YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb


YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb


YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ You Are my Buddi ☆ Evénement #115
Une mission de seb - 20 octobre 2019
Une mission toute mignonne, toute gentille !

Partagez
 

 Don't let me down (Mecanic Deafness)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maximilien A. Bayne


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Maximilien A. Bayne


╰☆╮ Avatar : Antoni Porowski.

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bαymαx.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 270

Don't let me down (Mecanic Deafness) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 30 Juin 2019 - 22:13


Hurry up now, I need a miracle
Don't let me down. Running out of time.
I really thought you were on my side. But now there's nobody by my side.


Comment est-ce qu’ils en étaient arrivés là, exactement ?

La soirée s’était pourtant déroulée comme d’habitude, Max n’avait changé aucune habitude ni aucune manière de faire lorsqu’il travaillait au Comic’s Burger. Pourtant, plusieurs fois dans la soirée, il s’était surpris à épier les porte sans trop savoir exactement qui il attendait ou cherchait comme ça. Ça avait bien amusé Clark de le voir déconcentré de la sorte, même s’il effectuait ses gestes avec une précision redoutable et qu’il était encore capable d’enregistrer plusieurs commandes à la fois ; le robot semblait préoccupé et plusieurs clients lui demandèrent si tout allait bien. Il en fut surpris, leur répondant avec son éternel franchise que rien ne justifiait d’aller mal à ses yeux et qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Être barman demandait régulièrement des échanges avec des inconnus et il avait rapidement appris que ses collègues s’amusaient à flirter dans des règles strictement professionnelles. Lui n’en était pas franchement capable, étudiant pourtant les us et coutumes des humains sans parvenir complètement à savoir à quel moment les choses allaient trop loin ou quand elles pouvaient continuer. Il s’était basé sur la biologie et la physiologie pour tenter de trouver des indices et ça lui avait permis de faire un sacré pas en avant. Le cuisinier lui avait dit un jour qu’on ne pouvait jouer qu’avec les cartes qu’on avait en sa possession – sur le coup il n’avait absolument pas compris la métaphore mais lorsque Bethany lui avait expliqué, il en avait saisi le sens caché. Puisque son talent était de pouvoir lire le corps des gens comme des pages ouvertes, autant utiliser ceci au quotidien.

Il ne faisait de mal à personne et évitait soigneusement de vexer qui que ce soit, toujours un peu trop poli et formel, mais rapidement un petit amas de réguliers s’était formé et venaient attendre qu’il les serve pour de brefs échanges de banalités. Il fallait croire que son espèce de charme robotique plaisait… Dyson ne s’était peut-être pas complètement trompé en acceptant de l’engager. Efficace et mesuré, Max servait les commandes et jonglait d’une personne à l’autre sans jamais s’emmêler les pinceaux. Aussi, lorsqu’il tendit un Gin Tonic à Logan, un homme aux yeux aciers qui avait l’habitude de venir boire au bar après sa journée de travail, ce dernier le regarda avec une petite moue amusée.

« Et si j’avais voulu autre chose ? » Le taquina le grand brun à l’allure féline.

« Je peux vous le préparer à la place. »

Mécanique, simple. Les yeux clair de Logan se plissèrent et il se pencha légèrement en avant sur le bar.

« Tu sais ce que j’aimerais que tu me prépares ? »

« Non. Je ne lis pas dans les pensées. »

« Dommage, tu y aurais trouvé ta réponse. En images, en son et haute définition. »

Il secoua la tête en se réinstallant contre le dossier de son siège, attrapant son verre pour faire tourner ses doigts autour distraitement.

« Alors, des projets pour la soirée ? »

« Terminer mon service et rentrer. Et vous ? »

« Ça a l’air tellement ennuyeux ! Même pas quelqu’un pour te pimenter un peu tout ça ? »

« Je n’ai pas la prétention d’être aussi efficace que vous. »

La réputation de Logan n’était plus à faire au bar, ni partout ailleurs, et ce dernier étira ses lèvres en un sourire amusé. Il s’était tapé à peu près toutes les serveuses et les serveurs des établissements alentours et, le pire, c’est que personne ne semblait lui en vouloir. Max avait été prévenu de la dangerosité de cet individu mais, la plupart du temps, il ne comprenait pas le moindre des sous-entendus qui se faufilait dans ses phrases. Logan avait d’abord cru qu’il était d’une résistance à l’extrême, puis il s’était rendu compte que l’esprit informatisé de Baymax était tout simplement incapable de comprendre la moindre tentative de drague ou de flirt. Il s’était donc mis en tête de lui apprendre deux ou trois choses sur le sujet et le robot notait dans un coin de sa mémoire ses conseils sans trop savoir s’ils seraient un jour applicables à sa situation. Il se contentait de le laisser flirter avec les clientes et clients alentours et de l’observer s’en aller en leur compagnie, non sans un clin d’œil amusé de la part de Logan dans sa direction.

Les hommes étaient peut-être encore plus étranges que les femmes au fond. Mais plus aisés à comprendre.

« Ca, je n’en serais pas si sûr. »

Logan avala un gorgée de son Gin Tonic avant de désigner la porte du menton. Geste inutile puisque Max avait déjà reconnu la personne qui venait d’entrer dans le restaurant, ses sens semblant capables de capter ses signaux avant même son apparition. Rapidement, ses yeux clairs se posèrent sur le visage de Bethany – renfrogné, comme toujours – et sans trop savoir pourquoi, il resta immobile avec son chiffon propre dans une main. La regarder s’avancer de son allure méfiante semblait être la plus passionnante des activités à l’heure actuelle et il fallut que Logan ne se mette clairement à rire pour enfin sortir de son observation poussée. Il abandonna la chevelure sombre de Beth pour reporter son attention sur le client, qui lui reluquait évidemment la jeune femme lorsqu’elle se nicha sur l’un des tabourets au bout du bar.

Sans trop savoir pourquoi, à le voir agir de la sorte comme si Bethany était une proie, le robot sentit quelque chose se serrer dans son torse et une bouffée de colère menaça la quiétude de son être. Il savait que Logan et Bethany avaient déjà un passif ensemble, elle faisait bien ce qu’elle voulait après tout Max n’était pas son chaperon ; mais sans trop savoir pourquoi, à l’heure actuelle, cette idée l’agaçait.

Le fait qu’ils se soient embrassés pour la première fois deux jours plus tôt n’y était évidemment pour rien, tellement pour rien qu’il n’y songea même pas.

« Tu vas pas prendre sa commande ? » Le taquina Logan.

Max ne lui répondit pas mais s’excusa poliment, croisant au passage Amelia – une des barmaids – qui lui fit un petit clin d’œil en s’écartant du passage pour le laisser la rejoindre. Est-ce que tout le monde avait décidé de lui rappeler que Bethany était assise ici ? Il poussa intérieurement un soupir et se posa juste devant la brunette, attendant qu’elle ne lève les yeux vers lui pour pouvoir lui parler. Être sourde avait des avantages comme des inconvénients et Max ne voudrait pas qu’elle pense qu’il se moquait de son handicap. Quand elle serait prête, elle lui demanderait sans doute une bière ou quelque chose de plus fort… Et comme à son habitude, il lui offrirait une assiette pour être sûr qu’elle mange convenablement. Des choses simples, faciles, répétitives. Des choses qui paraissaient tranquilles et habituelles, comme le fait qu’elle lui demande à quelle heure il terminait et qu’il lui propose de la raccompagner. Elle avait tout loisir de refuser, mais elle accepta. Puis elle baissa les yeux vers son repas et ne les releva pas vraiment de la soirée, laissant le robot faire son travail non sans quelques coups d’oeils à son encontre.

Logan disparu rapidement au bras d’une rousse au déhanché ravageur et le restaurant ne tarda pas à se vider peu à peu. Il n’était pas de service de nuit, aussi Max passa-t-il sa carte dans la pointeuse aux environs de 22h et attrapa-t-il sa veste en cuir habituelle. Tout ne marchant en direction de la salle, il se rappela qu’il devait passer voir Adèle le lendemain pour s’assurer qu’elle allait bien et qu’Eleonore grandissait convenablement ; puis il détourna ses pensées en retrouvant Bethany qui l’attendait dehors, dans la chaleur de l’été en train de bien s’installer sur Storybrooke. Elle s’était mordue les lèvres, ces dernières étaient rouges, et elle présentait un taux anormalement élevés de certaines hormones… Mais il préféra passer sous silence ce détail avant qu’elle ne trouve ce prétexte pour lui fausser brusquement compagnie. Quelque chose était un peu différent. Quelque chose avait été différent. Le chemin jusqu’à chez elle s’était passé dans un échange de quelques banalités dont Max ne s’offusqua pas. Peut-être qu’elle n’avait pas envie de parler ? Peut-être qu’elle n’avait pas envie de faire la route avec lui, au fond ?

Mystère.

Mais alors qu’ils arrivaient devant la porte d’entrée de son immeuble, endroit où il la laissait généralement pour ensuite rentrer chez lui, Max s’arrêta quelques instants. Les souvenirs ressurgirent dans son esprit sans doute aussi vite que dans celui de la jeune femme, et il serra sa mâchoire en tentant de chasser de nouveau cette sensation d’étau dans son torse. Beth grimpa les marches devant lui et s’apprêtait à mettre la clef dans la serrure, avant de finalement se retourner pour le toiser de son éternel air revêche. Qu’est-ce qu’il avait fait de mal, au juste ? Est-ce qu’elle avait compris ce que son propre programme analysait depuis qu’elle était dans le bar ? Est-ce qu’elle s’était rendu compte qu’il éprouvait une forme diffuse de… Désir, à son encontre ? C’était le mot qui était ressorti de son état, et Max l’acceptait avec toute l’étrangeté que cela signifiait. Il n’avait jamais désiré qui que ce soit, s’en pensant incapable. Il pouvait l’analyser et le reconnaître autour de lui mais, dans son propre corps, c’était très différent. Il désirait quelqu’un et ce désir semblait prendre de l’ampleur quand Bethany se trouvait à proximité… Incompréhensible. Clairement.

Leur baiser précédent avait été spontané et guidé par la situation. Celui-là fut très différent, à l’abri de son porche, d’une lenteur certaine comme s’il lui laissait la possibilité de refuser ou de s’enfuir. Pourtant ses lèvres rencontrèrent les siennes et se plaquèrent contre sa bouche, jusqu’à ce que leurs langues ne viennent à la rencontre de l’autre dans une timidité nouvelle. Il crut un instant qu’elle allait le frapper tant l’afflux d’adrénaline qui passa dans son sang fut impressionnant mais elle se contenta de reprendre son souffle et de recommencer de plus bel, un peu plus passionnément cependant. Elle avait une saveur sucrée mêlé à celle de l’alcool, une chaleur suave et il ne se rendit compte que trop tard de son corps soudain collé au sien dans une proximité intime. Refusant de quitter la chaleur de sa bouche, ils s’embrassèrent pendant de longues minutes jusqu’à ce que leurs souffles ne crient famine et qu’ils se séparent presque dans un sursaut.

Max ne savait pas trop quoi faire. Peut-être devrait-il repartir en lui souhaitant bonen nuit ? Il n’avait aucune idée de ce qu’il fallait faire après un baiser…

Mais quand elle lui proposa de monter à son appartement, sans réfléchir, il accepta.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

ici tout l'monde déraille
thérapie taxi ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourré dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire, mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t78074-i-heard-a-soun

Bethany V. Monroe


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Bethany V. Monroe


╰☆╮ Avatar : Krysten Ritter

Ѽ Conte(s) : Winnie l'Ourson
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bourriquet

✓ Métier : Photographe
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 134

Don't let me down (Mecanic Deafness) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 1 Aoû 2019 - 1:39

Don't let me down (Mecanic Deafness) TenorDon't let me down (Mecanic Deafness) Source
Let's see if in the morning, you dind't go away....

Elle n’aurait pas du retourner le voir. Certes, c’était devenu sa routine -une routine installée beaucoup trop facilement d’ailleurs, et ça, ça n’avait jamais rien de bon...- et ça aurait probablement beaucoup perturber Max qu’elle ne se pointe pas -depuis quand elle en avait quelque chose à foutre exactement ?- mais… Ce n’était pas une bonne idée. Pas du tout même. Parce qu’elle savait très bien ce que ça allait donné. Elle le savait, c’était tellement sûr qu’elle aurait pu le coucher par écrit pour prouver ses talents de médiums. Elle allait tout foirer. Elle avait déjà tout foirer mais là, elle allait clairement achevé de tout bousiller.

Quelle idée aussi elle avait eue de boire autant, putain ! Elle savait qu’elle faisait n’importe quoi quand elle buvait, mais là, en compagnie de Max, elle aurait du faire attention ! Max était probablement le seul mec sur Terre a avoir un minimum de respect pour elle, et à ne pas la considérer comme un déchet ambulant, une alcoolique incurable, un fardeau à gérer au quotidien -ce qui, du reste, elle était tout à fait consciente d’être. Alors pourquoi, grand dieu, est-ce qu’elle n’était pas parvenu à réguler ses hormones et à ne pas lui sauter dessus comme une morte de faim ?!

Ça avait été stupide, mais si Bethany avait été connu pour ses réactions mesurées et réfléchies, cela se serait su… Elle ne se souvenait même pas tellement de ce qui l’avait poussé à faire ça, ses souvenirs brumeux s’étant brutalement éclaircit au moment où elle avait réalisé quelle immense connerie elle était en train de faire ! Embrasser Max. Non mais quelle crétine ! Pourquoi pas lui proposer de coucher avec elle tant qu’elle y était ?! Après tout, c’était bien son genre non ?.. Quelle imbécile, quelle monstrueuse, monstrueuse imbécile ! Y avait pas à dire elle avait fait fort… Vraiment fort. Et le pire dans tout ça, ça avait été la réaction de Max. Ou plutôt son absence de réaction. Son ‘oh’ vaguement poli, vaguement surpris quand elle avait finit par reculer l’avait fait sentir comme la plus abrutie des abruties et elle avait fui le plus vite possible dans les toilettes les plus proches, soit disant pour vomir, en réalité, pour se racheter une dignité et noyé sa débilité. Putain. Non mais il avait juste suffit d’une dizaine de minutes pour tout foutre en l’air.

Elle avait vraiment hésité à en parler à Ginny, incapable d’arrêter d’y penser. Mais elle s’était ravisé, sachant pertinemment que Ginny tenterait de psychanalyser son geste et de la pousser à rationaliser ses angoisses. Mais à quoi bon ? Soit Ginny désapprouverait totalement son geste -ce qui la foutrait en rogne, soit elle l’encouragerait -ce qui la foutrait tout autant en rogne. Alors, à quoi bon ? Du coup, elle avait garder cette angoisse en elle, la laissant peser sur son ventre, attendant avec un stress intense l’arriver du mercredi, jour où elle se rendait au Comic Burger normalement. Et elle avait hésité jusqu’à la dernière seconde, avant de finalement y aller à reculons… Et évidemment, Max avait fait comme si de rien était, comme la bonne Vierge Marie qu’il était.
Putain. Mais il pouvait pas lui gueuler dessus ?! La traiter de salope ? Ou se foutre d’elle, gentiment ? Ou même mettre les choses au clair, non, il fallait qu’il fasse exactement comme d’habitude, en la regardant avec bienveillance et gentillesse ! Merde.

Ça lui coupa même l’appétit, se réfugiant dans la bière, mais elle se stoppa d’elle même en se souvenant de ce que ça l’avait pousser à faire dernièrement et elle finit par triturer ses frites sans conviction, ne pouvant s’empêcher de jeter des regards obliques au serveur. Au fond, elle ne pouvait même rien lui reprocher. C’était totalement Max, de pas savoir comment réagir ou quoi dire. C’était totalement Max de chercher à d’abord savoir si elle allait bien avant de chercher à comprendre ce qui s’était passé. C’était totalement Max de prendre soin d’elle sans comprendre ce qu’elle avait fait. Parce qu’au fond, c’était surtout ça, le problème. Il ne comprenait pas. Il restait un robot, analysant, calculant, mais ne comprenant pas la majorité des réactions humaines. Et clairement, il n’avait rien comprit de ce qui c’était passé. Et clairement, elle ne pouvait pas lui en vouloir.

Et pourtant, si, elle lui en voulait. Elle lui en voulait d’avoir si peu réagit. Elle lui en voulait de ne pas avoir chercher à comprendre. Elle lui en voulait de ne pas avoir chercher à l’embrasser en retour. Parce que oui, c’était vexant mais aussi blessant de sa part. Elle n’était pas si déglinguée, si ? Pas au point de repousser le mec le plus gentil du monde quand même… Malgré elle, elle songea à ce que sa mère lui prédisait depuis toujours, le fait qu’elle perdrait le respect de tous à se brader de la sorte et qu’elle mourrait seule dans le caniveau à ce rythme. Est-ce qu’elle avait raison ? Est-ce qu’au final, c’était le seul avenir qui lui restait ? Elle eu un soupir, réalisant un peu trop tard que Max lui faisait signe qu’il allait fermer, avant de se relever, plongeant ses mains dans les poches de sa veste, sans rien ajouter. Après tout, quitte à faire semblant, elle n’allait pas se fouler non plus…

Il allait falloir parler. Parce qu’elle avait besoin de savoir où ils en étaient, du coup. Est-ce qu’ils étaient toujours amis ? Est-ce que c’était finit ? Est-ce qu’elle devait abandonner tout espoir d’être de nouveau digne de respect à ses yeux ?… est-ce qu’elle s’était vraiment fait des films toute seule ? Parce que oui, Beth le savait, ivre morte, elle était tout à fait capable d’embrasser des inconnus et de sauter sur le moindre mec vaguement mignon qu’elle croisait, mais… Mais là ça avait été différent. Ça avait été… Plus long à venir. Et elle n’avait pas tant bu que ça. Elle avait prit le temps d’observer son air éternellement innocent qui prenait depuis quelque temps des mimiques plus humaine. Elle avait toucher sa main, plusieurs fois, puis son bras et ses épaules. Elle avait flirter, clairement, et Max ne l’en avait pas empêcher. Mais est-ce qu’il avait comprit au moins ce qu’elle tentait de faire ?…

Ruminant ses pensées comme des chardons, elle garda le silence tout le chemin durant, incapable de commencer la moindre conversation avec lui. Stupidement… ça lui faisait peur. Vraiment peur. Parce que Max… Etait son ami. Et qu’elle tenait vraiment à lui. Elle ne voulait pas le perdre pour un truc aussi con mais… Elle devait bien avouer que son air innocent était revenu plusieurs fois dans ses fantasmes, et pas pour jouer aux cartes. Merde. Quelle imbécile… Tomber sous le charme de son meilleur ami, quelle idée à la con… Elle était stupide, totalement stupide. Il fallait tirer tout ça au clair. Il le fallait vraiment…

Sans qu’elle s’en rende compte, ils étaient déjà arriver chez elle, et sans un mot, elle avait grimper les quelques marches de son perron mais… Non, elle ne pouvait pas laisser ça comme ça. Il fallait… Et merde, pourquoi c’était à elle de faire ça ?! C’était pas lui le super robot calculateur d’état humain ?! Il pouvait pas comprendre ce qui se passait à la fin ?! Elle avait envie de le frapper. Elle avait envie de le frapper et puis de l’embrasser. Elle avait envie de… Elle avait envie de plus. Alors quitte à tout perdre…

Rapidement, elle combla les quelques pas qui les séparaient, prenant une petite inspiration avant de venir l’embrasser, de nouveau, et pleinement. Si il n’en voulait pas, il n’avait qu’à l’arrêter. Si il n’en voulait pas… Sauf qu’il grimpa les marches à son tour, venant même poser ses mains sur ses hanches, dans un geste des plus humains. Des plus… Putain. Il avait ce côté chevaleresque que les autres n’avaient pas, il avait cette façon de faire comme par réflexe, mais gauchement, un peu maladroitement et pourtant en faisant exactement ce qu’il fallait. Putain. Putain.

-Tu veux monter ? proposa-t-elle, quand ils tentèrent de retrouver leurs souffles, surprise de le voir accepter sans même réfléchir à voix haute.

Est-ce qu’au final, le robot était… Réceptif ? Est-ce qu’il était possible… Qu’il en ai envie lui aussi ? Il lui avait dit une fois que le sexe lui était totalement inconnu, alors est-ce qu’il n’avait tout simplement pas comprit ce qu’elle lui proposait ? Et depuis quand elle se posait autant de questions ? Si il avait dit ‘oui’, c’était bien qu’il était d’accord pour monter, le reste… Elle aviserait. Elle verrait bien…

Sans rien ajouter vraiment, elle entra dans l’ascenseur qui, pour une fois, fonctionnait, et fut surprise de constater que Max… La fixait. Mais pas comme à son habitude, c’était quelque chose de plus… Intense. Presque.. Déshabillant. Elle en frissonna sans même le vouloir, jouant avec ses cheveux pour les rassembler d’un côté, dévoilant sa nuque. Est-ce qu’il était possible que Max… Ai envie d’aller plus loin ? Improbable. Mieux valait être cert…

Elle ne s’était pas attendu à ce qu’il se rapproche d’elle, dans un geste quasi naturel, presque réflexe. Elle sentit son souffle dans sa nuque et son ventre se tordit, la faisant complètement fondre. Putain ça faisait longtemps qu’un mec n’était pas parvenu à la rendre aussi… Chose. Il ne l’avait même pas toucher, à peine frôler, et pourtant, elle devait vraiment se retenir pour ne pas le plaquer contre le mur le plus proche et plonger sa main dans son pantalon ! Bordel. Il fallait qu’elle se contrôle encore un minimum. Il fallait… Il fallait juste qu’elle soit sûre. Sûre que Max… Comprenait bien.

Arriver à l’appartement lui sembla durer une éternité, et elle eu du mal à le déverouiller, jetant sa veste dans le canapé.

-Tu veux boire un truc ? demanda-t-elle les joues rosies, Ou tu veux...

Elle eut du mal à finir sa phrase, se mordillant la lèvre, avant de plaquer ses cheveux en arrière.

-Max est-ce que tu… Pourquoi tu es monté ?

Cette fois, son visage perdit de sa confiance infaillible, prenant des expressions beaucoup moins sûre d’elle. Elle avait chaud, elle avait envie de lui sauter dessus pour lui retirer tous ses vêtements et en même temps, elle avait cette peur étrange, tapie au fond de son esprit. Est-ce que Max la méprisait ? Est-ce qu’il se foutait d’elle ? Ou est-ce qu’elle n’était qu’une façon pour lui d’expérimenter un truc facilement ? Honnêtement, cela lui aurait fait beaucoup de mal. Mais ça ne l’aurait pas empêcher de lui sauter dessus quand même.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- EEYORE-
Don't let me down (Mecanic Deafness) Tumblr_n8j79rONfy1r3njpgo2_250Don't let me down (Mecanic Deafness) Tumblr_inline_o1vmqnp0BS1qlt39u_250Don't let me down (Mecanic Deafness) Original
I always loved the highway. I just don't run it as fast I still go wherever
the wind blows me. But I always find my way back. To the burning man
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80648-ca-pourrait-etre-pire
 Page 1 sur 1

Don't let me down (Mecanic Deafness)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations