« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Gavin Reed
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gavin Reed

| Avatar : Clayne Crawford

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712090625678617319770

Punch that motherfucker in the face
You hated what he said, right ?
They tried to kill me in the rain
Tried to lay me down and so I ducked and ran away


Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712303025678617319773




| Conte : Detroit : Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : Gavin Reed, le déchet fait homme

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 116



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Ven 17 Juil 2020 - 0:56

Lost souls wandering...

What has happened to it all?

Sa tête qui, jusqu'alors était restée appuyée contre la vitre, glissa doucement et le mouvement le tira de son sommeil. Ses yeux s'ouvrirent, lentement, et fixèrent droit devant sans rien voir. Il cilla plusieurs fois, comme si par ce simple geste il cherchait à s'ancrer durablement dans ce qu'il supposait être l'instant présent et, enfin, il fut capable d'analyser son environnement. Il s'était endormi... Au volant d'une voiture ? Ça n'avait aucun sens - même avec son rythme de sommeil chaotique au possible, il n'avait jamais eu cette expérience auparavant, soit parce qu'il s'assurait d'avoir ingurgité assez de café pour tenir un régiment tout entier bel et bien réveillé, soit parce qu'il laissait son partenaire prendre le relais quand il ne se sentait pas d'aplomb pour faire le trajet sans risque... Suivant son cheminent de pensée, son regard dévia brusquement du volant vers le siège passager - vide. Au moins, si accident il y avait eu, personne n'avait été blessé : Conan étant absent, et lui ne ressentait aucune douleur particulière, rien qui ne soit suffisamment alarmant pour lui donner l'envie de se rendre à l'hôpital le plus proche. D'un coup d’œil circulaire, il observa rapidement les alentours : aucun autre véhicule accidenté ne l'entourait, seul le sien se trouvait en travers des deux voies, et le feu tricolore un peu plus loin clignotait de manière archaïque tout en affichant un orange prononcé. Cette découverte ne lui donnait aucune piste viable, et lui fit froncer les sourcils : qu'avait-il bien pu se passer pour qu'il se retrouve dans une telle situation... ? Si personne d'autre n'était mêlé à cette histoire, avait-il pu vouloir éviter un animal errant qui avait traversé juste devant lui ? C'était bien la seule hypothèse qui justifierait la présence des deux imposantes marques de freinages qu'il devinait à l'aide du rétroviseur central...

Sa main chercha la poignée de la portière, et il l'actionna pour l'ouvrir, pour enfin quitter l'habitacle et le laisser derrière lui. Il prit une grande inspiration et fit quelques pas - constatant une fois encore qu'il n'avait pas été victime d'un accident de la route -, avant de se diriger vers l'avant de la voiture pour voir s'il n'y avait pas de dégâts particuliers... Voiture qu'il réalisa ne pas être la sienne. L'ombre d'un sourire mauvais apparut sur son visage : la situation lui échappait totalement, et il était loin d'apprécier.

« Qu'est-ce que c'est que ce bordel, encore... » marmonna-t-il entre ses dents.

Par automatisme, sa main droite vint repousser la mèche de cheveux qui lui revenait sans cesse dans les yeux - c'était un geste qu'il s'était surpris à faire lorsque la situation lui échappait ou qu'il cherchait à se concentrer sur quelque chose de précis. Il ne parvenait pas à se souvenir de ce qu'il faisait avant de s'être endromi, et la scène qui se présentait devant lui ne faisait pas le moindre sens. Ce n'était pas son véhicule, et si les rues lui semblaient curieusement familières - probablement parce qu'elles ressemblaient en tout point à celles que l'ont pouvait trouver dans toutes les petites villes des Etats-Unis -, ce n'étaient pas celles de Storybrooke. Il avait suffisamment patrouillé en leur sein pour les connaître sur le bout des doigts... Un tic nerveux fit tressaillir ses lèvres, et il résistait à l'envie de faire les cent pas. Il n'était pas connu pour sa patience, et le fait de ne rien comprendre à ce qui lui arrivait ne l'aidait pas à rester calme. Par réflexe, ses mains vinrent tapoter les poches de son pantalons - et il fut rassuré de sentir le contact de son porte-feuille et de son portable, ainsi que de son arme "de service". Au moins, il n'était pas complètement démuni... Il se saisit de son téléphone, ayant dans l'idée d'appeler Conan pour savoir s'il ne s'agissait pas d'une mauvaise blague - le connaissant, c'était plus qu'improbable, mais s'il avait été guidé par Tina... Aurait-il pu s'y essayer ? Mais il n'eut pas l'occasion de passer ce maudit coup de fil, puisqu'il n'y avait aucun réseau auquel se connecter.

« Putain mais c'est pas vrai... » cracha-t-il d'un ton rageur.

Il eut le réflexe de le passer en mode avion pour préserver sa batterie au maximum - qui sait, des fois que la couverture téléphonique cesse de faire des siennes... - et le rangea. Il n'avait pas besoin de vérifier son revolver pour savoir que le barillet était plein, et qu'il avait six balles à sa disposition. Il ne savait pas vraiment pourquoi cette pensée lui avait traversé l'esprit, peut-être que l'aspect trop statique de cette ville ne lui inspirait rien qui vaille... Mais de là à vouloir abattre des inconnus qui auraient le malheur de venir vers lui ? C'était un poil trop extrême, même venant de lui. Pour passer ses nerfs sur quelque chose, il donna un violent coup de pied dans la roue arrière de la voiture, et de voir l'enjoliveur se détacher pour rouler sur quelques mètres avant de s'effondrer au sol, immobile, eut quelque chose de profondément agréable pour lui. Même si, au final, cela ne l'avançait à rien.

... Quoi que, son mouvement d'humeur allait peut-être avoir des répercussions insoupçonnées : il entendit des bruits de pas maladroits qui semblaient s'approcher de lui, venant de derrière lui. Bon, au moins il allait faire la connaissance d'un des locaux, c'était toujours ça de pris. Il se tapota doucement les joues, s'efforçant de reprendre un air affable - même si ce n'était qu'une façade - avant de se tourner. Il avait même poussé le vice jusqu'à esquisser un léger sourire qui se voulait avenant, mais qui disparut presque aussitôt lorsqu'il vit l'horreur qui lui faisait face : cela se voulait probablement humain... Mais de loin, uniquement : son corps était décharné, certaines parties de son visages - comme l'une de ses joues et son menton - donnaient l'impression d'avoir fondu et elle n'avait que la peau sur les os. L'une de ses épaules semblaient être démise, et sa cheville droite était tordue dans un angle abjecte, ce qui expliquait sans mal sa difficulté à se mouvoir. Elle murmura des mots qu'il ne parvint pas à saisir et... Un rire nerveux lui échappa : un peu plus d'une semaine auparavant, il avait croisé des zombies en forêt, et s'était retrouvé à devoir s'allier à deux civils en plus de son partenaire afin de sauver leur peau, et voilà que ça recommençait... ?

« Sérieusement quoi... »

Contrairement à la dernière fois, il n'allait pas perdre son temps à tenter de la raisonner, et il se mit à courir dans la direction opposée : au vu de sa forme générale, elle n'allait pas pouvoir le suivre s'il allait suffisamment vite, et c'était toujours ça de pris. Plus qu'à espérer ne pas en croiser d'autres en chemin... Il traversa plusieurs rues, avant de jeter son dévolu sur un bâtiment en bord de route - quelque chose qui ressemblait vaguement à un diner abandonné... Il eut le plaisir de constater que la porte n'était pas verrouillée, et il s'engouffra dans le restaurant sans l'ombre d'une hésitation. Avant toute chose, il attrapa l'une des tables et la poussa pour condamner l'entrée, avant d'aller se réfugier derrière le comptoir. Là, il tenta de faire le point sur les cinq dernière minutes... Et il se laissa glisser au sol, l'air abasourdi... Puis il éclata de rire - un rire nerveux, angoissé.

« Allez, tout va bien. C'est qu'un cauchemar. C'est qu'un putain de cauchemar. Mon cerveau a pas eu le temps d'assimiler la présence de zombies à Storybrooke, et il me le fait payer en pourrissant le peu de sommeil que j'arrive à grappiller... Tout va bien se passer, si jamais j'me fais choper, j'vais m'réveiller. Les mots jaillissaient de sa bouche à toute allure. ... Pas vrai ? »

Son interrogation flotta dans l'air lourd du restau, demeurant sans réponse. Et il sentit son estomac se nouer - au fond de lui, quelque chose lui disait que non, s'il se faisait choper, il n'aurait pas le droit à une seconde chance...
⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I wanna know if I tell you


a secret will you keep it ?


I'll never be the same, I bit the fucking apple, I'm surrounded by some snakes. I need someone to blame
(c)miss pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86932-mind-your-own-busines


Conan Richardson-Kennedy
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Conan Richardson-Kennedy

| Avatar : Bryan Dechart ♥

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Wdhn

I'M SORRY THAT I DID THIS
The blood is on my hands. I stare at my reflection, I don't know who I am. Would you love me more if I killed someone for you ? Would you hold my hand ? They're the same ones that I used... When I killed someone for you.

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Qrv7


| Conte : Detroit Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : RK900

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 210



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Jeu 23 Juil 2020 - 14:02

Lost souls wandering...

When I saw you I would lose control but the days pass and now it's so long ago. Did you make it? Did you break free? Did you manage to be who you wanna be?

Les grillons chantaient en choeur alors que le vent soufflait dans les feuilles, les faisant frémir et danser à son passage. Conan entendait même le sons d'un petit ruisseau qui coulait non-loin de lui. Un sons assez net et assez faible qui pouvait lui faire comprendre que le ruisseau n'avait rien d'impressionnant. Hormis ces quelques bruits, tout semblait si calme, si reposé. Un silence à la limite étouffant. Le seul soucis, c'était que Conan ne reconnaissant aucun de ces bruits. Il avait la sensation d'être allongé sur quelque chose d'agréable et en même temps de désagréable. Pourquoi était-il allongé alors que normalement il devait se tenir assis sur le siège passager de la voiture de son partenaire, Gavin. Ce ne fût qu'à ce moment là que Conan décida d'ouvrir les yeux, légèrement perdu. Il remarqua rapidement que le décors autour de lui n'était pas celui qu'il avait imaginé. Certes, il était bien allongé sur le l'herbe, prêt d'un ruisseau, prêt des arbres. Mais sans savoir pourquoi son cerveau avait imaginé la scène comme un petit coin de paradis. Alors que c'était tout le contraire. La luminosité était triste à voir, il n'y avait pas de soleil ce dernier essayait de percer les nuages au dessus de sa tête mais sans grand résultat. Un orage au loin menaçait d'exploser à tout moment. L'herbe que Conan pensait verte et bien coupé, n'était qu'en faite des mauvaises herbes d'une couleur jaune pâle. Ces mauvaises herbes étaient si épaisses qu'il sentait ces choses le piquer à travers ses vêtements. Les arbres étaient là aussi, tordu et malade. Les racines arrivaient à peine à se frayer un chemin vers ce pauvre ruisseau qui faisait de la peine à voir.

La seule question que l'ancien androïde se posait actuellement était : où se trouvait-il ? Cela ne ressemblait pas à un coin de Storybrooke. La nature ne semblait pas malade à Storybrooke. Le visage fermé du détective se tourna finalement, cherchant à analyser tout ce qui se passait autour de lui. Cherchant un moyen de retrouver Gavin facilement. Inutile de préciser que cette situation ne l'effrayer pas vraiment. C'était juste une perte de temps. Conan remit alors correctement le col de sa chemise noir avant de remettre impeccablement sa longue veste blanche sur ses épaules. Il leva les yeux un moment sur ses cheveux avant de soupirer. C'était bien la seule chose qu'il avait du mal à maîtriser. Ses cheveux. Depuis qu'il était devenu humain, ces cheveux étaient devenus un grand n'importe quoi. Qu'elle idée d'avoir des cheveux bouclées et une tignasse pareille. Tout les matins, il passait du temps à se les peigner et à mettre du gel dedans afin de refaire la coiffure qu'il avait toujours eut mais il faut croire que aujourd'hui sa coiffure n'avait pas tenue vu que des bouclettes tombaient légèrement sur son front. Il passa alors sa main dans ses cheveux afin de les ramener comme il pouvait en arrière avant de poser son regard vers la ville abandonnée qui se tenait devant lui. Comment pouvait-il savoir qu'il n'y avait aucun signe de vie à l'intérieur ? Et bien c'était simple. Des immeubles étaient en piteux états et penchés dangereusement dans le vide ? Des maisons étaient détruite. Comme si cette ville avait été abandonnée depuis des années.

Il commença alors sa marche et mit plusieurs heures avant d'atteindre sa destination. Parfois Conan avait tendance à oublier que maintenant il avait des limites. Que son corps était maintenant pour lui, un poids. Ce corps humain sans valeur qui ne faisait que le ralentir un peu plus. Il avait mal aux jambes et il avait soif, très soif. Le ciel était peut-être couvert mais il faisait lourd, Conan avait l'impression de manquer d'air. Mais il ne se plaignait pas pour autant. Gavin aurait été là, il aurait entendu son partenaire pleurnicher pendant des heures au moins. Sur pourquoi ils étaient ici, pourquoi ils se tapaient les affaires les plus tordues et surtout sur le fait qu'il voulait absolument boire une bière. Conan le connaissait trop bien et imaginer cette scène le faisait doucement sourire. Le détective reprit alors doucement sa respiration avant de poser son regard sur le centre commercial abandonné qui se tenait juste devant lui. Il fixa un moment le bâtiment avant de finalement se faufiler à l'intérieur. Il entendait l'orage se rapprocher, grondant doucement au loin. Mais ce n'était pas le cadet de ses soucis. Conan posa automatiquement sa main sur sa ceinture cherchant son arme de fonction qui … n'était pas là. L'ancien androïde fronça les sourcils avant de baisser rapidement son regard vers sa ceinture, vide. Il n'avait même pas l'étuis de son arme accroché. Étrange, il était sûr de l'avoir mise ce matin avant de partir au travail.

En résumé, il se trouvait dans un endroit qu'il ne connaissait pas, il avait perdu Gavin et il n'avait pas d'arme pour se protéger. Cette mission risque d'être... compliqué. Sans attendre une seconde de plus, il reprit sa marche, s'enfonçant un peu plus dans le bâtiment. Il n'y avait presque plus de lumière mais ce n'était pas vraiment un problème pour Conan, il était capable de voir dans le noir. Il tomba alors rapidement sur une boutique ou le rideau de sécurité était à moitié relevé. Toutes les autres boutiques étaient fermés à double tour contrairement à celle là. Sans attendre, Conan se faufila sous la rideau de sécurité afin d'entrer dans le boutique. Personne. Enfin pour le moment. Il marcha un moment avant de tomber sur des corps au beau mileu de l'allée de la boutique. Celui d'un homme et deux corps d'enfants. Conan fronça légèrement les sourcils avant de se baisser doucement vers ses trois corps. En temps normal, il n'aurait rien ressentie, il ne se serait même pas arrêté. Mais là, Conan fixait les enfants un moment avant de recouvrir leur corps d'un drap qu'il avait trouvé posé en boule à côté d'eux. Le corps du père tenait encore une arme que Conan arracha de la main du mort sans problème. L'homme avait des traces de morsure un peu partout. Pas celle d'un animal mais celle d'un humain.

Il se redressa finalement vérifiant si le chargeur de l'arme était plein avant de finalement sortir de la boutique. Cette dernière n'avait rien apporté (à part une arme bien-sûr). Conan finit par sortir son téléphone de sa poche, ayant peut-être espoir d'avoir du réseau ou de la batterie. Rien. Il n'avait même plus les messages qu'il avait échangé avec Connor un peu plus tôt dans la journée ou même ceux avec Tracy qui lui demandait si il serait présent pour sa fête d'anniversaire. Faire une fête entre déviant... N'importe quoi. Puis Conan n'était pas déviant de toute façon. Pas de réseau, pas de moyen de communiquer avec cet imbécile de Reed. Il continua alors son chemin sans dire un mot avant de s'arrêter brusquement quand il entendit quelque chose taper contre la porte d'un magasin fermé à double tour. Conan fixa la porte, se demandant si il n'avait pas rêva vu qu'il n'entendait plus de bruit. Il se rapprocha alors doucement de la porte tout en pointant son arme sur cette dernière. Il s'apprêtait à ouvrir mais il entendit un clic juste derrière son dos. Conan ne bougea plus d'un poil sachant pertinemment que quelqu'un était en train de le menacer avec une arme. Un fusil à pompe plus exactement.

« Plus un geste ! Tu bouges d'un centimètre et je te fais sauter la tête ! »

« D'accord, ne tire pas. »
lâcha calmement Conan. « Je veux juste savoir ce qu'il se passe ici. »

La femme ne répondit pas à sa question. Il ne pouvait pas définir l'âge de cette dernière parce qu'il n'avait pas le droit de se retourner mais ce n'était pas une information importante. Conan sentit finalement le canon du fusil à pompe se coller contre son dos. Ce fût là une immense erreur de la part de la femme. Rapidement Conan se retourna et arracha le fusil des mains de la jeune femme avant de lui pointer directement l'arme sur elle. Quelque chose tapa une nouvelle fois dans la porte qui se tenait juste derrière lui mais cela ne déconcentra pas Conan pour autant.

« Qu'est ce qui se trouve derrière cette porte ? Réponds ! »


« Tu devrais baisser le fusil, tu risques de me tuer avec ç.... »

« Je sais très bien me servir d'une arme, merci. Maintenant réponds à ma question. »


La jeune femme qui était en tenue de police marqua un petit temps de pause avant de finalement lever ses mains en guise d'innocence. Elle pointa du bout de son nez, la clé qui était accroché à sa ceinture faisant comprendre à Conan que c'était celle qui permettait d'ouvrir la porte. Sans attendre le détective arracha la clé de la ceinture avant d'ouvrir la porte tout en pointant son arme vers l'inconnue qui semblait légèrement se reculer. Ce ne fût qu'au moment ou il ouvra la porte qu'il comprit... C'était un piège. Une femme sortit de la pièce, une femme déformé par des cloques sur le visage. Elle avait les yeux rouge et elle grognait et hurlait tout en fonçant sur Conan. Elle se jeta sur lui, le faisant tomber en arrière, lui faisant lâcher le fusil à pompe qui glissa vers la policière. L'ancien androïde prit alors le pistolet qu'il avait récupérer avant de tirer dans la tête de la femme qui essayait de le dévorer. Cette dernière s'écroula sur lui et la policière poussa un cri de colère. La jeune femme donna un coup de pied dans le visage de Conan ce qui lui cassa surement le nez vu le bruit que son os avait fait et vu le sang qui coulait maintenant sur son visage. Dans une rapidité sans faille, Conan se releva pointant son arme sur la policière et cette dernière en fit de même.

« Tu veux de buter ma petite-amie, fils de pute. »


« Tu n'aurais pas du me tendre un piège. Et je penses que ce n'était plus vraiment ta petite amie. » il posa son regard sur le corps de celle qu'il venait de tuer avant de remettre son attention sur la policière. « Il se passe quoi ici ? »

« J'en sais rien. Tout ce que je sais c'est que cette endroit a rendu dingue ma copine... Elle s'est mise à hurler et à me sauter dessus. Elle voulait me mordre et du coup je l'avais enfermé là pour la calmer. Quand je l'ai mise dans cette pièce, elle avait encore une apparence... normale. »

« Tu n'as pas vu un homme d'une trentaine d'années passer ici ? Pas très grand, assez grincheux. »


« Il n'y avait personne ici à part nous. Enfin du moins à ce que je sache. »


Conan était prêt à lui poser d'autre question mais ils entendirent des cris raisonner au fond du centre commercial. De nombreux cris d’hystérie, un peu comme ceux qu'avait poussé la petite-amie de la policière. Conan et elle échangèrent un regard avant de baisser leurs armes afin de se mettre à courir dans la direction opposée.

©️crack in time

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

You cant not buy this product. Your feelings are invalid.
I stand behind the wall of people and thoughts, mind controlling and I hold a sword to guide me. I'm fighting my way. I I built a cage to hide in. I'm hiding, I'm trying to battle the night.


Gavin Reed
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gavin Reed

| Avatar : Clayne Crawford

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712090625678617319770

Punch that motherfucker in the face
You hated what he said, right ?
They tried to kill me in the rain
Tried to lay me down and so I ducked and ran away


Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712303025678617319773




| Conte : Detroit : Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : Gavin Reed, le déchet fait homme

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 116



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Dim 30 Aoû 2020 - 4:54

Lost souls wandering...

What has happened to it all?

Il resta ainsi, prostré et perdu, pendant un trop long moment. Son corps ne semblait plus vouloir lui répondre, comme s'il lui intimait de rester ici à attendre, parfaitement immobile, afin de s'assurer le plus de chance de survie possible. Ses pensées, elles, étaient hagards au possible, confuses et décousues : il ne parvenait pas à percevoir cette rencontre comme réelle. Cela n'avait... Tout simplement aucun sens. Rien n'avait d'explications logiques ou rationnelles : on ne pouvait pas quitter un endroit sans s'en apercevoir pour reprendre connaissance dans un endroit inconnu, on ne pouvait pas avoir l'impression d'avoir créer un accident sans même en payer les conséquences, en garder les marques sur sa chair, et les putains de zombies ne pouvaient pas se retrouver dans chacun des lieux où il se trouvait. Alors elles bouclaient, encore et encore, comme si le fait d'avoir l'impression de revoir la scène se dérouler juste sous ses yeux, encore et encore, allait finir par lui donner un sens.

Au bout d'un moment, sa crise de catatonie finit enfin par lui passer, et il put de nouveau se mouvoir. Même s'il n'avait aucune idée de la durée exacte de cette absence, il se doutait qu'elle avait bien trop duré : il ne pouvait pas se permettre de perdre pied pour si peu, s'il parvenait à rester un minimum vigilant, il parviendrait sans mal à se sortir de ce mauvais pas. Après tout, il avait les aptitudes physiques pour, et savait se défendre. ... Et il avait l'avantage, aussi, d'en avoir réchapper une première fois. Même si la créature qu'il avait aperçu un peu plus tôt présentait certaines différences - la première étant de donner l'impression de pouvoir s'exprimer -, il supposait qu'elle avait le même système de fonctionnement global que les cadavres ambulants qui lui étaient tombés dessus en forêt. Il prit une grande inspiration, avant de souffler doucement. L'éventualité que Conan puisse également être coincé ici le frappa soudainement, et un juron lui échappa.

« Et merde... »

Comme il le connaissait, il l'imaginait déjà passer outre toute prudence élémentaire, simplement parce qu'il n'arrivait toujours pas à se familiariser avec son corps "d'humain basique". Ce n'était définitivement pas bon, toute cette histoire... Il inspira une nouvelle fois, avant de se relever, prenant même le temps de s'épousseter rapidement, comme s'il cherchait à se persuader qu'il avait totalement recouvrer une contenance. Depuis le temps, ses yeux s'étaient totalement habitués à la pénombre environnante - très peu de lumière filtrait par les fenêtre, pour la simple et bonne raison que la plupart avait été barricadée à l'aide de longue planche de bois, grossièrement clouées entre elles en guise de dernier rempart... Il ne savait pas ce qu'il s'était passé, ici, et il n'était pas sûr d'avoir l'envie de rester suffisamment longtemps ici pour le savoir... Vraiment, s'il parvenait à remettre la main sur son partenaire pour ensuite se barrer d'ici au plus vite, il ne demandait pas mieux. Et tant pis pour les éventuels survivants - pour peu qu'il y en ait encore - : si l'endroit était définitivement une ville fantôme, cela ne servait à rien de perdre son temps, et si survivants il y avait... Ils avaient réussi à tenir jusqu'à maintenant, non ? Ils pouvaient bien continuer de s'en sortir sans son intervention.

... Il grimaça, constatant avec un temps de retard tout l'horreur de ses divagations : non mais sérieusement... Certes, c'était un connard - cette réputation lui collait aux basques, mais il l'avait amplement mérité -, mais là, il commençait à battre tous les records. Si Conan avait été là, il imaginait sans mal les remontrances qu'il lui aurait fait. Il se passa une main sur le visage, comme si par ce simple geste, il réussirait à chasser toutes les pensées parasites qui essayaient encore de l'assaillir, et analysa pour la première fois son tout nouvel environnement en détail : le mobilier était encore en place, même si certaines tables avaient été renversées, et que les tabourets qui auraient du se trouver devant le bar étaient soient à terre, eux aussi, soit manquants, tout simplement. Sur les tables encore debout, certains couverts étaient encore dressés, mais couverts de poussières. Une chose était sûre, cela devait faire un sacré bout de temps que tout était à l'abandon...

« ... J'essayerai même pas d'ouvrir les frigos, j'imagine pas l'état de ce qui se trouve à l'intérieur. »

La remarque, banale au possible, lui avait échappé... Mais au moins, cela tendait à montrer que, petit à petit, il reprenait pied alors il allait pas s'en plaindre. Il avança entre les tables, et un morceau de papier chiffonné finit par attirer son attention : lorsqu'il s'en approcha pour le ramasser et l'observer d'un peu plus près, il remarqua qu'il s'agissait de la première page d'un vieux journal... Datant de 2014.

« Bah voyons, manquerait plus qu'un voyage dans le temps par dessus le marché... On va rester rationnel et se dire que tout ça est vraiment très, très vieux et abandonné, hein ? ... »

Mais l'explication le laissait quelque peu sceptique : une catastrophe de cette envergure aurait due faire parler d'elle, non ? Une ville tout entière ne pouvait pas disparaître du jour au lendemain sans que personne ne s'en préoccupe plus que ça, n'est-ce pas ? ... A moins que les responsables de ce carnage n'aient les moyens de faire taire tout le monde. Ce qui n'était pas une optique des plus réjouissantes... Il roula la feuille de papier en boule, et la laissa retomber au sol : il ne voyait pas l'intérêt de s'encombrer de babioles du genre. Il reprit son exploration, tentant de trouver quelque chose qui pourrait lui être utile plus tard. Les cuisines avaient étaient mises à sac, les tiroirs vides jonchaient le sol, des ustensiles de cuisine probablement jugés "inutiles" - comme les poêles, les gamelles et les planches à découper par exemple - étaient encore trouvables facilement, mais en ce qui concernant les objets tranchants... C'était une tout autre affaire : il se laissa cinq minutes pour chercher quoi que ce soit d'intéressant, sinon il repartirait. Il ne pouvait se permettre de perdre du temps inutilement, et puis, ce n'est pas comme s'il était complètement démuni... Par réflexe, il porta la main à son revolver, s'assurant une fois encore de sa présence, avant de reprendre les recherches. La seule découverte pour le moins intéressante qu'il fit fut celle de ce qu'il présumait être un ouvre-huître, et il le garda précieusement : si jamais la discrétion était de mise, il avait moins de chance de se faire remarquer en utilisant ça, plutôt qu'en utilisant son arme...

Les chances de trouver quoi que ce soit d'autre d'intéressant étant maigres - pour ne pas dire complètement nulles -, il choisit de quitter le diner... Non sans avoir pris la peine de jeter un oeil au travers d'un interstice entre deux planches mal fixées ensemble : de ce qu'il pouvait en voir, la rue semblait déserte. S'il parvenait à rester sur ses gardes tout en se faisant le plus silencieux possible, il ne devait pas risquer grand chose. Du moins, il essaya de s'en persuader. Et, dans le pire des cas, ses opposants étaient on ne peut plus lent en règle générale, alors à moins qu'un jogger de haut niveau ne se soit fait bouffer, il avait là un avantage non-négligeable. Son objectif principal était de retrouver son co-équipier (en partant du principe que ce dernier était aussi là, quelque part), et d'éviter tout contact superflu : il avait peut-être revu un minimum sa position - si un survivant se trouvait dans une situation périlleuse, il tenterait de lui venir en aide, au lieu de le laisser à son triste sort sans même sourciller -, mais il ne voulait pas trop engager de contact : dans de telles situations, la réaction d'autrui était souvent imprévisible, et comme les Etats-Unis avaient la merveilleuse habitude de donner une arme à qui le veut, il tenait à éviter de se prendre une balle perdue, tirée par un angoissé de la vie qui l'aurait probablement confondu de loin avec l'une de ses créatures...

« ... A moins qu'il ne s'agisse d'un dégénéré qui profiterait de a situation pour s'adonner à ses petits plaisirs malsains, on sait jamais, hein... »

... Il devait perdre cette habitude de penser tout haut, cela finirait à coup sûr par lui attirer des ennuis. Il lança un rapide coup d’œil autour de lui, et constata avec soulagement que, pour l'instant, il s'en tirait à bon compte : personne à l'horizon. Il fallait dire que l'orage qui menaçait d'éclater d'un instant à l'autre le couvrait plutôt bien, niveau bruit... Il continua d'avancer en se montrant un peu plus prudent à présent : le décor autour de lui changea légèrement et, même s'il s'agissait toujours d'un environnement principalement urbain, il avait l'impression de se rapprocher de ce qui avait dû être le cœur du centre ville, certains panneaux indiquaient la présence d'un centre commercial, mais également des principaux bâtiments administratifs ainsi que d'un musée et d'un cinéma. Autrement dit, il lui restait encore tout un paquet d'endroits à visiter, et la perspective ne l'enchantait guère... Un grondement, plus proche que les autres, le poussa à accélérer l'allure : déjà, les premières gouttes de pluie commençaient à tomber, et s'il ne voulait pas finir trempé, il allait devoir faire un choix... Et vite.

Soudainement, un coup de feu étouffé lui parvint, donnant l'impression de venir du centre commercial. Ce... n'était pas bon signe du tout, et il se demanda s'il s'agissait de Conan qui avait tiré, et s'il allait bien. Il laissa quelques secondes passer, sans que le bruit ne se reproduise, puis il commença à courir en direction de l'imposant bâtiment : qu'il s'agisse de son partenaire ou d'un parfait inconnu, si coup de feu il y avait, c'est qu'on se trouvait forcément dans une situation périlleuse... Malheureusement, il n'était pas le seul à avoir perçu le bruit et, déjà, des cadavres ambulants s'étaient dirigés à leur tour vers le bruit. Le côté positif, c'est qu'il n'en croisa pas plus de cinq, et qu'il parvint à les éliminer à l'aide de l'arme blanche qu'il avait trouvé un peu plus tôt. Enfin, il parvint à mettre la main sur une porte laissée ouverte - la quatrième qu'il essayait d'actionner depuis qu'il s'était trouvé aux abords du centre - et il se glissa à l'intérieur, resserrant sa prise sur son arme de fortune, juste au cas où...
⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I wanna know if I tell you


a secret will you keep it ?


I'll never be the same, I bit the fucking apple, I'm surrounded by some snakes. I need someone to blame
(c)miss pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86932-mind-your-own-busines


Conan Richardson-Kennedy
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Conan Richardson-Kennedy

| Avatar : Bryan Dechart ♥

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Wdhn

I'M SORRY THAT I DID THIS
The blood is on my hands. I stare at my reflection, I don't know who I am. Would you love me more if I killed someone for you ? Would you hold my hand ? They're the same ones that I used... When I killed someone for you.

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Qrv7


| Conte : Detroit Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : RK900

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 210



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Mar 8 Sep 2020 - 15:38

Lost souls wandering...

When I saw you I would lose control but the days pass and now it's so long ago. Did you make it? Did you break free? Did you manage to be who you wanna be?

Courir ne servait à rien parce que Conan savait que ces monstres finiraient par les rattraper. A un moment ou un autre la policière allait fatiguée tout comme le corps faible de Conan. Ils allaient se faire dévorer et Gavin ne sera jamais pourquoi son partenaire avait disparût. Ce n'était peut-être pas plus mal ? Il n'avait plus vraiment de mission. C'était un chasseur de déviant mais à cause de cette malédiction, il en était devenu un aussi en quelque sorte. Conan était devenu cet humain faible et décevant qu'il avait toujours regretté de devenir. Il n'avait jamais compris le mouvement de Markus, cette révolution qu'il avait créer et il ne comprendrait sûrement jamais. Les déviants devaient être heureux maintenant d'être devenues de simples humains. Il sait déjà que cela réjouit Connor. Il pouvait manger des hamburger avec Hank de temps en temps. Tracy aussi parce qu'elle ne travaillait plus en temps qu'objet sexuel. Conan savait que cette malédiction était devenu une bénédiction pour la plupart des androïdes mais lui... Il ne se sentait plus lui-même. Il avouait ouvertement à son entourage que cette situation était plus que énervante pour lui et pourtant... Connor n'arrêtait pas de vouloir faire des sorties avec lui et le traitait vraiment comme frère tout comme Chloé d'ailleurs. Markus n'arrêtait pas de proposer son aide tout comme Simon et même Josh. Heureusement que North était là pour montrer un peu de méfiance à son égart. Tracy l'avait invité à une fête chez elle. Enfin... Tout le monde était gentil avec Conan et il fallait le dire qu'il n'en avait pas l'habitude. Alors disparaître ferait peut-être un peu de mal à son entourage mais ça finirait pas passer pas vrai ?

Pourtant l'idée de partir l'agacé légèrement. La mort ne lui avait jamais fait peur. Le peu de temps qu'il avait vécu en tant que androïde, il s'était fait désactiver une dizaine de fois à cause de balle perdue ou ce genre de chose. Mais il était humain maintenant, il ne s'agissait plus de remplacer une pièce endommagé et de redémarrer un serveur. Avec ce corps, la douleur se faisait sentir rapidement et pour tout et rien. Comme les crampes d'estomac quand de la nourriture avait du mal à passer ou même un mal de gorge quand il faisait trop froid dehors. Une balle perdue avec ce corps pourrait lui être fatale. Et la mort cette fois-ci signifierait la fin de tout. Un soupir d'agacement sortit de sa bouche tandis que la policière tourna son visage vers Conan, légèrement surpris. Les deux s'arrêtèrent brusquement dans leur course. Une double porte était fermé juste devant eux, à l'aide d'une chaine et d'un cadenas. La jeune femme poussa une injure avant de tirer plusieurs fois sur la chaîne tout en grognant de peur et de frustration. Conan décida alors de lever son arme vers le groupe d'infecté qui fonçait vers eux.

« Je vais jamais réussir à l'ouvrir en si peu de temps. Merde ! »

Conan tourna légèrement la tête vers la policière avant de lever les yeux au ciel. Il se tourna rapidement vers la porte et sans attendre, il tira dans le cadenas qui tomba au sol. Rapidement, il retira la chaîne et il la garda avec lui. Les deux se faufilèrent entre les deux portes et Conan enroula la chaîne entre les deux poignets afin de ralentir les monstres qui tapaient déjà contre la porte. La jeune femme reprit difficilement sa respiration avant de poser son regard sur Conan.

« Merci... Tu réfléchis rapidement, c'est impressionnant. »

« On ne devrait pas resté ici à papoter, tu ne penses pas ? Il faudrait trouver un endroit sûr pour réfléchir à un plan... » Il posa son regard sur le badge qui se tenait sur la tenue de police de la jeune femme. « Garcia. »

La policière haussa les sourcils, surprise d'entendre son nom de famille sortir de la bouche de Conan. Elle claqua sa langue contre son palais avant de se décoller du mur tout en rechargent son arme. Garcia ne la rangea pas pour autant, elle garda fermement son arme dans sa main.

« Tu connais mon nom mais je ne connais pas le tiens. »

« Il est trop long. Appelles-moi juste, RK. »

Elle hocha vivement la tête avant de se remettre en marche au côté de Conan. Un lourd silence régnait dans ce bâtiment. Ce qui était plutôt étrange vu qu'avant des hommes et des femmes leur courraient après essayant sûrement de les manger. Ces infectés avaient un aspect différent de ce qu'il avait vu dans la forêt avec Gavin, Léonard et Rafe. Les infectés de ce centre commercial avait les yeux rouges et parfois des vers semblaient sortir de leur visage. Conan avait un mauvais présentement. Il n'était pas sûr que cette ville existe vraiment. Il n'avait pas de réseau, elle semblait être en ruine depuis des années et pourtant cette femme portait encore sa tenue de fonction. Elle ne portait pas le même vêtement depuis des années cela se voyait. Sa tenue n'avait pas d'usure. Rien n'était cohérent dans ce décor étrange. Garcia tapota doucement l'épaule de Conan avant de lui montrer une boutique bien sécurisé du doigt. Personne ne semblait être à l'intérieur tant mieux. Ils rentrèrent tous les deux tout en restant prudent bien-sûr. Conan était passé en premier et il avait son arme tendu devant lui, juste au cas où. Il avançait prudemment vers le fond de la boutique et sans prévenir un homme lui bondit dessus. Conan tomba en arrière sur le dos. Une chute qui lui coupa le souffle. Il essaya tant de bien que de mal de le reprendre tout en essayant de repousser l'infecté qui se tenait sur lui.

Conan essaya de lui donner un coup sur la tête mais l'homme en profitant pour attraper violemment son bras afin de lui arracher un morceau de chair. Un cri de douleur sortit de la bouche de l'ancien androïde tandis que Garcia arriva par derrière et cassa le coup de l'homme sans trop de difficulté. L'infecté tomba sur Conan qui grimaçait encore de douleur. Il posa son regard sur la policière.

« Aide-moi à retirer le corps que je puisse me lever... Vite. »

« Non. »

Le détective haussa les sourcils surpris tandis que Garcia pointait son arme sur la tête de Conan. Elle secoua plusieurs fois la tête avant d'avoir un mouvement de recule.

« Ma petite-amie est devenue folle après s'être fait mordre. Il va t'arriver la même chose alors je refuse de t'aider. »

« Ne dis pas n'importe quoi. Je t'ai sauvé la vie, sauve la mienne. »

Elle eut un autre mouvement de recule avant de baisser son arme avec un peu d'hésitation. Elle rangea son arme dans son pantalon avant d'arracher un morceau de sa tenue tout en se mettant à genoux devant Conan. Elle repoussa le corps de l'infecté avant d'aider Conan à s'asseoir contre un mur. Garcia prit délicatement le bras blessé de ce dernier avant de le mettre en garde, que cela risquait de piquer un peu. Le détective ne montra aucun signe de faiblesse et la policière décida alors de poser délicatement le tissu sur la chair vive qui se trouvait au niveau de son avant bras. Conan se retint difficilement de hurler une nouvelle fois, essayant de faire le moins de bruit possible. Garcia poussa un petit soupir.

« Voilà, j'ai fais ce que je pouvais. Il faudrait de l'alcool pour désinfecter mais je penses pas qu'il y en ait dans cette boutique. »
Elle marqua un petit temps de pause. « Tu sais que quand tu vas commencé à devenir fou, je ne pourrais pas rester. »

« Je sais. Mais ça n'arrivera pas. Est-ce que tu peux prendre le talkie-walkie qui se trouve dans ma poche. Je dois contacter mon partenaire. Les téléphones ne marchent pas alors je vais essayé ça. »

« D'accord. J'espère qu'il pourra venir te voir avant que tu n'y passes. » Elle donna le talkie-walkie.

Conan ne répondit rien à la réflexion de Garcia. Il ne comptait pas mourir aussi bêtement. Ce n'était pas son genre. Et puis il ne sentait pas de changement actuellement. Il avait juste mal, très mal. Après tout, il lui manquait un morceau de chair. Le détective entra la bonne fréquence dans le talkie-walkie et il entendit ce dernier grésiller, enfin. Il se demandait si Gavin pouvait l'entendre. Il espérait en tout cas.

« Gavin, c'est Conan. J'espère que tu es encore en vie. Si tu reçois mon message je voulais juste te dire que je me trouve dans le centre-commercial. Ça grouille d'infectés, différents de ceux qu'on connait alors fais attention à toi. Si tu me cherches j'ai trouvé refuge dans un magasin de jouet dans l'aile ouest. Terminé. » Il afficha une nouvelle grimace de douleur avant d'essayé de respirer calmement. « Je dois cacher cette blessure. Gavin ne doit pas savoir. Il va encore me prendre la tête. »

« Mais... »

L'ancien androïde fit signe à la femme de ne plus parler avant de chercher de quoi renforcer son bandage afin de cacher le saignement. Une fois fait, il baissa sa manche de chemise sur son bras avant de se lever difficilement. Il n'avait plus qu'à l'attendre. Oui, il allait faire ça.

©️crack in time

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

You cant not buy this product. Your feelings are invalid.
I stand behind the wall of people and thoughts, mind controlling and I hold a sword to guide me. I'm fighting my way. I I built a cage to hide in. I'm hiding, I'm trying to battle the night.


Gavin Reed
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gavin Reed

| Avatar : Clayne Crawford

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712090625678617319770

Punch that motherfucker in the face
You hated what he said, right ?
They tried to kill me in the rain
Tried to lay me down and so I ducked and ran away


Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 21031712303025678617319773




| Conte : Detroit : Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : Gavin Reed, le déchet fait homme

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 116



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Ven 16 Oct 2020 - 2:11

Lost souls wandering...

What has happened to it all?

Il faisait sombre, à l'intérieur. Seules quelques néons fonctionnaient encore, grésillant doucement tout en diffusant une lumière grisâtre. Bon... Il supposa que c'était toujours mieux que rien et, avec un peu de chance, peut-être que les autres ailes du centre commercial - il se faisait sûrement de faux espoirs, mais ne disait-on pas que l'espoir fait vivre ? Il prit quelques secondes pour analyser son nouvel environnement : il devait être passé par les couloirs destinés aux livraisons, le couloir n'était qu'un gros bloc de béton, et une rangée de porte se trouvaient sur sa droite, donnant probablement sur des espaces de stockages plus ou moins importants... Et, en face de lui, se trouvait une porte qui ne tenait plus que par quelques gonds, les autres semblaient avoir été... arrachés ?

Génial, vraiment... pensa-t-il, peu ravi de sa découverte.

Il n'avait pas de temps à perdre en exploration vaine : après tout, la personne à l'origine du coup de feu avait probablement besoin d'aide, il était donc hors de question de traîner en chemin... Alors il fonça droit sur la porte abîmée et, lorsqu'il la poussa, elle s'ouvrit sur un long grincement sinistre. Idéal pour installer l'atmosphère, mais nettement moins pratique au niveau de la discrétion... Il réprima un juron et continua d'avancer, pour au moins passer cet obstacle et le laisser derrière lui. Il se colla ensuite au mur, restant immobile un moment afin de s'assurer qu'il n'avait pas attirer l'attention d'indésirables... Mais hormis le bruit que faisait sa propre respiration, il n'entendit rien d'autre. Et il ne savait pas s'il devait s'en réjouir ou, au contraire, s'en faire davantage. Préférant éviter une nouvelle crise existentielle qui serait plus que malvenue, il se contenta de soupirer doucement et de se concentrer sur la raison de sa venue : trouver l'origine du coup de feu - et croiser les doigts pour que l'individu qui l'avait tiré soit encore en un seul morceau...

Il se remit à avancer, traversant un autre couloir du même acabit avant de déboucher sur un hall imposant et toujours aussi bétonné : une porte était ornée d'un panneau vacillant indiquant la présence d'escaliers. Il s'apprêtait à la pousser, elle aussi, quand un bruit étrange venant du local juste à côté le fit s'arrêter. Il chercha à se représenter quel pouvait être l'origine de ce grésillement incessant brouillé d'interférences, mais comme il ne parvenait pas à mettre le doigt dessus, il décida de jeter un rapide coup d'œil avant de continuer son chemin. Et, même s'il refusait de se l'avouer, lorsqu'il posa la main sur la poignée de porte, il eut un moment d'hésitation, redoutant soudainement ce qu'il pourrait trouver de l'autre côté. Au départ, il ne vit rien du tout. Et pour cause : la pièce était plongée dans le noir complet, mais au moins il eut confirmation que le bruit venait réellement d'ici. Il n'eut d'autres solutions que de récupérer son portable pour utiliser le flash en guise de source lumineuse...

« Et merde ! Putain mais c'est pas vrai... »

Sa voix lui paraissait curieusement amplifiée à l'intérieur du petit cagibi et, par réflexe pur - et à cause de l'effet de surprise, aussi -, il s'était exprimé en français uniquement. De derrière d'imposantes caisses en bois, il voyait émerger deux jambes... Et, lorsqu'il s'approcha, ce fut pour découvrir le corps à demi-affaissé d'un agent de police. Il aurait presque pu donné l'impression de dormir... Si sa gorge n'avait pas été lacérée de part et d'autre. Au vu de sa pâleur et de sa rigidité apparente, ça devait faire un moment que le pauvre bougre traînait là... Et, encore emprisonné dans sa main gauche, se trouvait l'appareil à l'origine des bruits parasites : un talkie-walkie encore en marche, réglé entre deux fréquences. Le mort avait dû chercher à appeler à l'aide en se voyant attaqué, mais dans sa panique et sa hâte il n'avait pas effectué les bons réglages, et ses doigts étaient encore crispés dans son dernier appel sans réponse... Il aurait pu rester là, à le prendre en pitié, mais il n'en voyait pas l'intérêt. Après tout, les morts, ça n'en avait plus rien à foutre des tourments des vivants. Et, sans plus de cérémonie, il récupéra l'appareil pour l'accrocher à sa propre ceinture, le réglant par habitude sur les ondes qu'il avait l'habitude d'utiliser lorsqu'il faisait équipe avec son partenaire.

Mais malgré l'apparente froideur dont il s'entichait, il prit tout de même le temps de fermer les yeux du défunt... Espérant naïvement qu'ils resteraient ainsi. N'ayant plus rien à faire ici, il quitta les lieux et emprunta enfin les escaliers, remontant dans les étages. Il arriva enfin au rez-de-chaussée, qui regroupait déjà un nombre important de boutiques abandonnées et vandalisées : les vitres avaient été brisées, et de ce qu'il pouvait deviner de l'intérieur, tout semblait avoir été saccagé, renversé. Probablement par des jeunes en mal d'aventures... Ou par des inconnus ayant tentés de survivre un peu plus longtemps dans ce cauchemar. Au centre, se trouvaient deux escalators hors service - le contraire aurait été plus qu'étonnant de toute façon -, et alors qu'il s'en rapprochait, il entendit un cri de douleur résonner dans tout le bâtiment... Il se figea, et eut l'impression de pâlir de façon significative : est-ce que son imagination lui jouait des tours ou... ?

Conan.

« Phck ! »

Sans réfléchir plus loin, il se mit à courir, remontant les escaliers mécaniques à tout allure. Il ne savait pas réellement où il se trouvait, mais il était hors de question qu'il baisse les bras. Pas maintenant. La grandeur des lieux n'était pas à son avantage, mais s'il le devait, il n'hésiterait pas à fouiller le moindre recoin, la moindre boutique abandonnée jusqu'à remettre la main sur son crétin d'androïde qui comprenait toujours pas la vie d'être humain. Il gagna le premier étage, et s'élança sur sa droite, supposant que la plainte provenait de ce côté là... Il commençait les recherches, s'était engouffré dans le premier magasin se présentant à lui, mais il était désert : pas l'ombre d'un être humain, et même les morts vivants semblaient l'avoir mépriser avec conviction... Il réitéra l'opération plusieurs fois, sans succès, jusqu'à ce qu'un grésillement n'attire son attention : et ce dernier provenait... Du talkie-walkie ? Il le prit, l'approchant de son oreille et...

« Gavin, c'est Conan. J'espère que tu es encore en vie. Si tu reçois mon message je voulais juste te dire que je me trouve dans le centre-commercial. Ça grouille d'infectés, différents de ceux qu'on connait alors fais attention à toi. Si tu me cherches j'ai trouvé refuge dans un magasin de jouet dans l'aile ouest. Terminé. »

Le simple fait d'entendre sa voix le rassura, et un soupire de soulagement lui échappa. Au moins, il était encore en vie, et c'était tout ce qui comptait. Empressé, il appuya sur le bouton afin de lui répondre :

« Ravi de t'entendre, tincan. Tu m'avais presque manqué. Bouge pas de là, j'arrive. Terminé. » Même s'il reprenait les propos taquins qu'il avait toujours à son sujet, son ton sonnait presque faux, trahissant ses inquiétudes. Mais il se dit que la mauvaise qualité d'écoute parviendrait peut-être à faire disparaître cette impression.

Il replaça l'appareil à sa ceinture, et revint sur ses pas : évidement, il avait fallu qu'il parle dans la direction opposée... Encore du temps de perdu. Mais une quinzaine de minutes plus tard, il repéra l'enseigne du magasin de jouets, et se hâta de passer sous le rideau métallique à demi abaissé... Tout ça pour être accueilli par le canon d'une arme pointé droit sur son front, ce qui le stoppa dans son élan.

« Wow, wow, wow, on va peut-être commencer par se calmer, hein ? »

En face de lui se trouvait une fliquette visiblement agitée de la gâchette... Et, derrière elle, en retrait, il remarqua son partenaire. Enfin une bonne nouvelle ! Peu désireux de se faire transformer en passoire alors qu'il venait de réchapper aux morts, il leva les mains en signe de reddition, en profitant pour lui montrer qu'il n'avait rien dans les mains qui pouvait la blesser.

« C'est bien. T'as une arme. J'ai une arme. Pour illustrer son propos, il désigna le flingue qu'il avait à sa ceinture - autant jouer carte sur table. On est fait pour s'entendre. Maintenant, tu veux bien la baisser ? C'est mon partenaire, là, avec toi. Aux dernières nouvelles j'ai encore le droit de lui parler. »

Mais cela ne sembla pas dissuader l'inconnue... Puisqu'elle arma son arme, sans jamais cesser de le viser.

« Si tu le dis. Je veux son nom, sa profession et le tiens. »

Un soupire lui échappa, mais il s'efforça de jouer le jeu :

« Le connaissant, il a dû te dire qu'il s'appelait RK. On est d'anciens flics... tu vois ? ça nous fait un autre point commun, c'est fou ça. Maintenant on est des détectives privés. Mais son calme apparent ne dura pas plus longtemps, et il finit par avoir l'air blasé de tout ça. Tu crois vraiment que c'est le moment pour un interrogatoire ? »

Elle haussa un sourcil - peut-être que sa manière de procéder lui échappait, mais il en avait rien à cirer - et, après un moment d'hésitation, elle finit par baisser son arme et s'écarta, le laissant enfin passer. Il se dirigea droit sur Conan, prenant le temps de l'observer... Et le trouvant curieusement pâle ; certes, il avait toujours conservé son teint clair d'ancien androïde, mais là, il était presque livide... Et c'était pas bon signe. Néanmoins, il décida de passer outre et lui lança :

« T'étais passé où ? Tout va bien ? J'ai entendu quelqu'un crier tout à l'heure... C'est pas la grosse ambiance ici, hein ? »

Il ne l'accusait pas d'être à l'origine du cri - même s'il en était persuadé à présent. La fliquette vint à leur hauteur, et se laissa glisser au sol dans un soupir las, prenant appuie sur le comptoir du magasin qui se trouvait à quelques mètres d'eux.

« Vous vous connaissez bien tous les deux à ce que je vois. De bons partenaires je suppose. »

Dans un premier temps, il haussa simplement les épaules... Avant de se dire qu'il ne s'agissait pas là de la réponse la plus polie qui soit. Alors il acquiesça.

« On a eu le temps de s'apprivoiser, effectivement. »

Un court moment de silence s'installa... Et, une fois encore, ce fut la représentante des forces de l'ordre qui le brisa :

« Votre ami a tué ma partenaire. »

Alors là, niveau déclaration fracassante on pouvait pas faire mieux. Gavin fronça les sourcils, et pencha légèrement la tête sur le côté tout en regardant son partenaire... Mais il n'avait pas besoin de justifications de sa part.

« J'en suis navré, vraiment, mais... S'il l'a fait, c'est qu'il avait une bonne raison pour. »

Est-ce que cette simple phrase pouvait être annonciatrice d'une vengeance à venir ? ... Par habitude, il vint se placer devant son partenaire - même s'il restait plus petit que lui, il avait au moins le mérite de faire un bouclier humain passable. Sa réaction fit rire la femme.

« Je ne compte pas le tuer. Je l'aurai déjà fait sinon. Depuis un moment. Mais ton partenaire est surprenant. Et il m'a sauvé la vie alors je lui en dois une. »

« Eh, on sait jamais... T'as bien failli me descendre, là. J'ai l'droit d'être un poil méfiant. Mais j'vois qu'il assure toujours autant, peu importe les circonstances. Toujours à me voler la vedette celui-là... »

Mais, durant leur court échange, elle le fixa droit dans les yeux, avant de faire un signe de la tête en direction de Conan, semblant montrer quelque chose en particulier chez lui... Il haussa un sourcil interrogateur, cherchant à comprendre ce qu'elle pouvait bien sous-entendre de la sorte. Profitant de l'air absent de son partenaire - et du fait qu'il se tenait devant lui, lui bloquant en partie la vue sur ses faits et gestes -, il fit un discret signe de la main pour le désigner et s'assurer que ça le concernait bien lui. Le regard insistant de l'autre lui fit comprendre que quelque chose clochait... Et, soudain, le déclic : cet avertissement muet, le teint particulièrement pâle... Là, ce fut à lui de perdre ses couleurs : non, ça ne pouvait pas être ça... C'était pas possible.

Ses mains tremblèrent, trahissant la tempête d'émotions qui faisait rage en lui. Il les referma en un geste rageur, avant de les desserrer presque aussitôt, tentant tant bien que mal de faire comme si de rien n'était. Bon. Ca devait être une erreur. C'était forcément une erreur. Il finit par se tourner vers l'ancien androïde, trouvant la force d'esquisser un sourire narquois, pour donner le change. Pour faire comme si tout allait pour le mieux.

« Alors ? Comment ça se fait que t'étais pas avec moi ? T'es arrivé comment ici ? Tu m'racontes tes passionnantes aventures et comment t'as fait la connaissance de cette charmante jeune femme ? Les questions banales, comme s'il cherchait à en apprendre un peu plus sur la situation. Mais ce n'était pas suffisant, alors il ajouta une autre question, en français cette fois-ci : Tu es blessé ? »

Il pouvait sentir son cœur battre bien trop fort dans sa poitrine. Pourtant, il prétendait encore que rien ne l'atteignait, que les choses étaient parfaitement normales. Peut-être que s'il y croyait suffisamment fort, cela finirait par devenir une réalité...

⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I wanna know if I tell you


a secret will you keep it ?


I'll never be the same, I bit the fucking apple, I'm surrounded by some snakes. I need someone to blame
(c)miss pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86932-mind-your-own-busines


Conan Richardson-Kennedy
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Conan Richardson-Kennedy

| Avatar : Bryan Dechart ♥

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Wdhn

I'M SORRY THAT I DID THIS
The blood is on my hands. I stare at my reflection, I don't know who I am. Would you love me more if I killed someone for you ? Would you hold my hand ? They're the same ones that I used... When I killed someone for you.

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. Qrv7


| Conte : Detroit Become Human
| Dans le monde des contes, je suis : : RK900

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. 201224014800977328

| Cadavres : 210



Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________ Ven 6 Nov 2020 - 2:05

Lost souls wandering...

When I saw you I would lose control but the days pass and now it's so long ago. Did you make it? Did you break free? Did you manage to be who you wanna be?

Dire qu'il n'avait pas mal serait sûrement un mensonge mais Conan n'avouera jamais le fait d'être faible. Il resterait cet androïde qui surpassait les humains, tout simplement. Pourtant actuellement, il était assis sur le sol à deux doigts de tomber dans les pommes tandis que Gavin était en train de se prendre la tête avec Garcia. Pathétique ces deux-là. Un soupir sortit de sa bouche alors qu'une grimace de douleur se dessina sur son visage. Cette scène avait quand même un côté ironique. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser que Garcia était la version féminine de Gavin. Même caractère, même façon de parler. Oui c'était ironique pour Conan. Enfin jusqu'au moment ou se partenaire décida de s'asseoir à côté de lui, l'air inquiet gravé sur son visage. L'ancien androïde pouvait dire ce qu'il voulait. Cette expression de chien battu qu'affichait actuellement son partenaire lui faisait mal au cœur. Il voyait rarement Gavin dans cet état là. Ce dernier n'arrêtait pas de prétende qu'il se fichait de tout et que l'humanité était une pure connerie. Mais avec le temps, Conan avait appris que Gavin avait un cœur bien plus gros que les autres humains que Conan avait croisé dans sa courte vie. Reed passait son temps à défendre les enfants sans défense, à se ranger du côté des plus démunies et à emmerder les connards et les pourritures. D'accord, il n'avait pas la méthode la plus intelligente pour prouver que c'était un bon homme. Conan l'avait quand même rapidement compris.

Un petit sourire se dessina sur le visage de l'ancienne machine. Mentir à Gavin devenait de plus en plus dur chaque jours. Fréquenter Gavin devenait de plus en plus dur chaque jours. Conan ressentait presque l'envie de tout l'avouer afin que ce dernier prenne soins de lui et que tout se passe bien. Sauf que Conan connaissait les conséquences de ce genre de morsure. Gavin ne lui tirera jamais dessus et il ne l'abandonnera jamais. Alors autant se transformer en un de ses monstres pour que Gavin n'ait pas le choix. Pour ne pas qu'il se sente coupable, encore une fois. Il secoua négativement la tête pour lui faire comprendre que tout allait bien. Conan essaya de se redresser tant de bien que de mal contre lui mur, répondant à son tour en français.

« Je vais bien. Garcia m'a bien aidé et maintenant que tu es là, on va pouvoir rentrer chez nous. »

Ce n'était pas le moment pour Conan de se montrer faible. Les deux détectives devaient comprendre ce qu'il se passait ici. Maintenant que Gavin était avec lui, ils allaient pouvoir bouger en compagnie de Garcia. Elle connaissait sûrement mieux la ville qu'eux. Conan respira un bon coup avant de prendre appuis sur le sol pour finalement se relever. Une fois debout, il sentit comme un vertige le prendre, il faillit tomber en arrière mais il se retint grâce au comptoir qui se tenait à côté de lui. Il fixa un moment le corps qui se tenait devant lui avant de poser son regard sur Garcia.

« On doit rentrer chez nous. Tu sais comment faire ? »

La jeune femme secoua négativement la tête, fixant le bras de Conan avec hésitation avant de se rapprocher doucement des deux détectives. Elle semblait méfiante mais elle ne semblait pas vouloir tirer sur Conan pour autant. Cette femme semblait avoir un bon cœur elle aussi. Elle se mit à réfléchir pendant quelques secondes avant de soupirer.

« Je sais qui pourrait vous aider. Hunter. Le chef du camp de survivant dans lequel j'habite. Vous savez, ce n'est pas pour rien que cette ville est en ruine. Cela fait des années que ses monstres rodent dans l'ombre. Des années que l'horreur a frappé cette ville. »

Encore des survivants ? Surprenant quand on voyait à qu'elle vitesse ces montres se déplaçaient. Cela faisait seulement quelques heures que Conan était là et il s'était déjà fait mordre. Peut-être que ce Hunter allait trouver une solution pour lui. Enfin pour le monde, le trio devait reprendre la marche. Garcia passa en premier, elle regarda correctement autour d'elle avant de sortir de la boutique en compagnie d'un Gavin et d'un Conan armés. Ils traversèrent silencieusement le long couloir du centre commercial mais il était difficile de ne pas croiser du monde dans ce labyrinthe géant. Il ne fallut que peu de temps pour qu'un croqueur ne les remarques. Garcia leur fit signe de courir vers la sortie et les deux détectives ne se firent pas prier. Ils coururent rapidement vers la sortie du bâtiment. Une fois dehors, sous le soleil chauffant. Garcia se stoppa.

« Ne bougez plus ! »

Conan croisa le regard perdu de Gavin. Arrêter de courir alors qu'une horde était en train de les suivre ? Cela ne semblait pas être la meilleure des idées. Mais les croqueurs restèrent dans le bâtiment, dans l'ombre. Conan leva les sourcils alors que Garcia afficha un immense sourire rangeant son arme dans sa ceinture. Elle pointa l'est du doigt avant de reprendre sa marche tout en sifflant une mélodie que Conan semblait connaître. Il se remit alors à marcher derrière elle, rangeant à son tour son arme dans sa ceinture.

« Pourquoi ? »

« Hm ? » Garcia sortit de sa mélodie et tourna son visage vers Conan. « Oh tu parles des croqueurs ? Ils ne supportent pas la lumière du jour. Ce sont des monstres de nuit. Les croqueurs récents sortent de temps en temps la journée. Mais c'est très rare. »

L'ancien androïde tourna la tête vers le centre commercial. Là où il entendait encore les grognements des monstres. Il reposa son regard sur Garcia qui semblait inquiète à son sujet. Pas besoin, il allait très bien.

« Croqueur ? C'est un drôle de nom. »

« Oui, apparemment au début de l'épidémie. Les enfants s'amusaient à les appeler les croque-mitaines. Comme dans les histoires qui font peur. C'est un nom qui a plu aux journalistes. Ils pensaient tous que ce virus ne gagnerait pas du terrain... Plus les années passaient, plus le nom de croque-mitaine revenait. Et pour faire plus court, les journalistes ont commencés à les appeler les croqueurs. »

C'était une histoire affreuse. Il détestait pourtant les humains mais souffrir autant, ce n'était pas juste. L'homme n'avait pas été créer pour ce genre de chose ? Si ? Conan posa son regard sur Gavin alors qu'il observa un moment son partenaire. En y repensant, Gavin en avait énormément bavé à cause de la vie et il continuait encore d'en baver. Conan ne comprenait décidément pas le sens de la vie quand on en voit le résultat. Les immeubles délabrés, les corps sans vie qui gisaient sur le sol, les couples séparés, les monstres. Garcia marchait devant les détective d'un pas décidé mais Conan le voyait. Elle n'allait pas bien. Alors il décida de faire une chose qu'il ne faisait jamais en temps normal.

« Je suis vraiment désolé pour votre partenaire. Enfin votre petite-amie. »

« Sarah. Elle s'appelait, Sarah. »

La policière ne rajouta rien d'autre. Le détective savait qu'elle ne lui en voulait pas vraiment. Que de toute façon, Sarah était partie depuis bien longtemps. Garcia ne disait rien parce qu'elle souffrait de la perte de sa moitié. Mais comme Gavin, elle préférait garder la tête haute plutôt que d'extérioriser la chose. Conan n'était personne pour juger ce genre de comportement alors il se contenta de poursuivre sa marche. La policière pointa les montages qui se trouvait au loin, montrant que son camp se trouvait dans ses montages. Ils n'allaient pas y arriver avant la fin de la nuit alors la priorité était de trouver un abris sur pour la nuit. Cela faisait déjà des heures qu'ils marchaient sans s'arrêter. Et vers 19h alors que le soleil commençait à se coucher. Garcia ordonna de s'arrêter alors qu'en face d'eux se trouvait un camion blindé. La cachette parfaite pour la nuit selon elle.

Conan avait étrangement chaud. Chaleur qui était sûrement du à la longue marche. Mais il n'y avait pas que ça. Ses vertiges ne s'étaient pas arrêtés depuis la dernière fois et une nausée atroce lui tiraillait le ventre. Sa blessure s'était peut-être infecté. Il aimerait en parler à Garcia mais pas devant Gavin. Les trois s'enfermèrent finalement dans le camion alors que la nuit tomba petit à petit. Conan était assis dans un coin du camion, essayant de calmer sa crise tandis que Garcia était assise à l'avant, regardant à travers le pare brise si un croqueur ne traînait pas dans les parages. Une immense crampe à l'estomac força Conan à rabattre ses jambes contre son torse. Il profita du fait que Gavin fixe le pare brise avec Garcia pour examiner sa plaie. Une chose étrange se passa. Sa morsure était toujours là mais autour de cette morsure, ses veines étaient devenues noir.

La salive remplit subitement sa bouche alors qu'il sentait clairement son ventre se tordre dans tous les sens. Il se leva difficilement avant de marcher, les jambes tremblantes vers ses partenaires.

« Je me sens pas bien. Je crois que j'ai besoin de... »

Il n'avait pas le temps de finir sa phrase, qu'il vomit le peu de nourriture qu'il avait dans le ventre. Il se retenait tant de bien que de mal mais impossible de se calmer. Conan recracha tout ce qu'il avait dans l'estomac, finissant par tomber sur le sol, épuisé. Alors qu'il était à quatre patte, il continua de se vider. Garcia fixa Conan avant de finalement se rapprocher de lui, tapotant doucement son dos alors qu'elle afficha un air grave. Elle tourna son visage vers Gavin avant de soupirer.

« Il va falloir atteindre mon camp, plus vite que je ne le penses. Le temps presse. » Elle releva la manche de Conan montrant les dégâts à Gavin. « Ton partenaire s'est fait mordre dans le magasin juste avant ton arrivé. Il ne voulait pas te le dire mais je n'ai pas le choix. Il va se transformer en croquer dans 24h environs. Peut-être que Hunter pourra vous aider. L'aider. »

Conan repoussa la main de Garcia, agacé. Elle avait trahis sa promesse. Il s'essuya la bouche d'un revers de manche avant de s'asseoir contre la parois du camion fixant ses deux partenaires à tour de rôle.

« J'ai juste la nausée, c'est rien. »

« Non ce n'est pas rien ! Ça commence avec des vertiges, de la fièvre, des nausées, des vomissements, des moments d'absences, de blanc et des moments ou tu deviendras agressif. Conan, ce poison gagne du terrain. Quand ce liquide bleu touchera ton cœur puis ton cerveau, tu ne seras plus toi... »

Il afficha une expression neutre avant de se tourner vers Gavin.

« Désolé. J'aurai du t'en parler. Mais j'ai décidé de ne pas le faire parce que tout va s'arranger. Je ne suis pas qu'un simple humain ne l'oublie pas. Malgré la malédiction. Je vais y arriver... On va y arriver. »

©️crack in time

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

You cant not buy this product. Your feelings are invalid.
I stand behind the wall of people and thoughts, mind controlling and I hold a sword to guide me. I'm fighting my way. I I built a cage to hide in. I'm hiding, I'm trying to battle the night.


Contenu sponsorisé




Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin. _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Lost souls wandering... ⌑ Conan & Gavin.





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours