LA DERNIERE
SENTINELLE

15.01.20
de Nora


EVERYTHING
is AWESOME

31.01.20
de Anastasia


TOUT EN
D'OH

14.02.2020
de Regina



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 
-30%
Le deal à ne pas rater :
SEB COMPACT – 10 pièces – Tous feux (Four, ...
69.99 € 99.99 €
Voir le deal


٩(͡๏̯͡๏)۶ EVERYTHING IS AWESOME
☆ Evénement #119 - Une mission de ANYA ☆


Partagez
 

 Le passé ne peut plus revenir, et l'avenir est incertain. [ONE SHOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jefferson T. Hatters



« Boom Baby
T'as le Groove ! »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3006
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Le passé ne peut plus revenir, et l'avenir est incertain. [ONE SHOT] _


Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Lun 14 Oct - 22:10


Le passé ne peut plus revenir, et l'avenir est incertain !



Août 2018 - Le 10e Royaume - Forêt Enchanté


“Jeff ? Qu’est ce qui se passe ?” La voix de Virginia n’arrivait pas à l’atteindre. Il l’entendait oui, mais il s’en fichait. Il était tellement absorbé par le bout de miroir qu’il avait ramassé par terre. Il était entrain de faire une crise, une crise de démence. Tout lui rappelait son emprisonnement, jusqu’aux deux gardiens, qui avait la même tête que ceux qu’il avait eu. C’était sa faute ! À celle qu’il lui parlait ! Sans elle, il ne serait pas là, à l’heure actuelle, entrain de souffrir le martyr, sa cicatrice s’étant réouverte et pas qu’un peu à cause de Regina. Oui, elle l’avait sauvé, et elle s’était excusée, mais ce n’était pas une raison. Et maintenant … alors que Wolf, Ali et les jumeaux avaient essayé de l’arrêter, de le pousser de la jeune femme qu’il était entrain d’étrangler de ses mains, il buggeait. Il buggeait tout simplement parce qu’il voyait dans ce miroir quelque chose qu’il pensait ne plus jamais revoir de toute sa vie. Priscillia. Il reconnaîtrait sa main entre mille, avec la bague qu’il lui avait offert lors de leurs fiançailles. Et le miroir lui montra son visage aussi, quand il le plaça devant le sien. Elle était derrière lui, souriante, magnifique, un ange descendu sur terre mais reparti bien trop tôt. Bien entendu qu’il se perdit dans cette contemplation. Il n’avait pas accepté sa mort. Elle n’aurait pas dû mourir, et toute cette aventure qu’il venait de vivre lui rappelait comme un fer rouge dans sa chaire. La discussion avec Régina. Le passage dans la forêt des âmes. Et maintenant le miroir de la vérité. Mais quelque chose d’autre attira son attention. En faisant bouger le bout de miroir, il aperçut des cheveux blonds. Certes, il aurait pu penser que c’était ceux de Priscilla mais non à la vue de leurs positions. Surtout qu’il n’y avait pas que des cheveux blonds, il y avait un bout du crâne aussi. Inclinant plus le miroir, sa bouche fit un o de surprise et ses mains se mirent à trembler. Tout son corps aussi fut secoué de spasme. Il y avait une petite fille, souriante, qui tenait dans ses mains un coeur en terre glaise, où l’inscription Papa & Maman surplombé les noms de Jefferson & Priscillia. Il serra si fort le bout de miroir que du sang coula de ses mains. Il lui fallut quelques minutes pour atterrir, ne se rendant même pas compte que des larmes coulaient de ses yeux. Se retournant vivement, il se dirigea vers Virginia, en furie. “C'est quoi ça ???” “Quoi ? Tu as vu quoi ?” Elle n’avait pas l’air de comprendre pourquoi Jeff était devenu aussi pâle que la mort, pleurant, et tremblotant aussi fortement qu’une feuille en période d’automne. “Ma femme … j’ai vu ma femme ! Avec … avec une fillette !” Sa voix s’était brisée, et il tomba à genoux, sanglotant vraiment tandis qu’il entendait Regina dire doucement à la jeune femme le drame qui s’était passé. “Le … le miroir ne ment pas Jeff … jamais … ce n’est pas pour rien s’il s’appelle le miroir de la vérité …” Elle eut une sorte de rire nerveux avant de se mettre à son niveau. “Si tu as vu ça … c’est que ta fille est vivante … il n’y a pas d’autres possibilités et …” Virginia fut coupée par Régina, qui après avoir parlé aux jumeaux proposa un plan pour s'échapper de la geôle dans laquelle ils étaient. Une part de Jeff lui donnait raison. Ils devaient sortir absolument de cet endroit pour discuter avec cette reine de pacotille ! Mais d’un autre côté … il voulait juste comprendre toute cette histoire de fou !

Septembre 2018 - La boutique d’Horlogerie de Nivens McTwisp - Storybrook


La petite cloche retentit dans le magasin, suivit d’un énorme claquement de porte. “NIVENS ! MONTRE TOI IMMÉDIATEMENT” Et suivit aussi de la voix forte du chapelier. Il regarda quelques instants les montres avant de se rapprocher du comptoir et d’y donner un coup de poing. “SI TU NE SORS PAS DANS LA SECONDE JE T’ATTRAPE ET JE TE FAIS EN CIVET !” Un petit homme, les épaules voûtées, totalement apeuré, montra le bout de son nez derrière le lourd rideau violet qui séparait le comptoir de la pièce arrière. “Jeff’ ! Pourquoi tant de haine en toi ? Tu … tu ne m’as même pas dit bonjour …” Jefferson qui avait déja fait le tour, attrapa Nivens par le col, le plaquant contre le mur, hésitant presque à le secouer comme un prunier. Le petit cri désespéré qu’il poussa ne lui apporta pourtant aucune satisfaction. “Tu vas me dire toute la vérité maintenant ! Et je te jure que si tu oublies le moindre détails, je te démembre !” Et visiblement, il ne rigolait pas du tout. “La … la vérité ? Mais … mais sur quoi Jeff ? Tu … tu es le seul à avoir gardé la mémoire lors de la malédiction niveau vérité …” Là, il le secoua, le cognant violemment avant de le laisser tomber au sol. Il devait se calmer. Il devait se calmer immédiatement. Il le sentait. Cette colère brute, sauvage, qui dévastait tout sur son passage. Cette colère que la Reine Blanche avait utilisé à ses propres desseins, en lui cachant elle aussi la vérité, chose qu’il ne savait pas encore. “La vérité sur Priscillia ! Ninon … Ninon m’a raconté ce qu’elle avait fait, mais elle n’en savait pas plus vu qu’après elle est partie avec moi, quand TOI, tu m’as jeté dans ce terrier !” “Je t’ai sauvé Jeff ! Qu’est ce que tu voulais que je fasse de plus ?” Nivens était entrain de se relever, se massant le dos en grimaçant, avant de se tenir les mains. C’était donc l’heure. L’heure de la vérité. Il voyait bien que s’il ne parlait pas maintenant, c’était foutu. De qui avait il le plus peur ? De Jeff ? Du chapelier fou ? ou de Wine ? La Reine Rouge ? Actuellement, c’était le chapelier qui l’emportait haut la main. Déja qu’il ne savait pas comment il avait fait pour garder le secret aussi longtemps, sans doute le fait que sa vie était dans la balance devait jouer beaucoup. Mais comment … comment Jeff avait il appris ? Surtout après tant d’années ? “Je … calme toi …. tu … tu veux un thé ?” Il poussa un soupir, remettant correctement sa cravate. Après tout, il n’était qu’un simple employé, un simple commanditaire, même si l’action de base était bienfaitrice. “Viens, ici ce n’est pas un endroit pour discuter de choses comme ça …”

Jeff décida de suivre le lapin dans son arrière boutique. Il savait que Nivens avait du mal à parler en présence des gens, mais il n’était pas n’importe qui, et il espérait que la fausse intimité qu’il allait recréer pourrait l’aider à cracher le morceau pacifiquement. Sinon il n’hésiterait pas à se servir de ses ciseaux. “Alors ?” “Bon … et bien … je pense que c’est l’heure.” Toujours debout, les bras croisés, il le regardait s'asseoir, tripoter sa montre à gousset. “Une fois que je t’ai jeté dans le terrier … j’ai du me cacher de Hackery qui hurlait que tu ne devais pas lui échapper. J’allais moi aussi m’échapper vu qu’il était parti du lieu du drame pour faire on ne sait quoi quand j’ai entendu des cris. Des cris de bébé ! Je me suis repéré grâce à mon ouïe … et c’est là que j’ai vu … sous le corps de Priscillia … un bébé …” “Je le sais ça Nivens ! Ninon me l’a dit ! Elle a étendu la protection qu’elle m’offrait à ma fille au moment où l’autre enculé à tirer la flèche … mais la suite ! Dis moi la suite !” Il avait tapé du poing sur la table, où là, en l’occurence, l’étagère remplie de montres. “Je l’ai pris avec moi ! Je ne savais pas si je pouvais voyager avec alors j’ai décidé de m’en occuper jusqu’à ce qu’elle soit un peu plus grande ! Je te jure Jeff ! Je voulais te le dire, te la rendre mais … mais …” Nivens fondit en larmes. Des grands torrents de larmes, et des sanglots secouèrent son petit corps. Jeff leva les yeux au ciel, se dirigeant vers le coin cuisine pour aller lui chercher un mouchoir. Malgré tout les mensonges, Nivens avait protégé sa fille, il n’était pas mauvais, et malheureusement, il avait un mauvais pressentiment. Comme s’il, se doutait de la suite, surtout à la vue de ses pleurs. “C’est … c’est la reine rouge qui m’a obligé à faire ça ! Quand elle a apprit, très certainement par Hackery qui bossait pour elle, que la femme du chapelier avait été tué et que je t’avais sauvé … elle n’a pas aimé du tout. J’étais censé être neutre vu que je garde le temps mais je n’y peux rien ! Un jour … un jour elle est venue chez moi avec son valet et elle était furieuse … très furieuse. Elle m’a menacé de me couper la tête si je ne me débarrasserais pas du bébé maintenant. Je ne voulais pas faire ça ! Je ne suis pas cruel et j’avais peur ! Mais j’y étais obligé ! J’ai du créer un terrier, Stain me tenait par la gorge et Iracebeth a prit la petite qui pleurait … elle l’a jeté avec une force … Ensuite elle m’a fait jurer que jamais je ne devrais te le dire, sinon elle me tuerait moi, et tous les autres lapins. Un génocide … je … je suis désolé Jefferson … je suis désolé …” Il ne savait pas quoi en penser. Il était perdu. Bien sur qu’au final, Nivens n’y était pour rien. Tout était de la faute de Wine. Tout et toujours de sa faute. “Pourquoi … pourquoi faire ça ? Pourquoi tuer un bébé innocent ?” Sa voix était si calme d’un coup, comme venant d’outre tombe. Il ne comprenait tout simplement pas. Que Iracebeth lui voue une haine sans merci, très bien, il n’y avait pas de soucis. Mais qu’elle s’en prenne à un bébé … En plus, il y aurait eu tellement de possibilités qui aurait pu lui faire du mal sans atteindre à la vie de sa fille. “Elle … elle ne m’a rien dit … mais … mais je me souviens que Staïn a juste dit en arrivant, tu es sur que c’est elle ? la fille de l’orraculum ? Les yeux de Jeff s’ouvrirent en grand, si bien qu’ils auraient pu sortir de leur orbite. La fille de l’orraculum ? Non … il devait y avoir erreur … “Je … je n’en sais pas plus Jeff !” “Attend … tu veux dire que ma fille … c’est …”


Octobre 2018 - Devant le Chat-Pot-Thé & Quelques heures avant Magic League - Storybrook


“...Alice” Le rire machiavélique de Wine se répercuta dans la rue, pour une fois deserte, du centre ville. Nivens lui avait dit mais il ne voulait pas y croire et c’était cette horrible femme qui était finalement venue le trouver. Il allait rentrer dans son salon de thé quand elle l’avait apostrophé. Il n’était pas rare que des disputes éclatent entre eux, vu que leurs magasins -coïncidence de la malédiction, merci Regina- se trouvaient face à face. Or là, ça faisait quinze jours que le magasin de porcelaine était fermé. Jeff savait qu’elle savait. Il s’y préparait. Il l’attendait même. Mais pourtant, avec tous les scénarios qu’il s’était imaginé, il n’y arrivait pas. La folie qui avait été à son apogée quand il avait été dans ses prisons, ressortait indéniablement en sa présence. Il parlait, sans se rendre compte des mots qu’il disait. Il tapait, sans voir qu’il fouettait l’air plutôt que Stain. Il essayait de faire partir la douleur qu’il avait dans sa poitrine mais sans succès. Iracebeth venait de lui confirmer ce que Nivens lui avait dit quinze jours auparavant. Alice était belle et bien sa fille. Il l’avait cotoyé, il l’avait aidé, sans savoir qu’elle était de son sang. Certes, il avait eu quelques doutes. Elle avait les cheveux blonds de sa mère, et ses yeux aussi, des magnifiques yeux. Puis elle avait son sens de la désobéissance. Wine venait de le lui rappeler d’ailleurs. Par deux fois elle s’était jouée d’elle, comme lui avait fait. Par deux fois elle s’était associée à Mirana comme lui, et surtout, elle était tenace. Qualité que l’ancienne reine rouge reconnaissait comme un point commun plus que flagrant. Elle lui avait dit avec du sadisme pleins les mots, qu’elle avait voulu et voulait toujours la tuer. Après tout, c’était Alice, qui devait mettre un terme à son règne de cruauté. C’était Alice qui devait tuer le Jabberwocky. C’était Alice qui devait ramener la paix à Wonderland. Or Alice n’était pas à Storybrook. Introuvable. Serait elle restée à Wonderland ? Une part de lui même le voudrait, cette part protectrice qui lui disait que plus elle serait loin de la maudite grosse tête et mieux ça serait. Mais une part de lui, la plus grande, voulait la retrouver, lui dire toute la vérité. Alors que Jefferson, qui s’était calmé -euphémisme- pour préparer son attaque sur le valet de coeur, quelque chose vint perturber encore plus la discussion. Des bouts de papiers tombèrent du ciel par dizaines de milliers. Sa réaction première fut de penser que c’était un coup de Wine, pour le distraire de son but premier, lui faire payer pour ce qu’elle avait fait. Or, il se trouva, que la Reine Rouge était tout aussi déboussolé que le chapelier. Elle se mit à hurler de sa voix strident qu’on lui donne des explications. Se penchant, Jeff attrapa un papier pour voir de plus près l’écriture noire qu’il y avait. “On vous ment Tarrant…. Ahahah très drôle j’étais pas au courant.” Il en attrapa un autre pour voir et fut encore plus surpris. “On vous ment Iracebeth.” Il déglutit. Déja, qui avait l’audace d’utiliser leurs vrais noms. Pour le coup, il savait que l’un comme l’autre, contrairement à Mirana, préférait ne pas dévoiler leurs prénoms, qu’ils avaient pourtant gravé tous les deux aux mêmes endroits sur le poignet. “Qu’est ce que ça veut dire ! Stain trouve moi le responsable de cette mascarade !!!” Wine hurlait comme un cochon allant à l’abattoir, alors qu’elle attrapait des dizaines et des dizaines de bouts de papiers, la colère et la folie étant contagieuse. C’est à ce moment que Jeff en profita. De un, il donna un énorme coup de pied dans le dos de Stain, qui s’étala au sol, puis il prit la fuite, totalement remué, secoué. Il ne comprenait plus rien. Les messages ne lui étaient pas seulement destinés à lui, mais aussi à Wine. Pourquoi ? Tant de pourquoi qui s’accumulait dans sa tête. Il rentra alors au manoir, perdu, en pleurs, n’arrivant plus à réfléchir correctement. Heureusement que Chris arriva quelques heures après pour le sortir de la tétanie dans laquelle il était rentré. Il lui donnait l'occasion d’aller sur une autre Terre, de participer à un programme qui ferait le bien, mais qui lui permettrait surtout de chercher sa Alice. Sans le savoir, le policier venait de prendre une place importante dans le coeur abîmé du chapelier.

I C H I


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey
 Page 1 sur 1

Le passé ne peut plus revenir, et l'avenir est incertain. [ONE SHOT]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville