LA DERNIERE
SENTINELLE

15.01.20
de Nora


EVERYTHING
is AWESOME

31.01.20
de Anastasia


TOUT EN
D'OH

14.02.2020
de Regina



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 
Le Deal du moment : -96%
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 ...
Voir le deal
0.94 €


٩(͡๏̯͡๏)۶ EVERYTHING IS AWESOME
☆ Evénement #119 - Une mission de ANYA ☆


Partagez
 

 Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nathanaël V. Van Dort



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Nathanaël V. Van Dort


╰☆╮ Avatar : Richard Madden

Ѽ Conte(s) : Les noces funèbres
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le marié presque cadavérique, Victor !

✓ Métier : Chirurgien orthopédique et traumatologue
Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  QwHp4Hh

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 453
✓ Disponibilité : Dans un coin en mode ninja

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 4 Sep 2019 - 23:38





Nath' & Kitty

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu !



“Mickael cesse moi ça de suite !”

Le ton de Nath’ était froid et sans appel. Lui pourtant si chaleureux en temps normal.

“Oh ça va …”

Mais justement ce n’était pas le temps normal. Ils étaient en pleine opération d’une fracture ouverte du tibia d’un petit garçon, et il était archi concentré. Or, l’un de ses internes venait de sortir son téléphone portable pour faire un selfie de groupe. Il n’en revenait pas. Quelle était cette idée saugrenue ? Pourquoi faire une chose pareille ? Certes, il savait que les nouvelles technologies avaient changé la face du monde mais à ce point là ? Arrivant à un niveau d’indécence total ? Ce n’était pas la première fois en réalité qu’un incident comme ça se produisait, mais c’était la première fois qu’il en était victime. Benett lui avait raconté ça autour de la machine à café -leur meilleure amie- et il n’avait pas voulu le croire. Comment pouvait on décider, en pleine opération, de sortir son téléphone. Alors oui, souvent c’était des internes, là pour assister, pas forcément au coeur de la pratique. Mais justement, ils n’avaient pas compris que leurs rôles étaient essentiels ? Ou alors lui même était il en total décalage avec cette société ? Emily lui disait de temps en temps, quand il lançait un petit regard presque désabusé au téléphone qu’elle avait quasiment greffé dans sa main. Ce n’était pas de sa faute s’il n’aimait pas ça. Il n’était pas contre le progrès, loin de là, appréciant d’ailleurs les innovations en terme d'ingénierie médicale, mais le reste … il avait encore du mal. Néanmoins, il essayait. Il avait déjà cet aspect vieillot qui lui collait à la peau à cause de ses tics de langage, il ne voulait pas passer pour plus ringard qu’il ne l’était. Mais ça, c’était inacceptable.

“Passe moi le bistouri au lieu de faire l’imbécile…”

S’il avait fait une chose pareille avec Mary … elle l’aurait étripé, et ça aurait été légitime. Or lui, était bien trop gentil pour le faire. Déja il avait élevé la voix, chose qui avait choqué toute l’équipe qui avait regardé le fameux Mickael d’un drôle d’air. Nath’ n’était pas connu pour ses éclats de colère, bien loin de là. Il l’était pour sa gentillesse, sa douceur, sa patience et … sa grande anxiété aussi. Et en parlant de Mary, son coup d’éclat à elle dans le bureau du chirurgien le mois dernier était encore dans les esprits. La famille de la jeune fille qui avait été dérangé en plein milieu de la consultation avait finalement posé une réclamation à la direction et Nath’ avait été convoqué pour s’en expliquer. Heureusement qu’il était diplomate; qu’il avait su désamorcer la bombe. Mais pas la sienne. L’annonce de Mary l’avait vraiment choquée -encore plus que sortir un téléphone dans un bloc opératoire- et même s’il faisait comme si de rien n’était pour lui apporter tout son soutien, cela ne pouvait le laisser de marbre. Un bébé. Mary attendait un bébé et il ne savait pas pour qui, il avait le plus peur. Oh, il ne doutait pas sur les capacités de l’ancien fantôme pour s’en occuper, mais il s’inquiétait pour les effets que cela pouvait avoir sur elle. Il la connaissait depuis longtemps, et il l’appréciait beaucoup. Elle ne lui faisait pas peur, plus peur -même si ce n’était pas son ancienne condition qui l’avait effrayé- et comme souvent, il avait su voir au delà des apparences. Et c’est ce qu’il essayait de lui dire à chaque fois qu’il l’a voyait, que peut être, ce bébé, n’était pas le fardeau qu’elle pensait qu’il serait.

“Le bistouri j’ai demandé pas la lame coupe fil !”

Il se retourna, fixant de son regard bleu le jeune homme qui osa lui faire une moue. Bon sang …

“Dehors ! Sors de là ! Je ne te veux plus en salle d’opé !”

S’en était trop, même pour sa patience. Il ne s’agissait pas d’un jeu, ce n’était pas le docteur Maboul mais la vraie vie. L’opération n’était pas sans risque et il ne pouvait pas se permettre de mettre le patient en danger. Alors il préféra sévir. Si encore, l’interne n’avait pas été sur son téléphone, il aurait laissé passer. Tout le monde pouvait faire des erreurs, lui en premier. Or là, c’était clairement un manque d’attention et un je m’en foutisme accru qu’il ne tolérait absolument pas. Il n’eut pas un seul mot d’échangé, l’étudiant comprenant qu’il avait certainement été trop loin. L’équipe soignante non plus, baissant la tête tout en restant à côté du chirurgien, n’osant pas regarder Mikael qui sortit en claquant la porte. L’opération repris, dans un silence presque morbide, où seuls le bruit des machines montrait signe de vie.


Mettant de l’eau sur son visage, il poussa un soupir en regardant son reflet dans le miroir. Ses cernes étaient accentués, le trait violet contrastant avec la pâleur de son visage

. “Alors, il parait que tu as montré les dents ?”

La porte des toilettes des hommes s’ouvrit à la volée pour laisser entrer Benett, un grand sourire.

“Bonjour à toi aussi.”

Terminant de s’essuyer les mains, il salua son collègue et ami.

“J’ai juste remis de l’ordre.”
“Tu m’as l’air encore plus angoissé que d’habitude …”

Ce n’était pas forcément faux, entre Mary, Emily, Antoni, Queenie -que des noms en i décidément- sa vie n’était pas un long fleuve tranquille. Mais il avait connu des périodes plus stressantes quand même.

“Ce soir on fait une soirée au Macumba, tu veux pas venir pour une fois ? Ça te détendrait vachement !”

Il eut un petit sourire sympathique, hochant négativement de la tête. Il n’était pas non plus connu pour être un grand fêtard. D’ailleurs, il ne sortait jamais avec le groupe de médecins quand ils organisaient des soirées “détentes”. Il n’aimait pas vraiment ça. Il faisait un effort quand la proposition venait d’Emily, parce qu’il l’a considérait comme sa propre soeur mais c’était tout. Par contre, il allait volontiers aux repas et aux dîners, appréciant de passer un moment au calme, à discuter autour d’un bon vin et d’un bon plat.

“Non, mon avis n’a toujours pas changé la-dessus.”

Les boîtes de nuit, non merci ! Benett lui donna un petit coup d’épaule, avec un sourire que Nath’ déduisait comme goguenard.

“Après un ou deux verres, je suis persuadé qu tu vas aimer ! En plus, Anderson a invité les infirmières du service de cardio !”

Ah voila, il comprenait mieux le sourire et le regard lubrique. Bon sang, pourquoi ses collègues s’évertuaient ils à vouloir le casser ? Ou même, à s’occuper de sa vie sexuelle ? Encore une nouveauté du monde moderne qu’il avait du mal à saisir, cette débauche d’intrusion dans la vie privée.

“Non, je suis occupé ce soir.”

Il essayait d’être le plus laminaire possible, sortant de la salle d’eau en marchant plutôt rapidement dans les couloirs. Mais ce n’était sans compter sur Benett qui le rattrapa.

“Ah ouais ? Tu fais quoi ?”

Sachant qu’il n’allait pas le lâcher, il soupira.

“Tu te souviens de Kitty ? La jeune fille qu’on nous a ramené y a quelques années, qui a survécu à un accident d’avion ?” S

on collègue hocha la tête, très à l’écoute.

“On s’est rendu compte qu’elle avait un gros retard d’apprentissage, qu’elle avait beaucoup régressé entre la malédiction et les drogues qu’on lui a administré. Du coup, en accord avec son psy, je me suis porté volontaire pour les donner des cours sur les basiques.”
“Des cours d’anatomie c’est ça ?”

Il fronça les sourcils, étonné, ne saisissant pas l’allusion.

“Voyons Benett ! Pourquoi je donnerais des cours d’anatomie alors qu’elle n’arrivait pas encore à distinguer les différentes fonctions logarithmiques entre elles !”

Pour toute réponse, il eut droit à un grand éclat de rire et une tape dans le dos.

“Ouais ... cache ton jeu Docteur Mamour, je serais toi je ferais pareil ceci dit. Bon bah ‘bon cours’ alors !”

Nath’ se surprit de ce surnom plus qu’étrange en se rendant dans les vestiaires avant de laisser cette chose dans le coin de son esprit. Ce n’était pas important. Il demanderait à la limite à Emily plus tard.

Se changeant rapidement, il sortit enfin de l'hôpital pour se rendre à la bibliothèque, là où il avait rendez vous avec Kitty. La bibliothécaire avait été très gentille, lui fournissant une salle qu’il pouvait réserver deux jours à l’avance pour lui permettre d’être dans des bonnes conditions d’apprentissage. Ainsi, il disposait d’un tableau, d’un ordinateur et même d’un retroprojecteur. Bon, en vérité, il n’utilisait que le bon vieux tableau, le préférant milles fois plus pour expliquer sa rhétorique. Il avait fait des photocopies aussi, pour qu’elle puisse mieux l’écouter au lieu de prendre que des notes bêtes sans comprendre et il lui faisait faire quelques petites interrogations. Ils avaient convenus qu’ils étudiraient les maths, la physique, la chimie et la biologie. Où cas où elle voudrait pouvoir reprendre des études une fois que sa remise à niveau serait totalement achevé. Nath’ s’y employait coeur et âme, comme il le faisait souvent quand il s’agissait d’aider une personne. Il s’y rendit en moto, préférant se faufiler entre les voitures que plutôt d’attendre dans les bouchons, vu qu’il devait arriver en avance pour tout préparer. Ce qu’il fit d’ailleurs, or, il tomba des nues quand il s’aperçut que la bibliothèque était fermée. Il y avait une petite pancarte, sans raison, qui expliquait qu’elle fermait plus tôt. Alors oui, il avait les clefs de la salle de l’étage, mais pas de la porte d’entrée. Une énorme bouffée d’angoisse le saissit à la gorge. Il regarde autour de lui comme si quelqu’un pourrait l’aider. Il passa même la main dans ses cheveux poivres et sel qu’il commença à arracher. Comment ils allaient faire ? Il ne pouvait pas annuler ! Kitty faisait des progrès et lui faire louper ces deux heures de cours n’étaient pas possible pour son esprit psychorigide. Il fallait qu’il réfléchisse et vite ! C’est quand il vu passer une maman avec une poussette contenant des jumeaux que l’idée arriva dans son cerveau. Pourquoi ? Mystère, mais il sortit rapidement son téléphone pour envoyer un sms à la jeune femme.

“La salle est fermée. Si tu le souhaites, tu peux venir chez moi.”

Il pourrait faire de la place dans sa propre bibliothèque. Enfin ce n’était pas vraiment ça qui le dérangeait. Aller chez lui … c’était quelque chose qu’il estimait important. Il n’avait pas beaucoup de visites, certainement parce qu’il ne voulait faire venir que ses amis chez lui. Et même les quelques pet-sitters qu’il avait engagé pour veiller sur Sparky quand il n’était pas là d’un moment, ne rentraient pas. Il amenait le corgi chez eux. Kitty était elle son amie ? Bon, il la connaissait depuis un moment maintenant, et il estimait beaucoup mais est ce que la réciprocité était présente ? Il ne voulait pas lui imposer quelque chose, il ne voulait pas la déranger. Après tout, il avait été son médecin, puis maintenant son professeur, il pouvait comprendre la distance, que lui même mettait en réalité. Son téléphone vibra et la réponse fut positive. Alors il lui envoya son adresse tout en accélérant le pas pour rejoindre sa moto. Il devait ranger rapidement avant qu’elle n’arrive. Heureusement qu’il habitait en centre ville, et qu’en moins de dix minutes il était sur son palier, courant pour monter les marches jusqu’au 3e étage. Sparky aboya énergiquement, content de retrouver son maître stressé qui ne prit même pas le temps de se poser pour ranger. Mais que pouvait il bien ranger alors que son immense appartement était aussi propre qu’un sou neuf ? Seul dieu pouvait le savoir, et lui même. Si bien qu’il sursauta quand la sonnette retentit.

“Déja ???”

Il avait l’impression qu’il venait juste de rentrer. Bon au moins, il avait pu mettre de l’ordre dans sa paperasse -déja rangé bien entendu- et sortir son ancien tableau de quand il était étudiant en médecine. Nerveux, comme à son habitude quand il sortait de sa zone de confort -enfin il l’était tout le temps, même dedans- , il se dépêcha pour aller ouvrir à la jeune femme - espérant que ça soit elle et pas un dangereux psychopathe-

. “Bonsoir Kitty ! Je suis vraiment désolé de ce changement de programme inopiné.”

Il faillit la faire attendre sur le perron, faisant des petits gestes nerveux des mains.

“Viens, oui, rentre, excuse moi.”


Cela faisait vraiment longtemps qu’il n’avait pas reçu quelqu’un d’autre qu’Emily chez lui - qui avait la clef maintenant-, il en avait presque perdu les uses et coutumes. Il fronça les sourcils en voyant Kitty passer devant lui avait deux gros sacs en papier mais préféra ne rien dire. Ce n’était pas ses affaires après tout, mais Sparky en avait décidé autrement. Le chien déboula comme une fusée du fin fond du couloir, reniflant et aboyant comme un fou, faillant même se jeter sur la blonde.

“Doucement Sparky ! Ce ne sont pas des manières !”

Il essaya de pousser le chien, sans grand succès, surtout que Kitty n’aidait pas à le faire partir.

“Je … je ... nous ai installé dans la bibliothèque. On y sera plus … à l’aise pour étudier. J’ai pensé que c’était mieux que … que mon atelier, il est vraiment en foutoir et je n’ai absolument pas eu le temps de le ranger.”

Bien sur, si Kitty le verrait, elle comprendrait que Nath’ exagérait sans s’en rendre compte, focalisé sur son tic de rangement. Oui, il y avait quelques feuilles qui trainaient, des dessins non abouti ou encore des papillons en attente d’être épinglé mais rien de grave.

“Tu … tu me suis ?”

code by Chocolate cookie


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

Even in the worst situations, hope is still there

⊹ No colors anymore I want them to turn black. I see a line of cars and they're all painted black with flowers and my love, both never to come back. I look inside myself and see my heart is black. I see my red door and it has been painted black maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82851-je-crois-que-m

Kitty Sokolovitch



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kitty Sokolovitch


╰☆╮ Avatar : Rose McIver

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Lisana Strauss, la mage revenante.

✓ Métier : Elle enchaîne les petits jobs pour financer ses études de vétérinaire. Le dernier en date, cantinière à la caserne, mais elle se fait aussi pet sitter et va régulièrement aider sa sœur au Fantasia.
☞ Surnom : Kitty c'est déjà digne d'un surnom. Sinon, Kitkat. Oui, il a osé.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 26
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 1 Oct 2019 - 8:20



Quiproqui ? Quiproquo bien entendu !

NATH & KITTY




Kitty était rentrée sans détours de la caserne aujourd’hui, slalomant entre les voitures et feux rouges pour rentre chez elle, sans vraiment se soucier du code de la route, comme la personne responsable qu’elle était. Elle adorait faire du vélo, le vent dans ses cheveux, le tiraillement dans ses muscles, l’impression, un peu, de voler, d’être une wonderwoman… Ce qui était sûr c’était que, si un indien dans la ville avait eu un vélo, il n’aurait jamais pensé à rentrer chez lui.

Elle grimpe les marches de son appart quatre à quatre, pour attraper son sac spécial cours du soir. Au début, elle le refaisait à chaque fois, mais, évidemment, oubliait la moitié des choses, notamment ces crayons qui passaient leur temps à se perdre mystérieusement (elle avait bien une théorie, qu’un des animaux sous sa garde était féru de crayons à papier bios, mais ce n’était pas encore prouvé), si bien qu’après avoir délesté Nathanaël d’une bonne partie de son matériel, elle avait pris les choses en main en faisant un sac spécial avec ses cahiers, sa trousse, et un magnifique pendant d’Einstein avec les cheveux roses qui s’y balançait. Et depuis ? Plus d’oubli.

Elle est prête à partir lorsqu’elle sent son portable faire « miaouuuuuu », signe qu’un sms était arrivé. Il y en avait peu, heureusement, car elle avait bien fait comprendre qu’elle préférait encore être appelée que de devoir taper sur un écran tactile. Déjà qu’elle avait du mal à écrire avec un stylo, hein. Après avoir réussi à déverrouiller l’écran, elle écarquille les yeux. Ça, elle ne s’y attendait pas ! Nath, qui lui donnait un rendez-vous ! Elle n’allait pas dire non ! Elle comptait bien faire rentrer des paillettes et des arc-en-ciel dans la vie de son docteur/professeur trop sérieux. C’était l’occasion rêvée !

« Ce qu’il est mignon ! » Elle gratouille son chat sur la tête lorsqu’il s’approche pour réclamer à manger, et accélère, préparant les repas pour tous les animaux, appelant Gabrielle et Mikhail pour organiser la garde de sa ménagerie, ils avaient les clés de toute façon et pouvaient passer quand ils voulaient. Elle répond à son ménage par un simple émoji avec des cœurs dans les yeux, et fait ses bagages express, fourrant ses vêtements dans un gros sac à dos, ainsi que les fameuses affaires de cours, puis elle pédale comme si sa vie en dépendait, même si c’était juste son week-end. Il n’était pas trop trop loin, heureusement, parce que avec les deux gros sacs qu’elle avait rempli de conneries à manger, et qui tenaient en équilibre avec elle et son vélo… Ça aurait facilement pu tourner à la catastrophe. Pas que Kitty s’en soit posée la question un seul instant, non. Elle y allait, « Yolo » comme ils disaient. Ce qui était certain, c’est qu’ils allaient s’amuser ! C’est donc avec cette idée derrière la tête qu’elle attache son vélo, remercie la petite dame qui lui ouvre la porte d’un grand sourire et va sonner à la porte.

« Salut Nath ! » s’exclame-t-elle joyeusement dès que la porte s’ouvre sur le séduisant docteur, toute transpirante et chargée comme une pirogue après sa course. « Qu’est-ce que tu racontes ! Le changement, c’est bien. Puis ça me fait plaisir que tu m’invites chez toi ! Wow, mais c’est grand ! » Elle passe devant lui et s’avance un peu, toute excitée de découvrir l’antre du mystérieux Nathanaël, et ses yeux s’accrochent directement aux splendides papillons multicolores sur les murs « Oh mais c’est qu- »

Elle est interrompue par des aboiements surexcités et une attaque frontale d’une adorable boule de poils comme elle les aimait tant. Kitty lâche aussitôt ses sacs et ruine tous les efforts de son hôte pour tenir le chien en place… « Ooooooooooow mais tu es a-do-ra-ble toi !!! » Elle se laisse tomber à genoux et le laisse la renifler et lécher son visage en riant, le gâtant de caresses avec sa voix spéciale ‘parler aux animaux’ : « Oh oui, tu es cute, tellement cute, comme ton maître ! Mais oui, mais oui, c’est qui le plus cute des corgi ? C’est Sparky ! »

Parce que si elle n’était pas vraiment la plupart des mots de son pauvre professeur -trop occupée à devenir gaga devant son chien, qui finit par se mettre sur le dos en agitant les pattes dans tous les sens pour qu’elle lui gratouille le ventre- elle avait au moins retenu le prénom.

« Tu sais je ne peux pas avoir de chiens parce que mon appart est trop petit, il serait malheureux !! Mais je p-pense qu’un chien à la Guilde, ce serait bien, le terrain est grand, il pourrait même y en avoir plein ! J’espère que ça dérangera pas Jude, c’était un chat avant, mais je ne choisirais pas des animaux trop agressifs, que ça convienne à tout le monde ! » Elle parle, parle, beaucoup mais pas forcément vite, bute un peu sur quelques mots, plus elle avait à dire, plus elle avait du mal, même avec toutes ces années. Son cerveau avait encore du mal avec certains raccords, mais tant qu’elle arrivait à s’exprimer, c’était l’important, non ?

Elle continue de couvrir de caresses le chien, se rend compte qu’elle n’a pas écouté un traître mot de ce que lui avait dit Nath : « Si j’avais su j’aurais ramené à manger pour lui aussi ! J’ai pris de quoi grignoter pour tenir tout le weekend, mais je dors toute nue, j’espère que ça ne te dérange pas ? J’ai vraiment hâte ! » Elle lève la tête vers lui le temps de lui décrocher un grand sourire : « Tu vois, se fier aux apparences, c’est nul, tu as l’air plutôt « coincé » comme ils disent mais, en fait, tu fais ce genre de choses aussi ! On va s’amuser. Oh tu m’expliques pour tous ces papillons ?

Kitty, ou l’art de la surinterprétation et de lâcher des bombes sans s’en rendre compte.

(c) ANAPHORE

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Kitty-Kat
« Je suis rentrée à la maison, et je ne partirais plus jamais » Oups, j'me suis perdue 2.0, c'était pas le bon monde . On recommence ?


Nathanaël V. Van Dort



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Nathanaël V. Van Dort


╰☆╮ Avatar : Richard Madden

Ѽ Conte(s) : Les noces funèbres
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le marié presque cadavérique, Victor !

✓ Métier : Chirurgien orthopédique et traumatologue
Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  QwHp4Hh

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 453
✓ Disponibilité : Dans un coin en mode ninja

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 11 Jan 2020 - 16:17





Nath' & Kitty

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu !


Nathanaël regardait Kitty les bras chargés sans vraiment trop pourquoi elle avait les bras remplis de paquet. Peut être qu’elle avait fait quelques courses personnelles avant de venir et qu’elle n’avait pas eu le temps de les poser chez elle. C’était l’idée qui venait en premier dans l’esprit du jeune homme. Préférant se mordre la langue plutôt que de dire que ce n’était pas vraiment une invitation dans les règles de l’art, étant donné que si la bibliothèque avait été ouverte il ne l’aurait pas fait, il l’invita plutôt à ce qu’elle le suive dans la pièce qu’il avait dédié à leurs révisions et apprentissages. Cependant, comme souvent d’ailleurs, Sparky ruina tous les efforts de son maître pour paraître crédible, alors il laissa quelques minutes en suspens, ou ce sacré toutou recevait toute l’adoration du monde. On ne pouvait clairement pas dire qu’il était malheureux comme la pierre. Si Nath’ appréciait la malédiction pour une chose, c’était bien pour ça, pour avoir rendu à son chien mort une vie de joie et d’amour. Réitérant la proposition à Kitty après que Sparky lui ait fait un nettoyage de visage digne des plus grands salons de beauté, il lui lança un petit coup d’oeil, hochant la tête.

“Je comprends. Un chien c’est beaucoup d’entretiens et de responsabilités. Il ne faut pas prendre cela à la légère.”

Comme elle lui avait dit plutôt, son appartement était grand. Il avait de la chance de bien gagner sa vie, et d’être plutôt économe. Ainsi il pouvait payer le loyer sans vraiment se soucier de son compte en banque. Il y avait même un endroit réservé uniquement pour Sparky tant c’était immense. Il ne lui serait jamais venu à l’idée de prendre Sparky dans un petit appartement. Heureusement mine de rien que Sparky l’avait retrouvé après la levée de la malédiction. Certes, il n’était pas encore Crésus, mais il ne vivait plus à la cour des miracles. Cela aurait été un crève coeur pour lui de voir son chien malheureux.

“Pardon ? À manger ?”

Nath’ fronça les sourcils, ne voyant pas vraiment de quoi Kity voulait parler. Elle le perdait de plus en plus. Pourquoi parlait elle d’être toute nue ? Et de dormir le week end ? Le jeune homme fit une magnifique imitation d’un poisson rouge, balbutiant, se sentant petit à petit se décomposer.

“Nue … mais … mais diantre pourquoi serais tu nue ?”

Benett était il à l’origine de cela ? Comment Kitty aurait elle pu entendre son collègue parler de cours d’anatomie ? Parce que là, actuellement, c’était la seule explication qu’il voyait au fait qu’elle voulait être nue …

“Que … de … je suis lépidoptériste, c’est à dire que j’étudie tous les lépidoptères, plus communément appelé papillons. J’en élève certaines catégories au grenier pour éviter de les tuer, et je les récupère quand ils meurent … mais attend …

Nathanaël prit sa tête entre sa main avant de la mettre devant Kitty. Elle avait le don de le faire partir de sa conversation originelle. Surtout qu’il pourrait parler pendant des heures de sa passion pour les papillons, de ce qu’il faisait, de ce qu’il étudiait.

“Attend vraiment … pourquoi tu veux être nue ? Je … c’est que … tu n’as pas à être nue ici … nous n’allons pas faire des cours d’anatomie et même si cela aurait été le cas … je t’aurais montré sur un mannequin ou sur des diapositives.”

Il devait mettre ça au clair au plus vite. La nudité était une chose qui le mettait assez mal à l’aise, comme la plupart des choses. Fronçant à nouveau les sourcils, son cerveau marchait à toute vitesse, gonflé à bloc par l’angoisse.

“Puis tu n’aurais pas du ramener à manger. Cela as du te faire des frais supplémentaires.”


Nath’ pensait pratique. Il savait que Kitty ne roulait pas sur l’or. Certes, sa fratie était là pour l’aider en cas de besoin mais il savait aussi qu’elle voulait être indépendante financièrement. Alors faire des achats inutiles était une chose qu’il ne comprenait pas et il ne voulait surtout pas la mettre dans une situation économique difficile.

“Si tu avais vraiment faim à la fin de notre cours j’aurais pu te cuisiner quelque chose. Je ne t’aurais pas laisser mourir de faim voyons !”

Quand même ! Nath’ se trouvait être un gentleman du 18e siècle, jamais oh grand jamais il aurait laissé quelqu’un avoir l’estomac vide chez lui, encore plus une demoiselle. Mais il ne comprenait pas pourquoi Kitty rigolait, et pourquoi elle s’approchait dangereusement de lui, bien trop proche de lui. Ne connaissait elle pas la notion de sphère privée ? D’espace vital ? Il allait falloir qu’il le lui apprenne, et rapidement. Pour l’instant il fit un pas en arrière, mettant les mains devant lui comme si elle allait le contaminer d’on ne sait quoi -sachant surtout que ce n’était en rien une barrière-. Il rigola lui aussi, mais beaucoup plus nerveusement que la jeune femme. Il l’observait attentivement, comme s’il voulait anticiper les mouvements qu’elle allait faire. Ce temps d’analyse eut grâce pour son cerveau et il comprit, les paroles de Benett prenant maintenant un tout autre sang.

“Sapristi … par la grâce de Dieu … il y a méprise total Kitty !”

Refaisait une parfaite imitation du poisson rouge, il se recula encore plus, jusqu’à cogner son dos contre la porte, sentant son propre coeur voulant fuir son corps. C’était peut être même lui qui cogner contre la porte dans cette intensité absolue. Il avait même du mal à respirer alors que son visage terminé de perdre le peu de couleurs qu’il avait, passant du gris au blanc le plus cassé.

“Je … je ne veux rien faire du tout avec toi ! Cela serait abuser de ta confiance de part la mission que tu m’as confié de tout te réapprendre.”

Il y avait déja ça d’une part. Un clair pouvoir d’abus d’autorité que Nath’ ne supportait pas. À son époque, il s’était battu contre le droit de cuissage, le dénonçant sans vraiment d’effet positif. Il ne supportait pas que l’on puisse obtenir des faveurs sexuelles grâce à son statut social. Alors il n’allait clairement pas le faire lui même. Bon, il savait que les moeurs avaient évolués, mais il était persuadé que cela restait quand même actif dans certains milieux.

“Et puis … tu n’es pas vraiment mon genre de personne …”

Il déglutit, s’étouffant à moitié tout en faisant une petite grimace. Parler de ce genre de choses n’était pas naturelle pour lui. Déja quand Emily le poussait dans ses retranchements il se cachait six pieds sous terre, mais c’était Emily, il faisait quand même quelques efforts et il en parlait. Il y avait aussi Claude, et JB, mais c’était tout. De plus, depuis qu’il avait fait son coming out quelques années auparavant, et que cette expérience avait été des plus négatives possibles, il s’était presque juré qu’il se tairait. Sur toutes ces choses. Qu’il préférait intériorisé. Mais là, dos au mur -métaphoriquement comme concrètement- c’était la seule chose à faire pour briser le quiproquo.

“Tu es très jolie Kitty mais … mais tu as des attributs en plus au niveau de là …. et d’autres en moins.”

Il avait fermé les yeux à moitié en montrant la poitrine de la jeune femme qui continuait de glousser. Lui n’était pas du tout dans un état d’esprit d’amusement. La situation était très très gênante et il avait juste envie de fuir pour aller s’enfermer dans sa chambre à jamais.

“Je … je … je suis vraiment désolé si tu as cru … que quelque chose était possible entre nous … même juste pour … faire du …. du sexe sans relation d’amour….”

Heureusement qu’Emily lui avait expliqué que maintenant, les gens aimaient bien coucher avec n’importe qui, n’importe quand, surtout grâce aux applications de rencontres. Ce n’était plus réservé aux prostitués mais à toute la population. Les moeurs avaient quand même bien évolués en trois siècles et demi.


code by Chocolate cookie


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

Even in the worst situations, hope is still there

⊹ No colors anymore I want them to turn black. I see a line of cars and they're all painted black with flowers and my love, both never to come back. I look inside myself and see my heart is black. I see my red door and it has been painted black maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82851-je-crois-que-m

Contenu sponsorisé








Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch  _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Quiproqui ? Quiproquo bien entendu ! } feat Kitty Sokolovitch





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations