PETER PAN
MAI 2019
de NAT


MAGIC LEAGUE 5
JUIN 2019
de DYSON


LA REGALADE
Animation RP
de NANIS



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Les Dernières Forces Mystiques ☆ Evénement #110
Une mission de Dyson - Depuis le 8 juin 2019
La suite de Magic League sur Disney Rpg ! Une aventure de Super Héros !

Partagez
 

 Vers l'infini... Et au-delà ? » Queenie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Livio G. Marban


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Livio G. Marban


╰☆╮ Avatar : Tom Hardy.

Ѽ Conte(s) : L'étrange noël de Mr Jack / Folklore.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Un vampire.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 173
✯ Les étoiles : 902


Vers l'infini... Et au-delà ?  » Queenie _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 4 Juin 2019 - 22:26



on the road again & plus si affinités
When I was a kid, I used to buy and sell gravity
I knew how to fly, and I would teach you for a fee
Broke every window in my hotel heart
preacher.

Le retour à Storybrooke avait été… Un peu étrange. Un peu bizarre. Un peu décalé aussi, après ces quelques jours passés en pleine mer puis sur une île paradisiaque à assouvir quelques fantasmes qui avaient bien lieu d’être. Non content d’avoir eu le fin mot de toute cette histoire d’acteurs et de plateau de télévision, Livio avait pu profiter de quelque chose qu’il convoitait depuis plus longtemps encore : Queenie. La pâtissière s’était révélée, il pouvait le reconnaître, complètement à la hauteur de ses attentes et de ses idées. Vive comme l’éclair, impétueuse comme la houle marine et aussi sauvage que lui lorsqu’il s’agissait de mettre l’autre à terre pour un baiser ou pour un combat. Leur première nuit avait été chaude et savoureuse, la seconde un pur moment électrique et puis il avait cessé de compter. Entre la fraîcheur du lagon après un trek de deux jours ou la cabine qui leur était réservé sur le yacht des Clooney, ils avaient profités l’un de l’autre comme si c’était leurs derniers jours sur cette maudite planète. Ça y avait ressemblé en tout cas, se découvrant plus encore que précédemment et échangeant une énergie que Livio pensait perdue à jamais.

Seulement voilà, rentrer à Storybrooke avait aussi été synonyme de reprendre son emploi et elle les siens. Comme auparavant, ils n’avaient pas beaucoup de possibilités pour se croiser et devaient jongler avec l’organisation de leurs agendas. Elle était peut-être la cheffe de sa pâtisserie et lui le chef de service d’hématologie, ils avaient des obligations horaires et heures supp’ qui ne tardèrent pas à taper sur le système de Livio. Passer d’un temps quasiment exclusif avec elle à des moments parcimonieux au fil des semaines avait mit ses nerfs à rude épreuve.

C’était simple : même Aguistin avait cessé de le chercher à l’hôpital sous peine de finir la tête la première dans une centrifugeuse ! Tiberius avait dû renouveler son stock de scotch qu’il leur arrivait de descendre bien plus vite que l’ordinaire. Dolores tentait tant bien que mal de le détendre, peine perdue : il avait besoin de sentir Queenie contre lui et de répondre à ses paroles aussi insassiables qu’intéressantes. Les rares fois où ils avaient put se retrouver, d’abord un rendez-vous pour finir chez l’un ou chez l’autre, avaient été… Indescriptibles. Pire qu’un shoot d’héroïne dans les veines ou qu’un rail de cocaïne direct dans le nez. Cette femme lui faisait perdre complètement la boule sans qu’il ne parvienne à complètement redresser la barre.

Et c’était un putain de problème.

D’ordinaire il ne s’attachait pas. Jamais. C’était une règle d’or, une espèce de loi antique qu’il avait décidé d’appliquer depuis qu’on lui avait volé sa vie de mortel pour le confronter à l’éternité. Il avait vu les siens vieillir et mourir, se perpétrer sans qu’il ne puisse plus faire partie de leur existence… Et ça l’avait vacciné. On lui avait refusé une vie normale et, désormais, il n’était plus question de s’attacher à qui que ce soit. Où que ce soit. Des histoires sans lendemain, quelques coups d’un soir, éventuellement des flirts mais jamais rien de très sérieux. De toute manière il n’avait pas besoin de chercher bien loin pour séduire ces dames et trouver des bras chaleureux où se reposer un peu… Et puis il y avait eu Queenie. Maudite Queenie. Satanée Queenie qui l’avait attiré, irrémédiablement, et auprès de laquelle il avait glissé sans même s’en rendre compte. Lentement. Assurément. S’installer à proximité. Se laisser faire par ses manières et ses maladresses. Se séduire de ses atouts et de sa verve. S’impressionner de ses passions et motivations. Sans doute auraient-ils put être amis…

Mais il l’avait goûté et toute sa raison s’était emportée dans un au-delà inatteignable. Une seule bouchée n’était pas suffisante, il la lui fallait toute entière. Sa peau. Ses yeux. Ses cheveux. Ses mains. Ses seins. Son corps. Ses sens. Son esprit. Tout. Il voulait tout et plus encore, à en devenir dingue et à en exploser les sacs d’entraînement sous les insultes houspilleuses de Rob. Pas concentré, c’est ce qu’on lui avait dit. Complètement à côté de la plaque et incapable de faire preuve de sang-froid. Putain, c’était impressionnant à quel point elle pouvait lui manquer. Cette fille l’avait mise dans sa peau et maintenant il ne parvenait plus à s’en défaire ! Inébranlable et pourtant obsessionnel. A en damner les saints et oublier toute prudence…

Il fallait que ça s’arrête. Mais en même temps, Livio n’en avait pas du tout envie.

C’était pourtant la seule solution pour ne pas sombrer dans quelque chose d’aussi effrayant qu’inconnu. Il réfutait tout sentiments et ne parvenait pas à accepter qu’il puisse en avoir. Hors de question. Pas question. Ils avaient été clairs l’un avec l’autre dès le départ : trop de déceptions dans leurs vies pour se permettre ce luxe. Trop de douleurs et de trahison pour faire à nouveau confiance. Mais bordel, si on pouvait dire à son cœur de se mettre d’accord avec sa raison, ça l’arrangerait ! Parce qu’à peine trois mois après la croisière dans le pacifique, le vampire avait l’impression de devenir complètement dingue à ne pas savoir quel chemin emprunter. Ca avait été pourtant simple par le passé, évident, un terme et puis c’était tout. Mais là… c’était comme s’il était incapable de le dire et de l’accepter. Comme si la douleur de l’éloignement agissait comme un raz-de-marée sur toutes bonnes résolution. Et ça le foutait dans la pire des situations.

Pourquoi est-ce que ça n’était jamais aussi simple que dans les foutus bouquins dont elle lui parlait parfois ? Tout tracé, comme un scénario bien ficelé, avec la perspective d’un avenir heureux quoi qu’il arrive. Livio ne croyait pas à ces avenirs cousus de fils blancs, se doutant bien que le karma allait lui renvoyer dans la gueule la moindre tentative positive d’agir ou de profiter de la vie. Ca le bouffait de l’intérieur de ne pas savoir, ça lui mettait une trouille monstre que quelqu’un puisse de nouveau parvenir à franchir sa carapace… Et puis qu’elle disparaisse, comme les autres, en le laissant seul pour l’éternité. La crainte d’un avenir seul bafouait la perspective d’un présent à deux et il n’avait pas encore décidé du moyen de remédier à cela. Ou de se laisser couler, au choix.

Lorsqu’il gara sa voiture devant la pâtisserie, Livio avait pourtant prit quelques résolutions. Ils avaient une semaine pour rejoindre Seattle sur la côte ouest, où il avait un combat d’underground pour les finales du championnat. Rob l’avait traité de fou lorsqu’il avait annoncé qu’il s’y rendrait seul avec Queenie, privilégiant de « la détente » à un entraînement intensif mais le vampire n’avait pas flanché. Ces quelques jours, il les attendait pour pleins de raisons et notamment pour la plus importante d’entre toutes : faire le point sur leur relation. Il ne doutait pas que la pâtissière en valait la peine mais est-ce que lui, en valait vraiment la peine ? Est-ce qu’il était capable de fournir les efforts suffisant pour tenter de la garder ou est-ce que tout ceci était voué à l’échec depuis le départ ? …

Une semaine. Sept jours. Un tête-à-tête sur la route et dans une voiture pour décider d’un putain d’avenir… Et dieu seul savait à quel point Livio flippait de prendre la mauvaise décision et de tout faire foirer – comme il en avait l’habitude au fond. Ca le prenait aux trippes à lui en retourner l’estomac, mais son éternel air intouchable prenait le pas sur les impressions. Peut-être qu’il n’arriverait pas à se maitriser face à elle. Peut-être qu’elle aurait peur du vampire qu’il était ? Elle ne l’avait jamais vu ainsi, il n’avait jamais percé sa jolie peau pour boir à même sa gorge comme la plus délicieuse des récompenses… Et pourtant, qu’est-ce qu’il en avait eu envie ! Une ode à la luxure, un appel à la pomme d’eden interdite juste sous son nez. Mais la mordre, ça revenait à lui révéler bien trop de choses et plonger dans sa vie en la laissant prendre la sienne. Trop important. Trop… Personnel. Putain de duel dans sa tête ! Un bordel sans nom, comme au fond de son cœur en ce moment.

Il s’extirpa du véhicule et croisa le regard amusé de Gabrielle, qui couru vers lui perchée sur ses talons sous son tablier Fantasia. Cette dernière lui plaqua deux bises énormes sur les joues, gloussant de satisfaction et son sourire malicieux pendu sur les lèvres. Livio l’avait prévenu depuis plusieurs jours de son idée et cette dernière avait été plus que ravie de l’aider à sa tâche : elle avait préparé des affaires de rechange pour Queenie – et PAS quinze valises comme la dernière fois – dans un grand sac qu’elle tendit d’ailleurs au vampire. Elle releva le menton, comme pour le mettre au défi.

« Tiens. De toute façon elle peut changer de vêtements à sa guise donc elle a pas besoin de grand choses. J’espère que tu sais ce que tu fais ! » Déclara Gabrielle. « Je te la confies pour une semaine, après tu me la ramènes, et en un seul morceau ! »

« Dix jours. Y’a le voyage retour. »

Elle haussa les épaules.

« C’est toi le mathématicien. Je gère en attendant et je serais au courant de tout ce que vous faites ! »

Elle agita son téléphone comme pour appuyer ses propos. Au fond, ça avait l’air de l’amuser plus qu’autre chose. Tant mieux, ça voulait dire qu’il n’était pas le seul à penser que c’était une bonne idée de se retrouver juste avec Queenie ; Même si ça n’allait sans doute pas être de tout repos, les connaissant lorsqu’ils étaient ensemble… Outre collectionner les évènements indésirables, leurs tempéraments les poussaient à ne jamais être réellement tranquilles. Sans action, on s’ennuierait, non ? Pourvu que rien ne les fasse rétrécire ou rajeunir cette fois. Il comptait profiter de sa belle jusqu’au bout, comme il aurait dû le faire depuis le départ… Si ça devait être leurs derniers moments ensemble à cause de lui, autant qu’ils soient les meilleurs. C’était dingue de se foutre une pression comme ça, il se serait collé des baffes s’il le pouvait !

Il chargea le sac dans le coffre, à côté de ses propres affaires.

« Vous allez dormir où ? »

« On verra bien, y’a pas mal d’hôtels sur la route. On trouvera. »

« Tu la met pas dans un motel miteux ou je te frappe, c’est degueu ces endroits et crade ! T’imagines pas le nombre de gens qui couchent dans ces endroits et où c’est pas nettoyé… Rien que d’y penser j’ai l’impression de me choper de l’herpès ! »

Il esquissa un sourire amusé, hochant la tête dans une promesse silencieuse en préférant ne pas imaginer. Il avait déjà dormi dans des motels et rien ne lui était arrivé… En même temps, c’était un vampire. Mais il n’avait pas prévu de faire dormir Queenie dans des endroits délabrés. Déjà qu’il n’avait pas forcément prévu de la laisser dormir tout court… Bref.

« Je suis un peu jalouse… » Avoua Gabrielle dans un soupir. « Je vais la chercher, bouge pas Roméo ! »

Et sans un mot de plus, elle fila à l’intérieur chercher la source de toutes les angoisses de Livio… Mais aussi de tous ses espoirs. Parce qu’étrangement, il suffit qu’elle apparaisse sur le pallier de sa pâtisserie pour chasser toute forme de doutes et de démons dans son esprit : Queenie était putain de parfaite et lui… N’était probablement qu’un abruti en manque de confiance personnelle. Elle le tenait par le coeur, depuis le départ, et Livio n'était même pas capable de lutter face à ça.

Bordel de merde. Il était amoureux.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

vouloir nous brûle, pouvoir nous détruit
Let the past die. kill it, if you have to. Show me again the power of the darkness, and I’ll let nothing stand in our way. Show me, Lord, and I will finish what you started.

 Page 1 sur 1

Vers l'infini... Et au-delà ? » Queenie





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis