« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

☣️ Up #47, l'animation Rp ☣️ AllôMairie? , l'animation Mairie ☣️ Fil Rouge Graphique & Rpgique ☣️ Instagram des personnages ☣️
Le deal à ne pas rater :
Amazon Music Unlimited – 3 mois gratuits
Voir le deal

Partagez
 

 Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


ϟ Invité ϟ



Invité


Anonymous


Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius _



________________________________________ Jeu 22 Aoû 2019 - 21:42


Power of heart, Reaper of soul

River Frost & Tiberius Wolff
‘’ Though this might just be the ending
Of the life I held so dear
But I won't run, there's no turning back from here’’


River était étendu sur son lit depuis des heures. Il ne dormait pas, fixant le plafond de ses grands yeux bleu de glace. Edan travaillait cette nuit-là, alors il se retrouvait seul dans sa chambre. Certes, il y avait de l’action à la guilde, comme toujours. Jude venait de rentrer du travail et il commentait bruyamment un film qu’il regardait avec Kitty. Le Frost entendait les porte des chambres de Stella et Alice s’ouvrir et se refermer sans arrêt, chaque fois qu’une des deux filles avait un livre à aller chercher pour le montrer à l’autre. Gabrielle non plus n’était pas couchée, après tout, c’était vendredi soir. Elle testait de nouvelles saveurs de gâteau sous l’œil, et surtout la langue, critique de Queenie qui tenait absolument à tout gouter. Le mage de glace aurait pu se joindre à la cohue habituelle de la guilde, rajoutant une couche au chaos qui tardait à s’installer, mais il préférait rester dans sa chambre.

Cela faisait déjà plus d’un mois qu’il avait perdu sa magie. Il avait tout essayé pour la retrouver, mais rien n’y faisait. Évidemment, dans la guilde, il était difficile de garder des secrets bien longtemps. Il avait donc du expliquer à son dragon pourquoi il ne l’avait pas mis au courant avant. Il avait subit un entrainement rigoureux de la part de Queenie, comme si faire des pompes allait l’aider à invoquer sa glace. Mais le pire dans tout ça, c’était les regards. Il en avait marre qu’on le regarde avec une once de pitié dans les yeux. Il savait que ce n’était pas pour mal faire, mais il ne voulait plus que Gabrielle lui demande s’il allait mieux. Il ne voulait pas de la pitié de qui que ce soit. Il voulait seulement redevenir fort comme avant.

Dans son lit, River fixait le plafond en soupirant. Il faisait tourner, dans sa main, la lacrima de magie démoniaque qu’il avait prise à Deliora lors de leur affrontement. Si des mages comme Laxus avaient pu acquérir leur magie anti-dragons en se faisant implanter une lacrima de dragon, peut-être que le même procédé fonctionnerait pour lui. Il avait, sa possession, une lacrima de magie de démon. S’il trouvait quelqu’un pouvant la lui implanter, il retrouverait peut-être sa magie. Lentement, le Frost se releva pour s’asseoir dans son lit. Il regarda la lacrima comme s’il la voyait pour la première fois. Le petit cristal blanc tenait dans le creux de sa main. Il était difficile de croire que toute la magie contenue dans le démon qui avait détruit son village et tué ses parents se trouvait à l’intérieur de ce minuscule objet. Si seulement il savait comment implanter une lacrima…

Alors qu’il réfléchissait à un procédé pouvant implanter cette magie dans son âme, River réalisa qu’il connaissait effectivement quelqu’un qui oeuvrait dans ce domaine. Tiberius était un ancien faucheur dont le travail consistait à récolter les âmes des défunts. Du moins, c’est ce que Raven lui avait expliqué. Certes, il ne connaissait pas très bien l’homme qui hantait les pensées de son meilleur ami, mais il lui avait parlé à quelques reprise. Un sourire se dessina sur les lèvres froides du mage de glace. Il tenait peut-être sa solution. Attrapant son téléphone, il signala le numéro du bureau des gardiens de l’hôpital.
« Salut Johnny! Ça va, vieux? Oui bon, je t’appelle juste parce que j’ai une petite question à te poser. Qui est de garde à la morgue cette nuit? Wolff? Parfait merci. Bonne soirée! », dit-il en coupant la ligne. Son sourire s’étirait un peu plus encore.

Lorsqu’il sortit de sa chambre, River était habillé, ce qui n’était pas habituel pour le jeune homme. Il arriva dans la grande salle au moment au Queenie et Gabrielle sortaient des cuisines, un verre à la main. Elle lui en offrirent un, mais il déclina.
« Non merci, les filles. Je ne peux pas. Il y a un gars dans mon service qui n’est pas rentré ce soir alors on vient de m’appeler pour le remplacer. Une autre fois peut-être… », mentit-il rapidement. Il sortit aussitôt de la guilde avant de se faire poser plus de questions risquant de le griller. Installé dans sa voiture, le mage de glace prit le temps de sortir de sa poche la petite lacrima blanche, comme si le simple fait de la regarder aller le réconforter dans ce qu’il s’apprêtait à faire. Il soupira un instant et la remit dans sa poche avant de démarrer en trombe.

Arrivé à l’hôpital, River prit immédiatement le chemin de la morgue. Il ne savait pas comment ça fonctionnerait, ni même si le faucheur avait la capacité de faire ce qu’il allait lui demander. Il ne savait, en fait, même pas s’il allait accepter de le faire. Tout ce que le Frost savait c’était qu’il voulait des réponses. Il voulait arrêter de se demander si cette lacrima était bel et bien la solution à tous ses problèmes. En moins de temps qu’il ne l’aurait cru, le mage de glace se retrouva devant les grandes portes de métal de la morgue. Il les avait poussées un nombre incalculable de fois auparavant, pour aller rejoindre Aguistin. Cette fois, il ne venait pas voir son meilleur ami, mais le faucheur. Une boule dans la gorge, les portes lui semblèrent plus lourdes que toutes les fois précédentes. Ce fut seulement à ce moment que le glaçon réalisa qu’il avait peur. Malgré tout, il voulait savoir, mais surtout, il voulait retrouver sa magie. C’était peut-être là sa seule chance.

River pénétra dans la morgue sans qu’un seul frisson ne vienne chatouiller son corps à moitié nu. Quand avait-il enlevé sa chemise? Il ne saurait le dire. Il était certain qu’il la portait toujours lorsqu’il était entré dans l’hôpital. Elle devait donc dormir par terre quelque part en chemin. Sans en faire plus de cas, le Frost traversa les différentes salles jusqu’à trouver l’homme qu’il était venu voir. Celui-ci était dos à lui, et le glaçon hésita à avancer plus loin. Il ne voulait pas le surprendre. Il attendit donc quelques secondes sur le pas de la porte.
« Salut Tiberius… Heu… Tu as deux minutes à m’accorder? J’aurais quelque chose à te demander… », demanda-t-il avec hésitation. Après tout, il ne pouvait pas débouler dans la morguer comme ça pour lui demander d’aller trifouiller dans son âme. Il devait rester calme et lui expliquer le tout avant de lui demander de l’ouvrir comme un poulet.

Code by Joy


ϟ Tiberius Wolff ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Tiberius Wolff

| Avatar : Cilliαn Murphy.

Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius Aguitib1

"A WAR AIN'T OVER
TIL IT'S OVER, MATE. "

Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius Rivertib



| Conte : AHS & Supernaturαl.
| Dans le monde des contes, je suis : : Un fαucheur.

| Cadavres : 36


Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius _



________________________________________ Dim 15 Sep 2019 - 0:35



power of death, reaper of soul
I had a dream that all of time was running dry and life was like a comet falling from the sky. I woke so frightened in the dawning, oh, so clear... how precious is the time we have here


« Je vais commencer à croire que tu n’as rien retenu de ces années passées entre ces murs. »

Renâcla le faucheur, ses mains posées de part et d’autres du brancard et adressant un regard polaire au fantôme qui lui faisait face. Ambroise fit la moue, décontenancé par la mauvaise humeur Tiberius qui avait visiblement décidé de ne lui accorder aucun droit à l’erreur. Ce n’était pas comme s’il le faisait d’ordinaire mais, pour l’occasion, c’était pire que tout. Poussant un soupir, il passa une main dans ses cheveux fantomatiques et désigna le thorax du corps étendu entre eux.

« Excuse-moi de considérer que ces pétéchies ne sont pas anodins et que nous devrions donc chercher quelques réponses à l’intérieur pour nous assurer si, oui ou non, il a reçu des coups via un objet contendant ante-mortem ! »

Tiberius roula des yeux, ce qui agaça Ambroise mais le déconcerta aussi. Cette théorie était parfaitement fondée et maintenant que le thorax était ouvert, il était tout à fait possible de vérifier cette hypothèse ! Un os brisé ou même une contusion supplémentaire validerait sa thèse et lui permettrait de retrouver le sourire. Ce cas avait pourtant l’air très simple au départ mais le légiste semblait avoir décidé qu’il n’en était pas question ; aussi lorsqu’Ambroise tenta de déplacer la bordure de la plaie pour découvrir un peu plus les côtes – sans y parvenir, fantôme oblige – il ne l’aida pas le moins du monde.

« Sérieusement ?! » Lança-t-il. « Tu veux vraiment que je devine ce qui a pu le tuer, comme ça d’un seul coup d’œil ?! »

« Tu es censé en être capable, désormais. Surtout avec des indices aussi évidents. »

« Mpff… ! »

Ambroise croisa les bras et se pencha de nouveau sur le corps pour, cette fois, le regarder encore plus attentivement que l’examen précédent. Il avait vu défiler tellement de personnes sur ces chariots, entendus de nombreuses plaintes et observé tant de blessures qu’il était capable de les différencier les unes des autres. Alors, quand le faucheur lui demandait un examen minutieux il n’était pas rare qu’Ambroise trouve du premier coup ce qui pouvait clocher !

Pas cette fois-ci apparemment. Lui adressant un coup d’œil méfiant, le fantôme s’assura que Tiberius ne plaisantait pas (indice : il ne plaisantait jamais) avant de reprendre son inspection. Il fallut attendre plusieurs minutes supplémentaires et un tour de la tête aux pieds pour que, finalement, Ambroise se redresse. Passant ses mains dans son dos, il se dandina d’un pied sur l’autre en semblant réfléchir quelques instants supplémentaires.

De l’autre côté du brancard, le médecin légiste n’avait pas bougé.

« Alors… » Commença le fantôme. « La contusion a été provoquée bien avant la mort du sujet. Mais du coup, je pense que j’ai trouvé ce qui l’a causé ! »

Tiberius pencha la tête sur le côté.

« Tu penses ou bien tu es sûr ? »

Ambroise soutint son regard, décidant de ne pas se laisser désarçonner par son ton peu aimable et la froideur qui émanait de son regard clair. Diable qu’il pouvait être agaçant ! Tiberius aimait la perfection et le travail bien fait, aussi redoutable dans son travail que dans l’existence et sans aucune miséricorde possible. Un tempérament sauvage sous un visage impassible, de quoi vous filer des frissons et vous donner envie de fuir en courant ! Mais pas Ambroise qui, emprisonné quelque part entre ces murs, se complaisait de cette compagnie plus que souhaitable… Sauf ce soir. Cette nuit, il avait juste envie qu’il arrête de lui faire passer une espèce d’examen de médecine légal.

C’était pas lui qui l’avait tué ce type, enfin !

« Je suis sûr ! » Se défendit Ambroise. « Alors, il… »

Tiberius leva la main pour l’interrompre et, déjà, il ne l’écoutait plus que d’une oreille. Des pas avaient résonnés dans le couloir adjacent et, désormais, une respiration se laissait entendre doucement dans la morgue. Quand l’endroit est peuplé de morts ou d’esprits, il est plutôt rare que quiconque partage son oxygène en ces lieux… Surtout à cette heure, surtout sans l’avoir appelé auparavant pour lui annoncer une livraison et surtout en sachant que le faucheur n’était pas la compagnie la plus agréable qu’il soit.

Finissant par se retourner, Tiberius aperçu la silhouette torse nu de River. Tiens donc… L’ami d’Aguistin. Celui-là même qui semblait l’entraîner dans des histoires aussi rocambolesques que celles où il se foutait tout seul avec la compagnie des monstres d’Halloween-town. Celui qui partageait la guilde de Queenie et d’autres créatures aussi folles à lier les unes que les autres, aussi bavardes qu’exubérantes, aussi volages qu’efficaces ; un concentré de boucan qui avait tôt fait de ne pas plaire aux oreilles du faucheur. Lui qui appréciait le calme mortuaire avait tôt fait de ne pas côtoyer plus que de raison cette grande bande de dégénérés ; quelques minutes par mois suffisait amplement.

Ouvrant la bouche un instant pour s’étirer la mâchoire, il ne quitta pas River des yeux en retirant soigneusement ses gants stériles aux traces ensanglantées. Laissant Ambroise aussi silencieux qu’une tombe près du corps, il réajusta le col de sa chemise, resserra légèrement son nœud de cravate et tira sur le bas de son veston pour le lisser.

« River Frost. »

Énonça-t-il poliment. Impassible.

« C’est plutôt rare de te voir par-ici. Aguistin n’est pas là. »

L’oiseau de malheur était rentré chez lui bien des heures plus tôt… Sans doute était-il même en compagnie de Livio et de Dolores pour quelques répétitions de leur groupe musical. Traversant la morgue sur sa largeur, il partit fouiller dans sa veste de costume posée sur une chaise sans remarquer le petit geste de salutation qu’Ambroise adressa au nouveau venu. Ni le signe de pendaison qu’il imita ensuite en le désignant, signe de son irritation précédente ; avant de simplement disparaître dans le sol quand le faucheur extirpa son paquet de cigarettes. Il en attrapa une délicatement entre son index et son majeur, fit craquer son zippo et l’alluma sans tenir compte des normes vis-à-vis du tabac. Il ne les respectait jamais de toute manière.

S’appuyant contre la paillasse qui lui faisait dos, il croisa l’un de ses bras sur son torse et prit une bouffée, signe de sa concentration et de sa disponibilité envers cette étrange interruption. Il l’observa longuement et attentivement, de son souffle court, de son rythme cardiaque rapide qui battait à sa carotide comme une trahison silencieuse de son état, de ses yeux aux pupilles dilatées… Soit il venait de courir un sprint à travers le couloir sous l’effet d’une substance peu légale, soit il était nerveux.

Parfois, l’un n’allait pas sans l’autre.

« Qu’est-ce qui t’as fait venir à cette heure dans la morgue ? » Demanda-t-il de but en blanc, peu friand des suspens inutiles. « D’ordinaire, les gens amènent directement les corps à dissimuler lorsqu’ils ont besoin de mon aide. »

Et Satan seul savait à quel point il en avait falsifié et fait disparaître sans une seule once de regret. Ses yeux polaires croisèrent ceux du jeune homme, attendant vraisemblablement une justification à cette interruption tardive. Ce n’était pas comme s’il avait d’autres choses à faire mais… Si, en réalité. Et la venue de River bouleversait quelque peu la tranquillité de son sanctuaire macabre.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
 
« DEATH ALWAYS WINS » JUST LIKE THE CIGARETTES HURT, JUST LIKE THE WHISKEY BURNS. I GUESS I'M NEVER GONNA LEARN. NOT GONNA STOP UNTIL MY HEART STOPS BEATING.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80314-hell-froze-ove


ϟ Invité ϟ



Invité


Anonymous


Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius _



________________________________________ Lun 4 Nov 2019 - 18:54


Power of heart, Reaper of soul

River Frost & Tiberius Wolff
‘’Blurring and stirring the truth and the lies
So I don't know what's real and what's not
Always confusing the thoughts in my head
So I can't trust myself anymore
I'm dying again’’

Il régnait, dans la morgue, un froid presque irréel. Non pas un froid physique, ce que River n’aurait jamais ressenti, mais plutôt un froid profond. Un froid causé par la mort elle-même. Certes, le mage de glace avait souvent visité la morgue de l’hôpital, mais il était toujours seul avec Aguistin dans ces moment-là. Il ne faisait donc pas vraiment attention à l’ambiance qui y régnait, trop occupé à se déshabiller et à baiser avec son meilleur ami sur une des tables d’autopsie, libre de tout cadavre, de préférence. Mais ça, il y avait près d’un an qu’ils ne l’avaient plus fait. Alors, pour le Frost, la morgue n’avait plus ce côté agréable qu’elle avait pu avoir. De plus, la présence du faucheur n’aidait en rien à rendre l’endroit chaleureux.

River regarda le faucheur retirer ses gants et replacer ses vêtements. Il n’osait pas prononcer un mot de plus, craignant de briser ce rituel qui semblait si minutieux. Lorsque Tibérius prononça son nom, simplement et doucement, le Frost fut pris d’un frisson, lui qui ne frissonnait jamais. Il déglutit difficilement. Bien qu’il ait apprit à connaitre le médecin par l’entremise de son meilleur ami, il n’était toujours pas à l’aise en sa présence. Il se demandait bien ce qu’Agui pouvait lui trouver. Malgré ces questionnements qui lui remplissaient la tête, le mage se garda d’ouvrir la bouche. Il attendit en silence jusqu’à ce que l’homme lui annonce qu’Aguistin n’était pas à la morgue avec lui.
« Je sais… C’est vraiment toi que je suis venu voir. », lui répondit le glaçon d’une voix plus faible qu’il ne l’aurait cru. Lui qui savait très bien se battre, il ne se laissait jamais intimider par personne. Mais Tibérius avait un petit quelque chose de différent. Jamais il n’oserait lever la main sur lui, de peur de tomber en poussière aussitôt.

Le faucheur pris son temps pour se déplacer et s’allumer une cigarette. Un peu plus confiant devant l’air détendu de l’homme, River se permit d’avancer de quelques pas dans la pièce blanche. Tout était si pur, si stérile, que ça rendait l’endroit encore plus sinistre. Patiemment, le Frost attendait un signe quelconque de la part de l’homme avant de poursuivre. Après une petite pause qui sembla durer une éternité, Tibérius lui demanda ce qu’il venait faire là, ajoutant que, d’ordinaire, les gens se présentaient à lui avec le cadavre à faire disparaitre déjà en main. Ouvrant grand ses yeux de glace, le mage leva les sourcils tout en reculant la tête.
« Quoi? Non non non… Je n’ai pas besoin de ce genre de service. », dit-il aussitôt tout en secouant ses mains devant lui. Certes, il savait bien dans quel genre de magouilles pouvait tremper le faucheur, mais il n’avait pas l’habitude de se le faire confirmer de façon aussi détendue. Pour le moment, le glaçon n’avait jamais tué personne. Dans son monde, et même dans celui-ci, il avait blessé des gens, même très gravement, mais il n’avait jamais ôté la vie. Il se surprit à se demander, si l’occasion se présentait, s’il le ferait. Étrangement, il ne ressentit aucun malaise à cette idée.

Le regard inquisiteur de Tibérius eut tôt fait de ramener River à l’essentiel de sa visite. Plongeant sa main froide dans sa poche de pantalon, il tâta machinalement la lacrima qui avait apporté avec lui. Il était encore temps de rebrousser chemin. Il pouvait encore retourner à la guilde et parler avec Natsu, Lucy, ou Erza. Il pourrait leur avouer qu’il avait volé la lacrima dans le but d’acquérir plus de pouvoir. On l’aiderait à se remettre sur le droit chemin. Il pourrait le faire… Mais il n’en avait pas envie. Il tenait dans sa main le moyen d’avoir plus de magie qu’il n’en avait jamais eu. Il ne pouvait pas y renoncer alors qu’il touchait au but. Pénétrant plus profondément dans la salle stérile, le Frost s’approcha d’une table d’autopsie vide et propre. En se donnant un petit élan, il posa ses fesses sur le métal étincelant de la table. Ses pieds se balançaient doucement dans le vide. Fixant le sol, il prit une grande inspiration avant de se lancer.
« Je sais que dans ton ancien métier… Je veux dire, avant… En fait… Bref. Je sais que tu as la capacité d’interagir avec les âmes. » Le glaçon releva la tête, guettant une réaction de la part de l’homme. Il n’avait aucune idée si le sujet qu’il venait d’aborder était tabou, Aguistin ne lui en ayant jamais vraiment parlé. Il attendit donc avant de poursuivre.

Comment demander à un homme qu’on connait à peine, d’aller fouiller dans son âme? River se dit donc qu’il allait le mettre un peu en contexte avant de lui demander l’impossible. Il se racla la gorge.
« Dans mon monde, il existe ce qu’on appelle des ‘’lacrima’’. Ce sont de petits cristaux de magie. Les mages comme moi n’en possédons pas, mais plusieurs créatures magiques ont des lacrimas en eux contenant leur magie. » Il marqua une pause, réfléchissant à la façon d’aborder la suite. « Je sais que, dans mon monde, il est possible de se faire implanter une lacrima de magie de dragon, afin de développer de puissants pouvoir liés aux dragon. », ajouta-t-il avant de baisser la tête. Fouillant dans sa poche, le mage de glace en ressortit le petit cristal blanc brillant. Les yeux de glace le parcoururent un instant. Soupirant comme pour se redonner du courage, le glaçon releva un regard rempli de détermination vers le faucheur. « C’est une lacrima de magie de démon. Je voudrais que tu me l’implante. », fini-t-il par demander.

River se leva de la table et marcha jusqu’à Tibérius. D’abord hésitant, il finit par lui tendre la lacrima.
« J’ignore totalement comment ça fonctionne. Comme la magie de mon monde vient de nos émotions, et donc, de notre âme, je me suis dit que tu étais le mieux placé pour m’aider. J’imagine qu’il faut la lier à mon âme, ou quelque chose du genre. Penses-tu être en mesure de faire ça? », lui demanda-t-il. Le faucheur pouvait le faire, il en était convaincu. Mais accepterait-il? C’était une autre chose. Pour le paiement, ou quoi que ce soit qu’il lui demanderait en retour, il n’était pas inquiet. Le Frost était prêt à tout pour retrouver sa magie. Absolument tout…


Code by Joy


ϟ Contenu sponsorisé ϟ







Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Power of heart, Reaper of soul .oOo. feat. Tiberius





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Médecine & Science :: ➹ L'hôpital