Le Testament
Par Anastasia

13 mai 2020


Songes d'la Neige
Par Olaf

29 avril 2020


Double Je
Par Mabel

19 avril 2020





« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229.99 € 379 €
Voir le deal




« Gilead est loin d'être un Paradis et n'a de morale que la théorie.
Oserez-vous rejoindre les femmes de l'ombre prête à faire tomber la cité ?
Serez-vous de celles qui écrivent sans doute l'Apocalypse selon Sainte Lydia ? »


Partagez
 

 La police ne prend pas de vacances (Fe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Violette Parr



« Béni soit le fruit »


Violette Parr


La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Fatl

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5229
✓ Disponibilité : Présente, chef !

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Béni soit le fruit »


________________________________________ Dim 6 Oct 2019 - 21:42

La police ne prend pas de vacances
ft. Jean-Balthazar Trapp


Impossible de ne pas froncer les sourcils lorsque Jean-Balthazar précisa qu’ils n’étaient pas dans le commissariat. Comment pouvait-il savoir ça ? Et où pouvait-il y avoir des cellules semblables à celle d’une prison ?! Violette enleva ses mains des barreaux pour se retourner vers JB. Elle s’avança vers lui, prudemment, afin d’en savoir plus sur la façon dont il pouvait être sûr de ne pas être au bon endroit.

« Parce que tu en connais beaucoup d’autres des endroits où il y a des cellules ?! »

Ou alors, ils étaient tombés dans un endroit bien pire qu’une prison. Peut-être un endroit de torture ? Violette ne voyait pas d’autres possibilités. Peut-être que JB avait une idée ?

« Tu as une idée d’où on pourrait être ?! »

Puis au pire, qu’est-ce que ça pouvait faire de l’endroit où ils étaient ?! Le plus important était d’aller au commissariat ! Car clairement, s’ils n’arrivaient pas à s’y rendre rapidement, il ne fallait pas trop de temps pour que le poste de police fasse le rapprochement entre un potentiel enlèvement et Jean-Balthazar. Après tout, il était la dernière personne vu avec Violette. Penser à ça n’aiderait pas. Et l’idée de JB de se téléporter de nouveau dans le bon endroit cette fois-ci était clairement une bonne idée.

« Oui, ça serait la meilleure solution…ressay… »

Impossible de terminer sa phrase. Le bruit de la porte qui venait de claquer l’avait pétrifié, tout comme Jean-Balthazar. Et à sa question, Violette se contenta d’hocher la tête tout en affichant une mine terrifiée. Plus aucun doute, ils n’étaient pas dans le commissariat. Dans le poste de police, personne ne claquait les portes.

« Je crois qu’on est plus tous seuls… »


Cette porte qui claque semblait indiquer qu’une personne venait de faire son entrée dans cet endroit inconnu. Un psychopathe ? Ou quelqu’un pour les aider ? Mieux valait être prudent ! Aussi Violette préféra immédiatement se rendre invisible. Et ça tombait bien, Jean-Balthazar lui tenant la main allait lui aussi être invisible. Du moins, c’est le début de plan que Violette avait prévu. Mais allait-il fonctionner ? Etaient-ils dans un endroit où les dons fonctionnaient ? Rien n’était sûr !

« Qui est là ?! »

La voix était plutôt masculine, mais bizarrement il semblait y avoir un effet dedans…comme si la personne essayait d’imiter la voix d’une femme. Et c’est d’ailleurs ce que Violette aperçut. Du moins en apparence. Car officiellement, c’était un homme déguisé en femme. Il portait une longue robe rouge, des talons noirs et un sac en fourrure. Ses cheveux étaient courts, tel un garçon mais coiffés d’un petit chapeau. L’inconnu s’était rapproché de la cellule. Violette s’était évidemment dit qu’il passerait rapidement son chemin. Mais c’était sans compter le plan qui s’était mal déroulé. Violette était bel et bien invisible. Mais apparemment, ce n’était pas le cas de Jean-Balthazar.

« Oh !! UN NOUVEL INVITE !! Quel plaisir de voir de la chair fraîche ici. Joey sera ravi d’avoir un nouveau compagnon de jeu. »


Violette arqua un sourcil – chose que personne ne pouvait voir – surprise par cette rencontre. Dans quel endroit venaient-ils d’atterrir ? A première vue, pas dans un endroit des plus accueillant et des plus charmant. Cet homme dame faisait froid dans le dos. Mais s’ils voulaient avoir une chance de s’en sortir, il ne fallait pas que JB grille la couverture de Violette. L’inconnu ne resta pas plus longtemps. Il retourna sur ces pas, sans doute pour aller prévenir ce fameux Joey. Et vu comment elle avait sorti sa remarque, Joey n’avait pas l’air d’être quelqu’un de commode.


☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi

Jean-Balthazar Trapp



« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Jean-Balthazar Trapp


╰☆╮ Avatar : Liam Hemsworth

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Monsieur Jack et les légendes urbaines
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils du Père Fouettard

✓ Métier : DRH de Airgoon
☞ Surnom : JB
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 906
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 12 Oct 2019 - 14:51

La police ne prend pas de vacances

Violette & Jean-Balthazar



Est-ce que je connaissais d'autres endroits avec des cellules autre qu'une prison ? Oui. Pleins. Le manoir de mon père pour commencer. Quelques vieux châteaux hantés aussi. Mais ça c'était plus en Ecosse. J'aurais été étonné d'être en Ecosse. Et puis... je savais pas moi. Dans la maison d'un malade mental en recherche de sensations fortes ? Elle m'en posait des questions ! Est-ce que je lui posais des colles comme ça moi ? Non. Je nous téléportais accidentellement dans des endroits inconnus. Alors j'avais beaucoup d'idées de où on pouvait être pour être honnête mais je secouais la tête.

"Non. Parce que si on est où je pense... On va morfler."

J'inspirais profondément, me concentrant pour tenter de nous téléporter au bon endroit cette fois-ci lorsqu'une porte claqua et me fit sursauter. En effet, nous n'étions plus tout seul et c'était légèrement flippant d'ailleurs. Je faisais confiance à Violette. Elle se rendit invisible mais je pouvais toujours sentir sa main dans la mienne. Par contre moi... j'étais dans un sacré pétrin. Un type en habillé en femme se présenta devant nous et ne vit que moi. Et... Il faisait peur. Surtout quand il parlait de Joey. Qui était Joey ? Je restais toutefois silencieux pour ne pas griller la couverture de Violette. Je figeais en entendant des pas. C'était l'homme habillé en femme qui revenait. Sauf que cette fois... il s'était changé. Et il portait des vêtements d'homme.

"Patricia m'a dit que nous avions un invité..."

Il sourit et parle d'une voix... Bizarre. Un frisson me parcours l'échine alors que je recule d'un pas dans ma cellule. Il fallait que je sorte de là et le plus vite possible.

"La bête va être ravi."

J'inspirais profondément et me raclais la gorge, je devais dire quelque chose n'importe quoi.

"Vous... Vous êtes nombreux ?"

Je retins le "dans votre tête" juste à temps avant d'esquisser un sourire un peu coincé. Le type en face de moi rigola un peu et haussa les épaules sans répondre clairement.

"Ça dépend."

Je fronçais les sourcils. Ok... C'était mal engagé.

"C'est qui la bête ?"

Il haussa les épaules et poussa un profond soupir ennuyé.

"T'es pas drôle avec tes questions. Tu m'ennuis."

Oups. Je le fixais alors qu'il s'éloignais. Je ne savais pas si c'était un mal ou un bien de le voir partir comme ça. J'avais la forte impression que quelque chose de plus... dangereux encore nous attendait.

"Faut qu'on file de là. Et vite fait..."

Je fixais le vide dans l'espoir de regarder dans la direction de Violette. Elle avait lâché ma main alors j'espérais qu'elle était encore là. Ignorant totalement ce qu'elle avait fait pendant que je faisais la discussion à Joey pour lui donner du temps.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
tes rêves imaginaires
☾ ☾ ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourrée dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire , mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires. Ici tout l'monde déraille.

Violette Parr



« Béni soit le fruit »


Violette Parr


La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Fatl

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5229
✓ Disponibilité : Présente, chef !

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Béni soit le fruit »


________________________________________ Dim 13 Oct 2019 - 20:02

La police ne prend pas de vacances
ft. Jean-Balthazar Trapp


L’homme habillé en femme était parti. Mais la pièce ne resta pas suffisamment de temps vide pour laisser Violette se montrer aux yeux de tous et notamment de Jean-Balthazar pour trouver une solution à leur problème. Persuadée que ce serait l’homme femme accompagné de Joey qui reviendrait, Violette fut désagréablement surprise en constant qu’il s’agissait de la même personne. La seule chose qui avait changé c’était ses vêtements. Exit la robe et le chapeau. Désormais, les habits étaient plus ceux d’un petit garçon, très simplet. De même que cette voix. C’était typiquement une voix enfantine.

Là, ça commençait à devenir bizarre, voire carrément flippant. Violette avait lâché la main de JB. Ce contact ne servait de toute façon à rien. Elle profita de la discussion quelque peu étrange entre les deux hommes pour inspecter la cellule. Elle passa à côté de chaque barreau, dans l’espoir d’en trouver des fragilisés ou bien même, manquants. Malheureusement la chance n’était pas de son côté et la cellule était bel et bien fermée sans aucune sortie de secours.

Joey venait de partir, visiblement ennuyé par la question de Jean-Balthazar. Pourtant, Violette l’avait trouvé très légitime cette question ! Qui était la bête ? Rien que le nom ne donnait pas envie de le rencontrer. Désormais tous les deux, la brunette en profita pour se rendre enfin visible. Elle se trouvait à l’autre bout de la cellule, affichant une mine décomposée.

« Je n’ai trouvé aucun moyen de sortir. Et clairement, je suis d’accord avec toi ! Il faut qu’on file vite…Je ne veux pas rencontrer la bête. »

Elle termina sa phrase en mimant des guillemets avec ses doigts. Après tout, ils ne savaient pas ce que c’était. Mais une chose était sûre, ils étaient parmi les fous…ou parmi le fou ? Ce dernier semblait avoir plusieurs personnalités. C’était terrifiant !

« Ok. Je vais tenter de dégommer les barreaux de la cellule. De toute façon, j’ai pas d’autre idée. Sauf si tu en as une toi ?! »

Mais finalement, de peur que le psychopathe revienne, Violette ne laissa même pas le temps à JB de répondre qu’elle ferma les yeux pour tenter de faire exploser la cellule avec un champ de force. La chance n’était clairement pas de leur côté puisque Violette ne parvint qu’à faire un tout petit champ de force qui ne fit que trembler les barreaux de la cellule.

« Cet endroit affecte nos dons ! C’est pas possible que j’échoue deux fois d’affilé, comme ça ! »

Violette ragea intérieurement. En plus, le champ de force et le tremblement de la cellule avaient fait du bruit ! Mordant sa lèvre inférieure, Vi’ espérait que le fou n’avait rien entendu.

Apparemment, c’était le cas. Personne ne descendait à ce moment-là. Jean-Balthazar et Violette étaient tous seuls.

« Comment on fait alors, pour sortir ? »

La malchance collait aux baskets de Violette, car à peine ses paroles chuchotées à son camarade d’infortune, la porte s’ouvrit de nouveau dans un bruit sourd.

« Qu’est-ce que j’entends ?! Une voix féminine ! »

Cette question/réponse fut lancée tellement froidement que cela avait glacé le sang de Violette. Plus rien à voir avec la femme, plus rien à voir avec l’enfant. Il y avait clairement une autre personne derrière. Bien qu’une fois de plus, c’était le même être humain. Désormais il portait des vêtements noirs et descendait les escaliers avec quelques manières.

Il était désormais trop tard pour Violette de se rendre invisible. La nouvelle personnalité avait vu Violette, accompagné de JB. Son sourire pervers donna des sueurs froides à la jeune femme.

« Patricia et Joey m’avaient dit que nous avions un nouvel invité. Mais ils m’avaient cachés qu’il y avait également une jeune femme. Charmante en plus. »

L’homme s’était rapproché de la cellule, prenant rapidement la main de Violette afin d’y déposer un baiser. Aussitôt fait, Violette retira sa main, affichant une mine dégoûtée tandis que l’homme se présenta.

« Je suis Dennis. J’aime la propreté et l’ordre. Ce n’est pas un endroit très convenable pour une femme comme vous, très chère. Puis…vous laissez seule, avec lui, ça serait une très mauvaise idée. »

C’était l’hôpital qui se foutait de la charité ! Violette préférait mille fois rester avec JB que de passer un moment avec ce pervers.

« Accompagnez-moi pour une danse, en haut. »

Violette recula de plusieurs pas, empêchant Dennis de lui prendre de nouveau la main. De toute façon les barreaux les séparaient. Du moins, au début. Car de sa poche l’homme sortit une clé qu’il inséra dans la serrure. L’instant d’après la porte était ouverte, Dennis se trouvait dans la cellule. Son regard s’était fait plus dur, plus froid.

« Ce n’était pas une question mais un ordre. »

Toujours ce même ton froid, mais cette fois-ci accompagné d’une prise de poignet assez forte. Il était prêt à faire le capricieux malgré le refus de Violette. Il semblait déterminé à l’emmener en haut faire une danse. La situation s’aggravait !


☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi

Jean-Balthazar Trapp



« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Jean-Balthazar Trapp


╰☆╮ Avatar : Liam Hemsworth

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Monsieur Jack et les légendes urbaines
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils du Père Fouettard

✓ Métier : DRH de Airgoon
☞ Surnom : JB
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 906
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 19 Oct 2019 - 17:54

La police ne prend pas de vacances

Violette & Jean-Balthazar



Violette réapparut à mes côtés alors que Joey s'en allait en sautillant. Je poussais un léger soupir avant de tourner le regard vers la jeune femme qui m'indiqua qu'elle n'avait vu aucun moyen de sortir. Nous étions coincés. Je hochais la tête lorsqu'elle me demanda si elle pouvait tenter un champ de force. Au point où nous en étions, elle pouvait tenter tout ce qu'elle voulait. Je ne voyais pas comment sortir d'ici autrement. Je fronçais les sourcils en la voyant échouer. C'était... étrange. Et je n'avais aucune réponse à apporter à sa question, juste un secouement de tête. J'aurai dû réfléchir plus intensément pour trouver une solution mais des pas se firent entendre dans le couloir. Je me tournais vers Violette en panique pour qu'elle se rende à nouveau invisible mais c'était déjà trop tard. Il était à nouveau devant nous. Le même type avec des vêtements différents et une façon de se comporter encore différente.

Le regard qu'il posa sur Violette me glaça le sang, ce type... Il était taré. Multiples personnalités, c'était une évidence. Mais y en avait des plus malsaines que d'autres et ce Dennis faisait clairement parti des tarés. J'osais à peine imaginer qui était la bête et quelque chose me disait que ce n'était pas lui. Je serrais les poings, jusqu'à présent, il m'avait totalement ignoré mais ça n'allait peut-être pas durer. Je me décalais dans le fond de la cellule alors qu'il l'ouvrait et qu'il s'approchait de mon amie pour la saisir par le bras. Il était hors de question que je le laisse faire ce qu'il avait en tête. Je serrais les poings et sans prévenir je lui collais une droite bien sentie qui lui fit lâcher le bras Violette sous la surprise. Il se tourna enfin vers moi, le regard fou de rage.

"JE VAIS TE TUER SALE BÂTARD !"

Oups. Je venais de très clairement l'énerver là. On était mal, très mal. J'attrapais la main de mon amie dans la mienne et la tirait vers moi.

"COURS !"

Et sans demander mon reste je traînais la jeune femme à ma suite par la porte de la cellule grande ouverte. Je courus aussi vite que mes jambes me le permettaient, droit devant moi, sans me retourner alors que Dennis nous poursuivait dans les couloirs en hurlant qu'il allait nous tuer. Il fallait sortir de là le plus vite possible et je n'avais aucune idée de où nous allions. Et si nous nous arrêtions, il allait nous retrouver.

"Est-ce que.... est-ce que tu peux nous rendre invisible Violette ?"

On allait pas tenir la cadence très longtemps et j'étais incapable de savoir si je pouvais nous téléporter loin d'ici. Et j'avouais honnêtement ne pas avoir très envie de retenter l'expérience si c'était pour nous retrouver dans la même cellule que toute à l'heure. Alors je priais pour que mon amie nous rende invisible afin qu'on puisse se cacher et s'échapper lui plus silencieusement et discrètement possible. C'était tout ce que j'espérais.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
tes rêves imaginaires
☾ ☾ ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourrée dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire , mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires. Ici tout l'monde déraille.

Violette Parr



« Béni soit le fruit »


Violette Parr


La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Fatl

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5229
✓ Disponibilité : Présente, chef !

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Béni soit le fruit »


________________________________________ Dim 20 Oct 2019 - 21:39

La police ne prend pas de vacances
ft. Jean-Balthazar Trapp


Violette était très loin d’être le genre de fille à attendre qu’un prince charmant la sauve. Elle était indépendante et savait très bien se défendre toute seule. Mais là, elle n’avait pas su. Cette prise de poignet, ce regard pervers, tout l’avait glacé sur place. Cela lui avait fait remonter des souvenirs plus qu’atroce. C’était comme si elle était de nouveau en face de son agresseur. Mais non, là c’était Dennis ou peut-être se prénommait-il autrement ? Qu’importe. C’était un psychopathe aux multiples personnalités et ça faisait complètement flipper. Si elle ne se reprenait pas en main, peut-être lui ferait-il vivre pire sévices que son ancien professeur particulier.

Heureusement, Jean-Balthazar avait eu plus de courage que Violette. Il avait réussi lever la main sur Dennis. Assez fort pour qu’il relâche le poignet de Violette. Mais aussi assez fort pour le rendre totalement énervé et encore plus fou qu’il ne l’était déjà. Ni une, ni deux, les deux amis étaient sortis en courant. Ils avaient remonté les escaliers, arrivant alors dans un couloir assez lugubre. La décoration et l’état général laissait à désirer. Néanmoins la brunette n’eut pas réellement le temps de s’y intéresser car l’autre psychopathe était toujours à leurs trousses.

« JE VAIS VOUS TUER ! REVENEZ ! »

Violette ne préféra même pas se retourner. Voir le visage pervers et fou de cet individu n’était pas une bonne idée. De toute façon, il fallait regarder devant soi pour ne pas se prendre un mur. Mais c’était Jean-Balthazar qui menait la danse, Violette suivait, toujours sa main dans celle de JB. La question qu’il venait de poser alors qu’ils étaient toujours en train de courir était quelque peu stressante…au vu de ses performances d’il y a quelques minutes. Elle n’avait pas réussi à rendre invisible JB en même temps qu’elle, elle n’avait pas réussi à faire exploser les barres de la cellule. Clairement, elle n’était pas dans son meilleur jour. A moins que ce soit à cause de la cellule. Et là, ils n’y étaient plus. Violette n’avait rien à perdre d’essayer.

« Je veux bien retenter l’expérience ! »

Mais s’arrêter dans le couloir était une très mauvaise idée. Alors Violette décida de prendre la tête pour la première fois depuis qu’ils avaient débarqué dans ce lieu. Elle décida d’ouvrir la première porte à sa gauche. Ils entrèrent dans une pièce qui ressemblait à un bureau. En effet, il y avait un ordinateur mais aussi un dressing rempli de vêtement tous différents les uns des autres. Un ciré jaune, un manteau de grande dame, un blouson plus vieux et beaucoup d’autres choses. Est-ce que tout cela appartenait à la même personne ? Le psychopathe ? Violette avait bien peur de connaître déjà la réponse. D’ailleurs, le psychopathe était non loin d’eux. La brunette referma doucement la porte en essayant de ne pas faire de bruit. Et fort heureusement la porte ne grinça pas.

« Retentons l’expérience ! »

Violette prit la main de JB, qu’elle avait lâché pour ouvrir la porte. Elle ferma les yeux pour se concentrer. Elle se voyait invisible, dans sa tête. Ouvrant les yeux, elle espérait ne pas voir son reflet dans le petit miroir qu’il y avait accroché sur le mur du dressing. Malheureusement ce fut le cas. Elle se voyait parfaitement…tout comme JB.

« Rah ! Mais je sais pas ce que j’ai en ce moment, ça me saoule ! »

Et ça la stressait, ça la faisait flipper. Comment se défendre si aucun de ses dons ne fonctionnaient. Violette soupira légèrement. Mais son soupir fut caché par le bruit de la porte qui s’ouvrait. Pas la leur, heureusement, mais une autre dans le couloir. C’était forcément Dennis ou une de ses personnalités.

« Il faut qu’on réussisse à devenir invisible ! »

La brunette décida donc de retenter sa chance. De nouveau elle ferma les yeux. De nouveau elle se concentra. Et de nouveau elle échoua. Et cette fois-ci, des bruits de pas se rapprochaient.

« Il faut se cacher, immédiatement ! »

Pas le temps de se concerter. La porte s’ouvrit. JB et Violette se séparèrent. Du moins, Violette se précipita dans le dressing, sans voir si JB la suivait ou pas. Cachée derrière les gros manteaux, la jeune femme aperçut un homme torse-nu entrer dans le bureau. Mais à sa manière d’être, il ne ressemblait plus à un homme mais à un animal. Il marchait bizarrement, ses veines ressortaient, il bavait. C’était flippant. Violette sentit son rythme cardiaque s’accélérait et elle priait pour que JB ait trouvé une bonne cachette. Car elle était presque persuadée que c’était la bête qui venait de faire son entrée.

« Je sais que vous êtes là. »

Sa voix était rauque, monstrueuse. Il semblait utiliser tous ses sens pour trouver les deux intrus. Et son odorat ou son ouïe ou peut-être autre chose semblait l’emmener vers un autre coin de la pièce. Violette craignait que ce soit à l’endroit où JB était caché. Violette leva son bras pour placer sa main contre sa bouche afin d’éviter de crier. Car ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Et c’est en levant son bras qu’elle sentit son arme dans son étui, à sa ceinture. MAIS POURQUOI N’Y AVAIT-ELLE PAS PENSE PLUS TÔT ? Posant sa main sur son arme, elle était prête à l’utiliser pour tirer sur la bête, s’il le fallait.


☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi

Jean-Balthazar Trapp



« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Jean-Balthazar Trapp


╰☆╮ Avatar : Liam Hemsworth

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Monsieur Jack et les légendes urbaines
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils du Père Fouettard

✓ Métier : DRH de Airgoon
☞ Surnom : JB
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 906
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Ven 25 Oct 2019 - 18:39

La police ne prend pas de vacances

Violette & Jean-Balthazar



Je me laissais entraîner par Violette qui reprenait les choses en main. La pièce était grande mais mal rangée avec un dressing rempli de nombreux vêtements aux styles différents. Toutefois, ce n'était pas le moment de faire un état des lieux. Les pas se faisaient de plus en plus rapprochés et Violette n'avait pas réussi à nous rendre invisible. Je cherchais donc une bonne cachette alors que mon amie me lâchait pour rejoindre le dressing. Pour ma part, je trouvais une malle assez grande pour me dissimuler dedans. Je la refermais au moment où la porte de la pièce s'ouvrait. Je retins mon souffle alors que la bête fouillait la pièce. Je me concentrais pour tenter de me téléporter jusqu'à Violette. Ma première tentative échoua me laissant un goût de frustration. Je me concentrais à nouveau et cette fois-ci, je me retrouvais à côté de la jeune femme.

"Je vais tenter de nous sortir de là..."

Je posais un doigt sur mes lèvres avant de lier mes doigts aux siens avant de me concentrer et de nous téléporter... Face à la bête.

"Oh merde."

C'était vraiment pas de bol. Et nous étions dans une situation vraiment critique. Je cherchais du regard une façon de nous sortir de là alors que la bête s'élançait et nous sauter dessus. Par instinct, je resserrais ma prise autour de la main de Violette et nous fîmes disparaître juste sous son nez. C'était... inattendu... Tout comme notre lieu d'arrivée. Nous avions enfin rejoint le commissariat. Je ne savais pas exactement combien de temps nous étions restés coincés chez le fou mais vu la panique autour de nous, cela faisait plusieurs heures.

"Et bien... je suis content d'être en lieu s..."

Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase que les collègues de Violette me passaient les menottes autour des poignets. Bon... Et bien finalement, la situation n'était peut-être pas meilleure.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
tes rêves imaginaires
☾ ☾ ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourrée dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire , mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires. Ici tout l'monde déraille.

Violette Parr



« Béni soit le fruit »


Violette Parr


La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Fatl

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5229
✓ Disponibilité : Présente, chef !

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Béni soit le fruit »


________________________________________ Sam 26 Oct 2019 - 22:15

La police ne prend pas de vacances
ft. Jean-Balthazar Trapp


« Jean-Balthazar Trapp, nous vous arrêtons pour complicité de meurtre. Vous avez le droit de garder le silence. »

La situation ne pouvait pas être plus dramatique. Bon, si. Ils auraient pu mourir dévorés par la bête. Mais fort heureusement, JB avait réussi à les téléporter et cette fois-ci au bon endroit ! Mais s’ils avaient réussi à se débarrasser de la bête, ils venaient d’atterrir face à des individus tout aussi coriaces : les collègues de Violette. Ils étaient en train d’arrêter JB, de lui passer les menottes…pour…complicité de meurtre ? Violette ne put s’empêcher d’être bouche bée face aux propos de son collègue mais également face à la scène qui se déroulait sous ses yeux. Qu’il soit arrêté pour tentative d’enlèvement, ok, ça pouvait se tenir car il était parti avec Violette sans prévenir personne. Enfin bon, c’était un accident. Mais qu’il soit arrêté pour l’affaire du cinéma, c’était une véritable mascarade à laquelle Violette ne voulait pas participer.

« Mais arrêtez, vous faites n’importe quoi ! »

Violette ne voulait pas laisser faire ses collègues. Mais quel poids avait-elle face à des policiers beaucoup plus chevronné qu’elle ? Après tout, Miss Indestructible n’était qu’une néo-policière, commençant à déployer ses ailes pour trouver enfin sa place dans cette équipe. La brune fut stoppée dans sa rébellion par un grand baraqué.

« Parr, tu devrais partir. Tu es bien trop impliqué dans cette histoire. Laisse faire les professionnels. »

Inspire. Respire. Violette sentait la rage monter en elle. Elle serra les dents, essayant de contenir ses émotions pour ne pas plus aggraver la situation.

« Si vous l’emmenez en cellule, je veux vous accompagner. »
« Non. Toi tu viens avec moi, il nous faut ta déposition. Tout ce qui s’est passé depuis votre disparition du cinéma. »

Combien de temps s’était-il passé depuis leur départ du cinéma ? Cela lui avait pourtant semblé duré qu’une petite heure, tout au plus. Mais vu la panique dans la police et le soulagement d’avoir mis la main sur quelqu’un considéré comme un criminel, cela devait faire plus qu’une heure. Violette se mordit la lèvre, osant à peine regarder JB dans les yeux. Et pourtant, son visage montrait toute sa peine face à la situation, mais également qu’elle n’allait pas en rester là.

Comme un parfait toutou, Violette suivit un de ses collègues. Il lui posa tout plein de question. Où ils étaient ? Qu’est-ce qu’ils avaient fait ? Qu’est-ce que JB lui avait fait subir ? Les questions essayaient de mener tout droit à la culpabilité de son ami et ça l’agaçait tout particulièrement.

« Puisque je te dis qu’il n’a rien fait, qu’il n’est coupable de rien. Il voulait simplement nous conduire plus rapidement au poste de police. Mais à croire que nos dons nous font défaut ces temps-ci. »

Il n’y avait pas à chercher très loin pour voir que les dons de JB et Violette avaient carrément décidé de se mettre en grève. La brune n’avait même pas réussi à se rendre invisible là-bas, ni même à utiliser un champ de force pour briser la cellule. Bref, un véritable fiasco. Et maintenant ça. C’était trop.

La jeune femme soupira longuement. Ils avaient fini non ? Maintenant Violette pouvait disposer, n’est-ce pas ?

« Je peux aller voir JB en cellule. Le pauvre, il doit être en panique. »
« Non. Il reste suspect dans l’affaire du cinéma. Et tu sembles avoir une sorte de syndrome de Stockholm. »

Là, c’était le pompon sur la Garonne ! Violette leva les yeux au ciel.

« Tu devrais peut-être relire tes cours de police. Suspect ne veut pas dire coupable. J’ai l’impression que tu et que vous faites tous des conclusions beaucoup trop rapides face à tout ça. »

Est-ce qu’ils avaient peur ? Fallait-il absolument trouver le coupable le plus vite possible ? Qui a enfermé un innocent ? Et tout ça au nom de quoi ? Du sentiment de sécurité à Storybrooke. C’était bien drôle car chacun savait qu’à Storybrooke, il y avait chaque jour des événements louches, morbides, mystérieux et j’en passe.

« Soit. Parfait. Je m’en vais. A demain ! »

Car oui, clairement elle n’avait pas envie de reprendre le boulot après ça. Non pas après ce qu’elle avait vécu avec JB mais plutôt après cette scène ridicule qu’elle vivait en ce moment même. Mais penser que Violette allait gentiment retourner chez elle et se tourner les pouces était très mal la connaître.

Prenant le chemin de la sortie du poste de police, Violette s’arrêta vers sa voiture. Elle se rendit invisible. Afin de voir si cela avait fonctionné, elle observa son reflet dans la voiture. Quelle joie de voir qu’elle n’y voyait rien ! Enfin cela marchait. La jeune femme fit donc le chemin inverse, retournant sur ses propres pas.

Mais comme si la chance ne durait jamais bien longtemps chez Violette, la brunette remarqua qu’elle était en train de redevenir visible. Elle voyait son reflet revenir petit à petit dans les fenêtres des bureaux. Il allait falloir la jouer fine. Et c’est à pas de loup, se baissant à chaque moment de doute, se cachant derrière chaque recoin qu’elle parvint à rejoindre les cellules.

« JB ?! »

Elle parcouru les différentes cellules du poste de police – il fallait avouer qu’il y en avait très peu – et trouva rapidement JB.

« Te voilà ! Je suis vraiment désolée !! Mes collègues sont quelques peu bornés, quand ils ont une idée en tête. »

La jeune femme balaya la pièce des cellules du regard, à la recherche de quelque chose…ou de quelqu’un.

« Ils ont relâché ton ami Viktor, mais t’enferme toi ?! Encore un argument pour ta remise en liberté. Il faut qu’on te fasse sortir de là…mais dans la façon légale, hein ! »

Pas de champ force, pas de téléportation. Fini les idées foireuses. Cette fois-ci, ils allaient faire les choses dans les règles de l’art.

☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi

Jean-Balthazar Trapp



« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Jean-Balthazar Trapp


╰☆╮ Avatar : Liam Hemsworth

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Monsieur Jack et les légendes urbaines
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils du Père Fouettard

✓ Métier : DRH de Airgoon
☞ Surnom : JB
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 906
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 2 Nov 2019 - 1:49

La police ne prend pas de vacances

Violette & Jean-Balthazar



Alors que le pression sur mes bras se faisaient plus douloureuse et qu'on m'emportait en direction des cellules, je jetais un dernier regard à Violette. C'était bien ma veine, à peine libéré d'une mort presque certaine au cinéma, je me retrouvais aux prises d'un psychopathe et maintenant... ça. J'étais à deux doigts de craquer nerveusement. Mais j'avais foi en Violette, elle trouverait un moyen de me sortir de là. Du moins... je l'espérais. Je ne savais pas pourquoi ils m'arrêtaient moi mais ils avaient visiblement relâché Viktor. Ce qui était logique. Ce qui l'était moins, c'était que moi, je me retrouve ici. Il y avait pourtant eu des témoins pour voir que je n'avais rien fait du tout. Mais c'était trop leur demander visiblement de s'assurer que leurs sources étaient fiables.

Livré à moi même, laissé seul dans une cellule, je poussais un soupir et m’asseyais sur la couchette au fond de la pièce. Bon... Et maintenant ? J'aurai pu tenter de me téléporter mais j'avais comme le sentiment que ce n'était pas la chose à faire. Je pouvais aussi demander à passer mon appel. Mais qui contacter ? Viktor ? Un avocat serait plus utile au vu de la situation. Je relevais la tête en entendant la voix de Violette et je lui adressais un mince sourire avant de me lever et de la rejoindre.

"Et tu as une idée pour me faire sortir de là ? Légalement j'entends."

Je lui faisais confiance si elle affirmait pouvoir me sortir de là. Je ne voyais juste pas comment faire pour le moment. J'avais aussi besoin de passer un appel sans doute.

"Tu crois que je pourrais demander à appeler un avocat ? Je pense que ça pourrait m'aider. Ils ne m'ont pas encore interrogé mais j'ai comme l'impression que ça ne va pas tarder."

Je me mordillais la lèvre inférieure. Je posais alors mon regard sur elle comme si sa présence faisait enfin tilt dans mon esprit.

"Mais... tu es sûre que tu as le droit d'être là ?"

Je ne voulais surtout pas lui provoquer de problèmes avec ses supérieurs. Je poussais un soupir avant de tambouriner sur les barreaux de ma cellule. Lorsque des bruits de portes qu'on ouvre et qu'on referme brusquement se firent entendre. Je croisais le regard de mon amie et les miens s'écarquillèrent d'horreur.

"Je crois qu'on vient pour moi... Tu ferais mieux de partir ou de disparaître... Et vite."

Je la laissais se rendre invisible alors que ses collègues venaient me chercher pour m'emmener en salle d'interrogatoire. Ils m'assirent de force sur une chaise en acier et m'attachèrent les mains et les pieds sans aucune douceur. Je grimaçais légèrement de douleur alors que le flots de questions commençaient et se répétaient en boucle sans que je puisse m'expliquer ou me justifier. Ils étaient insistants et semblaient convaincus de ma culpabilité tant et si bien que je finis par rester silencieux. Sans dire un mot et sans me laisser troubler par leur insistance. Priant pour que Violette trouve une brillante idée pour me sortir de là...




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
tes rêves imaginaires
☾ ☾ ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourrée dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire , mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires. Ici tout l'monde déraille.

Violette Parr



« Béni soit le fruit »


Violette Parr


La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Fatl

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5229
✓ Disponibilité : Présente, chef !

La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans : « Béni soit le fruit »


________________________________________ Dim 3 Nov 2019 - 19:14

La police ne prend pas de vacances
ft. Jean-Balthazar Trapp


Si Violette avait une idée pour le sortir de là ? Lui dire que non n’était pas bon pour son moral. Le silence serait la meilleure réponse. Elle lui permettait de réfléchir. Réfléchir à la meilleure solution. Non aux dons déjà, c’était une évidence. Comme il l’avait très bien dit, il fallait trouver quelque chose de légal.

L’appel d’un avocat était une très bonne idée, mais beaucoup trop longue. Ne serait-ce que le temps de l’appeler, qu’il arrive et qu’il prépare la défense. Néanmoins, il avait raison de garder cette idée dans la tête, surtout s’il n’avait pas encore été interrogé.

« Gardons en tête l’avocat. De toute façon, ils doivent te proposer cette solution. C’est dans les lois. Soit un commis d’office, soit un que tu payes de ta poche…si tu en connais ?! »

Personnellement, Violette n’en connaissait pas. Mais peut-être que les relations de JB étaient plus étoffées que celle de la brune. Qu’importe. Ce n’était de toute façon pas la meilleure solution…bien qu’elle soit très légale.

A sa question, Violette se contenta de secouer négativement la tête. De toute façon, elle n’eut pas le temps de répondre que la porte du couloir s’ouvrit. Ses collègues approchaient. Et comme l’avait très bien remarqué JB, la jeune policière n’avait rien à faire dans ces lieux. Alors après les très bonnes paroles de son ami, Violette disparut.

Suivant ses collègues et JB, Violette ne put que constater le fait qu’ils n’y allaient pas de main morte. Le pauvre. C’était comme si son ami était déjà le coupable idéal. Mais quelle preuve avaient-ils ? Penser aux preuves lui donna alors une idée. Abordant un sourire victorieux, Violette sortit sans aucun mal, toujours invisible du poste de police.

A sa voiture, elle fouilla la boite à gant et en sortit un livre, celui du code civil. Elle espérait trouver des textes qui appuieraient son idée. Elle prit place sur le siège passager, tournant les pages à une vitesse égalant celle de son frère. Malheureusement rien. Ou alors, elle n’arrivait pas encore à lire entre les lignes. Jetant le livre à l’arrière de la voiture, Violette serra les dents. Il ne lui restait plus qu’une chose : le blabla. Parler pour convaincre. Ce n’était pas le plus grand talent de la jeune femme, mais il fallait qu’elle tente cette solution.

C’est donc une Violette déterminée qui décida d’entrer une nouvelle fois dans le poste de police. Mais cette fois-ci c’est en étant tout à fait visible aux yeux de tous.

« Déjà de retour ? »
« Il faut que je parle à notre supérieur. »


La jeune policière avait insisté sur le mot ‘‘notre’’ afin de montrer que tout autant que lui, Violette faisait partie de la police. Et si jamais il s’interposerait, elle utiliserait la force. Mais il fallait croire que la chance était de son côté car son collègue ne s’y opposa pas. Violette se rendit donc dans le bureau de son supérieur, qui n’était pas le sheriff mais qui était quand même au-dessus de Violette.

« Est-ce que l’interrogatoire de Jean-Balthazar Trapp s’est déroulé ? »
« Tu n’es plus sur l’affaire, Parr. Pourquoi tu évoques le sujet ? »
« Pour éviter à cette police d’être entaché par des erreurs judiciaires. On gâche du temps et de l’argent alors qu’il n’y a aucune preuve contre Mr Trapp. Imagine qu’il décide de se retourner contre nous, qu’il porte plainte pour non-respect des droits ? Enfermer et interroger un homme dans ce genre de condition n’est pas ce qu’on nous apprend à la formation. Aucune preuve. Simplement témoin. Depuis quand on enferme des témoins ? J’adore mon métier mais je ne peux p… »
« Tais-toi. »

Le monologue de Violette n’avait apparemment pas eu l’effet escompté. Son supérieur lui avait tout simplement coupé la parole, la faisant totalement taire. Mais alors que Violette pensait que tout était fini, qu’elle n’avait pas réussi à le convaincre, l’homme fasse à elle semblait réfléchir. Il posa ses poings contre la table.

« Il faut avouer que tu as bien retenu toutes tes leçons… »

Un maigre sourire s’afficha sur le visage de Violette. Elle était ravie d’avoir réussie. En plus, il lui accordait la faveur d’aller stopper l’interrogatoire et de redonner la liberté à son ami.

La jeune femme n’attendit pas plus longtemps pour se rendre à cette fameuse salle. Elle ouvrit la porte et décida de la jouer fine. Cela ne servait à rien de faire la maligne, à montrer qu’elle valait mieux qu’eux. Une fille valait toujours plus que 20 garçons ! Violette se pencha alors à l’oreille de sa collègue pour lui susurrer quelques paroles. Et à l’écoute de ses quelques mots, le visage de sa collègue se durcit avant qu’elle ne sorte de la salle, très vite suivi de deux autres collègues.

« Tu es libre désormais. Et aucune charge n’est retenue contre toi, évidemment ! »

La brune s’empressa d’enlever les chaînes de son ami. Elle l’aida à se relever en lui adressant un sourire compatissant.

« J’espère qu’ils ne t’ont pas trop bombardé de question ! »

Le voir ainsi attaché la faisait sortir de ses gongs. Fort heureusement, la police semblait savoir reconnaître ses erreurs et ses torts. Et c’était le cas là. Violette accompagna JB à la sortie du poste de police. Une fois dehors, Violette lui tendit les affaires qui lui avaient été confisqué lorsqu’il avait été placé en garde à vue.

« Ceci t’appartient. On en aura vécu des choses aujourd’hui ! »

Un sourire amusé s’afficha sur le visage de la brune. Elle avait vraiment hâte de retrouver son lit, que la journée se termine enfin.

☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi

Contenu sponsorisé








La police ne prend pas de vacances (Fe) - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

La police ne prend pas de vacances (Fe)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Le cinéma