ange l'aida.
Quand la dernière boîte fut posée à sa juste place, le vendeur se tourna de nouveau vers Honey, baragouina des excuses et réitéra sa question à sa "beauté". Le surnom, du moins dans la bouche de cet homme, ne plaisait pas à Honey mais elle préféra outrepasser ce détail et clarifier la situation au plus vite :
- En fait j'accompagne mon amoureux. Il me faut rien mais à lui il faut plein de choses pour Lycos. Vous voulez bien les lui chercher ? demanda-t-elle avec un gentil sourire.
Il marmonna de nouveau mais se dirigea vers l'arrière du magasin et ferait - elle l'espérait - probablement une escale dans l'arrière boutique pour tout leur dégoter. Honey en profita pour rouler jusqu'à Michel-Ange pour attraper sa main droite et la presser entre les siennes.
- Dis-moi... juste pour savoir... Monsieur le maire maladroit n'aurait-il pas fait légèrement exprès de faire tomber les boîtes ? Sans même utiliser son mutagène surpuissant pour éviter les dégâts ? Je trouve l'hypothèse de l'accident non accident légèrement plus crédible. Qu'est-ce que tu en penses ? Moi je pense que ce garçon n'est absolument pas mon type, qu'en fait je suis déjà prise et que peut-être tu devrais avoir légèrement plus confiance ? Je te l'ai déjà dit, dans internet, avant, après : tu es assez bien pour moi. A la piscine j'ai même assez explicitement annoncé que j'étais totalement disposé à ce qu'on couche de nouveau ensemble mais t'as pas dû faire attention. A ce garçon, je dirais jamais un truc pareil. Par exemple.
Et comme quand on parle du loup en on voit la queue (cet enchainement...), ledit vendeur revint avec bon nombre d'affaires, s'arrangeant pour ne pas faire exprès de déposer un peu brutalement un des sacs sur le pied du maire maladroit.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Michel-Ange Turtles


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Michel-Ange Turtles


╰☆╮ Avatar : Andrew Garfield

Ѽ Conte(s) : Teenage Mutant Ninja Turtles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Michel-Angelo - La Tortue Orange

✓ Métier : Maire de Storybrooke
[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 Maire

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2177
✯ Les étoiles : 13137


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Lun 11 Mar 2019 - 13:26



T'es plutôt mignon, dans ton genre!






Le sac se posa sur le pied de Michel-Ange. Sentant arriver un danger, cependant, il ne le bougea pas. Se contentant d’encaisser le choc sans le moindre mot et sans le moindre mal. Souriant légèrement, poli, il souleva l’intégralité des affaires et les déposa sur la caisse comme si c’était du beurre. Fronçant les sourcils, le vendeur lui indiqua le prix. C’était élevé, mais Michel-Ange avait bien vérifier les prix. De toute façon, il s’en moquait. C’était pour Lycos. Et même si être maire lui rapportait pas mal, même pauvre, il donnait toujours tout pour ceux qui l’aimaient.

« Merci! »


Sortant du magasin, pour pouvoir le répondre au calme, Michel-Ange se tourna vers Honey, toutes les affaires dans le panier de Lycos, eux même dans ses bras.

« Je vois pas d’quoi tu parles. Le mutagène, ça marche pas comme ça »
bougonna-t-il.

En fait, si, elle avait raison.  Il aurait pu retenir l’armoire, il aurait également pu soulever le vendeur à quelques centimètres du sol au milieu du magasin. Mais il n’avait fait ni l’un ni l’autre. Avançant sous le soleil du printemps qui commençait à pointer le bout de son nez, il poursuivit :

« Ca n’a rien à voir avec la confiance en soit. Rien n’est acquis dans la vie, y compris les amoureux. Ce qu’on te donne, la vie peut te le reprendre très vite. J’ai bien compris ça dans l’internet... »


Son estomac se noua un peu. En effet, il faisait référence à ce qui s’était passé dans l’internet. Quand elle avait disparu, Michel-Ange avait un peu pété les plombs. Tournant à l’angle de la rue qui menait à son appartement, Michel-Ange se tourna vers Honey et finalement continua :

« On est à l’abri de rien. Quand on a quelque chose qu’on aime plus que tout au monde, on a peur de le perdre. C’est comme ça, tu me changeras pas. Mais tu sais, je fais des efforts là dessus ! Et tu devrais dire à ton père de faire pareil. Je crois qu’il a peur pour toi, et du coup, il m’aime pas. C’est sur et certains. »


Hochant la tête, Michel-Ange rentra dans l’ascenseur qui menait à son appartement. Rentrant le numéro de l’étage, Michel-Ange passa la porte de l’ascenseur et alla directement devant sa porte, sortant les clefs, il entra comme une furie, les joues un peu rosées par ce qu’il allait dire :

« Y’A QUELQ’UN ? C’est bon y’a personne Honey, on va pouvoir faire l’am... »


Mais la porte de la chambre d’Eulalie claqua aussitôt comme une furie, et cette dernière apparut rapidement pour couper sa phrase :

« Non. Y’a quelqu’un. Je suis là. Bonjour. »


Michel-Ange tourna plusieurs fois des yeux, las. Il y avait toujours quelqu’un dans cette fichue colocation. Pas moyen d’être tranquille avec sa copine. Elle dévisagea un peu Honey de bas en haut, de manière un peu inquisitrice. Pour couper court à son regard, Michel-Ange lui jeta le panier dans les bras pour lui couper le souffle. Lycos, lui, se jeta sur le canapé et commença à bailler.

« Enchantée Honey c’est ça ? Je suis Eulalie. »


Elle ne semblait pas vouloir voir le chien. Certainement, qu’elle devait faire un rejet. Michel-Ange pria le ciel pour que Théodore ne soit pas là. Eulalie fit un sourire à moitié gêné.

« Tu travailles pas ? »


Elle leva la tête, comme si elle le jugeait. Michel-Ange la foudroya du regard.

« Et toi tu travailles jamais ? »


Elle jeta le panier dans un coin, avec un air un peu dégouté. Sur la table de la cuisine, Godzilla Junior les dévisagea d’un air mauvais. Stupide lézard.

« Si. Mais j’ai perdu ma paire de menottes. Je les cherchais. »


Michel-Ange regarda le bazar ambiant. Ca commençait un peu à l’énerver de vivre à 4 et maintenant 5 dans un appartement.

« Par contre j’ai refusé de prendre une arme. Vu que la dernière fois, tu m’as agressé avec... »


Elle sourit distraitement, mais Michel-Ange savait que c’était un reproche.

« Honey. Eulalie. Eulalie. Honey. »


Il se déplaça, un peu en colère et installa le panier à côté de la table basse. Godzilla Junior tourna le dos pour ne plus les voir.

« Lycos. Mon chien. Notre chien. A tous. »


Eulalie se dressa presque devant lui, offusquée et se plaça à côté de Godzilla Junior. Comme s’ils étaient tous les deux du même avis.

« Depuis quand on a un chien ? Théo est d’accord ? »


Elle croisa des bras, et Godzilla Jr. tira stupidement la langue pour chopper une mouche.

« Je le promènerai pas. Tu te débrouilleras. »


Soudain, elle se souvint de la présence de Honey et déclara joyeusement, mais maladroitement, comme d’habitude car son intelligence sociale n’était encore bien développée :

« Vous voulez boire quelque chose ? On a du café. Du Thé. Du Sirop à la menthe. Des bières. De l’eau, aussi. »


Michel-Ange passa une main sur son visage et déclara d’un ton las à Honey.

« C’est ma collocatrice. Celle qui pense que le monde tourne autour d’elle et de son rat à écaille… Je te signale que Théodore est au courant ! »


C’était vrai. Même s’il était contre.

« Et que je suis le Maire de la Ville. Et que par autorité du Maire, je décrète que Lycos a le droit d’être ici ! »


Et, il se produit l’improbable. Lycos se mit à fixer Godzilla, grogna et se jeta sur lui. Grâce ses réflexes, Michel-Ange se saisit de Lycos et manqua de renverser Honey en allant au sol avec lui.

« TON CAMELEON L’A PROVOQUE ! REGARDE SON AIR MECHANT ! »




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

       

Stupid Dog, Stupid Boy!
 
“Lycos n'est pas idiot. Ce sont ceux qui le pensent qui le sont.”
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Honey Lemon


« Le soleil brillera
de nouveau sur nous. »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3425
✯ Les étoiles : 4031


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Le soleil brillera de nouveau sur nous. »


________________________________________ Lun 11 Mar 2019 - 23:50



T'es plutôt mignon, dans ton genre!


Honey était impressionnée alors qu'il n'y avait sans doute pas de quoi l'être : avec un génome si différent du sien, c'était probablement normal qu'il n'ait pas cillé quand le sac était - lui aussi volontairement - tombé sur son pied. En fin de compte, c'était par empathie que la jeune femme avait grimacé, même si elle savait que Michel-Ange allait s'en remettre largement - il le prouva d'ailleurs en frimant, ce qui n'était pas surprenant. Elle savait aussi que ses propres pieds n'auraient rien senti non plus, mais c'était une autre affaire que la jeune femme n'aborda pas, pas même pour plaisanter.
Ce n'est qu'en sortant du magasin que Michel-Ange rompit le silence. Honey l'avait bien sûr suivi, non sans saluer le vendeur en partant - par pure politesse, s'il est encore besoin de le préciser. Elle le laissa bougonner, se contentant d'afficher un sourire entendu qui se mua l'instant d'après en une expression plus sérieuse. L'internet. C'avait été une sacrée histoire qui aurait pu très mal se finir. Heureusement, l'équipe avait été là. Et Deborah aussi, dans une moindre mesure. Malgré tout, la jeune femme comprenait le point de vue de Michel-Ange pour en avoir aussi fait la douloureuse expérience, par le passé. En fait, Honey savait aussi qu'un an auparavant, bien avant que leurs sentiments respectifs n'éclatent au grand jour, sa vie aurait pu prendre fin sous un immeuble en ruines, là où celle de Jim Gordon s'était achevée (Cyril, si tu passes par ici [Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 2724229657). Que ça avait dû être dur pour Barbara !
Instinctivement, Honey pressa la main de Michel-Ange, comme pour le rassurer, lui faire littéralement sentir qu'elle était là et qu'elle ne comptait aller nulle part. Ni maintenant, ni jamais. Enfin, du point de vue métaphorique. Du point de vue littéral, ils étaient en mouvement et arrivaient chez Michel-Ange. Honey reconnait l'endroit pour y être déjà passée.
Pour l'heure, il valait mieux que la scientifique se taise et laisse parler le cœur de Michel-Ange qui touchait le sien (seigneur, Cam, t'avais pas plus mièvre ?). Elle aurait encore largement le temps de revenir sur tout ça plus tard, ailleurs que dans un ascenseur trop rapide pour les beaux et longs discours.
Cependant, elle se sentit obligée de rebondir immédiatement sur l'allusion à son père :
- Papa t'aime bien. Il fait juste semblant que t'es pas assez bien pour moi. Pour te tester. C'est son truc parce que... tu sais ce que c'est, non ? Les papas et leur petite princesse... Enfin, non, tu peux pas savoir mais... bref, tu vois ? Il t'aime bien. Il me l'a dit.
Cinna Lemon pouvait se montrer intrusif et profondément taquin. Hazel, sa femme, avait plusieurs fois roulé des yeux en sa direction pour lui intimer d'être moins curieux quant à la vie sentimentale de leur fille. Celle-ci avait juste tâché d'éviter les conversations sur le fonctionnement biologique de sa vie intime. Même pour la science, il y avait des limites à ne pas franchir.
La jeune femme y songeait quand Michel-Ange tourna la clé dans la serrure de son appartement et s'écria, de sorte qu'elle sortit brutalement de ses pensées. Elle se hâta de combler les quelques pas qui les séparaient pour rentrer dans l'appartement, prêter attention aux projets de Michel-Ange puis voir débouler une furie rousse qui ne pouvait qu'être Eulalie. La fameuse, enfin devant elle. Honey lui sourit de toutes ses dents mais nota son air perplexe devant elle. Le fauteuil, peut-être ?
- Salut ! s'écria la jeune femme avec excitation en lui tendant la main. Oui, moi c'est Honey et je suis tellement CONTENTE qu'on se rencontre enfin ! J'ai tellement entendu parler de toi ! Et je dois dire que tu es telle que je t'imaginais, absolument ravissante. Bien que je crois que l'expression utilisée était "particulièrement sexy quand elle fait des gaufres en sous-vêtements" mais ravissante me parait plus approprié.
Honey ne se défaisait pas de son sourire, tellement contente de cette journée. Elle en avait presque oublié l'idée de s'envoyer en l'air et laissait à présenter les deux colocataires discuter entre eux de choses qui ne la concernaient pas forcément mais qu'elle entendait puisqu'elle était là. Honey se servait aussi de ses yeux pour observer les lieux et noter les changements, comme, par exemple, le lézard. Elle eut alors des tonnes d'informations à donner sur cette espèce mais se dit que ça n'allait intéresser qu'elle. De même, elle aurait pu donner quantités d'informations sur les chiens mais elle sentit rapidement que ça n'aurait qu'aggraver la situation. Quant au nom de Théo évidemment qu'il évoqua des souvenirs communs qui les ramenaient à l'internet, une fois encore. Tiens, comment allait-il, d'ailleurs ? Difficile là encore d'interrompre la dispute pour demander alors Honey attendit.
- Du thé ce serait cool, répondit-elle à Eulalie quand elle se souvint de sa présence. Je peux le faire si tu veux. Je sais que c'est ta coloc, ajouta-t-elle cette fois à l'attention de Michel-Ange. T'as parlé d'elle la première fois que je suis venue ici - mais c'est pas lui qui m'a dit pour les gaufres, ajouta-t-elle à nouveau pour Eulalie d'un air complice.
Honey se tourna alors de nouveau vers Michel-Ange pour enchainer :
- Je suppose que tu sous-entends qu'elle croit métaphoriquement que la Terre tourne autour d'elle parce que sinon tout le monde sait que nous comme dans un système héliocentrique, n'est-ce pas ? Tu sais, les lézards c'est plutôt fascinant comme genre, certains ont même des paupières mobiles qui leur permettent de voir deux actions distinctes en même temps ! C'est fou, non ?
Il était fort probable que 1) Honey ait pris parti sans le vouloir réellement et que 2) elle soit la seule que ce qu'elle venait de dire intéressait. Oups.
Cependant, ce n'est pas ce qui manqua de la renverser. Honey rajusta ses lunettes et cligna plusieurs fois des yeux devant la scène improbable devant elle. La jeune femme était sidérée par tellement de choses ici qu'elle n'aurait pas su par où commencer. Finalement, elle se racla la gorge pour rappeler, au cas où, sa présence et proposer d'un air incertain :
- Je peux repasser si vous avez des choses à régler. Et manifestement, vous en avez. Eulalie, je suis désolée que la compagnie de Lycos ne te plaise pas. C'est de ma faute, alors blâme moi s'il faut blâmer quelqu'un. C'est pas du fait de Michel-Ange si on l'a croisé et s'il nous a suivi. Michel-Ange, j'ai pas eu le temps de te le dire tout à l'heure et comme les deux points sont liés autant les aborder les uns à la suite de l'autre : tu ne me perdras pas. Et tu ne m'avais pas perdue dans l'internet, on était simplement pas au même endroit pendant un petit moment et de ça aussi j'en suis désolée parce que je t'ai fait défaut à ce moment-là. Mais moi j'allais bien, j'étais dans la corbeille et hormis A.S.T.R.I.D. personne ne s'en est souciée. Ensuite elle m'a restaurée, comme si elle avait déverrouillé une porte, et on était de nouveau au même endroit.
Honey commençait de nouveau à se rapprocher de l'entrée mais se tourna encore une fois :
- Lycos, tu me déçois. Tu es un ancien moteur de recherche, je suis sûre que tu as un jour cherché sur internet à quel point les reptiles c'est cool. Tu devrais t'excuser, tu as a priori bien plus de connaissances que ton colocataire à écailles.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Eulalie


« Chaque fois que j'déprime ça m'déplume ! »


Eulalie


╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Famille Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Capitaine Amazone Sexy

✓ Métier : Flic canon à temps partiel
[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 8wav

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8826
✯ Les étoiles : 15079


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Chaque fois que j'déprime ça m'déplume ! »


________________________________________ Ven 15 Mar 2019 - 21:37


What is love ?


Si Michel-Ange s'était chargé de tenir son canidé aussi bien qu'il le pouvait, j'avais de mon côté récupéré Godzilla Junior que je serrais contre moi tout en affichant un air des plus réprobateurs. Il ne l'avait pas dressé avant de l'emmener ici ? Il aurait dû. Ce n'était pas prudent de faire entrer dans cette colocation un être vivant qui n'était pas doté d'un minimum de savoir-vivre. Savoir-vivre dont je manquais atrocement à cet instant et j'en étais pleinement consciente.

"Non !" m'exclamais-je presque en me retournant vers Honey alors que je l'avais très clairement entendu tout les mots qu'elle avait pu prononcer.

Je l'avais remarqué du coin de l'oeil prête à sortir de l'appartement et ce n'était pas vraiment ainsi que j'avais prévu les choses. Pour être honnête, je n'avais pas anticipé que notre rencontre se passe aujourd'hui, encore moins dans de telles conditions. J'étais de nouveau en pleine possession de mes capacités, donc en meilleure forme qu'au mois de décembre, mais c'était à présent émotionnellement que j'étais des plus instables. A la réflexion, c'était toujours plus ou moins le cas depuis ma création.

"Tu ne pars pas." ordonnais-je presque après un nouveau coup d'oeil mauvais en direction de Lycos, avant de m'écarter de la cuisine pour rejoindre la fauteuil de la jeune femme. "Je vais faire le thé. Et je suis très contente de te rencontrer aussi. Il m'a beaucoup parlé de toi. En bien, évidemment."

J'achevais cette phrase d'un sourire que je voulais le plus aimable possible, bien qu'il était tout aussi maladroit. Je n'étais pas une professionnelle en terme de gestion de relations sociales. Je ne faisais pas d'efforts généralement mais j'estimais qu'elle le méritait puisqu'elle comptait beaucoup pour Michel-Ange.

"C'est la première fois que je vois une chaise qui roule. C'est joli." commentais-je distraitement en penchant légèrement ma tête sur le côté.

Je faisais de mon mieux, vraiment. Il y avait juste certaines remarques que je n'arrivais pas à retenir. Je ne manquais au moins jamais de naturel. Doucement, je posais Godzilla Junior sur ses genoux et il n'émit aucune protestation, s'enfonçant un peu plus près du ventre de la jeune femme.

"Il t'aime bien, lui aussi." estimais-je en hochant la tête. "Pas autant que Michel-Ange t'aime, mais il te préfère au chien."

Tout en parlant, je m'étais placée derrière elle pour la faire rouler jusqu'à la cuisine avant de relâcher le fauteuil et d'ouvrir quelques placards dont je sortais plusieurs sachets de thé de différentes variétés.

"On vivait avec... un chat, avant. Pas un vrai chat, mais une personne qui a été chat, donc je n'imaginais pas un jour avoir un chien ici, même si je n'ai rien contre." expliquais-je finalement, mon coeur se serrant toujours à l'évocation de Figue. "Du moins... Je crois. J'ai ramené un poisson et un lézard donc je n'ai rien à dire. On va manquer de place cela dit un jour."

C'était une simple constatation. Il ne manquerait plus qu'un cheval et un panda et la colocation serait définitivement complète. J'aurai bien aimé avoir un panda. Ou un crocodile. C'était encore plus gros comme reptile. Mais je ne voulais pas que Cléo et Godzilla soient jaloux, il était préférable que je cesse d'adopter.

"Théo connaît beaucoup de choses sur les lézards lui aussi. Vous vous entendriez bien. J'aimerai bien en connaître autant. On pourra en discuter un jour toutes les deux ? Et je prendrais des notes. Pour ne rien oublier. Je veux faire les choses bien et m'occuper de lui correctement."

J'avais continué à m'afférer dans la cuisine, mettant de l'eau dans la bouilloire qui chauffait tranquillement sur les plaques de cuisson alors que j'avais sorti une tasse pour la jeune femme. Bien entendu, celle de Magrathéa n'était dans aucun placard, je l'avais dissimulé comme il se doit. Je ne voulais plus la voir, de toute manière.

Je secouais un peu la tête, soupirant discrètement alors que je souriais de nouveau à Honey. Elle était vraiment jolie. Et tellement enthousiaste. Elle avait l'air gentille, aussi, et la façon dont elle avait tenté de rassurer Michel-Ange m'avait presque fait fondre. De manière imagée, bien sûr. J'avais trouvé ça adorable.

"Je n'ai pas trop compris votre histoire d'Internet. Je sais juste aller sur Google et faire des recherches. Je connais le streaming, aussi. Et j'utilise Instagram." précisais-je avec une moue, plutôt satisfaite de mes connaissances qui certes n'étaient pas extraordinaires mais me suffisait. "Mais si ce chien est un moteur... c'est comme un cousin de Google ?"

Je jetais un coup d'oeil intrigué en direction de l'animal, avant de relever mes yeux vers mon ami. Ce n'était pas si étonnant. Après tout il ne se passait que des choses étranges dans cette ville et rien n'était plus capable de me surprendre. Ca le rendait un peu plus intéressant si ce n'était pas juste un animal qui avait été abandonné au bord de la route - même si je n'aurai pas pu refuser qu'on l'héberge dans ces conditions, je méprisais ceux qui abandonnaient qui que ce soit.

"Peu importe. On le garde, maintenant qu'il est là." achevais-je sans leur laisser le temps de me répondre en haussant les épaules tout en attrapant plusieurs des sachets de thé pour les montrer à Honey un peu trop brusquement. "Quelle saveur ? Oh, tu veux des gaufres avec sans doute ? Je peux en faire. J'ai un peu de temps avant d'aller voir Nolan et d'aller travailler. Je suppose que c'est la Déesse des Goûts et des Dégoûts qui t'en a parlé et elle les avait adoré. Elle est très gentille, Michel-Ange a eu raison de la faire travailler dans son équipe. Par contre je ne pense pas me mettre en sous-vêtements aujourd'hui..."

Je préférais lui en faire la précision, pour qu'elle ne soit pas déçue que je garde ma tenue quotidienne qui en révélait déjà assez sur le fait que j'étais sexy, en fin de compte. J'adoptais un air désolé malgré tout, ne sachant si c'était ce qu'elle attendait... ou pas. Elle préférait certainement voir Michel-Ange en sous-vêtements. Je chassais cette idée de ma tête rapidement, c'était trop gênant. J'étais presque touchée cela dit, par ce qui se dégageait d'eux. Et ça me faisait un peu mal, aussi. Pourquoi est-ce que ça avait l'air si facile d'aimer pour les autres ?

"Je peux faire des cookies sinon." achevais-je en me raclant la gorge, me demandant si finalement je n'aurai pas dû plutôt les laisser seuls au lieu de m'imposer.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

THE MORE THAT I'M WITHOUT YOU
THE LESS I KNOW IF I WAS RIGHT.
I know it hurts that we don't touch anymore, it's even worse 'cause we built this from the floor. It's just as hard for me to know I might see you 'round, just as hard for me to worry 'bout reachin' out. The more I think about you, the more I keep the ghost alive.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-b http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Honey Lemon


« Le soleil brillera
de nouveau sur nous. »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3425
✯ Les étoiles : 4031


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Le soleil brillera de nouveau sur nous. »


________________________________________ Sam 16 Mar 2019 - 12:22



T'es plutôt mignon, dans ton genre!


Honey n'aimait pas qu'on lui donne des ordres et ça l'avait surprise d'entendre ce "non" si catégorique sortir de la bouche d'Eulalie. Cela étant dit, la jeune femme avait obtenu l'effet escompté : l'arrêter dans son mouvement. La blondinette avait ensuite tourné la tête dans sa direction, attendant ses explications. Qui ne tardèrent pas, un octave plus, mais toujours avec la même dureté assurée. Apparemment, ça restait une injonction un peu maladroite socialement parlant.
Pourtant Honey revint sur ses pas (ou plutôt ses roues). De toute façon, elle avait eu envie de rester, de connaître un peu plus Eulalie, mais c'était les circonstances qui l'avaient poussée à cette conclusion. Etait-il vraiment utile qu'elle soit témoin de la dispute de deux colocataires sur des sujets qui ne la concernaient même pas ? De son point de vue, non.
Mais peut-être, justement, que l'annonce de son départ allait apaiser les tensions. Le sourire revenu sur les lèvres d'Eulalie semblait en tout cas l'indiquer, de même que ses efforts de courtoisie que Honey sut apprécier. Mais c'est surtout sa candeur qui avait quelque chose de touchant. La façon dont elle pencha la tête, l'air perplexe, en observant son bolide.
- Ca s'appelle un fauteuil roulant, lui apprit Honey. C'est très pratique pour les personnes paraplégiques comme moi. C'est-à-dire les personnes qui ne peuvent plus contrôler leurs jambes, expliqua la scientifique, juste au cas où. Le mien peut faire des pointes à 50km/h, précisa-t-elle aussi, non sans fierté.
Bien sûr, elle avait noté la maladresse de la jeune femme quand elle avait abordé le sujet de son handicap mais elle ne lui en tenait pas rigueur. Il y avait tellement de gens que ça mettaient mal à l'aise. En fait, elle avait même apprécié de ne lire que de la curiosité dans son regard et non du mépris ou de la crainte. Voire pire : de la pitié.
Sous le coup de la réflexion, Eulalie fronça les sourcils pour finalement ouvrir les yeux plus grands et dire :
- Oh. Comme le Professeur Xavier ! s'écria-t-elle, apparemment ravie à en juger par son grand sourire.
- ... Certainement, je n'ai pas le plaisir de connaitre ce professeur.
- Je pensais que c’était juste plus pratique pour se déplacer, poursuivit la rouquine avec une petite moue désolée qui s'effaça rapidement (quoique pas assez vite pour que Honey ne la perçoive pas). Au moins, en cas de fuite, tu vas plus vite que les gens qui courent. C’est un sacré avantage. Et c’est moins polluant qu’une voiture. C'est plutôt cool, conclut-elle en hochant la tête avec conviction à ses propres observations.
Honey opina en souriant. Elle appréciait sa façon d'appréhender cette situation manifestement peu familière pour elle. C'était très bien, du point de vue de la scientifique, si on n'embarquait pas pour une longue discussion sur les inconvénients de sa situation.
L'instant d'après Eulalie déposait son compagnon à écailles sur ses genoux et comme le reptile sembla s'y plaire, Honey sourit, s'autorisant même à le caresser.
- Je l'aime bien aussi, assura-t-elle en se laissant emmener dans la cuisine.
Pousser son fauteuil sans lui demander son avis était une habitude que les gens prenaient parfois. Honey ne releva cependant pas. C'était une façon intéressante de visiter l'appartement à nouveau et d'en venir à la préparation du thé en continuant à parler des animaux.
La jeune femme ne put s'empêcher de noter que l'évocation de l'ancien chat peinait quelque peu Eulalie mais jugea déplacer de s'aventurer sur ce terrain. A la place, elle parla de son chat, à elle :
- J'ai un chat noir et borgne. Il s'appelle Schrödinger comme le chat de Schrödinger, l'expérience mentale quantique. Sauf que là c'est le chat Schrödinger donc c'est marrant, pour la référence. Quand on la connaît, ajouta Honey en constatant qu'elle était, une fois de plus, la seule dans le trip.
C'était tellement ordinaire qu'elle ne relevait plus depuis des années. A la place, elle se contenta de poursuivre :
- Il est très affectueux alors si ça ne te gêne pas qu'il n'ait qu'un œil jaune tu pourras venir le câliner ou lui lancer des pelotes de laine. Quand on aura parlé des lézards, par exemple. Ca me fait trèèèès plaisir que ça t'intéresse !
D'abord perplexe, Eulalie hocha finalement la tête lentement et reprit :
- Je pense… que ce serait possible oui. Je pourrais continuer à prendre des notes sur les chats en le rencontrant. Ca peut être bien. J’en ai connu un seul. Un vrai chat, cette fois. Moustache. Mais je ne le vois plus maintenant.
Quelques mois plus tôt encore, Honey se serait étonnée qu'on parle d'un chat comme d'un humain. Mais plus maintenant. Storybrooke lui avait fait accepté bon nombre de choses impossibles alors elle prit les choses telles qu'Eulalie les partagea, confirmant cet attachement et cette peine qu'elle avait décelés plus tôt. La jolie rousse se racla finalement la gorge puis afficha un sourire de contenance et dit :
- C’est joli comme nom Scrobinger en tout cas.
- Schrödinger, répéta Honey pour la corriger sans être vexante. En tout cas, tu as compris l'essentiel sur internet. Ce chien c'est comme l'ancêtre de Google. De fait, la vieillesse l'a rendu un peu obsolète mais il est très gentil.
Eulalie commençait probablement à le comprendre, quoique sa fierté en dise. En tout cas, il l'intriguait, c'était un excellent point.
- Du thé à la vanille ce sera par-fait. C'est mon préféré, ajouta Honey d'un air complice.
Elle fut amusée d'apprendre le surnom que Deborah avait auprès d'Eulalie mais pas surprise. C'était bien son genre de se faire appeler comme ça. Ca allait de pair avec qui elle était - c'était aussi, accessoirement, la preuve qu'Eulalie connaissait également sa vraie identité, preuve qu'elle devait l'estimer. Néanmoins, Honey n'oserait utiliser cette dénomination, qui leur était sans doute propre :
- Oui c'est elle qui m'en a parlé. C'est vrai qu'elle est brillante. Et je serais ravie de pouvoir goûter ces fameuses gaufres si tu avais la gentillesse d'en faire. Inutile de te mettre en sous-vêtements, effectivement. Ce n'est pas la tenue adéquate pour cuisiner même si, en fin de compte, chacun est libre de faire ce qu'il veut.
Honey n'était pas là pour juger, elle était simplement pragmatique. Logique. Rationnelle. Presque toujours.
- Tu veux de l'aide, peut-être ? Je ne peux plus marcher mais je sais cuisiner. Je fais pas mal de cuisine moléculaire parce que c'est assez fun mais on a pas besoin de ça pour des gaufres. Michel-Ange ? Toi aussi tu veux des gaufres ? Il parait qu'elles sont délicieuses et c'est Deborah qui le dit !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Michel-Ange Turtles


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Michel-Ange Turtles


╰☆╮ Avatar : Andrew Garfield

Ѽ Conte(s) : Teenage Mutant Ninja Turtles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Michel-Angelo - La Tortue Orange

✓ Métier : Maire de Storybrooke
[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 Maire

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2177
✯ Les étoiles : 13137


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Lun 18 Mar 2019 - 10:17


Je suiiiiiis tombééééé pour elleeee PALAPA PALALALAAAAA!!!!






Michel-Ange était en train de boire sa bière, les yeux faisant le ping-pong entre sa colocatrice et sa chérie. Ne disant rien, il ne se rendit compte que trop tard de son air de benet. De plus, absorbé par la conversation et le fait qu’elles soient toutes les deux face à lui en train de lui parler, Michel-Ange avait mis un peu de bière sur son t-shirt. Fronçant les sourcils, il cligna plusieurs fois des yeux. Encore une fois. Cette situation était irréel. Mais elle avait le mérite d’être naturel et de bien se passer. Quand Eulalie mentionna Figue, son regard se porta sur Lycos et une boule apparut dans son estomac. Effectivement, s’il avait ramené un chien à la maison, Figue aurait hurlé au scandale. Elle l’aurait même défiguré en hurlant. Les yeux un peu humide ; dû certainement à la tristesse, Michel-Ange cligna un peu des yeux. C’était à lui que Honey parlait ? Il n’avait entendu que le mot gaufre.

« Quelqu’un est tombé ? »


Qui avait pris une gaufre ? Michel-Ange se tourna pour regarder l’appartement où régnait un chaos incommensurable. Non, personne n’avait pris de gaufre. Ce qui ne laissait que la dernière hypothèse. On lui proposait des gaufres. Pour goûter.

« Ah ! Des gaufres… Oui, je veux bien. Avec du sucre. Du sucre glace. »


Son regard se porta encore sur Honey, et il haussa les épaules. Maintenant qu’ils commençaient à bien se connaître, le dialogue n’avait plus besoin d’être verbal. Ce haussement d’épaule voulait simplement dire : « c’est normal, elle est comme ça Eulalie. »
Finalement, il réouvrit le frigo pour se sortir une autre bière. Fronçant les sourcils, il en sortit même plusieurs pour les poser sur le plan de travail de la cuisine. En décapsulant une, il rebut une gorgée tout en répondant d’un air vague :

« Ouaip. Deborah est le meilleur choix de ma courte carrière je crois. »


Soudain, quelque chose attira l’attention de Michel-Ange, un mot, qu’il n’avait pas encore précisément identifié et qui fit un peu tilt.

«Nolan ? C’est qui Nolan ? C’est pas un ami, sinon je serai aussi ami avec… Oh… T’as largué ton barbier pour toujours !!!! C’est ton nouveau petit amiiii !! »


Il se mit à trembler d’excitation, mettant de la bière partout. Finalement, il rouvrit la portière de frigo pour en sortir une bouteille de champagne. Se tournant pour se saisir d’un des katanas que Léonard lui avait offert et qui était accroché au mur, il sabra la bouteille d’un geste sec et fort. Le goulot sabré tomba pile poil dans l’évier et Michel-Ange leva la bouteille.

« AH NOLAN ! NOTRE NOUVEAU MEILLEUR AMI ! »


Un sourire bêta se dessina sur ses lèvres. Se tournant vers Honey, il sortit une coupe qu’il lui donna avec enthousiasme.

« Son ex, c’était genre un gros con. Tu vois, le genre de gars à qui il faut pas parler. Une gueule d’ange, mais un caractère d’âne. Ca fera un bourriquet en moins ici tiens ! »


Et il leva la bouteille et sa coupe, mais au vu du regard que lui lançait Eulalie, Michel-Ange se plaça discrètement derrière Neyney. Marmonnant quelques paroles incompréhensible, il finit par bafouiller.

« Mais il était gentil. Très gentil. C’était même mon copain. Mon meilleur ami. Enfin, mon deuxième meilleur ami après Eulalie… »


Se penchant, il murmura à l’oreille de Honey :

« Je crois que j’ai fait une grosse connerie... »


Posant la bouteille de champagne sur le plan de travail, il voulut proposer un twister pour calmer tout le monde. Mais Eulalie allait certainement se donner un malin plaisir à l’écraser et les roues de Honey ne passeraient pas au Twister. Fronçant les sourcils, conscient de sa propre stupidité, il but d’une traite la coupe de champagne et finalement beugla :

« ET SI ON JOUAIT A UN JEU DE SOCIETE TIENS ! JE VAIS CHERCHER LE CLUEDO !!! »


Il avait parlé beaucoup trop fort. Trottinant vers sa chambre, il y rentra à toute vitesse. Fermant la porte derrière lui, il souffla. Il allait devoir affronter la colère de l’amazone, mais cette fois-ci, Honey ferait tampon. Il fallait absolument qu’il aille dormir chez elle ce soir. Déjà pour terminer ce qu’ils avaient commencer dans la piscine, et en plus pour être le plus loin possible d’Eulalie. Il avait peur de la mort.
S’affairant à fouiller le bazar de sa chambre, il ne trouva pas de Cluedo. Mais où ce glandu de Théodore l’avait encore mis ? Soulevant le lit comme si il avait été en plume, il fit ne grimace en regard le contenu du dessous du lit.
Finalement, il se décida à sortir en douce. Revenant derrière Honey comme si de rien n’était, il finit par lui dire.

« Je crois qu’on va pas faire de gaufre. On va commander un gâteau. Un gâteau énorme. De la taille d’Eulalie tiens. Je vais appeler la pâtisserie Peters. C’est la meilleure de la ville. T’en pense quoi Honey ? C’est bien non un gâteau ? Avec le champagne ça fait plus chic. Et je suis Maire de la ville maintenant. Les gaufres, c’est pour les petites gens ! »

Et il lui fit un clin d’oeil désabusé, espérant qu’elle rentre dans son jeu. Elle seule pouvait la sauver de cette situation.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

       

Stupid Dog, Stupid Boy!
 
“Lycos n'est pas idiot. Ce sont ceux qui le pensent qui le sont.”
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Honey Lemon


« Le soleil brillera
de nouveau sur nous. »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3425
✯ Les étoiles : 4031


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Le soleil brillera de nouveau sur nous. »


________________________________________ Lun 18 Mar 2019 - 23:03



T'es plutôt mignon, dans ton genre!


Honey fronça les sourcils, cherchant le rapport entre "faire des gaufres" et une chute éventuelle. De ce qu'elle voyait, personne, pas même les animaux, n'avaient l'air d'avoir perdu son centre de gravité. Par chance, il tilta avant qu'elle ne fasse le lien car ça aurait pu prendre du temps. Il y avait, comme ça, des expressions imagées qui, parfois, passaient totalement au-dessus de Honey. Elle lui sourit, l'appétit décidément bien ouverte par l'idée de ces fameuses gaufres qu'elle espérait à la hauteur de sa réputation.
- Excellent choix, le sucre glace, approuva Honey avec entrain. Mais si vous avez de la pâte à tartiner et/ou de la Chantilly je préférerais, précisa la jeune femme plutôt à l'attention d'Eulalie puisqu'apparemment c'était elle l'experte es gaufres.
Gaufres + Nutella, c'était une opération qui ne pouvait qu'être couronnée de succès, tout du moins aux yeux de la chimiste, alors même qu'elle était parfaitement consciente de la composition dudit produit. Quand on avait le budget, il valait mieux opter pour des marques éco-responsables, autrement, le leader du marché faisait amplement l'affaire.
Comme le lézard d'Eulalie était toujours sur ses genoux, Honey continuait de le caresser. Pour le moment, ça n'avait pas l'air de le déranger. Elle nota l'apparition (qui n'avait rien d'un miracle, Michel-Ange avait seulement ouvert le frigo) des bières mais ne se servit pas. Les gaufres, ça allait bien avec le thé et, de toutes façons, elle ne raffolait pas particulièrement de houblon fermenté. Mais elle savait en produire, en théorie, du moins. En pratique, elle n'avait jamais pris le temps de s'y mettre.
- Deborah serait ravie de t'entendre ça. Mais elle dirait probablement que comme c'est la stricte vérité - de son point de vue - c'est normal que tu le dises. Cependant, je pense en effet que c'est un véritable atout pour toi.
A ce moment-là, Camille se demanda si elle ne devait pas arrêter de se lancer des fleurs mais songea que, puisque ça faisait du bien, il n'y avait pas de mal à le faire.
Pour en revenir à nos protagonistes, au vu de la soudaine excitation de Michel-Ange au sujet d'un certain "Nolan", ce n'était pas certain qu'il ait fait attention à la remarque de Honey et, en soi, ce n'était pas grave.
De fait, Eulalie était de nouveau au centre de l'attention, du moins, elle et sa vie de couple, à en juger par ce que racontait Michel-Ange. Le barbier non plus, ça ne disait personne à Honey - qui n'avait, en outre, pas la prétention de connaître tout le monde. Ce n'était pas elle le maire de la ville, elle n'était pas tenue à cela. Par contre, il lui paraissait judicieux que Michel-Ange évite de répandre de la bière partout, c'est pourquoi elle se dirigea vers le rouleau d'essuie-tout et en détachant plusieurs rouleaux pour éponger ce qui était à sa portée (ce qui incluait le tee-shirt de Michel-Ange) sans cabrioles.
Elle n'était pas certaine de l'enchainement de la situation mais devina que Michel-Ange n'aimait pas le barbier si l'éventuelle rupture d'Eulalie avec lui lui procurait une telle joie. Honey ne savait pas trop comment réagir. Une chose était certaine, Eulalie n'avait pas l'air triste donc soit la rupture n'était pas douloureuse, soit Michel-Ange sur-interprétait les choses.
Bizarrement, la scientifique optait pour la seconde option.
Néanmoins, quand Michel-Ange lui tendit une coupe, elle la prit et puisque c'eut été maladroit d'émettre un quelconque commentaire, elle n'en fit pas. Honey continuait d'observer Eulalie et son expression n'annonçait pas qu'elle avait envie de trinquer. Cependant, Michel-Ange s'en aperçut de lui-même et... se plaça derrière elle.
Honey cligna des yeux.
- Est-ce que tu es en train de te servir de moi comme bouclier humain ? demanda la jeune femme, désireuse de valider son interprétation des faits, en contorsionnant sa tête pour croiser le regard de Michel-Ange.
Elle n'avait pas jugé utile de confirmer son intuition puisque les faits étaient particulièrement clairs à ce niveau-là. La seule chose qu'elle aurait pu dire était, en fait, qu'elle trouvait sa tentative désespérée de rattrapage absolument adorable. Si elle avait mieux connu Eulalie, elle aurait peut-être ri de tout ça désireuse de ne pas commettre d'impair, Honey n'en fit rien. Elle tenta seulement de croiser le regard de la rouquine pour lui envoyer un signal l'invitant à ne pas fracasser Michel-Ange qui avait tellement peur qu'il trouvait le premier prétexte qui lui venait à l'esprit - des jeux de société aux gâteaux.
Indépendamment du fait que Honey avait vraiment envie de gaufres, elle sentait qu'il était urgent de le ramener à la raison. Comme il était revenu près d'elle, au moins ne dût-elle pas lui rouler après mais seulement se tourner de 45 degrés pour lui attraper plus facilement une main et la presser dans les siennes. Godzilla, un peu jaloux de ne plus être caressé, sauta de son hôte pour aller explorer la cuisine.
- Et si tu respirais plutôt un grand coup, hein ? Tu crois pas que ça te ferait du bien ? Manifestement tu t'es trompé et... tu as un peu manqué de contenance, voire de tact, vis-à-vis de la vie sentimentale de ta meilleure amie mais je suis sûre qu'elle n'est pas fâchée au point que je sois un bouclier nécessaire. Quant à Madame Peters, désolée de te l'apprendre mais elle ne peut pas faire un énorme gâteau juste comme ça, la pâtisserie, ça demande du temps, précisa Honey, plus bas. En l'occurrence, il faudrait plusieurs heures mais c'est pas très important. Je crois que même si tu es monsieur le maire, si tu as blessé Eulalie par tes propos il va falloir que tu t'excuses. Et je suis persuadée qu'elle sera indulgente. Pas vrai ?
La question finale était adressée à Eulalie, c'est pourquoi Honey s'était de nouveau tournée vers elle.
- Je crois que tu le fais un peu flipper, chuchota-t-elle même si les deux parties pouvaient l'entendre. Son pouls est très élevé, en tout cas, c'est l'explication la plus rationnelle qui me vienne.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Eulalie


« Chaque fois que j'déprime ça m'déplume ! »


Eulalie


╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Famille Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Capitaine Amazone Sexy

✓ Métier : Flic canon à temps partiel
[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 8wav

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8826
✯ Les étoiles : 15079


[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans : « Chaque fois que j'déprime ça m'déplume ! »


________________________________________ Mar 19 Mar 2019 - 22:41


What is love ?


Vanille. C'était un bon choix. Plutôt que de chercher à comprendre la logique du sens de la conversation de Michel-Ange, j'avais préféré me concentrer là-dessus, sortant le sachet et versant l'eau chaude dans la tasse que je laissais poser sur la table de la cuisine. Puisque les gaufres semblaient être une idée qui leur plaisait à tous les deux, je m'étais activée à sortir les ustensiles et ingrédients nécessaires tout en piquant l'une des bières que mon colocataire avait sorti du frigo. Même si je n'étais pas une grande fan du goût que ça pouvait avoir, j'avais fini par m'habituer à ce genre de rituels avec lui et Théodore.

"On a de la pâte à tartiner. Mais on est en rupture de Chantilly."
me contentais-je de répondre à la jeune femme avec une moue légèrement désolée, avant de continuer ma tâche. "J'irai faire des courses tout à l'heure. Je penserai à en racheter pour la prochaine fois."

C'était une manière subtile -ou peut-être pas- de faire comprendre que je n'étais pas contre le fait qu'il l'invite ici plus souvent. Je savais qu'il la fréquentait depuis un moment et c'était pourtant la première fois que je la rencontrais. Est-ce qu'il avait honte de moi ? Ou est-ce qu'il cherchait à me préserver ? Dans les deux cas, elle semblait être une personne agréable qui pourrait en plus m'en apprendre beaucoup au sujet des animaux de cette colocation et d'ailleurs. Peut-être même que je pourrais m'en faire une amie.

J'avais fini par m'habituer à l'utilisation de la cuisine. Du moins en ce qui concernait la confection de desserts. J'avais déjà complété une bonne partie des étapes lorsque Michel-Ange confirmait que Deborah méritait amplement tous les compliments qu'elle recevait dans cet appartement (#TeamDisgust).

Ce fut la suite qui fut plus délicate. Je fronçais les sourcils en relevant ma tête en direction de la tortue, ma main se serrant contre la cuillère en bois que je tenais à ce moment-là. Etait-il vraiment obligé de se montrer aussi expressif ? J'avais déjà évoqué Nolan devant lui. Quoi que, maintenant que j'y pensais, c'était peut-être la première fois que je prononçais son prénom. Je ne m'étalais plus vraiment sur ma vie privée dernièrement. J'avais dépassé le stade de la tristesse et de la remise en question pour rentrer dans celui de l'action. J'aimais bien ce niveau. Il me correspondait. J'avais besoin de m'activer pour penser à autre chose.

"Vraiment ? Du champagne ?" marmonnais-je en mélangeant le lait à la farine avec une fougue beaucoup trop prononcée.

J'étais sur le point de faire éclater ce saladier en mille morceaux. Je me contenais autant que possible, puisque je ne voulais pas imposer à Honey un de mes élans d'impulsivité et encore moins lui montrer quel carnage pouvait se créer si je me mettais à m'énerver contre Michel-Ange. Je n'étais pas d'humeur pour de tels enfantillages. Bien que je désirais plus que tout lui vider le reste du paquet de farine au visage.

Sans surprise, il décida de se cacher, de s'excuser maladroitement et de s'enfuir. Je serrais les dents en tentant de rester aussi impassible que possible, me retenant pour ne pas lever les yeux au ciel alors qu'il cherchait inutilement à trouver un jeu de société. Il devait avoir deviner qu'après avoir prononcé de telles choses au sujet de Balthazar, je n'aurai pas la moindre envie de faire un Monopoly ou un Cluedo avec lui.

Pour ne pas penser au fait que mon coeur se serrait douloureusement, j'avais décidé de ne pas dire un mot que je risquais de regretter pour continuer à préparer la patte que j'avais promise. Ce n'était pas suffisant pour me distraire et mes gestes étaient trop brusques, sans compter le beurre qui manqua de brûler et de finir carbonisé sur la plaque. Je le retirais de justesse pour finir la préparation en cassant les oeufs avec une force non modérée.

"Je crois que tu le fais un peu flipper. Son pouls est très élevé, en tout cas, c'est l'explication la plus rationnelle qui me vienne."

Je relevais les yeux vers Honey, une expression perplexe prenant place sur mon visage avant que je ne me mette à fixer Michel-Ange d'un air réprobateur.

"C'est normal. Il est plus fort que la plupart des gens, mais il sait que je le suis encore davantage et que je pourrais lui broyer les os si l'envie me prenait." précisais-je avec détachement tout en continuant de mélanger les ingrédients aussi furieusement. "Si je ne le fais pas, c'est parce qu'il est un ami. Mais un ami qui peut être un gros con lui aussi sans s'en rendre compte."

J'étais blessée. Et je le faisais comprendre en répétant ses propres termes, même si ça me faisait du mal de les dire ainsi. Je ne pouvais pas le contrôler pleinement, j'estimais que ça faisait partie du processus de rupture et qu'en vue de son comportement, il ne me le reprocherait pas non plus.

"Je ne vais pas te frapper devant ta copine." soupirais-je finalement dans une tentative discutable de le rassurer avant de secouer la tête. "Je ne vais pas te frapper tout court. Mais ne mens pas comme ça. Ce n'était pas ton meilleur ami, pas même ton ami, ça ne le sera jamais. Tu le détestais. Ca tombe bien puisque je le déteste aussi. Tu en es content, je l'ai compris, mais je n'ai pas envie d'en discuter ou même que tu le fêtes devant mes yeux. C'est juste mon coiffeur. C'est fini. C'est comme ça."

Je posais brusquement la cuillère sur le plan de travail tout en admirant mon travail fini avec une boule qui serrait ma gorge d'une façon très désagréable. Pour sauver les apparences, j'affichais un sourire en direction de la jeune femme. Je n'imaginais pas à quel point ça devait être étrange pour elle de se retrouver en plein milieu de cette conversation qu'elle ne devait pas comprendre. Elle ne devait pas beaucoup aimer que je mette son petit ami dans cet état non plus.

"Vous formez un joli couple." ne puis-je m'empêcher de faire remarquer avec un sourire sincère, teinté d'une tristesse qui n'était en rien lié au fait qu'ils soient ensemble. "Tu es adorable avec lui. Tu fais bien. Il est fragile, au fond, très sentimental, même si il ne le montre pas."

J'avais prit le saladier pour l'écarter et le poser dans le frigo, avant de mettre la plupart des ustensiles dans le lavabo et de sortir le gaufrier afin que tout soit optimisé pour la suite de la préparation.

"Il faut laisser reposer la pâte. Je ne sais pas ce que c'est, de la cuisine moléculaire, mais j'imagine que vous n'aurez pas besoin de moi pour terminer de faire les gaufres. C'est facile. Je me rattraperai une prochaine fois en vous faisant des cupcakes à tous les deux."

J'indiquais clairement que je ne comptais pas m'attarder assez longtemps pour m'en occuper moi-même. J'avais besoin de prendre l'air. Il n'aurait pas dû évoquer Balthazar. J'avais l'impression d'étouffer.

"Finalement, je vais retrouver Nolan maintenant."

J'avais besoin d'attention. De gentillesse. Et de voir à quel point il appréciait ce qu'il voyait quand il me regardait. C'était stupide, mais mon ego ressentait le besoin d'être rassuré à cet instant.

"On ferait un joli couple nous aussi." prononçais-je avec assurance tout en caressant distraitement Godzilla Junior. "Ça fonctionnera avec lui. Il est gentil. Il est... différent. Il a énormément d'abdos, ça me change."

Ma tête s'était penchée sur le côté tandis que mes pensées s'égaraient pour me rappeler à quel point, en effet, Nolan était sculpté d'une manière bien différente du barbier. C'était sans doute très étrange de faire la comparaison mais je ne pouvais pas toujours avoir le contrôle sur les déviances de mon esprit. Je secouais la tête et adressais un nouveau sourire à Honey ainsi qu'à Michel-Ange.

"Je vous le présenterai plus tard. Je veux profiter de lui toute seule, pour l'instant. Je vais certainement rentrer très tard. Je te préviendrais." énonçais-je sans la moindre gêne en adressant cette dernière réplique à Michel-Ange, ne réalisant pas vraiment la manière dont pouvait être interprétée mes propos. "J'espère qu'on se recroisera vite. Je suis sûre que Godzilla adorerait faire la connaissance de Schrokinder."

Je n'arrivais pas à prononcer le nom de ce chat. Moustache, c'était plus simple à retenir. Je grimaçais en me rendant compte de ma propre erreur mais finissait par aller attraper ma veste laissée sur le canapé en leur adressant un signe de la main. Je passais la porte d'entrée d'une démarche décidée mais, à peine l'eus-je fermée que je le rouvrais immédiatement.

"On ne va pas dans ma chambre." ordonnais-je en fixant mon regard dans celui de Michel-Ange. "Et on ne touche pas au piano. C'est le mien."

Je ne laissais place à aucune discussion. Je le saurai si il ne m'écoutait pas, puisqu'il n'arrivait jamais à me mentir. Et je ne le pardonnerai pas. J'aurai dû me débarrasser de cet instrument de musique vu ce qui avait déjà pu se produire... ou presque se produire dessus, mais j'y tenais, d'une certaine façon. Je n'avais pas envie que quelqu'un d'autre s'en serve d'une quelconque façon. Mon expression changea du tout au tout alors que mes lèvres s'étiraient en un sourire aimable à l'attention de Honey avant que je ne m'éclipse pour de bon, cette fois. Elle allait me prendre pour une folle. Je l'étais peut-être un peu. Juste ce qu'il fallait.
black pumpkin


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

THE MORE THAT I'M WITHOUT YOU
THE LESS I KNOW IF I WAS RIGHT.
I know it hurts that we don't touch anymore, it's even worse 'cause we built this from the floor. It's just as hard for me to know I might see you 'round, just as hard for me to worry 'bout reachin' out. The more I think about you, the more I keep the ghost alive.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-b http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Contenu sponsorisé







[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

[Broken Hearts Rhapsody] - Fire and water must have made you their daughter





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ La Mairie