MAGIC
LEAGUE

01.12.19
de Cyril


TOP RP
Novembre 2019



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ MAGIC LEAGUE #6 Les ARENES du DERNIER MONDE !
☆ Evénement #116 - Une mission de CYRIL ☆


Partagez
 

 Mangeons du rêve (avec Premimi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kot O'Neill



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kot O'Neill


╰☆╮ Avatar : Richard Dean Anderson

Ѽ Conte(s) : Halloween Town - Folklore russe
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kot Baouin

✓ Métier : Emmerdeur professionnel
Mangeons du rêve (avec Premimi) 78746510

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 311

Mangeons du rêve (avec Premimi) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 3 Nov 2019 - 20:01

Mangeons du rêve
Quand un chat s'ennuie, les souris se cachent dans la nuit


La fraicheur de la nuit était à son paroxysme. L’homme sur le banc, emmitouflé, ressemblait plus à un asticot qu’à un être humain. Les mains usaient par le froid, le souffle court… La bouteille proche de son oreiller de fortune faite avec des tissus imbibés d’odeur de pisse, et pas que celles de chats en plus … Kot observait ce pauvre homme depuis un arbre… Il s’amusait à imaginer tranquillement sa mort alors que sa queue faisait chavirer encore des feuilles des arbres. Que le monde était moche peuplait d’humain. Les humains se pensaient tout puissant, alors que l’intérêt de leur existence n’était que pour s’auto détruire. Être un chat était bien mieux … et quoi qu’il déteste les humains, il pouvait dire qu’ils étaient au moins utile pour remplir son ventre toujours vide.

L’homme barbu se retourna de dedans son sarcophage. Cauchemar ou rêve ? Kot pouvait sentir l’odeur agréable de la peur sortant des pores crades de l’homme. Cauchemar. Et un bon en plus. Le genre qui laisse des séquelles dans la journée, et qui finit par rendre fou s’il ne fait que tourner dans l’esprit. Joueur, Kot décida de se lever de sa branche.

- Si j’arrive à attraper toutes les feuilles avant qu’elle ne tombe au sol, alors je le tue.

Kot montra son illustre postérieur à la branche avant de s’assoir avant de faire tomber cinq ou six feuilles. Rapidement, se changeant en fumée, il se déplaça pour attraper les feuilles avant de voir leur contact avec le sol. Les quatre pattes sur la terre ferme il observa les feuilles dans sa gueule en louchant. Fier d’avoir encore une fois battu le temps … mais alors qu’il allait les lâcher, un autre feuille fut arraché par un vent sortit de nulle part. Elle tomba doucement alors que notre chat avait perdu tout envie de la rattraper.

- Tant pis, je vais le tuer tout de même.

Alors que Kot s’approcha de l’homme dormant, il sauta sur le banc, puis observa sa victime en se couchant à côté. Il lui donna alors simplement et purement un coup de patte, griffe sortit, pour vérifier l’état de sommeil. Si le sommeil n’était pas assez profond, les gens pouvaient se débattre de l’emprise de Kot, et cela l’agaçait… Il avait pourtant dit que s’il ne rattrapait pas toutes les feuilles, il le laisserait vivre … Mais il n’avait pas envie d’être quelqu’un d’honnête. Il se cacha dans le cauchemar de l’homme et il l’envenima, le rendit pire, l’homme se réveilla alors juste à temps pour que le chat démoniaque n’utilise ses griffes pour trancher ses veines ressortant par la peur. Et un inutile en moins, un. Comme les mouches que les humains tuent, Kot tuaient les humains qui ne lui apportaient rien. C’était ainsi. C’était un jeu, une souffrance qu’il leur infligeait… mais personne ne pensait jamais à la souffrance des insectes dont les ailes se collent aux papiers tue-mouches…

Soupira, il se remit à s’ennuyer, léchant le sang de l’humain de ses griffes, il se débarrassa des preuves de sa barbarie… il était sur que Violette n’apprécierait pas que son ami chat soit un tueur … Ce n’était pas comme s’il le cachait, au vue du nombre de rats qu’il lui avait rapporté …

Dandinant ses fesses princières, il se déplaça dans la ville observant villas et maisonettes se trouvant à ses côtés… pourrait il en raser une ? Y mettre le feu ? Peut être … cela aurait pu être si délicieux…. Trouvant la maison parfaite pour créer un brasier, il eu la clarté d’esprit de vérifier que rien d’utile ne pourrait être subtilisé … Se déplaçant il arriva par une fenêtre de l’étage, pile dans une pièce où un homme et une femme dormaient … pouvait il les enquiquiner avant de les tuer ? Il prit le choix que oui… Se déplaçant, il mit son corps de chat noir sur tout le long du corps de l’homme, et il entra dans ses rêves…Dérangeants, et étranges… parce les humains avaient cette faculté de n’être intéressant d’aucune manière.

HRP – Je te laisse le choix de dire le rêve, et le fait qu’il voit un chat noir squattait de manière éhontée.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥








I want one
signature par littleharleen
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83235-les-chiens-ont-des-pr http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83276-humains-ouvre-moi-la-porte-toi-qui-as-la-cle-liens-de-kot http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83277-humains-c-est-ma-maison-ici-les-rps-de-kot#1141094

Erwin Dorian



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Erwin Dorian


╰☆╮ Avatar : Rufus Sewell

Ѽ Conte(s) : Coeur de Princesse/Le Prince et le Pauvre
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Preminger

✓ Métier : Notaire
Mangeons du rêve (avec Premimi) Badge12

☞ Surnom : Esmée
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 305

Mangeons du rêve (avec Premimi) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 30 Nov 2019 - 12:57


Mangeons du rêve (avec Premimi) Ko6gMangeons du rêve (avec Premimi) SgapMangeons du rêve (avec Premimi) Batd



Du rêve que fut ma vie, ceci est le cauchemar


Dormir d’un sommeil de plomb était un terme bien disgracieux pour un roi mais il fallait admettre qu’il illustrait parfaitement à la situation qui se déroulait dans la demeure de Maître Dorian. Même autrefois, il avait toujours eu le sommeil des innocents même lors de sa vie au palais. Son esprit appréciait avec une rapidité dévorante le repos offert lorsqu’il posait la tête sur son oreiller.
Egoïstement, chaque heure de la nuit, il tirait à lui, dans son sommeil, toujours un peu plus les couvertures, obligeant son épouse à se rapprocher de lui tout en contractant l’ensemble de son corps pour conserver de la chaleur. Parfois, elle se réveillait, en grelottant presque mais n’avait pas le coeur de l’éveiller à son tour. Après tout, il était assez imperturbable dans son sommeil. Et pour cause, l’esprit du ministre était à des lieux de ces préoccupations triviales.
Il déambulait actuellement dans le couloir principal du troisième cabinet du second secrétaire attitré au comte Léopold, de sa démarche pédante.

- « Je suis au regret de vous indiquer que nous n’avons rien trouvé, Monsieur Preminger » soupira le garde d’un ton fébrile.

Que le garde se rassure pourtant, la nouvelle qu’il sous-entendait enchanta le coeur du ministre, là où la tristesse aurait été de mise. Il se retenait de ne pas rire au nez de l’imbécile qui lui faisait face. A la place, il porta la main à sa tête, mimant une douleur atroce, presque migraineuse.

- Oh Ciel… Serait-ce possible que ?...Non, je ne puis m’y résoudre, que vos équipes fouillent encore le secteur, elle ne peut avoir parcouru plus de chemin…

Le garde obtempéra, claquant les talons et disparu tout d’un coup. Preminger cligna des yeux. Il n’avait même pas eu le temps de froncer les sourcils que l’individu s’était évaporé… Ce qui était...bizarre non ? Un individu ne disparaissait pas comme ça… Mais pourtant voilà presque que son esprit oubliait déjà ce fait, trop occupé à toiser avec satisfaction son portrait dans la salle du trône. Véritable chef d’oeuvre que cela était. Une parfaite illustration de son essence.

- Monsieur le Conseiller, si vous me permettez où en sont les recherches ?

Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas entendu cette voix… Et pourtant elle n’avait guère changée. Pourquoi cette pensée subite ? Arraché à sa propre vue, il tourna ses yeux méprisants vers son nouvel interlocuteur.

- Vous vous permettez déjà bien trop de chose, Julian… Je vais vous dispenser de celle-ci...Par ailleurs...N’ayez crainte, elle viendra bientôt vous rejoindre. Vous ne serez plus seul ici…

Il ricana désignant les lieux sombres qui les abritaient. Plus aucune peinture à l’horizon, juste de la terre et les irrégularités dont les coups de pioche avaient sillonnés les murs. Au centre de l’obscurité, son costume bigarré s’imposait comme une étrange tâche de peinture au coeur de la terre.

- Vous n’y parviendrez pas…

- Oh Julian, N’es-tu pas en présence d’un ROI ? Je peux tout...Tout ! Ici bas.

Une joie sinistre secoua son corps d’un rire macabre, tandis qu’il désignait tour à tour, les différents portraits qui venaient progressivement agrémenter les murs noirs de la mine. L’un le désignait vêtu d’un manteau d’hermine, l’autre d’une couronne, un tableau en pieds représentait son couronnement. Tandis que son rire rebondissait sur les parois de la caverne, il se laissa glisser sur une montagne d’or, les pièces parsemant les alentours et sa propre vision.
Tandis qu’il observait Midas courir après une pièce d’or, la reine Geneviève pleurait, assise sur le trône voisin au sien. Il avança vers elle, s’installa avec une joie non dissimulée sur celui qui lui revenait de droit et désigna d’une main les quelques statues qui leur faisait face.

- Qu’en dites-vous ma chère ? Laquelle plaît à votre vue ?

Toutes le représentaient dans différentes postures plus flatteuses les unes que les autres. La plus spectaculaire restait, sans détour, celle le hissant sur un cheval, l’épée à la main et coiffé d’un chapeau à plume du plus bel effet.

- Celle-ci est superbe non ? Oh et puis, pourquoi choisir ? Chaque salle devrait avoir sa statue.

Il frappa dans ses mains et chacune des statues disparurent instantanément. Depuis quand avait-il des pouvoirs ? Son cerveau semblait ne pas vouloir se préoccuper de la question mais son esprit tentait d’y revenir malgré lui. Il n’était pas né avec de la magie… Son royaume n’en comportait pas. Est-ce… Parce que le Ciel le voyant si glorieux venait de lui accorder le statut de divin ? C’était une possibilité qui bien que incroyable n’était si saugrenue. n’avait-il pas toujours pensé que le monde lui appartenait ?
Déjà cette impression étrange s’éloignait à nouveau, se focalisait sur quelque chose de nouveau.

- Je pense qu’ôter ce tableau sera une bonne chose. Il appartient au passé.

Il affirmait plus qu’il ne posait la question tout en désignant l’ultime trace qu’Anneliese gardait encore sur le palais.

- Si vous le faites, ce serait comme si vous la tuiez...murmura Geneviève d’une voix blanche.

Il tourna la tête vers son épouse et posa son index sur sa joue. Même si elle s’était raidie, celle-ci pivota la tête vers lui, comme surprise par ce geste délicat presque affectueux de sa part.

- Oh ma chère….souffla-t-il presque tendrement, tandis que son doigt glissait jusqu’à son menton, le relevant jusqu’à croiser ses yeux, Ma très...chère Majesté, ça, je l’ai déjà fait…

Un sourire sardonique déforma ses traits et pour la première fois de sa vie, il incarna à la fois la beauté et la réelle laideur.

- Que dites-vous ?

Il allait se faire un plaisir de répéter...C’est alors que son œil détecta quelque chose de plus anormal que l’ensemble des phénomènes curieux qui venaient de produire. Un chat. Ce qui ne semblait pas pas outre mesure étrange compte tenu des circonstances. Mais pourtant la présence de ce chat l’ébranla jusqu’au fond de lui-même. Comme si… Il ne devait pas être là ?
Ce qui une nouvelle fois restait l’évidence même. Il détestait ces animaux et au sein de son palais, encore plus encore :

- Midas ! Appela-t-il brusquement.
Le reste du temps semblait s’être figé. Un homme d’aspect familier bien que Preminger aurait pu jurer ne jamais l’avoir croisé au sein du palais, s’avança vers lui, vêtu d’étranges vêtements noirs et d’une ficelle nouée autour d’une chemise blanche. « Une cravate » souffla son esprit sans qu’il ne sache pourquoi. Loin de toute obséquiosité, bien qu’il puissa relever une dose importante de respect dans l’attitude de l’homme et une certaine forme d’adoration, ce dernier se posta devant lui :

- Erwin ? Qu’est-ce qui se passe ?

Preminger en demeura un bref instant interloqué puis il se leva avec hauteur :

- Comment osez-vous, Infecte paysan ! Je suis votre Roi ! Vos excuses, sur le champ.

Pour qui s’était pris ce rustre. Le tutoyer ! L’appeler par son prénom !
Le visage de son étrange interlocuteur ne manifesta pas une once de peur, à l’inverse, un sourire d’incompréhension glissa sur son visage :

- Je m’excuse si tu veux... Enfin Erwin, tu sais bien que...Tu n’es pas réellement roi ici…

Preminger aurait juré que le chat venait de rire. Inversement la situation ne l’amusait pas le moins du monde.

- A genoux et dans ma magnitude, j ’amoindrirais ta peine à dix ans de pain sec.
Il claqua des doigts mais cela ne fit pas le moindre effet. L’homme resta devant lui, comme partagé entre l’envie de résister et celle de s’exécuter. De l’autre côté, Georgia.. Non Geneviève était restée figée.

- Ca n’a aucun sens...Mais si…

Le regard de Preminger s’arrêta soudain sur un détail. Insignifiant de prime abord, presque invisible et pourtant… Le reste de la salle se dilua dans cet infime élément, se flouta. La dent d’or de l’étrange homme. Impossible. Et pourtant. Il avait appelé Midas et il était arrivé. Il lui obéissait et le connaissait. La lueur qui avait vu passer dans son regard et cette étrange familiarité… Plus encore, à présent que son esprit le reconnaissait, quelque chose émergeait au-delà de cette révélation. Quelques souvenirs...D’une vie qu’il n’avait pas vécue. Et d’une vie dont on l’avait privé. Toute cette réalité n’était pas tangible. Rien ici n’existait réellement. Là résidait l’explication aux curieux phénomènes…
Il rêvait.
Alors que faisait ce chat dans ce rêve ?



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Mangeons du rêve (avec Premimi) Arc6Mangeons du rêve (avec Premimi) Zsza
                                                 [/spoiler]Praise that the reign of Preminger is here!
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80427-how-can-i-refuse-erwi

Kot O'Neill



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kot O'Neill


╰☆╮ Avatar : Richard Dean Anderson

Ѽ Conte(s) : Halloween Town - Folklore russe
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kot Baouin

✓ Métier : Emmerdeur professionnel
Mangeons du rêve (avec Premimi) 78746510

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 311

Mangeons du rêve (avec Premimi) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 2 Déc 2019 - 0:28

Mangeons du rêve
Quand un chat s'ennuie, les souris se cachent dans la nuit


D’abord observer ensuite agir, telle était la première étape vers l’emmerdage professionnel qui faisait la fierté de notre chat. Il fallait voir, trouver la faille et sauter dedans pour en faire quelque chose de plus grand … de grandiose à l’image de ce chat si parfait qui créa un miroir dans le rêve pour s’observer quelques instants. Laissant ensuite le monde changeait plusieurs fois, notre chat observa cette histoire des plus ennuyante. Laissant l’homme se prendre pour un chat …

Cette comparaison ne plu pas à notre chat. Seul un chat aussi parfait en tout point que lui avait le droit, et la possibilité d’expliquer au monde sa supériorité … laissant l’homme l’apercevoir, il sentit son malaise… Kot était dans un rêve à double pensé. C’était à dire un rêve de quelqu’un qui savait encore être dans un rêve dans une moindre mesure. Il remarquait les détails qu’un homme dans un véritable rêve, un rêve profond, ne remarquerait pas.

Dans l’état de rêve profond, Kot pouvait tuer sans soucis. Tuer la personne dans le rêve et le corps pense que son âme est morte … crise cardiaque. Fin de la vie. Voilà ce qu’il se passe la plupart du temps… Kot était un peu déçu que l’homme, bien que bien dormant, ne se soit pas plus profondément enfoncé dans son rêve. Quel ennui, c’était en tout cas sa pensée. Le reste se passa sans que Kot n’eut à faire quoi que ce soit … Le chien Midas n’apparu pas … Et un homme lui soufflant les vérités de la vie apparu… Kot s’était placé à côté et en rit malgré lui. C’était tout de même assez drôle. Essayant de ne pas éclater de rire … Peut être aurait il dû ? Il observait encore ce monsieur si proche des chats, mais restant si moche.

Alors que tout commençait à se faire flou … que tout commençait à vaciller dans le rêve d’un homme trop présomptueux … Kot ne tient plus, et assis sur un petit muret se mit à rire comme un homme bourré au point d’en tomber à la renverse. Le monde était si drôle, et le rire du chat était si puissant, que le son fut écho d’une manière inhumaine.

Kot s’approcha de l’homme à quatre pattes, tout en rigolant toujours de la médiocrité de cet homme qui voulait devenir roi… n’y avait il pas une chanson sur un jeune lion qui avait le même rêve ? Idiotie et connerie, c’était des larmes de moquerie qui roulaient sur ses joues poilus.

Le chat noir se rapprocha et s’assit alors sur ses fesses, faisant disparaitre tout autour de l’homme. Tout était devenu noir, sauf eux deux. On pouvait entendre des bruits que Kot créaient de toutes pièces dans l’esprit de l’homme. Un bruit de battement de coeur. Pourquoi ? Parce qu’après autant d’années de vie Kot avait appris qu’il n’y avait rien de plus effrayant que de n’entendre que son coeur battre et plus rien autour.

- Tu sembles un peu bête toi comme humain non ? En plus de te croire beau, il semblerait que tu fut bercé trop près du mur… Voudrais tu que j’abrège tes souffrances ?

Boum Boum était le bruit du coeur qui se faisait de plus en plus fort alors que Kot ne bougeait pas. Une statue ? Peut être. Dans les rêves, il pouvait commander beaucoup de chose, surtout quand les hommes ne donnaient aucune résistance. Souvent, c’est quand les gens comprenaient que ce n’était pas simplement un rêve du subconscient étrange, mais qu’une entité bien réelle venait voir ses rêves. Si Kot se faisait souvent discret dans le rêve des gens … Dans celui ci il avait envie de confronter l’homme à son idiotie de se prendre pour un roi … alors … s’il devenait un chat pour une nuit ? Dans le rêve, Kot le transforma en chat. Et s’approcha de lui

- Tu es bien plus beau comme ça.

HRP - Dans un rêve Kot peut tout commander, avec un peu de pouvoir. Erwin peut aussi modifier son rêve (comme quand tu commandes ton rêve) mais on va dire que c’est plus minime en espérant que ça te va Mangeons du rêve (avec Premimi) 675216545


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥








I want one
signature par littleharleen
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83235-les-chiens-ont-des-pr http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83276-humains-ouvre-moi-la-porte-toi-qui-as-la-cle-liens-de-kot http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83277-humains-c-est-ma-maison-ici-les-rps-de-kot#1141094

Contenu sponsorisé








Mangeons du rêve (avec Premimi) _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Mangeons du rêve (avec Premimi)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations