« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

☣️ Up #47, l'animation Rp ☣️ AllôMairie? , l'animation Mairie ☣️ Fil Rouge Graphique & Rpgique ☣️ Instagram des personnages ☣️
Le Deal du moment :
Légendes Pokémon: Arceus Nintendo Switch ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


ϟ Tadashi Hamada ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Tadashi Hamada

| Avatar : Seo Kang Joon

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police 500_30690_1531853647
• Ça fait vraiment du bien de boire ! Je crois que j'avais un peu soif ..

✈️

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police Yldmkf9
• Alors ? Qu'est ce que tu en dis ?
• Tu as beaucoup progressé depuis que tu es rentré dans la police ! C'est très bien !




| Conte : Les Nouveaux Héros!
| Dans le monde des contes, je suis : : Tadashi Hamada

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police C6c

| Cadavres : 64


Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police _



________________________________________ Jeu 23 Mai 2019 - 14:02

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police OriginalTadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police Giphy
Premier jour dans la police de Storybrooke.

Rapidement, Tadashi s’observa dans le miroir, lissant sa cravate avant de lisser un peu plus ses cheveux sur le côtés. Avant de pousser un soupir et de passer sa main dedans pour les décoiffer un peu. Puis de les relisser du plat de la main. Mince, il était censé avoir quelle tête, pour un agent de police ? Tout lisse ou un peu plus décontracté ? Et puis la cravate, c’était pas un peu trop ? Dans les films, tous les agents du FBI étaient toujours en costume-cravate mais lui, il n’était qu’agent informatique de la police municipale de Storybrooke, alors est-ce que ce n’était pas un petit peu… Too-much ?

-Tante Cassie ? appela-t-il à la volée, surpris de la voir arriver aussi vite sur le seuil de sa chambre.

A son humble avis, elle devait ‘traîner’ dans le couloir, en attente de son départ. Elle avait été si fière de lui quand il lui avait dit qu’il avait été accepté pour entrer dans la police Storybrookienne, elle en avait même pleurer, alors il était sûr et certain qu’elle n’aurait rater son départ pour son nouveau travail pour rien au monde !

Dès qu’elle entra dans sa chambre, elle se mit à pousser une sorte de hululement, se précipitant sur lui pour le serrer contre elle, l’obligeant à se pencher, avant de le redresser, et d’épousseter son costume.

-Oh Tadashi ! Tu es tellement beau ! Je crois que je vais pleurer ! Tu es tellement beau ! bafouilla-t-elle, visiblement très émue, serrant ses épaules.

-C’est pas trop, la cravate ?

-Quoi ?! Non ! C’est parfait ! Tu as l’air tellement professionnel, tu es tellement...

Elle s’interrompit, l’observant des pieds à la tête avec une fierté telle que Tadashi ne put s’empêcher de sentir une légère boule d’émotion naître dans sa gorge.

-Tes parents seraient tellement fiers de toi, Tadashi. Tu es… Je suis très fière de toi.

-Merci, fit-il, un peu mal à l’aise, se frottant la nuque. Donc tu penses que je devrais garder la cravate ? Et les cheveux, tu penses que c’est mieux lisse ou comme d’habitude ?

Elle eu un sourire, se dressant sur la pointe des pieds pour créer un peu de mouvements dans ses cheveux.

-Naturel c’est très bien. En tout cas, je ne m’étonnerais pas qu’une demoiselle en détresse te tombe dans les bras dès aujourd’hui !

-Cassie, soupira-t-il, souriant malgré tout, avant de s’inspecter une dernière fois dans le miroir.
Il était temps d’y aller.

Il refusa tout de même que Cassie ne l’emmène jusqu’au poste de police, il n’avait pas six ans et elle ne l’emmenait pas à l’école non plus ! Il prit donc le bus, comme d’habitude, essayant de se repasser l’organigramme de la police de mémoire, pour ne pas commettre d’impair. Le pire, ce serait de ne pas savoir qui il avait en face de lui. Rien de plus gênant que de ne pas connaître son supérieur par exemple. Ça, encore, ça allait. Il avait rencontrer le shériff, c’était avec lui qu’il avait passé son entretient, et il avait eue l’air vraiment gentil. Enfin, du moins, il avait l’air avenant. Vu la taille de ses biceps, il ne doutait pas une seconde du fait qu’il devait pouvoir déboîter une mâchoire d’un seul coup de poings !

Soupirant, il essaya de se remémorer les noms de ses collègues, qu’il avait trouvé sur le site de la ville. Il était à peu près certain de reconnaître Eulalie, dont l’absence de nom de famille et les cheveux roux l’avaient suffisamment intrigué et marqué pour se souvenir d’elle. Il se rappelait aussi d’Anastasia Romanov, qui était aussi rousse -à croire que c’était un prérequis, et qui était profiler linguistique, si sa mémoire était bonne. Il avait fait des recherches sur le sujet, c’était un domaine foncièrement passionnant ! Il avait hâte de pouvoir en savoir plus. De mémoire, il savait aussi qu’il y avait Emma Swan, une blonde, policière. Maintenant, il savait aussi qu’il n’avait pas été le seul engagé, alors, il y aurait forcément des visages inconnus, mais au moins, il était sûr de ne pas se tromper si il venait à les croiser…

Quand enfin, ce fût son arrêt, il du encore marcher un petit peu avant de se retrouver face au commissariat. Et malgré lui, il eut une sorte de temps d’arrêt. Il n’y avait pas à dire, si un jour, on lui avait dit qu’il travaillerait pour la police… Il n’y aurait sûrement pas cru lui même. Mais avec tout ce qui c’était passé… Rapidement, il prit une inspiration, s’obligeant au calme, fermant les yeux quelques instants avant de rentrer d’un pas décidé dans le bâtiment.

C’était un bâtiment classique, vraiment tout ce qu’il y avait de plus banal. Des murs beiges, des affichettes au mur, des bancs et une bobonne d’eau. Rien de bien excitant pour le moment, et malgré lui, Tadashi se demanda si ils avaient la fibre ou si tout marchait encore par ethernet. Lors de son entretient, le shériff avait clairement exprimé son incompréhension des technologies modernes. Mais est-ce que cela voulait dire que le service internet était lui aussi bloqué dans les années 1950 ? Il savait qu’il allait avoir du travail pour moderniser tout ça, mais là, il commençait à vraiment prendre conscience de l’ampleur du travail.

Ça n’allait pas être de tout repos.

Doucement, il se dirigea vers le poste d’accueil, tenu par un jeune homme très jeune, à l’air légèrement perdu.

-Bonjour, Tadashi Hamada, se présenta-t-il, en lui tendant la main par-dessus le bureau, ce qui n’était pas très pratique en réalité. J’ai rendez-vous avec monsieur Brooke, j’intègre l’équipe aujourd’hui.

-Ah oui ! marmonna-t-il, après lui avoir serrer la main. Atkins avait laissé un post-it pour ça, ajouta-t-il en fouillant dans une pile de post-il multicolore. Euh, asseyez vous, je vais le prévenir.

Il fit un geste en direction des bancs, et Tadashi alla s’y asseoir, docilement. Ce fut à peu près au même instant qu’un homme immense, aussi grand que large d’épaule, entra dans le poste de police, un casque de moto sous la main. Pendant quelques secondes, Tadashi pensa qu’il s’agissait peut-être d’une personne convoquée, mais non, il se dirigea directement vers l’un des bureaux, sans demander quoi que ce soit à l’accueil, ce qui fit soupirer le jeune homme. Malgré lui, Tadashi ne put s’empêcher de pencher légèrement la tête, pour l’observer. Est-ce que c’était l’un de ses… Collègues ? Sérieusement ? Après tout, c’était vrai que la police avait besoin de gros bras mais c’était plus des bras là, c’était des étaux ! Pas sûr que les demoiselles en détresse de Tante Cassie aient tant besoin de lui au final…

-Tadashi Hamada ? Lança une voix, le forçant à se relever. Lança une voix, le forçant à se relever.

Le shériff n’avait pas changer, même chemise à carreau, même barbe bien fournie, même air…. Gentil. Tadashi se releva, allant lui serrer la même. Définitivement, la cravate, c’était de trop.

-Heureux de vous voir parmis nous. Pas trop stressé, j'espère?

Malgré lui, Tadashi eut un petit sourire en coin, vaguement gêné.

-ça se voit tant que ça ?

Le shériff eut un sourire, bienveillant, avant de lui faire signe de le suivre.

-Tu veux que je te montres ton bureau ? En tout cas je t'accompagnerai lors de tes premiers jours ne t'en fais pas.

-C’est très gentil à vous, le remercia-t-il, lui emboîtant le pas. Je me demandais juste sur quel système le serveur de la police tourne-t-il ?

Vu la tête que fit son supérieur, il se dit que cela devait être encore pire que ce qu’il avait imaginer. Et il ne fut pas déçu. En effet, quand Chris poussa la porte de ce qui allait donc devenir son bureau… Tadashi cru d’abord à une sorte de blague. Une tour. Un écran vieux d’au moins 20 ans. Un bureau. Et une poubelle. Rien de plus. A tout les coups, ce truc tournait encore sur Windows 3 ! Il fit de son mieux pour conserver une expression neutre, mais celle-ci n’échappa pas à Chris, qui sembla presque aussi mal à l’aise que lui, mais il le rassura rapidement en lui disant qu’il avait carte blanche quand au matériel dont il avait besoin. Et qu’il pouvait faire ce qu’il voulait de cet ordinateur-ci.

Tant mieux. Parce qu’il refusait de croire qu’une police digne de ce nom puisse fonctionner avec ça !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Boulevard of
Broken Dream
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81049-vois-les-choses-sous-


ϟ Invité ϟ



Invité


Anonymous


Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police _



________________________________________ Sam 15 Juin 2019 - 21:05


Bienvenue à bord, accrochez vos ceintures
et priez pour ne pas finir avec un nez cassé.

Revenir au poste de police après près d’un an sans y avoir mis les pieds… Avait une étrange saveur douce-amère qui vous restait en arrière de la gorge. Lorsque le shérif avait changé pour donner les rênes à une pâtissière, le prince était parti pour mettre la main à la pâte chez les pompiers. Il y avait retrouvé les jumeaux roux qui semaient le bazar partout sur leur route et cette année avait été plutôt riche en formations et rebondissements. Observer les choses de l’autre côté de la camionnette avait permis à Adam de prendre conscience de certaines choses qu’on ne voyait pas derrière l’uniforme de la police, comme l’urgence ou les soins à porter à une victime pendant que les flics prennent des dépositions et des photos… Quand on se retrouve avec des vies entre les mains, la votre change considérablement.

Bien évidemment, les pompiers de Storybrooke étaient plutôt appelés pour des petites choses que pour réellement de gros accidents ou incendies, mais lorsque ceux-ci survenaient il fallait se montrer prêt. A réagir. A partir en avant et se laisser guider par un mélange entre instinct et savoir faire. Ca avait été grandement bénéfique en un sens, même s’il ne l’admettrait pas trop ouvertement. La conversation avec Chris lors de son entretien avait été directe et précise, alors il ne s’épancherait pas non plus en publique de ce genre de chose. A la place, il avait repris possession de son ancien bureau – que personne ne semblait s’être approprié, parfait – et retrouvé sa moto gardée dans le garage du poste. Quelques réparations et remises à niveau plus tard, elle était opérationnelle pour reprendre la route ! Et ça, ça lui avait manqué. Clairement.

Ce qui lui manquait aussi, c’était le côté « masculin » de ses collègues : on passait d’un environnement exclusivement machiste à un autre plus porté sur la gente féminine et, s’il n’avait rien contre, ça avait l’air d’être le mot d’ordre cette année : des femmes de partout pour gérer ce que d’autres n’avaient pas su faire avant elles. Adam ne les connaissait pas toute, et n’avait pas forcément pour vocation de le faire, mais il avait fini par se dire que c’était une chose à tenter. Après tout, à trop rester enfermé dans son passé on ne parvenait pas vraiment à avancer… Il était bien placé pour le savoir. Donc, après avoir remercié la rouquine n°1 pour la nouvelle machine à café neuve qu’elle s’était dépêchée d’apporter, il avait jeté un coup d’œil à rousse n°2 et s’était finalement mis à travailler comme si de rien était en retrouvant ses marques et ses repères.

Sauf… Pour un truc. Un truc peut-être tout bête mais quand on venait d’un siècle différent et que la technologie n’était pas votre fort, ça pouvait vous poser un très sérieux problème : le logiciel utilisé par la police avait encore changé. Ou plutôt, il avait clairement été installé alors qu’Adam ne jurait que par le papier jusque là. Autant dire que découvrir un ordinateur sur son bureau ne l’avait pas enchanté mais se rendre compte qu’il pouvait à peine l’utiliser sans que celui-ci ne refuse finalement de bouger son écran… Ca l’avait rapidement mit en pétard. Les trucs qui fonctionnaient jamais, très peu pour lui ! Un stylo tombait en panne sans encre, ça, même branché, ça parvenait à planter et ne plus fonctionner ! Et comme il n’avait plus Maxine pour lui expliquer le fonctionner des ordinateurs – elle s’était arrêté à Internet et Youtube – Adam se retrouvait coincé. Et Agacé. Ce qui n’était pas forcément un super mélange.

Relevant le nez lorsque le shérif accompagna un type pas bien grand vers une autre pièce, il pesta intérieurement et abandonna bien rapidement ce clavier qui n’était même pas capable de reconnaître son mot de passe… Pourquoi Adèle n’était-elle jamais là lorsqu’on avait besoin d’elle ?! Quelle idée de faire des bébés, vraiment. Se passant les paumes sur le visage, Adam attendit patiemment de voir si quelqu’un s’en sortait mieux que lui mais… De toute évidence, chacun était occupé à quelque chose et ne semblait pas le moins du monde embêté par l’espèce de machine qu’on retrouvait un peu partout, baptisée ordinateur. Finissant par se lever de sa place, contournant les chaises et boites remplies de dossiers sorties d’il ne savait où, il fini par s’approcher de la porte où l’asiatique avait disparu avec le shérif.

Plus de trace de ce dernier, mais le gamin était encore là : assis sur la chaise sommaire, il avait l’air de tâter le terrain de l’ordinateur comme on le ferait d’un fossile précautionneux. Cela fit hausser le sourcil à Adam.

« Eyh. » L’interpella-t-il, s’appuyant d’un bras contre le chambranle de la porte. « Toi, t’es doué en informatique ? »

La tronche de surprise que tira l’inconnu le laissa perplexe, comme s’il avait du temps à perdre avec ça ! Déjà qu’il venait demander un minimum d’aide, si c’était pour finir comme ça il allait fissa retourner à son bureau et continuer d’utiliser du papier comme tout le monde devrait le faire ! Fixant toujours le garçon qui ne sortait pas un son, Adam se demanda un instant s’il n’était pas sourd… y’avait bien qu’Evie pour afficher une moue pareille pour ensuite rebondir de la manière la plus innocente qui soit. Chez elle c’était mignon, chez lui c’était vexant.

Dans deux minutes, Adam allait s’énerver.

« Mon ordinateur ne fonctionne pas. Tu as une solution ou je vais demander à quelqu’un d’autre ? »

Après tout, il y avait écrit « informaticien » sur la porte du bureau. Le prince ne manqua pas de le désigner du menton lorsque l’étranger se pointa du doigt, comme s’il n’était pas certain d’être le destinataire de ses paroles. Sachant que personne d’autre ne se trouvait dans la pièce, ça tombait un peu sous le sens.

« … ? »

Et enfin, son interlocuteur se permis une reprise de souffle. Bien, on avançait ! Ça ne répondait pas à sa question mais au moins était-il en vie. Ça aurait été dommage de le tuer dès son arrivée ici, Chris n’aurait pas franchement apprécié.



ϟ Elena Atkins ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Elena Atkins

| Avatar : Emeraude Toubia

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police Kyws



| Conte : Le Bossu de Notre Dame
| Dans le monde des contes, je suis : : La gitane qui embrase Paris

| Cadavres : 93


Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police _



________________________________________ Dim 30 Juin 2019 - 22:19


C'est interdit la polygamie Monsieur. Surtout si elles ne sont pas consentantes.


- Madame Belfort ? Madame Belfort ! Où êtes-vous ?
Hurla la secrétaire dans l'entre-baille de la porte.
- Je suis là Sonia, ne vous inquiétez pas. Énonça la nouvelle procureure, perdu dans ses immenses piles de dossiers sur le côté de son bureau.
- Ah ! Enfin ! On m'a demandé de vous demander si vous aviez fini d'éplucher le dossier numéro 537 et 538 ?
- Vous pouvez leur dire que je suis actuellement sur le dossier 526. Nous devons absolument réouvrir l'enquête afin de coincer ce kidnappeur. Il y a deux jours, une nouvelle victime est apparu, nous ne pouvons pas nous permettre de dire aux familles que nous nous stoppons là par manque de preuve. En tant que procureure je n'accepterais pas ce genre de décision s'il est encore possible de changer ça.
- Mais enfin Madame, ça fait bientôt trois jours que vous vous êtes repenchée dessus et vous avez à peine avancé. Vous ne pensez pas que ce serait plus simple de laisser tomber ?
- Mon métier n'est pas faire pour être simple Sonia. Je vous laisserais donc faire votre travail en leur annonçant ce que je viens de vous dire. Et si vous avez besoin de me parler, contacter moi sur mon portable, je vais être en déplacement au commissariat pour voir le Shérif.
- Bien Madame.


La secrétaire reparti silencieusement vers son bureau, laissant de nouveau Elena seule face à sa paperasse. Elle n'aimait pas vraiment envoyer balader les gens ainsi mais la reprise de ce dossier était importante. La vie de jeunes filles étaient en jeu et le kidnappeur venait de refaire surface après trois longs mois d'abstinence après sa précédente victime. C'était déjà la cinquième fille qui disparaissait et Elena savait qu'elle pouvait toucher au but très prochainement. Enfin, c'est ce qu'elle s'était dit lorsqu'elle avait réouvert le dossier mais après trois jours à l'avoir épluché dans tout les sens avec les preuves, elle commençait sincèrement à être sur les nerfs. La jeune femme avait l'impression de ne pas avancer. Cet homme était plus qu'expérimenté mais ce n'était pas à rester dans son bureau enfermée qu'elle pourrait lui mettre la main dessus. C'est pourquoi, elle avait demandé à Chris si elle pouvait passé durant la journée. Elle avait déjà imprimé un mandat de perquisition pour le lieu où avait été commis le kidnapping et l'appartement de l'adolescente afin d'essayer de trouver d'autres indices qui avaient échappé à la première équipe.

Regroupant les divers documents en une seule pochette, la jeune femme récupéra ses clés de voiture et sa veste pour se diriger au poste de police. Elle devenait chèvre à force de rester enfermer dans les locaux de la mairie et la sortir un peu sur le terrain lui ferait le plus grand bien. Elle savait qu'elle avait besoin de voir les choses par elle-même afin d'être plus efficace. Tout comme son métier d'avocate, elle avait besoin d'avoir toutes les cartes en main afin de mener à bien son enquête et son procès lorsqu'il aura lieu. Au volant de sa Jaguar F-Pace, Elena n'arrêtait pas de réfléchir aux possibilités qui pouvaient s'ouvrir à eux. Elle était certaine qu'il lui manquer la dernière place du puzzle qui la mènerait sur la réussite de cette affaire.

Une fois arrivée au poste de police, Elena passa par l'accueil mais le réceptionniste lui annonça que le Shérif Brooke s'était absenté de son bureau. Prise d'impatience, la procureure signala qu'elle irait directement le chercher dans le commissariat.Ne le trouvant malheureusement pas aussi rapidement qu'elle l'aurait souhaité, elle se lança cette fois-ci à la recherche d'un autre policier qui pourrait sans doute l'aider à lui mettre la main dessus.

Finalement, Elena réussit à tomber sur un grand blond qui se trouvait prêt de l'encadrement d'une porte. Il était en train de discuter avec ce qui semblait être l'un de ses collègues, mais elle se permit tout de même de les interrompre en se rapprochant.

- Excusez-moi ? Auriez-vous vu le Shérif Brooke par hasard ? Lança-t-elle aux deux hommes.

La procureure marqua un arrêt lorsqu'elle s'attarda sur le deuxième homme qui se trouvait dans la pièce à cet instant là. Elle ne l'avait pas tout de suite reconnu avec le costume strict qu'il portait. Il fallait dire que la dernière fois qu'ils avaient échangé ensemble ils étaient en tenue de sport en plein cour de danse orientale. Et elle ne se serait certainement pas attendu à le voir ici. Elle était heureuse de voir qu'il arrivé à vaincre ses peurs.

- Oh ! Je vois que vous avez aussi rejoins l'équipe ! Mes félicitations !


Lorsqu'elle vit alors Chris passer dans le couloir, elle reprit rapidement le cour de sa pensé et l'intercepta depuis sa place auprès des deux policiers.

- Hé ! Chris ! J'aurais aimé te parler de l'affaire des enlèvements d'adolescentes si tu es disponible ?



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Mes amis nous avons couronné le mauvais fou, car le plus fou ici, c’est vous !-
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79800-terminee-les-bannis-o


ϟ Contenu sponsorisé ϟ







Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Tadashi Hamada, au rapport! } RP Premier jour à la police





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ Poste de Police