« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Crater Impact SE
Voir le deal
68.97 €

Partagez
 

 On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Aguistin R. Marban
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aguistin R. Marban

| Avatar : Andrew Scott

| Conte : Folklore européen ۩๑ L'étrange Noël de Mr Jack
| Dans le monde des contes, je suis : : Le Porte-Parole de Madame La Mort & sa personnification ☘ La muse d'Egdar Allan Poe ☘ Le porteur de poisse ☘

| Cadavres : 1958



On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry _



________________________________________ Jeu 26 Mar 2020 - 14:34



On ne dérange pas les morts !
Aguistin & Blanche



“Tu veux pas zapper Agui ?”
“Non et n’essaye même pas d’interférer avec la télé”

Aguistin lança un regard noir à Ambroise qui leva les yeux au ciel avant de s’enfoncer dans le canapé. Il s’enfonça littéralement, passant à travers pour disparaître comme le fantôme qu’il était.

“C’est nul c’est toujours toi qui choisit.”
“Hum peut être parce que c’est chez moi … et que j’accepte gracieusement que tu squattes ici parce qu’on a pas encore retrouvé ton corps et que tu devrais errer comme une âme en peine dans la ville ?”

Pour toute réponse, Ambroise fit tomber un vase dans le hall d’entrée qui se brisa en milles morceaux. Aguistin haussa les épaules en mettant la télévision plus fort. Sa concentration était absorbée par une nouvelle télé réalité américaine qui consistait à mettre des gens dans des appartements séparés mais dans le même immeuble, obligeait de communiquer uniquement par messagerie et dont le but du jeu était de devenir le plus populaire. C’était Thomas qui en avait parlé en premier à Dolorès quand il avait croisé cette dernière à la Pleine Lune et s’il avait fait mine de ne pas s'intéresser parce que par principe il n’aimait en aucun cas toutes les choses que le chat du cheshire aimait, sa grande curiosité n’avait pas pu s’empêcher d’aller voir le programme sur Netflix. Il fallait dire que cette chose était purement addictive car il en était à son cinquième épisode, prenant déja partie pour tel et tel personne. En vrai, il avait même appelé Jean Balthazar pour lui dire de regarder et de faire des pronostics ensemble. Mais voila, Ambroise le fantôme n’aimait pas, lui rappelant le fait que lui aussi était quelque sorte en confinement mais sans pouvoir atteindre la popularité.

“Pourquoi Lolo n’est pas là ?”

Aguistin soupira, mettant sur pause pour se lever du canapé, sans vraiment répondre. Il se dirigea vers la cuisine pour prendre son jus de pêche et un énorme sac de bonbons dans le placard. Il s’arrêta devant l’aquarium servant de refuge à son Axolott, qui vient immédiatement se coller à la vitre quand il cogna dessus.

“Oh je te parle Aguistin !”
“Et alors ? T’es casse couille j’ai pas envie de répondre”
“Pour une fois que je le suis … toi tu l’es en permanence !”
“T’entends ça Peter ? Franchement est ce que je le suis ? Pas du tout, c’est juste que Monsieur est grincheux ce soir … Aaah ces fantômes j’vous jure …”

Le vilain garnement ricana tout en nourrissant d’une seule main l’animal étrange qui trônait sur le meuble à l’entrée du salon.

“Je sais pas, elle doit encore être à l’un de ses rendez vous Tinder ! Tu lui demanderas quand elle rentrera ! Puis ça sera facile de le voir, s’il lui en reste encore entre les dents c’est que visiblement il ne l’a pas satisfait correctement.”

“Mais t’es dégueulasse !”
“ La vérité l’est qu’est ce que j’y peux !”

Son sourire mauvais plaquait sur le visage, il retourna à sa place, se jetant dans le canapé pour s’allonger de tout son saoul, reprenant le visionnage de son show. Il ne remarqua pas les heures passer, se faisant un gros binge watching. Il était au dernier épisode quand il entendit quelque chose cogner contre la vitre.

“C’bon Ambroise j’ai fini de toute façon …”
“Euh … c’était pas moi là …”

Effectivement, le fantôme venait d’apparaître dans le canapé, passant dans les pieds d’Aguistin qui frissonna à cause de la sensation de froid liquide qu’il venait d’avoir. Alors si ce n’était pas Ambroise … qui était ce. Surtout que le bruit continuait. Absolument pas peureux, Aguistin se leva en ronchonnant pour aller à l’origine du bruit.

“Fausse alerte ! Ce n’est qu’Eustache !”


Son grand corbeau noir tapait la vitre avec son bec. Lui ouvrant, il alla immédiatement se poser sur son épaule, l’air inquiet.

“Quelqu’un est entré au cimetière !”
“Ah mais les gens ont vraiment rien à foutre de leurs vies c'est pas possible …”

Ah il n’était pas content ! Qu’Ambroise le dérange était une chose, certes chiante mais qu’il tolérait. Depuis les années qu’il était là … il était habitué. Mais que l’on vienne en pleine nuit dans le cimetière … ça ce n’était absolument pas possible ! C’était contre la loi. Pas qu’Aguistin soit un fervent partisan des lois, bien au contraire, mais c’était contre les lois que lui, en tant que gardien du cimetière, avait édicté. Il avait déja rallongé les heures d’ouvertures, comprenant que l’on puisse être en manque de ses proches décédés mais tout de même ! Il n’allait pas laisser passer ça et le régler à sa manière …

Attrapant le premier pull qu’il avait à porté de main, il se saisit de la lumière de mineur qu’il avait toujours de posé sur le meuble du hall d’entrée avant de sortir de sa confortable demeure pour aller chasser l’intrus qui avait osé pénétrer sur ses terres. Il entendait le murmure des fantômes que l’on avait dérangé et il prit une grande inspiration pour ne pas hurler toute sa colère. Suivant Eustache qui avait repéré l’intrus, il grimaça quand il se cogna le pied contre un bout de tombe qui dépassait. Franchement il faudrait qu’il fasse venir l’un de ses employés pour faire limer ce coin, quelqu’un pourrait vraiment se faire mal et ça serait tellement dommage. Mais ce n’était pas le sujet. Eclairant le suspect de sa lampe, il pointa du doigt la … femme qui était présente avec une pelle ….

“Vous ! Baissez votre pelle de suite !”

La voix rauque d’Aguistin retentit dans le silence apparent du cimetière et certains fantômes s’étaient regroupés derrière lui. Sur quel forme de cinglé était il encore tombé ? Depuis toutes ces années, il n’aurait pas du être encore étonné de voir des gens de la sorte mais c’était plus fort que lui. Il était toujours surpris de la capacité des humains à vouloir déranger le sommeil des morts. Même si sommeil n’était qu’un mot pour dire ce que l’on ne connaissait pas. Après tout il connaissait parfaitement cette angoisse vu qu’il était constitué de la somme entière des peurs de l’humanité à ce sujet.

“Il me semble pas que l’on ait organisé une soirée à thème trouve ton trésor dans le cimetière … alors je peux savoir ce que vous faites ? Et répondez vite parce qu’il serait fort dommage que vous vous retrouviez dans le trou que vous aviez commencé à faire.”

Il n’était clairement pas content. Les bras croisés, son regard aussi noir que la nuit ou que le plumage d’Eustache qui s’était posé sur son épaule. Et un Aguistin pas content n’avait aucune patience et il n’hésiterait pas une seconde à mettre sa menace à exécution.

⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80489-pornography-of-the-de


Blanche de Mitry
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Blanche de Mitry

| Avatar : Alexa Demie

On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry MjfC7EA
-Willie, viens on va tuer des gens !
-Blanche, tu veux pas arrêter de tuer tout le monde ?

| Conte : Folklore
| Dans le monde des contes, je suis : : La Dame Blanche

On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry 799472Folklore1

| Cadavres : 154



On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry _



________________________________________ Sam 28 Mar 2020 - 15:03

 
On ne dérange pas les morts !

Cela faisait des années que je cherchais un moyen de ressusciter Lukas, en vain. J'avais même prévu de passer un marché avec Maléfique, mais cette bonne à rien ne pouvait rien faire pour m'aider. J'étais dans la seule ville au monde qui regroupait des personnages magiques et personne n'était en capacité de m'aider ! On aura tout vu... Mais bon, pour mener mon plan à exécution il me fallait d'abord une chose qui me manquait. Une chose essentielle. Le corps de Lukas. Celui-ci était enterré dans le cimetière de la ville. Je ne m'étais jamais rendu sur sa tombe, ne voulant pas que l'on m'y voit, en train de pleurer quelqu'un. Je devais paraitre forte, quoi qu'il arrive. Bien que je détestais mon premier mari, celui du monde des contes, au point de le tuer, mon deuxième mari était réellement quelqu'un que j'appréciais. Je m'étais toujours voulue de sa mort, puisque celui-ci avait succombé au poison que mes parents avaient incorporés dans sa nourriture. Je m'en voulais d'autant plus que Lukas était le frère de Willie, ma meilleure amie.

Pour récupérer le corps, je m'étais donc rendu au cimetière, après avoir un peu discuté avec Willie. J'avais appris que celle-ci travaillait aux pompes funèbres, les informations qu'elle détenait pourraient donc m'être utiles pour prendre le corps sans me faire repérer. Après notre petite escapade à Paris, Willie et moi nous étions beaucoup plus rapprochées, retrouvant plus ou moins notre relation passée. Tout cela n'avait pas été facile, elle me croyait responsable de la mort de Lukas. Mais, même si tout n'était encore pas réglé, j'avais enfin le sentiment d'avoir retrouver mon amie. Il avait été facile de la faire parler : elle adorait cela. J'avais eu seulement à la lancer sur le sujet que sans le savoir, elle m'avait déjà donnée tous les informations dont j'avais besoin. Bien sûr, je ne savais pas dans quel état j'allais retrouver le corps de Lukas, mais si quelqu'un pouvait le ressusciter, il pourrait bien aussi lui redonner son apparence passée, non ?

Je rentrais dans le cimetière avec mon apparence fantômatique, ce qui me permit de passer à travers la grille. Retrouver cette apparence me fit un bien fou, après avoir perdu mes capacités à Paris, cela faisait du bien de voir que tout fonctionnait comme auparavant. Tout était si calme, c'était une ambiance que j'appréciais. Les cimetières ne me faisaient pas plus d'effet que ça, puisque je savais que mon corps se trouvait dans un cimetière, lui aussi. Je ne savais pas ce que j'aimais particulièrement mais j'aimais m'y rendre, pour réfléchir ou profaner des tombes. Cela me fit penser à ma rencontre avec Willie. C'était il y a déjà tant de siècles de cela. Elle m'avait vue, alors qu'elle était encore humaine et mortelle, en train de détruire une tombe d'une ennemie à moi. Elle n'avait pas eu peur, sa curiosité prenant le dessus et c'est comme ça qu'une amitié est née. Si elle avait eu peur, elle serait sûrement morte et enterrée depuis longtemps. C'était étrange comme le destin faisait bien les choses.

Je me promenais tranquillement autour des tombes à la recherche d'un Lukas Klein, pas le moins pressée du monde. Personne n'oserait me déranger. Je savais que le gardien habitait dans le cimetière, encore quelqu'un qui prenait son métier beaucoup trop au sérieux, ce qui me fit penser que je ne devais pas faire énormément de bruit. Je jonglais avec ma pelle, quand je vis la tombe que je cherchais. Enfin. Je me suis arrêtée devant quelques minutes, hésitant même à faire ce pour quoi j'étais venue. Voir sa tombe me fit plus d'effets que je ne l'aurais pensé, je devais l'avouer. Peut-être était-il en paix ? Le ressusciter ne servirait alors à rien d'autre que de le déranger ? Je ne savais pas le moins du monde si je faisais le bon choix. Tout ce que je savais c'est que j'avais besoin de lui, et Willie aussi. Bien que cette dernière ne soit pas au courant de mon plan, je savais qu'elle serait ravie de revoir son frère, malgré tout. J'entendis alors un bruit d'oiseau, au dessus de moi. En levant la tête, je vis un corbeau qui tournait au dessus de moi et qui partit d'un coup. Étrange, mais pas vraiment de quoi s'inquiéter. Ce n'était quand même pas un corbeau qui allait me faire repérer si ? Je pris ma pelle et commença à creuser, à la recherche du cercueil qui je l'espérais, avait gardé mon mari dans le meilleur état possible.

C'est alors que j'entendis quelqu'un arriver. Et vu sa tête, il avait pas l'air de venir m'aider. Il suivait le corbeau de tout à l'heure. Foutu corbeau. J'aurais dû m'en douter. Savoir que le gardien avait un corbeau aurait pu être une information importante Willie ! Il était suivi par plusieurs fantômes, qui avaient l'air extrêmement choqués par mes actions. Ils ne devaient sûrement pas savoir que je pouvais les voir, mais au vu de ma nature de fantôme, il était normal que je puisse voir mes congénères. Il m'ordonna de lâcher ma pelle. Bon, soit je le tuais, soit j'essayais de le manipuler. Je penchais plutôt pour la deuxième solution. Je n'étais pas armé pour tuer qui que ce soit ce soir et de plus, je n'étais pas spécialement motivée à brûler encore un corps ce soir. J'ai donc lâché la pelle sur le sol, ce qui fit un bruit sourd qui résonna dans tout le cimetière. Le gardien voulait des explications ? Alors il en aurait. J'allais jouer la jeune veuve éplorée. Une larme de crocodile coula sur mon visage alors que j'allais lui répondre.

-Je suis vraiment désolée monsieur... Vous savez, c'est mon mari qui est enterrée ici et sa famille m'empêche de venir le pleurer ici. Je n'ai même pas pu assister à ses funérailles... Je voulais simplement le revoir une dernière fois.

Tout n'était pas que mensonge dans ce que je disais. Le seul mensonge était que je ne venais pas pour le revoir une dernière fois, mais bien pour le ramener parmi nous. En revanche, c'était bien mon mari et sa famille m'avait bien empêché d'assister aux funérailles. Je pris un air apeurée alors que je plongeais mon regard dans le sien. J'espérais réellement que cela allait marcher, je n'avais pas spécialement envie de mettre Willie au chômage...
Codage par Libella sur Graphiorum

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
The lawn is pressed by unseen feet, and ghosts return gently at twilight, gently go at dawn, the sad intangible who grieve and yearn.
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84867-terminee-there http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85474-mes-petits-rps


Aguistin R. Marban
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aguistin R. Marban

| Avatar : Andrew Scott

| Conte : Folklore européen ۩๑ L'étrange Noël de Mr Jack
| Dans le monde des contes, je suis : : Le Porte-Parole de Madame La Mort & sa personnification ☘ La muse d'Egdar Allan Poe ☘ Le porteur de poisse ☘

| Cadavres : 1958



On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry _



________________________________________ Ven 17 Avr 2020 - 21:31



On ne dérange pas les morts !
Aguistin & Blanche



Il regardait cette femme avec grande suspicion, attendant qu’elle daigne enfin répondre à ses questions, qui n’en étaient que plus que légitime. Qu’est ce qu’elle foutait là ? En pleine nuit ? En plein milieu du cimetière ? Oh, en vérité, Aguistin avait de multiples théories là dessus. Ce n’était ni la première, ni la dernière fois qu’il verrait quelqu’un essayait de prendre un cadavre. Les raisons étaient nombreuses et souvent farfelues. Il lança un petit regard à Eustache, qui lui n’avait pas bougé le sien d’un centimètre. Il croassa fortement quand il entendit l’histoire qu’elle lui raconta enfin. Aguistin roula des yeux, et même de la tête quand il l’a vu pleurer. Allons bons. Encore une princesse en mal d’amour qui pensait qu’elle pourrait se consoler en voyant son chéri adoré. Si certains avaient peur de la mort, d’autres n’en avaient surtout absolument pas conscience. Il était mort chérie ! Ok ! Mort ! Mangent les pissenlits par la racine. Allez, elle se mettait à pleurer maintenant. Poussant un gros soupir, il se rapprocha d’elle, prenant une mine tout à fait compatissante. Il ne devait pas oublier ce que Madame la Mort lui avait dit. Que même s’il s’occupait d’apaiser les âmes de ceux qui allaient trépasser, il ne devait pas oublier les vivants car eux aussi, iraient les rejoindre à un moment donné.

“C’est malheureusement une bien triste affaire.”

Son regard resta ancré dans celui de la jeune femme et Aguistin se concentra. Cela allait être très facile, et dans quelques minutes il pourrait retourner dans son canapé à regarder des télé réalités.

“La mort est une chose difficile à accepter, d’autant plus quand le dernier aurevoir n’est pas possible. Mais vous ne trouverez pas la paix de cette manière là.”

Sa voix était devenu plus douce, aussi légère qu’une plume et ses yeux noirs hypnotisant. À chaque respiration, il s’avançait vers elle, pour la calmer, apaiser cette angoisse que la mort laissait sur son passage.

“Ce lieu est symbolique, tandis que l’amour que vous lui portiez transcende toutes les frontières du réel. Vous ne ferez pas votre deuil de cette manière là. Vous n'apaiserez pas vos tourments ainsi.”

Il voyait que ça avait prit. Les pupilles de la femme s’étaient dilatées et inconsciemment ses épaules s’étaient affaissées. Aguistin en profita alors pour se mettre à ses cotés, posant une main sur son épaule justement, totalement compatissant et toujours aussi calme.

“La plupart d'entre vous n'ont pas appris à parler de ce qui vous faisait souffrir. Vous avez enregistré, de manière consciente ou inconsciente, l'idée que 'ça ne sert à rien de parler', que 'pleurer ne changera rien' ou qu'on 'se fait du mal à parler de ça'. C'est absolument faux. Parler de sa souffrance ne l'alimente pas, elle permet au contraire de l'évacuer. Je vous suggère de discuter avec une ou un ami, de préférence quelqu’un qui n’est pas très proche mine de rien de votre situation. Dans ces moments là, c’est parce que l’on estime ne pas être un poids pour que l’on décide de vider son sac. Cela vous fera extrêmement du bien.”

Tout en parlant, il avait donné une petite impulsion dans l’épaule de la jeune femme pour qu’elle commence à avancer vers la sortie. Eustache s’était envolé pour se poser sur l’un des grands saules pleureurs tout en croassant. Aguistin ne faisait pas attention à ses remarques désobligeantes, continuant de se focaliser sur la femme et son bien être.

“Maintenant, vous allez rentrer chez vous, et vous détendre. Il est important de ne pas se négliger dans une situation pareille. Faites des choses qui vous font plaisir. Un bon bain. Manger des gâteaux. Buvez de l’alcool ! Votre mari n’aurez certainement pas aimé que vous vous accrochez au passé. C’est difficile mais il faut aller de l’avant et je suis persuadé que vous allez très bien vous en sortir.”

Ils arrivaient devant l’entrée du cimetière et Aguistin fit un pas sur le coté, son sourire bienveillant toujours plaqué sur son visage.

“N’hésitez pas à consulter si jamais vous en ressentez aussi le besoin. Je connais de bons psychologues qui pourront vous accompagnez sur le chemin de la paix. Aurevoir.”

Le silence revient sur le cimetière quand Aguistin arrêta de parler. La jeune femme, qui avait l’air beaucoup plus détendue sortie enfin et il referma la grille. Reprenant le chemin de pierre pour aller jusqu’à chez lui, Eustache vint se poser sur son épaule.

“Je ne la sens pas cette humaine.”
“Allons détends toi mon cher ! Regarde, j’ai fais comme d’hab avec les autres pendant les cérémonies. Maintenant elle est calmée ça ira mieux.Elle va rentrer chez elle et c’est nous qui allons avoir la paix.”

Il eut une sorte de petit ricanement tout en poussant la porte d’entrée. Qu’est ce qu’il allait pouvoir bien faire ? Il n’avait clairement pas sommeil et plusieurs choix s’offraient à lui. La télévision, la console de jeu ou le frigo. Tiens ! Manger, ou grignoter, se serait pas une mauvaise idée. Et puis Eustache éviterait ainsi de lui crever les yeux pour les lui voler. Certes, il savait qu’en vérité le corbeau ne lui ferait pas, mais il le connaissait et il valait mieux prévenir que guérir. Certainement parce que lui même l’aurait fait si l’inverse avait été possible. Allumant la lumière de la cuisine, il fronça les sourcils, elle était bien trop forte et ses yeux mirent quelques secondes à s’y habituer. Tandis qu’il commençait à sortir un morceau de viande du congélateur, un bruit le fit se retourner et Eustache croassa fortement.

“Je crois que ton invité est revenue.”

C’était Ambroise, qui venait d’apparaître en passant à travers du plan de travail. Aguistin roula des yeux en soupirant.

“Sérieux mais … mais pourquoi ? Elle aurait du rentrer chez elle cette pouffiasse !”
“Hum, sans doute parce qu’elle n’est pas une humaine lambda ? En vérité … elle est ... non c'est bien trop drôle de te voir galérer .”

Cette fois, c’est Aguistin qui croassa de surprise alors qu’Ambroise repartait tout en rigolant, s’amusant clairement de la situation. De rage, Aguistin lança le couteau qu’il avait dans la main. Ce dernier alla se planter dans le mur en face alors qu’il repartait à nouveau dans le sens inverse. Oh il avait été compatissant une fois. Pas deux. Ça n’allait pas se passer comme ça. Mais avant de partir, il avait repris le couteau à viande, si bien que quand il se rendit sur la tombe, parce qu’après tout c’était là qu’elle devait se rendre, il n’avait plus rien de la personne gentille et affable d’avant.

“Qui es tu ?”

Sa voix était dur et son regard perçant. Il la scrutait avec attention alors qu’elle se retournait vivement. Et il comprit. Il sentit. Oh … c’était donc pour ça … que son pouvoir n’avait eu qu’un effet limité …

“Quelle ironie … un fantôme creusant dans un cimetière. J’en aurais bien rigolé si tu ne m’avais pas encore dérangé ! Je veux bien que tu sois une veuve éplorée et une morte qui n’accepte pas son statut mais tu n’as rien à faire ici ! Et surtout pas récupérer un corps !”


Il sera fermement le couteau dans sa main parce qu’il sentait la colère montait. Il savait que cela ne servait à rien. Si elle était bel et bien un fantôme, elle pourrait alors se faire disparaître au moment où il l’a planterait. Et même s’il devait avouer que là, l’envie était très tentante, la curiosité était beaucoup plus forte. Il aurait tout le temps de tester si elle avait des pouvoirs magiques comme certains des fantômes qu’il connaissait.

“Pourquoi tu fais ça ? Qu’est ce que ça t’apporte ?”

⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80489-pornography-of-the-de


Blanche de Mitry
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Blanche de Mitry

| Avatar : Alexa Demie

On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry MjfC7EA
-Willie, viens on va tuer des gens !
-Blanche, tu veux pas arrêter de tuer tout le monde ?

| Conte : Folklore
| Dans le monde des contes, je suis : : La Dame Blanche

On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry 799472Folklore1

| Cadavres : 154



On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry _



________________________________________ Mer 29 Avr 2020 - 23:28

On ne dérange pas les morts !

Quand l'homme me répondit, je sus directement que mon mensonge avait fonctionné à merveille. Il ne semblait pas réellement attristé par ce que je venais de lui raconter, mais au moins assez pour ne pas me faire sortir d'ici comme n'importe quel intrus. Il devait sûrement avoir pitié pour moi. Mais, ce qu'il ne savait pas c'est qu'à la minute où il baisserait sa garde je l'abattrais sans hésiter une seule seconde. Je devais déterrer mon ex-mari, et ce n'était pas un pauvre gardien qui allait m'en empêcher. Pourtant, je savais qu'il n'était pas un simple mortel. Ma condition de fantôme me permettait de voir tous mes semblables qui l'entouraient. Il était bien plus proche de la mort que je ne le pensais. Tout cela rendait mon méfait beaucoup plus compliqué à accomplir, mais c'est aussi ce qui fit cette rencontre si intéressante.

Il s'approcha de moi, m'hypnotisant au fur et à mesure qu'il parlait. Je le sentais, mais pourtant je n'arrivas à rien faire. mes yeux étaient plongés dans les siens et les décoller semblait impossible. J'enrageais intérieurement alors qu'il essayait de me rassurer afin de me faire sortir du cimetière. Je pouvais voir que c'était des choses qu'il avait l'habitude de dire. En tant que gardien et travaillant aux pompes funèbres, il avait dû rassurer de nombreuses personnes durant des enterrements. Moi plus que quiconque savait comment se comportait des veuves éplorées. Ses mots étaient choisis avec soin, et il réussit à me calmer à tel point que je ne pensais plus qu'à une chose : rentrer chez moi et faire enfin mon deuil. Mais, au moment où Aguistin relâcha et qu'il ferma la grille, rentrant dans sa cabane, le sort prit fin.

Les sourcils froncés, je me retournais, le voyant entrer là où il habitait. Je détestais que l'on joue avec moi comme une vulgaire marionnette. On m'avait déjà enfermé dans des catacombes et retiré mes pouvoirs quelques semaines auparavant, je refusais que je me fasse de nouveau soumettre. Non. Cela n'arrivera pas. Je repassais à travers la grille, et me dirigea de nouveau vers la tombe. Je n'avais pas de temps à perdre. Pensant que son petit tout de passe-passe avait fonctionné, je savais que j'avais quelques minutes pour faire ce pour quoi j'étais venu avant qu'il ne se rende compte de nouveau de ma présence. Et ce satané corbeau n'aidait pas. Ne perdant pas une seule seconde, j'attrapais la pelle avec mes deux mains et me remit à creuser le trou que j'avais déjà commencé à faire apparaitre. Malheureusement, Aguistin revint bien plus vite que moi. Tant pis, s'il voulait régler cela de façon beaucoup moins pacifique, j'étais prête. Il suffisait de demander.

En parlant de demander, il questionna mon identité. Le fait que j'avais en parti résisté à son pouvoir devait sûrement le mettre en rogne, et le laisser perplexe. S'il n'avait aucune idée de qui j'étais, je le mettrais vite sur la voie. Seulement, il répondit à sa question de lui-même. Moins stupide qu'il en avait l'air, finalement. Je le vis s'énerver, l'étreinte de sa main sur son couteau n'étant que plus forte. Qu'il essaye de m'attaquer s'il voulait. J'étais intouchable. Finalement, cette soirée allait être un peu plus amusante que je l'espérais. Je disparus alors qu'il me posa encore deux interrogation et réapparut derrière lui quelques secondes plus tard, et approcha mes lèvres de son oreille.

-Bouh. Je partis dans un éclat de rire et réapparut de nouveau devant lui, restant sous ma forme fantômatique dans laquelle j'étais certaine qu'il ne me toucherait pas. Blanche de Mitry, enchantée. Je suis un peu déçue que Wilhelmina ne m'ait jamais mentionné ! Un sourire narquois apparut sur mon visage, alors que je tournais autour de ma prochaine victime, comme un vautour. -Qu'est ce que ça m'apporte ? En voilà une bonne question ! Je veux simplement revoir une dernière fois mon mari, ce n'était pas un mensonge ! Vous autoriseriez bien ça à un gentil fantôme comme moi non ? J'éclatais de rire de nouveau, puis reprit mon sérieux la seconde suivante. Je dis ça comme si vous aviez le choix.

Sur ces mots je disparus de nouveau, pour me replacer devant la tombe de mon défunt mari. Je repris la pelle que j'avais laissée tomber et recommença à creuser. Je me tournais vers Aguistin, un grand sourire aux lèvres, comme pour le narguer. Il n'avait qu'à m'arrêter ! Oh non... c'est vrai. Il ne pouvait pas. Nous allions voir qui serait la marionnette cette fois.

-Vous pouvez m'hypnotiser autant de fois que vous le voudrez, je ne m'arrêterais pas. Je vous conseille de rentrer tranquillement dans votre petite cabane le temps que je termine ce que j'ai à faire ici. C'est ça ou je vous tue de mes propres mains.

Mon marché était quand même simple. Je n'avais même pas envie de tuer quelqu'un cette nuit, mais si ça finirait par arriver, et bien tant pis, je le ferais. Je lui proposais quand même de partir. Il n'avait qu'à accepter et nous repartions tous les deux bien plus tranquilles, comme si rien de tout ça était arrivé. Passer une opportunité comme celle-ci ne pouvait pas se refuser, si ? Même si je comprenais que j'étais bien plus intéressante que le commun des mortel, ce n'était pas vraiment le moment de parler de moi, mes pouvoirs et que je lui raconte toute mon histoire. Ah ! Je sentis que ma pelle avait touché quelque chose. Le cercueil. Enfin. Peut-être que Aguistin pourrait m'aider à le sortir de terre ? Il avait l'air si enclin à m'aider, en plus.

-Si vous n'êtes toujours pas décidé à partir autant vous rendre utile ! Aidez moi donc à sortir ce cercueil d'ici, et ensuite vous pourrez disposer.
Codage par Libella sur Graphiorum

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
The lawn is pressed by unseen feet, and ghosts return gently at twilight, gently go at dawn, the sad intangible who grieve and yearn.
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84867-terminee-there http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85474-mes-petits-rps


Contenu sponsorisé




On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry _



________________________________________

 Page 1 sur 1

On ne dérange pas les morts ! } feat Blanche de Mitry





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Le cimetière