« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

☣️ Up #47, l'animation Rp ☣️ AllôMairie? , l'animation Mairie ☣️ Fil Rouge Graphique & Rpgique ☣️ Instagram des personnages ☣️
Le Deal du moment :
Adhérents FNAC : 20€ offerts en ...
Voir le deal

Partagez
 

 Ride with the moon in the dead of night » P'tit Loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


ϟ Invité ϟ



Invité


Anonymous


Ride with the moon in the dead of night » P'tit Loup _



________________________________________ Mar 29 Oct 2019 - 12:20



Wouldn't you like to see something strange?
Come with us and you will see this, our town of Halloween ! Pumpkins scream in the dead of night. This is Halloween, everybody make a scene. Trick or treat till the neighbors gonna die of fright. It's our town, everybody scream : in this town of Halloween.


Halloween était la période favorite d’Aguistin et Dolores. Pour Livio aussi, c’était une période plutôt propice à la détente et où la part sombre de tout un chacun s’exprimait enfin au grand jour sans jugement ou attentions. La dernière nuit d’Octobre, les pires cauchemars prenaient vie sous les yeux des petites gens et personne ne se méfiait suffisamment pour ne pas se laisser avoir. Les plus grands meurtres et autres assassinats de rue avaient été créés dans cette nuit et les pires mystères sanglants trouvaient leurs racines au passage du Samhain. De la lumière à l’ombre. Du bien vers le mal. De l’été pour l’hiver. De la chaleur au froid glacial. De la pureté s’entachant de vice. Une nuit où tout était permis, où les innocents se transformaient en monstres et où les créatures pouvaient révéler leurs crocs sans craindre d’être arrêté. Ils étaient les maîtres de l’obscurité, les enfants du Diable et les adorateurs des ténèbres dans leur plus simple appareil. Félones sorcières prêtes à leurs rituels macabres, la mort des uns enchantant la réalité des autres.

Du sang allait couler.

Mais pour l’heure, il s’écoulait surtout au travers des machines que Livio gérait à l’hôpital de Storybrooke. Le département d’Hématologie fermait plus tôt, comme la plupart des services hospitaliers hormis les urgences et la réanimation, pourtant il était encore là et devait s’assurer que tout fonctionnerait correctement en son absence. Chaque année, de nombreux imbéciles finissaient entre leurs murs pour malaises, bagarres et autres drames pouvant se terminer de manière fatale… Non pas que ça le rende triste, il n’en avait que faire, mais il tenait à garder sa réputation irréprochable en ces murs. Queenie l’attendait pour la soirée, réfugiée chez elle après ses mésaventures en terre zombie, et Livio avait promis de lui apporter de quoi manger tranquillement devant un film ou tout autre chose. Ne pas fêter Halloween directement en ville était une première mais, pourquoi pas ?

Derniers papiers à vérifier, dernière installation fonctionnelle, et voilà qu’il retirait sa blouse blanche pour la déposer sur le porte-manteau de son bureau. Rapidement, il jeta un coup d’œil à son téléphone : quelques messages d’Aguistin et de Dolores, un autre de Queenie pour lui rappeler de passer prendre le fraisier au Fantasia et un dernier de La Pleine Lune, le bar où ils jouaient généralement, pour lui demander s’il comptait quand même faire une petite frayeur ou deux aux clients… Ça aurait été avec plaisir mais, cette fois-ci, ce serait sans lui. La nuit était longue, tout était possible. Livio rangea son téléphone, enfila sa veste d’aviateur et s’apprêtait à prendre la poudre d’escampette lorsque la voix caractéristique d’Ambroise se fit entendre derrière lui.

« Tu vas à un rendez-vous galant ou ça sera plutôt… sanglant ? »

Se retournant vivement, il trouva le fantôme tranquillement assis sur son siège, ses pieds remontés sur le bureau et ses doigts croisés sur son ventre. Le vampire lui adressa un regard désapprobateur quant à sa posture mais Ambroise ne bougea pas, un petit sourire narquois sur le visage.

« J’ai un rendez-vous. » Finit-il par répondre. « Pour un spectre, tu n’as pas très bonne mémoire. »

Ambroise s’offusqua.

« Fantôme ! Fantôme, je ne suis pas un spectre, j’ai toute ma tête et je sais converser moi au moins ! »

Pour le coup, il se redressa sur le siège et retira ses pieds fantomatiques de la table. Très bien, ça convenait déjà mieux à Livio. Croisant les bras devant lui, Ambroise se mit à bouder ouvertement et marmonna même quelques paroles inéligibles du fait d’être comparé à de telles créatures stupides et voraces… Le vampire eu un léger rictus moqueur à son attention mais continua de fermer son manteau tranquillement.

« Pressé de sortir ? » Demanda-t-il.

« Tu n’imagines pas à quell point ! Un an que j’attends ça ! »

Soudain de nouveau radieux, le fantôme fit claquer ses doigts entre eux dans une mimique hautaine. Halloween, ou plutôt Samhain, était l’unique nuit où il pouvait quitter ces murs d’hôpital pour se promener partout en ville. Dès dix-huit heures et jusqu’au lever du soleil, Ambroise retrouvait un semblant d’humanité corporelle et pouvait se glisser dans la peau de n’importe quel anonyme. Une nuit par an. Une seule fois à ne pas rater. Une seule et unique nuit… Et autant dire qu’il rentabilisait généralement sa nuit, le petit ! D’ailleurs, le concerné regarda sa montre et se leva définitivement du siège pour contourner le bureau et s’y appuyer.

« Je sens déjà les premiers effets arriver, cette espèce de fourmillement impatient ! Tiberius n’a pas voulu attendre, il est parti drôlement tôt pour une fois… Peut-être qu’Halloween lui titille un peu la raison à lui aussi ! »

Ambroise fit un clin d’œil lourd de sens. Il était rare que le faucheur fasse de l’excès de zèle et parte plus vite de la morgue ; mais quelque chose lui disait qu’il n’allait pas être très loin d’Aguistin ce soir. Livio poussa un dernier soupir et posa sa main sur la poignée pour ouvrir la porte.

« Amuse-toi bien, on n’a pas tous la chance de pouvoir revenir à la vie une fois l’an. »

« Compte sur moi ! Plus qu’une dizaine de secondes ! » Nouveau clin d’œil amusé.

Le vampire s’exfiltra par le couloir et, repérant un peu d’ombre au détour d’une porte, il s’y glissa sans attendre. Songeant déjà au Fantasia et aux quelques courses qu’il allait faire avant de rejoindre Queenie, il fut plus que surpris de réapparaître sur le parvis de l’hôpital et non dans la ruelle adjacente à la pâtisserie ! Fronçant les sourcils, il observa autour de lui mais ne pressentis rien d’alarmant : les gens allaient et venaient, pressés ou non, sans que rien ne semble les indifférer. Reculant de quelques pas, il disparut à nouveau dans l’ombre et… Réapparu exactement au même endroit !

Qu’est-ce que c’était que ce bordel ?

Décidant d’y aller directement à pied, il traversa le parvis et voulu descendre les quelques marches… Mais une force invisible l’en empêcha. Littéralement et foutrement incapable d’avancer plus, Livio poussa un juron bien sentit en réalisant qu’il était coincé sur place ! Qu’est-ce qu’il se passait ? Qui était le mauvais plaisantin qui lui faisait ce genre de blagues, là ? Parcourant à nouveau les alentours, il n’aperçut aucun visage connu. Au-dessus de l’hôpital, la nuit laissait présager l’orage qui allait s’abattre sur la ville comme tout bon décor d’horreur qui se respectait…

Il grogna et sortit son téléphone pour prévenir Queenie de son retard éventuel mais les tonalités sonnèrent lamentablement dans le vide. Raccrochant, il tenta un message mais le petit point d’exclamation rouge l’informa que celui-ci ne se transmettait pas. Il retenta, en vain. Il essaya alors avec Aguistin, même résultat.

Sentant une colère sourde grimper en lui, Livio décida de retourner vers l’intérieur pour passer par un autre endroit. Alors qu’il traversait le hall, il aperçut la silhouette d’Ambroise quelques mètres plus loin. Si c’était lui le responsable de cette farce, ça allait barder…

« Qu’est-ce que tu fais encore là ? » Demanda-t-il.

Ambroise leva les mains devant lui en signe d’innocence face à la colère palpable du vampire.

« Je ne sais pas, figures-toi que j’ai voulu me téléporter ailleurs et… Me re-voilà toujours ici ! Ma seule soirée de libre et voilà que je peux même pas mettre un pied hors de l’hôpital ! Et d’ailleurs, je suis toujours un fantôme ! »

Comme pour prouver ses dires, il s’avança au moment où une jeune femme les dépassait : celle-ci le traversa sans le voir ni l’entendre et continua sa route ! Effectivement, c’était problématique. Tout autant que de ne pas pouvoir sortir par l’entrée principale. Livio commença intérieurement à pester davantage, sentant une tension familière s’emparer de ses tripes et de ses sens. Ses yeux se voilèrent un instant de noir avant de redevenir normaux, signe qu’il maîtrisait la situation.

Calme. Rester calme.

« Tu m’as bien dit que Tiberius était parti ? »

« Oui ! Il y a dix minutes. »

« Passons par la morgue, peut-être que c’est juste un problème localisé. Samhain a tendance à faire dériver n’importe quel sortilège, quelqu’un s’est sans doute planté et ça a dérivé. »

« J’espère que tu as raison. Je veux mes parasol dans les cocktails et mes filles pour la nuit moi ! Quoi ? Y’a pas de petits plaisirs ! Agui le dis tout le temps. »

Livio leva les yeux face à la gestion des priorités de chacun. Mais soit, Ambroise faisait bien ce qu'il voulait de sa nuit. Et sans attendre, ils s’engagèrent en direction des escaliers pour rejoindre la fameuse morgue... Pourvu que rien d'imprévu ne s'y trouve encore, sinon la soirée allait vraiment partir en cacahuète.
black pumpkin
 Page 1 sur 1

Ride with the moon in the dead of night » P'tit Loup





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Médecine & Science :: ➹ L'hôpital