« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
FNAC : Week-end adhérents, 10€ offerts tous les 100€ d’achat
Voir le deal

Partagez
 

 Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Egw9

| Cadavres : 162



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-04-13, 16:52 « “So you run on gasoline!” ...»

Retrouvailles ou "Comment faire ressurgir les vieux scénarios du passé"


Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Txs2Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) E83i
"Je rêve ou tu t'échappais, Shinta?"

Les hôpitaux plongeaient toujours Dinah dans une espèce de transe. Tandis qu’elle déambulait dans les couloirs de l’établissement, ses pas grisant sur le balatom ciré, elle sentait à la fois présente et absente au milieu de toute la frénésie anesthésiée qui s’y déroulait. Parfois, elle offrait un sourire chaleureux à une dame âgée qui se promenait dans le couloir affublée d’un déambulateur et d’une perfusion qu’elle poussait péniblement à côté d’elle, parfois elle détournait la tête à la vue d’un lit médicalisé sur lequel une personne se tordait de douleur. Elle n’y était pas insensible mais subissait la sensation de trop plein. Habituée des urgences, de l’odeur de sang et des cris, se promener innocemment dans un couloir sans stress particulier lui paraissait presque indécent. A cela s’ajoutait une montagne de souvenirs qu’elle ne voulait pas invoquer mais que lui rappelait incessamment tout hôpital calme loin des urgences. Elle pressa machinalement du doigt son bras à l’endroit exact où le petit morceau de coton faisait une petite bosse sous son t-shirt. La piqûre n’était pas douloureuse tout juste lorsqu’elle bougeait son bras ressentait-elle une petite gêne mêlée au pincement du scotch. Elle survivrait évidement, elle ne s’en inquiétait pas le moins du monde et espérait juste des résultats sanguins aussi satisfaisants que la précédente fois. Dinah faisait attention à son régime alimentaire, évitait les excès, à l’exception de la chantilly - mais il ne faisait pas bon se priver de tout plaisir n’est-ce pas - et pratiquait une activité sportive régulière. En plus de la boxe, qui lui avait causé un hématome sur l’avant-bras… Ce qui avait provoqué un regard surpris de l’infirmière et obligé Dinah à préciser que non elle n’était pas une femme battue mais une boxeuse complétée d’une pompière ce qui accroissait les risques de cicatrices et de blessures. Fort heureusement, elle s’en tirait la plupart du temps sans égratignures...du moins sans égratignures sévères. Et elle ne faisait pas partie de ce que l’on appelait les « casses-cous », elle ne fonçait pas tête baissée dans les ennuis, mais avait juste sa manière à elle de se dépenser efficacement.
Envoyer un direct du droit à un sac de boxe, ça évacuait certaines tensions et certaines blessures qu’elle préférait remiser au fond d’un vieux placard poussiéreux même si elles n’étaient pas si vieilles que ça. Elle ne cachait rien, préférait essayer d’avancer à son rythme et à sa manière, même si ça impliquait se vider la tête en boxant. Elle prenait suffisamment de précaution pour ne pas risquer autres choses que les risques du métier. Hors de question de ressembler à un vieux ballon de baudruche dégonflé tout de même.
D’ailleurs, il faudrait peut-être conseiller à Ishanee des cours d’auto-défense. Cette idée trottait dans sa tête mais se renforça alors qu’elle dépassait le département des lésions corporelles, un peu de muscles sous cette frêle carcasse lui ferait pas de mal. Ishanee était de ces filles au tempérament aussi instable que le vent, dû peut-être au fait de son ancienne existence d’avion, même si cette théorie tenait pas énormément face à Ben. Elle était imprévisible, généreuse mais aussi intenable et naïve, la voir rentrer à la maison tenait à la fois du soulagement mais aussi un peu d’angoisse à l’idée de la lâcher dans le monde merveilleux des fous de Storybrooke. Non pas que Dinah n’appréciait pas la ville mais elle était...particulière pour être polie.
Au moins, ce qui ne changeait rien, c’étaient les services publics et les hôpitaux à croire que la vie continuait comme.
Non ce n’était pas possible ! Elle cligna des yeux sous le choc. Serait-ce ? Là, au loin des patients, elle aurait juré… Shinta ? Ses pieds comme tétanisés n’esquissèrent pas le moindre mouvement et le temps que le reste de ses sens réagissent enfin de manière normale, la silhouette s’était volatilisée comme elle était apparue. Shinta ? « Non impossible, c’est le prélèvement sanguin, tu n’avais pas mangé, tu es peut-être un peu souffrante... » Ou alors c’était bien Shinta déambulant parmi le personnel hospitalier. Après tout c’était son milieu naturel. Non, elle avait rêvé voilà tout, Shinta était à des lieux d’ici. Un vestige du passé maintenant, sa vie désormais toute tracée à l’extérieur de Storybrooke et loin d’elle. Mais… Ses pas la portèrent presque malgré elle à contourner les brancards et la petite fille qui pleurait dans les jupes de sa mère en réclamant après son doudou, à la recherche du visage familier, des yeux, de son regard. Mais rien. Le couloir où elle avait cru apercevoir une trace de son passé était vide de ce visage. Il débouchait sur un embranchement menant d’une part à une pièce réservée au personnel soignant et de l’autre un autre couloir dessarvant une dizaine de chambres de patients. Le sosie, Shinta ou l’individu qu’elle avait pris pour lui pouvait être parti n’importe où et elle ne se voyait pas ouvrir une à une les portes des chambres pour s’assurer qu’il ne s’y était pas dissimulé. « Dissimulé ? Sérieusement ? ».
- - Toi aussi tu as perdu ton doudou ? Interrogea une petite voix qui venait de la fillette qu’elle avait dépassée.
Hissée sur une chaise d’attente, elle contemplait Dinah, en séchant ses larmes, l’air perplexe.
Dinah se sentit subitement très stupide. Elle en était encore là alors ? Des années après ? A courir après lui ? A courir après un mirage de son passé ? Coincée malgré tout le progrès qu’elle avait accompli. Un regard parmi ce couloir lui confirma que rester ici ne servirait à rien d’autre qu’à se complaire dans le passé. Elle sourit à l’enfant :
- Oui, d’une certaine façon, mais je viens de me rappeler que je suis trop grande pour ça.
Elle s’accroupit face à l’enfant non sans lancer un sourire bienveillant à sa mère puis ajouta :
- Mais toi, vous avez un lien si particulier que je suis sûre qu’il te retrouvera bientôt.
« Il est dans la voiture » articula sa mère dans le dos de sa fille « on l’a juste oublié ».

Dinah était rentrée chez elle, au garage, rangeant dans un coin de sa tête l’apparition qui l’avait hantée. Le début de l’après-midi, elle fit tout en son pouvoir pour ne plus y penser. Se lançant dans la confection d’un gâteau pour Ben, Sally et tous les réfugiés du garage. Rien ne résistait à un fondant au chocolat, pas vrai? Pas même les souvenirs. Elle pensait avoir accompli sa mission lorsque le souvenir l’assailla à nouveau lorsqu’elle retira le pansement de sa récente prise de sang. Il flotta devant elle, le visage. Et les quelques heures écoulées lui ayant permis, si ce n’est d’oublier, au moins de prendre du recul, elle décida de faire ce qui lui semblait juste et raisonnable à ce moment précis.
C’est la raison pour laquelle, elle se retrouva bientôt à presser la sonnette de la maison qui avait habité il y a bien longtemps celui qui avait été son meilleur ami et son premier amour. S’il était bien revenu, et cette pensée colorait le coeur de Dinah de tristesse plus que de raison. Si c’était bel et bien le cas, il n’avait même pas daigné la prévenir. Rien qu’un courrier, une lettre, un appel ou même un simple texto. Etaient-ils devenus à ce point des étrangers ? Si l’amour n’avait pas tenu, leur amitié au moins aurait-dû perdurer… Ou alors elle aussi n’était qu’une vaste chimère. On disait que le temps emportait tout et Dinah commençait à y croire. Shinta avait toujours été si… mystérieux, à part. A la limite de la froideur, surtout vers la fin. Il ne se confiait pas, n’essayait même plus. Mais elle avait espéré.
Un bruissement derrière la porte la tira de ses pensées. Visiblement quelqu’un venait. Elle se composa un sourire de façade mais croisa les bras. « Allez Sésame, ouvre-toi ! »


S et S Kamiya
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S et S Kamiya

| Avatar : Munetaka Aoki & Takeru Satoh

Personnage abandonné

| Conte : Kenshin
| Dans le monde des contes, je suis : : Kenshin & Sanosuke (&Hiko²)

| Cadavres : 338



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-04-14, 14:37

Retrouvailles
ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé"

Shinta était revenu depuis quelques semaines … fin quelques … Une. Le 1 er avril, il avait reçu un appel de son frère lui demandant de venir… après une semaine de préparation, il avait enfin réussi à partir de l’hopital de Tokyo (qui pleurerait certainement le « démon infirmier ») pour revenir à SB… Il lui avait fallu une autre semaine pour tout mettre en place, et … aujourd’hui avait été son premier jour à l’hopital … et dire qu’il avait été fatigué était peu dire … entre les personnes qui refusent de coopérer … les personnes qui savaient mieux que lui, et les personnes qui n’avaient rien mais étaient sur d’avoir quelque chose… Il rentra et s’étala sur des coussins posaient à même le sol … Et là … on sonna à la porte… Non… pas question qu’il y aille … Yahiko en train de faire ses devoirs sur la table (aussi sur le sol) observa son frère avant de soupirer … Fallait toujours tout faire dans cette maison.

Alors qu’il se leva en râlant pour ouvrir la première porte coulissante, il s’approcha de la porte … cherchant les clés… Son frère, cadavérique sur le sol, avait commencé à s’approcherde le fenêtre qui venait troubler son sommeil… Puis, il la vit … Dinah … Il ne lui en fallu pas plus pour attraper son frère avant qu’il n’ouvre la porte. Il chuchotta (mais la porte était fine depuis qu’elle avait dû être remplacé …. Sanada avait oublié d’ouvrir la porte avant de rentrer à sa dernière beuverie).

- Je ne suis pas là. D’accord ? Pas là du tout !

Et il lâcha son petit frère pour commencer à courir vers l’arrière de la maison … Bien sur, il avait pris ses chaussures à la main, au Japon on change de chaussure pour rentrer dans une maison… Et c’était une maison traditionnelle japonais … elle avait même le petit jardin et la marre traditionnelle entretenu par Hiko. Il passa les portes en les ouvrant sans les fermant… Hiko vit passer son fils dans le jardin pour sauter par-dessus le mur et disparaître dans la rue.

Yahiko remit ses cheveux en place et ouvrit … il remarqua tout de suite qui était là … Dinah… Cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vu… Il l’aimait bien. Il sourit alors de toutes ses dents avant qu’elle ne puisse parler.

- Si tu veux voir Shinta, il faut que tu te mets dans le chemin de la rue parralèle, il te foncera dessus…. Mais ne lui en veut pas trop, il est revenu depuis une semaine à peine, et ce n’était pas réellement prévu.

Il lui sourit … préférant tout de même donner l’excuse, la véritable, qu’il avait…. Ni Shinta ni Sanada n’étaient la de leur plein gré … Recevoir un message alarmant de leur petit frère avait suffit à les faire venir en trombe et à tout laisser… Yahiko sourit en se disant que si Dinah avait appelé aussi il serait revenu, mais ce n’était pas vraiment ses affaires …


©️Pando


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Egw9

| Cadavres : 162



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-04-21, 20:18 « “So you run on gasoline!” ...»

Retrouvailles ou "Comment faire ressurgir les vieux scénarios du passé"


Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Txs2Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) E83i
"Je rêve ou tu t'échappais, Shinta?"

Dinah était une fille pragmatique et posée dans la vie de tous les jours, mais pas nécessairement en toutes circonstances, comme une majeure catégorie de la population pensait-elle, bien qu’elle posséda une maîtrise et un self-contrôle impressionnants. A la minute où sa main heurta la sonnette de l’ancienne maison d’Hiko, elle s’interrogea néanmoins sur ses actions. Ne venait-elle pas de céder à une pulsion stupide et presque enfantine ? Que dirait-elle lorsque ce dernier ouvrirait ? Qu’elle était venue prendre des nouvelles de la famille ? Elle ne l’avait jamais fait depuis cinq ans et s’en voulait d’ailleurs. On laissait trop souvent le temps passer à côté de ce qui comptait vraiment. Et les secondes s’écoulaient trop vite, sans qu’on ne puisse les retenir dans le creux de notre main. A peine avait-elle téléphoné, elle y pensait souvent et remettait toujours. Une certaine forme de lâcheté et d’indolence qu’elle ne se pardonnait pas mais qui résidait en elle. A croire qu’ils ne comptaient pas vraiment pour elle, un paradoxe inexplicable.
Finalement une visite de ce genre était la pire idée de sa vie.
Elle s’apprêtait à tourner les talons, fébrile, lorsqu’un bruit à l’intérieur de la maison attira son attention. Serait-ce possible que ? La porte était fine, mal isolée et le son de cette voix, elle la connaissait. Shinta. « Peut-être par Webcam » proposa un coin de son esprit mais elle rejeta cette possibilité loufoque instantanément, trop de coïncidences pour ne pas en faire une certitude à présent. Shinta était revenu à Storybrooke.
La tristesse qui avait menacé de l’engluer quelques heures auparavant refit surface lentement, sans la même fulgurance mais l’intensité demeurait identique. Le retour de Shinta prouvait les doutes et les déceptions qui s’insinuaient dans son esprit quant à l’existence encore de leur amitié. Un feu de paille à ses yeux désormais. Quelques années auparavant, elle en aurait pleuré, là sur le perron, avec pour seul témoin une porte close. Elle l’avait déjà fait. A présent non, elle refusait de répéter les mêmes erreurs, les mêmes schémas. Son émotivité ne méritait pas d’être enclenchée, s’il avait su tirer un trait sur elle sans le moindre remords et regrets, elle ne voyait pas pourquoi elle ne serait pas capable d’en faire autant.
Dans ses pensées, elle n’avait même pas entendu la porte s’ouvrir devant elle, laissant paraître un Yahiko qu’elle trouva grandit. Qu’allait-il donc lui dire ? Au final, elle comptait bredouiller quelques banalités de passage et rentrer chez elle, c’est ce que Ben aurait fait non ? Elle ne savait pas mais aurait aimé savoir. Etrange comme les réactions bourrues de Ben avaient un écho rassurant lorsque ses sens ne trouvaient un moyen de réagir.
Finalement Yahiko ne lui laissa même pas le temps de bredouiller une excuse potable et enchaîna directement sur Shinta. Les yeux de Dinah se détournèrent du jeune garçon pour se poser sur la porte ouverte derrière lui. Non mais...quel...lâche ! Elle n’en revenait pas. Elle l’avait connu distant voir froid mais lâche… Il fuyait, fuyait.. Et qui fuyait avait des choses à se reprocher.

- Que…Quoi?

Elle balança à la seconde toutes ses résolutions précédentes visant à tirer un trait définitif sur l’infirmier et leur amitié, pour courir à ses trousses. Elle n'avait pour ainsi dire rien décidé, ses jambes faisaient le travail pour elle, les idées trop en pêle-mêle pour admettre une quelconque rationnalité dans tout ce qui faisait corps à présent. Bientôt se serait-elle cru l'objet d'une immense comédie.
Tout juste pensa-t-elle à se retourner, levant le pouce en direction d’Yahiko :

- Merci pour l’info ! Cria-t-elle sans néanmoins prendre le temps de s’arrêter.

Si elle attendait maintenant, Shinta serait hors de portée et elle le prendrait en flagrant délit d’escapade ! Pour le confronter. Depuis quand était-il devenu si...gamin ? Elle crispa ses poings tout en sautant une clôture prestement, se réceptionnant sans heurts dans le petit terrain vague. Un raccourci. Elle sprinta, ses pensées tournant à folle vitesse dans son esprit.
De ce qu’avait dit son petit frère, il était à peine revenu en ville, ce qui tempérait un peu toute l’amertume qu’elle avait ressenti. Un peu. Maintenant seul un fondamental besoin de réparer une injustice la vit opérer un virage serré dans l’allée perpendiculaire. Shinta avait beau détaler la peur au ventre, Dinah était une sportive surentraînée. Il ne lui échapperait pas. Et le sort le prouva fort bien lorsque l’objectif apparu subitement dans son champ de vision.
Elle ralentit l’allure pour s’arrêter tout à fait à peine essoufflée pour prendre le temps suffisant de l’observer agir comme un gamin. Même Sally dans ses pires jours n’avait jamais fait ça.
Il galopait chaussures en main, merveilleux spécimen, le visage un peu rougit par l’effort mais la mine satisfaite de celui qui pense s’être tiré d’affaire. Que nenni.

- Coucou Shinta ! Claironna-t-elle bien fort en surgissant devant lui tout en lui adressant un geste amical forcé de la main avant de bien vite recroiser les bras, où cours-tu si vite ?

Elle ne l’avait jamais vu pâlir si vite. Ni faire tant d’effort pour freiner des quatre-fers pour éviter la collision qu’il empêcha miraculeusement. Peut-être envisageait-il de faire demi-tour à présent. Elle bouillait de l’intérieur mais demeurait calme, sa posture ne trahissant pas le moindre émoi. C’était cela que ses amis et sa famille appelait le « miracle Dinah », cette capacité à prendre sur elle et de ne rien laisser paraître. Au point de se sentir parfois presque comme un simple emballage à qui on aurait oublié de donner de la substance.
Levant le menton et posant ses poings sur les hanches, dans un simulacre guerrier, elle avança sans trembler jusqu’à Shinta, tâchant d’oublier qu’à présent qu’il se tenait devant elle, elle demeurait frappée par le peu d’emprise que le temps avait eu sur lui. « Pourquoi le passé nous hante-t-il ainsi ? » « Il ne le fait pas, ce n’est pas ton passé ». Malgré les années, elle ne parvenait pas à faire face à cet étrange constat. Parce qu’il demeurait indemne dans l’esprit de la pompière, non pas comme un songe éveillé mais une réalité parallèle. Comment croire que jamais elle n’avait arpenté les bans de l’école aux côtés d’un Shinta au dos endolori par un cartable trop large pour lui. La marelle, les courses de vélos, les chocolats chauds que préparait Maru, les confidences et les promesses d’enfance que l’on faisait avec une foi aveugle dans l’avenir et que l’on écrivait à la craie sur le macadam noir. « Dinah et Shinta amis pour la vie ». Dans cette réalité fictive, leur relation ne souffrait pas l’épreuve du temps. Elle s’espaçait pour ne jamais s’altérer, intacte. Comme la manière dont leurs chemins, toujours, s’étaient joints pour ne donner que le meilleur d’eux-même.
A jamais, se souviendrait-elle du soutien témoigné de Shinta lors de la concrétisation de ses rêves. Sa vocation professionnelle avait fleuri comme évidence à ses côtés. Comment ne considérer cela que comme un leurre ? Y était-il parvenu, lui ?

- Je rêve ou tu t’échappais, Shinta ? Un petit dilemme de conscience, peut-être ? Interrogea-t-elle d’une voix sèche qui ne laissait transparaître que la déception qu’elle ressentait, D’ailleurs… drôle d’endroit pour le dire mais...ravie de te revoir aussi, ajouta-t-elle ironiquement après un petit temps de pause.

Elle n’ajouta pas qu’elle pensait l’avoir vu à l’hôpital pas plus tard que ce matin. D’une certaine manière lui donnait une chance de s’expliquer. Comme Yahiko l’avait si adroitement souligné, trop adroitement pour que ça ne soit pas perçu comme une volonté d’excuser son frère, il venait d’arriver. Ca n’excusait pas de détaler comme un lapin pris en chasse. Est-ce qu’elle avait une tête de chasseur ? Non. Mais lui clairement le visage d’une bête aux abois !





S et S Kamiya
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S et S Kamiya

| Avatar : Munetaka Aoki & Takeru Satoh

Personnage abandonné

| Conte : Kenshin
| Dans le monde des contes, je suis : : Kenshin & Sanosuke (&Hiko²)

| Cadavres : 338



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-05-21, 23:02

Retrouvailles
ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé"
Shinta ne pouvait même pas dire pourquoi il fuyait … en faite … il ne pensait pas fuir en tant que tel … mais attendre de savoir quoi faire … à l’époque de son monde, il l’avait plusieurs fois fait. On peut le prendre pour un lâche … mais s’enfuir d’une situation qu’on ne sait pas comment appréhender, pour essayer de trouver une solution … C’était la meilleure des idées … Pour Dinah … il ne pouvait pas mentir qu’il ne voyait aucune solution.

Être avec elle avait été la meilleure idée de toute sa fausse vie … la quitter à été la pire … même s’il se souvenait de tout, de son ancienne femme, de Kaoru et des autres …. Il savait que l’attachement qu’il avait pour Dinah n’était pas « seulement » à cause de faux souvenirs. C’était aussi une réalité, elle était son amie … mais pouvait elle vraiment être amie avec lui ? Alors qu’elle ne sait absolument rien de lui, réellement. Tout comme Kaoru avait accepté un vagabond, elle avait accepté Shinta … mais la réalité était bien différente. Il était un meurtrier, dans un monde comme dans l’autre … Il ne pouvait donc pas lui faire face, et tout ce qu’il fait n’a aucune chance de lui faire pardonner ses péchés. Il était le genre à ne pas s’essoufler, mais il aurait pu courir encore longtemps avant qu’une idée cohérente n’arrive à son esprit …

Puis, il entendit sa voix et se stoppa d’un coup…. Oups … elle était devant lui…. Et au vue de ses cheveux en vrac … Yahiko allait passer un sale quart d’heure tout à l’heure. Il soupira un instant et prit le temps de mettre ses baskets (sans chaussette) pour reposer les yeux sur la jeune femme. Il ne savait toujours pas quoi lui dire … même en partant courir pour essayer de fuir les idées stupides qui lui venaient en tête.

- Ce n’était pas réellement une fuite … mais tu méritais peut être meilleur acceuil que celui-ci, tu ne trouves pas ? Tu es toujours aussi pressé de me voir à ce que je vois ?


Ce n’était qu’une pic, une pic amicale, pour dire qu’il comptait bien revenir la voir, à un moment, mais que cela aurait certainement eu plus de classe qu’une course l’un contre l’autre … bien que l’idée le fit sourire malgré lui … Ils n’avaient jamais eu une relation traditionnelle, pourquoi leurs retrouvailles auraient dû l’être ?

- Je ne suis revenue que depuis une semaine…. Je me voyais mal revenir vers toi en mode « hé salut, on se fait une bouffe ? » (je déteste les gens qui parlent comme ça tu le sais) alors que je n’étais pas sûr que tu désires ma présence ….



©️Pando


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Egw9

| Cadavres : 162



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-06-10, 23:01 « “So you run on gasoline!” ...»

Retrouvailles ou "Comment faire ressurgir les vieux scénarios du passé"


Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Txs2Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) E83i
"Je rêve ou tu t'échappais, Shinta?"



Connaissait-elle réellement Shinta ? Réellement. Elle en avait toujours eu l’impression intime de comprendre sa personne sans saisir ses vérités, de toucher son âme plus que ses confidences. Il voilait toujours ses blessures derrière un voile qu’elle percevait sans peine. Du moins au début. La malédiction avait chamboulé énormément de choses et parmi elle, la complicité entre eux. Non pas qu’il s’était ouvert de son passé, au contraire. Au point où cette froideur qu’elle avait cru à jamais réservée aux autres avait subitement surgit entre eux, jaillissant comme un mur aux parois translucides mais à l’épaisseur dense. Après des essais pour le faire tomber, elle s’était retrouvée comme prisonnière, témoin de quelque chose qui lui échappait chaque jour davantage. Jusqu’à la séparation.
A le regarder là, à présent face à elle, à le confronter par sa fuite, elle se demanda subitement si elle n’avait pas failli autrefois. Peut-être aurait-elle du chercher l’impact, la vérité, à briser cette paroi de verre qu’il avait dressé entre eux. Peut-être était-ce elle qui finalement avait fuit, en baissant les bras, en refusant de leur donner une chance supplémentaire.
Et pourtant elle restait là, les bras croisés, comme sur la défensive, jouant la femme blessée et en colère qu’elle se sentait être. Non, elle ne laisserait pas ses pensées noires ruminer comme un taureau en rogne dans son esprit. Trop souvent, ses pensées avaient suivi ce petit circuit sans fin de la culpabilité, de la remise en question.. Maintenant, elle se devait à elle-même d’aller de l’avant. Elle acceptait ses erreurs en savant se reconnaître à elle-même qu’elle n’était pas seule fautive dans l’échec de leur relation. Lorsqu’une bouche se clôt, son seul détenteur possède le pouvoir de l’ouvrir. Il n’avait pas voulu, elle n’avait pas insisté. Mais, cela n’excusait en rien la douleur de sa fuite à lui. Si leur histoire ne fonctionnait plus, leur amitié aurait du être éternelle ou au moins précieuse à ses yeux.
Et les premiers mots proférés pénètrent dans son coeur et s’y enfoncèrent comme des épines :

- Non, ce n’était pas une fuite, tu t’entraînes juste pour le marathon, énonça-t-elle sur un ton presque acerbe mais sans la conviction de l’amertume, elle se trouvait...fatiguée avant l’heure de ces retrouvailles qui n’avaient pas la saveur qu’elle aurait attendu.
« Mais tu méritais peut-être un meilleur accueil que celui-ci, tu ne trouves pas ? » Elle n’avait même pas tressailli, à son interrogation. Si elle trouvait ? Tout à fait, mais ce n’était pas elle qui avait tenu à transformer cette visite en course d’obstacles pour visiblement se le faire reprocher deux minutes plus tard. Qu’aurait-elle dû faire ? Tourner les talons, ignorer sa course et attendre patiemment que Monsieur se décida à annoncer son arrivée ? A bien évidement faire taire le caractère humiliant de la chose, feindre ne rien avoir vu et lui sauter dans les bras lorsqu’il se présenterait à son propre perron ? Elle regrettait presque de ne pas pouvoir tourner les talons, là tout de suite sans qu’il ne puisse la héler de lâche.

- L’accueil que je méritais ? Répéta-t-elle à regret après un silence pesant, je ne sais pas à toi de me le dire. Disons, peut-être quelque chose de moins sportif et plus joyeux ?Bien que le sport me corresponde un peu.  »

Elle s’en voulu à l’instant où ce fut prononcé. Pas de la réponse mais du ton presque légèrement amical qu’elle avait adopté...comme remisant au placard ses doutes, sa colère sous couvert du fait qu’il lui souriait presque, avec la nostalgie d’une époque révolue mais chérie. Ce Shinta là, elle parvenait presque à ne pas parvenir à lui en vouloir. Elle aurait simplement aimé...qu’il ait au moins la décence de paraître gêné. Pas de cet air embarrassé, fuyant qu’il adoptait là, mais d’un vrai regard d’excuse.
A l’inverse, il...souriait vraiment en affirmant qu’elle était toujours pressée de le voir ? Vraiment ? Il la comparaît vraiment à une sorte de...pseudo carpette ? C’était de ça qu’elle avait l’air en entamant cette course ? D’une groupie ? Si elle avait su. Posant les mains sur les hanches, elle fut proche de lui hurler qu’elle n’avait pas spécialement été pressée de le revoir, vu qu’il s’était passé un certain nombre d’années où il avait fallu composer sans sa présence. Mais sa bouche demeura close. Parce qu’il n’était pas tout à fait dans le faux non plus. La stupeur de l’éventualité de son retour, elle...s’était réjouie de pouvoir le revoir. Sincèrement. Avec l’espoir qu’ils… Elle ne savait pas réellement et cela lui semblait à présent bien peu réaliste.

- Je prends les devants, je vais au front, appelle ça comme tu veux, mais me voilà malgré tout, que tu le veuilles ou non, proféra-t-elle en pinçant les lèvres, son regard s’abaissa pour scruter le macadam un instant comme rêvant de pouvoir s’enfoncer dans cette matière caoutchouteuse pour se soustraire à tous les tracas puis releva la tête, enfonçant son regard dans celui de l’infirmier. Non elle n’avait pas peur «  Tu n’étais pas obligé de me proposer une bouffe ou un resto… Me le signaler, c’était déjà un bon début. Personnellement je préfère les textos kitch à l’absence de nouvelle.. »

Elle avait froncé les sourcils, malgré elle. Pourquoi n’aurait-elle pas désiré sa présence ? A quoi jouait-il ? Après avoir souligné deux minutes plutôt qu’elle semblait pressée de le voir ? Shinta et ses contradictions, Shinta et son mystère. Oui, il était bien là complet devant elle et finalement le temps ne l’avait pas altéré. Il le lui rendait avec ses secrets, son air impénétrable.

- « Nous sommes amis. » déclara-t-elle sans se laisser le temps de l’hésitation, « Ce n’est pas moins qui ait mis de la distance entre nous…. Mais je suis responsable de ne pas l’avoir combattue. Nous nous sommes éloignés, mais… Tu penses vraiment que je t’ai oublié ? Et qui plus est avec une telle tranquillité intérieure que je pourrais me satisfaire de te croiser un jour à l’hôpital sans que tu daignes m’adresser la parole ? C’est mal me connaître. « Nous sommes amis » répéta-t-elle avec force, « Nous l’avons toujours été…. Et..ça n’a pas changé pour moi. »






S et S Kamiya
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S et S Kamiya

| Avatar : Munetaka Aoki & Takeru Satoh

Personnage abandonné

| Conte : Kenshin
| Dans le monde des contes, je suis : : Kenshin & Sanosuke (&Hiko²)

| Cadavres : 338



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-07-03, 17:22

Retrouvailles
ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé"
Shinta avait un peu de mal … Un peu de mal à concilier le passé de son conte … en tant qu’assassin, et celui pas plus glorieux d’enfant tueur de ce monde … après tout …N’était il pas un meurtrier dans les deux mondes ? Méritait il réellement la vie ? La seconde et la troisième qu’il avait eu ? Shinta soupira un instant…

- Je suis pas trop Marathon, courir pour le plaisir, ça n’a jamais fait parti de mes principes…

Mais courir pour ne pas avoir à faire un affrontement … si … Il le faisait souvent … mais toujours plus par peur de blesser que par réel envie de ne pas en découdre. Il avait du apprendre que la fuite était une solution quand la situation l’exige … pour le moment, il ne se sentait pas d’assumer une conversation avec Dinah. Le fait qu’elle lui soit imposé … ça le déranger … Un peu.

- Je comptais venir te voir mais je ne suis pas là depuis assez longtemps… Désolé.

Et les excuses étaient sincères… Shinta, par habitude, avait fini par se courber légèrement pour présenter ses excuses comme on le faisait à son époque … et peut être même dans ce monde aussi mais dans un autre pays ? Qui pourrait le savoir ?

- Je le veux bien. C’est juste que je n’étais pas non plus certain que tu voulais me revoir …

Shinta se souvenait de leur relation. De chaque moments des faux souvenirs … Il s’était dit que peut être après réflexion elle n’aurait plus voulu de lui ? Pourquoi il pensait à cela … il ne savait pas … Kenshin se sentait toujours mieux derrière son sabre qu’en acceptant la « vraie » vie.

- Un texto kitsh ?

Il prit son téléphone et se mit à écrire rapidement à la jeune femme. Quelques phrases … qu’il effaça aussi sec avant d’écrire à nouveau. Le téléphone de Dinah sonna … elle pourra lire « Hé tu es très belle aujourd’hui encore » … N’était ce pas le pire des textos? Pourtant il était sincère, et Shinta lui sourit

- On a été plus qu’ami … Je sais … que c’est ma faute … mais tu ne connais pas mon passé … je veux dire qui te dis que je suis pas un monstre dans l’autre vie. Je suis vraiment désolé Dinah je voulais être …mieux c’est tout …

©️Pando


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Egw9

| Cadavres : 162



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-08-16, 15:04 « “So you run on gasoline!” ...»

Retrouvailles ou "Comment faire ressurgir les vieux scénarios du passé"


Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Txs2Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) E83i
"Je rêve ou tu t'échappais, Shinta?"


Ouais… Shinta n’était pas trop course à pieds. Il faisait partie de ceux qui ne voyaient pas l’intérêt à passer une demie-heure de son temps à se dépenser physiquement, en crachant ses poumons et à finir en sueur -la joueuse de Dinah approuve à 100 %-. C’était une vision du sport qui faisait ordinairement sourire Dinah, elle pour qui ne parvenait pas à considérer sa journée clôturée, terminée tant que son footing de soirée n’était pas effectué. Mais elle respectait que l’envie permanente de se dépasser ne soit pas partagé par tous. Elle avait juste un cycle de vie effréné, sur le rythme d’une voiture. Ce qu’elle était en définitive.
De toute manière elle ne cherchait pas à imposer sa vision des choses aux autres, à Shinta encore moins qu’à quiconque. Même si courir un marathon en binôme aurait fait partie des choses qu’elle aurait adoré faire avec lui. Avant. Enfin...même maintenant il fallait le dire. Même s’il fallait faire une croix dessus.
« Tu sais que moi, si. »

Aie. Elle s’en voulait de l’avoir dit. Vu comme ça, cela sonnait comme un « on avait vraiment rien à faire ensemble » et elle n’avait pas spécialement voulu blesser l’infirmier sur ce qu’il avait eu autrefois. Cela aurait pu marcher. Dinah y avait cru. Vraiment. Peut-être même un peu trop. Et son comportement actuel, sa fuite qui ne lui ressemblait tellement peu, cela ne méritait-il pas un peu de fermeté ? Oui, sûrement. Mais bon. Elle baissa les yeux vers le sol, les remontant tout aussi sec. Ce n’était pas à elle de baisser les yeux, elle pouvait tout à fait soutenir son regard… Elle les remonta juste à temps pour voir ses excuses, sa manière de courber l’échine, tout en politesse. Il avait toujours eu cette manière de se comporter, typiquement japonaise peut-être mais qu’elle avait toujours trouvé faire corps avec ses principes. Et le ton de sa voix, l’espèce de remord qu’elle espérait entendre pondre dans sa voix, tout cela lui remua l’estomac avec une familiarité toute lointaine. Elle se sentait déjà en partie adoucie, presque espérant, presque cédant à ses excuses devant le bon vieux Shinta.
Elle n’en desserra pas les bras, gardant sa posture protectrice contre son coeur mais ses muscles lâchèrent un peu de leste tandis qu’il lui semblait respirer un peu.

- « Tu as quand même eu le temps de reprendre l’hôpital » pointa-t-elle sans réelle colère avant d’hausser les épaules plus légèrement « mais ce n’est pas grave. Tu...tu fais ce que tu veux, tu n’as pas vraiment de compte à me rendre, désolée. Mais si, j’avais envie de te revoir. La preuve. Sinon je n’aurais pas sprinté un 100 m. Enfin si, mais pas là maintenant. Tu m’as comprise.  »

Elle était mal à l’aise mais heureusement – quoique ? - sa voix paraissait encore suffisamment sûre d’elle, affirmée pour montrer son désarroi. De toute manière, généralement plus la pompière était mal à l’aise et plus elle se raffermissait. Même si elle n’en n’avait pas envie. C’était instinctif, voilà ! Instinct de survie. Comme un escargot qui retourne dans sa coquille. Hop, terminé bonsoir et les gens avaient l’impression de s’adresser à un cailloux. Sympa. Mais on ne se refaisait pas, n’est-ce pas ?

Elle pinça les lèvres nerveusement lorsqu'il répéta son souhait d’avoir eu un texto kitsch. Il allait rire. Qu’est-ce qui lui était passé par la tête en disant ça ? Il allait la prendre pour une gamine. Et...elle n’avait jamais eu l’impression d’avoir été une gamine dans le sens péjoratif du terme. Comme quoi, y avait pas d’âge pour avoir l’air ridicule. Devant son ex en plus. Jackpot !
Mais à sa grande surprise, il saisit son téléphone, pianota rapidement sur quelques touches et son propre portable vibra dans sa poche. Fronçant les sourcils, elle le saisit. « Shinta : « Hé tu es très belle aujourd’hui encore » Elle écarquilla les yeu pour relire. On avait dit un texto kitsch...c’est vrai. Mais alors pourquoi malgré tout, sentit-elle ses joues rosir un peu ? Ce. Non non ce n’était rien.
Elle se mis à rire nerveusement, n’osant pas relever les yeux. Est-ce qu’il fallait répondre un truc du genre… « T’es pas mal dans ton genre aussi ? » Non non non, on allait pas commencer à jouer à ce petit jeu. C’était.. ben stupide en fait. Elle avait demandé un texto kisch, il lui en avait fait un, c’était tout. C’était juste pour l’amuser. Et c’était chose faite, c’était assez amusant si on excluait le fait que le compliment la mettait assez mal à l’aise à son goût. La projetant...trop loin dans le passé. Mais il n’y avait pas à se torturer les méninges comme une adolescente qu’elle n’était plus sur ce qu’il fallait répondre ou non, surtout que l’expéditeur était en face d’elle.
Elle releva la tête donc et fit un sourire :

- « Merci, c’est kitsch mais gentil ; Tu vois ? Je préfère. Qui l’eut cru ?  »

Peut-être que la discussion pouvait être...plus facile à présent. Pour des retrouvailles suite à un départ si précipité, la suite ne pouvait être que plus douce, non ? Non ? Alors malgré tout, elle se raidit un peu lorsqu’ils mentionnant leur romance et se mordit l’intérieur de la lèvre, pour ne rien en laisser paraître.
Oui. Merci, elle se souvenait bien. Il avait cru quoi ? Qu’il n’avait été qu’un nom sur une longue liste ? Elle qui...argh elle qui tentait encore de calmer le jeu en ne citant que ce qu’ils avaient été le plus longtemps et ce qu’il voulait apparemment qu’il reste :

- « La malédiction m’a pas fait perdre la mémoire, je m’en souviens parfaitement. Et je me souviens aussi que tu ne voulais pas, que... » ce n’était pas la peine non plus de tout lui mettre sur le dos, cela avait été d’une commune décision quand même, même si elle ne l’avait pas souhaité, « que l’on avait arrêté ce « plus ». C’est pour ça que je n’en reparlais pas. »

Mais elle arqua un sourcil à la suite de sa phrase. Un dangereux monstre ? Il était...sérieux ? En quoi s’enfuir et tout quitter l’avait-il rendu mieux ? Mais elle ne pouvait pas se permettre de juger ça, elle qui avait eu une conduite similaire. Elle aussi était partie faire le tour du monde pour refaire le point sur elle-même.
Malgré tout, elle refusait de le laisser se dénigrer comme ça et croisa les bras d’un geste décidé :

- « Tu n’es pas un monstre. Tu ne l’as jamais été » bon elle ne le savait pas dans les faits même si elle le sentaitet en était convaincue alors elle témpéra un peu « et même si ça avait été le cas, ça n’a aucune espèce d’importance pour moi, le Shinta que j’ai connu...je sais qu’il était sincère et bon. Et si celui n’était pas le vrai et que le vrai ne te plaît pas, alors pourquoi ne pas devenir celui que tu as envie d’être ? Je...je ne peux pas te reprocher le fait d’être parti pour te centrer sur toi, j’ai...j’ai eu le même besoin, les mêmes pertes de repère mais... » elle s’arrêta un instant puis déclara : «  j’ai compris que nous ne sommes plus ceux que nous avons été avant la malédiction ni ce que la vie de Storybrooke a fait de nous dans des circonstances différentes, nous sommes un mix des deux et...ça remet un peu les compteurs à zéro. »



S et S Kamiya
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S et S Kamiya

| Avatar : Munetaka Aoki & Takeru Satoh

Personnage abandonné

| Conte : Kenshin
| Dans le monde des contes, je suis : : Kenshin & Sanosuke (&Hiko²)

| Cadavres : 338



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-08-28, 23:25

Retrouvailles
ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé"
Kenshin savait que par amour, et là on parlait de l’amour avec le petit a, comme celui avec le grand, il pourrait faire beaucoup de chose… Faire un marathon, ou faire un footing tous les soirs … il le ferait … même si cela n’avait jamais été dans ses habitudes. Les « entrainements » qu’ils faisaient … C’étaient plus du combat douloureux avec Sano qu’autre chose. Mais cela avait le mérite de faire un bien fou. Il ne le dit pas cependant, juste affirmant de la tête ce que la jeune femme venait de dire. Oui, il savait. Courir était un moyen comme un autre de se défouler, même si elle avait le corps pour du kendo à ne pas douter. Il eu un sourire. L’hôpital avait voulu de lui DE SUITE. Donc, il n’avait pas trop eu le choix. Mais c’était la fin du monologue qui était important.

- J’avais aussi envie de te revoir, mais rien que de mieux que le sport pour faire des retrouvailles inoubliables non ?

OK. Il blaguait. Il avait ce sourire. Ce petit sourire qui voulait dire qu’il était en train de la taquiner. Après tout, elle devait en avoir l’habitude. Si la jeune femme ne sait absolument pas tout … comme le meurtre… les meurtres qu’il avait commis, elle connaissait assez bien son caractère. Shinta avait déjà remis son téléphone à sa place. Il ne l’utilisait pas réellement …il ne préférait pas le faire, même si dans ce monde c’était déjà plus souvent. Attendant une réponse, il secoua la tête en souriant.

- Moi je l’aurais cru.

Il avait toujours ce sourire. Il savait bien que si la relation avec Dinah avait marché si longtemps, c’était parce qu’au fond tous les deux étaient des fleurs bleus… Romantique mais ne voulant pas le dire, ni se l’avouer … Alors il gardait ce petit sourire entendu. Romantique, il l’avait toujours été, mais le passé, ses passés ne lui permettaient pas une nouvelle fois.

- Désolé … les souvenirs sont souvent confus, je ne voulais pas te vexer. C’est juste que …

Que quoi Kenshin ? Il se le demandait aussi ? Peut être que les deux autres femmes qu’il avait aimées (à des âges bien différents) sont mortes ? Et qu’il n’avait pas du tout envie que la jeune femme finisse avec la même mort…à chaque fois … que cela soit Tomoe ou Kaoru … c’était sa faute. Il ne pouvait pas imaginer la mort de Dinah … surtout avec Shishio dans les environs… Sanada lui avait déjà dit poliment qu’il était « con comme un balai à brosse sans brosse » en rapport à Dinah… mais lui ne pouvait pas y croire. Il n’y arrivait tout simplement pas … Quand elle dit la suite il sourit.

- Dinah … je ne …

Il l’observa un instant et son sourire revient doucement. Il n’avait pas envie de lui dire qui il avait été, ce qu’il avait été… mais il voyait en Dinah le même regard que Kaoru et Tomoe… Les deux … elles savaient qui il était … et avait accepté cela… pour la fin que cela a eu… Dinah le savait pas, et la créa encore moins, mais c’était la même chose. Le parallélisme était déstabilisant … Surtout pour Shinta … Il bloqua un instant.

- On … va se prendre un thé ?

Parce que le café, c’est pas bon.. ; il n’y arrive toujours pas, même quand il essaie … le café ce n’est pas pour lui. Et il ne savait pas du tout comment désengorger la situation, alors il fallait essayer par le début … non ? Il n’avait pas forcément envie de parler de son passé dans les contes, mais il pouvait parler de bien d’autres choses.

©️Pando


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Egw9

| Cadavres : 162



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-09-06, 11:38 « “So you run on gasoline!” ...»

Retrouvailles ou "Comment faire ressurgir les vieux scénarios du passé"


Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) Txs2Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) E83i
"Je rêve ou tu t'échappais, Shinta?"

Dinah cilla. Oui. On reparlerait longtemps de retrouvailles inoubliables en effet. Ce n’était pas tous les jours qu’on coursait son ex petit ami après que celui-ci ait pris la fuite à notre vue. C’était...drôle presque maintenant que l’atmosphère se détendait un peu, se relâchant des tensions qui flottaient encore autour d’eux. Il taquinait et cette partie de lui, elle ne la connaissait que trop bien. C’était un tic, une attitude qu’elle adorait, à la limite de la nonchalance, gentille, qui contrastait avec son côté d’ordinaire plus froid. Elle savait très bien qu’elle fondait réellement avant lorsqu’il agissait comme ça.. Et même là, il y avait une joie, une chaleur, comme un retour au foyer qui lui étreignait le coeur, comme un plaid duveteux dans lequel on se blotissait contre la fraicheur.
Alors elle lui concéda sa rancoeur, comme on ôte un vieux pull désagréable. C’était plus simple de pardonner, de faire un pas vers peut-être ce passé, ce lien qu’ils avaient eu.

- « C’est vrai ! Juste la prochaine fois, préviens moi, pour qu’on débute la course au même moment… » asséna-t-elle dans un léger sourire en coin.

Elle ne parviendrait donc jamais à rester stoïque contre Shinta. Il faisait tomber les barrières assez facilement, peut-être parce qu’elle connaissait et admirait ses propres principes. Ils avaient des valeurs communes, proches.
Elle avait sourit au message qu’il lui avait délivré et ses lèvres s’étaient pincé, presque mélancoliquement. Ses joues s’étaient empourprées si facilement lorsqu'il avait pointé son romantisme. Elle n’en donnait pas l’air, c’était une femme d’action, une femme « forte », de prime abord indépendante, tournée vers l’utile, l’aide aux autres, mais...en elle malgré tout...ouais. C’était dur à l’admettre mais oui...elle était un peu romantique.
Très même. Fleur bleue. Elle vivait intensément ça expliquait un peu.

- « Tu me connais bien » s’entendit-elle marmonner gênée avant d’avoir pu s’en empêcher, croisant les bras elle répondit ensuite « disons qu’un compliment ça fait toujours plaisir ! »

Elle espérait avoir désamorcé la bombe. Fleur bleue d’accord, émotive oui, faible non. Elle plissa les yeux se maudissant intérieurement. « M’enfin, tu ne vas pas me dire Dinah que tu retombes dans tes travers ! Tu ne vas pas t’accrocher à une histoire passée. Tu sais ce que ça veut dire...Que tu n’arrives pas à avancer, voilà, c’est tout. Juste ça, rien que ça. » mais penser ainsi, comme tous les magasines féminins ou psychologiques que lisaient Ishanee lui fit mal pour Shinta. Non, il n’était pas comme ça. Il n’était un moyen de refuser d’avancer non. C’était l’homme le plus patient, le plus doué qu’elle connaissait. Exigeant, méthodique, persistant, il donnait tout pour son métier, pour le bien des autres, sans le montrer autant que d’autres mais en livrant bien plus en définitive. Il était froid mais sensible aux autres, prévenant malgré tout. C’était un type bien, un type génial même.
Et le rappel de leur séparation lui arriva un peu trop vite, comme un coup brutal dans la poitrine.

- « Ne t’inquiètes pas. C’est juste… Je veux pas non plus croire que tu n’as pas compté pour moi ».

Voilà. Sa tête observait le bitume maintenant, mal à l’aise. C’était absurde de sentir qu’elle devenait fragile, trop lorsqu’il était dans les parages et pourtant qu’elle ne parvenait pas à s’empêcher d’y foncer tête la première. Peut-être parce qu’il y avait quelques non dits. Entre deux grands « peu causants » ça expliquait pas mal de chose. Mais il y avait quelque chose de GRAND, de bien plus grave que leur séparation qui semblait miner Shinta et dont elle prit conscience violemment. Oui. Quelque chose qui semblait même exister depuis longtemps. Depuis la fin de la malédiction ?
Il n’était pas le plus confiant des autres mais il ne reniait pas ses principes, autrefois. Jamais. Il était...sinon fier au moins heureux de vivre en appliquant les valeurs auxquelles il croyait. Quelque chose lui en avait-il fait douter ? Etait-ce...son passé ? Il bredouillait et elle leva la paume de sa main vers lui, doucement :

- « Tu n’as pas à m’en parler. Je ne veux pas que...tu aies l’impression de devoir me rendre des comptes. Pas avec moi… Mais… je suis là au besoin. »

Ca ne suffirai pas à lui délier la langue sur l’heure, elle en était persuadée mais ça avait au moins le mérite de lui tendre une perche, une perche qu’elle ne reposerait jamais. A lui de savoir l’heure où il déciderait d’accepter de la prendre, de se confier à elle. Peut-être jamais, peut-être demain. Au final, peu importait ce qu’il lui dirait, elle lui faisait confiance, elle le connaissait. Elle savait du profond de son être se tenir face à quelqu’un de bien.
Alors elle finit par hocher la tête, dans un sourire lorsqu’il proposa de boire un thé. Il haissait le café, si bien qu’elle croyait se souvenir qu’il n’avait pas de machine à café chez lui. Pour l’afficionada du café qu’elle était, c’était parfois la misère, mais elle ne lui avait jamais fait la réflexion, trouvant cela amusant.
Le thé...c’était bon aussi. Moins son truc mais avant, il lui en avait fait goûter de très bons qu’elle avait même emmené au travail. Depuis, ça faisait un moment qu’elle en buvait moins...ou était retournée aux dosettes artificielles aux arômes saturés des supermarchés. Plus facile.

- « Avec plaisir, va pour un thé !  Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire… sur ton retour ? »

Elle avait sourit, chassant les nuages, tournée vers le soleil. S’ils parvenaient à chasser les ombres, peut-être que le ciel de leur avenir pouvait redevenir bleu !



S et S Kamiya
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S et S Kamiya

| Avatar : Munetaka Aoki & Takeru Satoh

Personnage abandonné

| Conte : Kenshin
| Dans le monde des contes, je suis : : Kenshin & Sanosuke (&Hiko²)

| Cadavres : 338



Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________ 2020-09-13, 18:54

Retrouvailles
ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé"
Il la regarda et fit un nouveau sourire. Il rejeta sa tête un peu en arrière, et fit un mouvement de la tête en laissant un tout petit rire sortir de ses lèvres.

- Dinah, tu sais bien que si tu ne me laisses pas un peu d’avance, je ne pourrais jamais gagner.

Ce n’était en réalité pas sur… Il avait des particularités « inhumaines » dans ce monde. Des particularité qu’il avait pensé humaines dans le monde des contes, mais pas du tout en réalité. Il n’était pas qu’un assassin doué, mais un monstre venu d’un autre temps. Mais il préférait repousser encore toute ses considérations pour le moment. Il observa Dina gênée, et fit un nouveau sourire…. Encore un oui.

- Sano m’a dit ça en effet.

Si Kenshin n’aurait pas pensé aux compliments, Sans était un baratineur … il suffisait de voir combien il devait à Mae …. À chaque fois, il partait sans payer. Et Kenshin savait qu’il arriverait toujours à baratiner. Il lui avait dit que la meilleure façon de pouvoir faire ça, c’était d’être honnête avec les gens … quand un compliment doit être dit.

Yahiko avait eu du mal avec ce principe … Yahiko était honnête, même beaucoup trop en réalité, et … il avait oublié la partie compliment. Kenshin lui ne faisait que rarement des compliments … Mais voir Dinah lui avait donné envie de lui en faire un. Il mit sa main sur son menton quand elle dit qu’elle avait compté pour lui. Si elle pouvait imaginer que l’inverse était tout à fait vrai aussi. Même beaucoup trop.

Quand elle le stoppa dans ses paroles, une partie de Kenshin en fut reconnaissant. Il ne voulait pas parler, il ne parlait que de peu de chose.

- Merci Dinah, je le sais et je t’en remercie. L’inverse est vrai.

En vrai, il aimerait que Dinah connaisse son passé. Qu’elle le déteste comme il le mérite … Qu’elle ne lui parle plus, qu’elle l’abandonne…. Mais Kenshin savait qu’elle n’allait pas le faire …. Il le savait et l’idée que Dinah soit relier à lui le tétaniser …. Réellement.

- Plein de choses… je ne suis pas sur, je serais plus intéressé par ce que tu as fais depuis …

Il se mit à marcher vers la maison doucement… Il savait déjà qu’Yahiko aura préparer le thé pour Hiko …. Et ne posera pas de questions même si tout sera obvious....

RPP - Tu peux les faire rentrer jusqu'à Shinta et si tu le veux je t'offre une interaction avec Yahiko ou même Hiko (qui râle encore)

©️Pando
[/quote]


Contenu sponsorisé




Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta) _



________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Retrouvailles ou "comment faire resurgir les vieux scénarios du passé" (feat Shinta)





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser