LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Amazonbie ☆ Evénement #113
Une mission de Anya - Depuis le 30 juillet 2019
Don't be Evil

Partagez
 

 Bain de Foule chez les Ames en Perdition ◈ FE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Melody Blackstorm


« J'ai un corps d'Apollon ! »


Melody Blackstorm


Bain de Foule chez les Ames en Perdition ◈ FE 378254admin

╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one

Bain de Foule chez les Ames en Perdition ◈ FE 974834boite

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10353

Bain de Foule chez les Ames en Perdition ◈ FE _


Actuellement dans : « J'ai un corps d'Apollon ! »


________________________________________ Dim 4 Aoû 2019 - 14:56


Le temps prend du bon temps

Et je m'ennuie avec le mien. Je m'invente des jeux qui ne valent rien. Je fais peu mais je fais bien.

La soirée était gonflante au possible. Des mondanités de plus, une petite mare illusoire dans laquelle de gros financiers barbotaient allègrement. Un verre à la main, ces imbéciles discutaient de la meilleure manière de contrôler davantage le monde en serrant de plus en plus la vis aux contribuables. Si cela n'avait tenu qu'à moi, je serais partie depuis longtemps. Hélas, je faisais désormais part intégrante de ce cercle privé et sélectif. Je l'avais choisi.

Je représentais la Blackstorm Enterprise en tant qu'unique héritière. La princesse d'un empire laissé par mon père. J'avais décidé de ne plus tourner le dos à mes responsabilités et je tentai de tout apprendre de ce milieu, d'en connaître chaque rouage, afin de pouvoir un jour le démanteler. Ou mieux, le faire exploser de l'intérieur. C'était là mon unique ambition. Après tout, n'avais-je pas un don inné pour tout détruire ?

Bien évidemment, je gardai ce projet secret. Je n'en avais parlé à personne. Bien que je me doutais que certains n'étaient pas dupes. Il me faudrait un temps considérable pour les amadouer, les persuader que j'étais de leur côté. C'était un jeu délicat, et je n'avais jamais été doué pour la finesse. Je ne pouvais effectuer un trop grand revirement de ma personnalité, cela aurait attiré de plus gros soupçons. Il me fallait rester moi-même tout en lissant mon comportement. Extrêmement difficile quand on est une créature sauvage.

La sirène sommeillait en moi. Je n'avais plus vu l'océan depuis des semaines. Cela m'était insupportable mais mes obligations m'avaient fait voyager dans diverses villes éloignées du littoral. Je soupçonnais Vanessa Poulypous, la PDG du groupe Blackstorm, de l'avoir fait exprès. Elle testait mes résistances. Elle ignorait à quel point je pouvais me montrer tenace. Les diverses méthodes de torture ne m'effrayaient pas. J'étais habituée à souffrir.

Ce soir-là, je me trouvais depuis déjà une bonne demi-heure à faire tapisserie lors du gala de bienfaisance à Seattle. C'était mon rôle en tant qu'héritière d'un empire de plusieurs milliards de dollars : me montrer. Pour l'occasion, j'avais revêtu une courterobe en dentelle noire échancrée dans le dos, et portai mes habituelles Doc Martens que le sable et le sel de la mer avaient usé. Je n'aimais pas obéir au dress code en vigueur, et c'était une façon de me rebeller contre le système.

Quelques personnes m'avaient déjà saluées puis avaient continué leurs discussions, me faisant plus que jamais ressentir que je n'avais pas plus d'importance qu'un ornement de table. Rongeant mon frein, j'en étais à mon troisième verre de vodka-caramel quand Vanessa Poulypous daigna s'approcher.

"Melody, tu es... presque parfaite !" dit-elle tout en effleurant à peine mes joues pour me faire la bise. "Je rêve du jour où tu porteras des talons, vraiment."

Elle m'adressa un sourire hypocrite de ses lèvres ultra rouges, auquel je répondis à contrecoeur.

"Alors, on s'amuse ?"
demanda-t-elle en passant distraitement une main sur son chignon impeccable.

Comme je savais qu'elle n'attendait pas spécialement de réponse, je gardai le silence. Elle enchaîna tout naturellement :

"J'aimerais beaucoup que tu ailles discuter avec Serge Telle, le monsieur qui est là-bas."

Elle désigna un homme blond, un peu à l'écart, vêtu d'un costume classique, qui observait la pièce d'un oeil à la fois désintéressé et vigilant.

"C'est le ministre d'Etat de la principauté de Monaco depuis 2016."
me glissa Poulypous à l'oreille.

Je frémis. Je détestais quand elle effectuait des rapprochements, et elle le faisait sans arrêt.

"Né à Nantes, il est un haut fonctionnaire et diplomate français." poursuivit-elle. "Mais je ne vais pas te réciter toute sa biographique. Sache seulement que nous aimerions effectuer un arrangement avec lui. Si tu sympathises, ce sera un bonus non négligeable."

Elle me tapota les épaules avec légèreté.

"Allez, en selle pour monsieur Telle ! Nage vers les gros poissons, petite sirène !"

"Vous voulez que je sympathise jusqu'à quel niveau ?" demandai-je, méfiante, car ce point n'était pas très clair.

Qu'elle n'imagine pas que j'allais pousser le vice jusqu'à la frontière de l'escort girl. J'avais à coeur de garder le peu de dignité qu'il me restait.

"Oh, ça, c'est à ta fantaisie !" fit Vanessa d'une voix aigrelette.

"C'est vrai qu'à ce niveau, c'est plus facile pour moi que pour vous." remarquai-je d'un ton acerbe.

Je crispai la mâchoire et me détachai d'elle pour m'avancer vers l'homme qui semblait outrancièrement sérieux au milieu de tous ces gens. En chemin, je pris un verre de champagne sur le plateau d'un serveur et lui tendis une fois devant lui, car j'avais remarqué qu'il n'en avait pas.

"Ne pas boire à une fête aussi emmerdante, c'est se torturer inutilement."
déclarai-je avec un rictus.

Il eut une moue légèrement contrite et accepta le verre en me remerciant d'un hochement de tête.

"Melody Blackstorm." me présentai-je. "Enchantée de vous rencontrer."

Il serra la main que je lui tendais.

"J'imaginais notre rencontre différente." admit-il, visiblement surpris et toujours aussi crispé.

"Pour quelle raison ?" demandai-je, intriguée.

"Je pensais que vous auriez des à-priori sur moi."

Je fronçai les sourcils et déclarai :

"Je n'ai rien contre les français."

Hormis cet abruti de Jules Verne, mais c'était inutile de le préciser. Il parut encore plus indécis.

"C'est tout à votre honneur." assura-t-il.

Nous bûmes chacun une gorgée de notre verre, et ne trouvant rien d'autre à nous dire, le terminâmes cul-sec après une hésitation. Ensuite, je cherchai un sujet de conversation.

"Parlez-moi un peu de Monaco. Ca doit être un endroit magnifique. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'y aller, mais ça ne saurait tarder."

J'espérais qu'il ne percevrait pas la lassitude dans ma voix. J'avais beaucoup de mal à faire semblant de m'intéresser à lui. Il paraissait ennuyeux et guindé au possible.

"C'est plutôt agréable, mais je n'ai pas eu le temps de profiter des stations balnéaires, comme vous pouvez vous en douter." dit-il avec un sourire de façade.

"Evidemment, vous avez de nombreuses obligations." renchéris-je en écarquillant les yeux et hochant la tête afin de donner plus de poids à mes paroles. "Votre travail doit être très prenant."

"C'est exact." dit-il en fronçant de nouveau les sourcils.

Il y eut un petit silence pendant lequel il sembla réfléchir. Je réprimai un soupir d'exaspération.

"J'espère que vous aurez l'occasion de me faire visiter quand je m'y rendrai. Si vous voulez bien m'excuser, monsieur Telle, j'ai encore beaucoup d'invités à saluer."

Je grimaçai un sourire et me détournai de lui, mais ses paroles me firent stopper net :

"Comment m'avez-vous appelé ?"

Déroutée, je pivotai sur mes Doc Martens et répétai, par-dessus mon épaule :

"Monsieur Telle. Serge."

J'avais prononcé le prénom d'un ton sec, car je me sentais inexplicablement en position de faiblesse. L'expression de l'homme fut un mélange d'étonnement et d'amusement, qu'il dissipa très vite pour retrouver son masque crispé.

"Je ne suis pas Serge Telle."

"Hein ?"

J'en avais oublié toute bienséance. Je me tournai tout à fait vers lui, le jaugeant de bas en haut.

"Je m'appelle Elton Tremblay. Je suis votre garde du corps."

Je haussai un sourcil, oubliant pour un temps le rôle de ma nouvelle vie pour redevenir juste Melody.

"C'est une blague ?"

Machinalement, je jetai des coups d'oeil de tous côtés pour chercher de potentielles caméras cachées. Je n'avais pas besoin de garde du corps. Je savais me défendre en cas d'attaque. Je possédais une super force inhérente à tous demi-dieu et j'étais plus résistante qu'une mortelle.

"J'ai bien peur que non." répondit Tremblay avec un sourire fataliste.

Je serrai les poings, réalisant que Vanessa Poulypous avait forcément engagé cet homme pour me "protéger" et m'avais ridiculisée auprès de lui en me faisant croire qu'il était quelqu'un d'autre. Superbe entrée en matière.

"Si j'avais été Serge Telle, j'aurais été drôlement bien conservé du haut de mes 64 ans." précisa-t-il, plus amusé que moqueur.

Je me mordis l'intérieur des joues, alors que Vanessa venait vers nous, extatique.

"J'espère que ce petit malentendu t'incitera à apprendre le nom et à mémoriser la photo de chaque haut dignitaire, Melody. J'ai fait ça pour ton bien, comme tout ce que je fais en ce bas monde." déclara-t-elle gravement. "En tous cas, je suis ravie que vous ayez fait connaissance, tous les deux. Etant donné que vous serez amenés à ne plus vous séparer."

"Hors de question." marmonnai-je entre mes dents. "Je n'ai pas besoin de protection."

Je lançai un regard perçant à Tremblay qui le soutint sans ciller. Vanessa leva les yeux au ciel.

"L'agent Tremblay a un parcours étonnant. Il a tout d'abord débuté comme simple policier à New York, a évolué en tant qu'inspecteur puis commissaire... ses aptitudes hors du commun ont attiré l'attention de la CIA. Il est un agent chevronné. Je n'aurais pas pu trouver mieux. Et en plus il est beau garçon, ce qui ne gâche rien."

Elle lui adressa un clin d'oeil appuyé alors qu'il restait impassible.

"Des aptitudes hors du commun..." répétai-je sombrement, ignorant le reste. "Vous savez vous téléporter ? Vous vomissez des arc-en-ciel ? Parce que je connais pleins de gens hors du commun. Vous ne leur ressemblez pas."

J'avais dit tout cela tout en l'observant avec mépris. Tremblay se contenta de garder le silence, droit et digne. Un parfait petit soldat.

"Je sens que le courant passe déjà entre vous !" s'enthousiasma Vanessa en tapant dans ses mains. "Je vous laisse ! Amusez-vous bien !"

Elle s'éloigna d'un pas aérien, sa lourde robe en tulle pourpre faisant des remous dans son sillage. Quant à moi, je n'avais pas desserré les dents. Tremblay non plus. On se toisait comme deux prédateurs, avec patience et acrimonie. Cependant, l'agent retrouva très vite une expression distante et professionnelle.

"J'ai pour ordre de vous accompagner partout." dit-il calmement. "Je serai votre ombre et ne vous importunerai pas."

"C'est déjà trop." fulminai-je.

Un ex-flic, un inspecteur... Vanessa l'avait fait exprès, encore une fois. Elle avait forcément enquêté sur moi. Elle testait une nouvelle forme de torture. Une manière de faire ressurgir mon passé. Tout en me privant de la dernière liberté qui me restait : celle d'être seule.

"Vous savez ce que je suis ?"

Il hocha une fois la tête, brièvement. Evidemment qu'il savait.

"Vous savez donc que vous n'avez aucune chance contre moi."

"Je pourrais vous surprendre." dit-il, mystérieux et toujours aussi placide. "Qui plus est, je suppose que vous ne commettriez pas l'imprudence de mettre hors course un agent engagé par la directrice de Blackstorm Enterprise."

Je plissai des yeux, agacée. Il marquait un point. Ce serait aller contre mon propre empire. Oh, il me tardait tellement d'en avoir les pleins pouvoirs.

"Puisque vous allez me suivre comme un toutou, autant commencer par une promenade." fis-je, acide.

J'approchai mon visage du sien, braquant un regard glacé sur lui.

"On s'arrache." articulai-je.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ Je défie les plus grands orages ★
Je fais des clins d'œil aux nuages. Des battements de cils. Je fais des brasses dans de l'eau douce, un peu maladroite. Des châteaux de sable dans la mousse. Éphémère et pas droite.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures
 Page 1 sur 1

Bain de Foule chez les Ames en Perdition ◈ FE





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis