« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -63%
TD® Lot de 12 Pièces de bandes de ...
Voir le deal
25 €


Partagez
 

 Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Neil Sandman



« Alive, it's alive ! »


Neil Sandman


╰☆╮ Avatar : ➹ Elizabeth Olsen

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ La fille de Dumbo & Elliot *-*

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4475

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : « Alive, it's alive ! »


________________________________________ Ven 27 Mar - 14:19


Wouah... c'est vraiment pas intéressant...
...de communiquer avec toi. Ne le prend pas mal...


    Couper les ponts avec son ex, c'est plus compliqué qu'on peut l'imaginer. Surtout quand on est amené à vivre dans la même ville que lui, dans la même cité que lui, et qu'il en est le Gardien. Après, on peut très bien rester ami avec son ex. Voir redevenir ami, si l'amitié s'est perdue pendant la rupture. Mais la véritable question, c'est comment se comporter avec lui ? Doit-on l'ignorer pour aller mieux ? Garder contact si il venait à nous manquer ? Lui dire qu'il nous manque. Ca fait beaucoup de choses à prendre en compte. Beaucoup de questions à se poser.

    A dire vrai, quand votre ex ne vous a pas déçu, qu'il ne vous a pas trahi, c'est bien plus facile. Je lui en veux beaucoup, c'est sûr, mais moins que si il y avait commis ces deux impairs. Car en réalité on avait rompu pourquoi ? Juste pour quelques petites disputes de rien du tout ? C'était enfantin. Il allait finir par s'excuser et venir me supplier de retourner avec lui. Sans compter qu'on avait toujours un mariage sur le feu. Comment se marier si on n'était plus ensemble ? Est ce qu'il y avait seulement réfléchis ? Et est ce que je lui manquais ? Encore trop de questions à se poser. Beaucoup trop !

    En fait, le plus dur après la rupture, c'est de garder son calme, et gérer ses émotions. Et ça, j'y arrivais très bien. Les fais étaient là. Quand Apollon et moi on avait rompu, j'avais peut-être sur le coup, était très en colère. Puis, j'avais éprouvé un grand chagrin. Mais je m'étais retenue de hurler, de crier, de pleurer, voir même d'aller le voir juste pour l'insulter. Ca aurait pu me soulager, c'est sûr, mais la meilleure chose à faire dans une rupture, je le savais, c'était de garder son calme. Surtout quand il s'agissait de notre première rupture. Car oui, niveau mec, ben... bref, ça n'intéresse personne.

    Fallait que je reste distante avec lui. Que je le vois le moins possible. C'était pas difficile, car depuis le jour j, je ne l'avais plus du tout revu. J'avais entendu parler de son escapade à Titania... mais bon, on n'avait pas eu besoin de moi... et c'est tout. Selon Anatole, il allait bien. Mais je ne lui avais pas posé la question. C'était lui qui quand j'étais allée le voir, et que j'avais attendu qu'il parle, qu'il avait mis Apollon sur le tapis. J'étais restée calme. Concentrée. Je n'avais pas émis la moindre émotion.

    Faut que je sois distance. Que je ne montre pas que je suis affectée. De toute façon, je ne le suis pas. Faut qu'il voit ce qu'il a perdu, et qu'il ne pourra jamais retrouver mieux. Je devrais changer de garde robe. Peut-être même ne plus rien porter quand je me rend sur Olympe. Je commencerais demain. C'était pas une si mauvaise idée que ça. Et en parlant de garde robe, c'était quoi ça ? Je regardais Vaiana qui attendait dans le gymnase d'Olympe.

    « Attends, t'es sérieuse ? »

    C'était quoi ce look ? Elle avait perdue le goût pour les bonnes choses pendant son séjour loin de nous ? Il allait y avoir du travail... d'ailleurs, ça avait débuté comment ? Ah oui... c'était Hyperion qui était venu me voir.

    « J'aimerais que tu l'entraînes. » m'avait-il dit.

    « A quoi ? Y'a pas Cookie pour ça ? »

    Il semblait contrarier. Je ne comprenais pas pourquoi. On avait une créature - avec un corps de rêve - chargé d'entraîner les olympiens. Alors pourquoi ne pas lui fournir Vaiana ?

    « Je pense que ça te ferait du bien. Et puis, très honnêtement, Cassandre, je souhaite que tu apprennes à Vaiana des choses que Cookie ne peut pas lui apprendre. »

    En voyant le désastre qui se tenait face à moi, j'avais bien compris ce que Hyperion attendait de moi. Il voulait que je la relooke. Et c'était pas gagné. De toute façon, je ne vois pas ce que je pourrais lui apprendre d'autre.

    « Ok. On va faire simple. Vue que Hyperion souhaite que je m'occupe de toi, on va débuter par le primordial. Je vais te relooker. Car là, vraiment... ça ne le fait pas. Tu veux faire fuir les mecs ? Te retrouver célibataire comme toutes ces pouffes qui ne savent pas s'habiller ? »

    Pourquoi j'avais la sensation que j'aurai pas du dire cette phrase ? Car il y avait aussi des célibataires provisoires qui savaient très bien s'habiller.

    « Hum... je disais que tu as vraiment besoin d'un nouveau look. De nouveaux fringues. Ton entrainement commence tout de suite, et par la boutique de vêtements. »

    Tout en parlant je la regardais de bas en haut. Je pris un air de dégoût.

    « Franchement, pourquoi t'es venue vêtu de la sorte ? T'aurais au moins pu faire un petit effort. »

    Ca allait être moi qui allait devoir tout lui apprendre... C'était pas gagné.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Noyer sa rupture
à Venise ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassan http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80963-littlesexyass#1022190

Vaiana de Motunui



«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Vaiana de Motunui


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman *o*

Ѽ Conte(s) : Vaiana, la légende du bout du monde
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vava, la fille du chef qui n'est pas une princesse même si elle chante et a des animaux de compagnie

✓ Métier : Coursière à Hermès Express
Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] Tumblr_ommjidew2V1qfq1l5o1_500

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2239
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Dim 29 Mar - 12:43


Fashion is YOUR Kryptonite.
Mon style c'est de ne pas avoir de style.
▼۞▼

Sur l'indication d'Hypérion, je m'étais rendue jusqu'au gymnase d'Olympe. Un peu à contrecoeur. Je n'avais pas spécialement envie de m'entraîner. Je n'aimais pas les cases, les séances bien organisées, les routines millimétrées. Cependant, j'acceptais le fait que je ne maîtrisais pas mes pouvoirs. Depuis qu'ils avaient été décuplé par les mégalithes, je ne me sentais plus constamment sur le point d'exploser, mais j'éprouvais de temps à temps des picotements étranges et désagréables, dans mon système nerveux ainsi que dans mon corps tout entier. Quelque chose réclamait un léger réglage. Qui plus est, si je n'apprenais pas à me servir de mes capacités, il était fort possible que les 'explosions' incontrôlables se manifestent de nouveau. Pour rien au monde je ne désirais une telle chose.

Alors, même si je n'avais aucune envie de me plier aux exigences d'Hypérion, j'avais accepté de me rendre au gymnase. Un garde m'y avait téléportée.

Je m'étais assise à même le sol, adossée contre un banc, la capuche de mon sweat vissée sur ma tête. Pour une fois, j'avais fait l'effort de ne prendre aucune substance récréative. Je me doutais que l'entraîneur d'Olympe ne serait pas dupe, et refuserait de s'occuper d'une jeune toxico.

Ma main trembla légèrement. Je pliai et dépliai les doigts, espérant faire passer la sensation de manque. Elle ne se dissiperait pas, je le savais. Et se ferait de plus en plus lancinante. Jusqu'à ce que je craque. A mesure que les minutes s'écoulaient, j'y songeais de plus en plus. Mes pensées étaient toutes focalisées vers l'ecsta que j'avais posée sur la table, avant de partir. Non, je n'en avais pas besoin. Je pouvais m'en passer.

J'avais fermé les yeux. Inspiré profondément. L'arrivée d'une nana timorée chassa mon problème un bref instant.

C'était quoi cette espèce de dinde ? Elle jacassait sans discontinuer. Elle me faisait penser à ces filles stéréotypées des séries américaines pour ados. La cheerleader de service qui se tape le quaterback. J'étais persuadée que son mec était blond et bodybuildé.

Elle me parlait comme si on avait gardé les cochons ensemble. On se connaissait ?

"Attends... t'es qui ?" demandai-je en fronçant les sourcils.

Visiblement, cette question l'offusqua au plus au point, à croire qu'elle était une véritable star et que c'était une honte que j'ignore tout de son identité. Désabusée, j'affichai une moue.

Puis, je baissai les yeux sur mes vêtements qu'elle critiquait. Elle trouvait quoi à redire sur mon pantalon de jogging et mon sweat ?

"Je me suis habillée pour faire du sport."
dis-je, haussant les épaules.

Je portais plus ou moins le même genre de fringues. J'aimais être à l'aise. Ca n'était pas le cas de la dinde qui préférait mettre des tenues ultra moulantes et peu couvrantes.

"Ne le prends pas mal, mais j'ai pas spécialement envie de te ressembler."

J'esquissai un sourire poli qui signifiait plutôt : 'enfile un short plus long et on en reparle'.

"Hypérion veut que je gère mes pouvoirs. Il s'en moque que je sois fashion pour aller draguer les mecs. C'est pas le genre de trucs qui m'intéresse, de toutes façons."

Je me levai mollement et époussetai mon pantalon.

"Il a pas pu te demander à toi de s'occuper de moi. Sérieux, tu vas te casser un ongle." fis-je avec un sourire goguenard.

J'avais beau chercher, elle ne me disait vraiment rien, mais je trouvais plutôt amusant de la provoquer. Je me demandais si elle allait faire usage de ses pouvoirs sur moi. Elle en possédait forcément. Personne n'est aussi insolent dans un monde pareil sans un bagage bien solide, à moins d'être complètement stupide (ce qui était une possibilité, après tout).


CODAGE PAR AMATIS


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I wish I was special but I'm a creep -
Suddently you find your whole day is blending together to create one endless and suffocating loop. So, you find yourself trying to remember the things that made you happy.

Neil Sandman



« Alive, it's alive ! »


Neil Sandman


╰☆╮ Avatar : ➹ Elizabeth Olsen

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ La fille de Dumbo & Elliot *-*

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4475

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : « Alive, it's alive ! »


________________________________________ Jeu 9 Avr - 23:44


Wouah... c'est vraiment pas intéressant...
...de communiquer avec toi. Ne le prend pas mal...


    J'aurai pu la fracasser contre un mur. Là, ici, tout de suite. Mais quelque chose dans ce qu'elle venait de dire m'avait fait sourire bête. Elle était totalement... pénible ! Me casser un ongle, moi ? Elle me prenait pour une poupée barbie ? Ok, j'étais sexy, belle à tomber, et je savais me tenir en société, mais je n'étais pas une pimbêche non plus. J'étais une guerrière, une battante. A une époque Hyperion me prenait à ses côtés dans les moments les plus difficiles. C'était lui même qui m'avait appris certaines choses. Alors penser que je pourrais me casser un ongle...

    « Ma chérie, je suis capable de te casser la figure sans abîmer ma manucure. » lui répondis-je, toujours en souriant.

    A dire vrai je ne souriais pas pour me moquer d'elle ou autre. J'étais plutôt détendue. Elle avait réussi en quelque mots à me faire me rendre compte qu'elle avait du potentiel. Ca ne changeait rien au fait qu'elle ne savait pas s'habiller, ni se tenir dehors. Mais au moins elle était amusante. Vaiana de Motunui. L'Exploratrice.

    « Bon, on va recommencer du début. » dis-je. « Tu penses que Hyperion ne veut pas que tu sois bien habillé, peut être. Mais qu'est ce que toi tu veux vraiment au fond de toi ? Etre digne de tes ancêtres, ou leur faire honte ? Habillée de la sorte, la réponse est vite trouvée. Mais ça ne tient qu'à toi de changer. Et le changement, c'est maintenant. Tu n'es pas obligée d'attendre. J'ai la carte de crédit de Jules, et il ne le sait même pas. »

    Je n'avais pas besoin d'argent. Mais avoir réussi à prendre la carte de ce chers Jules, que je montrais fièrement à Vaiana, me faisait sourire. C'était papa qui lui avait donné cette carte il y avait quelque temps. Avec elle, il pouvait s'acheter tout ce qu'il voulait. Mais je savais que papa s'amusait parfois à éplucher les factures du vieux grincheux et à en discuter avec maman. Si il voyait que Jules avait dépensé beaucoup d'argent dans les magasins de fringues pour femmes, ça allait faire jazzer !

    « Prend toi en main. C'est ton destin. » ajoutais-je avant de passer ma main sous son bras et de nous téléporter dans l'une des boutiques de fringues les plus cool de la ville.

    A dire vrai, cette ville c'était New York. Je venais toujours ici pour m'habiller. Et comme on s'était téléporté en plein coeur d'une boutique de vêtements pour femmes, personne avait remarqué notre présence. Car tout le monde avait les yeux rivés sur les vêtements. Quant aux hommes qui accompagnaient ces jeunes femmes ils étaient bien trop occupés à mater les autres nanas pour se rendre compte de notre si soudaine apparition.

    « Tiens, ce short là il t'irait bien. Avec un tshirt blanc en haut et des bretelles, ça serait stylé. Je te verrais bien avec un look de ce genre. Tu ferais fureur. » dis-je en lui adressant un petit clin d'oeil.

    J'avais vue au loin une robe qui m'irait à merveille. Mais je n'étais pas là pour moi. J'étais là pour elle. L'observant, je me rendais compte qu'elle aurait aussi besoin d'une manucure. Et que je lui apprennes à se battre sans se casser un ongle. Car elle pensait sans doute que c'était impossible.

    « Tu as déjà songé à t’épiler les sourcils ? »

    Ils étaient quand même pas mal épais. D'ailleurs elle avait beaucoup de cheveux. Je lui avais ôté la capuche pour mieux voir. C'était impressionnant. On pourrait sans doute y faire quelque chose.

    « Tes jambes sont comment ? Parce que si elles sont vraiment pas mal, le fait de les montrer ça permettra de ne pas spécialement attirer l'attention des hommes sur ta chevelure. Certains trouvent que trop de cheveux c'est repoussant. Tu vois, en fait, il faut juste ce qu'il faut et savoir manoeuvrer tes doigts dans ta chevelure. »

    Je venais de passer ma main dans mes cheveux et de ramener quelques mèches derrières mon oreille. Je vis au loin un mec qui m'observait déjà.

    « Tu vois ? Allez, essaye. Met ta main dans tes cheveux. Ramène les en arrière. Fait moi vibrer. » lui dis-je pour l'inciter à se lancer.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Noyer sa rupture
à Venise ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassan http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80963-littlesexyass#1022190

Vaiana de Motunui



«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Vaiana de Motunui


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman *o*

Ѽ Conte(s) : Vaiana, la légende du bout du monde
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vava, la fille du chef qui n'est pas une princesse même si elle chante et a des animaux de compagnie

✓ Métier : Coursière à Hermès Express
Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] Tumblr_ommjidew2V1qfq1l5o1_500

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2239
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Mar 21 Avr - 14:26


Fashion is YOUR Kryptonite.
Mon style c'est de ne pas avoir de style.
▼۞▼

Plus les minutes passaient, et plus j'avais envie de lui fausser compagnie. Pas évident avec quelqu'un capable de se téléporter. Elle finirait forcément par me retrouver. Il fallait donc que je prenne mon mal en patience. Avec un peu de chance, elle allait vite se lasser par mon manque de réactivité et me ficher la paix.

Elle m'avait emmenée dans une boutique dans une grande ville. Peut-être New York, à en juger par la hauteur des buildings visibles à travers la vitrine.

Je considérai ses conseils look avec une moue, tout en prenant le short en mains. Il était plutôt cool, et l'idée de l'associer avec un tee-shirt blanc et des bretelles me plaisait assez. Allions-nous parvenir à trouver un terrain d'entente ? En entendant sa remarque sur mes sourcils, je réalisai que non. Aucune chance. Elle me cherchait beaucoup trop.

"Mes jambes possèdent chacune un péroné, tibia, une rotule et un fémur, comme tout le monde."
fis-je, maussade.

Après m'avoir appris à bouger ma chevelure comme une idiote, elle allait m'enseigner comment marcher ?

"Je peux peut-être me raser la tête pour avoir davantage de conquêtes." soupirai-je.

Trop de cheveux c'est repoussant, bah voyons. A l'entendre, il n'y avait qu'elle qui était parfaite. Au lieu de secouer ma crinière comme elle souhaitait que je le fasse, j'attrapai un tee-shirt blanc, des bretelles aux couleurs de l'arc-en-ciel (elles étaient stylées) et me rendis jusqu'à une cabine d'essayage. Autant en finir au plus vite.

Pendant que j'enfilai le tout, j'entendis une voix familière à seulement quelques mètres :

"Je cherche des bretelles noires unies. C'est tout de même un monde qu'aucune boutique n'en ait ! Avez-vous idée de combien de magasins j'ai déjà arpentés depuis le début de la matinée ?"
"Je suis désolée, monsieur. C'est le seul modèle que nous ayons."

J'ouvris légèrement le rideau de ma cabine et aperçus Jules dans mon champ de vision. Il menait la vie dure à une vendeuse. Agitant les mêmes bretelles colorées que celles que je portais, il lança avec mépris :

"Pensez-vous que je me rends à un carnaval ? Mardi Gras est passé depuis longtemps, mademoiselle !"

Il lui rendit les fameuses bretelles.

"Je ne partirai pas d'ici avant d'avoir trouvé ce que je cherche !" fit-il, impérieux.

La vendeuse s'en alla presque en pleurs. Je sortis de la cabine et tapotai l'épaule du Gardien. Il se retourna et m'offrit un regard perplexe.

"Vaiana ! Toi ici ?" s'étonna-t-il.
"Je peux vous retourner la question." dis-je avec un sourire mutin. "Alors comme ça, on aime faire pleurer les jeunes femmes ?"
"Seulement les incompétentes."

Sa remarque me fit lever les yeux au ciel. Il observa mes bretelles bariolées avec scepticisme. Ces paroles me donnèrent une brusque idée.

"Si vous faites déguerpir la fille qui me colle aussi bien que vous venez de le faire avec la vendeuse, je fais tout ce que vous voulez !"
"Vraiment ?" fit-il, les yeux plissés. "Tu reprendrais tes leçons de mathématiques avec moi ?"

J'affichai une grimace et marmonnai à contrecoeur un "oui". Ca me coûtait beaucoup mais pour être débarrassée de la jeune femme, j'étais prête à faire n'importe quoi.

"Mène-moi à elle." lança-t-il avec détermination.

Je lui désignai Cassandre qui était occupée à chiner dans le rayon d'en face. Aussitôt, son visage perdit toute couleur.

"Il fallait que ça soit elle, bien sûr..."
murmura-t-il pour lui-même.
"Vous la connaissez ?" m'étonnai-je.

Ca n'aurait pas dû me surprendre. Après tout, elle était divine. Par conséquent, ils avaient forcément dû se croiser à la Bibliothèque d'Olympe.

"Je suis navré, je ne peux rien pour toi." dit-il brusquement.
"Quoi ? Mais...!"

J'étais en train de rêver où il cherchait à s'enfuir ? Je clignai des yeux dans sa direction. Avait-il peur d'elle ?

"Cassandre !" appelai-je la jeune femme.

Jules tressaillit et me lança un regard réprobateur. De mauvaise grâce, il pivota vers elle et lui fit un signe évasif de la main.

"Cassandre, quel plaisir de vous voir !" dit-il d'un ton forcé. "Je constate que vous vous portez comme un charme. Hem... je dois vous laisser. Une quête m'attend. Je ne peux la remettre à plus tard."
"Oui, trouver des bretelles est une tâche fastidieuse." appuyai-je avec une moue faussement impliquée. "Beaucoup sont morts en chemin."

Je lui adressai un large sourire tandis qu'il me jetait un coup d'oeil oblique. Nous avions fait un marché, non ?


CODAGE PAR AMATIS


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I wish I was special but I'm a creep -
Suddently you find your whole day is blending together to create one endless and suffocating loop. So, you find yourself trying to remember the things that made you happy.

Neil Sandman



« Alive, it's alive ! »


Neil Sandman


╰☆╮ Avatar : ➹ Elizabeth Olsen

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ La fille de Dumbo & Elliot *-*

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4475

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : « Alive, it's alive ! »


________________________________________ Mar 28 Avr - 17:31


Apoil ou à bord du Nautilus ?
Choix difficile, tentation dangereuses, mélange diabolique !



    Quelques jours auparavant...

    Je suis face à la glace. Mais le reflet ne me renvoie pas ce que je souhaite. Je tente de prendre désespérément de grandes bouffées d'air mais rien ne change. Ce que je vois, ne me plais pas.

    J'essaye de faire bonne figure en quittant la salle de bain. La journée est censée se dérouler d'une manière ordinaire. Matinée avec maman au zoo. Puis, partie de jeu vidéo avec papa l'après midi. J'ai l'impression d'être redevenue une petite fille. Ce qu'il me faudrait, c'est de me changer les idées et non pas de revenir à la maison et de faire comme si de rien était. Mais chacun encaisse les coups durs comme il le peut, à son rythme.

    A peine j'ai quitté la salle de bain que maman m'attendait dans le couloir, un paquet de céréales à l'effigie d'Hadès dans les maires. Elle me faisait un grand sourire, tandis que les reflets du soleil passant par la fenêtre du couloir, se reflétaient sur elle. M'avait-elle entendue ? Trouvait-elle que j'avais passé trop de temps dans la salle de bain sans raisons apparentes ?

    « C'est assez particulier, mais pas mauvais. Et il y a même un jouet à l'intérieur. Enfin, c'est toujours le même, mais ça fait quand même plaisir à chaque fois. »

    Elle avait craquée sur les céréales que monsieur le Maire avait décidé de commercialiser. Avec ses bougies et ça, il faisait le tour de tout ce qu'on pouvait faire en terme de merchandising pour se faire apprécier. Bien qu'à Magrathéa, ils étaient allés bien plus loin encore. Mais mieux valait qu'il ne soit pas au courant de tous les objets dérivés qu'on pouvait acheter. Surtout que la plupart n'étaient pas que sur lui, mais sur sa belle et lui.

    J'avais adressé un petit sourire à maman, et je m'étais dirigé avec elle dans la cuisine. Une fois que j’eus pris deux bol, je me rendis compte qu'elle ne m'avait pas suivie. Qu'est ce qu'elle faisait ? J'avais fait marche arrière avec mes bols dans les mains, et je l'avais vue dans le couloir. Elle avait le dos contre le mur et elle attendait, son paquet de céréales en main, juste à côté de la fenêtre.

    « Ca ne va pas ? » lui demandais-je.

    Elle attendit quelques instants avant de prendre une grande inspiration et de se détacher du mur pour venir se planter face à moi. Qu'est ce qu'elle me faisait ?

    « Cassie chérie. » dit-elle. « Tu sais, je ne suis pas aveugle. Je vois très bien que ces derniers jours ça ne va pas fort. Et j'aimerais bien pouvoir t'aider, mais si tu me dis rien, je peux rien faire. »

    Je ne savais pas quoi lui répondre. J'étais touchée par ce qu'elle venait de dire. Tellement que j'avais passé une main sur mes yeux, en tenant les bols à l'aide de mon autre main.

    « Ca va. » dis-je en reniflant.

    Elle passa à son tour une main sur ses yeux.

    « Je suis là au cas où. » dit-elle en reniflant à son tour.

    Je n'avais pas pu m'empêcher de sourire tout en m'essuyant les yeux. Elle en profita pour venir me prendre dans ses bras. Ca faisait du bien de la sentir là tout contre moi.

    « De beaux jours approchent. Les choses vont changer, tu vas voir. J'ai le pif pour ça ! » ajouta t'elle en me serrant d'avantage.

    Elle tentait de me rassurer. Par la fenêtre, je vis ce qu'on pouvait tous voir, constamment. Toujours au zénith. Une lune noire. Je fermais les yeux tout en la serrant.

    « Je t'aime... » murmurais-je en reniflant une nouvelle fois.


    Aujourd'hui...

    J'étais restée sans la moindre réaction. J'avais à peine ouvert la bouche, mais aucun son en sortit. Il était là. Lui, le sois disant ami que j'avais. Il se tenait là, face à moi, et il m'observait. Il attendait sans doute que je lui rende son salut. Comment osait-il ?

    J'avais tourné la tête pour l'ignorer, mais je vis une glace. Elle reflétait mon visage, et la tenue que j'étais sur le point d'essayer. Je n'aimais pas le reflet qu'elle me renvoyait. Je posais la robe sur le premier portant avant de me diriger vers Vaiana.

    « Viens ! » dis-je à la jeune femme.

    Elle ne semblait pas contente que je la traite comme un chien. Mais après tout, c'était une expression ordinaire. Je lui demandais juste de venir et de laisser ce vieux monsieur seul dans son coin à contempler l'inutilité de sa vie !

    Tournant la tête vers Vaiana, vue qu'elle ne me suivait pas, mon regard croisa une nouvelle fois celui de Jules. Je n'avais qu'une envie... là, maintenant... lui coller mon poing dans le visage ! Au lieu de ça, je me mis à lui sourire, tout en me mordant les lèvres, avant de détourner une nouvelle fois mon regard. Puis, de le fixer bien droit dans les yeux.

    « Ca fait combien ? Si on compte comme ça ? Ca doit remonter au moins à début décembre. Puis y'a eu janvier. Et ensuite, février. Y'a quoi qui vient après février, c'est mars ? » demandais-je confirmation à Vaiana, avant de regarder à nouveau Jules. « Ca doit faire quelque chose comme... »

    Je fis mine de réfléchir. C'était surtout pour tenter de me calmer.

    « Trente, soixante, quatre vingt dix... même près de cent. Cent jours, environ, si on arrondis. Ca fait pas mal, je trouve. Ca a du vous faire des vacances. Vous n'avez pas pris une ride. C'est plutôt surprenant pour quelqu'un qu'on a représenté tellement de fois vieux sur diverses photos et croquis ! »

    Oui, parce qu'on voyait plus souvent le visage du vieux Jules Verne que celui du jeune. Et fort heureusement, car sinon il ne pourrait pas quitter Storybrooke, car on le reconnaitrait de partout, et on se poserait bien trop de questions sur qui il pouvait être.

    « Mais le temps passe vite, n'est ce pas ? Surtout quand on s'amuse. Quand on vient juste qu'à New York pour faire son shopping et chercher des... bretelles ? » dis-je en demandant une nouvelle fois confirmation à Vaiana. « Comme quoi y'a des priorités dans la vie. Mais c'est normal d'un côté. »

    J'avais envie de le frapper ! Tournant la tête vers Vaiana, je lui fis comprendre - une nouvelle fois - qu'on devrait y aller. Et avant me tourner, je fis une nouvelle fois volte face vers Jules, serrant les poings.

    « Vous n'êtes qu'un IDIOT ! » lui hurlais-je un peu trop fort dessus, ce qui fit se tourner une vendeuse, ainsi que diverses clientes.

    Et alors ? On n'avait pas le droit d'exprimer à voix haute ses sentiments ?! D'ailleurs, je le pointais du doigt. Je ne savais pas trop pourquoi je faisais ça. Je voyais juste des étincelles rouges courir sur le bout de mes doigts. Il fallait que je me calme. C'était un idiot ! Juste un idiot ! Il n'y avait aucune raison que je m'énerve !!!!!

    « Je t'attends dehors. » dis-je le plus calemement possible à l'intention de Vaiana.

    Tout en me dirigeant vers la sortie, une vendeuse s'approcha de moi pour me montrer la promotion de la semaine. J'entendis un petit hurlement quand une pile entière de vêtements venait de tomber en cendres. Ce n'était pas moi. C'était un simple accident. L'accident d'une pétasse qui n'avait rien trouvé de mieux que de me barrer le passage !

    Bon sang ! Quatre mois ! Quatre mois que j'avais rompu avec Apollon. Ca remontait au 13 décembre. Cette putain de lune noire était apparue le 21 décembre ! A tout moment je pouvais perdre ma mère et toutes les personnes que j'aimais et cet idiot n'avait rien trouvé de mieux à faire que de ne pas venir prendre de mes nouvelles ?!

    Je passais une main sur mes yeux. Je n'étais pas à bout. Pas à cran. J'allais très bien. J'avais juste besoin de me calmer un tout petit peu. Peut-être que... oh oui. J'avais pris des mains de cette pinup qui venait de passer devant moi le smoothie qu'elle tenait. Elle riposta, mais je la regardais avec une telle animosité, qu'elle passa son chemin. Fallait que je boive quelque chose. Et quitte à boire dans le verre de quelqu'un autant prendre le verre d'une fille qui s'habillait pour plaire. Car ces personnes avaient généralement une bonne hygiène dentaire. Ce que je n'avais pas anticipé, c'est qu'elle avait aussi un sacré culot. Parce que s'approcher de deux agents de police pour se plaindre de moi, c'était un comble ! Elle se prenait pour qui ? Et voilà qu'ils se dirigeaient droit sur moi.

    « Madame ? On peut voir vos papiers s'il vous plaît ? » demanda l'un des deux. Tandis que l'autre venait de me demander où j'avais acheté mon smoothie.

    Je leur avais souris tandis que je sentais de nouveaux filaments rouge courir le long de mes doigts.

    « Vous voulez vraiment savoir où je l'ai acheté ? » dis-je en le serrant un peu trop fort, ce qui fit qu'il commençait légèrement à déborder et à couler le long de mes doigts.

    Au moins ça cachait mes filaments rouges. En tout cas si ils, ou elle voulaient savoir où je l'avais acheté, je me ferais un plaisir de le leur faire bouffer tout le stand de Smoothie d'où il provenait !!!!!

    Mais j'étais calme... très calme...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Noyer sa rupture
à Venise ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassan http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80963-littlesexyass#1022190

Vaiana de Motunui



«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Vaiana de Motunui


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman *o*

Ѽ Conte(s) : Vaiana, la légende du bout du monde
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vava, la fille du chef qui n'est pas une princesse même si elle chante et a des animaux de compagnie

✓ Métier : Coursière à Hermès Express
Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] Tumblr_ommjidew2V1qfq1l5o1_500

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2239
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 8 Mai - 16:43


Fashion is YOUR Kryptonite.
Mon style c'est de ne pas avoir de style.
▼۞▼

De toute évidence, Cassandre était sur les nerfs. Elle m'inquiétait un peu. Pas dans le sens où je me souciais d'elle -honnêtement, je la connaissais à peine et elle me tapait sur le système- mais dans le sens où elle me faisait presque flipper, par moments. Et voilà qu'elle volait le smoothie d'une fille qui passait dans la rue. En plus, elle n'était tellement pas futée qu'elle lui avait piquée sa boisson sous le nez de deux policiers. Niveau jugeotte, j'avais déjà vu mieux.

Je jetai un coup d'oeil à Jules qui décida de rejoindre la jeune femme. De loin, je le vis discuter avec les policiers, puis s'éloigner de quelques mètres avec l'un d'eux, pendant que l'autre restait avec Cassandre. Jules discuta une bonne minute avec le flic. Je ne sais ce qu'il lui raconta, mais les deux agents de police finirent par s'éloigner, maussades.

Même si je doutais que laisser Jules et Cassandre seul à seule soit une bonne idée -étant donné à quel point elle l'avait incendié- je ne pouvais quitter la boutique avec les vêtements que j'avais essayé sur le dos. Je retournai donc à la cabine, me changeai, puis me rendis à la caisse pour payer mes achats. Un sac en main, je rejoignis ensuite le 'couple' qui conversait sur le trottoir. Je n'entendis que la fin de la phrase de Jules :

"... je n'ai pas cherché à vous éviter ou quoi que ce soit. J'ai été très occupé ces derniers mois."

Profitant qu'ils ne m'aient pas calculé ni l'un ni l'autre, je restai à quelques mètres, cachée derrière un stand de hot-dogs, afin de pouvoir entendre la conversation sans être vue.

Jules poussa un soupir et passa une main dans sa nuque.

"Non, j'ai eu un comportement très lâche." reconnut-il. "Quand j'ai su qu'Apollon et vous aviez rompu, je vous ai... volontairement évitée. Je craignais que vous ne jetiez votre dévolu sur moi et que je me montre trop... enfin que je rencontre des difficultés à résister à votre charme. Dans le cas où vous auriez... Enfin, vous voyez."

Il avait bafouillé ces derniers mots. Depuis ma cachette, j'écarquillai les yeux. Perplexe et me retenant d'éclater de rire, je redoublai d'attention.

"Cependant, je réalise que ma réaction était absurde. J'aurais dû être présent pour vous, en tant qu'ami, comme je l'ai toujours fait. Je vous fais donc mes plus plates excuses."

Il semblait sincère, et très très mal à l'aise. Il y avait de quoi.

"Je suis prêt à faire n'importe quoi pour me racheter."

Il observa la jeune femme avec intensité et détermination. Le parfait chevalier servant. Il était vraiment trop naïf. Elle allait le bouffer.

Aussi je jaillis hors de ma cachette et me campai à côté d'eux, apportant avec moi une forte odeur de saucisse grillée et de pain chaud. Bon sang ce que ça donnait faim !

"On poursuit le shopping ?"
demandai-je d'un ton appuyé, avec un enthousiasme démesuré. "Jules, vous nous accompagnez ?"

J'espérais que changer de sujet suffirait à enterrer la hache de guerre, mais rien n'était moins sûr avec le caractère de chien de Cassandre. Le Gardien parut hésiter avant de répondre :

"Eh bien... je suis invité à une réception ce soir dans le quartier de Manhattan. Il y a une exposition scientifique et je suis féru de tout ce qui concerne les théories quantiques ainsi que la relativité restreinte. C'est d'ailleurs pour cela que je cherche des bretelles adéquates. Mon ancienne paire s'est cassée." précisa-t-il d'un ton évident.

"Wouaho, ça a l'air... incroyablement barbant." commentai-je en lui offrant un regard affligé. "Mais votre rencard n'est pas avant ce soir, non ? Donc vous pouvez venir avec nous en attendant !"

Etait-ce vraiment une bonne idée de laisser Cassandre et Jules ensemble alors que c'était clairement houleux entre eux ? Voulais-je à ce point un combat passionnel en plein New York ?

Le Gardien observa la jeune femme, comme s'il attendait de tester la température avant de répondre.

"Je suis sûre que Cassandre peut vous aider à trouver des bretelles de fou !"
insistai-je en hochant la tête. "En espérant qu'elle ne vous étrangle pas avec..."

J'avais marmonné la dernière phrase. Je souris de nouveau afin de le convaincre que c'était secure.


CODAGE PAR AMATIS


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I wish I was special but I'm a creep -
Suddently you find your whole day is blending together to create one endless and suffocating loop. So, you find yourself trying to remember the things that made you happy.

Neil Sandman



« Alive, it's alive ! »


Neil Sandman


╰☆╮ Avatar : ➹ Elizabeth Olsen

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ La fille de Dumbo & Elliot *-*

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4475

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans : « Alive, it's alive ! »


________________________________________ Dim 17 Mai - 11:40


Pas de Temps pour mourrir...
Il n'y a pas de Temps pour mourir...



    Je n'arrivais pas à détacher mon regard de celui de Jules. Il m'observait avec une telle intensité et détermination. Vaiana était revenue, mettant un terme à notre discussion. Ca ne m'avait pas pour autant ramené à la réalité. A dire vrai, c'était peut-être ça le soucis. C'est que je me trouvais déjà là, parmi eux, bien éveillée et que j'observais le monde qui m'entourait avec un regard neuf. Comme si c'était pour la toute première fois. Un monde un peu trop réel.

    Un monde un peu trop cruel...

    Vaiana avait proposée à Jules qu'on l'aide à trouver ses bretelles. Elle l'avait convaincu que je serais d'accord de l'aider. Et elle avait ajoutée à voix base, sans doute pour elle-même, qu'elle espérait que je ne l'étrangle pas avec. Je pouvais entendre ce qui se disait aussi bas que c'était. Je n'étais pas la fille d'Elliot pour rien.

    La fille d'Elliot...

    Je les regardais à tour de rôle. Lui, mon ami, celui qui comptait. Elle, la nouvelle, celle que je connaissais à peine. Deux êtres totalement différents, mais qui partageaient la même vision de moi. Ils me voyaient, l'un comme une pute, l'autre comme une pute sévère, brutale, agressive.

    Dire que je lui avais dit à une époque que je l'aimais. Que je l'aimais comme on aime un ami. Ca n'avait donc aucun sens pour lui ? Parce qu'il possédait un pénis et un beau cul, je ne pouvais pas l'aimer comme un ami ?

    Peut-être que oui, j'étais un peu trop rentre dedans avec les gens de manière générale. Mais ça n'allait pas bien loin. Il n'y avait aucune raison qu'il imagine que j'aurais pu... que j'aurais voulu... que... bordel !

    Je secouais la tête. Il n'était que déception. C'était sans doute pour cela qu'une larme avait coulée le long de ma joue. Que je n'avais pas pu l'en empêcher. Et qu'une autre avait suivie. Tout ça pour une histoire de bretelles... !

    J'avais agrippé la main de Vaiana, peut être un peu trop violemment, puis j'avais disparu avec elle. On s'était retrouvé rien que toutes les deux. Si j'avais su... jamais je n'aurais pris sa main. Jamais j'aurais souhaité cela. Mais comment aurais-je pu le savoir ?

    On s'était retrouvé en haut d'une montagne. Le vent fouettait notre visage. Il faisait froid, mais ça permettait de se ressaisir. D'oublier ce qui venait d'arriver. On n'avait pas vue Jules. Il ne m'avait pas dit qu'il avait peur que je lui saute dessus. Je n'avais pas définitivement perdu mon ami...

    Du haut de cette montagne, on pouvait contempler la vue. Une immense forêt qui nous entourait et qui s'étendait à perte de vue. Ca faisait du bien. Il n'y avait rien de mieux pour se détendre.

    Ca aurait pu bien se passer. Ca aurait du. Mais ça ne l'avait pas été.

    J'avais passé une main sur mes yeux, et je n'avais rien dit. J'étais resté là à observer au loin. A respirer l'air frais. A me détendre. A juste me détendre pour une fois. C'était pas grave si elle était à côté de moi et qu'elle me voyait comme ça. Ca n'avait aucune importance. De toute façon elle venait de voir bien pire. Comment avait-il pu m'humilier comme ça devant elle ? Elle avait tout entendu, c'était évident.

    « Hyperion ne doit rien savoir. Personne. Je dois pouvoir te faire confiance. » lui dis-je sans la regarder.

    Et si je ne pouvais pas avoir confiance en elle, je ferais quoi ? Je la tuerais ici pour qu'elle emporte mon humiliation dans sa tombe ? Je n'avais même pas dit cela de cette manière là. A dire vrai, je voulais qu'elle se comporte comme une amie qui garderait ce secret pour elle. Et je l'avais formulé de la sorte. Sans menace, ni rien. Même si on n'était pas des amis.

    « Tu as abandonnée tout le monde. Tu es partie. Je ne t'ai pas jugé. »

    C'était une façon de lui dire que je n'avais jamais été méchante avec elle. Que du coup, elle pouvait me rendre la pareil en agissant comme je le lui demandais.

    J'avais une nouvelle fois passé une main sur mes yeux. Ca n'allait pas en ce moment. Rien allait dans ma vie. En plus voilà que des filaments rouges se noyaient sur mes doigts. J'en venais à ne même plus contrôler mon pouvoir. C'était un comble. Au moins ça c'était calmé et tout était revenu à la normale. Je respirais correctement. Je ne pensais plus à Jules. Je...

    Il allait falloir un peu de temps.

    « Ok. » dis-je pour me changer les idées, tout en me tournant vers Vaiana. « Je vais te former, si c'est ce qu'il souhaite et que tu souhaites. Même si j'ignore comment. »

    Cette dernière phrase, je l'avais murmuré pour moi même. Parce qu'Hyperion attendait quoi de moi ? On n'avait pas le même pouvoir. Et j'ignorais comment fonctionnait le siens. Dans mon futur les Explorateurs n'étaient pas comme elle devait l'imaginer. Tout ne s'était pas vraiment passé comme prévu. Et elle ne faisait pas partie de ce futur. Si ça se trouve, elle était déjà morte depuis longtemps. En tout cas, je n'avais aucune idée de quoi faire avec elle. Et encore moins par quoi commencer.

    « Des étirements ça serait peut-être le mieux pour débuter. » lui dis-je.

    J'allais me la jouer Cookie ? Etirez vous, vous sentirez moins la douleur. Disait-il à chaque fois qu'il débutait un entrainement avec quelqu'un. Je n'étais pas comme lui. Je ne dispensais pas ce genre d'entrainements. A dire vrai, j'en dispensait aucun.

    « Tu sais faire quoi au juste ? » lui demandais-je.

    C'était plus simple de débuter ainsi. Et puis, après tout mieux valait savoir de quoi elle était capable si on allait devoir affronter cela ensemble. Car quelque chose me perturbait depuis que je m'étais téléporté ici, avec elle. Quelque chose que je n'arrivais pas encore à définir. Et pourtant, c'était là, quelque part, autour de nous.

    J'avais tourné la tête, attendant sa réponse. Puis, tout à coup, je le sentis, là au fond de moi. Mon coeur. Il se stoppa net. Ou alors il s'était mis à battre trop fort et il avait explosé dans ma poitrine. Quoi qu'il en soit, si j'avais déjà un jour était effrayé par quelque chose, ça ne devait être qu'un prémices à cette peur que je ressentais en ce moment même.

    Je baissais les yeux vers mes mains, n'écoutant plus ce que Vaiana disait. Ils n'étaient plus là. Ils étaient apparus il y avait quelque minutes de cela, mais je n'avais pas compris pourquoi. Et maintenant ils n'étaient plus là. Qu'est ce que j'avais fait ? Qu'est ce qui m'avait pris ? Et surtout, comment j'avais réussi cela ?

    Levant les yeux vers la jeune femme, je me souvenais de quelque chose. Elle était une Racine. En lien étroit avec la Nature. Une force combinée à celle de toutes les autres. Un booster de puissance. Non...

    ...je m'étais servis d'elle sans même m'en rendre compte. Je n'avais souhaité qu'une seule et unique chose. Disparaître. Ne plus me trouver face à Jules. Ne plus me sentir humiliée de la sorte. Ne plus jamais le voir. Quel était l'endroit le plus sûr pour ne plus jamais croiser sa route si c'était un monde dont il n'avait jamais fait partit ?

    « Je... » débutais-je avant d'être coupé.

    Quelqu'un venait d'arriver. Il s'était téléporté juste à côté de nous. Et à son regard j'en eu la confirmation. On n'aurait jamais du se trouver ici. Jamais...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Noyer sa rupture
à Venise ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassan http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86359-chronologie-de-cassandre-la-fille-aux-curly#1226381 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80963-littlesexyass#1022190

Contenu sponsorisé








Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Etre sexy, c'est une option chez certaines femmes... [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes spéciaux :: ➹ Olympe d'Amour