MAGIC LEAGUE 4
AVRIL 2019
de DYSON


PETER PAN
MAI 2019
de NAT


MAGIC LEAGUE 5
JUIN 2019
de DYSON



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League 4 : L'Univers Perdu ☆ Evénement #108
Une mission de Dyson - Depuis le 13 avril 2019
« Le soleil brillera de nouveau sur nous. »

Partagez
 

 Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

April King


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


April King


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  378254admin

╰☆╮ Avatar : Holly Marie Combs

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sarabi

✓ Métier : Avocate spécalisé dans les droits de la famille
☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 528
✯ Les étoiles : 1625


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mar 12 Mar 2019 - 17:59


Three is better than one

As a team we're unstoppable
Lorsque la carrière que l’on choisissait avait un rapport d’une manière ou d’une autre avec la loi ce n’était jamais quelque chose de chose. Même lorsque la loi en question concernait uniquement tout ce qui avait trait à la famille. Des affaires délicates, j’en avais mon lot à traiter au quotidien. Certaines étaient heureusement plus facile que d’autres. Mais, actuellement je me trouvais dans un cas disons...Compliqué. Le divorce ne se passait pas très bien, et plutôt que d’essayer de régler les choses à l’amiable comme nous avions essayé de le faire comprendre avec mon confrère, les deux parents semblaient préférer s’entre déchirer. Et bien évidemment, celui qui en pâtissait c’était leur petit garçon.

Étant moi même une mère, j’essayais avant tout de faire passer le bien être des enfants avant celui des parents. C’est pourquoi, j’avais rencontré à de nombreuses reprises l’enfant d’environ huit ans. Et, j’avais pu remarqué certaines choses qui n’allaient pas. J’en avait fait part à la hiérarchie et cette dernière avait autorisé une enquête. Malheureusement, que ce soit avec le psychologue ou bien moi, l’enfant restait muet. Ma collègue m’avait fait part elle aussi de ses soupçons qui s’accordaient avec les miens. L’enfant était victime de maltraitance. Il n’y avait pas de traces physiques, c’était plutôt psychologique. L’ennuie, c’est que nous n’avions pas plus de preuve. Et avec le petit garçon enfermé dans son mutisme nous ne risquions pas d’avancer.

Je ne perdais pas pour autant espoir. Les démarches s’éternisaient du côté des parents. Aucun des deux ne semblaient être d’accord, dès qu’un semblant d’accord semblait être donné, ce qui était à force épuisant. Les réunions s’enchaînaient et ces derniers temps, je n’avais que peu de temps libre. Heureusement, aujourd’hui j’avais droit à une pause déjeuner plus longue que d’ordinaire. La raison officielle étant, que j’avais prévus de solliciter l’aide de ma meilleure amie sur ce dossier. Ce ne serait pas la première fois, que je travaillais avec Anita. Depuis, qu’elle était devenu assistante sociale, je l’avais recommandé au cabinet afin de les aider quand c’était nécessaire. Si, elle était le plus souvent appelé sur les affaires que je gérais, il lui arrivait aussi d’être positionnée sur celles de mes collègues. Tout le monde ayant reconnue, qu’elle était extrêmement professionnelle et prenait son travail très à coeur.

C’est justement pour cette raison, et son sens du contact avec les autres, que j’espérais qu’elle puisse m’aider. Nous avions rendez-vous à mi-chemin de nos bureaux respectifs et de l’hôpital où Amelia faisait du bénévolat. Quitte à demander conseil, je m’étais dit que ma sœur ne serait pas de trop. Elle était en dehors de tout ça, et n’avait pas de procédures ni quoi que ce soit à suivre. Aussi, était-elle en quelque sorte plus libre de ses mouvements qu’Anita ou moi. Et comme, les services dans lesquels elle faisait son bénévolat n’était pas forcément les plus agréables qui soient, elle pourrait elle aussi grâce à son expérience acquise, nous aider.

D’un geste las, je déposais l’épais dossier concernant l’affaire en cours sur mon bureau. Geste, qui n’échappa pas à ma collègue avec qui je le partageais :

« Dure matinée ? »


- Je pense qu’on nommer les choses ainsi. Le dossier, Simons me pompe toute mon énergie. A croire qu’ils n’ont rien de mieux à faire que d’essayer de se pourrir mutuellement la vie.

C’était fatiguant, épuisant et tout un tas d’autres synonymes allant de paire avec les deux premiers. Heureusement, toutes les affaires de divorces ne se passaient pas ainsi. Et celle-ci était de loin, la plus compliqué que j’ai eu à régler depuis que j’étais devenu avocate. J’espérais simplement qu’elle n’allait pas encore plus s’éterniser et que nous allions pouvoir trouver un accord.

- Je prends ma pause, normalement je devrais être revenu vers 14h, le temps de briefer Anita sur le dossier, et voir ce que l’ont peut faire ensuite.

Attrapant ma veste et mon foulard, je saluais ma collègue avant de sortir du bureau, prenant l’ascenseur afin de partir plus vite. Moins de temps je passerais en voiture, et plus de temps j’aurais pour discuter de tout ça. Peut-être il y aurait-il une avancée miraculeuse. Je n’y croyais pas trop, mais cette affaire atteignait pour moi des sommets. Et des échanges que je pouvais avoir avec mon confrère représentant la mère de l’enfant, il était dans le même cas que moi.

Bénissant le vingt et unième siècle, sa modernité et surtout les personnes ayant eu la bonne idée d’installer la radio intégré dans les voitures, j’allumais la mienne afin de me détendre un peu et surtout de faire passer le temps. Storybrooke habitait peut-être des personnes venant de contes de fée, mais elle restait pareil à n’importe quelle ville en terme de circulation, particulièrement aux heures de pointes. Hors, l’heure du déjeuner était justement une heure de pointe. Si le trajet, ne s’éternisait pas c’était que j’avais de la chance. Malheureusement, une fois le contacte enclenché et les premiers mètres franchit, je me rendit compte que ce ne serait pas le cas. Peut-être n’aurais-je pas dût invoquer la chance tout à l’heure, quoi qu’il en soit, il y avait un feu rouge et une ribambelle de voiture devant moi. Nul doute, que j’allais l’avoir deux fois ce feu.

Finalement, après un trajet plus long que prévus, j’arrivais avec cinq bonnes minutes de retard au bistro où nous étions sensé nous retrouver. Pestant mentalement contre cette journée qui ne semblait faire qu’empirer, je reconnus néanmoins les silhouettes familières de ma meilleure amie et de ma sœur cadette :

- Désolée pour le retard, soucis de transport dis-je en enlevant mes affaires et en m’installant. Je propose que l’on commande d’abord et qu’on passe à la partie moins drôle pendant qu’on attends.

Cela comblerait au moins l’attente qui pouvait varier. Le bistrot ne semblait pas plein à craquer, aussi avais-je bon espoir que cela ne prenne pas trois ans. Néanmoins, comme il valait mieux se méfier, nous aurions au moins de quoi nous occuper. L’un des serveur arriva, demandant ce que nous souhaitions. Commandant les boissons, et le repas, il partit reprenant les menus, tandis-que je sortais la chemise cartonnée de mon sac. Si tous les dossiers étaient rentrés dans la base de donné du cabinet, permettant un meilleur accès. Je préférais tout de même avoir une version papier sur moi au cas-où. L’informatique tout le monde le savait pouvait planté à un moment ou à un autre bien que ce soit un outil formidable :

- Voilà le topo. Le couple Simons, a décidé après dix ans de mariage de se séparer. J’épargne les détails, il y a de quoi miner le morale et c’est pas le but. Ce qui m’intéresse c’est leur petit garçon de huit ans. Je le soupçonne d’être victime de maltraitance. Et pas des maltraitance physique, plutôt psychologiques. La psychologue travaillant avec moi sur ce dossier a le même genre de soupçon. Malheureusement, le petit est muet comme une carpe.

Code by Fremione.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« One family under the sun »
All the wisdom to lead all the courage that you need
You will find when you see we are one.

Amelia Peters


« Toon pour un
et un pour toons ! »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa MILANO

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Pâtissière et traiteur
☞ Surnom : Amy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3427
✯ Les étoiles : 4079


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans : « Toon pour un et un pour toons ! »


________________________________________ Jeu 14 Mar 2019 - 23:26

Amelia n'avait jamais fait d'études de droit. Ni dans le social. Elle s'estimait bonne psychologue (bien qu'elle ne le disait jamais à haute voix) mais si tel était le cas, alors il s'agissait d'un talent inné, non d'une compétence acquise et justifiée par un diplôme. Le fait est que, si elle adorait parler, elle savait aussi extrêmement bien écouter et s'investissait toujours beaucoup (plus que de raison, en fait) dans ce qu'on lui racontait.
Il n'était pas difficile de toucher l'ancienne au cœur qu'elle avait immense. C'était à cause (ou grâce) à cette empathie extrême presque pathologique qu'elle avait décidé, après que son mari soit tombé dans le coma, d'investir une partie de son temps dans du bénévolat auprès des personnes malades qui avaient besoin d'une aura bienveillante - et de gâteaux quand c'était autorisé par le personnel médical.
Mais ce n'était pas à l'hôpital qu'elle se rendait ce midi. De l'hôpital, elle en sortait, justement, pour retrouver April sa grande sœur et Anita sa meilleure amie (pas à elle, à sa grande cœur). Ce n'était pas tant les retrouver qu'elle trouvait surprenant, c'était la raison de cette rencontre. On pensait à Amelia pour des tas d'occasions : les mariages, les anniversaires, Halloween, les repas de famille ou encore Noël mais rarement pour les affaires graves et sérieuses, trop adultes, apparemment, pour sa jovialité ingénue.
De fait, elle était aussi un peu flattée, comme ces enfants à qui on donne une fois de temps en temps des responsabilités de grandes personnes.
Amelia marcha d'un pas vif jusqu'au restaurant où elle retrouva Anita puis une April en retard dont elle balaya les excuses d'un revers de la main.
- T'inquiète pas pour nous, on était pas pressé, la rassura-t-elle. Enfin je ne peux parler que moi… Oui, commandons, tu as raison, j'ai une faim de loup ! annonça Amelia avec entrain, se pourléchant déjà les babines tandis qu'elle observait avidement la carte.
Son enthousiasme n'allait pas durer, ce qui ne l'empêchait pas de saliver à la penser de la délicieuse escalope milanaise à la panure croustillante qui viendrait bientôt se loger dans sa bouche (ndlr : ok maintenant j'ai faim) puis son œsophage. Quand il le fallait, Amelia pouvait reprendre son sérieux et c'est immédiatement ce qu'elle fit quand April ouvrit son dossier.
Très vite, elle grimaça, désolée pour ce pauvre petit garçon. Elle préféra cependant retenir ses commentaires plein d'empathie mais peu constructifs. Cela dit, il y avait quand même quelque chose de suffisamment important qui la chiffonnait pour qu'elle le pointe de prime abord, avant que la réflexion ou l'opération de sauvetage ne commence. Juste histoire d'être sûre.
- Oh ça doit vraiment être affreux ! Pauvre petit bonhomme, c'est un coup à créer de traumatismes permanents, ça ! Enfin… Je pense, je suis pas psy, j'en sais rien, en fait. D'ailleurs… puisqu'on en parle… qu'est-ce que je fais ici exactement ? On a la justice, reprit la pâtissière en pointant April, l'assistance à personnes en danger, ajouta-t-elle en désignant Anita, et moi… la pâtissière. Vous voulez commander un gâteau de célébration post réussite de l'opération Il faut sauver le soldat… c'est quoi son prénom, d'ailleurs ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Funny Girl
She's the lump of sugar that helps the medicine go down

Anita Jones


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Anita Jones


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  378254admin

╰☆╮ Avatar : Kristen Bell

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sarafina

✓ Métier : Assistante sociale
☞ Surnom : Licia
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 717
✯ Les étoiles : 1369


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 17 Mar 2019 - 22:37

Three is better than one

Anita & April & Amelia
••••

Le couple Purkle s’était séparé après qu’Anita et Anastasia aient aidé le petit Andrew. Le gamin se remettait doucement du traumatisme et la mère prenait soin de lui, loin de son ex-époux qui croupissait derrière les barreaux. C’était une petite victoire comme elle les aimait tant, mais la lionne savait que ça ne durerait pas longtemps : April lui avait demandé de déjeuner avec Amelia et elle pour lui parler d’un cas préoccupant.

Bien évidemment, la blonde n’avait pas dit non à sa meilleure amie. Les deux lionnes étaient presque aussi proches que des sœurs et elles se complétaient, tant par le caractère que par leurs rôles : April gérait les lions et était avocate, Anita était sa seconde officieuse et assistante sociale. Et c’était ainsi que la quarantenaire se retrouvait installée à une table au bistrot qu’elles avaient choisi avant d’être rejointe par Amelia et par la suite April qui arriva un peu en retard. La Reine leur fit un topo rapide sur ce qu’il se passait et l’assistante sociale se mit à cogiter tandis qu’Amelia parlait.

- Ça va être compliqué. Soupira-t-elle. Les cas de maltraitance psychologique sont les plus difficiles à prouver. C’est malheureux à dire, mais les coups, ça aide quand même pas mal pour sortir les enfants de foyer abusif. Déclara-t-elle en grimaçant, pas ravie de ce qu’elle racontait. Oh mais Amelia, tu oublies que tu es une personne qui inspire confiance et à qui les gens se confient plus facilement qu’à une avocate ou une assistante sociale. Et puis, tu es une mère. Je pense que tu pourras nous aider, que ce soit avec des idées pour faire parler le petit, ou toute autre chose. D’ailleurs… On pourrait faire un essai April ? Je tente de le faire parler une première fois et comme ça ne marchera sans doute pas, on lui propose un cours de pâtisserie avec Amelia ?

La plus jeune avait l’habitude de se dénigrer et de ne pas être consciente de ses qualités. Mais Amelia était une personne très chaleureuse et parfois, ça pouvait être bon d’avoir quelqu’un à qui parler en dehors des figures d’autorité connues. Alors oui, elle avait parfaitement sa place à la réunion qui se tenait à l’instant même.

- La psychologue se base sur quoi pour faire cette supposition ? Demanda-t-elle ensuite à sa meilleure amie tout en se découpant un morceau du steack qu’elle avait demandé et qui venait de lui être apporté.

Après tout, il fallait bien que quelque chose lui ait mis la puce à l’oreille. Et peut-être alors qu’elle n’aurait même pas besoin de faire parler l’enfant pour commencer à agir.


••••

by Wiise

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Je vais bien je te dis !

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80812-hear-me-roar-en-cours

April King


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


April King


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  378254admin

╰☆╮ Avatar : Holly Marie Combs

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sarabi

✓ Métier : Avocate spécalisé dans les droits de la famille
☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 528
✯ Les étoiles : 1625


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 5 Mai 2019 - 21:48


Three is better than one

As a team we're unstoppable
Anita avait à elle seule, parfaitement résumé la situation. Que ce soit, par rapport à l’affaire ou bien par rapport à Amelia. Même si nous aimions nos métiers respectif, ces mêmes métier étaient nos limites autant à l’une qu’a l’autre. Il y avait des barrières à ne pas franchir. Une sorte de code de conduite à toujours respecter. Et même si des fois, nous avions envie de faire plus, nous ne pouvions malheureusement pas nous le permettre. Amelia, n’avait pas tous ses soucis. Aussi, avait-elle plus de liberté que nous deux réunis.

- Pour ma part, c’est lorsque je le vois en présence de ses parents. Il y a quelque chose au fond de ses yeux, qui titille mes instincts de chasseuse. C’est à peu près le même genre de regard, que certaines proie me lançaient, avant que je ne me décide à leur donner le coup de grâce. Mais d’après la psychologue, il a des troubles anxieux. Sauf, que de « simples » troubles anxieux. Ne suffisent pas au près d’un juge. Il faut creuser plus loin.

On pouvait en dire ce que l’on voulait. Mais, lorsque l’on travaillait dans l’une des filières ayant en rapport avec la loi, que l’on soit représentant des forces de l’ordre ou bien plus du côté du droit, il fallait savoir que ce n’était pas forcément un synonyme de « justice. » Et il fallait bien souvent se cloisonner afin de ne pas être trop atteint. De mon point de vu, il fallait savoir être empathique sans entrer dans les extrême. Une personne, trop sensible aurait du mal dans ces milieu. Encore plus, lorsqu’il s’agissait de faire appliquer la dite loi, lors d’un procès. Il fallait des preuves, et c’était en fonction de ces preuves qu’un verdict était rendu. Néanmoins, il n’était pas toujours en faveur de ce que l’on aimerait. Et c’était là, où résidait toute la difficulté.

Pensivement, je touillais le plat de pâtes qui m’avait été apporté. Je ne regrettais pas mon métier, je m’étais donné les moyens de le faire, après en avoir bien bavé avec la malédiction et son contre-coup. Il y avait eu cette petite lueur un jour, celle qui m’avait poussé à sortir la tête de l’eau, et à arrêter les anti-dépresseur qui au final me faisaient plus de mal que de bien. Et puis, j’avais reprit une formation dans le juridique. La malédiction m’avait après tout doté, d’une éducation poursuivit jusqu’au diplôme universitaire. Il avait donc, était plus que temps de l’exploiter. Commençant dans un premier temps, par un diplôme d’assistante juridique afin de me remettre à flot, j’avais rapidement quitté cette voie là, afin de devenir avocate. Le droit familiale avait toujours été une branche bien plus séduisante pour moi, que le droit commun. Et aujourd’hui, j’en étais là.

- Tu es empathique, et doté d’un très bon sens du contacte. Que ce soit d’une manière générale, ou bien avec les enfants. C’est pourquoi, je me suis dit que trois valait mieux qu’une. Ne sous-estime pas l’aide que tu peux apporter. Si je n’avais pas pensé, que tu pourrais être un atout, je ne t’aurais pas demandé de l’aide.

Amelia, avait parfois du mal à reconnaître ses propres compétences. Ce n’était pas de sa faute, elle avait souvent eu l’étiquette de la rêveuse un peu nunuche. Et à force de se voir coller une étiquette dessus par les autres, on finit par ne plus voir au-delà. C’était pour ça, d’ailleurs que je sollicitais son aide dans cette affaire. J’espérais que quelque part, cela l’aide à voir au-delà de cette étiquette.

- D’ailleurs, je ne sais même pas pourquoi est-ce que je continue sachant qu’Anita a déjà parfaitement résumé la situation

J’adressais un sourire complice à ma meilleure, tandis-que je prenais une gorgée de vin. Je souhaitais, que cette affaire soit mené avec le moins de dégâts possible en ce qui concernait l’unique enfant du couple. D’après la psychologue, il n’y avait pas eu d’antécédents chez aucun des parents. Nous avions supposé toutes les deux, que c’était un résultat directe du divorce. Peut-être même ne s’en rendaient-ils même pas compte. Mais, justement. Si cette dernière théorie s’avérait juste, c’était encore pire.

- Elle a demandé une enquête approfondie, des deux parents comme on peut le faire dans les cas de divorces aussi violent. Il n’y a apparemment pas d’antécédents en terme d’abus psychologique. Pour l’instant, elle avance la théorie du divorce justement. Ce serait une conséquences directe de ce dernier. Et à se disputer la garde de leur fils, ils ne se rendent probablement pas compte de ce qu’ils lui font subir. Non pas que cela excuse quoi que ce soit.

Un divorce, n’était jamais une affaire simple. Heureusement, il m’arrivait bien souvent d’avoir des personnes qui préféraient régler cela à l’amiable et se préoccupant réellement du sort des enfants, le cas que je gérais actuellement était malheureusement l’un de ceux pus délicats, qui si l’on aimerait bien qu’ils ne soient que des clichés hollywoodien, étaient malheureusement bien réels.

Je représentais l’épouse, dans cette histoire. Mais, j’enchaînais les frustrations autant que le confrère qui représentait le mari. Lorsque nous arrivions enfin à tomber d’accord, il fallait au final lors des réunions à quatre, qu’il y ai l’un ou l’autre qui décide que non. Finalement, cela ne lui convenait pas. A force, nous finissions nous aussi les avocats, usés psychologiquement. Mon confrère, m’avait d’ailleurs confié, après l’une des réunions hésiter à demander à l’un de ses collègues de reprendre l’affaire. Je ne pouvais pas le blâmer, au contrairement je comprenais parfaitement ce qu’il éprouvait. Je lui avait simplement assuré, que de mon côté, je saurais m’adapter et faire en conséquence.

- Il y a un rendez-vous avec la psychologue juste après le déjeuner. Je dois y retourner. Si vous acceptez de m’aider, on reviendra toute à mon cabinet. Cela ne prendra pas cinq minutes, et risque de prendre des semaines voir des mois encore. Je préfère prévenir, afin qu’il n’y ait pas de malentendu. Néanmoins, j’avoue être préoccupé par ce cas, et un regard neuf ne serait pas de refus.

J’espérais, pouvoir légèrement avancer et trouver le chemin qui mènerait à la résolution de cette affaire. Le plus vite, étant évidemment le mieux. Néanmoins, je savais qu’il ne fallait pas forcer les choses et y aller à notre rythme.

Code by Fremione.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« One family under the sun »
All the wisdom to lead all the courage that you need
You will find when you see we are one.

Amelia Peters


« Toon pour un
et un pour toons ! »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa MILANO

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Pâtissière et traiteur
☞ Surnom : Amy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3427
✯ Les étoiles : 4079


Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans : « Toon pour un et un pour toons ! »


________________________________________ Dim 5 Mai 2019 - 23:19

Les premières informations communiquées par Anita ne surprenaient pas Amelia. Prouver quelque chose qui ne laissait aucune trace physique, y avait pas besoin d'avoir fait math' sup pour savoir que c'était plus difficile que de démontrer l'existence d'ecchymoses ou de fractures. Et c'était, effectivement, d'autant plus préoccupant. Amelia écoutait donc très attentivement en tâchant de se montrer professionnelle même si elle était bien loin de son domaine de compétences - du moins, de celui renseigner sur son CV.
Anita réussit cependant à décrocher un sourire reconnaissant du visage plus fermé que d'ordinaire d'Amelia. Elle apprécia la description que la meilleure amie de sa sœur faisait d'elle.
- C'est gentil ce que tu dis, Anita. Ce que vous dites toutes les deux, en fait, remercia la jeune femme avant que l'assistante sociale de la bande n'expose la suite de son plan - qu'Amelia trouva particulièrement futé.
Elle n'était cependant pas la leadeuse du clan - et ne l'avait jamais été - alors quand son plat arriva, elle se concentra sur la découpe de sa viande en écoutant ensuite les informations supplémentaires délivrées par April qui, pour le coup, était la leadeuse. Dans tous les sens possibles, particulièrement si on prenait en compte leur espèce d'origine. Amelia ponctua l'appart de nouvelles informations de hochements de tête destinés à montrer qu'elle comprenait les enjeux énoncés. Elle n'en oubliait cependant pas de manger, tâchant, par contre, de ne pas faire trop de bruit avec ses couverts afin de ne pas donner l'air d'être distraite.
Un déjeuner qui n'allait pas s'éterniser puisqu'April avait un rendez-vous juste après. Et maintenant c'était le moment de se positionner, d'accepter ou non la proposition. Amelia disait rarement non. D'ailleurs, elle n'aimait pas ce mot. Avec un enfant en jeu elle avait d'autant moins envie de l'utiliser, ce mot pas très joli. Mais elle avait conscience qu'elle n'allait pas s'engager à la légère. Qu'elle ne pouvait pas le faire, plutôt, même si elle était l'outsider de l'affaire.
A la vérité, ce rôle lui plaisait bien.
- J'en suis, déclara-t-elle avec détermination. Qui dirait non à un truc pareil, de toute façon ? Je peux même nous coudre des capes de justicières, si vous voulez ! Mais si c'est too much on peut s'en tenir à un nom de code et des talkies walkies, éventuellement.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Funny Girl
She's the lump of sugar that helps the medicine go down

Contenu sponsorisé







Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA  _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Three is better than one ◈ ANITA & AMELIA





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville