« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -35%
Huawei P30 Smartphone à 419€ seulement
Voir le deal
419 €
anipassion.com

Partagez
 

 The World Is Not Enough ✗ Violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Peter Pan



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Peter Pan


╰☆╮ Avatar : Thomas Brodie-Sangster

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Il ne peut y avoir qu'un seul Pan.

The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 280213team

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 622
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 12 Juil 2020 - 11:30


The World Is Not Enough
But it is such a perfect place to start, my love.

Admiratif, j'observais les deux champs de force que Violette avait créés. Elle était redoutable et extrêmement douée. J'avais été fasciné par sa dextérité et débrouillardise quant à sa manière de se sortir seule de cette situation périlleuse.

A présent qu'elle avait dirigé un des champs de force vers moi, je tentais de rester décontracté, même si je sentais un pic d'effroi caresser mon échine. Non, elle n'oserait pas crever la bulle qui retenait les Lucioles Tonnerre prisonnières. Violette était une personne animée par de bonnes intentions. Et pourtant... je n'aimais pas la lueur de cruauté maligne qui dansait dans ses pupilles. Quelque chose de bizarre se tortilla dans mon ventre. Je ressentais comme l'écho d'un souvenir. Ce n'était pas la première fois que je voyais ce regard chez une fille. L'Autre avait dû bafouer beaucoup de femmes, d'une manière que je ne pouvais comprendre.

Violette réclamait des excuses, et me menaçait afin de les obtenir. Je devais ruser, car Pan ne demande jamais pardon. Jamais. Seuls les faibles ont quelque chose à se reprocher.

"Bravo." reconnus-je. "Tu es très douée. Je savais que tu t'en sortirais."

La bouche grande ouverte, Hup observait les champs de force d'un air ébahi. Il avait gardé la cuillère en l'air pour taper au cas où. C'était pour ça que j'en avais fait mon valet : il était paré à toute éventualité. Il ne baissait jamais sa garde.

Les Lucioles Tonnerre s'agitaient à l'intérieur des deux bulles, se heurtant aux parois translucides dans l'espoir de les percer. Peine Perdue. Quoique... ça risquait de ne pas durer. Il fallait trouver une solution définitive.

"Ringo a fabriqué un insecticide qui marche du tonnerre
(je souris à mon jeu de mots) mais... je n'en ai pas sur moi."

Aussitôt, Hup sortit une petite bombe aérosol de dessous son poncho rouge pour l'agiter et la brandir fièrement. Mon regard s'illumina. Plus que jamais, j'étais ravi de l'avoir pour assistant.

Je pris la bombe, la secouai à mon tour et la dirigeai vers le champ de force le plus proche de moi.

"A mon signal, tu supprimes le champ de force." dis-je à Violette. "Ensuite, on fera pareil avec l'autre."

Ce fut rapide et d'une facilité déconcertante. Désorientées, les Lucioles Tonnerre n'eurent pas le temps de se disperser. L'insecticide les figea sur place, comme gelées, avant de tomber raides sur le pont du bateau dans un "toc !" sonore.

Une fois certain qu'elles étaient toutes éliminées, je rendis l'aérosol à Hup qui le rangea sous son poncho. Après quoi, je mis un genou à terre afin d'observer les créatures figées dans leur élan.

"Quelqu'un a mis les Lucioles dans mon bateau." réfléchis-je à haute voix. "Ca pourrait être n'importe qui... J'ai beaucoup d'ennemis."

Pirates ? Indiens ? Cannibales ? Je tournai la tête vers Hup et le vis tout aussi pensif, se grattant le menton du bout de sa cuillère.

"Et avant ça, quelqu'un a cherché à saboter le Bateau-Nuage. Ca commence à faire beaucoup."

Prenant appui sur mes jambes avec mes mains, je me relevai d'un bond pour toiser Violette.

"Ca pourrait être toi."

Je la fixai d'un oeil perçant et méfiant à la fois.

"Tu aurais très bien pu jouer la victime. L'alibi idéal. Tu as mis les Lucioles Tonnerre sur mon bâtiment pour nous impressionner avec tes tours de passe-passe ! Tu m'en veux tellement que... ça serait tout à fait logique !"

Ne jamais sous-estimer la vengeance d'une fille. Scandalisé, je la dévisageai. A côté de moi, Hup considérait Violette d'un air dubitatif. Il ne me fallut que quelques secondes pour ajouter :

"Non, ça ne tient pas debout. Tu n'es pas quelqu'un de méchant. Tu fais semblant de l'être. C'est ça qui me plaît."

Je penchai la tête vers elle avec un sourire en coin. Je n'avais pas saisi l'envergure de ce que je venais de dire.

"Quelqu'un d'autre me cherche des noises. Il va falloir découvrir de qui il s'agit."

Je tapai dans mes mains avec conviction en déclarant d'un ton détaché :

"J'ai faim. On va manger une glace ? Je réfléchis mieux le ventre plein."

J'avais élucidé bon nombre de mystères de cette manière. Je pouvais faire confiance à mon estomac et son instinct de déduction.

Hup se dirigeait déjà vers la passerelle afin d'ouvrir la marche, tout en sifflotant un air de son peuple. Malgré tout, je savais qu'il restait l'esprit en alerte, car il avait gardé sa cuillère en bois en main.

"Il ne faut jamais parler de sa cuillère." précisai-je à Violette.

J'avais prononcé ces mots tout en m'approchant d'elle et plaçant une main autour de son oreille, afin que mon valet n'entende pas.

"Il voudrait devenir un paladin. Une sorte de chevalier au service de la justice et des nobles causes, mais dans son monde, quelqu'un comme lui ne pourra jamais prétendre à un tel poste. Il y croit dur comme fer malgré tout. Cette cuillère, c'est son ancre. Il s'en sert comme d'une arme, et je t'assure qu'il est redoutable quand il veut. C'est pour ça que je me suis attaché à lui : il n'abandonne jamais, même face à une cause désespérée. Ce sont des gens comme ça qui ont le plus de potentiel. Ceux qui gardent une pensée agréable, peu importe leur âge."

J'avais murmuré ces paroles, mon souffle caressant son oreille.

"Dis-moi Violette... est-ce que tu as encore une pensée agréable ?"

J'avais laissé cette question en suspens. Elle n'était pas obligée de répondre de suite, même si la spontanéité était préférable dans ce genre de cas. Puis je m'étais reculé pour bondir par-dessus la passerelle et m'envoler jusqu'à Hup.

code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Don't count me out just 'cause I'm down. Girls, I've been down before. Fate has a way of playing games and I've been keeping score. They tried to tell me I was lost in the forest like a cub with no mother when I actually was where I wanted.
- And run for your life

Violette Parr



« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


Violette Parr


The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 Gfr6

╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

✓ Métier : Ancienne policière en formation ; désormais assistante & secrétaire de Mr le Maire
The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 Maire210

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5178
✓ Disponibilité : Fermé (Peter ; Family Parr ; Anastasia ; Stefan)

The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 _


Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Dim 19 Juil 2020 - 23:20

The World Is Not Enough
ft. Peter Pan


Violette s’était montrée sympa. Parce qu’au fond d’elle, elle l’était. Elle avait toujours eu bon fond. C’était dans son ADN de super-héroïne. Et pourtant, Violette n’avait pas obtenu ce qu’elle voulait. Un bravo ne suffisait pas. Même si elle le prenait avec plaisir. Ce n’était pas si souvent que Peter lui faisait des compliments. Mais ce n’était pas assez. Ca ne remplacerait jamais le pardon.

Alors même que Violette aurait pu le tenir plus en joute, le faire complètement plier pour avoir son pardon, elle s’était exécutée. Suivant le plan de Peter à la lettre, elle avait supprimé son champ de force…à contre cœur. Si elle avait été méchante, elle aurait refusé. Mais elle ne l’était pas. Elle tentait simplement de l’être pour obliger Peter à lui donner ce qu’elle voulait.

A la fin de l’opération, Violette s’approcha de Peter, qui était en train d’observer les créatures figées au sol. Il réfléchissait à haute voix, permettant à Violette de suivre le cours de ses pensées. Et face à ce qu’il disait, Violette ne put s’empêcher de croiser les bras contre sa poitrine, observant par-dessus de l’épaule de Peter, la même chose que lui.

« Pas étonnant après tout. Vu que tu refuses catégoriquement de reconnaître tes torts et de t’excuser. Quelque chose de pourtant pas compliqué qui t’empêcherait surement un bon nombre d’ennemi et…ce genre de situation. »

Mais lorsque Peter accusa Violette, cette dernière arqua un sourcil interloquée avant de prendre un air tout aussi scandalisé que lui. Sérieusement ? Il pensait Violette capable de ça ? Puis surtout c’était impossible. D’ailleurs, elle était prête à le lui faire remarquer avant qu’il ne revienne finalement à la raison.

« Ouais. Bah t’étonnes pas si un jour j’arrête de faire semblant. »

Notamment s’il la cherchait trop. Violette soupira avant de lever les yeux en l’air face à sa remarque.

« Et j’imagine que tu veux mon aide. Après tout, j’étais en formation pour devenir policière alors tu ne peux pas avoir meilleure aide que moi. Encore faut-il que… »

Violette mit son index sur le coin de ses lèvres.

« …j’accepte de t’aider. »

Sa proposition de glace serait sans doute le début de son chantage. Il ne voulait pas lui demander pardon ? Alors elle se vengerait d’une autre manière. Mais Peter changea totalement de sujet en s’attardant sur Hup. Sans le savoir il venait d’éviter à Violette de faire une boulette. Elle était à deux doigts de lui demander à quoi servait sa cuillère.

Sentant le contact de la peau de Peter contre son oreille, Violette ne put s’empêcher d’avoir un frison, une sensation agréable, indescriptible. Elle aimait cette proximité entre lui et elle. Et malgré tout ce qu’il lui avait fait, elle n’arrivait pas à faire taire cet étrange ressenti. Violette fronça à les sourcils face à l’histoire que lui conta Peter. Tout ceci ne lui avait donné aucune réelle réponse et seulement des questions supplémentaires.

Mais elle n’eut pas le temps de poser ses questions, ni de répondre à la dernière question de Peter. Ce dernier avait déjà bondi par-dessus la passerelle pour rejoindre Hup qui se dirigeait vers un marchand de glace.

Soupirant une nouvelle fois parce qu’on venait de lui couper l’herbe sous le pied, Violette se précipita pour rejoindre les garçons.

« Allons-y alors ! »

Cette virée s’annonçait drôle. Pour plusieurs raisons. Mais ils n’allaient pas tarder à les découvrir. Violette préférait rester muette sur le chemin, pensant à la dernière question de Peter. Lorsqu’ils arrivèrent devant le glacier, le sourire de Violette s’étira sur son visage. Un sourire satisfait, limite suffisant.

« Tu as oublié qu’on était pas à Neverland ici. Il y a des horaires d’ouverture pour les boutiques. Et vu l’heure qu’il est…c’est fermé. »

Son sourire s’étira encore un peu plus. Mais celui-ci devint taquin. Elle s’approcha de Peter, derrière lui, posant à son tour ses mains autour de son oreille.

« J’ai toujours des pensées agréables. Celle de t’imaginer me demander pardon évidemment. Puis là, celle de ta tête face à cette triste nouvelle. »

Elle le taquinait totalement. Et elle adorait ça. Elle aimait réellement passer des moments avec Peter car elle retombait constamment en enfance, agissant parfois comme une gamine. Et c’est ce qu’elle faisait actuellement. Gardant toujours ses mains autour de son oreille, elle ajouta :

« Mais rien n’arrête le célèbre et grand Peter Pan, non ? »

Elle le mettait au défi. Se détachant de Peter, elle fit deux pas pour se trouver à sa hauteur. Elle pivota pour être en face de lui et l’observer dans les yeux.

« Et j’aimerais vraiment une glace aussi… »

Violette fit une moue, limite une tête de chien battu. Cela lui permettrait de savoir si Peter était capable de faire plaisir à Violette, de savoir s’il tenait à elle, et à quel point. Etait-il prêt à voler pour elle ? C’était carrément stupide et illégal. Mais elle n’était plus policière et avait envie de braver quelques interdits en compagnie du garçon volant.

☾ ANESIDORA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Time to forget you
I keep forgetting. That I don't need you now. It slips my mind. That's I'm the one who said we were so differents. But it's all liars.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi En ligne

Peter Pan



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Peter Pan


╰☆╮ Avatar : Thomas Brodie-Sangster

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Il ne peut y avoir qu'un seul Pan.

The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 280213team

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 622
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 24 Juil 2020 - 16:33


The World Is Not Enough
But it is such a perfect place to start, my love.

Je me trouvais bien dépité devant le glacier fermé. Des heures d'ouverture... Je n'avais jamais entendu quelque chose d'aussi rasoir ! A Neverland, nous faisions ce que nous voulions quand nous le voulions. C'était bien plus pratique.

De toute manière, je réalisai que si le glacier avait été ouvert, obtenir une crème glacée aurait été compliqué dans le sens où je n'avais pas d'argent à donner en contrepartie. Ce système monétaire ne me plaisait pas.

A bien y réfléchir, le fait que ça soit fermé m'arrangeait bien. Je retrouvai vite un sourire espiègle tandis que je m'envolais vers le toit du bâtiment.

"Hup, tu restes avec Voilette !"
lançai-je, en faisant exprès d'écorcher le prénom de la jeune fille.

De toutes façons, sans poussière de fée, il était incapable de me suivre. Une fois perché sur le toit, je me mis en quête d'une ouverture par laquelle me faufiler.

Les adultes laissent toujours une fenêtre ouverte. Ils sont tellement bêtes. songeai-je.

Je remarquai bientôt un velux ouvert en oscillo-battant. Je tirai dessus mais constatai, à mon grand déplaisir, qu'il tenait bon. Ou alors, je n'avais pas suffisamment de muscles. Heureusement que de cette hauteur, Violette ne pouvait voir mon échec. Ne me laissant pas démonter, je m'élevai et observai le toit d'un oeil accru, la main sur le menton. Soudain, je m'immobilisai dans les airs en apercevant une autre fenêtre au dernier étage, entrebâillée cette fois. Jackpot !

Je m'y engouffrai et traversai la pièce dans un silence absolu. Un homme et une femme dormaient à poings fermés dans un lit. Je descendis l'escalier sans que mes pieds n'effleurent les marches et me rendis jusqu'au rez-de-chaussée envahi par la pénombre. Là, je fermai soigneusement la porte menant à l'étage, la verrouillai avec une chaise sous la poignée -juste au cas où- et me précipitai vers la porte d'entrée. J'eus la présence d'esprit de m'élever pile à l'instant où la sonnette allait tinter, et la retins d'une main, tandis que de l'autre, j'ouvris la porte.

"Mademoiselle Parr..."
dis-je d'un ton ronflant.

Avec une courbette moqueuse, j'indiquai à la jeune fille d'entrer. Le glacier, entre les ombres et les lumières de la rue, avait des allures fantomatiques et inquiétantes. Hup avait gardé sa cuillère en bois levé. Méfiant, il fit un pas à l'intérieur, mais la gourmandise laissa bientôt place à la raison quand il aperçut les nombreux parfums derrière la vitre du comptoir. Il plaqua ses petites mains tout contre en poussant un : "Waaaah..." émerveillé.

"Ne faites pas trop de bruit. Y a du monde à l'étage." leur conseillai-je en plaquant un index contre ma bouche, malicieux. "Je pense pas que le gros bonhomme serait content de nous voir ici."

Prestement, j'attrapai un tablier rouge et blanc que je mis et me plaçai derrière le comptoir. Je me saisis d'un cornet et d'une spatule pour ensuite demander à voix basse, d'un air grandiloquent :

"Quels parfums ?"

Mes yeux rieurs croisèrent ceux de Violette. J'avais le pressentiment que cette nuit-là allait se clôturer par une belle crise de foie. Tant pis ! Nous étions des aventuriers. Des purs et durs. Nous n'allions pas nous montrer raisonnables. Ce mot était banni de mon vocabulaire, d'ailleurs. Il faisait partie des mots interdits sur Neverland.

Par provocation -et presque par automatisme- je confectionnai une boule à la violette que je plaçai dans le cornet. Après quoi, je croisai le regard de la jeune fille et lui souris. Allait-elle apprécier ou penserait-elle encore que je lui cherchais des poux ? Impossible de savoir ce qu'il y a dans la tête d'une fille. Par moments, c'est fatigant.

Hup passa bientôt derrière le comptoir à son tour et se mit sur la pointe des pieds pour confectionner un cornet lui aussi, qu'il tendit à Violette dans sa main dégoulinante de glace au caramel et chocolat.

"Eh !" fis-je, indigné. "C'est moi qui fais sa glace !"

Imperturbable, il commença à en faire une autre, et encore une autre. A chaque fois, il les donnait à Violette. Une véritable machine. Bientôt, nous nous lançâmes dans un concours de celui qui en ferait le plus. J'étais agacé de constater qu'en plus d'être rapide, les cornets étaient beaucoup plus réussis que les miens.

La nuit s'écoula ainsi. Nous nous arrêtâmes quand il n'y eut plus de glace dans les différents pots, et que le comptoir, le sol et les murs en étaient recouverts : nous avions terminé "l'activité" en faisant une bataille de nourriture. Heureux et tout barbouillés, nous quittâmes le glacier le coeur léger.

La cuillère sur l'épaule, Hup fredonnait une chanson de son monde sous le clair de lune. Quant à moi, je m'approchai de Violette et léchai sa joue sur laquelle restait un peu de glace à la fraise. L'éclat de mon sourire narquois brilla dans la nuit : j'étais certain qu'elle avait détesté ce que je venais de faire. C'était pour ça que je l'avais fait. Je prenais un malin plaisir à l'embêter sans arrêt.

code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Don't count me out just 'cause I'm down. Girls, I've been down before. Fate has a way of playing games and I've been keeping score. They tried to tell me I was lost in the forest like a cub with no mother when I actually was where I wanted.
- And run for your life

Contenu sponsorisé








The World Is Not Enough ✗ Violette - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

The World Is Not Enough ✗ Violette





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ La Mairie