MAGIC LEAGUE 5
JUIN 2019
de DYSON


LA MELODIE
DE LA LUNE

JUIN 2019
de RIVER


LA REGALADE
Animation RP
de NANIS



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Mélodie de la Lune ☆ Evénement #111
Une mission de River - Depuis le 23 juin 2019
La suite des livres de Zeref, dans ce chapitre 2 !

Partagez
 

 You bring me back to life » Wedding Time (Fe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adele B. Atkins


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Adele B. Atkins


╰☆╮ Avatar : Bryce Dallas Howard.

Ѽ Conte(s) : Le monde de Nemo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dory.

You bring me back to life » Wedding Time (Fe) 086e

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 259

You bring me back to life » Wedding Time (Fe) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 8 Juil 2019 - 22:34


If I told you we could bathe in all the lights
Would you rise up, come and meet me in the sky?
Would you trust me when you're jumping from the heights?
Would you fall in the name of love?

Les derniers mois avaient été une telle suite de rendez-vous en tout genre que même Adèle, pourtant d’une organisation impeccable, s’était révélée particulièrement débordée et incapable de se débrouiller toute seule. Préparer un mariage quand vous aviez un bébé avec vous, lequel bébé avait nécessité plusieurs hospitalisations et des rencontres régulières avec des médecins, relevait du simple miracle. Plusieurs fois, Arthur l’avait retrouvée en larmes avec l’incapacité complète de se rappeler pourquoi elle pleurait au départ, ce qui ne faisait que redoubler ce sentiment intense de frustration dans sa petite caboche de rouquine. Désolée pour lui, inquiète pour lui, culpabilisant de ne pas parvenir à mener la barque correctement… Adèle avait fini par accepter l’aide d’une Wedding Manager – conseillée par Joanne – afin de mener à bien les préparatifs de leur mariage à l’autre bout du monde. Il ne leur était pas physiquement possible de s’y rendre avant la date convenue, début 2020, aussi avait-elle confiée les repérages à cette prénommée Rozenn qui avait été… D’une redoutable efficacité. Même si son compagnon n’avait pas vraiment apprécié l’intervention d’une personne tierce, elle avait fini par le convaincre de l’utilité de cette démarche. Ils restaient décisionnaires de ce qu’ils souhaitaient – quelque chose d’intimiste et de familial – mais c’était une autre personne qui se chargeait de l’organisation globale.

Ce poids enlevé des épaules d’Adèle lui permit de souffler redoutablement et de se concentrer sur celle qui avait le plus besoin de son attention : Eleonore.

Leur fille avait été diagnostiquée malentendante quelques semaines après leur retour à la maison et ça avait été un véritable coup dur pour Adèle qui, de nouveau incapable de se remémorer les souvenirs immédiats de son existence, apprenait cette nouvelle à chaque fois qu’elle se levait pour s’en occuper… Cela avait semblé se graver dans son esprit mais les post-it l’avaient beaucoup aidés à s’y retrouver. James était même venu monter à Arthur comment les classifier par ordre de priorité avec leurs couleurs, afin qu’Adèle ne soit jamais complètement perdue lorsqu’elle se retrouvait seule dans leur appartement. Les habitudes étaient vites revenues, les évidences aussi, et sa mémoire avait décidée de retourner jouer les filles de l’air… A plus petite dose que précédemment cependant. La grossesse avait au moins eu le bénéfice de rétablir quelques connexions, même si les moments de stress lui faisaient complètement perdre ses repères. Parfois, seul le retour d’Arthur permettait de calmer ces angoisses qui la prostrait sur le canapé avec leur fille. Seules ses mains autour de ses épaules la rassurait et la ramenait sur Terre. Seule sa voix près d’elle lui permettait de se souvenir qu’elle était en sécurité. Et seul son corps serrant le sien la faisait lâcher prise et glisser dans le cocon doux qu’il avait mis en place pour leur petite famille.

Eleonore avait rencontré plusieurs spécialistes avant que l’un d’eux ne parvienne à mettre un nom sur ce qu’elle avait : une surdité de perception, de l’ordre de la déficience auditive sévère… On leur avait dit que des appareillages et une rééducation seraient possibles plus tard, en grandissant, mais que plus tôt ils adoptaient les bons gestes, plus tôt elle apprendrait à les comprendre et à tenir compte de son environnement. Les mesures pour un implant avaient été prises quelques jours avant leur grand départ et leur fille c’était laissée faire comme une cheffe ! Bon, la présence de son père y était sans doute pour beaucoup, même s’il était visiblement plus nerveux qu’elle, et avait permis que tout se passe bien. Adèle se surprenait de voir à quel point leur fille s’était habituée aux étrangers, aux hôpitaux, aux blouses blanches, bleues, vertes… Et comment elle parvenait à évoluer malgré son handicap en étant très éveillée et très agile malgré tout. Elle désignait énormément, les fixait avec attention et n’avait pas trop traînée à s’appuyer sur tout ce qui passait à sa portée pour se redresser et obtenir ce qu’elle voulait. Têtue et décidée, aventureuse et ne semblant pas présenter les mêmes problèmes que sa mère, Eleonore restait quand même encore un bébé qui adorait se blottir contre ses parents et s’endormait la bouche ouverte pour baver sur le torse d’Arthur…

Elle fit ses premiers pas la veille du départ pour Sydney et Adèle en avait pleuré. Puis quand elle avait revu la vidéo qu’ils avaient eu le temps de prendre, elle avait pleuré encore et s’était dépêchée d’envoyer celle-ci à Chris et Andrew pour qu’ils la voient aussi. Tant pis si elle était en pyjama à ce moment-là avec les cheveux défaits, Eleonore venaient de lui tomber dans les bras en marchant toute seule… Et c’était quelque chose qu’elle ne voulait pas oublier de sitôt !

Lorsqu’ils se présentèrent à l’aéroport avec leurs valises et affaires, Eleonore soutenue contre le torse de son père et pelotonnée dans ses vêtements d’hiver, la dame qui reçue leurs billets les pria de la suivre vers une toute autre aile de celui-ci. Adèle échangea un regard avec Arthur, se demandant immédiatement si quelque chose n’allait pas ou si leurs visas n’étaient pas à jour… Mais ils se retrouvèrent escortés par des agents de sécurité jusqu’au tarmac où un jet privé les attendait visiblement, prêt à décoller. Adèle reconnu l’homme qui vint à leur rencontre, même si elle ne mit pas de nom sur son visage, et lui serra la main quand il la tendit devant lui.

« Enchantée ? Vous êtes… »

« Ravi de vous voir, Monsieur et Madame Cane, ainsi que la petite Eleonore. Nous nous occupons de vos valises et nous espérons que votre vol en direction de Sydney vous sera agréable. Nous ferons un ravitaillement en court de vol. N’hésitez pas à nous demander si vous avez besoin de quelque chose, mon personnel et moi-même sommes à votre disposition. »

Il serra la main d’Arthur ensuite, puis leur désigna les escaliers pour grimper à l’intérieur. Adèle fronça les sourcils jusqu’à sentir son téléphone vibrer dans sa poche et de s’en saisir. Retirant son gant à l’aide de ses dents, elle parcouru rapidement le message de Joanne qui lui souhaitait de passer un bon voyage. La rousse esquissa un sourire doux à l’encontre de sa patronne – et amie – et expliqua la situation à son compagnon avant de grimper à l’intérieur du jet à toute allure. Un cadeau pour le départ vers le bout du monde, où leur mariage les attendait la semaine suivante (le 1er Février)… Histoire de bien démarrer la plus étrange et merveilleuse de leur nouvelle aventure. Leurs familles et amis les rejoindraient au compte-goutte pour la cérémonie et elle avait déjà hâte de retrouver Chris, James et Althea sur la plage où ils s’étaient tous retrouvés… Dans cette autre vie qui fut la leur.

Alors qu’ils survolaient l’océan Pacifique et qu’Eleonore s’était endormie dans le lit installé à l’arrière du jet, Adèle vint glisser sa main dans celle d’Arthur et appuyer sa tête contre son épaule.

« Oui, définitivement. » Déclara-t-elle.

Et, voyant son air interrogateur, elle ajouta :

« Il n’y a pas de meilleur endroit au monde que d’être à côté de toi. »

Elle sourit et le gratifia d’un long baiser tendre. Parfois elle oubliait qu'Arthur était là et, l'instant d'après, elle se souvenait qu'elle avait de la chance d'avoir retrouvé Hank dans sa vie. Elle oubliait son sourire et se rappelait ses plaisanteries. Elle oubliait son anxiété et se rappelait de ses étreintes. Elle oubliait les coquillages et il la ramenait dans le droit chemin.

Et bientôt… Ils fouleraient l’Australie et tous les nouveaux souvenirs qu’ils allaient s’y faire.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Please go slowly I can feel you move my way
All the darkness will fade away
Until the light of day you're my stars tonight


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76146-finding-someon

Arthur Cane


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Arthur Cane


╰☆╮ Avatar : Stephen Amell

Ѽ Conte(s) : Le Monde de Nemo
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Hank, le poulpe septopode !

✓ Métier : Responsable de l'aquarium du zoo
You bring me back to life » Wedding Time (Fe) 086e

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 605

You bring me back to life » Wedding Time (Fe) _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 14 Juil 2019 - 15:46

The Pacific sand of Pacific souls


Alors qu'il venait de s'asseoir sur le sable de la plage, pieds nus, face à un soleil qui descendait petit à petit pour les premiers témoins du monde du coucher de soleil du jour, et leva les bras pour accueillir Éléonore, qui était alors dans les bras de sa mère. L'embrassant sur le front, il replaça le petit chapeau qu'elle avait sur sa tête, avant de l'asseoir sur des jambes, en lui retirant ses petites sandales blanches. C'était la première fois que la petite allait marchait sur du sable. Et pas n'importe lequel.

Plaçant ses mains sous ses bras, il la porta pour l'aider à se mettre sur ses deux pieds, qu'il posa sur la plage, s'enfonçant légèrement dans le sable, offrant à leur fille une toute nouvelle sensation qui était encore différente que l'herbe fraîche. Le sable chaud. Encore une fois, comme tous les jours depuis sa naissance, Adèle et Arthur s'émerveillaient devant les grandes expressions curieuses qu'elle avait face à cette sensation totalement inédite. Au lieu de marcher cependant, elle plia les genoux pour s'accroupir et toucher ce sol qui était totalement friable et s'amuser, comme si elle était sur un environnement totalement absurde et absolument amusant, qu'elle adorait entièrement. Arthur tourna la tête vers sa fiancée, glissa une main dans la sienne, et l'embrassa.

C'était un instant bien calme qui leur faisait du bien. Car se marier était une décision totalement heureuse, mais d'une préparation bien éreintante. Arthur avait voulu être très simple, lui qui détestait l'extravagance et les lieux bondés où il était entouré de beaucoup trop de gens. Une unions simple et magnifique sur le sable australien de leurs vies passées. Alors si un tel projet demandait autant d'organisation, il se demandait comment certaines personnes pouvaient volontairement vouloir un mariage grandiose avec des centaines de personnes et des moyens énormes, pour tout le travail que ça demandait. Organiser un mariage lui faisait également s'interroger sur le divorce : comment les gens pouvaient-ils vouloir se divorcer après tout l'effort d'un mariage ? Mais aussi lassant que ça pouvait ressembler, décrit comme ça, Arthur était en trop bonne compagnie pour en retenir tant de négatif. Il ne regrettait rien.

C'était un instant bien calme dans la délicieuse tempête qui réveillait sa vie, et s'il profitait de tout ce qu'il lui arrivait, il comptait bien profiter de celui-là aussi. Arthur finit par se relever, fourrant les deux petites chaussures de sa fille dans sa poche, et laissant les siennes un peu plus loin. Il prit sa fille dans ses mains, la posant sur ses épaules ensuite comme elle en avait déjà l'habitude maintenant. Puis il put se tourner vers Adèle. Ils étaient seuls, sur le morceau de plage privatisée que leur organisatrice de mariage leur avait réservé, et ne risquaient donc pas d'être dérangés par la vie littorale habituelle des plages australiennes, celle-ci continuant de s'animer bien plus loin. Et le soleil continuait de descendre vers l'horizon, offrant des couleurs magnifiques à l'océan Pacifique et à son ciel. Je me suis renseigné sur les mariages (puisque le premier auquel j'assisterai sera le mien). Et lors de la soirée, ils disent que les nouveaux mariés sont censés ouvrir le bal.

Il sortit de sa poche un vieil MP3, chargé d'une vieille mélodie. Il était vieux-jeu, il a toujours été comme ça et ne voyait pas pourquoi il fallait changer. Adèle l'aimait comme ça. Je sais que je ne serai pas très à l'aise, de danser devant des gens. Alors, mademoiselle Atkins, future Cane, me feriez-vous l'honneur d'ouvrir le bal dès maintenant, sur la plage de notre mariage ?

Il appuya sur play avant de ranger le MP3 dans sa poche, le laissant défiler la musique qu'il avait choisi, et de s'approcher d'elle. Il prit sa main gauche dans sa main droite, et plaça sa main gauche dans son dos. Arthur n'était pas un excellent danseur, mais il se découvrait un excellent amoureux. Et ça rendait cette danse la plus belle qui n'ait jamais été exécutée.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Hey you with the pretty face, welcome to the human race
 Page 1 sur 1

You bring me back to life » Wedding Time (Fe)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Le Reste du Monde