LA DERNIERE
SENTINELLE

15.01.20
de Nora


EVERYTHING
is AWESOME

31.01.20
de Anastasia


TOUT EN
D'OH

14.02.2020
de Regina



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 
-96%
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur – ...
0.94 € 20.94 €
Voir le deal


٩(͡๏̯͡๏)۶ EVERYTHING IS AWESOME
☆ Evénement #119 - Une mission de ANYA ☆


Partagez
 

 Noir corbeau [pv — Eris Morgana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Raven O'Neill



« D'OH ! »


Raven O'Neill


╰☆╮ Avatar : Amanda Tapping

Ѽ Conte(s) : Le Corbeau et le Renard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Corbeau

✓ Métier : Taxidermiste
Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 529w

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 350
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « D'OH ! »


________________________________________ Ven 17 Jan 2020 - 10:38



Dans la fraîcheur de son appartement, Raven prenait grand-soin de ses grandes ailes noires. Du bout du bec, il lissait ses plumes, réarrangeait leur position et nettoyait son beau corps de minuscules poussières. Il était beau, le plus beau, il le savait, il n’avait besoin de personne pour le lui dire. Fier de lui, de ce qu’il avait toujours été, de ce qu’il était devenu et de ce qu’il pouvait faire, le corbeau s’étira de tout son long et poussa un croassement rauque. Il n’avait pas tant besoin de pousser des cris intempestifs que d’emmerder son voisin mitoyen, qui ne manquerait pas de l’entendre, à travers la cloison commune de leurs appartements. L’oiseau noir se faisait même plaisir à fienter sur le perron de sa boutique étrange, juste pour énerver le démon-chat.
Noir corbeau
Dans ses reflets, la vilenie du monstre. Les plumes noires, lisses, si propres et si jolies, cachent le sang du monde, l'envie de chair fraîche, de proies bien dodues. Le monstre a les serres bien accrochées à son butin. Il ne peut, ni ne veut cesser d'être ce que le monde a fait de lui.

Eris Morgana
et Raven O'Neill


Alors que le soleil se levait lentement à l’horizon, Raven décida qu’il était temps de rattraper son retard dans les commandes de ses clients. Il alterna petits bonds et vols planés pour atteindre l’étage inférieur et se poser sur la benne à ordures, à l’intérieur de l’atelier, pour piquer un morceau de chair qu’il avala aussitôt. Dans un nouvel étirement, l’oiseau se transforma en femme. La brune remit en place ses beaux cheveux noirs, remua un peu les muscles de son dos, de ses épaules, et enfila le long t-shirt, posé sur le plan de travail, qui lui tomba à mi-cuisse. Si ça ne tenait qu’à elle, Raven ne prendrait pas la peine de s’habiller, mais après plusieurs plaintes, elle avait compris depuis un bail que c’était mieux d’ouvrir sa boutique avec, au moins, un truc sur le dos. Vu la grandeur du comptoir, qui lui arrivait juste sous la poitrine, elle n’avait certainement pas besoin d’enfiler un pantalon pour le moment.

Pieds nus, un peu de sang au coin de la bouche qu’elle essuya, sans y penser vraiment, Raven déambula entre les étagères d’exposition de sa boutique. « Slalomer » serait un mot plus juste puisque la taxidermiste avait arrangé toute la boutique de telle manière que les clients, à peine avaient-ils ouverts la porte, se retrouvaient face à des animaux empaillés et devaient, ensuite, essayer de se frayer un chemin jusqu’au comptoir. Ça l’amusait, elle, de voir ce qu’un tel agencement faisait naître sur le visage des gens. Dégoût, irritation, incompréhension. Le mieux, évidemment, c’était quand les clients étaient tant focalisés sur les étagères, qu’ils en oubliaient les différents oiseaux accrochés au plafond, qui ne manquaient pas de leur tirer les cheveux. Quel délice !

Raven déverrouilla donc la porte du magasin et repartit dans son atelier, sans s’inquiéter davantage de ce qu’il se passerait dans sa boutique. Elle pouvait enfin passer à l’étape suivante d’une de ses commandes, après plusieurs mois d’attente. La taxidermiste se faufila dans la boutique, rejoignit la porte à double battants et s’attela immédiatement sur le plan de travail, devant la grande baie vitrée de son atelier. Si un client se pointait et avait besoin d’elle, il n’aurait qu’à sonner avec la petite sonnette, sur le comptoir. En attendant, elle avait d’autres chats à fouetter que de surveiller ceux qui oseraient s’aventurer dans la boutique de taxidermie pendant qu’elle s’affairait sur un petit chien qui manquait atrocement à la vieille dame qui le lui avait amené, mort de vieillesse, paraissait-il.



(c) Jules


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84108-raven-o-neill-le-phen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84172-raven-o-neill-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84173-raven-o-neill-rps En ligne

Eris Morgana



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Eris Morgana


╰☆╮ Avatar : Astrid Berges-Frisbey

Ѽ Conte(s) : Légendes Arthuriennes / La Belle aux Bois Dormants
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Morgane / Maléfique

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 424
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 20 Jan 2020 - 22:41

“Ca va être dur d'empailler un dragon.”






Eris marchait dans les ruelles de Storybrooke sans vraiment regarder où elle allait. Ces derniers jours avaient été plus que complexes. D’abord, l’apparition de la Lune Noire l’avait laissé sans avis. Puis, elle avait compris que cette dernière n’était pas là pour le plaisir. Même si elle ne savait pas ni ne comprenait d’où elle venait, elle savait qu’elle n’était pas là pour la décoration. Ca sentait comme une Malédiction. Et elle avait déjà vécue ça. Hors de question de le revivre.
Perdu dans ses pensées, elle passa par une ruelle qu’elle ne connaissait pas. Semblant gagner en temps pour rejoindre sa boutique, elle traversa la rue, son grand manteau noir la couvrant jusqu’au nez. Soudain, une boutique obscur attira son attention. Plusieurs animaux, figés, l’avaient fixé. Se figeant à l’entrée, elle n’osa plus bouger. La bouche légèrement ouverte, elle fixa les animaux. Les animaux morts.
Elle était Maléfique. Elle était une sorcière qui en connaissait un rayon sur la magie noire, ses effets et le reste. Mais ça. Elle n’avait jamais vu. La taxidermie. On lui en avait parlé, et certains de son monde en faisait commerce. Mais là. A ce point. Perfectible. Il fallait vraiment avoir un problème. Réajustant son manteau, elle décida de rentrer. Bien évidemment, personne.
Vérifiant que personne ne l’observait, elle se décida à rentrer en action. Il était hors de question de bruler cette boutique à l’effigie de la mort. Il ne fallait pas que la police ou les dieux enquêtent pour lui retomber dessus. Non. Il était temps de ressortir encore le grand numéro. Celle d’Eris, la petite Fée d’Avalon naïve, et maladroite. Attrapant un renard, elle le fit tomber lourdement sur le sol après s’être assurée d’être seule. Quand il chuta, elle recula d’un pas et évita de salir ses bottes. Finalement, la propriétaire des lieux arriva. Se répendant dans des excuses parfaites, elle parvint même à rosir légèrement.

« Je suis désolée ! Je suis tellement maladroite ! Combien je vous dois pour la casse ! Oh je m’en veux tellement ! Il est déformé ! C’est dommage ! Il était si beau ! »


Se tenant le coeur, elle n’osa le ramasser. Finalement, elle décida de jouer la carte de la naïveté jusqu’au bout. Après avoir repris ses esprits, elle embrasa la salle du regard.

« C’est très beau ce que vous faites. C’est un beau métier. »


En réalité, elle pensait totalement l’inverse. Qui était assez fou pour faire ça. C’était la seule raison pour laquelle elle était encore là : répondre à cette question. Les mains sur les hanches, elle regarda les cadavres d’animaux en penchant la tête sur le côté, comme si c’était de la vraie curiosité.

« Vous avez une belette ? Je veux l’offrir à Régina Mills. C’est une amie. »


Cette vieille chouette détesterait le cadeau. C’était parfait. D’ailleurs, elle se demanda un instant si elle ne devait pas en acheter un pour Olaf. Elle avait hâte de voir sa tête quand elle lui offrira un chat mort empaillé.

« Vous vendez aussi des chats ? C’est également pour offrir à un ami. Il m’offre tout le temps des cadeaux, il faut bien que je lui rende la pareille ! »


Un léger sourire presque enfantin sur les lèvres. Elle continua de fixer les alentours. Si elle avait été sincère, elle aurait presque eut un haut le coeur. Mais là, elle garda son air faussement intéressée parfaitement joué.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Nous souffrirons ensemble.

Raven O'Neill



« D'OH ! »


Raven O'Neill


╰☆╮ Avatar : Amanda Tapping

Ѽ Conte(s) : Le Corbeau et le Renard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Corbeau

✓ Métier : Taxidermiste
Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 529w

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 350
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « D'OH ! »


________________________________________ Jeu 23 Jan 2020 - 17:23



Le concept-même de vieillesse échappait à Raven qui posait sur le chien mort un regard critique. Elle, elle ne comprenait pas que l’on veuille garder en état – et pas dans un très bon état, il fallait l’avouer – un truc qui était mort tout seul, comme un grand. Elle ne cherchait pas à savoir pourquoi et se contentait de faire son travail avec une grande minutie, mais tout de même. Ça faisait partie des comportement qu’elle n’arrivait pas à assimiler. Sa propre collection ne s’encombrait que de chats qu’elle avait trouvés et tués elle-même, dans un sadisme évident, poussé par une légère obsession pour les félins aux poils sombres. Mais Raven ne préférait pas s’arrêter plus longtemps sur cette pensée-là.

Alors que la taxidermiste peaufinait les détails de cet affreux chien galeux dans l’espoir de toucher, bientôt, une petite somme en échange de son « service », un bruit retentit dans la boutique. Raven avait entendu le client entrer, mais ne s’en inquiétait pas vraiment. Ce bruit-là, en revanche, était différent. Elle le connaissait sur le bout des doigts, habituée à s’incruster chez le voisin pour voir s’il ne traînait pas une ou deux choses à faire tomber à terre. Quelqu’un était donc entré dans sa boutique à elle pour s’amuser à faire tomber ses trophées. Raven repoussa le chien sur le plan de travail, s’étira de tout son long et rejoignit la boutique. Elle ne pensa pas à enfiler un pantalon, au passage, et se contenta donc de déambuler entre les trophées en t-shirt long. Elle ne considérait que très peu les personnes qui se permettaient de massacrer son travail, alors elle se fichait pas mal de savoir que sa tenue pourrait gêner l’énergumène.

En arrivant sur place, Raven découvrit une femme qui, les joues rosies, s’empressa de s’excuser. Le trophée à terre était celui d’un renard roux qui lui avait demandé beaucoup de travail de reconstitution. C’était que la taxidermiste n’avait pas aimé le regard de celui-ci et s’était, peut-être, un peu acharnée sur lui. En somme, il avait pris à la place d’un autre, pour une rancune si vieille que plus personne ne devait s’en souvenir. Sauf elle. Raven n’oubliait rien.
Noir corbeau
Dans ses reflets, la vilenie du monstre. Les plumes noires, lisses, si propres et si jolies, cachent le sang du monde, l'envie de chair fraîche, de proies bien dodues. Le monstre a les serres bien accrochées à son butin. Il ne peut, ni ne veut cesser d'être ce que le monde a fait de lui.

Eris Morgana
et Raven O'Neill


» Beau ?

Le mot lui arracha presque la gorge (elle n’exagère jamais rien), alors que ses yeux bleus glissèrent de l’humaine au renard, par terre. Beau n’était certainement pas le mot que Raven emploierait pour désigner cette chose. Déjà parce qu’elle aimait croire être la seule à mériter un tel mot, puis parce qu’il s’agissait d’un renard, tout simplement. Et dans la tête du corbeau noir, les renards valaient encore moins que les pigeons, c’était pour dire ! Le bas du bas du plus bas de l’échelle.

Raven ne dit pas merci. On ne dit pas merci quand on est persuadé de mériter les meilleures louanges. Alors la brune se contenta d’un petit sourire en coin, mi-amusé mi-énervé, et releva les yeux sur l’inconnue. Si on lui proposait de l’argent gratuit si facilement, elle penserait peut-être à faire elle-même tomber les trophées sur le chemin des clients. Elle nota soigneusement l’idée dans son crâne. Ça pourrait toujours servir plus tard, un jour où elle s’ennuierait un peu trop.

» Régina Mills ? cracha Raven, sans cacher sa haine. Je n’empaille pas les cafards, sinon elle serait déjà exposée dans le coin, là, juste à côté des rats.

Le mot « amie » n’empêchait pas la taxidermiste à dire ce qu’elle pensait de la responsable du plus gros drame de sa vie. Raven ne voulait pas vraiment être ici, à empailler des animaux, avec un voisin plus collant que le sang séché sur ses vêtements. Elle aurait préféré rester dans son monde à elle, à bouder le démon-chat qui l’avait abandonnée. C’était bien mieux qu’ici, dans un corps humain.

» Rupture de stock, rejeta-t-elle la demande, catégorique. Mais si t’en vois un qui te plaît dans la rue, on pourra peut-être s’arranger, toi et moi.

Évidemment, ce n’était pas tout à fait vrai, mais Raven adorait trop emmerder le monde pour ne pas tenter de voir apparaître, sur le visage de l’inconnue qui se permettait de faire tomber ses animaux empaillés, un peu de surprise ou, mieux, de dégoût.

» T’as qu’à prendre celui-là. (Elle pointa le renard à terre du doigt.) Il te va plutôt bien au teint.

Raven se fichait bien de savoir que la brune était innocente ou coupable. Tout ce qu’elle voyait, c’était une affreuse humaine qui avait la pire amie au monde, se permettait de faire tomber par terre le travail de plusieurs mois et osait sourire, en plus de ça ! Les bras croisés sous la poitrine, la taxidermiste cherchait toujours ce qu’elle pourrait exiger en compensation.



(c) Jules

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84108-raven-o-neill-le-phen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84172-raven-o-neill-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84173-raven-o-neill-rps En ligne

Eris Morgana



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Eris Morgana


╰☆╮ Avatar : Astrid Berges-Frisbey

Ѽ Conte(s) : Légendes Arthuriennes / La Belle aux Bois Dormants
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Morgane / Maléfique

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 424
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 25 Jan 2020 - 16:06

“Ca va être dur d'empailler un dragon.”






Eris ricana. Sincèrement. C’était rare, dans cette ville, de tomber sur des personnes comme elle. Fixant le renard avec envie, elle se mit à sourire en coin. Peut être était-il temps de sortir le grand jeu ? De lui révéler qui elle était et ce qu’elle pouvait faire. Gardant toujours son air innocent, elle poursuivit asses stupidement :

« Oh ? Vous ne l’aimez pas ? A vrai dire, peu de monde l’aime... »


Regardant toujours les animaux, elle resta de marbre quand elle lui fit la réflexion concernant le renard. Si elle avait pu, elle se serait volontiers transformé comme antan en Dragon, et tout détruit pour cet affront. Mais elle avait évolué. Grandi, en somme. Plissant des yeux, réfléchissant à une meilleure manière de répondre, elle posa la main sur le renard et l’observa avec attention.

« Vous trouvez ? Je n’ai pas trop la peau orange. Je n’ai même pas de peau d’orange… Vous, en revanche... »


Elle émit un rire de petite fille moqueuse. Ca y est. Ca commençait à venir. Marchant de gauche à droite, elle regarda de haut tous les animaux morts. Finalement, les mains derrière le dos, comme un acheteur potentiel, elle fit une remarque acerbe.

« Curieuse façon d’accueillir les clients. Oh, et je ne ferai pas de mal sans raison. A n’importe quel être vivant. Vous en revanche, ça ne semble pas trop vous gêner. C’était Rouky ? De Rox et Rouky ? »


Elle pointa le renard avec son doigt d’un air curieux. Peut être que c’était le cas. Tous les être du monde des contes n’étaient pas revenus sous leurs formes humaines après tout. Haussant les sourcils, elle ouvrit son sac à main.

« Allez. Je le prends. Pour Régina Mills. Vous pouvez même rajouter un mot personnel. Elle adore que les anciens électeurs lui apporte son soutiens. Pas de cachotteries avec moi ! Je sais que vous avez voter pour elle ! Vous l’aimez tellement. »


L’ironie commença à se pointer dans sa voix. Alors, elle s’avança vers la caisse. Puis, sans rien rajouter, elle sortit sa carte bleue et la posa sur la comptoir. Regardant toujours les animaux autour d’elle, elle continua dans son rôle de naïve, même si elle avait conscience que désormais, avec ce qu’elle avait dit pour l’embêter, ça ne fonctionnait plus.

« C’est quand même un curieux métier. Enfin. C’est surtout des commandes bizarres, pour des gens bizarres. C’est donc un métier nécessaire je suppose. Vu votre humeur, vous ne faites pas ça par passion. Vous avez des petits oiseaux alors ? Je suis sur qu’Axel adorerait des petits oiseaux empaillés ! Ca lui rappelerait son monde, où ces derniers se posaient sur son nez ! »


Ricanant encore comme une jeune fille, elle la fixa sans trop rien dire de plus. Son regard balaya son visage. Dans ses yeux, elle pouvait y lire la même haine qu’elle avait eu autrefois pour Régina. Leur relation était plutôt, particulière. Ennemis, amis, amantes, et encore ennemis. Elles étaient toutes les deux passés par tous les spectres émotionnels possibles. Finalement, elle caressa le comptoir d’un air distrait attendant sa réponse.

« Vous pensez que l’envoyer par la poste fera l’affaire ? Je veux vraiment que ce soit une surprise. Elle ne devinera jamais de qui ça provient ! Le cadeau idéal non ? »


Toujours sourire, elle avait cette fois-ci conscience qu’elle était dans la provoque la plus totale. Réajustant son manteau, seul ses yeux, rieurs étaient désormais visibles. Et ils regardaient Raven avec intensité.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Nous souffrirons ensemble.

Raven O'Neill



« D'OH ! »


Raven O'Neill


╰☆╮ Avatar : Amanda Tapping

Ѽ Conte(s) : Le Corbeau et le Renard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Corbeau

✓ Métier : Taxidermiste
Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 529w

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 350
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « D'OH ! »


________________________________________ Ven 31 Jan 2020 - 10:52



Raven n’avait pas tellement conscience du seul point commun entre elle et les autres habitants de Storybrooke. Elle avait bien compris, à force, qu’ils avaient presque tous été enlevés à leur véritable monde pour se retrouver coincés ici, juste parce que ça faisait plaisir à une petite sorcière qui se prenait pour un dieu. Néanmoins, cette information passait sur elle comme une brise ni chaude, ni fraîche, qui passe sans qu’on la remarque. Elle se fichait de savoir qui était qui, qui était quoi, qui faisait quoi, et ne pigeait pas vraiment que d’autres personnes avaient des pouvoirs, comme elle pouvait se transformer en l’une ou l’autre forme sans savoir d’où ça lui venait.

Alors la taxidermiste ne percutait pas vraiment que la femme devant elle pouvait, peut-être, s’énerver et tout casser à l’intérieur de sa boutique. Ou lui faire du mal. Raven avait cette fâcheuse habitude de se croire au-dessus de tout et de tout le monde. Elle se croyait intouchable, parce qu’elle l’avait pratiquement toujours été, et elle retomberait de haut, le jour où l’on oserait, une nouvelle fois, l’empêcher de voler. Néanmoins, ça n’était pas encore près d’arriver et la brune posait sur l’autre brune un regard hautain, supérieur et un poil las. C’est qu’elle considérait très peu les humains, encore moins ceux qui faisaient ami-ami avec la responsable de tout ceci.

Le concept même « d’aimer » était une chose que Raven avait du mal à piger. Elle aurait bien répondu qu’elle n’aimait personne et qu’elle ne voyait pas le problème. Seule elle comptait en ce monde. Cependant, une autre voix, plus douce, au fond d’elle, lui murmurait que c’était faux, qu’elle avait aimé et aimait toujours d’autres personnes. La taxidermiste préféra ne pas se pencher sur cette petite voix et baissa plutôt les yeux sur le renard, ce qui eut le don de raviver sa haine. Les renards, c’était vraiment les plus laids du monde.

L’insulte passa sur la taxidermiste sans même qu’elle relève les yeux sur l’intruse.
Noir corbeau
Dans ses reflets, la vilenie du monstre. Les plumes noires, lisses, si propres et si jolies, cachent le sang du monde, l'envie de chair fraîche, de proies bien dodues. Le monstre a les serres bien accrochées à son butin. Il ne peut, ni ne veut cesser d'être ce que le monde a fait de lui.

Eris Morgana
et Raven O'Neill
À vrai dire, Raven n’avait pas la moindre idée de ce qu’était une peau d’orange, à part la véritable peau d’orange. Et comme elle savait pertinemment qu’il n’y avait aucune orange dans le coin – ni fruit, ni légume dans cette maison – elle préféra ranger cette phrase dans la catégorie « folies humaines incompréhensibles » et passer à autre chose. Même si une partie d’elle se dit qu’elle lui ferait volontiers bouffer une peau d’orange, si elle en voulait tant.

» Donne-moi donc ton adresse, que je vienne piétiner ton travail, on verra si tu m’accueilles avec le sourire ou l’envie de m’égorger, siffla Raven, non pas avec haine, mais presque avec envie.

Emmerder le monde, c’était sa spécialité et elle adorait voir quand ça fonctionnait. La brune ne préféra pas relever le besoin de raison de l’autre brune pour attaquer un être vivant. Évidemment que Raven n’en avait pas besoin. La seule raison valable était qu’elle se faisait chier, qu’on la regardait mal ou qu’elle avait faim. En bon piaf, elle avait souvent faim. Lui reprocherait-on l’instinct de survie ? Il était inscrit en tout le monde et elle était prête à parier que la petite maligne aussi, attaquerait le premier venu, si son instinct lui criait de le faire. Les humains sont parfois pires que les animaux, là-dessus.

» Ooh, tu ne trouves pas ça passionnant ? répondit la taxidermiste, un sourire mauvais aux lèvres. Arracher la peau, vider le corps… C’est presque dommage qu’ils passent cette porte déjà morts. (Elle s’empara de la carte bleue pour encaisser la commande.) Apprends à lever la tête, les « petits oiseaux » ont la fiente facile, dans la ville. Ce serait dommage d’abîmer ces cheveux noirs.

Un sourcil dressé de défi, parce que Raven adorait fienter sur les passants, elle pointa le plafond du Fur Ever, duquel pendaient toutes sortes d’oiseaux. Pendant ce temps, la taxidermiste décida de gonfler un peu le prix du vieux renard « pour la compensation », disons. Un grand sourire aux lèvres, elle s’empressa même d’accéder à la prochaine requête de sa cliente adorée.

» Ouiii, bien sûr, donne-moi son adresse et elle le recevra soigneusement emballé, sur le seuil de sa porte d’entrée. Ou bien caché dans ses draps, qui sait. Je ne gère pas la livraison.

Néanmoins, si l’idée de déposer un petit cadavre bien saignant dans le lit de Régina faisait sourire Raven, elle n’avait pas du tout l’intention d’envoyer le renard par la poste. La cliente avait payé, c’était son problème à elle, maintenant, si elle faisait confiance à la taxidermiste pour le faire livrer. La brune, elle, pensait plutôt le remettre bien en place sur une étagère, au cas où un autre client flasherait dessus. Se faire payer deux fois la même pièce, c’était une combine plutôt amusante.

» Autre chose ? (Elle papillonna un peu des yeux, sans cacher son envie de la voir déguerpir.) Fais gaffe en sortant, il paraît que certains bougent encore. C’est que c’est plus facile à empailler vivant. Puis, des fois, j’ai pas le temps, alors deux/trois clous et le tour est joué. Enfin… Je vous apprends rien, à vous les humains, ‘paraît que vous en avez cloué plus d’un.



(c) Jules

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84108-raven-o-neill-le-phen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84172-raven-o-neill-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84173-raven-o-neill-rps En ligne

Eris Morgana



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Eris Morgana


╰☆╮ Avatar : Astrid Berges-Frisbey

Ѽ Conte(s) : Légendes Arthuriennes / La Belle aux Bois Dormants
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Morgane / Maléfique

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 424
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 4 Fév 2020 - 10:50

“Ca va être dur d'empailler un dragon.”






Eris ouvrit la bouche. Puis la referma. Ca existait. Finalement, peut être, des gens plus méchante qu’elle. Devant cette affirmation un peu étrange, elle resta un peu plantée là. Mais au final, elle retrouva un peu de son sang froid et glissa le paquet devant elle.

« Je veux bien payer les frais d’envoi. Merci. »


Une fois terminée de payé, elle commença à partir, finalement, elle fit demi-tour. Il fallait bien qu’elle comprenne, un truc. Un truc important. Revenant doucement vers elle, Maléfique s’arrêta à nouveau devant le comptoir. Sa main se posa sur le comptoir et un sourire mauvais et carnassier se dessina sur ses lèvres. Impériale, elle leva le nez et commença alors à parler.

« La fiente d’oiseau ne me gène pas. En revanche le venin et les langues de vipères me dérangent. Vous feriez bien mieux de surveiller votre langage, Mademoiselle. Ici, des choses tragiques arrivent de manière inexpliqués à ceux qui font du tort à certaines personnes. »


Faisant un signe de la main circulaire en désignant l’ensemble de la boutique, Maléfique se prêta à sourire doucement. Rien ne se produisit, c’était plus pour se donner de l’importance que pour autre chose. Son regard se fit alors menaçant. Une lueur jaune brûla dans ses yeux.

« Il pourrait bien arriver un accident à cette boutique si vous continuez à agir ainsi avec vos clients. Vous n’êtes à l’abri de rien. Les dieux ne protègent pas les mégères qui s’amusent à cracher leur venin aux autres. »

Son sourire s’étendit, et finalement, elle recula tout en gardant Raven en visuel. Passant son regard sur l’ensemble du domaine un nouvelle fois, un ricanement sortit de la bouche de Maléfique. Un ricanement assez mauvais.

« Je me demande ce que vous étiez avant d’être humanisé par la Malédiction. Mais vous me rappelez Diaval. Mon Corbeau. Vous feriez bien de faire attention à vous… Tout le monde n’est pas aussi clémente que moi dans cette ville. Et j’ai également mes limites. Contentez vous d’être ce que vous êtes. Une commençante. Ca sera amplement suffisant. »

Tournant les talons, elle se dirigea vers la sortie. Attendant qu’elle réponde à ce qu’elle venait de dire. Elle hésita. Cette femme lui avait quand même fait un affront. La dernière fois qu’elle avait subi ça, elle avait jeté une malédiction à l’héritier des Pendragons, le condamnant à l’existence de bête tant qu’il ne trouverait pas d’amour véritable. Un maléfice, pire que la mort elle même en somme. Jetant un dernier regard à la pièce, elle leva le doigt. Alors, un des animal empaillé s’enflamma un bref instant et fut réduit en cendre. Même s’il lui en avait coûté, elle prit sur elle et souffla. Sa magie n’était pas aussi puissante. Regardant le tas de cendre à ces pieds, elle ricana.

« C’est bien mieux comme ça. »





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Nous souffrirons ensemble.

Raven O'Neill



« D'OH ! »


Raven O'Neill


╰☆╮ Avatar : Amanda Tapping

Ѽ Conte(s) : Le Corbeau et le Renard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Corbeau

✓ Métier : Taxidermiste
Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 529w

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 350
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « D'OH ! »


________________________________________ Mer 12 Fév 2020 - 11:51



Raven n’aimait personne. Alors cette brune qui venait chez elle lui commander l’animal le plus moche et lui demander de l’envoyer à son « amie », elle ne l’aimait pas non plus. Ce qui n’avait, finalement, pratiquement rien à voir avec le fait qu’elle soit là, à essayer de l’embêter. Pourquoi essayer ce qu’elle faisait déjà de sa seule présence ? L’inconnue était une humaine, jusqu’à preuve du contraire, et de ce simple fait, Raven n’aimait pas la voir traîner dans ses pattes. Comme tous les autres humains, elle n’était pas vraiment la bienvenue dans sa boutique. La taxidermiste restait, quand même, une commerçante et ne crachait pas sur un peu d’argent facilement acquis. Gonfler la commande ne laissa pas l’ombre d’un regret sur le visage de Raven, qui se contenta de sourire, professionnelle, et de pousser le paquet sur le côté. Elle attendrait que l’autre soit partie pour « l’envoyer ». Elle l’enverrait jusque dans l’atelier, juste derrière, pour l’ouvrir, corriger les défauts dus à la chute et remettre le renard dans un autre coin de la boutique. C’était bien mieux ainsi.

L’oiseau noir fixait ses yeux bleus sur le dos de sa cliente, une envie pressante, au fond du ventre, de la voir déguerpir de sa boutique. Néanmoins, la brune ne lui donna pas ce plaisir. Au contraire, elle s’arrêta et fit demi-tour, pour revenir vers le comptoir et poser ses vilaines mains dessus. Raven n’y jeta qu’un œil désintéressé et se demanda ce qu’elle pouvait faire de plus pour faire déguerpir l’humaine. Ce fut, du moins, ce qui monopolisait ses pensées avant de découvrir le sourire carnassier sur les lèvres de l’inconnue. Un sourire comme Raven les aimait, qui ressemblait vaguement au sien, et qui, inévitablement, lui donna envie d’aller voler en forêt, pour picorer quelques animaux.

La fiente d’oiseau ne dérangeait pas la brune, ce qui ne plut pas vraiment à l’autre brune. Ce n’était pas si drôle que ça, de fienter sur quelqu’un que ça n’emmerdait pas. Elle retint donc l’information et se jura de prouver à l’inconnue qu’elle disait ça, là, pour paraître cool, mais qu’il n’en était rien. Quand elle serait recouverte de fientes, elle ferait sûrement moins la maligne !
Noir corbeau
Dans ses reflets, la vilenie du monstre. Les plumes noires, lisses, si propres et si jolies, cachent le sang du monde, l'envie de chair fraîche, de proies bien dodues. Le monstre a les serres bien accrochées à son butin. Il ne peut, ni ne veut cesser d'être ce que le monde a fait de lui.

Eris Morgana
et Raven O'Neill
Néanmoins, Raven ne pouvait qu’approuver sa gêne vis-à-vis des langues de vipères. Les voir sortir de leur petite tête, fendue en deux, l’oiseau noir n’aimait pas ça et avait, plusieurs fois, réglés son compte à une vipère juste parce qu’elle lui avait montré sa langue. Ceci dit, Raven ne voyait pas le rapport avec l’inconnue et elle-même.

» C’est madame, précisa-t-elle, en montrant la bague à son doigt.

Si Raven donnait l’impression de ne répondre qu’à ce qui l’arrangeait, avec une précision qui pouvait paraître inutile, mais qu’elle fit avec un amusement non-dissimulé, elle n’en oubliait pas pour autant la suite. La taxidermiste était même plutôt d’accord avec l’autre brune. Elle-même ne se gênait pas à faire comprendre aux autres qu’il ne valait mieux pas lui faire du tort. Elle avait la rancune tenace, Raven, et adorait se venger de tous ces idiots qui osaient l’emmerder. Elle était celle qui faisait chier le monde, pas l’inverse. Il était grand-temps que le monde s’entre bien ça dans la caboche.

» Je doute que les dieux protègent quoi que ce soit, de toute manière. Et si quelqu’un veut détruire cette boutique, qu’il ose ! Pas de problème. Je lui conseillerai même de ne pas oublier d’inclure le voisin, dans son plan de destruction. Ce n’est pas comme si je n’étais pas capable de me venger, de toute façon…

Le sourire de Raven, cette fois, n’avait plus rien de professionnel. Elle salivait presque à l’avance en imaginant quel goût pourrait avoir celui ou celle qui oserait s’en prendre à sa boutique de taxidermie. Elle ne doutait pas que la femme, devant elle, devait être succulente, bien que l’humain ait toujours un arrière-goût désagréable et que le corbeau avait, toujours, préféré les autres animaux. Au moins, lui, il ne crachait pas sur la viande.

» Je ne suis le corbeau de personne, nia-t-elle, en rejetant ses cheveux noirs derrière son épaule. Mais je doute pas que tu sois l’humaine de ton corbeau.

Les menaces de l’inconnue rebondissaient sur Raven plus facilement que des balles de ping-pong. Elle s’en fichait éperdument, la brune, d’avoir une ennemie de plus en ville. D’ailleurs, elle ne comprenait pas vraiment ce qu’elle avait pu faire pour l’énerver, celle-ci, et elle s’en fichait un peu. Quoi que… ça aurait presque pu la déranger qu’on la déteste sans qu’elle soit consciemment responsable. Un défaut de leur relation qu’elle ferait bien de réparer au plus vite. Cependant, malgré ses envies de donner de bonnes raisons à l’inconnue de la détester, Raven ne voulut pas la retenir, tandis qu’elle partait enfin.

Et qu’elle feinta une nouvelle fois. La taxidermiste ne cacha pas sa déception, tapotant le haut du comptoir en attendant que l’autre s’en aille. Ses ongles s’enfoncèrent dans le bois quand l’un de ses animaux pris soudain feu. Les yeux ronds, elle contempla le tas de cendres et revint immédiatement à la brune, sur le seuil. Puis, sans crier gare, Raven contourna le comptoir en frappant dans ses mains, pour applaudir la performance. Elle slaloma entre les portants pour atteindre sa cible, un grand sourire aux lèvres. Le sifflement admiratif qui s’échappa de ses lèvres n’eut pas grand-chose d’humain, mais elle s’en fichait éperdument.

» Dis donc, mon petit merle. (Ce qui n’était pas vraiment un compliment.) Que dirais-tu d’aller à côté, mettre à profit cette haine qui te force à t’en prendre à mes affaires ? Je connais un chaton qui mériterait bien quelques flammèches pour le calmer un peu.

Évidemment, il était hors de question de laisser la brune faire du mal à Kot, mais si elle pouvait brûler une ou deux de ses affaires, Raven ne dirait pas non.



(c) Jules

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84108-raven-o-neill-le-phen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84172-raven-o-neill-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84173-raven-o-neill-rps En ligne

Eris Morgana



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Eris Morgana


╰☆╮ Avatar : Astrid Berges-Frisbey

Ѽ Conte(s) : Légendes Arthuriennes / La Belle aux Bois Dormants
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Morgane / Maléfique

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 424
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 13 Fév 2020 - 17:51

“Ca va être dur d'empailler un dragon.”






Maléfique resta de marbre. Quand elle lui montra sa bague, un sourire dédaigneux apparut sur son visage et son nez se leva en l’air de manière hautaine. Elle se montrait sous son véritable jour aux personnes qui le méritaient, et là, c’était le cas. Même si elle ne paraissait pas du tout sympathique, elle méritait un grand respect pour lui tenir tête ainsi. Regardant le tas de cendre, elle mit sa main sur la bouche et ricana :

« Alors, la rumeur est donc vrai. Même les plus terribles on le droit de connaître l’amour. Touchant. »


Enlevant la main de sa bouche avec grâce elle la replaça le long du corps et la fixa, impérial. A son petit moment de rebellion quand elle déclara qu’elle n’était le corbeau de personne, Maléfique ne prêta qu’un sourire distrait et lointain. C’était mignon, de croire que les gens étaient indépendant. C’était la base même du Corbeau et du Renard. Apprenez que tout bon flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute…
C’était un parfait corbeau.

« Nous sommes tous le petit corbeau de quelqu’un. L’idée, c’est simplement de s’en rendre compte, l’accepter et se venger. »


C’était une phrase pleine de philosophie. Alors qu’elle allait partir, Raven lui proposa un marcher. Elle l’avait quand même insulter de petit merle. Si elle savait quel était son véritable animal totem, et en quoi elle pouvait se transformer dans le monde des contes, elle n’oserait certainement pas un tel affront. Mais cette stupide malédiction avait rendu tout le monde égaux. A quelques exceptions prêts, bien évidemment.

« Ne m’appelez pas comme ça. Les merles sont des malfrats. Je suis bien plus que ça.  Mais… »


Elle avait commencé sa phrase de manière assez agressive, le regard foudroyant. Ses yeux avaient fini par pétiller de malice, et elle s’accorda une petite pause avant de dire « Mais. ». Si elle n’était pour le moment pas intéressé pour l’aider, elle avait au moins eu le mérite d’éveiller sa curiosité. Maléfique adorait les vengeances, car elles étaient toujours mérités. Qu’avait donc fait ce fameux chaton pour mériter une haine aussi prompt, viscérale et immédiate ?

« Si vous me donnez une bonne raison de le faire, je m’en donnerai à coeur joie. Mais, avec une toute petite contre-partie... »


Elle marqua une pause, puis s’avança vers Raven doucement, son visage n’était plus qu’à quelques centimètres du siens. Elle aurait pu l’embrasser. D’ailleurs, cette idée lui traversa l’esprit mais elle ne mit pas son plan à exécution. Le mariage restait quand même quelque chose de sacré à ses yeux, et elle ne comptait s’attirer les foudres de quelqu’un d’autre.

« Robin De Loxley. C’est l’ex-amant de Régina Mills. Je veux quelque chose de gros, empaillé et cloué devant sa porte. Un renard, fera certainement l’affaire. C’est symbolique. Il l’a bien mérité. Si vous m’accordez ça, alors on a un accord. »


La main tendue, Eris fixa Raven dans les yeux avec un sourire plus que mauvais. C’était enivrant de laisser place à des émotions qu’elle avait tellement enfoui. Comme une drogue, ou une addiction aux jeux, elle avait replongé. Mais elle devait resté prudente. Avec soin, elle jugea utile de préciser.

« Croyez moi. Les dieux sont plus attentifs qu’ils n’y paraissent, malgré leur capacité à nous ignorer. Ils frappent au hasard et quand ça les arrange, sans se soucier des conséquences car ils se croient au dessus des règles et des lois. »


C’était marrant, que ce genre de propos sorte de sa propre bouche, alors qu’elle était… Exactement semblable à eux de ce point de vu. Personne ne lui dictait sa conduite. Et Loxley allait payé. C’était une bonne vengeance.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Nous souffrirons ensemble.

Raven O'Neill



« D'OH ! »


Raven O'Neill


╰☆╮ Avatar : Amanda Tapping

Ѽ Conte(s) : Le Corbeau et le Renard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Corbeau

✓ Métier : Taxidermiste
Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 529w

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 350
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans : « D'OH ! »


________________________________________ Lun 24 Fév 2020 - 11:29



Raven n’aimait pas. C’était clair, net, précis, dans sa tête brune. Elle n’aimait pas, personne. Elle n’avait jamais aimé et n’aimerait jamais. Elle était indépendante et aucune attache ne la retenait, ni ici, ni ailleurs. Elle pourrait tout aussi bien, du jour au lendemain, décider de trouver un moyen de retourner dans son monde et de ne plus en sortir. Sans prévenir. Qui pourrait-elle prévenir, de toute façon ? Son voisin ? Drôle de question. Il ne voulait pas d’elle, pourquoi voudrait-elle de lui ? Non. Elle partirait seule, elle referait sa vie, dans son véritable corps et elle reprendrait les choses là où elle les avait arrêtées. Peut-être bien qu’elle retournerait voir Baba, pour s’amuser un peu avant de la quitter, encore, et de prendre le large pour faire le mal. Un bon plan, assurément.

L’inconnue avait quelque chose d’impérial qui passait devant les yeux de la taxidermiste sans éveiller, en elle, la moindre once de respect. Raven avait passé sa vie à mépriser le monde entier, elle ne commencerait pas aujourd’hui, parce qu’une humaine se prenait pour le centre du monde ou son chef spirituel, à défaut d’en avoir les pouvoirs. Le corbeau et elle, de toute façon, n’évoluaient pas au même niveau. Lui, il se savait au-dessus, libre de faire ce qu’il voulait, à l’abri des représailles. S’il savait que la brune, face à lui, avait autrefois pu se transformer en dragon, il aurait peut-être changé de façon de penser. Peut-être. Ce n’était pas certain. Après tout, Raven méprisait les rapaces, alors un gros piaf un peu plus gros qu’un autre…

La phrase sur les corbeaux ne plut pas tellement à la taxidermiste. Elle grimaça un peu et se fit la réflexion que cette femme ne dirait pas ça, si elle la connaissait sous sa véritable forme. Déjà, Raven n’était pas petit. Il était grand et beau, le plus beau sans le moindre doute. Puis, il n’appartenait à personne. Son contrat avec un certain démon-chat s’était terminé depuis longtemps. Aujourd’hui, l’on ne le prendrait plus à s’égosiller et dire à qui voudrait bien l’entendre qu’il était « le corbeau de ». Raven était Raven, point barre.
Noir corbeau
Dans ses reflets, la vilenie du monstre. Les plumes noires, lisses, si propres et si jolies, cachent le sang du monde, l'envie de chair fraîche, de proies bien dodues. Le monstre a les serres bien accrochées à son butin. Il ne peut, ni ne veut cesser d'être ce que le monde a fait de lui.

Eris Morgana
et Raven O'Neill
En revanche, il était d’accord avec la partie vengeance. Il saurait faire regretter à son chaton adoré leur collaboration, son abandon et leur mariage sans intérêt. Oui, oui, il trouverait.

L’insulte fit mouche, ce qui arracha un sourire plein de fierté à la taxidermiste. Enfin quelqu’un qui comprenait ses insinuations pour le moins… mauvaises. Habituellement, ces idiots d’humains la regardaient avec des yeux ronds, sans arriver à piger qu’il n’y avait rien de plus con au monde qu’un gros pigeon. Elle, au moins, comprenait que la comparaison avec un merle n’avait rien d’un compliment. Elle le prenait mal, comme le voulait Raven, qui détestait purement et simplement tout ce qui n’était pas un corbeau. Enfin, non. Tout ce qui n’était pas lui, plutôt. Même les autres corbeaux ne méritaient pas son respect.

» Tu as pourtant une belle tête de merle, insista la brune, un sourcil haussé d’amusement. C’est toujours mieux que d’avoir un cerveau de moineau.

Cette fois-ci, ça s’apparentait presque à un compliment, alors que Raven décrétait, subtilement, que son inconnue du jour avait plus d’esprit qu’un tout petit, minuscule moineau. Si petit, tout rond, agréable à croquer, mais profondément con. Ce qu’elle ne semblait pas être, la brunette, même si elle était venue ici dans un but obscur et qu’elle revenait sur son envie de brûler toute la boutique de taxidermie pour tenter de passer un deal avec l’oiseau noir.

» Une bonne raison ? De faire chier le monde ? C’est déjà la meilleure des raisons, non ?

Raven, elle, n’avait pas besoin de plus pour passer sa vie à emmerder tout le monde. Elle adorait ça, voir les veines apparaître sur les fronts, les muscles se crisper de haine et les poings se serrer à l’idée de se venger sur elle. Qu’ils essaient ! La taxidermiste savait presque se défendre ou, en tout cas, s’enfuir au bon moment. C’était qu’il était hors de question de laisser un humain la toucher, évidemment.

Le rapprochement avec l’autre brune ne plut guère à Raven qui fronça le nez et plissa les paupières. Pour qui se prenait-elle, celle-ci ? L’oiseau noir avait une distance de sécurité, un espace personnel qu’elle venait impunément de piétiner. Néanmoins, trop prise par l’idée de pouvoir emmerder son voisin, Raven ne fit aucun commentaire et ne bougea pas d’un millimètre. Elle ne voulait pas, non plus, donner une occasion à l’inconnue de croire qu’elle avait peur d’elle. Comme si le corbeau avait peur de quoi que ce soit.

» Robin De Loxley, répéta Raven, persuadée qu’elle aurait bientôt oublié son nom. Adresse. Photo.

Raven, elle aussi, tendit la main, mais pas pour prendre celle de l’autre. Elle exigeait une adresse pour la livraison ou, au moins, une photo du bâtiment ou du fameux Robin machin-truc. Sans ça, elle aurait bien du mal à livrer quoi que ce soit.

» Quelque chose de gros, sans problème. Même que je l’accrocherai à la porte, pour qu’il lui saute au visage quand il l’ouvrira. C’est bien mieux comme ça.

La taxidermiste préféra taire sa soudaine envie de ne pas livrer un empaillé, mais bel et bien une carcasse fraîche, pleine de sang, histoire de se venger correctement d’un humain qu’elle ne connaissait même pas. Enfin, ça… ça dépendrait de sa flemme et de sa faim. Raven laissait peu de restes derrière elle, quand elle partait s’amuser en forêt.

» Oh, voyons… Va pas me faire croire que toi, tu te laisses dicter par des règles et des lois. (Le sourire de Raven s’étira un peu plus, vilain à souhait.) Nous ne sommes pas si différents des dieux, alors. Ou les dieux ne sont pas aussi différent qu’ils veulent le faire croire aux humains pour les diriger. Mais moi, je m’en fiche, je suis pas humaine, précisa-t-elle, en s’emparant de la main de la brune pour la serrer très fort. Oublions le chaton, j’ai toutes ses vies pour me venger de lui. Concentrons-nous sur l’ex-truc de Regina.

Est-ce que Regina était le mot magique pour éveiller la haine de Raven et son envie de faire chier le monde ? Évidemment.




HRP : Vraiment désolée pour le délai Noir corbeau [pv — Eris Morgana] 2381383065 J'ai quelques soucis d'internet qui m'ont fait prendre du retard... Je me rattraperai la prochaine fois !

(c) Jules

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84108-raven-o-neill-le-phen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84172-raven-o-neill-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84173-raven-o-neill-rps En ligne

Contenu sponsorisé








Noir corbeau [pv — Eris Morgana] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Noir corbeau [pv — Eris Morgana]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ Le Fur Ever