« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)


Partagez
 

 Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

E. M. Kowalski



« You shine like radioactivity »


E. M. Kowalski


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La personnification de l'intelligence dans un manchot de l’Antarctique

✓ Métier : Chef de la section ingénierie/informatique de l'Agence du Vent du Nord ▽ Lieutenant du Commando de Madagascar ▽ Physicien
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 15392610

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1049


Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « You shine like radioactivity »


________________________________________ Ven 10 Avr 2020 - 22:01

Ishanee & Kowalski .

Les conventions sociales c'est surfait !

“À gauche Skylar ! Maintenant !”

Kowalski n’était pas nerveux. Où du moins, rien ne laissait transparaître la nervosité qu’il pouvait avoir dans son attitude. Sa voix était calme, son corps était droit, sa tête ne bougeait pas contrairement à ses yeux qui allaient de droite à gauche dans leurs orbites pour suivre avec attention les mouvements de la personne sur l’écran. Et ses doigts. À ses doigts ! Ils tapaient à une vitesse phénoménale sur les quatres claviers devant lui. Si Skylar, Stoyan et Rico étaient sur le terrain, lui coordonnait l’opération depuis la base de l’Agence du Vent du Nord. Ils avaient besoin d’un logisticien et d’un hacker. C’était absolument parfait. Il avait déja craqué un bon nombres de codes pour pouvoir rentrer dans cette base secrète. Les chinois avaient réussi à voler des documents secrets sur des expérimentations de la CIA. Caïn avait dit qu’il fallait les récupérer. Déjà pour la sécurité mondiale, et ensuite pour voir si eux, étaient plus avancés. Forcément, cela touchait au domaine de Kowalski et ce dernier, dont l’esprit de compétition était plus que affuté avait directement proposé que le commando de Madagascar s’en charge. Le directeur n’avait aucunes raisons de refuser et si cela pouvait les tenir éloigner et sages de l’Agence, il en était même ravi. Alors ils avaient décidé d’un plan d’attaque et les trois anciens pingouins c’était envolé pour Pékin dans leur super jet -qu’ils n’avaient pas eu besoin de voler cette fois-. Kowalski était resté à la base pour tout préparer soigneusement, méticuleusement, ne comptant pas ses heures et faisant de nombreuses nuits blanches tandis qu’il communiquait avec eux par oreillettes. Et maintenant, ils étaient sur place, dans l’entrepôt qui dissimulait la base secrète. Kowalski venait de le modéliser devant lui en 3D, trois petits points avançant doucement signalant la présence de son commando.

“Rico. Crochète la prochaine porte. J’ai désactivé les systèmes d’alarmes qu’il y avait. C’est une porte classique. Ils ont pensé certainement qu’on ne pourrait le faire à distance sans penser au bon vieux trombone.”

Il avait préféré le dire, connaissant la propension que son frère avait pour faire sauter les choses. Il n’avait que très peu de temps avant qu’ils se rendent compte qu’ils avaient des intrus et il ne fallait pas le gâcher en les prévenant directement à coup de grands coups d’explosions. Quelques secondes après, les trois points avançaient dans l’autre couloir, ayant passé la porte avec succès. Faisant tourner le schéma dans les airs, Kowalski continua de taper d’une seule main.

“La pièce contenant les documents se trouvent à 568 mètres devant vous. Il y a encore deux portes et un couloir. Dépêchez vous. La sécurité informatique ne va pas tarder à voir que je suis arrivé à les pirater.”
“Compris ! On fonce !”

Les petits points bougèrent plus rapidement et c’est quand ils passèrent la dernière porte que Kowalski entendit dans son oreillette une sonnerie assourdissante. Ils étaient repérés. Il eut une sorte de sourire goguenard et hautain. Ils en avaient quand même mit du temps… il leur aurait bien laissé un message mais le patron n’aurait certainement pas apprécié. Patron qui était d’ailleurs, posté dans l’encadrure de l’arche de la section recherche & développement et qui l’observait en silence, sans s’être fait remarqué.

“C’est bon ! On a tout récupéré ! On sort par où ? ”

C’était la voix de Stoyan. Si Kowalski ne le connaissait pas aussi bien qu’il le connaissait, il aurait pu penser que tout allait bien. Or les légers tremblements à la fin de ses mots signifiaient qu’il n’était pas vraiment rassuré. De plus, si c’était lui qui avait répondu, cela voulait aussi dire que Skylar était occupé à latter la gueule des ennemis.

“Par ici !”

Après de multiples et rapides interventions, Kowalski fit déverrouiller la grande trappe du conduit d’évacuation.

“Elle vous conduira tout droit sur le toit où le jet est prêt à décoller. Va falloir faire travailler les abdos.”

Ah il allait encore en entendre parler de sa méthode d’évasion. Quand ils étaient des pingouins, ce genre de choses n’étaient pas un problème, mais maintenant qu’ils étaient humains … Néanmoins, Kowalski ne leur donnait jamais des choses impossibles à faire. Surveillant les points, il eut un sourire en entendant une explosion alors qu’il les voyait remonter là où il avait dit.

“Bonne idée d’avoir fait exploser la pièce.”
“Et ça faisait plaisir à Rico !”
“Mais accélérez le pas … car la fumée chargée en CO2 … s’évacue par là où vous êtes normalement …”

Il leva les yeux au ciel quand Skylar l’insulta. Ce n’était pas de sa faute s’il ne l’avait pas dit. Cela relevait de la logique pure et simple.

“J’ai bloqué les différents ennemis dans leurs pièces. Maîtrisant leurs codes informatiques je les ais enfermés pour que vous ayez le champ libre. Néanmoins restez vigilants. Ils ont très bien pu séparer leurs équipes en plusieurs groupes.”
“Bien joué Kowalski ! On voit la sortie !”

À distance, il commença à enclencher les moteurs du jet pour une prise de départ plus rapide. Il poussa un soupir de soulagement quand ses trois frères lui indiquèrent qu’ils étaient bien dans le jet qui avait décollé.

“Bien joué gamin.”

Il aurait pu sursauter en entendant la voix grave du directeur de l’agence mais il commençait à avoir l’habitude que ce dernier apparaisse sans prévenir. Pouvant enfin détourner les yeux de ses multiples écrans, il se tourna pour le voir s’avancer vers lui.

“Pas encore couché ? Pourtant il faut 7h30 de sommeil pour les personnes de votre âge. Monsieur.”

Ah qu’est ce que ça l’énervait quand il l'appelait gamin. Stoyan était un gamin ! Pas lui ! Mais comme souvent, il ne laissa rien paraître, ayant son masque d’arrogance et de froideur sur le visage. Et même s’il lui répondait, il restait toujours classe et poli.

“Je veux ton rapport sur mon bureau avec lesdits documents.”
“Vous êtes venus à 5h30 du matin pour me dire ça alors que vous l'auriez eu de toute manière ? Vous m’en voyez ravi.”
“J’avais des choses à traiter qui nécessitait ma présence en ces lieux.”
“Et vous vous êtes dit qu’en bon chef vous alliez venir m’apporter tout votre soutien c’est ça ?”
“Plutôt regarder si le gamin boutonneux à qui j’ai confié des responsabilités n’était pas entrain de tout foirer.”
“M’espionner. Vous vous entraînez plutôt pour ne pas perdre la main. Je peux comprendre. Alzheimer arrive souvent quand on ne s’y attend pas.

Le match de tennis étaient bien engagé et il fallait dire qu’il appréciait assez ce genre d’échanges. Bon, avoir le dessus dans une conversation était souvent son cheval de bataille, même s’il avait appris de nombreuses années auparavant que ce n’était pas dans les codes sociaux. Il s’était donc adapté. Or avec Caïn, il ne savait pas vraiment pourquoi mais le voir commencer à s’énerver et se vexer rapidement lui donnait le sourire.

“Je n’aimerai point déranger vos échanges passionnés et passionnants mais … faudra que Kowalski attende les documents pour faire son rapport, Confidentiel. Documents que je ne lui passerais qu’après qu’il se soit couché et reposé !”
“Attend je te met en haut parleur car le principe d’une oreillette c’est fait pour que personne d’autres que la personne n’entende …”
“Kowalski ? Qu’est ce qu’on a dit au sujet des réflexions justes mais inutiles ?”

Alors si Skylar s’y mettait aussi … prenant une inspiration, il se mordit la lèvre inférieur d’une rage certaine en voyant Caïn sourire. Inspiration qu’il retint quand ce dernier se pencha tout près de son micro pour lui répondre.

“C’est gentil de prendre soin de lui … mais je reste son supérieur. Tout comme le tien…. et il fera ce que je lui dirais de faire …”

Il poussa son expiration, évitant de tomber sur son regard azur, gardant son sang froid en toutes circonstances, essayant d’éviter de lever les yeux au ciel quand il entendit Skylar crier.

“Le rapport sera sur votre bureau avant ce soir. Ne vous faites pas de soucis pour mon travail. Il sera impeccable. Comme toujours.”

Il énonçait juste un fait tandis qu’il fit un pas sur le côté, le sourcil arqué ne comprenant pas très bien pourquoi l’odeur qu’il avait sentit ne lui déplaisait pas vraiment, bien au contraire. Secouant la tête comme pour chasser cette pensée qui n’avait rien à faire là, il se racla la gorge avant de retourner à son sacré saint poste, là où il donnait souvent sa messe technologique quand le service était rempli. Vérifiant une dernière fois que tout était en ordre, que le jet de son commando avait assez d’essences pour rentrer en Amérique et que les chinois ne pourraient pas remonter leurs traces, il éteignit enfin les écrans pour leur donner un peu de repos. Quand il releva la tête, il remarqua que Caïn était déjà parti. Soit. Rangeant ses affaires, il prit alors la direction de la sortie de ce qu’était l’immense bunker de l’Agence. Il était tout aussi difficile d’en sortir que d’y rentrer. Après avoir passé par plusieurs sas de décontamination -qu’il avait installé lui même pour le coup- il se retrouva enfin à l’air libre. Le soleil commençait à se lever, et le ciel affichait de jolies couleurs roses pâles qu’il apprécia quelques minutes avant de se mettre en route. Il aurait pu rentrer en voiture, mais il avait décidé d’y aller à pied, pour se maintenir en forme. Quand il était sur des missions de ce type là, le nez dans les écrans, il n’avait même plus le temps de faire son sport habituel. S’il s’y était habitué à vrai dire, à devoir déplacer certaines de ses routines, il lui tardait de reprendre. Mais la marche à pied était un bon compris. Baillant aux corneilles, il sortit son téléphone de sa poche. Son professionnel. Celui où la ligne était sécurisé pour prévenir Skylar qu’il rentrait à l’appartement se reposer un peu. Il aurait tout le temps de faire le rapport dans l’après midi. De toute façon il n’avait pas besoin de beaucoup de sommeils pour récupérer, même si son teint blafard et ses cernes indiquaient le contraire.

Il aurait du continuer de marcher rapidement, comme il le faisait mais il s’était arrêté depuis quelques minutes, fixant une jeune femme qui venait d’apparaître sur le pas d’une porte d’un des lotissements en sous vêtements. Clignant des yeux, il n’était pas entrain d’avoir ce qu’il appelait communément un rêve érotique. Il l’observa jeter ses poubelles comme si de rien n’était. Peut être qu’elle allait tout simplement rentrer chez elle non ? Peut être qu’elle était sur le point d’aller se doucher mais que l’odeur des poubelles l’avait incommodé pour X raisons qu’il lui serait aisé de deviner. Peut être qu’elle avait un animal qui venait de se soulager et/ou de vomir sur le sol, qu’elle avait nettoyé ça rapidement tout en pestant comme les gens normaux le faisaient avant de jeter le tout dans la poubelle et de sortir la dudite poubelle et donc de reprendre le cours normal de sa vie en se rendant à la douche. Non ! Elle continuait sa route ! Kowalski plus qu’étonné repris sa marche pour arriver à son hauteur avant finalement de se placer devant elle. En temps normal, il ne se mêlait pas de la vie des autres personnes. Au contraire, il avait même tendance à fuir quand ça ne le concernait pas. Or là, elle courait plusieurs dangers. Celui de se faire agresser -et il était quand même un espion au service de la protection des populations- , celui de tomber malade, et celui de se faire humilier.

“Excusez moi mais il faut vous habiller !”

Ah Kowalski et son tact légendaire. C’était étrange de savoir que c’était lui qui regler pourtant les problèmes entre le commando de Madagascar et l’Agence du Vent du Nord. Il détourna le regard de ses attributs féminins pour ne pas la gêner.

“Vous ne pouvez pas sortir comme ça ! Vous allez vous faire agresser, vous pouvez avoir un choc thermique ou encore vous faire tourmenter par la populace. De plus, les conventions sociales l’interdisent.”

Et voila le problème. Il était là. Les fameuses conventions sociales. En vérité, Kowalski se serait totalement foutu de la voir se balader nue. Or on lui avait tellement rabacher les oreilles pendant son enfance et son adolescence avec ça, que maintenant, il était un peu comme ces anciens fumeurs. À pointer du doigt ceux qui fumait encore trop.


code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85185-si-l-avion-est http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey#1189606 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85526-cutie_genius#1203109

Ishanee L. Vimaan



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Ishanee L. Vimaan


╰☆╮ Avatar : Nyane Lebajoa

Ѽ Conte(s) : Plane 1
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ishani

✓ Métier : Psychologue à son compte, Mannequin et chanteuse comme passe temps
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 Test10

☞ Surnom : Ish, Chipie, Madame parfaite
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 244

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 14 Avr 2020 - 0:01

Les conventions sociale c’est surfait

Ishanee s'était réveillé de bonne heure pour faire les quelques taches ménagère qu'elle devait faire quotidiennement. Parce que soyons logique ce n'était pas Val qui allait faire le ménage, bien qu'il pouvait lui servir de poubelle de table, Mais ce n'était pas la même chose et puis, elle ne donnait pas n'importe quoi à son chien. Val était donc pour le moment dans le jardin, pendant qu'Ishanee passait l'aspirateur, d'ailleurs son chien n'était pas très copain avec cette machine. Déjà cela faisait du bruit et Val n'aimait pas le bruit. Pour cette raison qu'il était dehors. Une fois son aspirateur passé, notre charmante demoiselle passait la serpillère, ne vous en fait pas je ne vais pas passer en revu toutes les activité qu'elle était en train de faire de toute façon, ce n'était guère intéressant de voir une jeune femme en sous-vetement faire le ménage... ahh d'un coup ça vous intéresse ? Notre avion de chasse préféré était en train de finir de faire son sac poubelle avant d'aller prendre une bonne douche. Pour le bain elle n'avait pas vraiment le temps. Et puis de toute manière, elle allait avoir des rendez vous dans la journée. Une fois toute propre, elle mit de nouveau des sous-vêtements. Bah quoi ? Au risque de vous déplaire, elle avait parfaitement le droit de sortir comme ça non ? Comment ça non ? Son patient Cendrillon, l'homme qui était venu avec une chaussure au pied et qui répondait au nom de Sanada était bien venu torse nue à une rendez vous ? Alors pourquoi n'avait-elle pas le droit d'aller ainsi au course ?

C'était donc déterminé qu'elle allait sortir comme ça, de toute façon c'est pas comme si elle était nue, vu qu'elle avait des habits sur elle. Papa Ben n'était pas là, et Dinah non plus donc personne pour l'arrêter dans son envie personnelle d'aller tout à fait normalement au course. En ce jour-ci Ishanee avait donc les cheveux gris blanc. Après tout c’était un avion, en tant que t’elle, elle n’avait pas besoin de tout ça. Elle prit le soin de se coiffer ainsi que de se maquiller. La jeune femme vetu de sous-vetement blanc fini par prendre son sac poubelle d’un geste des plus raffiné bien entendu, vêtu de chaussure. Elle jeta son sac dans un plus gros container. Pour ensuite sortir de sa cour. Avant de sortir bien sûr elle avait rentré Val dans la maison et elle savait qu’il n’allait pas faire de bêtise, il était bien éduquer son chien après tout. Elle remit son petit sac bandoulière en place pour se rendre donc vers le supermarché. Marchant toute à fait normalement sans prendre en compte ce qui pouvait bien se passer autour d’elle sauf au bout d’un moment, un jeune homme avançait droit vers elle, visiblement il allait finalement barrer son chemin. S'arrêtant, elle penchant légèrement la tête sur le côté se demandant, s’il n’avait pas un problème ? Est-ce qu’il avait perdu ses clefs et avait besoin d’aide ? Ou qu’une personne lui avait volé sa montre et qu’il allait lui demander qu’elle heure il pouvait-être. En aucun cas, elle pensait une seul seconde que ca pouvait être ses habits. Habiller ?

“Namaste jeune homme, qu’est ce que vous dites ? Je suis habillé, vous ne voyez pas ? Je porte des habits sur moi.” dit-elle avec un grand sourire, bah sur ce plan, elle n’avait pas tout à fait tort, elle portait des habits sur elle.

Elle ne manquait pas une occasion d’être poli en tout cas, cette femme était adorable, bien qu’elle ne connaisse pas les rudiment de l’habillement. Pourquoi détournait-il le regard ? Ce n’était pas convenable de ne pas regarder son interlocuteur en face. Elle n’était pas pudique pour un sous, donc elle ne voyait pas pourquoi il détournait les yeux, ne vous en faites pas un jour elle comprendra pourquoi. Pour le moment, c’est juste une enveloppe charnelle, en d’autre terme c’était juste la carlingue ou la carrosserie, c'était pas vraiment une chose dont elle se souciait. “Vous ne pouvez pas sortir comme ça ! Vous allez vous faire agresser, vous pouvez avoir un choc thermique ou encore vous faire tourmenter par la populace. De plus, les conventions sociales l’interdisent.” Comment ça elle pouvait pas ? ce n’était pas écrit ? Elle était habiller enfin, c’était de la discrimination envers les Avions ça. Choc thermique ? elle n’avait pourtant pas froid pour le moment. Et pourquoi la populace la tourmentait ? étaient-ils si méchant que cela c’est personnes ? Bien sur que non, il aggravait simplement la situation pour rien. Conven quoi ?

“Pourquoi je ne pourrais pas ? Il y a bien des hommes qui se balade torse nu avec une chaussure en moins et on ne leur dit rien en revanche moi qui suis habillé et j’ai mes deux chaussures un haut et un bas… vous me dites que je ne peux pas ? Choc thermique ? Mais, il fait bon regarder le soleil, je ne risque pas d’avoir de choc thermique. Les gens ne sont pas si mauvais… il y a des bonne ondes aujourd’hui et le Karma est avec moi. Les conventions sociales… c’est quand ça les arrange.”

Ishanee et son innocence légendaire, cette femme voit le bien de partout et personnes n’est méchants réellement ou alors c’est que d’autres les ont poussé à le devenir et il y a toujours le moyen de faire revenir les gens bons. Elle était une brillante psychologue faut pas croire. La jeune femme était en train de le regarder, elle voyait certains détails que les autres ne prêtait pas beaucoup, et elle ressentait que cet homme n’avait pas beaucoup dormi, il était peut-être trop surmener. Son corps pouvait lâcher à tout instant. Oui même dans les cas comme ça, elle pensait toujours aux autres avant elle.

“Je ressens que vous êtes fatigué, vous allez bien vous ? Avez vous assez dormi récemment ?”

On ne mettait pas en doute son super pouvoir qui était de ressentir pas mal de choses.

:copyright:️ 2981 12289 0
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549

E. M. Kowalski



« You shine like radioactivity »


E. M. Kowalski


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La personnification de l'intelligence dans un manchot de l’Antarctique

✓ Métier : Chef de la section ingénierie/informatique de l'Agence du Vent du Nord ▽ Lieutenant du Commando de Madagascar ▽ Physicien
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 15392610

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1049


Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « You shine like radioactivity »


________________________________________ Mar 5 Mai 2020 - 17:00

Ishanee & Kowalski .

Les conventions sociales c'est surfait !

Namasté. La jeune femme devant lui était d’origine indienne et immédiatement Kowalski passa en revu dans son esprit toutes les connaissances qu’il pouvait avoir sur cette culture. Il ne parlait pas très bien cette langue, s’étant plutôt penché sur les langues nordiques. Néanmoins, même s’il l’avait légèrement agressé -d’un point de vue extérieur-, il fit la même chose, joignant ses paumes devant lui et s’inclinant légèrement avant de se reconcentrer sur le principal problème. Fronçant les sourcils, il fut bien obligé de regarder ce qu’elle appelait des vêtements. Kowalski fit claquer sa langue sur son palais, serrant la bretelle de son sac en bandoulière.

“Non. Ce ne sont pas des vêtements. Ce sont des sous vêtements. Ce qui veut dire que on les portes … sous les vêtements.”

Kowalski pouvait avoir un ton condescendant. Non, il avait un ton condescendant en permanence mais il ne s’en rendait plus compte. Ce n’était pas pour rien si la moitié des agents de l’agence se vexait, quand l’autre moitié était totalement à ses pieds, à le vénérer comme le génie qu’il était. Néanmoins, même s’il était sarcastique aussi, ce n’était pas le cas actuellement. Ce n’était pas non plus de l’inquiétude comme il aurait pu le laisser entendre. Cela lui était bien égal qu’elle se fasse attaquer parce qu’elle devenait qu’un morceau de viande pour les prédateurs masculins. Elle ne serait qu’un chiffre parmi tant d’autres dans les statistiques de la violence faites aux femmes. Non, il voulait comprendre le mécanisme qui faisait qu’elle avait décidé, aujourd’hui en particulier, de sortir de cette manière là. Alors elle commença à lui expliquer sa vision de choses. Au fur et à mesure qu’elle parlait, Kowalski faisait une moue tantôt contrarié, tantôt enfantine.

“C’est interdit de se balader torse nu. Les hommes qui font ça sont verbalisés. Quant aux chaussures ... il est totalement stupide de n'en avoir qu'une seule.”

Et il détestait ça. Déja qu’il n’aimait pas vraiment l’été, il devait en plus supporter ces idiots qui ne respectaient pas les règles. Tout le monde avait chaud ! Ce n’était pas une raison pour faire ce genre de choses. Quand cette jeune femme lui demanda s’il était fatigué, Kowalski haussa les épaules.

“La fatigue est relative. Mon organisme n’a besoin que de 5h30 de sommeil pour être à son potentiel maximum.”


Mais cela faisait longtemps qu’il ne les avait pas pris en vérité. Il commençait à accumuler du retard, préférant se pencher sur des inventions plutôt que d’aller dormir dans les bras de Morphée. Il n’avait pas le temps pour dormir. Il trouvait que c’était une perte de temps considérable en vrai. Se reposer. Quel terrible concept.

“Peut être pas un choc thermique, à moins qu’il ne se mette à pleuvoir, ce qui est possible avec le temps changeant d'Avril.”

Bon c’est vrai il avait peut être exagéré pour le choc thermique et c’était pour ça qu’il trouvait bien de revenir sur la question, n’appréciant pas les approximations. Néanmoins il avait raison sur le fait qu’elle pourrait attraper mal si elle continuait de se balader comme ça toute la journée. Il plissa les yeux tout en regardant sa peau. Peut être qu’elle était immunisée contre le froid ? Après tout, lui l’était de part son ancienne condition d’animal polaire mais elle ? Il faudrait qu’il lui prélève un petit morceau de peau ... Sauf que ce n’était pas le moment pour ça. Il eut un petit rictus cynique.

“Bien entendu que les gens sont mauvais. Pas tous je vous l’accorde. Mais le mal est là, parmi nous. Je sais de quoi je parle. Je le combats tous les jours.”

Il bomba le torse fièrement. Même s’il était tenu à un certain secret sur ses activités, il avait droit de dire qu’il travaillait dans une organisation gouvernementale, l’agence du vent du nord étant devenu au fil des années aussi importante que le FBI ou la CIA, mais spécialisé dans les cas totalement désespéré. Bien entendu, le monde entier ignorait la véritable nature des agents.

“Oh. Vous croyez au karma.”

Ah les discussions sur les religions. C’était quelque chose. Il avait arrêté d’en parler avec Julian, le plus fervent croyant qu’il connaissait. Déja parce que Julian était idiot, trop idiot pour qu’il lui daigne de son temps précieux. Et ensuite parce qu’il n’était pas possible de discuter rationnellement avec un croyant.

“Le karma ne vous protègera pas si un pervers passe dans le coin. Bien entendu je sais que le karma est le reflet de nos actions antérieures qui se manifeste dans notre vie actuelle. Il faut constamment chercher à améliorer son karma, littéralement ses actions, par de bonnes et en respectant le dharma. Donc vous pensez que les gens sont bons parce qu’on peut aussi considérer le karma selon l'intention. La qualification des actes est liée à l’état d'esprit qui sous-tend l'action de celui qui agit. ”

Il ne pouvait pas s’empêcher d’étaler son savoir. C’était plus fort que lui. C’était maladif. Il ne faisait pas ça pour se la péter comme le penser un bon nombre de personnes. Il faisait ça pour instruire. Bon, c’était vrai, cela pouvait s’apparenter comme une revendication du fait qu’il était le meilleur.

“Néanmoins, pour revenir au sujet qui anime notre conversation. Être en sous vêtement est considéré comme un outrage public à la pudeur. Il se réfère à un acte répréhensible dans l’espace publique une violation du droit à la pudeur, démontrée par une indécence naturelle. Comme je vous l’ai dis il y a …”


Kowalski regarda sa montre avant de relever le visage pour planter son regard dans celui perplexe de la jeune femme.

“... 9 minutes et 14 secondes, les personnes faisant de telles choses sont verbalisés. Parfois il est nécessaire que je me répète quand mon interlocuteur est intellectuellement limité. Donc je vais le dire plus clairement.”

Il prit une grande inspiration, sa voix encore plus monocorde qu’habituellement. Il aurait pu être un robot si ces cernes ne le trahissait pas comme humain.

“Toute personne qui aura commis un outrage public à la pudeur sera punie d'un emprisonnement de trois mois à deux ans, et d'une amende de 500 Dollars à 15 000 Dollars. Article 330 du code pénal. Maintenant passons à la définition de la pudeur. Elle a évolué au cours des siècles.Au début du XVIe siècle, c’est l’appréhension de ce qui peut porter atteinte à la dignité personnelle, au respect de soi-même. Ensuite à la fin du XVIe siècle, c’est la gène devant les réalités sexuelles. Puis au XVIIe Siècle, c’est la décence telle qu'elle est défendue par les convenances ou les règles d'une société donnée. Et à la fin du XIXe siècle, une personne de pudique pratique en permanence une dissimulation active de son corps, tout au moins de parties de son corps et de phénomènes corporels qui rappellent la faiblesse de la chair : sa vulnérabilité au désir, à la maladie, à la mort. C’est donc sur cette définition que se base les codes moraux de la société dans laquelle nous vivons.”

Il s’arrêta quelques secondes pour respirer, avant de reprendre, mais cette fois tout en se grattant son immense tignasse brune, signe qu’il réfléchissait à quelque chose.

“Mais je pense … vous êtes d’origine indienne si je ne m’abuse. Vous avez donc une conception différente… Même si …”

C’était très étonnant. De ce qu’il avait lu, les indiens étaient très choqués par la monstration de la peau, surtout au niveau des épaules et des jambes. La jeune femme en face de lui n’était absolument pas couverte à ce niveau là…. vu qu’elle était en culotte.

“Enfin bon … il faut savoir s’adapter dans chaque pays où l’on va. Après je ne vous dénoncerai pas. La délation ne fait pas parti de mes principes de vie même si j’apprécie que l’on respecte les ordres. ”

C’était vrai. Il préférait le dire directement à la personne incriminée plutôt que de prévenir l’autorité compétente. Il trouvait cette démarche absurde. Ce n’était pas comme ça que les choses allaient changer. Certes, il était juste de punir celui qui avait commis une injustice mais Kowalski estimait qu’il ne fallait pas punir pour punir. Il fallait expliquer, comme il venait de le faire. Lui même avait trop subi ça dans son enfance, sans qu’il ne comprenne pourquoi. On l’avait puni parce qu’il avait été blessant dans ses paroles mais il ne le savait pas. Il énonçait juste des faits sans montrer la moindre empathie parce qu’il ne l’a ressentait pas vraiment. Ce n’était tout de même pas sa faute si la petite Cristelle était obèse. Il lui avait dit ça pour sa santé, qu’elle aurait vraiment dû arrêter de manger. Au fond, c’était une certaine forme d’empathie. Mais ce n’était pas la norme. On lui avait bien fait comprendre, à base de punitions justement, certaines beaucoup plus sévère que d’autres, qu’il devait respecter les règles. Alors il les avait appris. Toutes. Au mot près. Et il s’appliquait désormais à faire de même, ayant compris que sans règles, on ne pouvait pas vivre correctement dans la société.

“Sur ce. Je vous souhaite de passer une bonne journée.”

Et Kowalski tourna les talons, sans demander son reste. Il avait fait son devoir de brave citoyen d’autiste asperger , en informant cette jeune femme qu’elle n’était pas dans les clous. Or, il haussa un sourcil quand cette dernière l’interpella à nouveau, arrivant à son niveau. C’est vrai qu’il ne lui avait pas vraiment laissé le temps de répondre à ses arguments, sans doute parce qu’il estimait qu’il avait raison et que ce n’était pas vraiment un débat.


code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85185-si-l-avion-est http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey#1189606 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85526-cutie_genius#1203109

Ishanee L. Vimaan



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Ishanee L. Vimaan


╰☆╮ Avatar : Nyane Lebajoa

Ѽ Conte(s) : Plane 1
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ishani

✓ Métier : Psychologue à son compte, Mannequin et chanteuse comme passe temps
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 Test10

☞ Surnom : Ish, Chipie, Madame parfaite
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 244

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 16 Mai 2020 - 0:09

Les conventions sociale c’est surfait

Ishanee était quelqu’un de très poli on pouvait pas lui retirer ça à cette charmante demoiselle. La demoiselle était d’origine indienne cependant, madame était autrefois un avion donc les avions ne possédait guère d’habits donc sur cela, elle n’avait aucunement besoin d’être appareillé. En revanche, elle connaissait sa religion le fait d’être recouvert sans voir la moindre parcelle de peau, mais, ceci ne pouvait pas réellement la concerner, elle était un avion après tout dans le corps d’une jeune femme. Elle pouvait comprendre le point de vu de ce jeune homme. Ca pouvait se tenir. Ishanee en avait parfaitement conscience que c’était des sous-vêtements, elle n’était pas dénué de cerveau. Il y avait bien des personnes qui sortaient avec un haut semblable à un sous-vetements non ? dans une société actuel beaucoup de personnes portaient des vêtements court et personne ne leur disait rien ? Genre un maillot de bain ?

“Hmm.. oui ca je sais bien.. mais c’est similaire au maillot de bain et on les portent sur notre corps… Certaines personnes portent très bien des hauts ou des short beaucoup plus court que cela… mais, je peux comprendre votre point de vu… cela peut être déconcertant...”

La jeune femme parlait d’un ton plutôt naturelle, sans même hausser la voix, elle ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir un avis différent du sien, c’était plutôt normal les débats étaient naturel dans ce genre de cas. Cependant, chacun pouvait être libre de choisir comme bon lui semblait, ce n’est pas comme si elle était totalement nue ? Et un chien ? Il n’était pas vêtu et on ne lui disait rien ? on n'allait pas lui mettre un culotte. Ishanee ne pouvait pas être vexer pour si peu, elle était rayonnante de bonheur un vrai rayon de soleil. être traité comme un morceau de viande ? Heureusement qu’elle n’entendait pas ca, elle lui aurait surement dit que sa carlingue n’était pas comestible.. et puis, Ishanee avait tendance à poser souvent en bikini et en sous-vêtement, donc surement que ses photos devait tourner un peu partout sur les réseaux. La jeune femme savait très bien se défendre aussi, elle était aussi souple que le cobra prêt à bondir pour empoisonné son ennemi… sauf qu’elle avait pas de poison sur elle, mais qu’elle pouvait faire très mal si elle le désirait. La jeune demoiselle était difficilement lisible, elle faisait beaucoup de chose peut compréhensible par le commun des mortels. La dame vêtue de sous-vêtement blanc était en train de regarder son interlocuteur avec ses petits moue trop mignonne qui lui faisait penser à un mignon petit pingouin.

Encore une fois, Ishanee n’était pas nue mais en sous-vêtement, heureusement pour elle.. elle n’était pas un homme mais un avion, elle n’était donc pas concerné pour autant dans ses lois. Elle avait conscience qu’il parlait de monsieur Kamiya, il était peut être étrange mais, en aucun cas il était stupide, oui elle avait tendance à défendre tout le monde même quand il pouvait être en tort.

“Il est loin d’être stupide, peut-être qu’il ne savait pas que cela soit interdit… comment pouvez vous dire que cela soit interdit ? Peut-être venait-il d’une autre civilisation ? Et qu’en aucun cas il était conscient de cette interdiction ?”
dit-elle tout aussi calmement, après tout pour un ancien animal c’était difficile de se dire de porter quelques choses sur le dos.. ou certaines croyance divergeait d’un endroit à un autre.

Les règles étaient généralement différente pour chacun, n’étaient-elle pas toujours transgresser sans le vouloir ? ou enfreins pour les bonnes causes ? La n’était pas vraiment le sujet, elle était simplement en train de le regarder, elle ressentait le fait que cet homme possédait une certaines fatigue, il avait simplement haussé les épaules, pour elle c’était pas une réponse. Certes chaque corps était différent mais, au bout d’un moment il pouvait revenir à saturation et ce serait le burn out.

“Votre organisme peut-être mais, votre fort intérieur à peut-être besoin de plus… parfois, il est bon de se poser un peu plus pour reprendre plus, et la.. votre corps risque de lâcher, faites tout de même attention.”


Chaque personnes avaient besoin de sommeil, et il ne fallait pas négliger cela. Heureusement qu’elle ne lisait pas les pensées, elle aurait surement gronder cet homme pour cette imprudence. Ishanee ne ressentait pas réellement le froid sur sa peau pour le moment.

“Ne vous ne faites pas, je n’ai pas froid.”

Pour Ishanee, il n’y avait pas de personnes mauvaise, on ne naissait pas mauvais, on le devient mais, il y avait toujours un espoir de sauver les personnes. La jeune femme en était convaincu chaque personnes avait droit à une seconde chance et Ishanee ferait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver les autres âmes en perdition de la terre entière. On lui avait donner la chance d’être ici pour apporter le bonheur autour d’elle. Bien entendu qu’elle croit au karma chaque chose se paierait tôt ou tard, on recevait les récompense de nos actes.

“Personnes n’est réellement mauvais vous savez ? chaque personnes peut être sauver.. et avoir droit à une seconde chance, on ne naît pas foncièrement méchant on le devient par certaines actes des autres qui nous engendre à faire les mauvais choix ou choses… Certaines personnes peuvent être un nouvel espoir, oui je crois au karma que ce soit bon ou mauvais nous récoltons les actes.”

Elle esquissa un léger sourire, le karma ne la protégera pas ? Bien sur que si et cela semblait évident.

“Le Karma a fait en sorte que je sois encore ici, donc bien entendu que le karma me protégera, il l’a toujours fait et le fera encore” dit-elle avec un petit sourire, elle savait se défendre quand même, merci son père biologique pour qu’elle puisse rentrer dans ses bonnes grâce sans pour autant que ça se fasse. Sauf que ce battre était un cas d'extrême urgence “ Vous devez être quelqu’un de bien renseigner monsieur, je vois que vous étaler tout votre savoir et je trouve cela formidable”

Au fond d’elle certains chose était en train de lui mettre la puce à l’oreille sur ce jeune homme, Peut-être qu’elle se trompait, elle avait besoin d’un peu plus d'intuition et que la conversation dure un peu plus. Bien que son instinct ne la trompait jamais. Outrage à la pudeur tout dépendait de quel point de vu, elle n’était pas forcément nue et rien n’était apparent sur elle. Intellectuellement limité ? Elle fronça les sourcils, ce n’était pas le terme qu’elle aurait employé, et puis ce n’était pas parce qu’elle avait une façon différente de lui qu’elle était forcément limité d’esprit. Après tout Adam et Eve n’étaient pas vêtu à la création du monde pourtant cela ne voulait pas dire qu’il était stupide… Elle lui laissa donc terminé son discours voyant beaucoup plus clairement les choses, il se répétait et réfléchissait pas mal aussi, au moins ils étaient deux à réfléchir beaucoup. Bien qu’Ishanee se prenait beaucoup moins la tête. Il devait avoir le syndrome d’Asperger, cela ne posait aucun problème, elle le trouvait vraiment brillant donc elle gardait le sourire sur ses lèvres de toute façon pour la froissé fallait y aller. Cette fois-ci Ishanee n’avait plus de doute, mais, au moins, il lui avait dit le chose en face, l’avion appréciait bien ce jeune homme. Bon aussi Ishanee appréciait tout le monde. Bah voilà que son nouvel ami était en train de mettre les voiles et de filer à l’anglaise; mais non en plus elle ne savait même pas son nom. C’était très impoli d’avoir une conversation de la sorte sans savoir comment il se nommait. Elle se mit donc à courir pour arriver à sa hauteur, bien que ce n’était pas bien difficile, elle était bonne à la course une femme modèle douée en tout. Ah et elle ne savait pas hausser le sourcil, heureusement qu’elle ne se vexait pas pour si peu.

“Ne partez donc pas si vite monsieur, oui je suis d’origine indienne mes grand parents biologique du côté de ma mère y résident, mais ce n’est que très peu important, effectivement nous avons une façon différente de voir les choses” dit-elle doucement, Ishanee connaissait le terme de la pudeur même si elle n’avait pas la même façon que ses grand parents, bien qu’elle soit toujours pure de l’autre côté. S'adapter ? Elle était un avion.. il avait déjà vu des avions habillé lui ? “Hmm.. Je vous remercie de ne pas… me dénoncer même si je ne vois pas en quoi j’ai commis un crime. Mais passons… Avez vous déjà vu un avion habillé vous ? Je suis un avion AeroCanard FG, mais avec des ailes avant différentes, un nez plus fin et sans les fenêtres latérales supplémentaires, un avion de compétition… bon la on dirait pas parce que je suis coincé dans une enveloppe charnelle d’une femme.”

Elle se permettait donc de se défendre, de toute façon elle les aurait placé quand même. Puis elle lui tendit sa main doucement. “Au fait je me nomme Ishanee Lakshmi Vimaan et vous ? vous viendrez bien boire un thé ou un café ou un chocolat chaud peut-être ?”

Oui Ishanee avait le coeur sur la main et elle invitait limite n’importe qui chez elle, elle appréciait tout le monde et cet homme avait l’air super gentil et brillant.
:copyright:️ 2981 12289 0
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549

E. M. Kowalski



« You shine like radioactivity »


E. M. Kowalski


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La personnification de l'intelligence dans un manchot de l’Antarctique

✓ Métier : Chef de la section ingénierie/informatique de l'Agence du Vent du Nord ▽ Lieutenant du Commando de Madagascar ▽ Physicien
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 15392610

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1049


Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « You shine like radioactivity »


________________________________________ Mar 16 Juin 2020 - 13:34

Ishanee & Kowalski .

Les conventions sociales c'est surfait !

Même s’il n’avait pas pris en compte ce qu’elle avait essayé de lui dire entre deux de ses logorrhées verbales, Kowalski avait enregistré toutes les paroles de cette demoiselle et quelque chose le chiffonait, encore plus peut être que le fait qu’elle était quand même en sous vêtement dans la rue. Elle avait parlé d’un il alors que lui non. Jamais. Y avait il eu confusions sur les propos ? Cela arrivait de temps à autres, souvent quand il faisait comme actuellement qu’il parlait en coupant la parole pour affirmer son point de vue qu’il estimait le plus juste et le plus important. Alors quand elle l’interpella tandis qu’il était entrain de partir, il décida de faire machine arrière. Sa curiosité étant piquée au vif. Il se repassait rapidement toute la conversation qu’ils venaient d’avoir pour pouvoir lui aussi lui poser d’autres questions. Plus tard. Quand ils auraient réglés ce problème d’attentat à la pudeur.

“Je le savais.”

Les mains dans les poches de son manteau, presque trop grand pour lui, il affichait cet air arrogant et hautain dont il n’avait même pas conscience. Il le savait. Dès le début où il avait rencontré, alors forcément son étonnement avait été encore plus fort. Il avait cependant un tas de théorie sur le pourquoi elle n’était pas habillée, mais cela ne justifiait pas son comportement. Il leva les yeux au ciel quand elle lui répéta qu’elle ne voyait pas en quoi elle avait commis un crime. Bon sang, il n’aimait pas se répéter de la sorte. Il lui avait même cité des extraits du Code Civil … que devait il faire pour qu’elle comprenne ? Les gens le surprendraient toujours en imbécilité. Se mordant la lèvre inférieure, pour ne pas la reprendre, il écarquilla les yeux quand elle lui dit de but en blanc qu’elle était un avion. Ah. C’était la théorie n°3 qui prenait forme. C’était à cause de sa vie d’avant qu’elle ne s’habillait pas, et pour lui, ce n’était absolument pas une raison de faire ça et il ne put s’empêcher de répliquer au tac o tac.

“Effectivement. Les avions ne s’habillent pas, même si l’on pourrait comparer la peinture de leur carrosserie à des vêtements étant donné qu’ils ne sortent pas nus de leurs chaînes de montagnes.”

Et là, on ne pourrait pas lui faire avaler des couleuvres non plus. Il connaissait la mécanique. Son sourire était toujours suffisant et il hocha la tête comme pour valider ce qu’il disait.

“Mais si je pars de votre raisonnement, cela voudrait dire que j’ai toute la légitimité pour me balader nu, étant donné que si les avions ne s’habillent pas, les pingouins sont loins d’êtres connus pour avoir une garde robe étincelante.”

Puis, Kowalski baissa le regard sur sa main, qu’elle venait de lui tendre. Il l’accepta avec plaisir, faisant lui même souvent ce geste, une poignée de main franche et sincère. D’ailleurs, il se tapa la tête quelques minutes après. Il avait totalement été impoli avec elle. Il aurait d’abord dû se présenter avant de lui dire qu’elle n’était pas dans les règles.

“Je suis désolé de ne pas m’être énoncé avant d’avoir parlé, mais le sujet était bien trop important ! Je me nomme Kowalski. Enchanté de vous rencontrer Ishanee.”

Il avait failli l'appeler Madame Vimaan, selon les normes de politesses en vigueur mais il avait anticipé le coup. Elle l’aurait repris en lui disant que cela n’était pas nécessaire et qu’il pourrait l'appeler Ishanee. Il avait donc juste éviter de parler pour ne rien dire et ainsi gagner du temps. Il l’a fixa pendant quelques minutes, un silence s’abattant dans la rue. Elle lui proposait à lui ? De venir petit déjeuner chez elle ? Mais … c’était insensé ! On n’invitait pas les inconnus dans son domicile… Où alors … est ce que c’était un piège ? Est ce que tout ceci n’était qu’une vaste machinerie pour lui faire baisser sa garde et l’attirer chez l’ennemi ? C’était possible après tout … il savait qu’il avait des gros points faibles. Plus que ses frères et même s’il essayait de les cacher, et de les compenser par son intelligence hors du commun il n’était pas à l’abri du pire.

“Je …”

Pourtant, elle avait l’air si douce. De part ses aventures passées, il savait, même s’il s’en fichait, qu’avec les paroles qu’il avait eu, on l’aurait déjà insulté, cloué sur place, où essayer de le taper. Sans grand succès bien évidemment. Or là, Ishanee avait était d’une patience d’ange. Il n’y avait que deux possibilités. Soit elle était vraiment d’une gentillesse époustouflante. Soit elle était un agent en mission, entraînée à ce genre de choses. Qu’aurait fait Skylar dans ce genre de situation ? Oh, Kowalski savait. Déja il ne lui aurait même pas parlé. Au moins l’affaire était morte directement dans l’oeuf. Mais après ? Il y serait certainement allé ! Pour vérifier. Pour espionner. Pour se renseigner. Cela fit pencher la balance en sa faveur. De toute façon, Kowalski voulait y aller juste pour voir si son intuition qui lui disait que cette jeune femme était juste la bonté incarné -pour ne pas l’avoir jeté comme tous les autres- était vrai.

“Très bien. Je ne dis pas non à un darjeeling infusé à bonne température. Surtout que je n’ai pas pu prendre le mien.”

Il avait regardé sa montre avec une certaine angoisse. S’il avait appris à passer outre quelques de ses routines, son métier l’ayant obligé à prendre sur lui, il ressentait tout de même toujours une pointe d'anxiété quand il ne faisait pas et qu’il n’avait pas ce qu’il voulait à l’heure précise. Même si elle lui empoisonnait son thé, au moins il l’aurait eu. Secouant la tête comme pour chasser les pensées parasites qu’il avait, il se rapprocha d’elle pour être à son niveau, la suivant sur les quelques mètres qui l’a séparé de son domicile.

“C’est vraiment fascinant cette malédiction. Elle est discutable sur de nombreux points, on est d’accord, mais ce qu’elle est arrivée à faire … J’aime beaucoup les engins mécaniques. Pouvoir discuter avec un aerocad est tout bonnement fascinant. Vous avez été assemblé dans à Florissant dans le Missouri ? Je me doute bien que vous êtes un avion de compétition. Normalement votre moteur peut aller de 119 à 149 kiloWatters, qui correspond à une charge maximal de 200 hectopascal. Si je ne me trompe pas, c’est un Lycoming IO-360 à quatre temps motopropulseur. Mais bon, j’ai quelques lacunes dans le domaine de l’aviation que j’essaie de combler. Par contre je suis incollable dans celui des trains. C'est l'une de mes nombreuses passions !”

Il avait dit ça le plus humblement possible. Enfin tout aussi humblement qu’il pouvait l’être. Reconnaître qu’il avait des lacunes n’était pas une vision qu’il donnait à tout le monde, mais là, il en était presque obligé. Il parlait avec un avion. Se vanter qu’il connaissait tout était faux. Il connaissait presque tout. Attendant qu’elle rentre en premier, il passa après elle le pas de sa porte et fut accueilli par un immense chien blanc et roux qui lui fit la fête. Tendant sa main devant son museau pour qu’il fasse connaissance, il le caressa quelques secondes, après avoir vu qu’il n’y avait pas de danger. Il aimait bien les chiens. Il les trouvait moins fourbe que les chats, son expérience avec le chat lunaire lui ayant confirmé ses craintes.

“Vous avez un très beau Malamute géant d’Alaska !”

Lui donnant une dernière caresse sur son grand museau, Kowalski suivit Ishanee dans sa cuisine avant de fixer le lavabo avec intensité.

“Je sais qu’en temps normal on se lave les mains dans la salle de bain, mais puis je me les nettoyer ici ?”

Il n’allait tout de même pas prendre la tasse qu’elle lui proposerait avec la main plein de poils de Val. Nom de ce gros toutou qui s’était sagement couché devant la porte de la cuisine et qui les regardait faire. Une fois l’autorisation accordée, il se savona bien comme il faut, pendant de longues minutes avant d'enclencher l’eau froide sous le regard de son hôte, qui lui tendit une serviette pour s’essuyer. Il la remercia d’un geste de la tête avant d’aller s'asseoir sur l’une des chaises en bois. La décoration qu’il avait observé en rentrant était très classe. Sobre, mais classe. Il avait jeté un coup d’oeil à la volé au salon, avant de rentrer dans la cuisine, ayant remarqué le petit autel destiné aux prières.

“Si vous estimez que le karma vous protège, c’est parce que vous êtes une bonne personne ?”

Même s’il adorait le silence, il ne l’appréciait pas vraiment quand il était en compagnie d’autres personnes et que le but même d’être avec elles était la discussion. Alors il lui avait été facile de rebondir sur ce qu’elle lui avait dit dans la rue. Puis cela lui permettrait aussi de savoir la véracité de ses faits. Si elle était une vraie croyante, elle aurait un moment d’hésitation qu’il pourrait facilement déceler dans sa façon de parler, lui permettant d’avoir plus d’informations sur une potentielle espionne qui lui voudrait du mal.

“Et c’est normal que je sois bien renseigné… Je suis intellectuellement supérieur à la majorité des personnes sur cette planête étant donné que mon QI est de 162.”

C’était elle qui l’avait lancé sur le sujet. Certes, une vingtaine de minutes avant, mais c’était elle qui avait dit qu’il étalait son savoir. Surtout qu’il ne l’étalait pas vraiment, il disait juste ce qu’il semblait être normal. Ce que tout le monde devait savoir. Enfin, parfois il parlait tellement qu’il ne se rendait pas vraiment compte que la moitié des gens ne le comprenait pas. Ça lui sortait quelquefois de la tête, que tout le monde n’avait pas le quart des connaissances qu’il avait sur tous les domaines.

“Merci !”

Il attrapa délicatement la tasse que la jeune femme lui tendait. Il prit ensuite une cuillère et deux sucres, qu’il mit chacun à 45 secondes d’intervalles, avant de commencer à touiller trois fois dans le sens des aiguilles d’une montre et inversement. Il trempa son petit doigt qu’il porta à sa bouche, satisfait d’avoir pu faire son petit rituel, sans se soucier qu’il était observé. Il était tellement fatigué à vrai dire, qu’il aurait même pu le faire dans la rue s’il cela avait été possible.

“Je vous ai parlé très sommairement de mon métier, mais vous ? Que faites vous dans la vie ?


code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85185-si-l-avion-est http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey#1189606 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85526-cutie_genius#1203109

Ishanee L. Vimaan



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Ishanee L. Vimaan


╰☆╮ Avatar : Nyane Lebajoa

Ѽ Conte(s) : Plane 1
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ishani

✓ Métier : Psychologue à son compte, Mannequin et chanteuse comme passe temps
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 Test10

☞ Surnom : Ish, Chipie, Madame parfaite
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 244

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 16 Juil 2020 - 23:17

Les conventions sociale c’est surfait

Ishanee n’était pas le moins du monde intimidé par les personnes chacun était comme il avait été crée le fait qu’il affichait un air arrogant et hautain ne l’avait même pas traversé. Bon après son côté avion l’avait peut-être un peu déstabilisé parce que bon, ce n’était pas souvent qu’on pouvait taper la causette avec un avion. Bon cela dit, elle était un peu spécial aussi comme avion même son monde dans lequel, elle vivait. La théorie 3 qui prenait forme était une idée tellement pas imaginable. Il parlait de peinture cela dit, la peinture avait tout de même laissé passé à sa couleur de peau et les dessins qui figurait autrefois avait fait place à ses tatouages.

-Et bien pour ce qui concerne cette peinture comme vous dites j’étais avec des couleurs assez chaleureuse, je portais du jaune et du orange qui ont sûrement laissé place à ma couleur de peau assez coloré. Je portais aussi des tatouages bleu et vert. Montrant ses mains. ca a surement laissé place à mes nombreux tatouages.

Disons que les avions présent dans le monde de Ishanee naissait déjà tout assemblé grâce au fait que ses parents avaient voulu un enfant et qu’une étoile avait été créé et c’était Ishanee qui avait décidé d’être un avion. Une naissance bien particulière cela dit et peu commune.

-Et bien au tout début je ne suis pas sorti d’une chaîne de montagne, on va dire que dans mon monde les naissance son plutôt particulière comme quand on fait croire au personne que le bébé vient avec une cigogne vous voyez ? Et bien nous c’est un peu la même histoire, les parents décident d’avoir un enfant et de la, une étoile descend et dans cette étoile nous décidons ce que nous désirons être. Pour ma part c’était un avion. Une histoire bien particulière en soit. mais après, notre mécanique change en fonction de ce que nous désirons mettre.

Puis, elle écouta attentivement son interlocuteur, toute la légitimité aussi ? OHHHHH un titi Pingu ! On pouvait voir que ses yeux pétillaient largement à cette évocation, c’était trop mignon les pingouins avec leur petites bouille tout chou qu’on pourrait leur fait un câlin pendant des heures. Oui bon Ishanee adorait tout ce qui était mignon et chou, la preuve elle dormait avec un doudou hélicoptère.

-Awwnnnnn, un pingu ! mais c’est tellement mignon tout plein, c’est tellement adorable les pingu.

Elle avait oublié le reste de la question ? oui ! parce que du coup la, elle voyait que le mot pingu dans son esprit. Serrage de mains, bah ouai c’était bien les présentations, donc il se nommait Kowalski, dans le cerveau de la jeune femme ça faisait Koko Pingu. C’était devenu son ami pour la vie.

-Enchantée aussi Kowalski. C’est beaucoup mieux de passer au présentation je trouve.

Elle s’était retenu de le nommé Pingu. Maintenant que c’était son ami ! l’heur était venu de l’invité à la maison ! Bah oui, Ishanee invite beaucoup de personne bon cela dit, la en cet instant ce n’était pas souvent qu’elle invitait des personnes qui l’avait tout de même reprise plusieurs fois. Elle était adorable et tellement gentille avec tout le monde, même les pires personnes. Il n’avait donc rien à craindre, sauf peut-être s’il lui voulait du mal mais ça c’était autre chose. Espionne ? Hmm tout dépendait. “Je …” Avait-il hésité ? En même temps c’était plutôt normal, une totale inconnue invitait un inconnu, il y avait de quoi avoir peur quand même, bien que la demoiselle ne voit pas cela ainsi. La jeune femme, était du genre patiente de toute évidence, toujours prête à aider son prochain.

-Oh c’est super alors venez. Sans réellement attendre elle emboîta le pas pour se diriger chez elle. Et bien ça fera l’occasion de le prendre alors.

Oh oui elle faisait d’étrange chose cette malédiction, mais elle avait fait aussi du mal. Il aimait les engins mécanique ? Et bien il allait être servi, avec elle, bon même si elle était beaucoup plus en chair qu’en mécanique.

-Et bien comme je te l’ai dis c’est un peu plus compliqué a ce niveau là l’assemblage, on vient au monde grâce à des étoiles qui descendent du ciel en quelques sorte, quand deux être décidé d’avoir un enfant, une étoile tombe du ciel et de cet étoile, décide ce qu’elle désire être, une voiture, un avion, un hélicoptère… Pour en revenir à ta question donc, je suis venue au monde en Inde, où j’ai représenté tout mon peuple pour une course, je voulais qu’il soit fière de moi. Et bien oui c’est bien ça. Après autrefois, on pouvait changer des pièces. Ne vous en faites pas vous vous en sortez très bien. Après j’étais plutôt différente des AeroCanard normal, mes ailes avant étaient différentes, mon nez était beaucoup plus fin et sans les fenêtre latéral supplémentaire pour que je j’aille beaucoup plus vite et la facilité à prendre les virages pour la course.

Ishanee ne faisait pas attention au fait qu’il étalait son savoir, elle parlait normalement avec une personne qui s’y connaissait aussi, c’était agréable. Un lointain passé, maintenant elle ne pouvait plus voler. Elle était le numéro 6, tout ceci lui manquait parfois mais, elle ne regrettait pas ce qu’elle avait accompli ici à SB. En ouvrant la porte Val était déjà devant la porte à attendre, ses oreilles s’étaient dressé rapidement, il avait remarquer qu’il y a avait un nouveau copain potentiel. C’est donc tout gaiement qu’il avait été accueillir le nouveau venu, sa mère lui disait rien donc il pouvait se permettre. Il avait compris qu’il ne devait pas sauter sur les gens. Le chien était en train de le sentir, il se disait qu’il n’était pas un danger potentiel pour maman donc il pouvait continuer.

-Merci, je vois que vous vous y connaissez en chien aussi, et bien je vous présente Valhalla, mon adorable boule de poil qui à tendance à prendre un toute petit peu de place. Et Val, je te présente Kowalski, il va prendre le thé à la maison, je compte sur toi pour être un hôte modèle.

Elle rentra dans la cuisine pour se laver les mains avant de prendre de quoi faire le thé.

-Oui pas de soucis fais comme chez toi, bien que Val ne soit pas sale, il ne s’est encore rouler nul part mais c’est toujours mieux de se laver les mains. Elle lui avait laissé la place.

Allumant donc la gazinière pour faire bouillir de l’eau qu’elle soit a bonne temperature de toute évidence Ishanee connaissait tous les rituels du thé, une température précise avec un temps imparti pour laisser infuser ni trop longtemps ni pas assez. Le juste milieu pour qu’il soit parfait. S’il l’on veut maintenir l’équilibre parfait entre le bouquet aromatique, la saveur et la texture, il fallait stopper l’infusion juste à temps. Quelques minutes s’était écoulé mais le thé était fin prêt. Entre temps Val était retourner devant la porte et s’était couché. Est-ce qu’elle estimait que le karma la protégeait parce qu’elle était une bonne personne ? Elle avait encore beaucoup de chose à apprendre le karma était le fruit de ce que l'on faisait, comme le proverbe qui dit qui sème le vent recolte la tempete ce sont des actions qui font qu’on a ce que l’on mérite. Parfois, c'était plutôt calme. Ishanee ne faisait plus trop d'égarement. depuis qu’elle n'était plus avec son père biologique. Le Karma avait toujours la fâcheuse tendance à lui épargner beaucoup de dégât. Mais cela ne faisait pas spécialement d’elle une bonne personne, elle faisait simplement ce que lui dictait son coeur ? De vouloir faire plaisir aux autres.

-Et Bien… Le karma a tendance à beaucoup me protéger, mais, ça ne fait pas spécialement de moi une bonne personne, je fais ce que mon coeur me dicte de faire et c’est de rendre les personnes heureuse. Je suis parfois maladroite mais, la chance à tendance à me favoriser pour la plupart du temps.

Elle lui sourit une nouvelle fois, continuant de préparer et de verser le thé pour qu’ils puissent enfin savourer ce délicat nectare. Avoir autant de QI n’était pas donné à tout le monde, c’était plutôt pas mal pour son cas. Elle applaudit. Parce que ce n’était pas donné à tous. Ishanee ne cherchait pas à être la plus intelligente ou brillante dans son cas. Juste à être elle même et vivre bien.

-Je vous félicite, ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir un tel QI, moi même je ne sais de combien il est.. mais, peut-être que je n’ai pas besoin de le savoir, je compense avec autres choses, je sais cuisiner, faire du sport, aider les personnes dans le besoin, me défendre et faire plein de câlins.

Elle était quand même resté vague sur le terme se défendre. Elle connaissait les point vitaux des personnes, savoir ou frapper avant d’être frapper. Elle était aussi rapide que le serpent prêt à mordre, aussi souple qu’une anguille. C’était ainsi qu’elle était Ishanee. Puis elle lui donna sa tasse de thé.

-Je vais peut-être mettre quelques chose de mieux…Val.. tu peux me ramener mon peignoire ?

Le chien chappa et parti tout content, oui Val connaissait ce qu'avait besoin Ishanee. Comme parfois les chien ramenait les pantoufles à leur maître et bien Valhalla savait ramener le peignoire de sa maman. quelques minutes plus tard le malamute était revenu avec le peignoire de sa maman. Cette dernière l'enfile rapidement et donna un biscuit pour chien à Val.

-Ca sera peut-être mieux pour continuer de parler, merci Val tu es un amour.

Elle avait prit place et le regardait faire attentivement, Hmmm il était très synchro dans ce qu’il faisait en tout cas. Ce qu’elle faisait ? Ah bah oui elle n’avait pas parler de son métier, d’après son entourage, parfois il fallait qu’elle évite de mentionner son travail c’était pas très bien de sonder les autres pourtant elle ne le faisait guère exprès.

-Ce que je fais dans la vie.. et bien, je suis à mon compte, j’ai mon bureau en ville, j’adore aider les personnes qui en ont besoin, je leur apporte des conseils et les aides à aller mieux. Si vous êtes du coin peut-être que le Dr Vimaan vous dit quelques choses ? Dans l’autre cas, ce sera plus simple de vous dire que je suis psychologue.

Elle tourna son thé pour disperser le sucre, elle n’aurait pas penser que dire son métier allait un peu déclencher un léger froid dans tout ça. Et elle le sentit directement à cause de son don. Elle semblait être un peu plus attristé.

-Monsieur Kowalski vous allez bien ? Si j’ai dis une chose de mal, j’en suis sincèrement désolé, ce n’était pas mon intention.

:copyright:️ 2981 12289 0
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549

E. M. Kowalski



« You shine like radioactivity »


E. M. Kowalski


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La personnification de l'intelligence dans un manchot de l’Antarctique

✓ Métier : Chef de la section ingénierie/informatique de l'Agence du Vent du Nord ▽ Lieutenant du Commando de Madagascar ▽ Physicien
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 15392610

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1049


Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « You shine like radioactivity »


________________________________________ Dim 23 Aoû 2020 - 12:12

Ishanee & Kowalski .

Les conventions sociales c'est surfait !

Kowalski avait accepté de se rendre au domicile de la jeune femme, uniquement parce qu’il était poussé par son immense curiosité. Elle avait dit le mot qu’il fallait. Avion. Il était comme un petit enfant, que l’on pouvait appâter facilement. Il le savait pourtant, qu’il ne devait pas suivre les inconnus, mais voila, il était naïf d’une certaine manière. Il suffisait qu’on lui parle d’aéronautique, d’ingénierie et ou, par grand malheur de trains, et il sautait tête la première dans le camion d’un pédophile. Bon, il voyait bien qu’Ishanne n’avait pas l’air d’un pédophile … mais l’idée qu’elle aurait pu être une espionne lui avait bien traversé les idées mais voila, elle était un avion ! Un putain d’avion de chasse et il ne parle pas physiquement parlant. Elle était dans son ADN, et ça, c’était bien trop beau pour que le scientifique le laisse passer. Il l’avait écouté avec l’attention qu’il donnait lorsqu’il travaillait sur ses protocoles dangereux, hochant la tête à chaque mot, prenant note mentalement de ce qu’elle lui disait. C’était véritablement fascinant et il n’arrêtait pas d’ailleurs de le dire ce mot, que c’était fascinant car il n’y avait pas que la technique qui rentrait en compte, il y avait la magie ! Si Skylar avait encore du mal avec ce point, Kowalski lui l’avait prit sur un autre revers. Au final, la magie était pour lui qu’une énième science qu’il fallait apprendre, comprendre et maîtriser pour pouvoir en obtenir la substantifique moelle.

Rentrant chez elle, il observa tout, même son chien avant d’aller s'asseoir dans la cuisine, non sans un détour par la salle de bain. Maintenant, il attendait sagement son thé. Tout aussi sagement que Kowalski pouvait l’être, en posant quand même une multitude de questions. Que ce soit sur sa vision du karma, de la bonté ou même son métier.

“Techniquement … si le karma est bon avec vous c’est parce que vous êtes une bonne personne ou que vous réalisez de bonnes actions, ce qui par conséquent fait de vous, une bonne personne. CQFD.”

C’était d’une logique implacable qui ne désarma pas la jeune femme, qui lui accorda un grand sourire, enchainant sur ce qu’il l’avait dit quelques minutes avant. Il ne put s’empêcher de bomber le torse, fier comme un paon qu’elle reconnaisse son immense intelligence.

“De toute façon, ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir mon cerveau et heureusement … parce qu’il n’y a pas vraiment la place pour avoir deux génies comme moi.”

Kowalski pouvait faire preuve d’un égocentrisme immense quand il parlait de son intelligence. Un défaut qui ne faisait que s’accroître au fur et à mesure du temps, au fur et à mesure qu’il prouvait qu’il avait en plus totalement raison. La remerciant pour le thé qu’elle lui tendit, il hocha aussi la tête quand elle lui fit remarquer qu’elle allait enfin mettre quelque chose de plus habillé. Ce n’était pas trop tôt ! Bon, elle avait mis un peignoir … ce n’était pas encore la chose la plus adapté mais Kowalski s’en contenterait. Après tout, elle était chez elle, elle faisait ce qu’elle voulait, c’était tout à fait légitime. Il eut un sourire tendre quand elle donna avec tendresse le biscuit à son chien, qui partit tout heureux avec pour le déguster sans demander son reste. Sourire qu’il perdit au moment où elle répondit à sa dernière question, à savoir le métier qu’elle faisait. Pourquoi … Non ! Ce n’était pas possible ! Elle ne pouvait pas être psychologue ! Elle était pourtant si gentille ! Kowalski perdit quelques teintes à son teint déja très blanc, le faisant presque rentrer en concurrence avec la porcelaine qu’il tenait dans ses mains. Mains qui s’étaient mise à trembler. Il avait prit une grande inspiration, qu’il avait bloqué, son cerveau rentrant en ébullition. Elle savait ! Elle allait lui faire une thérapie … elle allait … elle allait. Totalement paralysé par la peur que lui inspire toutes ses professions, il ne savait pas vraiment quoi répondre. Enfin si, tout son être lui disait de partir. De se lever et de fuir. Or il n’était pas un lâche, c’était bien pour ça qu’il était le seul de ses frères à aller voir un psychiatre. Bon… il y était obligé pour son suivi mais tout de même. Déglutissant, il essayait de se rassembler mais elle avait bel et bien vu son désarroi.

“Je …”

Sa main gauche commençait à taper régulièrement sur la table, reprenant une certaine forme de rythme. Un triolet et une noir. Le rythme qu’il faisait quand il se sentait mal, qu’il avait peur mais dont il essayait de montrer le contraire. Tout son être était contracté et il tourna aussi plusieurs fois la tasse pour que la anse soit bien face à lui.

“Ne me psychanalysez pas !”

C’était sorti comme un cri de peur, de détresse. Il avait tellement subi de choses quand il était petit, quand il était parti dans cet établissement qu’il ne supportait pas. Qu’il ne supportait plus. Il en avait vu des psychiatres, qui l’avaient interrogés, qui avaient tout fait pour qu’il rentre dans le moule de la normalité qu’il en était venu en a avoir une aversion profonde.

“Sinon je … je pourrais vous faire des choses dont vous n’avez pas la moindre idée !”

Il était toujours comme ça. Skylar lui avait dit que l’attaque était la meilleure des défenses et il avait bien raison. Le nombre de psychiatres qu’il avait poussé à bout se comptait à la pelle. Il n’y avait pas que la manipulation ou la méchanceté. Kowalski allait bien plus loin, comme un animal terrorisé acculé au fond d’une cage. Néanmoins, Ishanee n’était pas ce genre de personnes, ces braconniers tenant un bâton électrique pour tabasser ce pauvre animal et le faire taire pour l’amener ailleurs. Non, elle était cette main tendue qui caressait au lieu de battre. Elle était cette lumière qui guidait dans les chemins les plus noirs. Kowalski entendait sa voix douce qui essayait de le rassurer mais il avait encore du mal même si au fond, il se disait qu’elle ne pouvait pas être mauvaise. Elle était un avion ! C’est ça qui changeait tout.

“Je … je n’aime pas les psy et tout ça … ils sont … ils disent qu’ils aident mais ce n’est pas vrai !”

C’était sa vision de voir les choses. Au fond, bien entendu que les psychiatres l’avaient aidé. Il avait été éduqué dès son plus jeune âge. Il savait bien qu’il ne serait pas presque normal s’il n’était pas passé par eux … or le traumatisme qu’il avait été sans doute bien plus profond que ça.

“Je ne suis pas malade d’accord ! Parce que si je l’étais, cela voudrait dire que je suis contagieux et c’est totalement faux !”

Il avait horreur qu’on lui dise ça. Que l’on s'apitoie sur son sort en disant le pauvre petit malade. Il en avait fait des crises de colère quand il avait entendu ça. Il savait parfaitement que c’était pour ça qu’on l’avait placé dans cet établissement quand il était plus jeune. Parce qu’il était malade du cerveau ! Alors que non ! C’était bien tout le contraire. C’était les autres qui étaient malades et lui sain d’esprit. Levant enfin son regard vers la jeune femme, il n’y vu ni pitié, ni condescendance, ni jugement. C’était si étrange … de voir ça … C’était bien la première fois qu’il était confronté à ce cas. Elle n’avait pas l’air de vouloir l'ausculter psychiatriquement. De le faire parler pour évaluer son stade d’autisme. C’était si déroutant que Kowalski se leva brusquement, toujours autant paniqué, et son manque de sommeil ne l’aidant certainement pas à avoir les idées claires.

“Je … je vais y aller ! Merci pour le thé c’est .. gentil. Si jamais je suis sur facebook ! Putain mais ta gueule Kowalski ! Ferme ta putain de gueule !”

Il se cogna lui même la tête avec sa main. Qu’est ce qu’il faisait là ! Pourquoi lui disait il ça ? Il n’aurait pas pu se taire et partir aussi rapidement que s’il avait en face un ennemi puissant dont il savait qu’il ne pourrait le vaincre. Mais même s’il tremblait, il s’inclina face à elle pour lui dire aurevoir avant de prendre presque ses jambes à son cou. Il se cogna contre la chaise dans sa précipitation, pour éviter de faire du mal au grand malamut qui venait voir pourquoi d’un coup, la tension avait augmenté dans la cuisine. Sortant sur le pavillon, il respira à grand poumons, essuyant les gouttes de sueur froid qui perlaient sur front avec la manche de son trench. Puis il partit en courant, reprenant son chemin, partagé entre l’idée de ne plus jamais passer par cet endroit pour éviter de la croiser, tout en ayant encore cette curiosité qu’il n’avait pu assouvir. Elle était un avion merde !



code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85185-si-l-avion-est http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey#1189606 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85526-cutie_genius#1203109

Ishanee L. Vimaan



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Ishanee L. Vimaan


╰☆╮ Avatar : Nyane Lebajoa

Ѽ Conte(s) : Plane 1
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ishani

✓ Métier : Psychologue à son compte, Mannequin et chanteuse comme passe temps
Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 Test10

☞ Surnom : Ish, Chipie, Madame parfaite
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 244

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 13 Sep 2020 - 12:13

Les conventions sociale c’est surfait

Ishanee était une fille qui voyait le monde différemment des autres. Même si une personne était mauvaise elle ne pouvait pas s'empêcher de croire qu’elle pouvait être bonne. Tout le monde à une part de bonté en soit elle ne demande qu’à s’épanouir et pour cela parfois, il fallait un coup de pouce du destin ou bien que Ishanee vous tombe dessus. Donc pour en revenir à tout cela, Ishanee avait un bon karma mais elle était d’une maladresse indéniable. Elle pouvait se faire mal mais, elle voyait toujours le bon côté des choses elle n’avait pas plus de casse, que ça pouvait être pire par exemple elle aurait pu être éventrer, tuer ou même manger par des gnous. Oui comme dans le film wild ou les gnous voulaient changer la face de la savane et devenir les maîtres.. et être les prédateurs ! comment ça vous l’avez pas vu ? mais si c’est avec un lion enfin deux parce que le père par a la recherche de son fils accompagné d’une girafe myope, un écureuil qui en pince pour la girafe, un koala tout moue et un serpent qui aime les câlins... un peu comme madagascar mais en plus bizarre.. quoique…

Ishanee était une bonne personne, on ne pouvait pas en douter.. enfin, tout dépendait les circonstances et peut-être un élément déclencheur qui pouvait la rendre autrement. Mais pour l’heure elle était un ours en peluche. Super serviable. Ishanee ne se voyait pas comme une personne super intelligente, bien qu’elle sache beaucoup de chose elle ne cherchait pas a avoir toujours raison, elle laissait la place aux autres.

Puis tout avait été brisé quand, elle avait mentionné qu’elle était psychologue, elle avait bien remarqué dans le regard de son nouvel ami que ça n’allait pas. Il avait l’air comme une biche effaré quand elle voyait les phare d’une voiture et n’était plus capable de bouger. Aussitôt, elle se sentait mal. avait-elle dit quelques choses qui l’avait heurté ? puis, elle comprit rapidement il n’aimait pas les psychiatres. Qu’est ce qu’on avait pu lui faire pour qu’il soit autant effrayé. Elle avait envie de lui faire un câlin pour lui retirer sa peur, mais, elle jugeait bon que ce n’était pas le moment pour cela. Elle était très observatrice le rythme que faisait Kowalski lui donnait le timbre de comment il se sentait. Elle ne voulait pas le psychanalyser bien au contraire.. elle n’était pas comme ça. Elle voulait que tout le monde se sentent bien.

-Ce n’est pas mon intention avait-elle rétorqué rapidement. Je suis désolé, je ne voulais pas vous effrayer.


Sa menace n’était pas tomber dans l’oreille d’une sourde mais, pour le moment elle n’y prêtait plus d’attention, elle s’était un peu reculer pour par lui faire d’avantage de frayeur. Ishanee n’avait pas peur.. sauf peut-être des pigeons mais ça… personne ne le savait et elle étalait guère ses phobies. Kowalski avait du être traumatisé au vu de ses répliques. Ishanee voulait toujours aider son prochains de n’importe qu’elle manière, elle voulait que les personnes se sentent bien et en confiance avec elle. La jeune femme ne le voyait pas comme un malade, juste qu’il était différent, elle l’appréciait beaucoup mais, elle devait regagner sa confiance pour qu’il se sente de nouveaux bien.

Dans son ton, elle le trouvait adorable tout de même, le retrouver sur facebook ? alors qu’il en avait peur c’était un appel, bien qu’il dis le contraire au fond de lui il appréciait Ishanee. Elle avait noté cela dans sa tête.

-Merci à vous d’être venu…

Il s’était taper avec sa main, puis elle regardait les cookies puis appela rapidement Valhalla, pour qu’il aille apporter des gateau à son nouvelle ami, se disant que sa présence à elle n’était pas bonne pour tout de suite même si elle l’aurait rapidement rattraper.

-Apporte ça au monsieur veux tu.. il en a grandement besoin et ne parle pas au inconnu en chemin.

Aussi sec Val était sorti et avait rapidement bondit pour aller à la poursuite du nouvel ami de sa maman. Tout content avec les cookies autour du cou. Le paquet avait été livré à Kowalski avec un petit coeur. Puis, le chien était rentrer chez lui gaiement.

THE END


:copyright:️ 2981 12289 0
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549

Contenu sponsorisé








Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan	 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Les conventions sociales c'est surfait } feat Ishanee L. Vimaan





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville