« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)


Partagez
 

 The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Hermès



« Hello there! »


Hermès


╰☆╮ Avatar : Ewan McGregor

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ➴ Hermès

✓ Métier : Seul livreur de Hermès Express!
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2528

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________ Jeu 30 Jan 2020 - 17:23

Un rateau, c'est comme on le définit. Tu marches dessus et il te fonce dans la gueule.




Reculant légèrement après avoir ressenti son désaccord, Wallace observa la jeune femme. La bouche ouverte, il voulut dire quelque chose. Mais elle parla avant lui, lui expliquant la situation. Même s’il la comprenait, ça restait quand même un râteau. Et ça faisait quand même, étrangement mal. Fermant la bouche pour ne pas paraître stupide, c’est plus sa façon instinctive d’agir qui l’avait en réalité choqué. Observant la lueur qu’elle dégageait, les bras le long du corps, il ne dit rien, ses ailes déployées. Il n’avait pas peur. Non. Il se sentait un peu stupide, honteux, et légèrement humilié. Mais il avait certainement mal évalué la situation. Ce n'était pas la première fois.

« Désolé. »


Ce fut le seul mot qui put sortir de sa bouche dans un moment pareil. A vrai dire, il aurait préféré prendre un électrochoc. Qu’est ce qui se passait ? Pourquoi le prenait-il si mal. 

« Je pensais te faire te plaisir en te surprenant. Ca n’arrivera plus. »


Et… C’est tout ? Il allait se laisser faire comme ça ? Certainement pas. C’était hors de question que le dieu messager laisse ça en l’état. Même si leur future relation ne serait qu’amicale, il passerait toujours pour celui qui s’excuse tout le temps platement. Docile. Et ça, c’était hors de question. Son orgueil remonta un peu au galop, et il déclara :

« Je ne sais pas d’où tu viens, ni ce que tu as vécu, mais il faut que tu apprennes à faire confiance si tu veux vivre des choses ici. Si j’avais voulu t’attaquer, je l’aurai fait quand nous dansions, en faisant apparaître une dague au moment où tu te sentais le plus en sécurité pour te trancher la gorge. »


C'était un peu glauque, mais réaliste, et Hermès savait qu'elle pouvait l'entendre sans mal le prendre. Levant les bras dans un signe de « désolé », la tête penchée sur le côté, il rebaissa les bras. Sa main effleura la sienne, et elle lui proposa de ne pas rester statique. Effectivement, il n’avait pas envie de finir aplatit contre un AirBus. Pour un dieu ayant vécu la guerre, et ayant survécu à un des plus grands cataclysmes, c’était moyen comme mort. Et assez stupide.

« Je te retrouve là-bas alors... »


Perdu dans ses pensées, il sembla sonder les auras sur le dernier étage de la tour Eiffel. Rien. Il n’y avait personne. Fronçant les sourcils, il prit sa main, puis la lâcha juste après l’avoir serré assez fort. Ca voulait dire beaucoup de chose. Pardon. Je ne savais pas que tu en étais là dans ta vie. Ou aussi, tu me plais. C’était un langage universel, qui pouvait être interprété de multiples façons.
L’instant après avoir disparu, il se téléporta au dernier étage de la Tour Eiffel. Etant déjà venu par le passé, admiré le paysage il leva la main pour faire apparaître plusieurs draps sur les caméras de sécurités. Le temps qu’ils s’en rendent compte, et qu’ils viennent les enlever, devait être estimé à une heure. Faisant disparaître ses ailes, il attendit qu’elle le rejoigne. Une fois fait, il s’appuya à la balustrade pour regarder Paris. Sans la toucher, et sans la regarder. Son visage était assez fermé, à vrai dire il réfléchissait à ce qu’il avait vécu lui aussi. Il avait peut être été un peu naïf à croire que la fille de Pan pouvait être gentille. Après tout, on ne savait que peu de chose d’elle. Mais, c’était un risque qu’il fallait prendre. Si on ne prenait jamais de risque, on ne vivait pas.

« On en était où ? Ah oui ! Je prenais un râteau au milieu des nuages ! »


Eclatant de rire, tout redevint normal. Les traits de ses yeux se décontractèrent et il se prêta à sourire sincèrement. Appuyé sur la balustrade d'un bras, Paris derrière lui et sur sa droite et sa gauche, il regarda Galatée à nouveau.

« C’est la première fois que ça m’arrive. Ne le dit à personne. Surtout pas à Apollon, si un jour il l’apprend, il se moquera de moi jusqu’à la fin des Temps... »


Son soupire se transforma en un rire nerveux. Même si elle lui avait effleuré la main, il restait quand même sur la défensive. Un râteau, ça laissait des traces. Quand on se brûlait, on évitait de retoucher la poêle. Finalement, portant un regard distrait sur sa combinaison, il décida que la meilleure des solutions était de poursuivre comme s’il ne s’était rien passé. Comme si l’incident n’était qu’un lointain souvenir. Ou prendre ça à la dérision. Mais il s’en rappellerait toute sa vie. Les meilleurs histoires d’amours, paraît-il commençait souvent par un gros râteau.

« J’ai été un peu mauvais tout à l’heure. Disons que de nature, je suis un peu opposé. J’ai tendance à croire assez naivement aux gens, et pas tellement comprendre quand ils sont sur la défensive. A nous deux, on fait la paire tu me diras… Je n’arrive pas à voir le mal quand y’en a un… »


Il était… Un peu chiant non ? C’est vrai, c’était un peu moue comme conversation. Mais il ne savait pas trop par où commencer. Ou plutôt recommencer. Il avait l’impression d’être retombé à la case départ.

« Tu te rappelles quand on dansait ? »


Mettant cette fois-ci non pas un coude, mais deux sur la balustrade, il s’appuya sur cette dernière, il la regarda pour ne voir qu’elle.

« En fait tu me plaisais déjà. Ca m’était pas arrivé depuis un long moment. Ca fait du bien, vraiment. Même si... »


Passant sa main dans sa barbe naissante, il se mit à ricaner. Il préférait prendre cela sur le ton de l’humour que de se vexer comme un poux.

« C’était, à défaut de me répéter… Un râteau, ça reste un râteau ! Tu as une dette envers moi maintenant. Je t’en dois un aussi. On sait pas quand il tombera, mais il tombera. Si un jour on est plus que tous les deux sur terre, et qu’il n’y a que moi comme choix, je te mettrais le vent de ta vie. »


Les yeux espiègles, enfantins, il se mit à ricaner. Comme un gosse. C’était sa véritable nature qui ressortait. Et après tout ce qu’il avait vécu, tout ce qui était passé, c’était étrange qu’elle ressorte à nouveau. Il pensait s’être perdu, à jamais. Mais…
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
 
Olympus
Ils te jugeront, ils te critiqueront, pour tes choix, pour tes actes. Mais moi, jamais.

Galatée



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Galatée


╰☆╮ Avatar : Brie Larson

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine, aka le casse-tête qui te rend parano et qui te fait croire que même un point est un indice potentiel.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Décolletée.

✓ Métier : Soeur à temps plein & Casse-Noisette avec ses poings
The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 T8z7

☞ Surnom : (Lady) Gaga
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1161

✓ Disponibilité : Girls Just Want To Have Fun

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mer 5 Fév 2020 - 13:52


Roooooh ça va, c'était même pas un vrai râteau !


Je mis un peu de temps à le rejoindre. Pas plus de quelques minutes, mais si c'était un test, je devais avoir foiré le résultat. Après qu'il se soit évaporé, j'étais restée dans les airs, étincelant doucement dans mon armure, telle une petite étoile affaiblie, un point lumineux dans le ciel sur le point de s'éteindre. J'aurai aimé être enveloppée dans le silence pour m'attarder sur mes pensées, mais les sons de la ville fusaient vers le ciel et me retiraient l'impression d'être seule, dérivant à la frontière entre terre et infini espace.

Ce qu'avait dit Hermès avait tourné dans ma tête, en boucle. Faire confiance pour vivre. Je comprenais. Non, plutôt, je saisissais le sens de ses paroles. Une partie, du moins. Sinon, je l'aurai appliqué. Mais c'était difficile. Faire confiance. Je me fiais à mon instinct, à mes principes. J'offrais ma confiance, parfois. Mais pas de suite. Pas avant longtemps. Pas avant d'être certaine. Est-ce que c'était vraiment mal ? Pour survivre, j'étais certaine que non.

Je me posais en douceur au sommet de la Tour Eiffel, les pieds pointés vers le bas pour amortir ma descente. La lumière dorée qui m'entourait s'éteignit dès que j'entrais en contact avec le sol. Je rejoignis le dieu pour me poser à ses côtés, non sans laisser un certain espace entre nous. Juste au cas où. Je m'appuyais contre la rembarde, le regard dérivant vers la ville, encore une fois à des kilomètres en dessous de nous. En silence, j'écoutais Hermès, non sans pouvoir empêcher de temps en temps la comissure de mes lèvres de se relever très légèrement. Surtout à certains passages. Mais je continuais à fixer les points minuscules qu'étaient les passants, vivant leur vie sans se douter que, là haut, des immortels s'essayaient à des numéros de charme. Avec plus ou moins de succès.

Quand il eut fini de parler, je restais muette. Juste assez longtemps pour qu'un blanc dans la conversation s'éternise et devienne gênant. Avant qu'il puisse ouvrir la bouche, je tournais la tête vers lui, avec un demi sourire qui se voulait faussement sérieux.

- Je suis ton premier râteau ? Quel honneur. Tu sais ce qu'on dit, c'est encore plus marquant que sa première fois.

Chez les pirates, du moins. Le premier marque souvent les débuts d'une longue liste de rejection et de mise à mal de l'amour-propre.

- Si ça peut te rassurer, t'es pas une exception. Des éconduits, y en a eu des paquets. Quoi que... si, cette fois, c'est différent. D'habitude, je leur laisse pas de seconde chance et mon intérêt ne reste pas éveillé.

Je me tournais pour faire dos à Paris, pliant les coudes vers l'arrière pour les appuyer contre la rembarde métallique. Je mimais la position d'Hermès. Et ça fait, je me fis très légèrement glisser vers lui. Juste assez pour être plus proche et frôler sa jambe de la mienne.

- Tu pourras me mettre un vent, y a pas de souçis. Contrairement à toi, j'ai pas autant de succès et on m'a déjà brisé le coeur plus d'une fois.

J'exagérais. J'avais déjà pris deux ou trois râteaux au cours de mon existence, mais je m'en étais très vite remise. Principalement grâce à la thérapie du "un de perdu, dix de retrouvés". Pour moi, ça a toujours très bien marché.

- Mais comme je te plais, ça veut dire que j'ai encore mes chances, non ?

En disant ça, je me rapprochais un peu plus. Cette fois, mon avant bras était pressé contre le sien, tout comme ma jambe. Mais le geste était presque désinvolte, et j'avais les yeux levés vers le ciel éclairci par la polution lumineuse de la ville.

- Quoi que. Je suis sûre que si j'essaie de t'embrasser, tu vas te venger, me mettre un rateau et aller séduire de la française juste après. J'ai pas raison ?

Je tournais la tête vers lui, les yeux grands ouverts pour prétendre être innocente. Nos visages étaient de nouveau proches. Il suffisait juste de tendre le cou. Je pouvais sentir son souffle se mêler au mien.

Mes lèvres s'étirèrent en un sourire. Amusé mais cherchant un peu à le défier. J'étais d'humeur joueuse, ce soir.

- Que... que ce que vous faites là ?

Mon poing se leva aussitôt, tendu vers le nouveau venu. Ou plutôt les nouveaux venus. Un type venait d'apparaître sur le pas d'une porte qui devait mener vers les escaliers du monument. Au vu de son état, il devait être éméché. Sa chemise était en partie déboutonnée, et lunettes étaient bancales sur le bout de son nez. Il avait dans les bras une femme en manteau de fourrure qui roucoulait, le visage enfouit dans son cou, sans nous remarquer. L'homme ne cessait de cligner des yeux comme si il luttait contre le sommeil, en louchant à moitié sur les flammes dorées qui me lèchaient la main. Le bras toujours tendu, je vis qu'il avait autour du cou ce qui devait être une carte d'employé, ou un pass d'accès à la Tour.

- Semblerait qu'on soit pas les seuls à trouver la vue romantique.

Est-ce que j'étais un peu açacée ? Oui. Pour une fois que c'était bien parti, il fallait que des français se ramènent. Forcément.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I try to replace it with city lights
I'll never escape it, I need the high

Hermès



« Hello there! »


Hermès


╰☆╮ Avatar : Ewan McGregor

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ➴ Hermès

✓ Métier : Seul livreur de Hermès Express!
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2528

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________ Jeu 6 Fév 2020 - 12:47

Un rateau, c'est comme on le définit. Tu marches dessus et il te fonce dans la gueule.




Pas de seconde chance ? Un intérêt toujours éveillé ? C’était pas un râteau finalement. Ca ressemblait beaucoup à quelqu’un qui ne savait pas ce qu’elle voulait. Qui n’agissait que par pulsion et conviction, et non par réflexion. Une lueur toujours enfantine dans les yeux, Hermès éclata de rire. Un rire profond et sincère, cela faisait longtemps qu’il n’en avait pas eu un comme celui là.

« Ce n’est pas mon premier rateau. J’en ai eu d’autres. Toutes les bonnes histoires commencent comme ça. Une seconde chance ? Vraiment ? »


Un sourire en coin passa sur son visage. On aurait pu y voir un sale gosse, à qui on avait volé une friandise, mais qui savait qu’elle allait finir dans ses mains plus tard. Le plaisir n’en était que décuplé en réalité. Sentant sa jambe toucher la sienne, ses joues s’empourprèrent un peu et il détourna le regard vers l’autre côté, pour qu’elle ne le remarque pas. Ca faisait toujours bizarre, les premiers contacts quand on avait quelque chose sur le coeur. Finalement, ses joues redevenues normales grâce à un regain de courage, son corps tout entier se tourna vers Galatée, pour être collé au siens. Se plongeant dans ses yeux un long moment, un autre silence apparut après ces paroles. Son sourire s’effaça très légèrement, et son visage se fit étrangement plus vieux. Comme terni par son vécu et ce qu’elle venait de dire.

« On me l’a déjà également brisé. »


La laissant faire, il profita de l’instant. Il le savait. C’était un de ces rares moments très précieux qu’on pouvait oublier. Juste sentir l’autre prêt de se soit. Se servir désiré, attiré par l’autre. Mais ne pas céder à la pulsion de l’enlacer, pour éviter de gâcher l’instant. Passant un bras autour d’elle, sa main toucha son épaule et finalement, Hermès rapprocha doucement un peu plus Galatée de lui. Il était bien, là, maintenant. Il n’y avait pas d’avenir, pas de passé, juste du présent. C’était les moments les plus beaux.

« Les françaises sont farouches. Elles te ressemblent un peu, c’est drôle. Et la réponse est non. La vengeance ne se mange pas froid, elle se mange plusieurs jours après l’avoir retirer du congélateur et avoir attendu qu’elle soit bonne à manger. »


Souriant de manière espiègle, elle se pencha vers lui. Doucement. C’était parti. Rien ne pouvait plus briser encore cet instant. Lui rendant son sourire, Hermès profita de l’instant suspendu dans le temps pour la regarder en détail. Elle était vraiment belle, et son coeur s’accéléra. Il allait l’embrasser. Il allait le faire. Tout simplement parce qu’il en avait envie jusqu’à ce que…

« Que… qu’est ce que vous faites là ? »


Galatée tourna la tête, et Hermès aussi. En même temps. C’était rare, qu’il est des élans d’agressivités. Mais à cet instant, il n’avait qu’une envie, c’était de l’envoyer par dessus la rambarde de la Tour Eiffel. Attrapant l’avant bras de Galatée avec douceur, il le baissa calmement. Son humeur était vite descendu. Il était certes en colère, mais pas de là à briser le secret de Strorybrooke.

« Je m’en occupe. »


S’avançant vers le couple, les mains sur les hanches, Hermès pencha la tête, véritablement curieux. Pourquoi cet employé, lui aussi venait le déranger ? Certes la vue était belle, mais c’était son moment, et on lui avait encore volé. Restant entre Galatée et eux, il se contenta de les observer d’un air interrogateur. Il ne s’interposait pas pour la protéger, mais pour les protéger. Elle n’était pas tellement du genre à se laisser faire.

« Z’avez pas l’droit d’être là ! J’suis technicien ici ! Et dit à ta gonzesse de pas montrer les gens avec les poings ! S’pas poli, et ça s’fait pas. Pourrez vous arriver des trucs si on vous choppez ici ? »


La femme sortit sa tête du cou de l’homme et sembla enfin les remarquer. Visiblement, elle devait être dans le même état que lui, s’appuya sur lui et vacillant, elle regarda Hermès avec une envie certaine.

« Oh… Un plan à quatre… J’aime bien… C’est une super surprise Stan... »


Hermès leva le doigt et la bouche pour dire quelque chose, mais il se ravisa. Il était totalement prit de cours. Finalement, tournant sa tête vers Galatée, il finit par dire :

« Je retire ce que j’ai dit, elles ne sont pas toutes farouches... »


L’homme ne l’écoutait pas. Son regard s’était porté sur Galatée. Et il pouvait lire dans ses yeux que l’idée lui plaisait. Hermès fronça les sourcils, et finalement baissa la main. Stan sembla s’embaler.

« Euh… Ouais… Pourquoi pas… Mais sans lui ça s’rait quand même mieux non ?... »


Elle éclata de rire et s’élança sur Hermès pour essayer de l’embrasser. Le dieu fut tellement surpris d'avoir ses lèvres sur les siennes qu'il sursauta. C'était pas vraiment celui là auquel il s'était attendu ce soir! Se sentant un peu oppressé il répondit :

« Non non non ! C’est pas mon délire ! »


« Roh allez... »


Elle se fit plus invective. Hermès utilisa sa force supérieure, mais avec douceur pour la faire lâcher. Elle fut surprise d’ailleurs de voir sa poigne en reculant. Vacillant dangereusement, elle se rattrapa à Stan et éclata de rire.

« Oh… Quelle poigne... »


Mais Hermès n’écoutait pas. Se dirigeant vers Galatée, d’une démarche ferme et assurée, il lui tendit la main et la prit pour qu’elle le suive dans les escaliers. Descendant calmement, il pouvait entendre encore d’en haut.

« Allez venez… Stan, laisse les remonter ! C’est ta faute… Roh... »


Hermès l’ignora. Arrivant au deuxième étage, désert cette fois, il se retourna vers Galatée un peu refroidi et vexé que la situation est tournée ainsi et que le moment magique soit brisé.

« Bon ben… On va considérer que j’accumule les échecs sur cette soirée. Les augures sont contre nous... »


Il s’était à nouveau rapprocher d’elle. Une de ses mains étaient allée sur sa hanche et l’autre dans la sienne. Cette fois-ci, c’était la bonne. Son visage était encore proche du sien quand…

« Vous voulez vraiment pas vous joindre à nous ? »


Elle était seule, en sous-vêtement, en plein mois de janvier. Appuyé sur la rambarde, elle regardait Hermès et Galatée avec envie, mais en vacillant sous l’effet de l’alcool. Fermant les yeux, en pleine souffrance intérieure, ce n’est pas ses lèvres qui se posèrent sur les siennes, mais son front qui se posa sur celui de Galatée, épuisé.

« J’en peux plus. Si tu m’autorises à nous téléporter chez moi, je t’en serai infiniment reconnaissant. Je suis pas belliqueux, mais si elle continue, je la téléporte dans un camp de travail en Corée du Nord. »


Les yeux toujours fermés, il attendit la validation de Galatée comme on attendait une bénédiction. C’était soit ça, soit il faisait tout brûler. Il n’était pas méchant de nature, mais sa patience avait des limites…



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
 
Olympus
Ils te jugeront, ils te critiqueront, pour tes choix, pour tes actes. Mais moi, jamais.

Galatée



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Galatée


╰☆╮ Avatar : Brie Larson

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine, aka le casse-tête qui te rend parano et qui te fait croire que même un point est un indice potentiel.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Décolletée.

✓ Métier : Soeur à temps plein & Casse-Noisette avec ses poings
The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 T8z7

☞ Surnom : (Lady) Gaga
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1161

✓ Disponibilité : Girls Just Want To Have Fun

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 11 Fév 2020 - 21:13


Mais oui c'est ça, cette blonde elle te fait rien...


Plus jeune, je n'étais pas reconnue pour ma grande patience. Au contraire, j'avais la fâcheuse manie de m'agacer rapidement et de vouloir que les choses aillent dans mon sens immédiatement.

Maintenant que j'étais plus vieille, plus sage et plus expérimentée... j'avais pas tant que ça changé. Du moins dans certaines situations. Comme celle-ci, par exemple. Etonnament, qu'une parisienne dévêtue me dévance et me vole les lèvres de MA conquête, ça me rendait pas bien jouasse.

Je me forçais à respirer un grand coup. Longue inspiration par le nez, lourde expiration par la bouche. Je recommençais plusieurs fois, jusqu'à ce que le bout des doigts cessent de me picoter et que la lumière dorée de mes poings s'éteigne totalement. Je n'allais pas envoyer une décharge de puissance sur de petits mortels bourrés. Non. Voyons. J'étais pas comme ça. Ils auraient été plus résistants, oui je les aurai projetés par dessus bord. Mais c'était pas le cas. Malheureusement.

Ce fut donc avec soulagement que j'approuvais la proposition d'Hermès. Je m'écartais légèrement de lui, une main sur son épaule, avec le sourire fatigué d'un guerrier qui revient du combat.

- On peut aller où tu veux. N'importe où, tant qu'ils ne sont pas là.

Même que je ne dirai rien si il me téléportait sans prévenir. La Tour Eiffel et la vue sur Paris commençaient à me dégoûter. Que ce que cet endroit avait de romantique, finalement ? Ce titre était mensongé. Ma soirée drague devait être foutue. J'allais probablement rentrer chez les Bowan, seule. Et ça faisait mal à mon égo.

- Mais avant...

Je fis un mouvement de la tête vers la blonde qui n'arrêtait pas de frétiller des sourcils pour se donner un air qu'elle devait sûrement trouver sexy, et son compagnon qui avait vite fait de nous rejoindre à son tour.

- Il faut qu'on fasse quelque chose pour eux. Cette femme n'est pas en état de rester ici. Si elle continue de danser contre cette rembarde, elle risque de tomber. Et aussi chiante sa présence est pour nous, son seul véritable crime est d'être éméchée. Elle ne mérite pas la mort.

Quand je disais, qu'avec le temps, j'étais plus sage et mâture...

Une idée de solution me vint rapidement. Je devais réfléchir à toute allure, parce que les deux se rapprochaient dangereusement et ils ne leur restaient déjà plus beaucoup de vêtements. Je n'étais pas prude, mais au vu de la situation, ça me gênait un peu. Ils risquaient de tomber malades, en plus de ça. Et si on arrivait à les préserver mais que, dix jours plus tard, ils mouraient d'une pneumonie ou d'un autre virus ?

- J'ai un plan. Suis moi simplement, d'accord ?

Avec un sourire, j'adressais un clin d'oeil discret à Hermès. Je lui demandais de me faire confiance, pour le coup. Certes ça n'était pas le moment le plus dangereux de nos vies, mais sur ce coup là, si je voulais que mon plan réussisse, je devais en tirer les ficelles seules.

- Et contente toi d'être plaisant pour les yeux. ça te demandera pas d'effort.

Et hop. Je glissais ça là. Histoire de relancer mes chances.

Je lui tournais ensuite le dos, pour faire face au couple qui continuait à être attiré par nous comme des papillons par le faisceau d'une bougie. Un sourire aiguicheur me tira les lèvres, et rejetais mes cheveux en arrière. J'avais souvent été au Rabbit Hole, et j'avais eu l'occasion d'analyser les méthodes utilisées par les danseuses pour captiver le public. Au vu de leur état, je n'aurai pas beaucoup d'effort à faire. Juste à échanger mon armure pour une paire de sous-vêtements noirs, tout simples, mais qui mettaient en valeur ce qu'il fallait. Je n'oubliais pas qui regardait.

- Alors ? On se le fait ce plan à quatre ?

La femme gloussa et trébucha vers moi, en tendant le bras pour s'accrocher à moi. Mais je m'esquivais juste avant qu'elle ne me touche, en tenant le poignet d'Hermès dans mon dos, pour le guider sans le voir.

- Vous venez ?

Ma voix était devenue celle d'une charmeuse de serpents. J'essayais de les hypnotiser, même si mon corps dénudé avait l'air de mieux fonctionner que mon ton presque chantant. Je continuais à marcher à reculon, à petits pas, pour m'assurer que les deux ne s'éparpillent pas. Je les menais hors de la plateforme à l'extérieur, jusqu'à une porte vitrée donnant sur un restaurant vide. J'attendis qu'ils soient assez proches pour me pencher vers l'avant et arracher la carte magnétique autour du cou de l'homme.

- Eh !

Il bafouilla, la bouche pâteuse, trop lent pour tenter de la récupérer.

- Chut...

Je l'intimais de se taire, tout en ouvrant la porte grâce à la carte. Je remerçiais en silence Pan. ça avait fonctionné. Je n'étais pas certaine que l'objet pendant au bout d'une lannière verte serve à ça. Si ça n'avait pas été le cas, j'aurai du utiliser les poings pour les assommer.

- On attend plus que vous !

Une main tendue vers le couple, l'autre toujours accrochée à Hermès, je restais sur le pas de la porte qui était désormais grande ouverte. La femme gloussa une nouvelle fois, telle un pigeon en pleine période de reproduction. Je dû me retenir pour ne pas grimacer. Ce son allait me rendre dingue.

La blonde manqua de tomber, et le type la rattrapa de justesse. C'est en la tenant par le bras qu'il se rapprochèrent encore, titubant, penchés vers l'avant. Il ne resta plus qu'à s'écarter d'un coup quand ils furent assez près.

Je poussais Hermès de la trajectoire, donnais un coup de pied dans le dos de l'homme pour qu'il tombe directement à l'intérieur, en entraînant la blonde dans chute, et refermais la porte derrière eux. En moins d'une seconde, la porte fut verouillée. Ils étaient coincés à l'intérieur du restaurant.

La chute n'avait pas du être trop violente. Ils bougeaient, avaient l'air un peu hagard et sonné, comme je pouvais le constater à travers les baies vitrées qui faisaient office de murs. Sans plus m'attarder sur leur sort, je les délaissais pour brandir le poing vers les caméras, pendues en hauteur, qui auraient été susceptibles de nous filmer. Elles explosèrent dans un crépitement satisfaisant.

Ces bonnes choses de faites, je retournais vers Hermès. J'étais toujours en sous-vêtements, mais le froid ne me dérangeait pas. Je sentais à peine la caresse du vent sur ma peau dévêtue. J'aurai pu me rhabiller, mais j'avais plus important à faire. Cette fois, je ne me montrais pas hésitante ou trop lente.

J'aggripais le blouson d'Hermès pour l'attirer à moi, peut être un peu trop violemment, même. Ce qui ne m'empêcha pas de plaquer mes lèvres contre les siennes, et de l'embrasser avec assez de fougue pour qu'il oublie le baiser volé de la française.

Quand je finis par m'éloigner légèrement de lui, j'avais un air sérieux qui masquait mes émotions, malgré mes lèvres brûlantes.

- Tu devais pas nous téléporter chez toi ?

Proposition très innocente. Mais si il ne me renvoyait pas la balle avec cette histoire de râteau, il y avait possibilité d'oublier la catastrophe qu'était cette soirée. Non qu'elle n'ait pas été aventureuse et plutôt amusante, mais ça n'était pas comme ça que j'étais le plus à mon avantage. On chantait mes louanges en soulignant mes charmes et mon côté badass. Pas en étant... je ne sais quoi.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I try to replace it with city lights
I'll never escape it, I need the high

Hermès



« Hello there! »


Hermès


╰☆╮ Avatar : Ewan McGregor

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ➴ Hermès

✓ Métier : Seul livreur de Hermès Express!
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2528

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________ Jeu 13 Fév 2020 - 7:45

Tu dois me trouver complique non?





Hermès écarquilla les yeux. C’était vraiment étrange d’avoir autant de compassion. Après tout, lui s’en moquait éperdument. Ils étaient montés par leurs propres moyens, ils étaient responsables. Hermès allait dire quelque chose, quand elle lui demanda « Suis moi simplement d’accord ? ». Sous-entendu, « Fais moi confiance. ». Il referma la bouche, puis la réouvrit en levant la main, mais il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que Galatée l’entraînait déjà par la main.
Faire confiance. C’était difficile pour lui. Et le plus fou, dans tout ça, c’est qu’il se laissa emporter par Galatée sans rien dire. Déjà, une confiance aveugle c’était instauré. Mais pourquoi ? Simplement parce qu’il se sentait bien.

« Qu’est ce que tu... »


Mais il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit, qu’elle attira les deux humains vers le restaurant de l’étage. Sa voix était suave, envoûtante. Il savait que même si c’était pour les piéger, l’intonation de sa voix lui était adressé. Toujours guidé comme un enfant que l’on tient par la main, Hermès vit qu’elle était passé en sous-vêtements. Alors, elle ne mit pas longtemps à mettre son plan à exécution. Une fois cela fait, elle se retourna vivement vers lui, et l’empoigna pour l’embrasser. Enfin. Bizarrement, c’était agréable. Même la violence du geste n’avait fait que bonifier l’instant. Elle se détacha de ses lèvres pour enfin lui demander de se téléporter. Un sourire en coin, triomphant, apparut sur son visage.

« Et si je refuse ? »


Avec un ricanement espiègle, il lui déposa un petit baiser un peu plus doux sur les lèvres. Tout en même temps, il sonda son appartement, pour vérifier que personne n’était là. Se détachant de ses lèvres, cette remarque le fit d’ailleurs sourire un peu plus.

« Je viens de vérifier, mon coloc n’est pas là, et pour un bon moment. Oui, j’ai pris quelqu’un de la ville pour… Passer du temps. Ca m’aide à aller mieux et à mieux m’intégrer. Si je te dis qui s’est tu me croiras jamais... »


Un autre sourire malicieux apparut sur ses lèvres. Finalement, le regard rieur il décida de lui dire.

« C’est Mickey. Tu sais, la souris Disney. Oh et puis, on s’en balance en fait. »


L’attirant à lui, l’instant suivant lui aussi fut en sous-vêtements. La seconde d’après, ils furent téléportés dans un lit immense, dans une pénombre chaleureuse. Son corps brûlant contre le sien, il sentit la passion montée en lui. Et pour le reste… Il était Hermès, le dieu qui volait au dessus du Septième Ciel.

Le lendemain matin.


La tête de Galatée posée contre lui, Hermès observait son plafond. Plusieurs maquettes de vaisseaux de films et BD différentes étaient placées, et il les regardait sans vraiment les voir. Sentant le coprs de Galatée encore chaud et nu contre lui, il n’osa rien dire. Ce contentant de profiter de l’instant présent. Depuis combien de temps ne s’était-il pas senti comme ça ? Depuis combien de temps ne s’était-il pas senti aussi… Vivant ?
Son regard s’assombrit. Elle n’était pas le genre de femme qui veut construire une relation, il le savait. Et quand bien même ? Serait-il à la hauteur ? Ne se lançait-il pas dans le même schéma qu’avec Athéna ? Si couple il devait y avoir, n’était-il pas déjà condamné ?
Etrangement, une boule se fit sentir dans sa gorge et son coeur se serra. Sa respiration fut plus difficile à trouver. Il angoissait. Repoussant doucement sa tête, il se mit en position assise sur le bord du lit et passa ses deux mains sur son visage.

« C’était une erreur. »


Pas vraiment la meilleure manière de remercier quelqu’un pour une nuit d’enfer. Passant une main sur sa nuque, nerveux, Hermès n’osa pas la regarder. Doucement, sa tête se redressa vers le plafond et finalement, il se retourna lentement :

« Je veux dire, l’erreur ne vient pas de toi, mais de moi. Je n’aurai jamais du faire ça. C’était super mais... »


Tout ce qui avait avant mais ne comptait pas ? Là, si. Ca avait été véritablement super.

« Je… Ecoute. »


Finalement, il se laissa revenir auprès de Galatée et s’allongea à nouveau à côté d’elle. Soupirant légèrement, il avoua tout.

« Je ne suis pas le genre d’homme qui apprécie les coups d’un soir, en règle général. Si je me lance dans quelque chose, c’est qu… Qu’il y a un minimum de sentiments, ou d’attraction si tu préfères. C’est pas de l’amour, rassure toi. Mais ça pourrait le devenir, et je crains que quand le moment viendra, ça sera à sens unique. Et je suppose que ce n’est pas ton objectif, de… Former un couple. Donc c’était une erreur, et c’est ma responsabilité. C’était très bien, mais… Je m’attache vite, et je ne veux pas me lancer dans quelque chose d’unilatéral. »


Ca ressemblait déjà à une espèce de discussion de couple ça. Hermès fit une grimace et s’assied sur le lit, le dos contre la tête de lit. Cherchant ses mots pour rattraper la bourde qu’il venait de faire, il se reprit comme il put.

« Mais… Euh… C’était quand même super, je le répète. »


De quoi avait-il peur ? D’aimer, sans être aimer. C’était très douloureux. Il l’avait vécu, il y a des années, dans son monde, à cause d’Aphrodite, et c’était hors de question que ça se reproduise un jour. Hermès n’aimait pas souffrir, du coup, il préférait couper court rapidement dés qu’il voyait qu’il allait en baver.
Une façon de se protéger, en somme. Mais peut être aussi, de passer à côté de quelque chose. Toujours la gorge noué, il baissa la tête.

« Tu dois me trouver nul. »





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
 
Olympus
Ils te jugeront, ils te critiqueront, pour tes choix, pour tes actes. Mais moi, jamais.

Galatée



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Galatée


╰☆╮ Avatar : Brie Larson

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine, aka le casse-tête qui te rend parano et qui te fait croire que même un point est un indice potentiel.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Décolletée.

✓ Métier : Soeur à temps plein & Casse-Noisette avec ses poings
The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 T8z7

☞ Surnom : (Lady) Gaga
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1161

✓ Disponibilité : Girls Just Want To Have Fun

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Sam 15 Fév 2020 - 21:55


Je vais t'en donner des regrets, tu vas voir...


Est-ce que je le trouvais nul ? Non. Il ne l'était pas. Est-ce que j'avais envie de lui envoyer une décharge de pouvoir entre les cuisses et savourer l'effet que ça lui ferait ? Oh que oui.

J'avais écouté. Calmement, sans réagir, assise dans son lit, toujours nue, à peine couverte par un drap, les cheveux en bataille. Le seul mouvement, autre que ma respiration lente, était celui de mes muscles qui se crispaient de manière imperceptible pour un oeil peu observateur.

Quand il eut fini de s'appitoyer, je le fixais. Longuement. Avec ce qu'un chanteur appelait "des yeux revolvers". Si mon pouvoir venait de mon regard, il aurait été pulvérisé en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "je regrette". Et justement, en parlant de regret.

- Tu regrettes.

Ma voix était coupante comme la lame d'une épée afilée et aussi glaciale qu'un vent du nord. Mais je n'avais pas l'air énervée. Mes muscles faciaux s'éfforçaient de rester neutres. Même si mon poing se serra sur le drap qui m'enveloppait jusqu'à la poitrine. Je l'avais remonté dès que je m'étais rendue compte qu'il ne méritait pas de profiter plus longtemps de la vue.

- Waouh. Je croyais que pour me foutre un rateau, on devait attendre la fin du monde ?

C'était peut être arrivé plus tôt que prévu. Pendant que je couchais avec un type qui, je cite, "regrettais" et avait fait "une erreur".

- Laisse moi t'expliquer comment ce matin aurait du se passer.

Je me levais pour aller me planter devant le lit, et faire face à l'autre idiot. Le drap qui dissimulait ma nudité disparu, ravagé par des flammes dorées, vite remplacé par... je vous donne dans le mille, mon armure. Encore elle. Mais c'était terminé, le style séductrice ou vulnérable.

- Après cette nuit tout sauf désagréable, on se serait réveillés tranquillement, on aurait peut être partagé un petit déjeuner, mangé des viennoiseries, discuté un peu, se féliciter pour nos exploits au lit, se faire quelques compliments parce que c'est toujours bon pour l'estime de soi et ensuite, je me serai envolée, tu aurais fait... ce que tu fais pour t'occuper d'habitude. Et c'est tout. Fin de l'histoire.

Je fis un pas en avant, sans m'en rendre compte. Mes mâchoires se serrèrent l'une contre l'autre, en crispant un peu plus les muscles de mon cou. Peut être que je réagissais de manière trop extrême. Mais je refusais de penser à mes potentiels tords. Mon ego, encore lui, venait de se fissurer et j'avais désormais un goût amer sur les lèvres.

- Tu aurais du réfléchir, avant de répondre à mes avances, de m'embrasser et m'emmener chez toi. Tu aurais du te douter que ça n'était qu'une nuit, qu'un coup d'un soir.

Au moins, il avait raison sur une chose: je n'étais pas de celles qui s'engagent. J'étais libre. Indépendante. Et je comptais continuer à m'envoyer en l'air avec qui je le voulais.

- Si tu veux avoir des sentiments, tomber amoureux, grand bien te fasse. Trouve toi quelqu'un qui acceptera de roucouler à tes côtés pour l'éternité. Ce n'est pas mon cas.

Je croyais en l'amour. Mais au coup de foudre. Aux sentiments si forts qu'ils rendent presque fous. Comme Pan avait aimé Themis. Je n'avais jamais ressenti de tels sentiments, et après des siècles d'existence, je m'étais faite une raison et avait accepté que de telles relations étaient si rares que peu de personnes y avaient un jour accès. Je n'étais pas triste ou déçue. Je ne souhaitais pas perdre la raison et faire des actions irréfléchies à cause de quelqu'un d'autre de toute façon.

- Donc la prochaine fois que tu joues les charmeurs auprès d'une femme... Assure toi qu'elle veuille la même chose que toi et que tu le vexeras pas au petit matin parce que t'es trop "romantique".

Je mimais des guillemets dans les airs pour encadrer le mot, en regrettant aussitôt la grimace que je fis en le prononçant. Je me comportais de manière puérile et ridicule. Mieux valait cesser la conversation avant que ça ne dégénère un peu plus.

- Sur ce... Je te dis pas à une prochaine fois. Ah et si tu me croises au détour d'un bar, contente toi de m'ignorer. Je serai probablement trop occupée pour te remarquer de toute façon.

C'était petit, mais pas faux. Sur ces bonnes paroles, je levais mon poing vers la fenêtre et la pulvérisais dans un grand éclat de verre. Et aussi avec quelques bouts du mur au passage. Sans m'excuser auprès d'Hermès pour avoir détruit une partie de sa chambre, je sautais par le trou nouvellement formé et m'envolais vers les cieux à une vitesse flirtant avec celle d'un avion de chasse. La journée avait mal commencé, j'allais devoir y remédier. Dommage qu'il soit trop tôt pour aller dans un bar. Rien de mieux que de nouvelles rencontres pour en oublier d'autres.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I try to replace it with city lights
I'll never escape it, I need the high

Contenu sponsorisé








The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe] - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

The Darkside of the Moon - Galette des rois. [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville