YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb


YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb


YOU ARE
MY BUDDI

OCT 2019
de seb



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ You Are my Buddi ☆ Evénement #115
Une mission de seb - 20 octobre 2019
Une mission toute mignonne, toute gentille !

Partagez
 

 The unknown is on its way » Cadavérique Nath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maximilien A. Bayne


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Maximilien A. Bayne


╰☆╮ Avatar : Antoni Porowski.

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bαymαx.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 272

The unknown is on its way » Cadavérique Nath _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 30 Sep 2019 - 13:55



The unknown is on its way
MAIS TU SAIS MOI JE MORDS TES RÊVES IMAGINAIRES.


Pour certains, les matins étaient synonymes de difficultés à sortir de son lit et à aller travailler… Mais pas pour Max qui, comme tous les jours, quittait sa chambre à 6h30 précises pour aller avaler une recette de smoothie qu’il avait appris récemment. C’était Julian qui, en l’embauchant à la salle de sport Cooper Training, lui avait filé pas mal de bouquins sur une alimentation healthy et équilibrée – en plus des programmes d’entrainements sportifs – que le robot s’était empressé d’enregistrer. En moins d’une semaine, il avait appris plus de trois cent façons de s’alimenter en fonction des données biologiques et physiologiques humaines et proposé divers programmes à Julian qui en était resté sidéré ; sans compter sur sa capacité à cibler les meilleurs exercices à faire chez les clients de la salle. Rapidement devenu indispensable, Maximilien s’était alors partagé entre son travail au bar du Comics Burger, ses remplacements aux urgences de l’hôpital et son boulot de coach sportif et, plus d’un an après, il semblait toujours autant en forme qu’au départ. Il fallait reconnaître que ses calculs étaient généralement efficaces et qu’il connaissait parfaitement sa propre physiologie pour savoir quand dormir, quand s’alimenter et quand il ne pourrait pas assurer convenablement son rôle. Tricheur ? Peut-être. Mais il n’en avait même pas conscience.

Sept heures, réglé comme une horloge il quitta son appartement et couru les trois kilomètres qui le séparaient de Cooper Training pour arriver bien avant les autres employés mais, parfois, après certains habitués. La salle était ouverte de 5h30 à 00h tous les jours, accessible par des badges personnalisés, afin de permettre à tous d’en profiter à sa guise ; si Max était généralement le premier sur les lieux, il arrivait que Julian le devance pour régler des papiers administratifs ou en préparation de certains compétitions. Il était un peu bourru et au caractère solide, mais Maximilien l’avait rapidement apprécié sans trop comprendre pourquoi ça n’aurait pas été possible. Julian semblait s’être mis à cœur de jouer les « grands frères » et de lui faire « découvrir le monde » depuis qu’il avait appris qu’il était un robot, ce qui l’avait directement classé dans une source fiable de nouvelles données. Une relation positive était toujours la bienvenue !

La lumière du bureau était éteinte, Julian n’était pas là lorsque Max rangea ses affaires dans son casier. Il contourna le comptoir, alluma les ordinateurs pour qu’ils soient opérationnelles quand Carmen – la secrétaire – arriverait et se dirigea vers les salles pour vérifier chaque appareil. Trois personnes se trouvaient déjà sur place, prises dans leurs écouteurs et concentration, et saluèrent le jeune homme d’un signe de la main en l’apercevant. Un sourire doux sur le visage, Maximilien s’attela à sa tâche minutieusement durant de longues minutes. Il ne faudrait pas que quelqu’un se blesse ! Puis il fit le tour des bacs à serviettes pour en déposer des propres, combla quelques espaces avec des bouteilles d’eau, remplis le distributeur d’eau gratuite, et lança la blanchisserie pour que du nouveau linge soit rapidement disponible. Il s’assura que les douches avaient été convenablement nettoyées, écouta la vie de famille de Benie, la femme de ménage, avec attention et déverrouilla l’accès au spa en dernier.

Il venait de grimper derrière le comptoir du bar de la salle – une zone ne servant que des cocktails sans alcools et healthy – lorsqu’une jeune femme blonde, serviette autour du coup et souffle court de sa séance, s’approcha de lui.

« Hey ! Toujours aussi ponctuel… Est-ce qu’un seul jour dans ta vie tu as été en retard quelque part ? »

Elle lui adressa un sourire amusé auquel il répondit, se baissant pour ouvrir le frigo et en sortir quelques jus de fruits.

« Bonjour, Elsa. » Salua-t-il, poliment. « Non, pas que je sache. La ponctualité est un de mes principaux moteur d’action. Tu es, en revanche, plus matinale que d’ordinaire. »

Un simple coup d’œil à ses fonctions biologiques lui permettaient de savoir qu’elle était debout depuis longtemps et qu’elle s’entraînait probablement depuis l’heure d’ouverture de la salle. Il l’avait vu sur les tapis de course, son domaine de prédilection, et elle était encore ruisselante de sueur. Elsa venait quasiment tous les jours à Cooper Training, dans diverses états d’esprit et avait pris l’habitude de discuter souvent avec lui ; elle était gentille et agréable, même s’il ne comprenait pas toujours ce qu’elle appelait « sarcasme ».

S’installant sur l’un des tabourets face au bar, elle fit la moue.

« J’avais besoin de courir. »

Traduction : besoin d’évacuer des pensées trop invasives de mon esprit par une dépense énergétique conséquente. Max eu un léger sourire en se rendant compte qu’il avait compris le sous-entendu !

« Ton travail ne se passe pas très bien ? »

« Disons que je préfère quand je dois me rendre à Houston, j’ai moins la possibilité d’apercevoir la tête d’un certain individu… »

Max la fixa un instant, versant dans un mixer quelques fraises suivi de graines. Pour le coup, son cerveau analysa plusieurs visages et possibilités sans être certain de l’évidence. Fronçant les sourcils, il lança l’appareil après l’avoir bien couvert et reporta son attention sur Elsa.

« Tu parles de… »

« Théo. »

« Elle parle toujours de Théo ! » S’exclama une voix amusée en apparaissait derrière l’épaule d’Elsa, la gratifiant d’un baiser sonore sur sa joue pour couvrir son grognement. « A se demander si tu n’es pas un peu obsédée par ce type ? A force d’en entendre parler, j’ai l’impression de le connaître depuis longtemps ! Pas toi ? »

Max fit non de la tête. Il ne connaissait pas ce Théo, pourquoi le connaîtrait-il ? Elsa infligea son poing dans l’épaule de Julian en réponse, sa mine boudeuse s’éclairant de nouveau une fois que Max lui tendit un verre de smoothie. Il fit de même à son collègue, qui s’en empara aussitôt.

« Bonjour, Julian. »

« Toujours aussi parfait… ! »

Max ne sut pas très bien s’il parlait du smoothie qu’il était en train de dévorer ou de lui, mais jugea qu’il n’était pas très utile de poser la question. Ce genre de vanité ne lui appartenait pas vraiment, les laissant plutôt apprécier une boisson revigorante tandis que la salle prenait de plus en plus vie derrière eux.

« Alors ? Il vient aujourd’hui ? » Reprit finalement Elsa.

« Qui ? » S’enquit Julian, soudain intéressé.

« Le beau chirurgien que Max coach ! »

Julian émit une grimace significative tandis qu’elle riait.

« Oui. A 9h30, normalement. » Répondit Maximilien, imperturbable.

La jeune femme semblait plus que ravie, sans raison aucune, tandis que Julian se rembrunit un peu. Max savait qu’il n’appréciait pas forcément tous les clients de l’endroit mais qu’il devait rester professionnel ; en revanche, il ne comprenait pas quelle inimitié le liait à son client. Une espèce de mystère qu’il faudrait élucider un jour…

« Tu sais que s’il te prend trop de temps, tu peux le passer sur des cours collectifs ! »

« Non, il me prend exactement le temps dont il a besoin. » Rétorqua Max, poliment, en penchant la tête sur le côté. « Et il ne veut pas de cours collectifs. »

« Ouais, bah faudrait qu’il s’y mette un peu… »

Julian avait grommelé sa dernière phrase en s’éloignant du bar, partant à la rencontre d’autres clients ; laissant Elsa avec un petit air amusé et un Max qui terminait de nettoyer la vaisselle utilisée.

« Si je le connaissais pas, je dirais qu’il est jaloux. »

« Jaloux de quoi ? »

Max contourna le comptoir pour arriver à sa hauteur ; elle bondit du tabouret et posa une main compatissante sur son épaule quelques secondes. Quand elle prenait cette mine, le robot savait que ça signifiait qu’il ne comprenait pas tout ce qu’elle voulait dire et, pour le coup, il aurait apprécié lui poser la question… Mais elle ne lui en laissa pas le temps, désignant le sas d’entrée du menton.

« Amuse toi bien avec monsieur le beau chirurgien ! »

Un clin d’œil plus tard et elle filait en direction des vestiaires, laissant Maximilien sur place et un peu déconcerté. Qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer qu’il n’aurait pas compris ni remarqué ? Parfois, la logique humaine lui passait encore très loin au-dessus. Mais lorsque son client franchit la porte de la salle et l’aperçu, il ne put retenir le sourire spontané qui apparut sur ses lèvres et tenta de réfréner les battements soudain plus rapide de son cœur. Ce n’était pas professionnel, voyons ! Ni même très normal chez lui… Il faudrait qu’il étudie la question.

Il tendit la main pour serrer celle du nouvel arrivant et ce contact chaleureux lui plu. Encore.

« Bonjour, Nath... ! »

black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

ici tout l'monde déraille
thérapie taxi ☾ Y'a les phrases que tu dis, les phrases de mec facile. Les phrases que j'oublie bourré dans la nuit et ton corps qui se tord seulement pour me plaire, mais tu sais moi je mords tes rêves imaginaires.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t78074-i-heard-a-soun

Nathanaël V. Van Dort


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Nathanaël V. Van Dort


╰☆╮ Avatar : Richard Madden

Ѽ Conte(s) : Les noces funèbres
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le marié presque cadavérique, Victor !

✓ Métier : Chirurgien orthopédique
The unknown is on its way » Cadavérique Nath ASznSfh

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 391

The unknown is on its way » Cadavérique Nath _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Hier à 16:44





Nath' & Max'

The unknown is on its way




Ouvrant les yeux rapidement, Nathanaël fut à l’écoute du moindre bruit dans son immense appartement du centre ville. Quelque chose venait de le réveiller et ce n’était pas normal. Un bruit étrange, un bruit pourtant quasi inaudible mais pas pour lui. Tournant légèrement la tête dans son lit, il discrimina ceux habituel. La respiration rapide de Sparky au pied de son lit. Les sifflements de certains oiseaux qu’il avait, à l’étage, dans les combles qu’il avait aménagé comme une véritable serre exotique, préférant les avoir comme ça qu’en cage. Plus pratique aussi pour l’étude des papillons, qu’il n’avait pas besoin d’aller chasser tous les dimanches, mais uniquement une fois par mois. Le bruit du réfrigérateur aussi, qui s’enclenchait de temps en temps. Le bruit du vent à l’extérieur. Puis ce bruit. Ce bruit qui recommença beaucoup plus fortement, sur sa porte d’entrée. Se levant d’un bond, attrapant au passage sa robe de chambre, ça serait inconvenant de rencontrer un voleur en pyjama, il se saisit aussi de la première chose qui lui passait sous la main, c’est à dire un grand chandelier, qui se trouvait en décoration dans le couloir. Quelqu’un essayait de rentrer chez lui par effraction. Quelqu’un essayait de traficoter sa serrure sans ménagement. C’était ça le fameux bruit qu’il entendait depuis une dizaine de minutes maintenant. Le coeur battant, une multitude d'angoisses le prenant à la gorge et lui faisait imaginer le pire des scénarios, Nath’ ne manqua pas de courage - ou était ce du suicide ?- vu qu’il se dirigea vers la porte d’entrée. “Partez ! Partez de là … je … je suis armé !” Il essayait d’avoir une voix claire et forte, malgré les tremblements qu’il pouvait avoir, autant dans son ton que dans ses mains, qui serraient très fortement le chandelier. Bien entendu, personne ne lui répondit. Au contraire, le bruit ne fit qu’augmenter, tout comme sa pression artérielle. Il pouvait entendre sa veine battre dans sa tête. Personne ne rentrerait chez lui sans en subir les conséquences. Même s’il n’aimait pas la violence, il se battrait pour défendre son bien, et son chien. Quand la porte s’ouvrit, Nath’ qui tenait son ‘arme’ bien au dessus de sa tête pour l’abattre sans remord sur son cambrioleur poussa un cri de surprise, suivit d’un énorme soupir. “Fichtre ! Emy !” La jeune femme cligna quelques instants des yeux, regardant le chandelier dans la main du brun, puis le dudit brun avant de se retourner sur elle même et de finir par glousser. “Bah … Nathou’ … qu’est ce que tu fais chez moi ?” Ok, il avait compris. Elle était complètement saoule. Passant une main sur son visage dont les traits se détendaient petit à petit, il lui attrapa le poignet pour la faire entrer et fermer la porte derrière elle. Sparky, qui était resté bien au chaud durant tout cet épisode de stress intense, arriva enfin en aboyant et en sautant sur les jambes d’Emily, qui, bien entendu, s’empressa de lui faire des mamours. “Tu t’es trompé … et tu essayais d’ouvrir ma porte avec ta clef.” Pour toute réponse, il l’entendit rigoler en essayant de se relever, titubant et s’accrochant au premier meuble sur sa gauche, manquant de renverser les bibelots -nombreux- qu’il avait. Grimaçant, il se précipita sur elle, la conduisant au salon. “Tu sais quoi ? C’est pas grave. Tu vas rester ici pour la nuit !” “J’ai faim Nathou !” “Eeeet je vais te faire à manger …” Elle tapa dans ses mains alors qu’il partit dans sa cuisine ouverte à l’américaine. Il en profita pour jeter un coup d’oeil à sa grande horloge métallique. 3h45 du matin. Super. Ce n’était pas comme s’il avait une journée chargée qui allait lui tomber dessus. Il soupira encore, en mettant son tablier. Il ne pouvait pas la renvoyer chez elle. Même si ça avait été une inconnue dans la rue qu’il aurait croisé, il l’aurait aidé. Alors Emily. La question ne se posait même pas. “J’étais avec Tan, Julian et Kamaro ! C’était très marrant. On a dansé, on a bu ! ” Il ne l’écoutait que d’une oreille, restant concentré sur le plat qu’il allait lui préparer. Des pâtes aux lardons, simple et efficace pour combler les fringales nocturnes alcoolisées. “Mais Max était pas là. Ça c’était nul.”

A l’entente de ce prénom, Nath’ se retourna vivement, avant de remercier la pénombre qui cachait la rougeur qu’il sentait apparaître sur ses joues. “Ah. Bah… il devait être occupé.” "Ou c'est parce que tu n'étais pas là ..." Il haussa les épaules avant de faire comme si de rien n’était, retournant à la préparation du refrito qu’il faisait dans la poêle. Max. La plus belle surprise qu’il avait eu quand il était revenu de Boston, 8 mois plus tôt. La plus belle, et surtout la plus angoissante. Il lui était rentré dedans en prenant son poste de garde aux urgences, la semaine de son retour, et il avait été plus que surpris en apprenant qu’il travaillait là aussi, de temps à autre. Il avait bégayé, ne sachant même pas quoi dire tant il était déconcerté par lui. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas ressenti quelque chose d’aussi fort, qu’il en avait été perturbé. Encore plus quand Emily - cette traîtresse- l’avait inscrit à la salle de sport sans même l’en parlait ! Il lui avait fait la tête, pendant quelques jours, encore plus quand il avait vu qui était son coach. Certes, au fond, il avait besoin de sport. Il en faisait souvent à Boston, allant courir le matin avant de prendre son service. Mais il n’aimait pas ça. Il n’aimait pas qu’on le regarde faire. Il n’aimait pas avoir trop de gens autour de lui. Il n’aimait pas faire du sport avec des inconnus. Il n’aimait pas point barre. Et Emily le savait. C’était ça qu’il lui reprochait. Sauf, qu’elle avait été vicieuse jusqu’au bout, en lui prenant un coach. Mais pour qui le prenait il ? Il savait ce qui était bon pour son corps, il n’avait pas besoin d’un coach. S’il avait râlé, il avait déglutit en voyant qui était le fameux coach. Décidément, il était partout. Il avait vraiment failli se désabonner le jour même d’autant plus quand Max avait énoncé toutes les ‘conditions’ auxquelles il était soumis. Il avait rougi si fort quand il avait entendu le point sur pas de relations sexuelles, qu’il pensait qu’il avait encore des plaques dans son cou. Au moins c’était clair, net et précis. De toute façon il n’en voulait pas. Même si, il devait se l’avouer, Max était particulièrement beau. Mais ce n’était pas ça qu’il recherchait et il lui avait répondu vivement que ça lui convenait, vu qu’il venait ici pour faire du sport et rien d’autre. Ainsi, depuis le mois de juillet, deux fois par semaine, il y allait plus ou moins sereinement. Il le croisait aussi à l'hôpital, au dispensaire, et parfois dans les maraudes auxquelles ils participaient. Ils avaient eu l'occasion de discuter en dehors de la salle de sport, et Nath’ ne l’avait pas trouvé que beau, mais aussi très intelligent. Cependant, quand la vérité avait éclaté, il en avait été encore plus déboussolé. Un robot. Il était un robot. Lui qui n’arrivait même pas à utiliser son téléphone pour faire autre chose que téléphoner. Et ça le perturbait énormément. Il avait tant de questions sur le bout de la langue à lui poser, mais qu’il n’osait faire, de peur de paraître grossier voir impoli. C’est le ronflement d’Emily qui le sortit de ses pensées. La jeune femme venait de s’endormir comme une masse sur le canapé. Nath’ soupira une énième fois. La cuisson était presque terminée, il n’allait pas arrêter maintenant et jeter. Ce n’était pas dans sa mentalité de faire du gaspillage alimentaire. Laissant le feu doux cuire encore quelques minutes les lardons, il alla mettre l’un de ses plaids sur elle, après lui avait enlevé ses chaussures et déboutonner son pantalon. Il caressa Sparky qui s’était calé dans le creux de ses jambes.

Prenant une assiette de pâtes, plus par gourmandise que par faim, il se dirigea dans son bureau. Il savait qu’il aurait du mal à se rendormir, alors autant mettre à profit le fait qu’il soit réveillé. Tant pis, il se coucherait plus tôt ce soir. Posant délicatement son assiette à coté, il allait terminer son brouillon de l’article médical qu’il devait rendre en fin de semaine pour une revue prestigieuse qui l’avait contacté. S’il aurait le temps, il commencerait peut être même à le rédiger, d’abord sur son carnet de note, n’utilisant l’ordinateur qu’en dernier recours. Il ne vu absolument pas le temps passer, et c’est son réveil qui le tira de sa concentration extrême. Réveil, qui aurait du le tirer de son lit et pas de son travail. S’étirant, baillant un peu, il attrapa son assiette, vide, pour aller la mettre dans le lave vaisselle et regarder par la même occasion si Emily était toujours vivante -oxymore bien sur- . Elle dormait, il avait vérifié son pouls, à point fermé, Sparky n’ayant toujours pas bougé de là. Un petit sourire se dessina sur son visage aux traits fatigués alors qu’il prit la direction de la douche. L’eau brûlante lui fit hésiter sur le fait d’aller à sa séance de sport matinal. Devrait il annuler ? Il n’allait pas être vraiment au mieux de sa forme, et il préférait clairement mettre son énergie dans son travail par la suite. Mais d’un autre côté, le fait que ça soit Max … lui donnait le courage d’y aller. Non, il ne pouvait pas décommander juste pour ça. Il prendrait son mal en patience et réaliserait tout sans faute, pour ne pas décevoir. Comme d’habitude. Rapidement, il termina de se préparer, avec son habituel style vestimentaire strict quand il devait aller à l'hôpital par la suite. Il vérifia que ses affaires de sports étaient bien dans son sac, termina d’écrire un mot qu’il laissa à Emily et fila comme une ombre, sans un bruit. Le temps était brumeux, et il serra sa veste contre lui alors qu’il accélérait le pas. Il n’était pas loin de la salle de sport, et préférait y aller à pieds qu’en voiture. Il ne comprenait pas d’ailleurs la mentalité des gens qui prenaient leurs automobiles pour faire quelques mètres seulement. Enfin, il ne comprend souvent pas les gens de cette époque, totalement différente de la sienne. Frottant son visage pour se donner meilleure mine, ayant vu son teint pâle cadavérique dans le reflet de la vitrine, il passa l’entrée de Cooper training en essayant de se motiver. Et quelle merveilleuse motivation que de voir Maximilien lui sourire grandement. “Bonjour Max. Comment … comment vas tu ?” Il répondit à sa poignée de main sans hésitation alors qu’il sentait à nouveau l’angoisse grandir dans sa poitrine. “Alors ? Que m’as tu concocté pour cette heure et demie d'entraînement ?” Il essayait de ne pas trop le fixer bizarrement, comme il avait tendance à faire, mais c’était plus fort que lui, il voulait l’observer, tout en le suivant dans les vestiaires.

code by Chocolate cookie


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

Everything restart !
Lady Death, do you love me ?⊹ Time, time, time. See what's become of me. While I looked around for my possibilities . I was so hard to please ! Look around leaves are brown and the sky. Is a hazy shade of winter. Hang on to your hopes my friend, that's an easy thing to say but if your hopes should pass away Simply pretend that you can build them again
 Page 1 sur 1

The unknown is on its way » Cadavérique Nath





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Salle de Sport