« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Service Amazon Music HD gratuit pendant 3 mois
Voir le deal


Partagez
 

 Mission infiltration - Benji ✗ Léo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Benjamin Clawhauser



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Benjamin Clawhauser


╰☆╮ Avatar : Aaron Paul

Ѽ Conte(s) : Zootopie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Benjamin Clawhauser

✓ Métier : Food Truck Daddy Donuts
Mission infiltration - Benji ✗ Léo Zey310

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 567
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Mission infiltration - Benji ✗ Léo _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 11 Sep 2020 - 19:22

Le lion est dans la choucroute
Le mort vivant ✗ Le lion astral

Après toutes ces péripéties Benjamin avait enfin mis le doigt sur un indice. Aussi infime soit-il, ce petit bout de papier sur lequel était inscrit le nom d'une rue constituait un mois de recherches intensives, de nuits sans dormir, de bras cassés, d'enfant kidnappé, de cours de Strip Tease et maintenant de quête à l'armement. Benjamin revenait de loin et autant vous dire qu'il n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Parti comme il était parti, le vendeur de donuts n'avait plus rien à perdre. Il savait à présent que le gang s'en prenait à des enfants, il avait aussi appris que le trafic se déroulait dans une petite rue non loin de la gare. Du haut de ses 1 mètre 70 et 50 kilos tout mouillé Benjamin était bien conscient de ne pas faire le poids face à une bande de mecs armés. Cette histoire lui aura au moins appris que la vie ce n'est pas comme les BD, quand une araignée vous mord elle ne vous transforme pas en super héros, juste en mec qui se gratte car il a un bouton de la taille d'une balle de golf sur la nuque. Génial, vraiment il manquait plus que ça pour accompagner ses cernes de 10 kilomètres de long, son bras cassé, ses cheveux gras et sa dégaine de clodo. Il avait vraiment l'air de sortir d'un film de zombies, mais ses ennemies, eux, étaient bien vivants. Cela faisait maintenant un mois et toujours aucun signe de Blanche, le fugitif commençait à se demander s'il ne lui était pas arrivé quelque chose où si elle avait abandonné l'idée de lui couper la tête. Tant mieux, cela voulait peut-être dire qu'il avait une chance de retrouver le sérum avant elle.

L'homme qui lui avait indiqué cette adresse lui avait formellement déconseillé de si rendre seul. Cette mission était suicidaire, mais Benjamin avait une idée pour s'infiltrer dans le gang et personne ne pourrait la lui enlever de la tête. Il était têtu quand il s'agissait de n'impliquer que lui et personne d'autre dans ses problèmes. Ses talents d'acteur n'étant plus à prouver depuis qu'il avait remporté le rôle principal dans la pièce de fin d'année du lycée de sa vie antérieure, le blondinet avait dans l'idée de faire croire aux Guépards qu'il était un camé potentiel à recruter. C'était risqué, car certains membres du gang se rappelleraient sans doute de sa tête, mais c'était un risque à prendre pour délivrer les enfants.

Avec les quelques billets qu'il avait récolté de sa soirée au strip-club, Benjamin dégota une arme au marché noir. C'était la première fois qu'il avait une arme entre les mains et il espérait plus que tout au monde ne pas avoir à s'en servir. Ses mains tremblaient sur le petit pistolet qui ne payait pas de mine, mais qui tirait des balles réelles dans un boucan faramineux. Il s'entraîna sur des bouteilles en verre durant de longues heures dans la forêt et lorsque la nuit tomba, l'apprenti gangster décida de retourner vers sa chambre d'hôtel pour faire le point sur la situation. Sur le chemin du retour il se répéta :

Dégaine de clodo camé : OK
Arme : OK
Bouteilles touchées : zéro
Heure du rendez-vous des Guépards : 01h30 du matin derrière la Gare

Était-il prêt ? Absolument pas. Allait-il quand même se diriger dans la gueule de Guépard ? Absolument. Benjamin tenait fermement l'arme dans la poche avant de son sweat et marchait d'un pas ferme vers son hôtel. Les rues étaient sombres, à peine éclairées par quelques lampadaires encore fonctionnels, et il était de toute évidence trop occupé à réfléchir à son plan pour voir la silhouette qui se dessinait, grandissante à vue d'œil en face de lui. Lorsque cette dernière l'interpella, Benjamin prit de panique dégaina son arme et appuya sur la gâchette sans crier gare. Complètement abasourdi par le bruit et la vitesse du coup de feu, le blondinet lâcha son arme sur le sol. Le cris qui retenti dans la nuit n'était pas celui d'une chouette, se dit-il en remarquant la silhouette d'un homme en face de lui.

- Qui êtes moi ? pardon Vous ! Qui êtes vous ?



Comme gangster on pouvait difficilement faire pire...
code by lizzou × gifs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Mission infiltration - Benji ✗ Léo Tumblr_mzou8w2cRc1qekck2o1_250 Mission infiltration - Benji ✗ Léo Tumblr_mzou8w2cRc1qekck2o5_250
It's me! Did you think it was real?
" It looks so real! It's not; it's just a new app Mission infiltration - Benji ✗ Léo 1688994477 ."
En ligne

Leo Lionstar



«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Leo Lionstar


╰☆╮ Avatar : Rob Raco

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Loke ★ (Leo du Lion , L esprit céleste )

✓ Métier : Étudiant Universitaire en arts , astrologie et mythologie + Artiste (musicien, acteur , mannequin pour la marque Agreste)
Mission infiltration - Benji ✗ Léo 36a9

☞ Surnom : Le Prince du Love★ le Pantin dévoué★ Roleo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2098
✓ Disponibilité : A mon rythme (santé tres fragile)

Mission infiltration - Benji ✗ Léo _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Sam 12 Sep 2020 - 22:45

 Le lion est dans la choucroute 
Le mort vivant ✗ Le lion astral
 
Benjamin et moi on était copains depuis très longtemps. Notre amitié avait débuté dans le lieu ou il était -presque- improbable de se faire des amis avec sincérité. Cet endroit était la Prison de la contrée de  Storybrooke. Notre amitié avait débuté d'un geste généreux. Assis seul a une table , fixant le blanc sale de celle-ci . Le léopard avait eu sans doute pitié de moi . Il m'avait offert une cuillère ? Pourquoi il voulait qu'on s'évade ? Cet objet n'allait pas tenir le coup. Avec cet  accessoire creuser , un trou allait nous prendre des années.  Par la suite, il m'offrait une compote de fruits . Il voulait donc que je mange !  Non il voulait etre mon ami. Ne pouvant pas refusé. Il avait été le seul a ne pas avoir des projets sordides a mon égard.  Mais son amitié ne pouvait pas me sauver de mon Karma qui était dans une mauvaise phase. Parce qu'on avait  offert et séquestré dans une cellule dans l'aile , la plus dangereuse de cet établissement pénale. L'aile des meurtriers. Et mon -copain de cellule- me fixait toujours de ses yeux désireux. Pour rajouter une couche a mon malheur,  les langues de vipères de la prison, radotaient que ma chance de survie était très faible, car mon apparence allait jouer a ma défaveur. Petit gabarit. Traits de beau gosse. Mon apparence était loin de l'image d'etre celle  du caid de la place, mais plutot le garcon qui allait se prendre les baffes .

 Et selon les ragots , j'allais devenir un beau morceau de viande, si je survivais. Être la fleur de ses barbares, ne faisait pas parti de mes projets de vie. On racontait aussi que  si je  luttais pour ma survie, j'étais destiné  a être piquer et mourir dans une marre de sang. Et ou était la justice dans ses moments la ?  Sans doute en train de savourer des donuts.  Mais heureusement pour moi , j'avais des atouts que  ces prisonniers ne connaissaient  pas . Personne ne connaissait le dossier du -nouveau-   Même moi je m'interrogeais sur la raison de  ma punition . Mais heureusement, Benjamin était le complice idéal, pour ne pas que je sombre en apprenant la vérité. Il était la pour me soutenir, me protéger des brutes. Mais en toute franchise, j'aurais été capable de me défendre seul , car -le père de tous les esprits- m'avait créer pour être une arme et un bouclier. Et ma mission, était de veiller sur une magicienne du prénom de Lucy.  Mais elle n'avait jamais été présente dans cet endroit. Alors pourquoi je la ressentais et la localisait ici ? Tout simplement, parce qu'elle était de l'autre coté des barreaux de ma cage. Je devais donc survivre pour ne pas échouer a mon devoir. Et je venais de comprendre pourquoi, la prison avait été ma destination. C'était pour torturer  de mon crime passé. C'était pour me tourmenter avec ce prénom : Karen. La femme que j'avais assassinée. Mais l histoire etait beaucoup plus complexe que cela. 

Mais ne vous inquietez pas je ne l'oublierais jamais. Je l'ai ancré dans la peau. Et que même si ce crime avait été pardonné, lors de mon tribunal astral. Mais je  n'aurais pas de seconde chance , si j'échouais encore mon devoir de veiller sur ma protégée. Je devais m’innocenter, mais je n'allais pas abandonner et laisser derrière  mon ami, qui allait devenir au fil du temps , mon meilleur ami.  Je serais sa compote et lui mon Duff pour le meilleur et le pire.  Et notre temps de prison, on l'avait vecu ensemble. Solidaires a la vie , a la mort. 

Et Aujourd'hui , ce serment était encore d actualité. Et depuis ma sortie de prison, mon rôle d'Esprit Céleste avait pris de l'ampleur. Lucy n'était plus ma seule protégée.  Mon cercle d'affinités , c'était agrandit.  Et Benjamin faisait aussi parti de ce cercle de ses personnes. Apres tout , je le considérais comme mon meilleur ami. Comme un frère de coeur.   Toutes ses personnes avec qui j'avais une forte affinité, méritaient d'avoir un ange a leurs cotés. D'ou que  je serais toujours la pour mon Léopard , peu importe la situation et peu importe si je me retrouvais dans la choucroute. Mais pourquoi il n'était pas venu cogner a ma porte pour me confier ses soucis ? Surtout qu'il connaissait  ma seule crainte etait d'etre impuissant et devoir les perdre.  J'avais aussi très peur d'échouer dans mon rôle d'Ange Gardien. Un rôle qui me manquait. Être le Roi Zodiaque devait être mon titre aussi dans ce monde.  J'avais besoin de me sentir utile, d avoir une cause , autre le quotidien.  Je ne voulais pas devenir un humain. Je voulais qu on me considere comme autrefois,  un être spirituel. Parce que ce monde a tendance a nous faire oublier qui nous sommes. A nous faire oublier notre racine. A nous faire oublier nos missions.  

C'était pour cette raison, que je réfléchissais a consulter mes contacts magiques , ou trouver des artefacts avec une magie semblable a celle de Jade. A celle de  ma clé que possèdait Lucy. De cette manière,  je pourrais ressentir empathique  mes protégés et les localiser, pour veiller sur eux.  Peut-etre que je trouvais ces objets dans  la boutique a souvenirs de l'Hotel Mystery ou même peut-être dans un magasin occulte.  Parce que jouer les enquêteurs de police était un uniforme qui ne m'irait pas ,  Je ne voulais pas combattre le crime. Sinon j'aurais été la taupe de Storybrooke en dénoncant ma -future- épouse qui etait une empoisonneuse a ses heures.  Et un monstre qui sympathisait avec la mort.  J'aurais aussi dénoncer mon ami démon qui était connu pour être le Roi des voleurs , et qui avait abandonné le droit chemin en démissionnant de l'Orphelinat pour reprendre le flambeau de son paternel biologique.  J'aurais pu aussi faire arrêter Monsieur Dorian, celebre notaire pour plusieurs tentatives de meurtres a mon égard.  Mais non, Je voulais seulement veiller sur mes protégés. Les accompagner dans leurs quêtes.. Être leur acolyte.  Et ce matin la, c'était de ce que tu avais besoin d'un acolyte. De quelqu'un qui te tendrait une compote et te dirait que - tu n'es plus seul- . 

Ce soir , devient être comme tous les autres. Un soir ou j'allais flâner dans les draps de ma tanière, en écoutant la television avec mon Bébé Monstre.  Attendant que -ma belle famille- se pointe par surprise comme annoncer par mon Bébé Monstre. Elle pouvait se pointer a n'importe quel moment et n'importe quelle heure selon Dewenty. Donc j'en concluais qu'il pouvait cogner a la porte en pleine nuit.  Pas très impatient de les recevoir, mais  je pourrais enfin leur prouver que j'étais le gendre parfait et l'homme idéal pour Dewenty. Et s'il me refusait l'accès de notre famille. Je l'épouserais , quand même. Certes, j'aurais un pincement au coeur, car les veilles traditions étaient importantes pour moi , avec mon  grand sens de la famille, je voulais la benediction de son père .  Et je sais que Dewenty y tient énormément !  Et j'étais pret a tout pour qu'elle soit épanouie avec moi.  J'attendais aussi des nouvelles pour des boulots dans la mode, car j'avais démissionner de mon ancien travail, qui ne s harmonisait pas avec mes projets de vie. Mais ce que j'attendais pardessus tout, était ce batonnet avec une croix pour dire - que j'allais être Papa- . Mais chacun d entre eux , était négatif.  Mais a partir du moment ou ca serait positif , nous pourrons enfin nous marier. Et en ce moment la , je pourrais croire que la malédiction de la Méchante Reine avait du bon.. 

Dans notre lit  , nous avions décidés de se  coucher tôt . Dewenty dormait deja a mes  cotés . Et même Sparkle notre chienne faisait de même dans son panier. J'étais donc le seul éveillé . J'en profitais , donc pour visionner la télévision.  Beaucoup enfermé chez moi , ces derniers temps , j'avais perdu la notion du temps. Je décidais donc de savoir ce qui se passait de palpitant dans notre contrée aux histoires infinies.  Et scandalisé par cette nouvelle. Quoi ? Non !  Je ne pouvais pas y croire.  Cette histoire ne pouvait pas être vrai.  Impossible ! Benjamin n avait pas ce profil.  La police avait tort sur lui. Toute facon, la police ne voit jamais la vérité . Aller je vous crache le morceau . Mon meilleur ami était accusé de meurtre. Une personne avait été retrouvée morte dans son - Foodtruck- .  Malgré ses antécédents de prison, ca ne pouvait pas être mon nounours le coupable.   La police était a sa recherche. Il était hors de question qui le trouve avant moi.  Mais pourquoi il n'était pas venu me voir , ou même un coup de fil d'un telephone jetable ? Surtout qu il etait en cavale depuis un mois.. UN MOIS !  

Mon meilleur ami etait disparu et en cavale . Et je n'avais pas de pouvoir magique pour le localiser et je n'avais aucune connaissance en sorcellerie. Parce que ma vie était celle d'un être de lumière .  Je n'avais aucun talent pour les incantations ou aucune connaissance en potion pour ensorcelé un beignet pour qu'il retrouve sa trace . Mais culpabilisant , a cause de ta disparition.  Tout était de ma faute, je t avais négligé au nom de l'amour . Parce que ces derniers temps , j'étais aveuglé et obsédé par mes projets de vie avec Dewenty. Le centre de ma vie était mon -futur-mariage et ce bébé qu on nous essayons de concevoir.  Et ce n'était pas une tache facile avec nos soucis de santé et nos natures qui avaient un énorme impact sur notre bonheur conjugale. Enfin surtout sur mon bonheur, parce que ma -moitié- était convaincue qu'on pourrait être heureux , sans l engagement et une grossesse.  Mais non!  En 2441 ans d'existence , moi j'étais rendu la.  Et cette contrée terrestre  me permettait de vivre ce rêve humain. Il n'avait plus de lois qui m'empechait d'essayer de m'épanouir.  Mais ce que je ne savais pas encore c'est que dans son ventre elle portait la vie . Nous avions réussis , mais nous étions seulement en déni.. Et cette nuit j'étais en deni a la situation.   Mon Duff etait dans la choucroute.   Je devais aller le secourir !  

Un baiser. Un petit mot sous l'oreiller pour ne pas que Dewenty s'inquiète a son réveil. Honnete, je ne lui avais pas cacher la vérité , que je partais a ta recherche , car tu avais des ennuis. Je quittais donc mon lit, avec la promesse de revenir.  Je me préparais a - l'opération choucroute- et je quittais mon domicile pour  partir a ta recherche.  Dans un habit discret et conçu aux circonstances , parce que tu t'étais sans doute prit au piège dans le coin débauche de Storybrooke.  A pied , je faisais le premier pas vers  l'endroit ou je pourrais trouver des indices pour suivre ton chemin.  Ton appartement était le premier endroit.  Ayant une double de ta clé , après tout nous étions des amis de longue date. Je penetrais dans celui -ci et commencait ma fouille, a la recherche d'indices.  Bingo ! Club de Striptease.  

Je glissais la carte de cet endroit dans une de mes poches.  En plus , je connaissais cet endroit , pour avoir souvent fricoter avec des femmes la bas, mais j'étais étonné de savoir que Benjamin fréquentait cet endroit.   Une fois qu'on aura prouver son innocence et clarifier cette histoire. Il fallait que je lui trouve l'ame soeur. Fille ou homme. Parce que la , il etait rendu bien bas !  Et je le savais parce que mon flirte cachait  une plaie que même le temps ne pourrait pas guérir. 

 Deuxième destination, le club pour récolter des informations.   Et qui de mieux qu'un barman , pour me donner des informations sur mon ami .  Témoin , il m'informait qu'il t avait vu partir en bonne compagnie. En compagnie d'un homme. Des scenarios se filmaient dans ma tête.  Est-ce que tu étais tombé amoureux d un escorte ? Est-ce que tu avais des soucis de sexe ?  On aurait pu en parler. Moi aussi j'avais des soucis en bas de la ceinture.  Tant de questions sans reponses. Mais pourquoi tu fréquentais ce lieu ?   Le barman m'avait dit qu'il etait parti direction un motel.  

Troisième destination,  un motel ou j'allais repartir bredouille.  Mais ou étais tu Benjamin ? Et avec qui ? Que se passait-il ?  Contre un mur du motel , je fouillais dans mon manteau pour sortir un paquet de cigarettes et un briquet. Je n avais pas l habitude de fumer sauf sous stresse intense. Et ne pas trouver mon Duff , était un stresse . Laisser seule Dewenty cette nuit en était un autre.  J'avais décidé d'attendre Benjamin dans la nuit glaciale de la nuit.  Il allait surement revenir dans ce motel .  Écrasant mon mégot de ma clope avec le talon de ma botte. Frottant mes mains ensemble pour le réchauffer.  Je trouvais le temps long.. Jusqu'a une silhouette s'approche . C etait toi ! Je reconnaissais ta facon de marcher.  Je m'approchais a mon tour.  En disant :  Benji ! C est toi ? Benji ? 



Qui êtes moi ? pardon Vous ! Qui êtes vous ?  Criant. Mais je n'avais pas eu le temps de repondre. Ni meme de réagir a l'arme que tu pointais en ma direction. Parce que l’obscurité régnait, on voyait a peine devant nous.  On etait que des ombres.  Sinon j'aurais pu dévier l'arme avec mon pouvoir- Regulus- .  Mais, bam -bam tu avais tiré sur la gâchette, sous la panique. Mais qu est ce qui te terrifiait autant pour que tu possèdes une arme ?   Heureusement pour toi , tu ne venais pas de tirer sur un policier. Mais seulement sur ton meilleur ami. Et heureusement pour moi  tu etais un mauvais tireur.  Tu ne m avais pas raté. Mais tu avais m'éparpiller un coup fatal.  L'arme glissait de tes mains et tombait dans un bruit lourd. Et moi je m'écroulais sur le sol, dans un gémissement de douleur. Assez fort pour l'entendre.  Tu venais d'atteindre l une de mes cuisses.  Et le sang coulait sous mon corps.  Sous le choc, mon corps convulsait sous la souffrance.  Une perle de larme coulait sur ma joue en pensant a Dewenty.  Moi qui lui avait ecrit de ne pas s'inquiéter.  D une voix saccadé , regardant dans ta direction illuminant mes yeux d une lueur dorée , je te disais :   Duff , c est compote ..
code by lizzou × gifs by tumblr
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81908-la-vraie-force-est-un http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84196-le-zodiaque-amical

Benjamin Clawhauser



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Benjamin Clawhauser


╰☆╮ Avatar : Aaron Paul

Ѽ Conte(s) : Zootopie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Benjamin Clawhauser

✓ Métier : Food Truck Daddy Donuts
Mission infiltration - Benji ✗ Léo Zey310

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 567
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Mission infiltration - Benji ✗ Léo _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 16 Sep 2020 - 15:56

Le lion est dans la choucroute
Le mort vivant ✗ Le lion astral

Benjamin se statufia. En l'espace d'un instant il lui semblait avoir quitté son propre corps. Ça ne pouvait pas être lui qui avait appuyé sur la gâchette, il n'aurait pas fait de mal à une mouche. Et pourtant le tire était parti et la balle avait touché sa cible. La peur, la fatigue, la paranoïa, on aurait pu mettre la faute sur n'importe lequel de ces facteurs, cela n'aurait rien changé au fait qu'il venait de tirer de sang froid sur un homme dont le seul crime avait été de fumer tranquillement sa cigarette dehors. L'arme glissa des mains du vendeur de Donuts et alla s'échouer dans le caniveau. Cette voix qui l'appelait était-elle un délire lié à la fatigue ? Un homme était-il vraiment étendu sur le trottoir avec une balle dans la cuisse ? Et ces insupportables lamentations, pourquoi ne cessaient-elles de l'appeler Duff ? Il n'existait qu'une personne au monde à l'appeler par de surnom rigolo, Duff... Ce nom tournait et retournait dans sa tête. Léo ? Impossible, qu'aurait-il fait à une heure pareille dans une rue sombre aux abords d'un hôtel miteux... il est vrai que son ami possédait une certaine réputation, mais depuis quelque temps son cœur avait trouvé où se lover et il était inimaginable de penser que Léo aurait pu venir fricoter dans un endroit pareil. Cela prit une bonne quinzaine de secondes avant que Benjamin réalise qu'il ne rêvait pas et qu'il venait de tirer sur son meilleur pote.

-Oh merde ! merde merde merde qu'est-ce que j'ai fais ! Compote... mais... mais qu'est-ce que tu fous là ?



On aurait aisément pu lui retourner la question, mais Léo était bien trop occupé à perdre tout son sang. Benjamin se précipita à sa rencontre et tenta de percevoir d'où provenait tout ce sang à l'aide de la lumière de son briquet. Ses mains tremblaient autant que celles de son ami. Calme toi se dit-il, c'est Léo il a des supers pouvoirs pas comme toi, il est super balèze, il ne peut pas mourir aussi facilement. Sans lui tu serais sans doute mort en prison. Benjamin reprend toi ! Il se concentra sur la situation. Les mots de feu Patrick Swayze dans Point Break lui revinrent en mémoire " la peur engendre l'hésitation et l'hésitation engendre ce pourquoi tu avais peur!" T'as bien raison Bodhi, rien ne sert d'avoir peur, ou d'hésiter... ou d'avoir peur d'hésiter d'avoir peur... ou peu importe ce que ça veut dire, quand il faut y aller, il faut y aller !

-Léo, Léo reste avec moi ! Je te laisserais pas ok, je... je vais... je sais pas ce que je vais faire, mais je vais te sortir de là ! Accroche-toi mon vieux, j'ai vu un reportage sur les baleines l'autre soir et ils expliquaient comment soigner une blessure au Harpon. C'est moins moche qu'une blessure au Harpon, si ça peut te rassurer...



Mais Léo n'était pas une baleine, seulement sa compote, son héros, l'homme qui l'avait accompagné durant toutes ces années en prison, l'homme sans qui il ne serait pas vraiment lui-même. Et cet homme ne serait bientôt plus rien si Benjamin ne parvenait pas à retrouver rapidement son calme. Le blondinet retira sa chemise pour la serrer autour de la cuisse de Léo de toutes ses forces. La douleur de son ami était difficilement supportable à ses oreilles et la vue d'autant de sang lui donna la nausée. Il se retint de vomir, mais la sueur sur son front et la pâleur de sa peau trahissait son envie irrépressible de rendre son petit déjeuner. Ce n'était vraiment pas le moment de flancher, d'autant plus que le voisinage s'accumulait aux fenêtres pour tenter de percevoir d'où avait bien pu provenir le coup de feu. Une chance finalement que la rue soit plongée dans l'obscurité, mais quelqu'un ne tarderait pas à appeler la Police, il fallait rapidement mettre Léo hors de danger et ne pas attirer l'attention d'avantage.

-Je vais te porter sur mes épaules ok ? On va rejoindre ma chambre d’hôtel. Un deux trois.



Et Benjamin souleva Léo de toutes ses forces, ce qui n'était pas une mince affaire vu la taille du blessé. La douleur dans son bras était insupportable, mais sans doute moins que celle de Léo dont le sang s'était arrêté de couler, mais dont les cris de douleurs n'avaient eux pas cessés. Le trajet jusqu'à la chambre sembla durée une éternité et pourtant ils n'étaient qu'à une rue de l'hôtel. Ils arrivèrent enfin, épuisés et pâles comme des macchabées. À cette heure tardive le réceptionniste était plongé dans sa télénovela et dénia à peine se retourner pour dire bonsoir. Une chance qu'ils ne croisent personne. Sur les quelques mètres restants Benjamin donna tout ce qu'il avait encore d'énergie pour transporter Léo jusque sur son lit. Mais pas question de s'écrouler de fatigue, son ami était en danger par sa faute et il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le sortir de là.

-On est arrivés Léo, Léo regarde moi ! Perd pas connaissance me laisse pas tout seul j'ai besoin de toi ok ? Je suis rien sans toi alors accroche toi, tu veux un petit oreiller ? Un docteur pepper ? Quelques choses à grignoter ?



Benjamin savait qu'il ne fallait pas que son ami perde connaissance, il avait vu sa dans un film, il voyait beaucoup de films depuis quelques temps par ces nuits longues de solitude. Enfin, ce n'était pas avec un soda qu'il allait sauver Léo. Il faut enlever la balle pensa-il les deux mains plaquées sur le visage, et comment je fais ça moi ? Il essuya la transpiration de son front et chercha dans la pièce quelque chose qui pourrait servir à récupérer la balle dans la cuisse de Léo. Rien que cette idée lui retourna l'estomac. Pensée agréable, pensée agréable chantait-il en faisant le tour de la pièce.

-Je suis vraiment désolé compote, je sais pas si tu pourras me pardonner, mais je vais tout faire pour te sortir de là. Il faut que j'enlève cette balle, est ce que tu as une idée de comment je pourrais faire ça ? T'aurais pas un super pouvoir super cool pour enlever les balles ? Parle moi Léo faut que tu restes éveillé



Benjamin tenait la tête de Léo contre son torse et le berçait comme un bébé, il ne savait plus du tout quoi faire et espérait que son ami trouve une solution, c'est toujours lui qui trouvait les solutions...

code by lizzou × gifs by tumblr




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Mission infiltration - Benji ✗ Léo Tumblr_mzou8w2cRc1qekck2o1_250 Mission infiltration - Benji ✗ Léo Tumblr_mzou8w2cRc1qekck2o5_250
It's me! Did you think it was real?
" It looks so real! It's not; it's just a new app Mission infiltration - Benji ✗ Léo 1688994477 ."
En ligne

Leo Lionstar



«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


Leo Lionstar


╰☆╮ Avatar : Rob Raco

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Loke ★ (Leo du Lion , L esprit céleste )

✓ Métier : Étudiant Universitaire en arts , astrologie et mythologie + Artiste (musicien, acteur , mannequin pour la marque Agreste)
Mission infiltration - Benji ✗ Léo 36a9

☞ Surnom : Le Prince du Love★ le Pantin dévoué★ Roleo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2098
✓ Disponibilité : A mon rythme (santé tres fragile)

Mission infiltration - Benji ✗ Léo _


Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Hier à 16:08

 Le lion est dans la choucroute 
Le mort vivant ✗ Le lion astral
 
Heureusement l'heure n'était pas encore a la chasse aux guépards, car trop de questions , sans les réponses planaient dans l'ambiance de cette aventure.  Malheureusement, cette bromance ne pourront pas tout dévoiler les réponses a nos questionnements. Ni même a ceux de nos héros,  car Patience, une amie que je connaissais intimement.  Une amie que j'avais rencontrée par l'intermédiaire de -ma femme-  Dewenty. Elle , qui me disait que Patience  exaucerait  mon souhait, de tenir la vie dans mes bras. Dont j'attend toujours que la promesse soit réalisée.  Patience était le prénom d'une femme, mais aussi le nom du temps.  Oui le temps pour moi  était une dame et elle avait la ficelle de notre vie entre les doigts. Mais les dieux , vous dirons que ce n'est pas une femme, mais trois.  Mais détail ! Moi je croyais qu'en la croyance céleste. Une ou trois , nous sommes tous les pantins d'au moins une demoiselle.  Donc ne t'inquiète pas mon - Duff - tu ne seras la raison de mon trépas . Ma mort serait relier a une femme- après tout- LA femme est le centre de mon univers ou mon existence. Donc une balle n'allait pas être la cause de ma mort . Cette mort serait trop banale pour un être ,  comme moi . Si je devais mourir de -nouveau- oui parce que ton meilleur ami -moi-  si tu ne savais pas ,  était un mort.  Mort une première fois, d une vie sans souvenirs dont je ne connaissais même pas , la cause de mon décès.  Faute a mon créateur, qui avait retiré tous les souvenirs de -notre- vie d'Antan.

 Notre ? Nous sommes plusieurs êtres comme moi. Malheureusement, je suis le seul qui a été la Maison, sans pouvoir y retourner. Châtiment ou pas ?  Cela dépendait des jours ! Mais , ce créateur,  un être spirituel d'une puissance divine , m'a creer en tant que Léo du Lion. Ainsi je suis né une seconde fois, en tant qu'Esprit Céleste du Lion, du Zodiaque. Et grace a une princesse, ma mission était de veiller sur certaines magiciennes, possèdant une magie relier a nous, a moi et au monde Celestial.  Mais une malédiction, a été lancée par une magicienne qui pratiquait une magie particulière,  au même moment ou la Guilde et moi on était en train de lancer un sortilège pour échapper a un ennemi , trop puissant pour nous.  Mais comme vous le savez , je ne suis pas comme les autres mages de Fairy Tail .  Alors que je disparaissais en direction de mon monde planétaire.  Direction chez moi. Le sortillège de la Sorcière de la Forêt Enchanté, me touchait . Et cette Malédiction, avait modifier mon métabolisme, faisant de moi un hydride, quand j'avais atteris dans cet endroit ou nous sommes connus.  D'ou le fait que j'ai du m'adapté a de grands chargements, dont la modification de mon - Ethernano-  source de ma magie .  D ou la reaction -presque mortelle-  pour l'accident qui venait de se produire.

Oui, ce soir mon seul crime avait été de boucaner mon stress , car tu avais raison et tu me connaissais -si bien- mon amour pour Dewenty était suprême . Mon -Bébé Monstre- surnom de ma fiancée avait été le remède a mon addiction pour la gente féminine. Elle m'empêchait de me  retrouver dans les quartiers obscures et dans les lieux de débauches. Comme ce club de danse , ou tu avais déniché ton bel étalon. Étalon, que je voudrais comme enseignant de danse pour cette coutume humaine. Celle d'enterrer sa vie de - garcon sur le marché- , parce que tu le savais que j'allais me marier. Quand ? Le jour ou Dewenty aurait un ventre arrondi et de jolies pommettes rondes. Je voulais tout le monde soit ébloui par la beauté de -ma femme- enceinte.  Je voulais l'épouser  un jour proche de la naissance de notre enfant, parce que je désirais avoir près de moi, plus précisément devant l'Autel , les êtres le plus cher a mon coeur. Toi aussi, tu y seras avec Lucy a mes cotés.  Je souhaitais un mariage semblable a celui - de Peyton et Lucas- de la série les frères Scott.  Ce mariage etait une preuve, qu' il était impossible pour moi d'être de nouveau un pêcheur de femmes. Fidèle , même dévoué a ma -future- femme. 
Et en plus les motels miteux ou tu pouvais choper des morpions , non merci ! A une époque lointaine, pas si lointaine,  il était rare que je louais une chambre dans un motel miteux. Mon endroit de prélecdiction de luxure, était l'Hotel Snack, appartenant aux frères Pines. La chambre B19 avait été ma tanière.  Mais Aujour dhui, elle était ma garconnière. Le sanctuaire a copains, si vous préférez , car je ne me sentais pas a l'aise d'inviter au Manoir mes amis , surtout les filles.  Si vous connaissez Dewenty, vous savez que la présence d'une fille sur son territoire est symbole de -mort-.  Tu étais le seul , avec qui je prenais le risque.  D'ou le fait que j'étais vraiment étonné que tu ne viennes pas cogner , alors que tu étais en train de te noyer dans la choucroute.  Tu aurais trouver un refuge. Je t'aurais caché des autorités. Je t 'aurais protéger de tout danger.  Tu aurais eu une maison. Je t aurais installé une cabane dans le jardin ! 
 As tu vu ton état ? T'étais tu regarder dans un miroir ou même une vitrine ?   Tu étais tellement négligé, pour une raison que je ne connaissais pas.  Si seulement, j'avais pu t'apercevoir dans la lumière, j'aurais pu voir que physiquement, tu ne ressemblais plus a mon nounours d'amour. Et si seulement, j aurais eu  l'occasion de discuter avec toi , j'aurais compris le -pourquoi- tu avais appuyé sur la gâchette d'une arme. Une arme , qui allait falloir retrouver et faire disparaître, si tu ne voulais pas être plus incriminer par cette situation concernant le meurtre-que tu n'avais pas commis- oui je te savais innocent et le camion de donuts. Un fusil que tu ne devrais pas avoir en ta possession, car tu n'étais pas un criminel , mais un justifier.  
Ne t'inquiète pas mon- Duff- le seul mot a répétions, dont j'étais capable de prononcer a présent. Ton surnom de meilleur pote !  Ne t'inquiète pas, tu es pardonné.  Ne te sent pas coupable , même si  je savais que tu culpabiliserais toute ta vie pour cet -fâcheux- accident.  Mais dit- toi que tu étais chanceux de n'avoir aucun talent en tire. Tu n'avais pas viser ma tête.  Sinon tu t'aurais retrouver dans la même situation, que le garcon du dernier film que j'avais visionné - une seconde chance- . Le garcon, qui était autant dans la mousse que toi,  avait tué par accident son meilleur ami. Un ami qui avait tout pour être heureux, car il allait se marier et sa -petite amie- était enceinte.    Ca ne te rappel pas quelqu un ? Ca ne te rappel pas une histoire ? Si je mourrais- par ta faute- et même sans ta faute, c'était a toi qu'appartiendrait la responsabilité de prendre soin de - mon Bébé Monstre-  Tu auras cette mission -interminable- tu devras éloigner tous les rodeurs qui voudraient la consoler d'être veuve. Oui je veux qu'elle soit heureuse, mais pas sans moi.  Égoiste ? Certainement et je l'assumais.  Tu auras aussi une autre opération, que tu ne devrais pas- échouer- tu devras veiller sur - ma terreur- mon bébé - qui était non officiel pour le moment, car chronologiquement notre aventure devait se passer avant que je sache que je deviendrais -père- parce que la découverte se faisait sans moi.  Même si j'étais deja -père- enfin je me considérais seulement donneur de semence pour une amie, qui désirait un adorable bébé roux, pour renouer son mariage, avec son mari.   Tu devras me seconder dans le rôle de -père- . 
 
Donc si tu n'avais pas envie de devenir un tueur de prétendants . Tolérer des crises hormonales et t'en prendre pleins la tronche. Et être encore plus moche qu'en ce moment, parce que mon petit monstre allait te rendre dingue. Et que tu n'avais pas envie de voir un trou , plus immense qu'une blessure d'harpon et voir gicler du sang partout, parce que tu devras être la , a la naissance de cet enfant- sans père- .  A j'allais presque oublié, tu devras confronter une- belle famille- insupportable . Et de l'au dela , je te souhaiterais bon courage pour être dans les bonnes graces du père. Je n'es toujours pas eu sa benediction pour épouser son unique fille.   Mais si tu ne voulais pas de cette vie , tu savais ce que tu devais faire - Prier les astres pour je survive-   et tout simplement suivre ton propre conseil vaincre ta peur de l'hésitation et te précipiter a ma rescousse.

Comme tu dois te douter , le coup de feu avait alarmé la population environnante.  Soit que tu fuyais pour sauver ta peau, parce que tu étais deja dans le fumier. Si tu choisissais cette option , tu n'avais rien a craindre je ne te dénoncerais jamais. Et la police , surement deja en chemin , n aurait sans doute pas le temps de me questionner, que j'aurais peut-etre deja respirer mon dernier souffle.  Mais te connaissant, - toi qui avait un coeur en beignet, au cremage moelleux-  tu sauverais notre peau a tous les deux.  Solidarité de Bromance obligée!  Tu avais choisi la deuxième option, tu étais venu a mon chevet . Certes dans un état de panique, mais tu étais la. Oh merde ! merde merde merde qu'est-ce que j'ai fais ! Compote... mais... mais qu'est-ce que tu fous là ?  Vous qui avait lu le précédemment texte, vous le savez. J'étais venu accomplir mon devoir d'Ange Gardien.  Mon devoir de justicier , j 'étais venu rendre justice a Benjamin, en voulant prouver son innocence. De facon légale ou illégale , Aujour dhui ca n'avait plus d'importance.  Dewenty avait corrompu légèrement par ma droiture.  Mais le moment n'était pas a la défense judiciaire du Léopard.  J'étais surtout venu pour ramener chez moi et en prendre soin.  Parce qu'il ne pouvait pas affronter ses démons , sans un peu de lumière.  

Une lumière éteinte a cet instant, l'impact de la balle qui avait percuter ma jambe me faisant perdre l'équilibre sous la douleur. Les pupilles de mes yeux s'étaient illuminés d'un doré étincelant. Pour une description visuelle pensez a la série Teen Wolf.  Mais cette lueur avait durer quelques secondes, avant que la noirceur totale. Je ne portais pas des vêtements flamboyants, ce soir. Parce que je savais que ce coin de la ville, tu pouvais te faire agresser, pour ta belle apparence.  Dont j'avais laissé mon costard a la maison. Et j'étais vetu comme vagabond des rues. En crasseux !  Allongé sur le trottoir. Dans une position très peu confortable, car ma jambe blessée était tortillée. Mon corps était immobile et grelotant a cause du choc .  La panique qui me faisait transpirer comme si j'étais en train de faire l'amour a ma -petite copine- . Ma respiration était rapide et bruyante. Mon souffle etait saccadé, comme si mes poumons étaient perforé. J'avais une grande difficulté a respirer.   Et mes pupilles viraient vers l'arrière a plusieurs reprises. Voilant le magnifique doré de mes yeux.  J'avais des pertes de réalité dut a l'accident ou le fait que je m'étais sans doute cogner durement contre le sol., n avait pas aider mon sort. Parce qu'un liquide chaud et souple coulait du derrière de ma tête.  Mon corps était ensanglanté.  Ma peau tachée , a cause de la marre de sang qui s'accumulait sous lui. Je perdais énormément de mon essence de vie.  Mes fringues étaient trempés et lourds. Tu avais devant toi , une belle scène  de crime. 
Toi qui croyait que mes pouvoirs et mon statut de héro, allaient nous sortir de ce calvaire, tu te trompais. Je n'étais pas un héro, seulement un acolyte secondaire, en soutien aux vrais héros de mon manga. Moi qui avait des dons badass, mais pas si badass . 

Il avait des êtres beaucoup plus spectaculaires que moi, comme les dieux divins, les sorciers hauts niveaux ou mon ami Djinn.  J'étais seulement un Esprit Stellaire , qui possèdait le don de la photokénésie. Le don de la lumière et des tenebres , dépendant de ma -forme- .  Un genre de pouvoir de métarphorse -particulier- Je possèdais aussi grace a artefact a mon doigt, une bague, la magie de mêlée.  J'avais quelques dons relier avec -ma maitresse- pas maitresse.  Mais en cet instant présent , j'avais  besoin que mon don de regeneration se déclenche. Malheureusement, la balle qui n'avait pas traversée ma cuisse, laissant une douille quelque part dans le paysage. Non celle-ci était coincée dans ma chair, un muscle.  Ce qui empechait mon pouvoir d'agir et ainsi me guérir.  Il fallait absolument l'enlever, mais aussi souhaiter que celle-ci ne s'était pas fragmenter en plusieurs petits morceaux ou résidus.  Je n'avais pas envie de me faire charcuter !  Et il était hors de question, que tu m abandonnes devant l'entrée de l'Hopital . Je passais trop de temps la bas, depuis mon arrivée a Storybrooke, a cause de ma santé.  Et un autre séjour , ne  me tentait guère. Parce que je venais de me faire retirer mon platre dut a une mésaventure , ou j'avais pris une mauvaise décision. Celle d'arreter ma médication pour concevoir un bébé. Et mon coeur avait cédé de battre. Il y a quelques semaines, j'avais été déclaré -mort- pendant quelques secondes. On avait même tenter de m'assassiner le jour même.  Sacré Dorian !Longue histoire , mais cette guerre entre nous était la faute - au flirt- .  Mais cette fois, il était hors question que tu m'éloignes de toi . L'Hopital c'était NON ! Surtout que j'allais encore une fois perdre ta trace, car tu ne pouvais rester dans un endroit public a cause de tu étais fiché -comme suspect et dangereux-.  Tu n'avais pas le choix de te mettre dans la peau d'un chirurgien. Et ce rôle, ne pouvait pas être plus pire que ce rôle de gangster que tu jouais Si ?  

Penché sur mon corps, avec un briquet a la main. Ta main de libre. Parce que toi aussi la vie t'avait pas mal abimé ces derniers temps. Tu etais handicapé d'un bras . Tu analysais la situation, et cherchant l'emplacement de ma blessure. Mes paupières entreouvertes, aveuglé par la faiblesse et la flamme.  Je répondais a ta question. LA question essentielle. Entre quelques lamentations sonores : -  Je suis venu te ramener a la maison.  Chez moi, pour prendre soin de toi. Ce n'était pas a toi, de prendre soin de moi. Mais le contraire. Entre nous deux, c'était moi la figure adulte. Et  te protéger , c'était pour moi une mission.  Je fermais les paupières a ce mot et mon corps cessait de trembler.  Complètement inerte. Toi de ton coté,  tu avais trouver l'origine du saignement.  Et tu essayais de me rassurer, enfin plutot de te rassurer . Parce que moi comme blessure , j'avais vecu pire.  J'avais déja été empalé par trois piques de glaces par mon frère de Guilde lors d une aventure. Et je les avais retirer avec mes derniers forces et de sang froid. Sans flancher. Mais cette blessure en  valait le sacrifice, il n'était pas devenu un meurtrier. Personne avait été gravement blessé , sauf moi. Mais ton humour était bienvenu dans cette ambiance morbide.  Léo, Léo reste avec moi ! Je te laisserais pas ok, je... je vais... je sais pas ce que je vais faire, mais je vais te sortir de là ! Accroche-toi mon vieux, j'ai vu un reportage sur les baleines l'autre soir et ils expliquaient comment soigner une blessure au Harpon. C'est moins moche qu'une blessure au Harpon, si ça peut te rassurer...
Entre nos réponses , j'étais en train de m'endormir. Ce qui ne fallait surtout pas, car il avait un risque, que je m'assoupisse pour toujours. Ma respiration était devenue trop calme. Mais de temps en temps , tu pouvais m'entendre  renifler d une manière forcée.  Heureusement tu me parlais , ta voix me maintenait éveillé et en vie.  Tu me divertissais ! Et entendre mon prénom résonner dans ma tête creait une connexion avec la réalité. Est-ce qu entendre ta voix était une réaction humaine ou magique ? Sachant, que je détenais le don de détention , avec ma maitresse, Mais un pouvoir se développe et évolue . Et peut-etre que notre Bromance avait évoluer ce don.  Espérons le , car il serait très utile a notre quête. -  Je reste avec toi Duff, tu veux que je m'éclipse ou avec une cuisse harponner . Puis je ne disais plus rien pendant quelques secondes, avant d ouvrir de nouveau la bouche.  Oui reste avec  moi, toute facon tu n as pas le choix, je serais incapable de rentrer chez moi. Et je suis trop fatigué pour expliquer a Dewenty pourquoi je suis une baleine. Toi aussi tu écoutes des documentaires animaliers, moi mon dernier etait sur la reproduction des lions..tu savais que... Nouvelle perte de realité. 

Spontanément, j'étais pris de spams dans ma jambe blessée , quand tu y touchais pour enrouler ta chemise . Parce que tu étais dévetu pour moi, quel honneur !  Et je poussais un cri quand tu serrais le tissus sur la blessure, mais je savais que c'était nécessaire pour arreter l hémorragie.  Et ca devenait urgent , parce que j'avais perdu beaucoup de sang. Que la vue de celui -ci  t'horrifiait . Et moi , le regard entreouvert, je voyais l expression maladif de ton visage. - Tu m'as menti ! A voir l'expression de ta face , c'est pire qu une blessure a Baleine, avoue.  Dit moi au moins je pourrais continuer a exercer dans le métier de mannequin. 

Il y a peu de temps ,  j'avais fais un changement de carrière , pour suivre les traces de mon premier amour, ma premiere protégée humaine , de ma référence : Karen. Cette femme , qui était la cause de notre rencontre, de mon emprisonnement.  Même décédée, elle etait mon modele de vie.  C'était elle, qui avait faconné l'homme que tu avais devant toi !  Et pour elle, je voulais percé dans la mode. Mais est-ce que je pourrais avec ma jambe ?  Bien sur que oui !  Parce que la situation, n'était pas aussi dramatique , qu on pourrait le croire. 


Je vais te porter sur mes épaules ok ? On va rejoindre ma chambre d’hôtel. Un deux trois.

Sage décision!  Je lui faisais signe avec la tête que j'avais compris le plan. Mais ce signe voulait dire - bonne chance-  . Parce qu'il aurait peut-être plus simple de me trainer par les bras . Parce que croyez le ou pas - la joueuse que je suis a été aussi surprise-  Benjamin était petit minou a coté de Léo, le gros lion.  Étonnant,  parce que d'apparence , j'étais un homme de petit gabarit , mais seulement très élancé.  Mais mon -Duff-  était un chaton physiquement.   Ce signe de - bonne chance- était aussi pour l'encourager parce que la -mission- qui tu étais fixé allait être difficile , surtout avec un bras handicapé.  Je craignais qu'on n'arrive pas a destination , sans chuter l'un pardessus l'autre.  Mais tu avais une énergie herculéenne et tu avais réussi a me transporter jusqu'a la chambre.. Malgré le fait que j'aurais préféré que tu me prennes comme un bébé et non comme un sac de pommes de terres.  Pourquoi cette préférence ?  Parce qu'en état de vulnérabilité,  je voulais être traitrer comme un Roi , avec soin. 
 
Durant le trajet régnait  un silence de mort, mes gémissements avaient cessés.  Dans la chambre, tu m'allongeais dans le seul lit présent dans la pièce, espérant qu'il n'avait pas servi a des ébats entre ton étalon et toi. Je méritais des draps propres, même si a l'instant ou tu me déposais dans ceux-ci . Je les souillais avec mon sang.  La blessure ne coulait plus pour le moment, mais ma peau et mes fringues en étaient couvert . Donc normal que les draps en soient imprimés. Comme toi d'ailleurs..  Heureusement que la Police n'était pas témoin de cette scène, parce que c'était Menottes assurées !  On allait ou tu allais devoir penser a une solution pour nettoyer tout ce chaos.  Mais ne t'inquiete pas.  Analysons la situation en étapes..
On est arrivés Léo, Léo regarde moi ! Perd pas connaissance me laisse pas tout seul j'ai besoin de toi ok ? Je suis rien sans toi alors accroche toi, tu veux un petit oreiller ? Un docteur pepper ? Quelques choses à grignoter ?

A mon chevet , tu étais.  Encore une fois , j'étais coincé dans les limbes , du entre deux mondes. Heureusement pour nous, pour toi  entendre mon prénom me faisait toujours réagir, créeant un spam magique.  Je tournais la tête en ta direction, ouvrant a peine les paupières pour te laisser entrevoir le doré de mes pupilles. -  C'est dur Duff ! Laisse moi faire une sieste. J'ai vraiment sommeil. J'ai vraiment très très froid. En train de perdre ma chaleur corporelle. Mais vu que tu n etais pas médécin et que tu n avais aucune connaissance , sauf ce que tu avais appris dans les films. Il était important de couvrir le -patient- d un tissus pour maintenir sa chaleur.  Moi aussi j'ai besoin de toi , si je ne survis pas tu dois épouser Dewenty a ma place. Et vu que je crois qu'elle est enceinte, parce qu elle a un comportement démoniaque ces temps ci , demande a etre le père ok ?  Prend soin de Lucy, dit lui que je l'aime .  Tu peux faire ca ?  Je ne peux plus m'accrocher Benji , laisse moi dormir. Donc cesse de dire mon prénom
 Il ne fallait pas que tu m'écoutes. Tu ne devais pas cesser de dire mon prénom.  Je honchais la tete negativement a tes demandes. Même si au fond j'aurais accepté le docteur pepper sans la fille, sauf si c'était Dewenty et le costume, car j'avais  la bouche très pateuse.  C'était une sensation très désagréable ! Et un petit oreiller , n aurait pas ete de refus pour le confort . J'aurais bien demander un doudou ! Mais il va falloir de forcer pour survivre  - C'est toi qui devrait bouffer , parce que tu as perdu ta graisse de bébé mec.  Tu ressembles a un ours, sorti d'hibernation. Il va falloir que tu te remettes au regime des beignets. Un sourire en coin se dessinait au coin de mes lèvres sèches. 

Je suis vraiment désolé compote, je sais pas si tu pourras me pardonner, mais je vais tout faire pour te sortir de là. Il faut que j'enlève cette balle, est ce que tu as une idée de comment je pourrais faire ça ? T'aurais pas un super pouvoir super cool pour enlever les balles ? Parle moi Léo faut que tu restes éveillé  .  Je ressentais tous tes ressentis a travers ces mots. Ton remord,  ta détermination, ton courage et ton désespoir. - Tu as mon pardon.  d'un murmure faible pour soulager ta conscience.  Tu continuais a me parler, me demandant de trouver un miracle a la situation,  mais je ne réagisais plus. Même plus a mon prénom.  Mes paupières étaient durement fermées. Et quand tu collais ma tête contre ton torse pour me bercer . Tu pouvais remarquer qui n avait plus aucune réaction -humaine- . Et si tu bougeais mon corps , tu pouvais  me manipuler comme une marionette. Mon corps était que guenille. J'étais inconscient .. Te laissant mon sort entre tes mains, comme l avenir de mon coeur..  Chaque guerre de gang a ses victimes ! 

code by lizzou × gifs by tumblr
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81908-la-vraie-force-est-un http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84196-le-zodiaque-amical

Contenu sponsorisé








Mission infiltration - Benji ✗ Léo _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Mission infiltration - Benji ✗ Léo





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Gare