MAGIC
LEAGUE

01.12.19
de Cyril


TOP RP
- bientôt -



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ You Are my Buddi ☆ Evénement #115
Une mission de seb - 20 octobre 2019
Une mission toute mignonne, toute gentille !

Partagez
 

 Idiocracy (Nora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Sherlock Holmes


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


Sherlock Holmes


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sherlock Holmes

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4525

Idiocracy (Nora) _


Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Ven 8 Nov 2019 - 13:12

" Il paraît que je mérite des baffes. "





« Si ma femme me trompe, c’est quand même le pompom, je lui ai tout fait ! Tout donné, toute ma vie, sans compter le chien, le chat, les enfants, j’ai toujours été présent, alors j’vois pas où cela aurait pu nous mener, je suis vraiment dans le brouillard le plus total et... »


Sherlock n’écoutait qu’à moitié. Les yeux mi-clôt, le regard tourné vers l’extérieur, il fixait la ruelle. C’était une de ces journées du début du mois de Novembre. L’hiver envoyait ses sentinelles pour commencer à habituer les gens au froid. Tout le monde était surprotégé dans le rue, et Sherlock pouvait lire encore dans les yeux de certains passants la nostalgie de l’été qui était parti tard cette année. Comme à chaque fois, la transition était humide et brutale.

« … puis faut voir ce que je me coltine comme belle-mère !..Et François il est si, et François il est là... »


« Stop. »


Sherlock s’était retourné brusquement, et il avait levé la main. Aussitôt, l’homme en face de lui, habillé dans un chaud pull en laine de Noël le regardait d’un air un peu ahuri.

« Je ne suis pas Assistant social. Je suis détective privé. Vous êtes venu me voir pour savoir si votre femme vous trompez, la réponse était oui. Et elle l’est toujours. Maintenant, vous pouvez partir. Je vous enverrai mes honoraires. Vous faites tourner le Temps inutilement. Je vous économise de l’argent, et moi, vous m’économisez de l’énergie. Tout le monde est gagnant. Bonne journée M. Pignon. »


Poussant presque le client dehors, ce dernier rouspéta encore sur plusieurs marches. Soupirant, Sherlock s’élança à grandes enjambées vers la cheminée qui ronflait à tue-tête en cette période de l’année. Les braises étaient ardentes, et il tendit les mains. Enfin tranquille. Fermant pleinement les yeux, il profita de la quiétude du lieu pour…
Tac. Tac.
Ses yeux s’ouvrirent aussitôt. Démarche à moitié assurée, féminine, récurrente, elle passait régulièrement pour monter à l’étage supérieur. Tournant le dos au feu d’un geste sec, Sherlock marcha de sa démarche droite et rapide vers la porte. Pile au moment où la personne était sur son palier, Sherlock l’ouvrit d’un geste sec et fit un pas pour se retrouver quasiment nez à nez avec elle.

« Oh. Désolé. Vous devez être la femme de ménage. Entrez, entrez ! »


Un sourire sadique sur les lèvres, Sherlock resta en face de la jeune femme et tendit son bras pour l’inviter à rentrer. Voyant qu’elle ne suivait pas, il se mit à ricaner. Puis, la balayant d’un seul regard inquisiteur, son ricanement se fit de plus en plus sadique et ironique.

« Je plaisante. Je sais très bien que vous n’êtes pas la femme de ménage. Vous êtes trois hypothèses différentes. Soit l’amie d’Eurus, soit sa dame de compagnie, soit sa petite amie. Ou… Un savant mélange de tout ça. »


Bougeant les mains comme un savant fou devant ses yeux, Sherlock tendit la bras en croix, puis les referma comme un fou furieux pour les claquer devant son nez.

« Hm... »


Vérifiant quelques uns de ces réflexes, Sherlock tourna une de ses boucles de cheveux d’un air pensif et fit le tour de Nora comme s’il était en train d’acheter une bête au marché aux bestiaux.

« Athlétique. Musclée de toutes les parties du corps… Ce qui signifie que vous vous entraînez intensément, sans savoir vraiment pourquoi vous vous entraînez ni dans quel but... »


Sherlock repassa devant elle et pencha bizarrement la tête sur le côté, comme si il cherchait à lire un lire mal positionné :

« Et vous faîtes du twrling bâton ? Ou du bâton de combat ? Vous avez les triceps et les muscles sous les aisselles bien développés… Qui fait encore ce sport de nos jours ? »


Tournant encore plusieurs fois, Sherlock termina de l’examiner puis il finit par dire :

« Alors j’opterai plus pour la Dame de Compagnie d’Eurus Holmes. Entre la petite amie et l’amie tout court, qui ne sait pas vraiment ce qu’elle veut. Vous venez ici régulièrement, et vous êtes de la famille divine… Je vois des poils de ce stupide cabot, mais aussi de cette bête étrange et moche qui parcourt Olympe avec les yeux qui louchent. Vous avez leurs poils ici, ici et ici. »


Désignant les différents endroits où Sherlock voyait des poils de Machin et Franck, le détective s’avança un peu. Fronçant les sourcils, son visage était à quelques centimètres de celui de Nora.

« Visiblement, Dame de Compagnie ne vous convient pas. Tempe qui se contracte, mâchoire également, vous êtes en colère. Oh, intéressant, votre carotide m’indique également que des sentiments plus fort que de la colère sont en jeu… Soit vous ressentez quelque chose pour Miss Holmes, soit vous ressentez quelque chose pour moi… La première hypothèse semble plus correcte… »


Finalement, Sherlock recula, plaçant ses mains devant lui, comme s’il priait et plissa une dernière fois les yeux. D’un geste circulaire de la main, comme s’il avait un ordinateur devant lui et qu’il voulait passé une page d’un ouvrage invisible, il poursuivit :

« Et pour finir… Vous ne savez pas vraiment où vous en êtes dans votre vie de manière générale. Coiffure anarchique, vêtements froissés, et tout un tas d’autres détails croustillants qu’on voit d’un seul regard. Je comprends pourquoi ma sœur s’intéresse tant à vous. Vous êtes un sujet idéal. »


Finalement, Sherlock déploya sa main droite et lui tendit à bonne distance.

« Sherlock. Sherlock Holmes. Enchanté. »


« Il est trop fort ! Un professionnel !  Légendaire !»


Il tendit la main à la manière de Sherlock, et très pompeusement et officiellement, il déclara :


« Pignon. François Pignon. Enchanté. »


Sursautant, Sherlock faillit avoir une attaque. A quelques pas d’eux, François Pignon les regardait, d’un air ravi, un peu benêt mais profondément émerveillé. Passant une main sur son visage d’un air las, Sherlock soupira. Ce type était épuisant.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
Electric Love
Faire des cookies? Qui a eu cette idée stupide?

Nora


« De la nuit, il ne
restera que des cendres. »


Nora


Idiocracy (Nora) 771118Sanstitre1

╰☆╮ Avatar : ➹ Daisy Ridley

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

Idiocracy (Nora) Generation-Vigrid-2

☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10548

Idiocracy (Nora) _


Actuellement dans : « De la nuit, il ne restera que des cendres. »


________________________________________ Ven 8 Nov 2019 - 14:09






Je n'avais pas besoin qu'on décrive...
de manière aussi crissante...
ma vie...
#Sherlodepression



    Apple adorait passer l'aspirateur. A dire vrai, on adorait tous le fait que ce soit Apple qui s'occupe de cette tâche. Quand on s'était partagé les corvées, on avait opté pour quelque chose de totalement différent. Au final, on avait décidé que je m'occuperais des toiles d’araignées au plafond, et des choses en hauteur. J'étais la plus svelte, la plus athlétique, du coup, c'était plus facile pour moi de m'étirer, que de me pencher. Pour tout ce qui était au raz du sol, c'était Socrate qui en avait la charge. La cuisine appartenait à Meg. Elle était étrangement douée pour donner du goût à tout ce qu'elle cuisinait. Et elle aimait faire ça. Quant à Apple, elle passait l'aspirateur. Et comme je l'avais dit précédemment, ce n'était pas sa tâche première, mais c'était celle qui nous convenait le mieux, à tous. Car quoi qu'elle faisait, elle le faisait en chantant. Et même si elle avait une magnifique voix, l'entendre tout le temps, que ce soit quand elle allait chercher le courrier, quand elle rangeait les disques, ou quand elle faisait la vaiselle, c'était légèrement... mais très légèrement... énervant. Socrate en avait eu assez. L'aspirateur était la seule tâche où on n'entendait pas Apple, car le bruit couvrait sa voix. Ca nous convenait à tous, et il n'y avait plus de disputes dans la colocation.

    Voilà ce qui m'était passé par l'esprit quand Sherlock m'avait confondu avec la femme de ménage, avant de me faire remarquer qu'il n'était pas sérieux. Selon lui, je n'étais pas conviée à venir accomplir cette tâche ici. Je devais soit être une amie d'Eurus, ce pour quoi il ne se trompait pas. Soit être sa dame de compagnie. Si il voulait dire par là qu'on passait du temps ensemble, il avait raison. Mais comme j'entendais souvent les gens parler d'animaux de compagnie, je n'étais pas sûre que ce terme me convenait. Et enfin, il avait évoqué la possibilité que je sois la petite amie d'Eurus. Il m'avait bien regardé ? Je n'étais pas très grande, mais je n'étais pas petite non plus. J'étais plus la moyenne grande amie d'Eurus, que sa petite amie.

    Il s'était ensuite mis à me détailler physiquement. Je l'avais laissé faire, sans trop savoir pourquoi. Quand j'avais voulu ouvrir la bouche pour lui demander d'arrêter, il avait parlé de mon bâton. Comment qu'il pouvait savoir ? C'était Eurus qui lui en avait parlé ? A dire vrai, vue qu'il ne semblait pas savoir qui j'étais réellement, c'était qu'Eurus ne lui parlait pas de moi. Pourquoi elle ne lui parlait pas de moi ? Ce n'était pas si grave que cela après tout. On était qu'amis de taille normale.

    Je vivais en colocation avec trois personnes qui avaient toutes un caractère bien à eux. D'ordinaire, si on s'était rencontré par hasard dans la rue, on ne se serait même pas adressé le moindre regard. Dans ma vie, j'avais toujours fait des rencontres surréalistes. Rien qu'avec Eurus. Elle était une voleuse. Je ne fréquentais pas ce genre de personnes. Et pourtant, je m'étais surprise à non seulement l'apprécier, mais aussi à un peu trop flasher sur elle. Ce n'était pas bon quand je flashais sur quelqu'un. Ca finissait toujours mal. J'avais flashé sur Elliot la première fois où je l'avais vue. Je l'avais embrassé. J'avais ensuite appris qu'il était marié, mais qu'il était aussi Surt, et pour finir... Chronos. Ce n'était pas bon quand je flashais sur quelqu'un. D'ailleurs, je n'utilisais jamais le terme flasher. C'était Apple qui l'utilisait. Et elle l'utilisait un peu trop souvent, car elle flashait sur pratiquement tout ce qui bougeait. Tout ça pour dire, que je fréquentais des personnes qui étaient très différentes de moi, et je ne comprenais pas comment que tout ça pouvait m'arriver.

    Je n'ai jamais trouvé ma place dans ce monde. Ni dans celui où je vivais avant d'être ici. Je n'ai jamais trouvé ma place dans notre colocation. Je n'ai jamais trouvé ma place auprès d'Elliot, ou de toutes les personnes que je fréquentais d'ordinaire. J'ai une coiffure des plus ordinaires, tentant au mieux de mettre de l'ordre dans mes cheveux. Mes vêtements sont souvent froissés. Car je cours tout le temps, je bouge constamment. Au final, je fais rarement du sur place. Il y a tout un tas de détail sur moi, quand voit au premier coup d'oeil et qui montrent que je ne suis personne. Que je suis simplement une fille paumée, dans un monde qui n'est pas le siens. C'était en gros ce qu'était ma vie, résumée par le frère d'Eurus Holmes.

    Ce dernier se présenta, tout comme un ami à lui, un certain François Pignon. En plus d'avoir été quelque peu humiliée, mais à juste titre, vue qu'il n'avait été coupable que de m'avoir décrite comme tout le monde me voyait, il avait jugé bon de le faire en public. Je ne savais pas pourquoi ça m'avait pris, mais ça faisait déjà un petit moment que je rigolais et que je n'arrivais pas à m'arrêter. C'était arrivé comme ça. Il avait tellement bien décris mon existence, que ça m'avait rire de voir à quel point je n'avais pas réussi moi même à en savoir plus sur moi, alors que j'étais un véritable livre ouvert.

    « C'est un rire prodromique ou pathologique. J'ai lu une étude sur ça. » précisa François, tout en m'observant.

    Je ne pu m'empêcher de rire une nouvelle fois. Je ne comprenais rien au charabia qu'il venait de prononcer.

    « Certaines personnes rient. D'autres rient aux larmes. D'autres rient sans les larmes, mais pleurent de rire. Au final, les gens rient, et ça leur fait mal. Je pense que des antidépresseurs seraient à prescrire, docteur. » dit-il à Sherlock.

    Je tentais au mieux de m'arrêter. Ce n'était pas évident, et un verre d'eau m'aurait fait le plus grand bien.

    « Ca va... ça va... » dis-je entre deux rires en me tenant le ventre.

    C'est fou ce que ça pouvait être douloureux de rire, parfois. Ca ne m'était jamais arrivé à ce point. Ce qui m'effraya, c'était que cet homme avait peut être raison. Je souffrais de quelque chose, car je sentais des larmes monter à mes yeux. C'était à force de rire. Du moins, je le pensais. Mais l'homme sembla inquiet.

    « Ca y est, elle pleure. J'appelle les secours ! »

    L'homme sortit un téléphone portable et commença à composer quelque touches. J’eus le temps de poser la main sur le téléphone, avant que quelqu'un lui réponde.

    « Ca va... » répétais-je en séchant mes larmes, et en m'arrêtant totalement de rire.

    La crise était passé. J'avais fait une crise de rire... je ne savais pas que c'était possible. Est ce que je devais consulter ? Enfin quelqu'un d'autre que la psy que je voyais déjà ?

    « Je vais bien... » me rassurais-je, tout en rassurant les personnes autour de moi.

    Puis, je pris une grande respiration, et j'adressais un regard à Sherlock

    « Je fais du sport. Beaucoup de sport. C'est pour ça que mes vêtements sont froissés. »

    Ca me semblait être la chose la plus importante à préciser. Il m'avait attaqué sur ma façon de m'habiller, et sur le fait que le sport que je faisais, servait à rien. C'était juste... méchant.

    « Et je ne m'entraîne pas inutilement. » ajoutais-je, sans trop entrer dans les détails.

    Car même si je m'entrainais dans le but d'être forte, je ne savais pas pourquoi je faisais cela. Ma force ne me servait à rien ici. Les gens d'ici, ils avaient des pouvoirs. Je n'en avais pas. Par conséquent, il ne me restait que la force physique en cas de soucis que je pourrais rencontrer. Ce n'était pas inutile mon entrainement ! En tout cas, vue sa façon cassante de me parler, je reconnaissais bien le côté Eurus qu'il avait en lui. A la différence que contrairement avec Eurus, je n'étais pas forcé de me montrer gentil avec lui. D'ailleurs, ni avec elle...

    « Vous avez une façon bien à vous de vous présenter aux gens. » dis-je en le fusillant du regard, avant de me rendre compte que je ne m'étais pas présenté. « Nora. » débutais-je. « Je suis... »

    Là, j'en un blocage. Pendant quelques instants, je ne su pas quoi répondre. Puis, je me mis à sourire nerveusement.

    « Ca va lui reprendre. J'appelle les secours cette fois ! » s'exclama François, tandis qu'il brandit une nouvelle fois son téléphone portable.

    Je le lui saisis, et le jetais à l'autre bout de la pièce. Pourquoi j'étais si agressive tout à coup ? Et pourquoi les mots ne sortaient pas ? Je n'avais qu'à dire qui j'étais aux yeux d'Eurus. Ce n'était pas compliqué !

    « Je suis une amie d'Eurus. C'est tout. »

    Voilà. Qu'il ne m'énervait pas d'avantage...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥





Je n'avais pas besoin qu'on décrive...
de manière aussi crissante...
ma vie...
#Sherlodepression


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74522-fiche-personnage-nora http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74522-fiche-personnage-nora-sinmora#815323 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74522-fiche-personnage-nora-sinmora#815323

Sherlock Holmes


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


Sherlock Holmes


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sherlock Holmes

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4525

Idiocracy (Nora) _


Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Mar 12 Nov 2019 - 21:58

" Il paraît que je mérite des baffes. "





Sherlock resta droit, de marbre, stoïque. Ecoutant la réponse de Nora, il ignora copieusement Pignon, qui s’était improvisé secouriste. Les bras le long du corps, dans son costume taillé sur mesure, on aurait pu penser un instant à une statue de cire. Soudain, avec une lenteur indéchiffrable, il fronça doucement les sourcils. Il l’avait blessé. Frappé au coeur, directement. Il n’était pas expert des relations sociales, ou même de ce que pouvait ressentir les autres. Ce qu’il savait en tout cas, c’était que généralement, chez des personnes assez fragiles psychologiquement, ou en détresse émotionnel, ses analyses pouvaient avoir des effets semblables. Il n’avait vu cela que quelque fois, et c’était assez étonnant, à chaque fois. Bien sûr, il était hors de question de s’excuser. Ne disant rien, Pignon revint avec son téléphone :

« Heureusement que j’avais mis une coque anti-choc ! La dernière fois j’avais laissé mon téléphone sur le toit de ma voiture, et zoup ! Cassé ! Bon, allez ! On ap... »


Sherlock avait levé la main, d’un geste sec et direct, faisant taire immédiatement le petit bonhomme à côté de lui.

« Nous n’appellerons personne aujourd’hui François. Elle va bien. »


C’était bien évidemment faux, et Sherlock le savait. Pignon lui, pencha la tête de côté et poursuivit :

« Comme vous voulez, mais une fois, un ami à moi a fait un truc semblable ! C’était pas jojo ! Il a pu sortir que pour Noël ! Pourtant c’était un mec standard, sans soucis, sans affaire, mais on a appris qu’il avait des problèmes financiers. Alors j’ai commencé à mener moi aussi ma petite enquête ! Détective ou pas croyez le ou non, Bah Stéphane était accros aux jeux à gratter ! Seulement là, au bureau de tabac, y’avait plus de numéro fétiche, enfin plus le siens, c’est le huit, me demandez pas pour... »



« Une amie d’Eurus hm ? Je ne savais qu’Eurus avait des amies. Génétiquement, c’est peu probable. »


Pignon ouvrit la bouche, à côté de lui, puis regarda alternativement Nora puis Sherlock. Ce dernier n’avait pas bougé, toujours droit comme un i, les yeux plongés dans ceux de Nora. A vrai dire, on savait qu’il réfléchissait avec une vitesse de croisière propre à lui.

« Vous feriez bien de rentrer. Elle est sortie. Attendons là, à l’intérieur. »


C’était une phrase simple. Il n’ajouta rien. Aucune pique, aucune remarque glaçante, même si sept lui étaient venues à l’esprit, il n’en dit rien. Pour le moment.

« Je suis sûr que François serait ravi de vous apprendre à fabriquer une version d’Olympe en allumettes. »


Il y eut un silence pesant… Puis… Un éclair passa dans les yeux de Pignon, ainsi qu’un sourire dément. Il tremblait d’excitation.

« OH !! Je n’ai jamais eu de projet aussi fou depuis la compétition de boomerang de mon ami Jacques !!! Venez, vous allez essayé de me dessiner une partie d’Olympe ! Ca à l’air d’être un bel endroit ! Comme tout ici d’ailleurs ! »


Piégée. Sherlock fit demi-tour, et rentra dans son antre en premier d’un geste sec, rapide et robotique. Traçant son chemin de manière précise au milieu du cafarnaeum bien organisé, il s’assied dans son fauteuil, les mains jointes devant lui. Un léger sourire en coin apparut sur son visage. Enfin, il pourrait avoir un léger moyen de pression sur Eurus. Léger… Cette fille était peut être bien plus importante pour sa sœur qu’il ne l’avait imaginé en réalité. François, son geôlier, tenait Nora sous bras et semblait surexcité.

« Et rien de tel pour le moral que d’entamer un projet ! Alors ! Racontez moi ! Olympe… Par où on commence ? On fait qu’une seule pièce ? Je pense que ça me semble raisonnable ! Oh, il me faudrait des bâtons de colle et des allumettes, et du papier, pour commencer une esquisse ! Et du thé aussi ! Ou du café ! Chez nous en France, on adore le café ! »


Se posant avec Nora dans le divan, Sherlock les regarda, impassible, et un sourire étrangement bienveillant apparut sur son visage.

« Ne vous en faites pas pour le matériel, François, il y a tout ici. Faites parler votre art, le Temps semblera bien plus court en attendant cette chère amie. »


Ses yeux se firent perçants et se dirigèrent vers Nora. Etait-elle simplement une victime des machinations de sa sœur, ou il y avait-il quelque chose de réellement profond là dessous ? Dans les deux cas, Sherlock avait besoin d’une réponse. Et puis, cette jeune femme, avec ce regard égaré, semblait au final dégager quelque chose d’incompréhensible et de très fort.

« Alors ! Le mieux c’est de commencer par la base ! En quoi est fait le sol ? Marbre de chine ? Parquet chevronné ? Lino ? Moquette ? Oh, bon dieu, faites que ça ne soit pas de la moquette ! Je déteste la moquette, ça me fait ressurgir mes allergies... »


Pignon excellait. Et le pire, c’était qu’il était au naturel. Sherlock les regardait, attendant calmement une réaction de la part de Nora. Au bout de combien de temps deviendrait-elle mal à l’aise ? Sherlock savait qu’elle n’était pas du genre à froisser une personne comme Pignon. Ignorant complètement la question, Sherlock déclara brusquement d’un air neutre et sur le ton de la conversation :

« Oh, et bien évidemment, vous pouvez me demander de résoudre une affaire personnelle. C’est mon métier, et l’endroit est prévu pour cela. Nous pouvons faire cela en même temps que François commence sa maquette. C’est toujours palpitant de faire plusieurs choses à la fois… N’est ce pas François ? »


Pignon cligna des yeux, ouvrit la bouche, puis la referma.

« Moi ça m’angoisse un peu, mais avec vous Sherlock, ça me paraît pas improbable ! »


Il posa son crayon et attrapa la main de Nora d’un air gentil et confiant.

« Vous pouvez y aller ! Il n’y a pas de mystère que Sherlock Holmes ne puisse résoudre ! C’est un génie parmi les génies ! Une ponte ! Il est très fort ! Allez ! Nora, un mystère, Nora, un mystère ! »


Frappant dans ses mains de manière énergique, il commença à l’encourager comme un supporter de foot.

« Allez Nora, allez Nora, allllleeeeeez ! »


Sherlock ricana. Le piège se refermait de manière assez étroite. En réalité, il jubilait. Qui étiez vous, cher demoiselle, pour avoir assez d’importance aux yeux d’Eurus pour connaître son repère ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
Electric Love
Faire des cookies? Qui a eu cette idée stupide?

Contenu sponsorisé







Idiocracy (Nora) _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Idiocracy (Nora)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Baker Street