« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Venez vous divertir et remporter des récompenses avec le jeu de la Saint Patrick ! Jusqu'au 17 mars 2021 !

Partagez
 

 Food wars .oOo. Timothy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



Invité


Anonymous



Food wars .oOo. Timothy _


Actuellement dans :

________________________________________ Mer 22 Juil 2020 - 22:34


There’s no such thing as too much food
Ema et Timothy


L’été battait son plein et s’était installé de façon intense dans la petite ville de Storybrooke. La chaleur pouvait rapidement devenir insupportable. Tous les points d’eau de la ville étaient utilisées à leur pleine capacité, et même au-delà. Le Glacier faisait des affaires en or par cette canicule qui semblait vouloir s’éterniser. Malgré la chaleur écrasante, l’activité vedette du weekend n’avait pas été annulée. Il s’agissait de la foire alimentaire extérieure annuelle. Tous les restaurants, petit et gros, les cafés, les pâtisseries, les food trucks et autres, étaient installés dans des kiosques sur la grande place. Il y avait des dégustations de toutes sortes de nouveaux plats qui n’étaient pas encore au menu. On y retrouvait des stands avec des concours, comme le plus grand mangeur de hot-dog, ou encore tenter de deviner une nouvelle saveur de glace en la goutant. C’était véritablement le paradis des gourmands et des gourmets. La journée était chaude, mais la fête était plus que vivante.

Ema avait revêtu, pour l’occasion, une jolie robe soleil rose avec des petits palmiers dans le bas. Il était de notoriété publique que les habitant du Mystery Hotel, et plus particulièrement la famille Pines, était de bon mangeurs. Bien qu’elle ne porte pas leur nom, cette simple caractéristique donnait à la blondinette un air de famille indéniable avec les Pines. La pauvre jeune femme avait vécu plus de 400 ans sans pouvoir manger quoi que ce soit. Depuis deux ans qu’elle avait retrouvé sa forme humaine, elle profitait de chaque saveur qui venait titiller ses papilles. Cette foire alimentaire était donc une véritable opportunité, pour la démone, de tomber dans la volupté et dans la déchéance de l’excès. Elle s’était donc préparée pour l’occasion avant d’aller frapper à la porte du bureau de Stanford. Celui-ci, à l’arrivée de la jeune femme dans sa vie, avait ouvert un compte bancaire à son nom. Il y déposait un montant d’argent à chaque semaine, en échange de menus travaux qu’Ema effectuait à l’hôtel. Il tentait, de cette façon, de lui inculquer la valeur de l’argent pour qu’elle puisse, éventuellement, se trouver un vrai boulot. Ce n’était pas gagné. En attendant, il gérait son argent pour elle, mais il tentait de ne pas trop la restreindre. Il lui remit donc une rondelette somme lorsqu’elle le lui demanda, juste avant de partir pour la foire.

Lorsqu’Ema arriva sur la grande place, la foule était déjà importante. La chaleur n’avait arrêté personne. Sa petite bourse bien ronde, cachée dans son sac à bandoulière, la démone prit un moment pour choisir l’endroit où elle allait dépenser son argent en premier. Il était passé midi et elle n’avait encore rien mangé depuis son petit déjeuner du matin. Elle se dirigea donc vers le stand de la pizzéria des Turtles pour en commander une pointe. Normalement, elle aurait facilement pu en avaler trois ou quatre, peut-être même plus avec un peu de bonne volonté, mais elle tenait à se garder de la place dans son estomac. Elle avait la ferme intention de goûter à absolument tout. Déjà, cette pointe de pizza était merveilleusement bonne. Après avoir timidement remercié d’un hochement de tête le jeune homme qui lui avait remis et fait payé sa pointe de pizza, la blondinette s’éloigna du stand qui était toujours fortement achalandé.

Ema se rendit au stand du Fantasia où elle prit un moment pour discuter avec Gabrielle qui semblait plus occupée que jamais. Pour se faire pardonner de ne pouvoir donner à la démone toute son attention, la patronne lui offrit un petit gâteau. Ema l’accepta avec grand plaisir, même si elle comprenait très bien que la mage ne puisse pas délaisser tous ses clients pour elle. Elle déposa son petite gâteau dans l’assiette en carton qui contenait toujours la moitié de sa pointe de pizza qu’elle n’avait pas encore terminé. Au Tree Star, le food truck végane d’une jeune femme nommée Astrid, la démone succomba à l’attrait d’un sandwich nommé Ptérodactyle. Déjà, elle adorait l’avocat, mais les pépins de grenade donnait une saveur sublime au repas. Après deux bouchées, elle posa son sandwich sur sa pizza, afin de continuer son périple.

Après avoir visité les stands de La Pelle à Tarte, le Glacier, le Comic Burger, sans oublier les dizaines de petits stands qui ne représentaient pas de grands restaurants de la ville, Ema se dirigea vers l’estrade ou se déroulait le concours de mangeurs de hot-dog. Elle aurait bien voulu envoyer la main à Edan, qui souriait devant sa victoire tout en se tenant le ventre, mais la blondinette avait les bras chargés de nourriture de toutes sorte. Néanmoins, la démone se promit d’envoyer un texto à Edan pour le féliciter de sa seconde victoire en autant d’année de participation. Quarante-deux hot-dogs, ce n’était pas rien, c’était même digne de mention.

C’est à ce moment que la foule qui avait regardé le concours de mangeur de hot-dog commença à s’agiter. Ema n’entendait pas ce qui se disait autour d’elle, mais elle voyait bien que deux clans se formaient. Clairement, un des participants ne semblait pas heureux de sa défaite et il semblait accuser un homme de la foule. Celui-ci lui avait probablement offert un conseil qui ne s’était pas avéré efficace. Il n’en fallut pas plus pour que la pauvre blondinette se retrouve coincée entre deux colosses. Bon, ils n’étaient pas si grands, mais la démone était petite et plutôt menue. Elle se mit à regarder frénétiquement autour d’elle pour trouver un moyen de se sortir de cette mauvaise situation, mais il était trop tard. Un des colosse poussa l’autre, et celui-ci, perdant l’équilibre, bouscula la petite. La pauvre Ema se retrouva projetée sur un autre garçon si violement qu’elle en laissa tomber toute sa nourriture. Le garçon qu’elle avait heurté se retrouva dans la même situation. Désemparée devant le monticule de nourriture gâchée, la blonde sentit les larmes rouges lui monter aux yeux. Lentement, elle sortit sa bourse amaigrie de son sac, pour constater qu’il ne lui restait que quelques dollars. Elle avait dépensé tout son argent dans cette nourriture qui n’était plus bonne à être consommée. C’était décidément la pire journée de toute sa vie. Les larmes aux yeux, la tête baissée, la pauvre s’excusa en langue des signes au jeune homme à qui elle venait de gâcher la vie aussi.


18 juillet 2020
⇜ code by bat'phanie ⇝

Timothy Powers



« Don't feed the Yao Guai »


Timothy Powers


╰☆╮ Avatar : Joo-Hyuk Nam

Ѽ Conte(s) : Kaeloo
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Moignon

✓ Métier : Dessinateur de BDs et testeur de jeux-vidéos
Food wars .oOo. Timothy 15392610

☞ Surnom : Moignon, casse-noisette, l'écureuil, Stumpy, Tim, Timmy, crétin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1268

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Food wars .oOo. Timothy _


Actuellement dans : « Don't feed the Yao Guai »


________________________________________ Ven 24 Juil 2020 - 10:39


La porte de l’appartement claqua derrière lui. Timothy grommela dans la barbe qu’il n’avait pas et enfonça les mains dans les poches. Ça commençait sincèrement à lui courir sur le haricot de se faire constamment disputer par ses colocataires. Ne pouvaient-ils pas lui foutre la paix une bonne fois pour toutes ? Qu’est-ce que ça changeait à leur vie à eux, que lui décide de faire ce qu’il voulait de la sienne ? S’il avait envie de se péter la rétine sur l’écran de sa télévision, ça ne regardait que lui. S’il voulait passer la prochaine journée à dessiner, sans rien faire d’autre, ça ne regardait que lui. S’il ne voulait pas manger, ni se laver, où était le problème pour eux ? Tim était grand, adulte, vacc-… hmm, pas sûr, ça. Il détestait les aiguilles et ne se rappelait pas des derniers vaccins qu’il avait été forcé de faire. À moins qu’il se soit juste évanoui, comme souvent ? Quoi qu’il en était, l’écureuil était un adulte, maintenant. Il ne pouvait pas laisser ses frères et sœurs dicter sa vie pour toujours.

Que faire, pourtant ? Tim eut beau réfléchir, shootant un peu dans quelques cailloux, il ne voyait pas ce qu’il pourrait faire pour changer tout ceci. Il n’avait pas envie de se disputer avec le reste de son clan. Au fond, il savait qu’ils avaient raison. Il ne voulait juste pas l’admettre devant eux. Il préférait garder le menton haut, leur faire croire que rien ne l’atteignait et qu’il faisait, décidément, ce qu’il voulait de sa vie ! D’ailleurs, l’écureuil ne se considérait pas comme le pire de son « espère ». Après tout, il passait un temps considérable en dehors de l’appartement, poussé par un besoin vital de prendre l’air, de se recharger au soleil et de profiter, un peu, de la nature autour de lui. Au même titre que les autres, Timothy avait vécu sa première vie dans un monde sans réelle maison, alors avoir un toit au-dessus de sa tête finissait toujours pas l’étouffer. Puis, ce n’était pas, non plus, comme s’il passait son temps à glander. Tim avait un travail qui rapportait assez d’argent pour couvrir ses dépenses. Ses BDs n’étaient peut-être pas des best-sellers, mais elles se vendaient bien et il avait, aussi, le droit à un peu d’argent pour les jeux qu’il testait.

Alors où était le problème ?

Toute cette histoire avait, presque, réussi à détourner Timothy de la journée spéciale qui était celle d’aujourd’hui. Presque. Inconsciemment, le grand asiatique s’était dirigé vers le centre-ville qui était, pour quelque temps, le théâtre d’une débauche incroyable de nourriture, de vomi, aussi, et de fumets plus alléchants les uns que les autres (à part le vomi, évidemment). La vue de tous ces stands, collés les uns aux autres sur la grand-place, réussit à ramener de petites étoiles dans les yeux de l’écureuil et un sourire sur ses lèvres. Comment avait-il fait pour oublier une fête comme celle-là ? Tim était un grand gourmand, prêt à engloutir des quantités considérables de nourriture en une fraction de secondes. Sans parler de tout ce qui se rapprochait, de près ou de loin, à la saveur particulière des noisettes…

Forcément, au milieu de cet étalage de bouffe, Tim était aux anges.

Le brun s’ébroua, dans son t-shirt bleu-marine, brodé d’un petit vault boy portant un koala, sur la poitrine, et d’un gros cœur barré d’un rythme cardiaque, dans le dos. Un t-shirt tout particulier, acheté pour aider l’Australie après ses incendies dévastateurs. Une chose qu’il n’avait dite à personne, fier de sa réputation de geek que rien n’atteint. Il sortit, finalement, les mains des poches de son jean sombre et les frappa l’une contre l’autre, comme pour sonner le départ de la guerre qui allait se jouer, désormais, entre lui et tous les autres participants de cette étrange fête. Personne, personne, ne lui piquerait ce qu’il allait récolter aujourd’hui et engloutir pour le bien-être de son estomac.

La première chose qu’il fit fut de lever le nez en l’air et de sentir les différents arômes pour se diriger vers les paninis, puisque Timothy ne pourrait jamais vivre sans un bon panini. Il en prit un entier, parce que, et trottina immédiatement vers un stand voisin, pour s’emparer d’une barquette de frittes. Devant le stand d’une pizzeria, il hésita longuement à réclamer une pizza entière, histoire de. Au cas où, quoi. Mais finalement, l’asiatique se contenta de deux parts différentes et s’envola immédiatement vers un autre stand. À force de recherches, il finit par avoir les mains pleines de nourriture, dans une quantité quasiment indécente. Il était, enfin, temps de tout manger.

Timothy se fraya un passage jusqu’à la scène du plus gros mangeur de hot-dogs. Ça lui rappela le concours du plus gros mangeur de yaourts qu’il avait réussi grâce à Coin-Coin et qui lui avait fait gagner des cartes du jeu Mister CoolSkin. Évidemment, là, Tim doutait que le gagnant ait le droit à un lot très intéressant, aussi se détourna-t-il de la scène sans s’en intéresser davantage… jusqu’à ce qu’une sorte de bagarre échauffe la foule.

La violence, l’écureuil connaissait. Elle berçait le Pays Trop Mignon. Néanmoins, il ne comprenait pas comment, avec autant de nourriture tout autour d’eux, les esprits pouvaient s’échauffer de la sorte. Lui, manger, ça le calmait. Mordre, mâchouiller, faisait tomber son stress. Il décida, donc, de s’éloigner un peu pour aller trouver un endroit plus calme pour dévorer son gros plateau. Ou, en tout cas, il voulut s’éloigner. À l’instant où il se crut tiré d’affaire, une masse s’écrasa contre lui et l’inévitable arriva : le plateau lui échappa des doigts. Sous ses yeux choqués, la nourriture vola, roula, tomba et s’écrasa par terre.

avatar
Mais ! Mais c’est quoi ce déliiiiiiiire ?!


Tim lorgna longuement sa nourriture. La règle des trois secondes s’appliquait-elle à la grand-place de Storybrooke ? Pouvait-il ramasser tout ça en vitesse et le manger quand même ? Il était un écureuil, à la base. Il mangeait bien pire d’habitude, non ? Plongé dans ses pensées, l’asiatique ne prit pas vraiment conscience des excuses signées de la jeune femme qui venait de lui rentrer dedans. L’information se cala dans un coin de son esprit et il y répondit machinalement, en quelques gestes, pour lui dire que ce n’était pas grave et certainement pas de sa faute. Ce ne fut qu’à la fin de son dernier geste qu’il prit conscience de ce qu’il étai en train de faire et se tourna vers elle, vivement. La toute petite (oui, ça l’amusait toujours autant de comparer sa grande taille aux autres) chose devant lui semblait sur le point de pleurer. Ce qui, inévitablement, le mit très mal à l’aise. Timothy n’était déjà pas doué avec les filles (qui lui faisaient peur, la plupart du temps, vieux traumatisme à cause de sa sœur), mais alors si elle se mettait à pleurer… Tim serait totalement perdu.

avatarHAHA ! T’en fais pas, va ! dit-il, tout en signant, sans cacher le stress dans sa voix et ses gestes. C’est pas de ta faute, c’est de la faute de ces gros nigauds, là. S’ils étaient un peu moins débiles, ça serait pas arrivé !

L’écureuil marqua un temps d’arrêt, sur son dernier geste, et ses yeux noirs remontèrent de la blonde aux « gros nigauds ». Évidemment, les deux « débiles » avaient très bien entendu ce que Timothy avait dit tout haut, en même temps qu’il signait. Il déglutit péniblement, lui-même soûlé par son manque de prudence. D’habitude, quand il signait avec Coin-Coin pour ne pas faire de bruit, il pensait à ne pas parler par-dessus. Là, il ne restait qu’une chose à faire : il attrapa le poignet de la blonde et s’enfuit en courant.

Au bout de quelques mètres, Moignon s’arrêta, totalement essoufflé, et lâcha l’inconnue pour s’appuyer contre un mur et reprendre son souffle. Il n’était vraiment pas sportif, ça, c’était certain. Et sa petite course pour sa survie avait réveillé son envie de manger. Il plongea les mains dans ses poches et en ressortit un peu d’argent. Bon, il avait presque tout dépensé plus tôt, mais il lui restait assez pour se rattraper. Ses yeux noirs se relevèrent soudain vers la blonde, en prenant conscience de ce qu’il venait de faire. Ça ressemblait à un kidnapping, non ?

avatarWow ! Désolé, hein ! Un réflexe ! Bon, je sais pas c’est quoi leur problème, mais on a tout perdu, là, ça me soûle. Moi, c’est Timothy ou Moignon, comme tu veux. Tu m’en veux pas, hein ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86145-timothy-powers-chrono http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86040-timothy-powers-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86041-timothy-powers-rps En ligne
 Page 1 sur 1

Food wars .oOo. Timothy





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville