« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -21%
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 Villains GET happy endings - Gabriel Agreste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


ϟ Gabriel Agreste ϟ



Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio


Here we are again
Just me and you comedian, right ?

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427024459680700

Let's go, just an other killer.

Go ahead and just hit me since you're able.
We know my determination is instable.
I'm not even mad because I keep on dying.
But I don't even know why I keep trying...



| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427035215479840

| Cadavres : 619


Villains GET happy endings - Gabriel Agreste _



________________________________________ Sam 26 Oct 2019 - 11:36

Récapitulatif des rps
Rps prévus
Ladybug et Chat Noir ◮ Leur défaite Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 2852471132
Rps en cours

 La réception doit être parfaite Ft. Esteban
 I don't know what we are anymore Ft. Adrien
Rps terminés

 Je ne suis pas pire qu'un autre - Ft. Deborah
 Thank you is not enough Ft. Deborah
 J'oublie parfois que tu as grandi Ft. Adrien
 Un bisou ou deux ? Ft. Olaf
 On laisse pas Debbie dans un coin Ft. Deborah
 Cœur de glace contre cœur tendre Ft. Axel
 Imprevisible Team Ft. Kelly
 Je t'ai trouvé Ft. Amalthea
  Sans le masque, que reste-t-il ? Ft. Violette
  You missed Ft. Solal
Codage par Libella sur Graphiorum

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


You're not gonna win, we'll be here together
Fighting in this judgement hall forever. I know who you are, you remember who I am. Every time you throw me down, I hope you kill me once again... (skins) endlesslove.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


ϟ Gabriel Agreste ϟ



Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio


Here we are again
Just me and you comedian, right ?

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427024459680700

Let's go, just an other killer.

Go ahead and just hit me since you're able.
We know my determination is instable.
I'm not even mad because I keep on dying.
But I don't even know why I keep trying...



| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427035215479840

| Cadavres : 619


Villains GET happy endings - Gabriel Agreste _



________________________________________ Ven 8 Nov 2019 - 23:50

Pendant la malédiction

Gabriel Agreste est à Storybrooke avec Adrien et ses employés. Le manoir est une copie conforme de son manoir à Paris, il ne voulait pas que le voyage change quelque chose pour Adrien ou lui-même. La seule raison pour laquelle il avait emménagé à Storybrooke et pris du recul sur le domaine de la mode, c'était pour sauver sa femme par tous les moyens, il avait effectivement entendu parler de "miracles" à Storybrooke. Tout l'entourage de Gabriel et d'Adrien était, pour eux, resté à Paris.



Levée de la malédiction - Fin 2013

En se réveillant, Gabriel comprit que cette "vie" n'était qu'une mascarade. Il faisait pourtant partie des habitants à qui l'existence maudite n'avait pas changé grand-chose : elle était semblable à sa vraie vie d'autrefois, simplement répétée. Il avait l'impression d'avoir perdu à nouveau Émilie Agreste et retomba dans le deuil où il devait accepter une nouvelle fois la mort de sa femme. Ce deuil s'accompagna de l'envie de vengeance qui avait dicté ses choix autrefois. Il avait pris cette seconde vie comme une perte de temps mais paradoxalement une grande avancée pour la mission qu'il se devait d'accomplir. En effet, à Storybrooke il n'y avait pas que les Miraculous en gage de "magie" qui pouvaient exaucer les souhaits. On y retrouvait beaucoup plus que ça et c'est cette diversité qui redonna à Gabriel non seulement l'espoir de revoir un jour Émilie, mais également l'espoir de rendre sa propre justice à son conte et au destin de Ladybug et Chat Noir.




2014

En tant que styliste, il se contenta de peu. Il souhaitait récupérer la routine qu'il avait avant mais ne souhaitait pas refaire les mêmes erreurs qu'autrefois. Ainsi, il laissa à Adrien sa liberté d'autrefois, le collège, les amis, les sorties… Mais il demanda à son majordome de le surveiller de loin grâce à un traceur inséré dans le téléphone de son fils. Si l'illusion de sa liberté devait rester pour maintenir une certaine confiance, les menaces qui couraient à Storybrooke avec la levée de la malédiction et tous ces mondes réunis - des mondes inconnus et puissants pour certains - tout cela prouvait que son fils n'était plus en sécurité. Plus comme avant. Alors, il redoubla de vigilance. Pour lui, également, il se permit de redoubler de vigilance non seulement en tant que simple citoyen de Storybrooke (ainsi renforça-t-il la sécurité du manoir, déjà bien sécurisé Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3392629739) mais surtout en tant que Papillon. Certes, son kwami ressemblait désormais à un papillon tout ce qu'il y avait de plus basique mais son identité secrète et ses pouvoirs ne pouvaient pas être découverts par qui que ce soit.

Si le dessin animé Des aventures de Ladybug et Chat Noir n'était pas encore apparu, il semblait que les personnages réels venus dans ce monde avait une existence quand même. Elles s'étaient comme détachées du destin que l'auteur avait prévu pour elles et cela donna espoir au Papillon. Il n'y avait plus de fil pour le maintenir à ce rôle d'antagoniste perdant. Il pouvait être l'antagoniste gagnant… Car à Storybrooke, les méchants pouvaient avoir une fin heureuse. Regina Mills l'avait prouvé et tous les méchants des autres mondes qui étaient libéré d'un énorme fardeau, d'un titre prédéfini, le prouvaient également. Ils étaient puissants et prêt à conquérir cette réalité. Loin d'être coopératif, Gabriel savait au moins être stratégique et social quand il le voulait. Demandez à Lilas. Ainsi, il mit en place une règle qu'il avait déjà à Paris mais qui s'intensifia ici : Le Papillon et Gabriel étaient deux personnes distinctes, à ne jamais confondre. Paris était crédule mais Storybrooke avait ce don particulier, le don du possible. Tout était possible. Iil était autant possible que Le Papillon gagne et accomplisse sa vengeance qu'il était possible que quelqu'un le démasque et que ses deux vies soient ainsi ruinées. Il fallait en économiser une dans une ville comme celle-ci même si ce n'était pas le jugement qui l'inquiétait.

Gabriel Agreste était en deuil. Encore. L'excuse de ce deuil prolongé était surtout que la barrière magique qui le séparait de la Terre n'était pas encore levée, il ne pouvait donc rien accomplir en tant que styliste. Il était coincé ici. On pouvait alors dire que l'homme d'affaires dormait profondément dans sa tanière jusqu'à ce qu'on le libère. Comme créateur, il engageait quelques défilés en ville pour préparer le jour de son véritable retour. Sinon, il joua le père, le patron et le veuf à la fois pendant cette année d'aparté.
Le Papillon, lui, était réveillé. Il avait un an pour prévoir ne serait-ce que la plus bête des stratégies pour tirer à son tour les ficelles du destin. Il savait, déjà, que si lui était ici, Ladybug, Chat Noir et leurs amis avaient tout intérêt à l'être aussi. La partie recommençait mais interdiction qu'il y ait un arbitre : c'était carte blanche pour tous. L'antagoniste s'était renseigné, vivement, sur les capacités des autres êtres de pouvoirs ici. Il y avait de tout , c'en était presque trop beau pour être vrai. Un akuma pouvait-il maitriser de telles personnes ? Le Papillon aurait tant voulu essayer. Un champion et c'en était fini pour les superhéros et le reste de la ville. Il y réfléchit longuement.
Quel était l'objectif du vilain ? Initialement, ressusciter sa femme,mais il savait, désormais, qu'il y avait peut-être d'autres moyens d'y parvenir et cela, il allait particulièrement s'y renseigner. Au fil de l'année passée comme Papillon, il y avait également eu autre chose qui était venue charmer son ambition : le pouvoir. Et pour avoir du pouvoir, les Miraculous étaient nécessaires… Combinés au sien, imaginons un instant ce que ça pouvait donner ?


2015

Pendant un an, le Papillon, quoique réveillé, n'avait pas donné un seul signe de vie… Pas aux superhéros, du moins. Il avait passé le plus clair de son temps à chercher de fidèles alliés, à définir les puissants, les faibles, les possibles champions de sa future armée et les contacts qu'entre vilains il pouvait y avoir. C'était un monde, tout de même… Et finalement, l'y voici. Le jour où la frontière entre Storybrooke et le reste de la Terre disparut, le Papillon se permit en toute modestie de se faire transformée en Papillon écarlate et de lâcher en ville une centaine d'akuma à la portée de tous. Il n'était plus dans son manoir, caché des autres, à dicter des ordres. Il n'avait plus le temps de faire le guide tout le temps, à choisir au hasard une proie en espérant que ça soit la bonne. C'en était fini. Le jeu allait changer. Au frontière de la ville, il avait laissé s'échapper ces akumas et ordonna aux premiers choisis, les pions maîtres du plateau, de diriger le reste de la troupe. Un seul ordre : répéter à Ladybug et Chat Noir, encore et encore, "Je suis de retour" ou "Vous allez faire face à votre destin". Mais qui pouvait-on soupçonner ? Pas Gabriel, en tout cas, car il partait justement pour Paris faire sa conférence. Le dur boulot allait être laissé aux superhéros. Il savait que si une défaite s'annonçait, ses champions les plus hauts-placés, minutieusement choisis, l'avertiraient. Évidemment, aucun ne connait son identité. Nous parlions de deux vies totalement opposées.

Il resta bien une semaine à Paris mais gardait contact avec son fils en s'"inquiétant". Il lui demanda même de venir le rejoindre mais celui-ci refusa (? Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3392629739). Les choses s'étaient apaisées à Storybrooke mais Ladybug et Chat Noir comprirent que rien n'avait changé, ni concernant les Miraculous, ni concernant les ambitions du Papillon. Seulement, à la différence de la dernière attaque, il n'était pas présent. Non, et cela, il ne le referait plus, il avait compris son erreur. Son talent à lui, c'était de trouver les champions, non pas d'en être un. C'était dans l'ombre qu'il se promettait d'agir jusqu'à ce qu'il y ait enfin un avancement au jeu. Le roi reste à l'arrière tandis que les pions partent au front.

Aucune attaque depuis. Par contre, certains témoins ont vu des gens se comporter très bizarrement dans des tenues étranges. Ils parlaient de vengeance, de haine, de pouvoir et d'un masque violet. Mais lorsque les professionnels arrivaient sur les lieux, tout revenait à la normale. Même le papillon violet qui battait des ailes au-delà des regards de tous redevenait blanc, dans le plus grand secret.
(Le Papillon va créer une secteee Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3864256854 :seul:)

Courant 2015, il change de plans : s'il feigne viser les Miraculous de Ladybug et Chat Noir, il souhaite également obtenir la traduction du livre pour réparer le Miraculous du Pan.


Fin 2015 - Annonce du dessin animé Miraculous Ladybug

Le dessin animé Miraculous Ladybug arrive bientôt sur vos écrans ! Et c'est un problème pour cette dernière et ces petits compagnons Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3864256854
Le gardien est le premier à voir des extraits du dessin animée en 2015 (car je viens de voir que la série a été créée en 2015 Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3392629739) . Aucune identité ne le surprend si ce n'est celle du Papillon, qu'il devine. Paniqué par ces informations fuyantes, il se charge d'utiliser des contacts qu'il a pu acquérir à Storybrooke et recherche le moyen d'effacer l'existence, tout trace, du dessin animé. On ne retrouverait alors sur les moteurs de recherches, qu'un titre et surtout, l'annonce de l'annulation du dessin animé en question. Impossible d'en savoir plus, c'est comme si ça n'était jamais sorti. La personne qui a réussi ce tour de maître est quelqu'un de très puissant dans l'art de la dissimulation, de l'effacement. Néanmoins, le gardien sait toujours qui est le Papillon et apprend à quel point cette prise de pouvoir est surtout une soif de vengeance. Il hésite à en parler à Ladybug et Chat Noir du fait de la relation père/ fils de ce dernier et de l'amour que porte Ladybug pour le fils en question. Certainement, il ne souhaitait pas que leur vie de collégiens soit touchée par leur vie de superhéros. Il hésite longuement mais décide tout de même d'essayer. Par un contact, il se fait fournir un pistolet effaceur de mémoires (Bonsoir Ford Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 4049562214) qu'il programme sur "identité du Papillon". Si les choses tournaient mal, qu'Adrien était dans un état trop instable pour agir et qu'un akuma se préparait à le maudire, il se promettait de reprendre la situation en main et de régler l'affaire par lui-même.
De là, il donna rendez-vous à Adrien, seul, car il ne souhaitait pas que Ladybug se doute de son identité à la réaction du garçon. Seulement, Chat Noir était dévasté par la nouvelle et comprit, en découvrant le pistolet, que l'autre option était d'oublier. Perdu et déboussolé, il se fit prendre pour cible par le Papillon qui l'akumatisa. (Ce RP de malade où il sait que c'est son père le Papillon et il communique directement avec lui Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 332879724 Il faut voir pour comment ça se passe Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3392629739). Son pouvoir est de faire avouer les pires secrets des autres. Décidé à cibler son père, qui ne sait rien encore, il souhaite se rendre au manoir mais le gardien le suit, transformé par Wise. Objectif : Faire oublier à Adrien ce qui a été dit. Entre temps, le Papillon comprend que la vengeance le concerne et que Adrien est probablement son fils. Le Papillon retire les pouvoirs à Adrien qui reste quand même en phase de haine. Le Gardien tire sur Adrien. Il oublie l'identité du Papillon. Dans un dialogue entre Adrien et le Gardien, le Papillon se rend compte qu'il sait sa véritable identité et livre un combat avec les deux qu'ils perdent. Il récupère le pistolet et le pointe sur le Gardien pour qu'il oublie et que finalement, personne ne sache rien sur les identités.

Gabriel comprend qu'il ne pourra jamais dire à son fils qui il est car il ne l'accepterait pas. Il ne connait pas Maître Fu mais s'en méfie sans comprendre comment ils ont pu connaître son identité d'une manière ou d'une autre. Se renfermant et s'éloignant de ses contacts pour un temps, il prit d'autant plus de précautions dans l'échafaudages de ses plans. Il perdit goût à jouer au méchant et se concentra sur la création d'un système pour envoyer un ou plusieurs akumas par semaine, sans qu'il n'ait besoin d'être dans les parages. Au moins, Nathalie n'avait plus à détériorer sa santé pour ses caprices. Ce fût tout de même un Noël seul et isolé où il passa sa nuit auprès du corps de sa femme défunte sur lequel il expérimentait tous les moyens possibles de la ramener. Déçu de lui-même, de ses défaites, de ses actes, il passa une nuit entière à faire son deuil et repartit le cœur léger pour une nouvelle année.


2016
L'année de l'amour et de la renaissance.
Gabriel Agreste créée une nouvelle collection de vêtements Gabriel, fortement inspirée de son conte MLB (puisque le dessin animé n'existe pas, qui se plaindra d'un plagiat ?). Celle-ci devient mondialement connue, amplifiant la popularité du styliste de mode. Il voyage beaucoup durant cette année, reprenant peu à peu goût à la vie sans pour autant passer beaucoup de temps avec son fils qui grandit seul, à la maison. Il passe plusieurs mois dans plusieurs pays du monde et revient en été à Storybrooke. Son système d'akumas marche toujours - Gabriel prend note des vilains qui ont été vaincus par le biais de ses contacts de l'ombre. Tous ont été vaincu à un moment mais il n'en doutait pas. Il gardait le rôle de Papillon comme d'une marionnette à qui on faisait répéter les mêmes mouvements. Parfois, les vilains ne cherchaient même plus à récupérer les Miraculous, ils vaquaient simplement à leurs vengeances personnelles. Les akumas devenaient l'émancipateur de la négativité - sans loi, ni règles.
Le styliste revient l'été à Storybrooke faire un bilan des comptes du Papillon et revoir son fils pendant encore 4 mois avant de repartir en fin d'année. À Londres, il se met officiellement en couple avec Nathalie même s'ils se font discrets en public. Tout se passait pour le mieux jusqu'à la nouvelle année...


2017
Gabriel et Nathalie reviennent à Storybrooke début janvier. Ils retrouvent Adrien qui perçoit leur rapprochement mais avant que Gabriel n'ait le temps de dire quoique ce soit, il se fait kidnapper dans la rue par une bande d'inconnus capuchés. Assommé, il se réveille dans le noir complet, attaché contre le dossier d'une chaise. Une voix se présente à lui dans la pénombre avant que cette présence ne vienne allumer une faible ampoule suspendue au plafond. Ils étaient seuls. L'individu lui expliqua qu'il s'était fait prendre par des hommes du "côté sombre" de Storybrooke, si on pouvait dire, côté que Gabriel connaissait puisqu'il l'avait cherché en quête d'un homme capable de ressusciter sa femme. La demande avait fait le tour des plus curieux dont cette étrange personne qui se disait comme intéressée.
"Je peux ressusciter ta femme.
-Aviez vous besoin de m'attacher pour me dire ça ?!
Il rit.
-Sinon ça n'aurait pas été drôle, voyons. [...] Accepte ma proposition.
-Qu'est-ce que vous voulez en échange ?
-Je dirais que... Un vœu fera simplement l'affaire."

Gabriel hésitait à comprendre où voulait en venir l'inconnu. Le vœu que connaissait le styliste correspondait au vœu adressé au porteur des deux Miraculous de la coccinelle et du chat noir. C'était le seul vœu qui pouvait réellement faire l'affaire et égaler une ressurection. Mais Gabriel fit semblant de ne pas comprendre alors l'inconnu lui expliquait qu'il le soupçonnait d'être le Papillon, l'étrange personnage masqué qui donnait des pouvoirs aux gens pour obtenir des bijoux magiques. Il s'était alors renseigné sur le personnage même s'il n'en restait plus aucune trace. Il avait fait le lien avec Gabriel au bout d'un certain temps lorsqu'il rechercha la source de magie ainsi que les absences de ce dernier, en voyage.
"Étrangement, c'est lorsque tu es parti que les akumatisés ont commencé à agir par eux-mêmes. Sans ordre... Sans contact avec le dit Papillon.
-Je suis revenu pendant un moment et ils continuaient d'agir indépendamment de la volonté du Papillon !
-Ah oui ? Demanda-t-il en adressant un regard taquin à l'intéressé. Toi aussi, tu t'es renseigné ?"

Touché pour Gabriel qui se braqua immédiatement. Il trouvait des excuses mais l'individu lui riait au visage. Il doutait toujours et le styliste en avait marre de se justifier. Finalement, il en vint au but :

"Supposons un instant que je sois ce Papillon qui recherche les Miraculous pour exaucer un vœu. Si jamais je l'obtenais... Pourquoi viendrais-je te l'échanger contre la résurrection de ma femme alors que je peux le faire avec le vœu ? C'est ridicule, ça n'a pas de sens.
-C'est vrai... [...] Vois-tu, moi aussi je cherche à ressusciter quelqu'un. Une personne qui m'est chère à mon cœur et je pourrais la ressusciter si j'en avais les moyens. Mais voilà... Il me manque ce que toi tu as. Son corps. Il s'approche. Avec le vœu je n'en aurais pas besoin et toi tu retrouveras ta femme sans même avoir à brusquer les lois de l'univers. N'est-ce pas un bon compromis ?"

Gabriel continue de refuser, sachant pertinemment qu'il n'a pas d'autre choix que de le relâcher pour éviter les problèmes. De plus, il apprend qu'il est une carte maître dans le plan de l'individu et seul lui sait où il a pu cacher son Miraculous pour s'emparer des pouvoirs de Ladybug et Chat Noir. Finalement, il est relâché mais très remonté. Persuadé qu'Axel est celui qui n'a pas su tenir sa langue concernant son identité, il rage intérieurement contre lui et finalement, se fait prendre à son propre jeu en étant akumatisé. Il s'en prend à Axel jusqu'à être sauvé. De là le garçon lui explique qu'il n'a rien dit et que jamais il ne dirait jamais rien sur son secret. Gabriel rentre chez lui, ignore son fils, Nathalie, et se rend, seul, dans la sous-sol secret là où repose encore sa femme. Sauf qu'en arrivant... Il se rencontre qu'elle n'est pas là. Énervé contre le monde entier et surtout cette personne, il reprend son Miraculous qu'il cache en changeant de tenue de sorte à mettre la broche sous un foulard, désakumatise les papillons qu'il renferme puis se concentre à nouveau sur son rôle de Papillon, sauf que cette fois-ci, il doit changer de cible...

Il passe plusieurs nuits ravagés par la peine, la haine et la soif de vengeance doublée. Il avait l'impression de reperdre quelque chose d'important mais en plus, on lui faisait pression pour qu'il vienne le récupérer de lui-même. Il avait tenté d'en parler à Nathalie qui avait compris mais lui reprochait d'être froid et distant. Après une dispute, ils se réconcilièrent et décidèrent de prévoir un plan pour atteindre l'individu. Il akumatisa un homme mêlé aux affaires illégales de la ville dans le même style que le Chevalier Noir et lui demanda de prendre sous son service les personnes du "côté sombre" de la ville, qu'importe lesquels. Le Papillon se chargeait de les cribler un par un mais ne trouvait pas le dit kidnappeur. Il feignit néanmoins de faire prendre les Miraculous de Ladybug et Chat Noir mais avec moins d'entrain, la seule personne que ça pouvait étonner était l'individu qui connaissait son identité. Finalement, les recherches ne menèrent nul part et les héros sauvèrent l'hameçon. Gabriel poursuivit des recherches du côté de ses propres contacts sans souhaiter qu'ils ne se fassent démasquer mais ils ne leur faisaient plus confiance - qui avait pu vendre une mèche - donner des infos ? De plus, il avait fait le lien avec Maître Fu qui connaissait également son identité. Il pensait que quelqu'un s'amusait à en apprendre le plus sur lui et devint de plus en plus méfiant. Il s'isola à nouveau ce qui préoccupait beaucoup Nathalie.

Sans nouvelles d'Émilie ou du kidnappeur, Gabriel persévérait, se laissant, contre son gré, porté au jeu du chat et de la coccinelle, comme avant. Il retrouvait ses sombres desseins avec le but, non plus de retrouver sa femme vivante, mais de retrouver sa dépouille. C'était triste d'en arriver là, et pourtant vrai. Il cherchait le cadavre de sa femme pour qu'elle repose en paix plutôt que de souhaiter la ressusciter. Surtout que, si le corps avait été emmené, il n'en était pas autant du cercueil dans lequel il était conservé. Gabriel s'inquiétait de l'état de sa défunte femme chaque seconde du temps qu'il perdait loin d'elle. Envoyant son garde du corps décrire l'homme à certaines personnes de l'ombre sans réellement obtenir des informations, c'est Nathalie qui eut l'idée de réutiliser le Miraculous du Paon pour aider l'homme qu'elle aimait. De son désespoir ressortait une créature qui servit à retrouver le jeune homme inconnu en projetant l'endroit où il se trouvait sur une carte de Storybrooke. Gabriel n'était pas fier d'avoir fait utiliser le Miraculous cassé à Nathalie mais il la remercia du fond du cœur et organisa son plan. Il se souvenait que lors de sa confrontation avec son fils, le vieil homme avait utilisé un pistolet effaceur de mémoires pour faire oublier les identités du Papillon. C'était exactement ce qu'il recherchait mais avant cela, il souhaitait retrouver sa femme. Il dut, alors, se rendre sur place, au fin fond de la forêt, habillé comme le styliste qu'il était, pour faire face à la personne. Il savait que Nathalie le surveillait de loin, un pistolet effaceur de mémoires en main. Il n'était pas inquiet. Au moins, il pouvait enfin voir l'individu à la pleine lumière du jour, sans artifices. Celui-ci ne semblait pas s'étonner de sa visite puisqu'il attendait, contre un arbre, que Gabriel s'approche de lui-même. Son regard se tourna alors vers lui d'un fin sourire taquin. Alors que Gabriel lui demandait où se trouvait le corps de sa femme, il se contenta de répondre par une autre question : où était son vœu ? Gabriel ne répondit pas mais s'énervait contre le fait qu'il ait pu prendre quelque chose qui lui appartenait et lui promettait qu'il le regretterait et que s'il pouvait avoir un vœu, ce serait de le détruire. Il retrouverait sa femme de toute manière. L'individu hochait la tête.

"Tu retrouveras ta femme. Elle se lèvera et marchera vers toi... comme tu l'as toujours souhaité.

-Arrêtez votre non-sens. Ce que vous dites n'est pas possible... Pas ici. Il y a des lois !
-Et à quoi servent-elles si ce n'est à être brisées ? Ce n'est pas drôle sinon." Il haussa les épaules d'un rire étouffé.

La seule chose que voulait le styliste, c'était la savoir près de lui pour qu'il s'en occupe comme il l'avait toujours fait. Il commençait à regretter de ne pas l'avoir fait durant une année entière, comme le sentiment de l'avoir abandonné et l'inconnu lui fit ce reproche avant de le consoler que c'était chose courante des conséquences du temps. Il fallait oublier pour remplacer. Cette phrase, Gabriel ne la digérait pas.

"Je ne l'ai pas oublié ! Jamais je ne la remplacerais ! Émilie est l'unique personne à avoir réussi à ouvrir mon cœur pour y prendre place... Elle était tout..."

Et il comprenait.

"Un jour, elle reviendra.
Ricanait-il doucement. Je t'en fais la promesse. Laisse-moi le temps de mettre en ordre mes affaires, ce n'est pas chose aisée que de ramener une personne d'entre les morts, tu ne crois pas ? Il riait. Tu la retrouveras et moi... J'aurais mon vœu. Disons que je parie pour l'avenir, d'accord ? Écoute bien ce que je te dis là... Je te parie que j'aurais réussi à réveiller ta chère et tendre avant que tu n'aies réussi à mettre la main sur tes précieux Miraculous et sur ton vœu. Si c'est bien le cas, tu devras te battre pour les récupérer jusqu'à ce que ta dette soit payée mais avec Émilie à tes côtés, ça ne devrait pas être une tâche trop pénible, si ? Par contre, si jamais je me trompe et que tu obtiens le vœu avant que ta femme ne revienne... Il haussa les épaules. Alors tu n'auras qu'à l'utiliser pour la ressusciter de toi-même et j'aurais simplement perdu mon temps, je suppose. C'est un marché intéressant, tu ne trouves pas ? À ta place, je ne perdrais pas l'occasion... Qu'as-tu à perdre ?
-Ma femme !
Il rit.
-C'est moi qui l'ai ! Elle n'est plus en ta possession, pour le moment, du moins. On ne perd pas ce qu'on a déjà plus, mon cher... C'est impossible."

Gabriel n'avait effectivement rien à perdre sur le moment - du moins, les deux le pensaient sans réellement comprendre l'entourage qui était en jeu. Le problème, c'est qu'il ne voulait pas jouer mais simplement récupérer ce qui était déjà à lui, aussi glauque cela pouvait-il être. Il ne pouvait que feindre d'accepter la proposition pour entretenir une conversation équitable avec l'individu. Tout d'abord, il lui demandait son nom, mais le jeune homme ne lui répondit que d'un titre qu'il ne comprenait pas et que peu connaissaient - il le saurait plus tard -. Enfin, il demanda s'il pouvait au moins savoir où reposait le corps d'Émilie et si elle était en sécurité et surtout, en bonne conservation. C'était le cas, lui répétait l'inconnu, qui avait l'habitude avec les morts. Il expliqua que la défunte reposait à Paris.

"Pièce par pièce et avec un peu de patience... Il nous est possible de résoudre n'importe quel puzzle de notre passé. Il n'est jamais enfoui... Jamais totalement oublié."

Paris était l'information qu'il souhaitait, juste ça pour déclencher la phase 2 du plan, parce que Gabriel ne comptait pas jouer avec ce genre de personnes qui jonglaient avec la mort d'une aisance déconcertante. Tout ce qu'il souhaitait, c'était sa femme et la paix. Levant une main pour replacer ses lunettes, il appelait Nathalie de ce signal pour qu'elle efface la mémoire à l'individu en lui tirant dans la dos. Lorsque le rayon se projeta sur celui-ci, il l'intercepta d'un geste de croix avec ses bras, comme une défense naïve qui n'empêchait pas le rayon de l'atteindre. C'était ce que pensait le couple sur le moment alors que le jeune homme se redressait avec ignorance et naïveté pour finalement s'en aller sans plus de discours. Gabriel se sentait relâcher d'un poids. Il avait réglé le problème d'un oppresseur en une semaine et trouvé la localisation de sa femme. La seule chose qu'il lui manquait, c'était de savoir qui avait pu et pourrait encore en dire davantage sur son secret dont il semble être au courant. Il reportait un peu plus léger sans savoir que derrière lui, un regard moqueur le suivait. Il retira de sous ses manches deux grandes barres de fer magiques aux lettres cryptées. De là, il disparut à travers les arbres, laissant son rire résonner entre les branches et le feuillage. Il n'était pas prêt à perdre.

L'année se poursuivait doucement mais sûrement. Gabriel semblait un peu plus présent comme styliste mais il maintenait une grande méfiance face à ses "alliés", à l'exception de Nathalie. Il reprenait le contrôle du Papillon, ce personnage gardé en pause pendant un temps, pour retrouver une logique à l'histoire qu'il créé. Récupérer les Miraculous de Ladybug et Chat Noir, tel était son but officiel. Au-delà de ça, pourtant, il se concentrait encore à chercher les taupes, les échanges d'informations le concernant, les poursuites de son pouvoir et plus encore et s'engageait à les mettre hors-jeu. Concernant son amour auprès de Nathalie, il s'en réserva. Loin de nier ce qu'il ressentait, il refusa néanmoins d'en parler encore à son fils après l'entrevue étrange avec le jeune homme. Un blocage s'était doucement installé, l'obligeant à faire les cents pas entre deux étapes de sa vie, celle qu'il ne voulait pas quitter et celle à laquelle il s'attachait de plus en plus. De double-vie, il semblait passer à trois.

Aucun Miraculous à l'horizon. Les fidèles akumatisés, par contre, ne cessaient jamais le progrès. Gabriel continuait les recherches à Paris pour retrouver sa femme mais rien ne lui était encore parvenu et il s'inquiétait beaucoup - puis parfois, il oubliait... Et il s'en voulait, alors il s'inquiétait de nouveau, encore plus, dévoré par les regrets et les remords. On retrouvait chez lui des phases instables mêlant sociabilité et joie couvertes par la suite par de la culpabilité, de la colère envers lui-même et un désir de vengeance.
Si Adrien pouvait se douter d'une relation avec Nathalie, ce ne fut jamais abordé ouvertement.



2018
Cela faisait bientôt un an que Gabriel cherchait sa femme dans une ville qui n'était pas aussi grande qu'elle n'en avait l'air et plus il comprenait que l'individu l'avait peut-être trompé par un mensonge qui ne pouvait pas être récupéré, plus il s'en voulait. Si celui-ci avait perdu la mémoire, il ne lui était pas possible de la recouvrir après tant de temps d'attentes - son fournisseur le lui avait dit sans trop vouloir lui en dire plus sur le sujet. Simplement de quoi faire culpabiliser le styliste qui pensait avoir perdu sa femme pour toujours. Il se renfermait sur lui-même et plus précisément, dans son rôle de Papillon, allant même jusqu'à repousser Nathalie. Celle-ci finissait comme Adrien, mise de côté sans comprendre pourquoi. Les deux personnes les plus proches du père, du styliste et du mari n'arrivaient plus à suivre ses comportements déroutants. Nathalie, elle-même, celle qui se disait fière de pouvoir suivre l'homme d'affaires, avait fini par perdre le fil avec grande douleur. Elle culpabilisait à son tour de ne pas réussir à pouvoir l'aider et c'est lors d'une discussion brève où il ne souhaitait pas discuter qu'elle le quitta.

"Puis-je seulement dire que nous avons été véritablement ensemble, ne serait-ce qu'à un moment, pour toi ? Peut-être qu'en m'embrassant, ce n'était pas moi que tu voyais..."

En ce début 2018, courant printemps, Nathalie démissionna officiellement de la maison des Agreste et Gabriel n'en donna aucune explication à Adrien puisqu'il s'isolait et que ce dernier abandonnait l'idée de pouvoir un jour comprendre son père. C'était dans un silence des plus lourds que la maison mourrait doucement. Le Papillon se trouvait plus présent qu'autrefois, occupait l'attention des superhéros pendant plusieurs mois à enchaîner les proies... Mais pourquoi faire ? Dans quel but ? Récupérer un être dont il n'avait plus aucune trace - peut-être enfermée dans un coffre à double-tour ? Les scénarios se compilaient dans la tête du vilain mais sans en trouver un solution. Agir pour agir, le pouvoir pour le pouvoir, ainsi agissait-il sans véritable but jusqu'à ce qu'arrive l'été.
En août, Gabriel commençait à perdre l'intérêt de jouer le méchant à enchaîner les échecs jusqu'à ne plus rien avoir à perdre. C'était gagner pour ne rien gagner et donner pour ne rien donner. Il perdait goût en tout et sa collection était à un point mort. Un jour, il reçoit une lettre destinée à le remotiver. Le destinataire lui demandait en quelques phrases de ne pas oublier qu'un pari n'était drôle que quand les deux essayaient de se donner raison, signant du titre qu'il avait donné pour se présenter. Gabriel comprenait alors que le pistolet effaceur de mémoires n'avait pas fonctionné... Ou bien que la cible avait réussi à esquiver d'une quelconque manière. Pendant tout ce temps, alors, l'espoir n'avait pas totalement été perdu tout comme les milliers de parties contre les superhéros n'avaient pas été vains. Il apprenait, c'est tout. Et puisque l'étrange jeune homme supposait que le parie continuait... C'était qu'il n'avait pas encore terminé ce qu'il avait à faire. Il ne perdait rien, mais il pouvait encore gagner ?

Déterminé pour le restant de l'année, il commençait à reprendre un compte des akumatisés de Storybrooke, réorganisant ceux qui pouvaient lui être utile - ou non - et comment valoriser leurs pouvoirs du mieux que possible. Il comptait obtenir non seulement les Miraculous mais également la Miracle Box. Il ne songeait pas à retrouver l'inconnu - poursuivait néanmoins les recherches pour ce qui était de sa femme - mais à récupérer ce qui lui était du : ses pouvoirs et sa famille.

En s'intéressant à nouveau à la reconstruction de son Empire, il comprend qu'Adrien a changé, n'est plus le même qu'avant - ce qui est normal puisqu'il a passé le plus clair de son temps loin de lui, sans vraiment le voir passer d'adolescent à l'âge adulte. Ainsi retrouve-t-il un Adrien mûri et beaucoup plus indépendant qu'il le pensait ce qui ruine son image de la famille qu'il s'était faite autrefois. Sans comprendre comment et ce qu'il avait pu rater, il se mit à en vouloir à son fils de s'éloigner de la sorte de l'idéal qu'il s'était fait de la famille et lui reproche dans un lourd silence de ne pas vouloir renouer un lien avec lui - tout comme il s'en veut de l'avoir brisé lors de son deuil. Il a l'impression de tendre une main invisible que son fils ne voit pas tout simplement car, trop fier, Gabriel n'ose pas s'en approcher.



2019
Toujours aucune nouvelle de sa femme, du jeune homme qui disait vouloir la ressusciter, des bijoux du chat et de la coccinelle et de Nathalie. L'année ne commençait pas par un échec mais un même sentiment de vide devenu une habitude. Gabriel restait méfiant, peu serein à l'idée que des personnes puissent être au courant de son identité. Il était mêlé à l'obscurité depuis longtemps mais y plongeait la tête aussi depuis qu'il se nourrissait d'elle pour se lever chaque matin. Il n'était plus sûr de rien, plus persuadé qu'il pourrait retrouver sa femme un jour mais sans pouvoir s'arrêter de combattre par cette pression qu'on lui mettait. Une ou deux fois, il reçut une lettre signée de l'individu au même titre, lui partageant son avancement - quand il y en avait un. Mais les lettres étaient toujours très brèves, ce qui agaçait Gabriel qui poursuivait les recherches de sa femme sans résultat concluant. Il avait fini par arrêter de se concentrer sur Paris et avait fait parcourir la France, Storybrooke encore une fois puis ailleurs... Sans nouvelles. Le jeu était-il truqué ? Gabriel le soupçonnait beaucoup... Mais sans moyen de pouvoir le vérifier.

[...]



2020

Ben, il règne sur le monde Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 2852471132 HAPPY END  Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 435853638


Il agissait comme un pantin dont le jeu devenait répétitif et dont il ne voyait pas la sortie jusqu'à ce qu'il fasse un rêve concernant sa femme et pique une énorme crise de colère où il vint tout casser dans son propre manoir pendant l'absence de son fils. Avec une longue réflexion, il comprit que la partie ne menait nul part, qu'il ne se sentirait ni gagnant ni perdant qu'importe le déroulement de la partie car il n'était pas un véritable joueur. Seulement un pion avec ses petits intérêts de côté. Il savait cela parce que lui aussi utilisait des gens comme des pions en leur faisant croire qu'ils pouvaient obtenir ce qu'ils voulaient à la fin s'ils l'aidaient. C'était un scénario courant... Dont il semblait être victime aujourd'hui. La colère, la haine et le désir de vengeance provenait du ressenti (qui est une réalité) de s'être fait tout retiré un à un et d'avoir perdu ce qu'il voulait et tenait le plus cher au monde. Il avait le désir, le devoir de réparer et de retrouver tout ce qu'il avait bâti, l'Empire d'autrefois. Il n'était plus question de compter sur les gens comme des personnes de confiance mais de se servir d'eux comme de pantins, comme on s'était servi de lui avec cette histoire. Il allait obtenir le vœu, récupérer sa femme, la Miracle Box, combattre de gardien, retrouver sa famille et enfin avoir une justice. Tout le monde paierait, tout ceux qui ont osé lui tourner le dos ne serait-ce qu'à un moment. Son fils et Nathalie ne seraient pas mêlés à ça... Il comptait les mettre en sécurité - loin de tout ça.

La bataille fut rude en combats, en magie et en sacrifices. L'un des combattants perdit la vie... Laissant Ladybug pour gardienne de la Miracle Box avant même d'avoir pu finir son apprentissage. Le Papillon ne gagna pas ce qu'il souhaitait, seulement un réconfort : des pages scannées du livre avec leur traduction pour pouvoir, ainsi, réparer le bijou de Paon. Ce n'était pourtant pas suffisant pour l'homme d'affaire qui n'avait pas pu passer ses nerfs sur les habitants comme il le voulait, ni même en acquérir quoique ce soit. Tout avait été démesuré. Tout avait été "de trop". Et pour quoi ? Rien. Encore une fois, il avait perdu. Il se réconfortait seulement d'avoir trouvé d'autres ennemis à combattre et cela, il saurait bien les utiliser à son avantage. Tous n'avaient pas l'intelligence d'être masqués. Ceux-là étaient donc des cibles faciles. 

Une à deux semaines s'écoulent avant que Gabriel ne se face conduire dans un Hunger Games qu'il ne prévu pas dans son planning. Là-bas, il se retrouva en district de deux personnes... Et retrouva Émilie. Ces retrouvailles le chamboulèrent complètement. Il fut paralysé par la vision de la jeune femme qui lui souriait d'un regard émeraude. Elle semblait réelle. Elle l'était, lorsqu'il la touchait. Mais finalement, après divers épreuves passées ensemble où la jeune femme semblait de plus en plus s'approcher de la folie que de lui, elle disparut de ses pensées. On lui expliqua, après une mort qui n'en était pas une, qu'elle n'était qu'une illusion sortir de ses pensées. Émilie Agreste n'avait jamais été auprès de lui. Il s'était battu pour sa vie et il se rendait compte qu'il s'était battu dans le vide. Comme après toutes ces années... Et cette simple pensée lui déclencha cette dernière étape du deuil que l'on nomme l'acceptation. Gabriel comprit. Sa femme était morte. Elle ne reviendrait plus. Il ne devait plus l'attendre, ne devait plus la chercher du regard... Elle n'était plus. Ces derniers instants en sa compagnie était un moyen de la laisser partir, pour de bon cette fois-ci. En revenant à Storybrooke, sa vision de l'avenir changea. Ses partenaires avaient appris son double-jeu de Papillon, alors il décida de leur effacer la mémoire par l'utilisation de ce dit même pistolet qu'il avait déjà pu emprunter auparavant. Ce fut chose faite pour la plupart d'entre eux... Désormais, Gabriel Agreste ne serait plus le Papillon. Il n'en avait plus l'intérêt. Il voulait changer et devenir meilleur, pensant que c'était possible. Il avait le droit à une seconde chance. Retrouvant son fils, il proposa des vacances pour la famille qui leur restait et ensemble, ils partirent en Californie. 

À leur retour, le père et le fils semblaient déjà plus rapprochés. Gabriel faisait tous les efforts du monde pour, du moins. Il voulait montrer à Adrien qu'il pouvait être là pour lui et surtout, il voulait rattraper le temps perdu en oubliant un instant qu'ils avaient grandi... Et que bientôt, ils ne seraient plus sous le même toit. Cette idée le rendit triste. Il n'y songeait pas. Évitait cette simple pensée en profitant de l'instant présent, ce à quoi il s'accrochait désespérément maintenant qu'il n'avait plus le passé comme compagnon de voyage. Cependant, quelque chose restait accrochait à lui comme un poids sur ses épaules : le corps de sa femme était toujours portée disparue. Et il ne savait pas où ni comment le récupérer. Maintenant qu'il ne jouait plus le jeu d'Undertaker, qu'allait faire le faucheur du corps ? C'était un problème que le styliste savait en suspension et intérieurement, il s'en voulait. Il essayait encore une fois de ne pas y penser, tout comme il omettait volontairement à lui-même qu'il avait pu être le Papillon un jour. Ce n'était, évidemment, plus d'actualité. Alors pourquoi en parler ? Pourquoi s'y confier ? Jamais il n'aurait pensé un jour avoir peur que son passé remonte à la surface, lui qui cherchait à l'atteindre depuis des décennies. 

Adrien et Gabriel avait été invités à un bal organisé par un comte qu'ils ne connaissaient pas : le comte Ciel Phantomhive. Le dit garçon arrivait à Storybrooke et pour fêter cela, avait organisé une soirée dansante en costume et en masque pour se faire des connaissances. L'organisation de ce bal tournait autour d'un jeu où un prince du crime, caché parmi les invités, devait "toucher" ses cibles en leur renversant du vin sur leur tenue. Les Agreste furent touchés ainsi que Marinette Dupain-Cheng, Opaline Santos et Ema. S'engagea alors une aventure dont ils ne pouvaient s'attendre à aucune tournant... Gabriel l'avait dit : ils n'auraient pas du monter dans cet hélicoptère pour sauver Ciel Phantomhive qui, kidnappé, était désormais introuvable. Cet appel à l'aide n'était qu'une mascarade pour cacher le pire. Et finalement, de fil en aiguilles, s'en savoir par quels travers les participants de cette immense jeu décorée en tragédie s'enfonçaient, ils finirent en Enfer. Et dans cet Enfer, un nom résonnait parmi les démons : Undertaker. Opaline le connaissait. Le styliste aussi. Gabriel découvrit, en compagnie de son fils, l'âme de sa femme, flottant dans les airs comme une véritable présence qu'ils ne purent cependant toucher. Émilie était bien là, quoique morte et piégée en Enfer. Elle commença à blâmer son mari de l'avoir conduite ici et de là, les fissures s'ouvrirent. Toutes les couches de peinture qu'avaient pu passer Gabriel Agreste pour masquer la dure vérité se fissurèrent. Rien ne put cacher ses actes passés. Tout fut dévoilé par Émilie, suppliante de souhaiter quitter cet endroit. Puis par Undertaker, porteur de la seule leçon qu'il fallait tirer d'un tel jeu : Un acte aussi grand... À des conséquences de pareilles mesures. On n'échappe pas à un tel sort. 

Ainsi, il apprit : Ayant souhaité la résurrection de sa femme, celle-ci ne passa pas totalement le Paradis, ni même les Enfers. Elle resta bloquée dans cet entre-deux où quelque chose la maintenait sur Terre. Finalement, Undertaker l'avait récupéré et avait tenté de la ressusciter. En vain, également. Il fit comprendre à Gabriel que ce n'était pas possible, que la vie avait une fin et qu'on ne pouvait pas la poursuivre. Le faucheur leur montra par une bande cinématique leur existence et ainsi, dévoila le plus important à tous : les identités secrètes de chacun. Le visage derrière le masque. Marinette était Ladybug. Adrien était Chat Noir. Gabriel était le Papillon. Et tous les trois, ensemble, n'eurent jamais été aussi trahis de leur vie. Gabriel se sentit détruit, seul et incompris. Le regard des enfants portés sur lui ainsi que le corps de sa femme qui se débattait avec elle-même alors qu'il y avait tentative de résurrection lui firent comprendre... À quel point il était seul. Et impardonnable. Adrien, par devoir, compassion, obligation ?, avait tenté de prendre la main de son père sous ses sanglots désespérés mais celui-ci refusa. Minable. Misérable. Il décida de lui-même de ne pas souhaité être pardonné. Il s'isola jusqu'à la fin de l'aventure. Un vide s'était creusé au fond de lui et il sentait que plus rien ni personne ne pourrait le combler. Ses erreurs avaient causé trop de dégâts autour de lui. Il se sentait si seul. 
Adrien refaisait sa vie et désormais, le père était celui qui restait sur la touche. 

Le lendemain, son fils n'était plus là. Il avait fait ses affaires et était parti sans même un au revoir. Et l'avenir auquel ne souhaitait pas penser Gabriel lui revint en pleine face. Adrien lui avait prévenu, il lui avait dit qu'un jour, il quitterait le manoir. Jamais le styliste n'aurait imaginé que ça serait d'une manière si brutale et peut-être... pour toujours. L'était-ce dans ce cas présent ? Gabriel en avait peur. Mais d'un autre côté, il était rassuré de savoir que son fils n'était plus auprès de lui car il n'avait pas trouvé le courage, déjà, ce matin, de se lever pour le saluer. Il ne s'en pensait plus de droit. Qu'il était difficile pour un père de ne même plus trouver la force pour regarder son propre enfant, comme s'il ne méritait plus d'être dans sa vie. Il le savait. Il aurait du le prévoir plus tôt : Adrien ne pouvait pas comprendre ses motivations de Papillon. À vrai dire, elles n'étaient pas justifiables. Gabriel l'avait, une fois, prévenu qu'une vie comme celle qu'il lui offrait n'était peut-être pas celle qu'il méritait et qu'il ferait peut-être mieux de partir. Mais Adrien l'avait retenu cette fois-ci, lui disant qu'il souhaitait juste passer du temps avec lui. Et aujourd'hui, il avait disparu, sans même avoir pris la peine de prévenir qui que ce soit. 
Voilà, la triste réalité des Agreste. 

Le reste de l'année était maussade, terne. Les activités professionnelles du styliste restèrent en stand-by pendant près de 5 mois durant lesquels il demeurait enfermé dans son manoir, à attendre. À vrai dire, Gabriel avait l'impression de revivre son deuil en accéléré suite aux retrouvailles avec sa femme mais aussi à la perte de son fils qui avait quitté la maison. Désormais réellement seul chez lui, comme coupé du monde, il dut réfléchir à la suite. Quelle suite ? Rien de ce qu'il avait prévu n'avait été abouti, toute cette histoire ressemblait à une fin où le "méchant" avait simplement ce qu'il méritait. C'était donc comme ça qu'ils finissaient ? Une semaine après le départ de son fils alors que le styliste réalisait qu'il ne reviendrait pas, il s'attarda à remettre de l'ordre dans ses erreurs et retrouva Undertaker pour lui demander de trouver un moyen d'amener Émilie au Paradis, là où était sa place. Il s'affaira à payer s'il le fallait, il promettait de donner n'importe quoi. Undertaker fit signer un contrat à Gabriel jusqu'au jour où il saurait quoi demander, pour l'instant promit-il que dans les plus brefs délais, sa requête serait exécutée. Il en faisait sa propre affaire. Mais le styliste ne réussit pas à dormir les nuits qui suivirent, trop préoccupé à l'idée de laisser l'âme d'Émilie entre les mains du démon. Il avait l'impression de trahir sa femme encore une fois, mais pouvait-il faire pire ? Il n'avait aucune pouvoir dans l'au-delà.

Gabriel n'a jamais songé au suicide, il n'aime pas la mort, il la craint. Comme tout le monde, dans un cas général. Mais pourtant il y songea à quelques reprises, se demandant si devenu démon il pourrait tenir compagnie à sa femme. Le monde d'ici se porterait mieux, il n'y aurait plus de Papillon à pourchasser. Mais l'image de son fils surgit dans son esprit et vivement balaya ses idioties. Jamais il ne ferait de son enfant un orphelin, pas comme ça. Alors le père s'adonna à la réflexion, à l'isolement. Il ne pensait plus à allumer la lumière la nuit, à ouvrir les rideaux le jour. Il ne regardait que rarement l'extérieur, se contentait de broyer du noir dans son coin en se demandant : Que faire, maintenant ? Être le Papillon n'avait plus de sens. Être un père ne semblait plus en avoir non plus. Un mari ? Non, un veuf. Un styliste ? L'inspiration ne lui venait plus. Il n'avait envie de parler à personne, il était persuadé d'être dans un tournant déterminant de sa vie, ce deuil où il n'y a pas de retour en arrière. Pourquoi le comprenait-il si tard ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


You're not gonna win, we'll be here together
Fighting in this judgement hall forever. I know who you are, you remember who I am. Every time you throw me down, I hope you kill me once again... (skins) endlesslove.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


ϟ Gabriel Agreste ϟ



Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio


Here we are again
Just me and you comedian, right ?

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427024459680700

Let's go, just an other killer.

Go ahead and just hit me since you're able.
We know my determination is instable.
I'm not even mad because I keep on dying.
But I don't even know why I keep trying...



| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 210427035215479840

| Cadavres : 619


Villains GET happy endings - Gabriel Agreste _



________________________________________ Mer 22 Juil 2020 - 2:06

MÀJ du 22/07/2020, Gabriel est dans un état pitoyable Villains GET happy endings - Gabriel Agreste 3864256854 !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


You're not gonna win, we'll be here together
Fighting in this judgement hall forever. I know who you are, you remember who I am. Every time you throw me down, I hope you kill me once again... (skins) endlesslove.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


ϟ Contenu sponsorisé ϟ





Villains GET happy endings - Gabriel Agreste _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Villains GET happy endings - Gabriel Agreste





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit tour chez Granny? :: ♛ Evolution Personnage :: ➹ Biographie :: ➹ Chrono Perso