« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

Anonymous



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Jeu 10 Déc 2020 - 20:06


Timothy n’était pas certain que le mot original soit le bon à coller à sa sœur. C’était peut-être encore un peu faible pour désigner Kaeloo et sa propension à se transformer en crapaud bodybuildé dès qu’elle s’énervait. Bon, O.K., à l’époque, elle n’était pas la sœur de Moignon, mais ça ne changeait rien au fait qu’elle était hyper trop forte et qu’il ne voulait pas l’énerver. Néanmoins, Tim n’était pas dupe au point de ne pas comprendre que Ben ne le croyait pas du tout. Ha ! Tant pis pour lui ! Le jour où la grenouille viendrait lui botter le cul, Moignon se poilerait bien, ouais ! Il l’avait prévenu, de toute façon, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même.

La suite fut comme une douche froide qui lui tomba droit sur la nuque. Timothy fut figé sur place, incapable de réfléchir à autre chose que ce qu’il venait de dire. Oui, Bran n’allait pas mourir, ça, il en était sûr et certain, et ça ne changerait jamais. Même si on lui présentait un cercueil, en vérité, Tim resterait persuadé que c’était une très mauvaise blague et que ça ne pouvait pas être vrai. Son bro était immortel et c’était tout. Il ne demandait l’avis de personne sur ce sujet-là.

Son problème était dans la suite. Qui pouvait lui jurer que Bran savait que Tim s’était lancé à sa recherche ? Peut-être que l’alien n’en avait pas la moindre idée et qu’il ne se battait pas du tout pour sa vie, persuadé que personne ne viendrait le chercher ! Après tout, la dernière fois qu’il avait été kidnappé, son bro avait dû s’échapper tout seul, sans personne pour venir le sauver. Il ne savait même pas que Tim avait risqué sa vie en essayant et qu’il s’était foiré comme la grosse merde qu’il était.

Alors où était la différence aujourd’hui ?

Ouais, à ce point, Timothy était prêt à chialer. Sans déconner. Parce que le stress lui retombait sur les épaules et qu’il n’était plus sûr de rien. Il sentait que les choses allaient lui échapper et qu’il allait, encore, se foirer en beauté. Que savait-il faire de bien, de toute façon ? Sûrement pas sauver la vie des autres. Il n’était pas un super-héros et ne le serait jamais. Moignon, ce n’était pas un nom de BD trop cool et hyper classe que tout le monde s’arrache.

Heureusement, l’écureuil avait assez de détermination pour passer outre toute cette histoire et rester focus sur son objectif. Au moins jusqu’à ce qu’ils trouvent Bran. Ensuite, il craquerait, péterait un câble comme pas permis et se réfugierait dans sa chambre, devant son ordi, à bouffer des noisettes jusqu’à s’en péter le bide. Ce qui était un programme plutôt alléchant. Et sans Bran puisqu’il serait à l’hôpital et que Tim aurait disparu bien avant l’arrivée des secours.

Timothy fronça fort les sourcils en entendant l’autre lui demander si Bran pensait qu’il était un petit humain fragile. Il eut presque envie de lui crier que c’était pourtant évident. Il fallait être débile pour ne pas voir que Timmy était un petit humain fragile. Il ne courait pas trois mètres sans haleter comme un bouledogue et était bien incapable de soulever la moitié de son poids. Puis Bran était un alien indestructible, alors forcément, Moignon ne lui arrivait pas du tout à la cheville.

avatarTout le monde le pense et c’est bien vrai ! Mais c’est pas le sujet.

Il ne voulait pas devoir expliquer pourquoi il était persuadé d’être fragile et inutile, preuve à l’appui. Et il en avait, une preuve. Puisqu’il avait une énorme (ou presque) cicatrice dans le dos. En attendant, Ben prouva, lui aussi, que Tim avait absolument raison et qu’il se trompait de sujet, d’ailleurs. L’écureuil ne remettait pas en question le fait que Sally donne tout ce qu’elle peut pour sauver quelqu’un, mais bien le fait que son père n’aimerait pas ça et finirait par la disputer. Il refusait qu’elle le fasse, tout comme tout le monde refusait toujours que Timmy fasse quoi que ce soit. Sauf qu’il n’avait pas douze ans, lui, mais le double.

Ben ne voulait pas en parler, alors il n’insista pas, même s’il restait sûr que l’autre était plus fort qu’il ne le disait. Ils avaient d’autres chats à fouetter, pour l’instant, que de savoir si oui ou non ils étaient forts. Ils en discuteraient quand Bran serait sauvé. En attendant, Tim donna tout ce qu’il put pour rester sur sa planche et s’approcher du glissement de terrain. À force de se concentrer sur le mouvement de l’eau, il trouva des singularités et les indiqua à Ben.

Alors que l’autre s’amusait à balancer des bouées et cirer le nom de Bran, Timmy s’efforça de crier plus fort que lui (parce que c’était lui, son bro, et pas l’autre, déjà, donc prout). Puis il ne pouvait faire que ça, lui. Il hurla à plein poumon, en laissant un temps de silence entre chaque cri pour tendre l’oreille aux réponses potentiels de son bro.

Quand, enfin, une réponse lui vint, Tim sentit tout son corps se tendre, prêt à bondir dans l’eau. Ce ne fut qu’un éclair de lucidité qui le garda sur sa planche, en se souvenant qu’il était accroché par la cheville. Alors, Timmy hurla le prénom de son bro, ajouta qu’ils venaient le sauver et donna tout ce qu’il put pour essayer de s’asseoir sur la planche de surf. Une étape compliquée qui faillit bien le faire tomber à l’eau, mais il réussit son coup et sonda les trois singularités, à l’affût d’un signe.

avatar Là !! hurla-t-il, en pointant la crevasse du milieu. Maintenant on sait où il est, appelle qui tu veux, mais faut le sortir de là en vitesse !

Évidemment, Tim ne se comptait déjà plus dans l’équation pour la simple et bonne raison qu’il avait trouvé un moyen de relever sa jambe sans tomber et qu’il s’échinait, déjà, à décrocher le leash à sa cheville. Maintenant qu’il savait où était Bran, il trouverait un moyen de le sortir de là par lui-même, sans attendre que les secours osent enfin se ramener. C’était mort. Il ne le regarderait pas se noyer alors qu’ils étaient si près du but.

avatarJ’ai une autre idée, mais faut me faire confiance. Et je suis pas sûr que je me fasse moi-même confiance… Mais fais-moi confiance ! T’es doué comment en surf ? On est d’accord que ça flotte, une planche ?

Oui, Ben ferait bien de s’inquiéter un peu. Mais maintenant qu’il avait mis dans le crâne de Tim que Bran ne pouvait pas être sûr à cent pour cent qu’il était en train de le chercher… il ne pouvait pas en vouloir à Moignon d’essayer tout son possible pour le sauver. Et ça passait par décrocher le leash et se laisser glisser à l’eau, en s’accrochant à la planche.

avatarSi l’eau rentre, c’est que y’a un trou. Avec un peu de chance, il est assez gros pour passer la planche et quelqu’un passer. C’est juste que Bran a pas mis la tête sous l’eau pour voir le trou. J’en suis sûr. Donc…

Tim battit un peu des pieds pour se rapprocher de la falaise. Il se cala contre la roche et essaya de voir, à travers le mouvement de l’eau, s’il pouvait apercevoir le trou. Il ne vit rien, mais il sentait le courant aller dans la falaise.

avatarSoit tu vas le chercher en lui expliquant bien comme il faut comment il peut se sauver de là avec ma planche. Soit j’y vais.

Effectivement, aucun des deux choix n’était ouf, mais Tim n’avait pas mieux dans l’urgence. Soit il plongeait et donnait sa planche à Bran en priant pour réussir à sortir de là. Soit il donnait sa planche à Ben et il se débrouillait pour aller chercher son bro en laissant Tim contre la falaise. Une preuve de confiance comme l’hélicoptère ne devait même pas l’imaginer.

avatarSoyons pas cons, on a pas le temps d’attendre les secours, alors faut choisir. Maintenant.


Ben Ranger
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ben Ranger

| Avatar : Alex O'loughlin

Personnage abandonné

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Blade Ranger

| Cadavres : 1734



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Ven 11 Déc 2020 - 17:46


Ben avait bien compris que le garçon en face de lui était …. Comme une bombe dans un jeu de société, qui faisait pas du tout ce qu’on attends de lui, mais qui restait toujours dans une cohérence globale logique. Ben essayait vraiment de le comprendre, mais il n’était pas sur que c’était le bon moment pour comprendre une personne et pour sauver une autre. Une chose à la fois c’était mieux pour tout arranger ensuite… C’était en tout cas le principe qui lui avait bien sauver la peau plus d’une fois alors ….

Les introspections de Timothy était trop loin dans l’esprit de Ben pour les atteindre, mais la créa les lisant eu juste un « gros lol Bran restant à l’hopital sagement » alors qu’elle lisait la suite qui était prévu par son adversaire. Ben posa les yeux sur l’ancien écureuil. Il avait compris que ce n’était pas le sujet, bien que c’était assez important et qu’il avait envie de comprendre. Il répondit un simplement.

- Je ne le pense pas. Donc pas tout le monde.

Il ne trouvait pas que c’était un homme faible. Peut être maladroit, très certainement, un peu déconcentré, il le conçoit, mais en tout cas, il fallait une force de caractère importante pour désirer sauver un ami comme cela. Peu d’hommes l’auraient dans ses tripes, et ça il ne pourra jamais lui faire changer d’avis. Après avoir commencé à crier le nom du perdu, Ben se mit en mode « concentration » et s’il y avait une compétition dans le fait de crier plus fort, il ne le compris pas.

Ben s’approcha du garçon quand il dit un « là » clair. Il observa rapidement les alentours de la zone montré …. Il n’avait pas l’impression qu’il pourrait l’escalader … il fallait trouver une autre solution, mais quoi donc. Il ne savait pas. Il était déjà en train de signer à sa fille des informations qu’elle répondait en morse… n’oublions pas que Sally et Ben passaient des journées ensemble et ils avaient trouvés des moyens de communiquer bien à eux.

- Une planche ça flotte oui.

Il voulait bien lui faire confiance, lui donner le « bénéfice » du doute, mais il avait surtout l’impression que le petit n’avait aucune idée de ce qu’il allait faire … et il ne pouvait pas le suivre aveuglément alors. Il lui mit la main sur l’épaule pour le regarder.

- Ton idée n’est pas la meilleure, tu le sais ? Si tu vas dans le trou, tu risques de t’y coincer, ou alors de juste te retrouver avec lui dans le trou. S’il a peur de l’eau, et n’arrive pas à monter, alors tu feras pire que mieux.

C’était … un plan étrange que Tim lui donnait, bien qu’il pouvait comprendre. Il l’observait et il voyait à nouveau la panique qui faisait sa place doucement mais surement à l’arrière de sa tête.

- Ne sois pas con toi. Si je te laisse ici, et que je rentre dans le trou, et que le glissement de terrain deviens pire, on aura trois cadavres à retrouver.. Il y a une autre solution elle arrive. Et ça te coutera un sandwich…

*pendant ce temps là avec Sally*

- Comment ça il a un embouteillage et vous ne pouvez pas venir tout de suite ? C’est urgent !

Elle pinça ses lèvres et bouda carrément avant de voir que son téléphone à elle se trouvait encore sur la plage, elle le prit pour appeler Maru. C’était une bonne solution, s’il pouvait amener de quoi ramener Bran sur la plage…

- Réponds, réponds réponds, AH MARU tu es ou ? Tu fais quoi ? Tu es dispo ? Tu pourrais prendre ou Maltesers ou Strombreaker ?

Ou la dépanneuse, efficace, mais si on mets une dépanneuse sur le haut de la falaise pas sur qu’elle ne s’affaisse pas sous le poids et face pire que mieux. Ou un des deux hélicoptères. Strom avait un treille, un peu comme Blade en réalité, c’était presque tout pareil.

- Alors, mon poulet je te manque ? Oh pardon Sally, je pensais que c’était Ben. Qu’est ce qui se pas j’entends pas bien ? Strombreaker ? Me dit pas que ton père a encore cassé sa voiture en roulant comme un Maboule !

Ben roulait très bien, mais Sally ne disait rien, elle n’avait pas le temps alors qu’elle entendait Tim appelait à l’aide pour son meilleur ami.

- Non non, un garçon est tombé de la falaise, les pompiers arriveront pas à temps, tu pourrais venir avec le traille. Il faudrait prendre un garçon dans mer, Ben l’harnachera et le fera descendre dans la grotte pour qu’il attrape son ami et le sorte, tu peux faire ça ?

Oui elle venait de décider bien avant d’avoir trouver Bran que c’était Tim qui allait aller dans la grotte… pourquoi ? Parce que tout comme Ben elle savait qu’il pouvait le faire … et que s’il n’y arrive pas, Ben pourra aller les chercher tous les deux …. C’était la meilleure solution pour le moment en tout cas.

- Aucun problème que je ne puisse pas résoudre ma petite Sally, tonton Maru est sur le coup ! Je grimpe dans Strombreaker et j'arrive le plus vite possible, prions pour qu'une tempête n'éclate pas, etdis à ton père qu'il me doit un sandwich poulet mayo, adieu mon sandwich le devoir m'appelle.

Sally sourit en raccrochant pour prévenir Ben. L’hélicoptère allait arriver.

*Pendant ce temps là avec Bran*

Il se retrouvait avait la tête hors de l’eau… le reste de son corps dans l’eau. Il avait beau essayer de trouver un moyen de grimper son corps se paralyser. Fichu corps, fichu stupide peur. Il se promettait qu’il ferait en sorte de ne plus avoir peur de l’eau après ça. Plus jamais. Alors que son pied ripa encore, il se cogna la tête douloureusement et sa tête fut enfoncer dans l’eau. L’eau montait. Il ne pouvait pas. Il était en train de paniquer.

Puis il l’entendit. Il entendit son meilleur ami.

- TIM !

Il essaya de grimper encore alors qu’il sentait son coeur faire qu’un tour. Et si son meilleur ami était aussi coincé ? Comme lui ? Il devait sortir. Il s’en faisait mal aux mains et ne les laissaient pas cicatriser alors qu’il essaya d’utiliser ses ongles en les plantant dans la roche.

- TIM JE SUIS LA !

Il le savait. Il le savait que Tim n’était pas parti. Tim ne l’aurait pas laissé. Il le savait, il l’avait toujours su. S’il oublie parfois son kidnapping, il savait que Tim n’avait jamais abandonné. Il le savait. Il le savait.
.


HRP - Bien sur si tout cela te va comme idée Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 675216545 Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 675216545


Invité
Invité

Anonymous



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Lun 28 Déc 2020 - 9:31


Tim avait, franchement, d’autres chats à fouetter que de perdre son temps à expliquer à Ben qu’il ne le pensait pas nul, simplement parce qu’il ne le connaissait pas. Cette histoire commençait sincèrement à jouer avec les nerfs de l’asiatique et c’était un miracle qu’il ne s’en soit pas encore pris à la planche ou à ses doigts. Timmy avait besoin de mâchouiller pour se détendre, comme un chien devant un os, et il ne pouvait que serrer les dents si fort qu’il s’en fit mal. Mais il s’en fichait. Bran était en danger, c’était tout ce qui comptait.

Une planche, ça flottait, et même si Tim aurait pu s’en douter, vu qu’il était assis dessus encore quelques secondes plus tôt, il préférait l’entendre de la bouche de Ben. Comme ça, la vérité devenait générale et ne changerait pas à mi-chemin. Comme ça, il pourrait mettre l’un de ses plans à exécution et sauver Bran. Comme ça, il n’avait pas besoin de paniquer plus que ce n’était déjà le cas. Comme ça, il pouvait se concentrer sur son but : ce pxtain de trou dans la roche !

Mettre la main sur l’épaule de Tim, juste avant qu’il ne descende de sa planche, n’était pas non plus l’idée du siècle et faillit bien lui faire perdre son équilibre précaire, mais ça eut, au moins, le mérite d’attirer son attention. Il releva ses yeux noirs de la mer pour regarder Ben et essayer de comprendre ce qu’ils pouvaient faire d’autre. Tim refusait d’attendre gentiment que les secours arrivent. C’était mort. Et si Ben ne voulait pas aller sauver son frère, alors Timmy trouverait un moyen de le faire. Peu importait qu’il se fasse coincer. Son frère était sa seule priorité.

avatarAu pire, je me coince, et ? Si y’a une chance de sauver mon bro, je vais pas reculer maintenant, c’est mort ! Puis si je me coince avec lui, au moins, il ne sera plus seul et il ne se sentira pas abandonné. C’est peut-être débile, mais je m’en tape ! Il a besoin d’aide, je veux l’aider.

Mais regarder la mer qui s’agitait, sous sa planche, ne l’aidait pas à se décider. Timmy sentait que l’eau montait, dans la grotte de Bran, et il ne pouvait pas tergiverser pendant des heures. Il devait trouver une solution maintenant, puisque Ben ne semblait pas décidé à lui venir en aide. Tim, lui, ne pouvait plus attendre sagement. Les pompiers n’arrivaient pas et il ne voyait pas ce qui pourrait arriver de bien, sans les pompiers. Alors il devait trouver un moyen de sauver son bro avant leur arrivée ou, au minimum, de s’assurer que Bran ne se noierait pas. Ce qui lui fit baisser les yeux sur sa planche.

Une planche qui flotte.
Un trou dans la falaise.

avatarMais je suis con ! Et j’assume, je m’en tape ! Y’a que la folie qui pourra l’aider, alors laisse-moi être dingue ! Si le glissement de terrain devient pire alors qu’on a même pas essayé d’aider mon bro à sortir de là, je jure que tu regretteras qu’on soit pas morts tous les deux avec lui.

Timothy n’était, généralement, pas du genre à menacer le monde, ou des menaces idiotes, à base de « t’es plus mon ami, je te déteste » tout à fait matures et responsables. Néanmoins, dans ses yeux noirs brillait une véritable détermination. Si Bran y passait sans que Tim n’ait tenté quoi que ce fut pour le sortir de là, alors Timothy ferait une grosse, très grosse connerie. Et il se doutait que Ben l’aurait sur la conscience toute sa vie. Il ne pouvait donc pas rester sagement là, à attendre « une autre solution ».

avatarDéjà, j’aime que les paninis, précisa-t-il, avant de se laisser glisser à l’eau.

L’écureuil descendit de sa planche, maintenant qu’il avait réussi à décrocher son leash, et s’accrocha à la planche pour se caler contre la roche, derrière lui. Il avait bien vu Ben signer à Sally et si Moignon connaissait le langage des signes, il n’en avait rien dit. Il préférait se concentrer sur son autre idée, vu que les deux précédentes avaient été rejetées. Celle-ci, Ben ne pourrait pas l’empêcher. Tim le ferait quoi qu’il arrive et c’était tout ce qu’il pouvait faire pour sauver son bro.

avatarJe le laisserai pas se noyer en attendant sagement une solution, donc je lui donne ma planche et c’est non-négociable.

Ce qu’il dit avec une grande détermination et, avant que l’autre ne décide de l’en empêcher, Tim plongea la tête dans l’eau et s’accrocha à sa planche à bout de bras. Il ouvrit les yeux, malgré le sel qui les lui piqua affreusement et chercha une tache sombre, signe du trou dans la falaise. Quand il le trouva enfin, il fut heureux de constater que, normalement, la planche devrait pouvoir passer. Au pire du pire, elle se coincerait dans la roche et elle empêcherait une partie de l’eau d’entrer dans la grotte. Quoi qu’il arrive, son idée ne pouvait être qu’une bonne idée.

Évidemment, il faudrait qu’il trouve, ensuite, un moyen de retourner sur la plage tout seul comme un grand, mais il trouverait bien. Tim savait nager, même s’il le faisait très mal, et il l’avait déjà fait une fois, il recommencerait. Sa tête revint donc percer la surface de l’eau et il regarda sa planche de surf, en essayant de comprendre quelle force il lui faudrait pour l’enfoncer dans la mer et la diriger vers le trou. Une dure affaire, mais l’adrénaline pulsait dans chacun de ses membres et il se sentait aussi fort que Kaeloo.

Alors, Tim appuya sur le bout de la planche, le fit entrer dans la mer et força du plus fort qu’il put pour que le reste suive. Combattre le flottement naturel de la planche de surf fut une tâche ardue, mais il ne se laissa pas démonter et réussit, grâce au courant, à la diriger jusqu’au trou. Une fois coincée dedans, Timmy revint prendre une grande inspiration. Il ne voyait plus rien, mais il y allait à l’instinct et replongea pour donner de grands coups de pieds dans la planche. Quand, enfin, elle disparut, il revint contre la roche en toussant comme un cinglé. L’effort lui avait, un peu beaucoup, fait boire la tasse et le sel lui brûlait la gorge.

avatar
Je crois que c’est passé !


Maintenant, il ne lui restait plus qu’à attendre, en essayant de combattre les courants marins pour ne pas se faire emporter, alors qu’il ne voyait plus rien du tout, les yeux plus rouges que rouge. Mais ce n’était qu’un maigre sacrifice pour la survie de son frère de cœur.


HRP : Je n'ai pas fait venir l'hélico encore, mais tu peux dire qu'il arrive, Tim n'entend plus grand-chose Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 453450723


Ben Ranger
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ben Ranger

| Avatar : Alex O'loughlin

Personnage abandonné

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Blade Ranger

| Cadavres : 1734



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Mar 5 Jan 2021 - 15:12


Ben ne savait pas comment gérer tout ça. D’habitude ses camarades de galère étaient des policiers, ou des personnes qui savent ce qu’ils font, et qui ont l’habitude… là il avait l’impression d’avoir amené un bambin à l’abattoir, et ça ne lui plaisait pas du tout… Il avait l’impression de mal faire quelque chose et que tout serait de pire en pire. Il fallait qu’il réfléchisse et personne ne pouvait l’aider car au milieu de la mer. Heureusement, il avait pu voir que sa fille était en train d’appeler Maru et une aide de plus ne serait clairement pas de refus.

Il savait … Ben savait tous les sentiments que pouvait ressentir Tim en ce moment. Il le savait parce qu’il pouvait l’imaginer sans peine. De ne rien pouvoir faire pour un ami en danger. Comme Nick à l’époque … il n’avait pas pu le sauver, et il avait du le laisser mourir dans les flammes. Personne ne veut mourir dans les flammes… ni dans son élément opposé… Bran voulait tout faire pour sortir Bran de là, et cela même s’il ne le connaissait pas. Mais connaître Tim suffisait pour avoir encore plus envie.

Bien sur je ne dis pas là qu’il n’aurait pas sauvé n’importe qui d’autres. Ben savait juste que la détresse de son camarade était en écho à une détresse qu’il avait eu lui-même… et cet écho lui donnait bien plus de force que ce qu’on ne pourrait le croire. On pourrait croire qu’il était calme, serein, presque tranquille assis sur sa planche, mais en réalité il pensait à 225555 choses en même temps, exactement, pour faire en sorte que toute cette histoire finisse bien.

- Ce n’est pas débile, et même si je comprends mieux que ce que tu ne peux penser, je ne peux pas te laisser faire cela.

Le laisser se mettre en danger ? Oui, lui, le ferait …. Mais il savait aussi que si c’était lui, il faudrait qu’on l’arrête …. Ça serait important. Il fallait qu’il garde les deux enfants en vie et bien. Et qu’importe si ensuite Tim le déteste pour ne pas lui avoir laissé faire ce qu’il veut … Il ne pouvait pas laisser le garçon se mettre en danger.

- Je suis certains que tu me le feras regretter, mais si tu es blessé c’est ton meilleur ami qui va me le faire regretter, et ça aussi tu le sais.

Parce que Maru tuerait les personnes qui n’aurait pas arrêté son meilleur ami… tout comme lui le ferait dans une situation ressemblante … et il se doutait, bien qu’il n’en savait rien c’était juste la créa des deux qui lui souffler à l’oreille, que Bran n’apprécierait pas du tout que son meilleur ami soit mort et que Ben l’ai laissé faire. Ben nota les informations sur les paninis sans chercher à comprendre pourquoi le dire. Ben finit par lui laisser faire ce qu’il voulait alors qu’il parlait à sa fille. S’il se noie, il ira le sauver lui en premier. Car c’est le plus simple à sauver. Et il savait déjà qu’il n’apprécierait pas la réflexion. Ben entendit l’hélicoptère et signa à Maru comment le prendre. Il s’approcha de la falaise et accrocha le leash à une pierre. Ainsi quand l’idiot reviendra, ce que Ben était sur au vue des bulles qu’il voyait à la surface de l’eau, il aurait de quoi rentrer sur la plage. Il le vit ressortir d’ailleurs et Ben sourit doucement alors qu’il était en train de mettre le harnais autour de sa taille.

- Bien maintenant prends ma planche et retourne sur la plage. Ne l’abandonne pas dans la mer.

Il avait prêté une vieille à Tim mais toujours en bonne état … la sienne était une planche de surf de compétition, et il n’avait aucune envie qu’elle aille polluer la mer … surtout parce qu’il l’aimait beaucoup. Une idée qui passa que fugacement dans sa tête alors qu’il était très concentrer. Une fois le harnais mit, il prévient avec des jeux de lumière Maru de monter. Le plus dur était que Maru ne l’envoie pas dans le décor en loupant le trou. Ben lui fait confiance la dessus.

Du côté de Bran, la panique était de plus en plus forte. Il était au bord de l’explosion alors qu’il sentait l’eau montait et lui incapable de faire pareil. Il avait essayé pourtant, et pas qu’une fois… monter. Mais ni ses muscles tremblant, ni sa tête sanguinolente d’avoir heurté le mur trois ou quatre fois déjà, ne voulaient coopérer pour le sortir de ce trou à rat. Il avait entendu Tim. Il savait que Tim était derrière… ou alors il avait juste complètement perdu les pédales ? Peut être est ce qu’il commence à entendre des voix … il déraille en gros ? Il ne pouvait pas en être sur.

Mais quand il sentit quelque chose de gros sous lui, il lui fit un petit temps pour comprendre que ça voulait sortir de l’eau. Sortir de l’eau voulait dire ne plus être dans l’eau … et ça … pour lui c’était la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Qu’importe qui avait pu avoir l’idée, ça ne pouvait être qu’un génie. Génie…. Tim… Il ne pouvait pas penser à quelqu’un d’autre alors qu’il prit la planche et enroula ses bras autour. Doucement, il mit la tête dessus, et avec un peu plus de force, il fini par y mettre le haut du corps. Sur une planche, avec Nani, avec Lilo, avec David, il n’avait pas peur de l’eau. L’eau ne lui faisait peur que quand il était seul …

C’était pour ça qu’il avait été si sûr de pouvoir sauter dans la mer si Tim était à ses côtés. Tim était un membre de sa famille. Il était son jumeau mais pas avec le même adn c’est tout…. Et quand il posa sa tête sur la planche, il se dit qu’il avait raison, comme il avait toujours eu raison. Tim était là. Même si ce n’était pas physiquement, il était là dans ses pensées et il savait que la seule raison pour laquelle il n’avait pas explosé tout le monde quand il avait compris pour Lilo, c’était lui.

La tête se pose sur la planche donc, et il se dit qu’il pouvait se reposer un peu … quelques secondes de calme dans la peur et la panique. Il en avait besoin pour trouver une solution… il en avait besoin pour avancer. Il fallait qu’il y arrive. Il cru entendre un son mais il était déjà en train de se calmer, il ne pouvait pas l’identifier.

Ben se promit, lui, que quand il sortirait de là, il irait dire à Tim que son idée n’avait apparemment pas été si mauvaise que ça. Il pouvait voir le garçon au fond du trou, et il pouvait aussi voir la planche. Il se tient sur les parois pour approcher. Il lui parla plusieurs fois mais n’eut pas de réponse. Il réussi à vérifier qu’il était bien en vie. Avec tout le courage qu’il pouvait avoir, si le petit n’avait pas eu de pouls, il aurait attendu ici les pompiers … incapable de se confronter à l’asiatique qui attendait peut être maintenant sur la plage.

Mais il avait un pouls et donc cette idée pouvait déjà être enlevée. Il fit en sorte de passer les sangles autour de lui. Il pouvait le faire. Il y arriva alors. Il tira sur le harnais pour prévenir Maru qu’il pouvait les remonter maintenant. Maru devait avoir la manivelle pour baisser et montrer juste à côté de lui… surtout pour piloter en même temps… Cela mérite clairement un sandwich. Ben avait le gamin contre lui et vérifier toujours les constantes. Il était en vie, c’était le bon côté. Il le tenait toujours, et même s’il n’en avait plus le besoin avec le harnais.

Il pouvait regarder le paysage, sous lui, la mer, ou le trou mais il n’en fit rien, il était obnubilé par la plage et les pompiers qui étaient enfin arrivé. Ben se détacha en tenant toujours le garçon contre lui et les pompiers prirent le relais tout de suite. Il enleva toutes les sangles et se rapprocha de Tim. Il ne pouvait pas voir ça… surtout si son meilleur ami venait à faire une noyade sèche, ou bien toutes les autres possibilités qui pouvaient causer la mort dans ce cas là.

- Viens on les laisses faire leur travail. On ne t’abandonne pas, on te mènera ou tu veux quand tu veux, mais viens d’assoir d’abord.

Quand il parlait de l’amener ou il veut, il parlait bien sur de l’hôpital. Ben n’avait pas de doute sur le fait qu’il voudrait y aller. Mais même si c’était ailleurs, il n’allait pas laisser une personne en proie à une telle panique tout seule. Sally était en train d’envoyer un SMS à Maru pour le remercier et qu’elle lui dirait comment ça fini.

- Il faut que je te dise, l’idée que tu as eu, bien que dangereux, a été une très bonne idée. Ton ami a certainement pu se calmer grâce à cela. Tu as réussi à l’aider, énormément.

Ben ne savait pas consoler, (cf – Un rp avec Liliann) mais il faisait de son mieux alors qu’il pouvait voir au loin les pompiers grouillait autour de Bran comme des petites abeilles autour d’une reine. Sally s’approcha de Tim et elle lui prit tranquillement la main alors qu’elle lui fit un tendre sourire. Elle aussi son cœur battait la chamade. Et elle était contente de voir que tout aller vers une résolution positif du problème.



Invité
Invité

Anonymous



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Dim 17 Jan 2021 - 11:47


Donner un but concret, à Timothy, n’était pas une mauvaise idée. Lui ordonner de sauver ses propres miches n’aurait sûrement pas fonctionné alors que l’écureuil avait un instinct de conservation absolument inexistant. Il ne pensait qu’à son bro coincé, pour le moment, et ne voulait pas réfléchir au risque qui courait sur sa propre vie. À quoi ça lui servait d’être en vie, si Bran mourait ici ? Il avait beau être entouré de gens très bien, dans sa vie, Timothy ne voulait pas l’imaginer sans son frère. Et même s’ils n’étaient pas liés par le sang, ça ne changeait rien. Il était son frère à lui, à personne d’autre (prout Nani et Lilo), et ils devaient vivre ensemble, point.

Alors, quand Ben se débarrassa de sa planche, en enfilant son harnais, pour demander à Timothy de la ramener sur la plage, l’asiatique le regarda (sans le voir, puisqu’il avait les yeux bouffés par le sel) et jura, dans sa tête, qu’il pouvait bien sauver la planche, le temps que Ben sauve son ami. Une bien maigre compensation pour tout ce que l’homme avait accepté de faire pour lui, aujourd’hui, mais Timmy avait un nouveau but et ne s’en détournerait pas. Quoi qu’il lui en coûte, il ramènerait cette planche sur la plage, pour que Ben ne la perde pas.

avatar
Compte sur moi, l’ami ! Occupe-toi que de mon frérot, je vais la ramener sur la plage sans la moindre égratignure.

Ce qui était plus facile à dire qu’à faire, mais concentré sur cette promesse, Timothy pourrait, peut-être, essayer de ne pas penser au sauvetage qui continuerait de se jouer sans lui, entre la mer et la falaise. D’ailleurs, même s’il n’en dit rien et que, pour une fois, ses yeux ne pouvaient pas exprimer son admiration, trop occupés à essayer de se débarrasser du sel, Timmy ne pouvait que se demander qui était vraiment Ben pour avoir une fille aussi géniale et un hélicoptère sous le coude, en cas de pépin. Ce devait être quelqu’un de ouf de chez ouf, bien loin de l’incompétence de l’écureuil et il jurait qu’il lui revaudrait ça, plus tard.

En attendant, l’asiatique regarda l’espèce de tache floue qui s’envola dans les airs pour partir sauver son frère et se reconcentra sur la planche. Il galéra un peu beaucoup à monter dessus et accrocher le leash à sa cheville, mais ce ne fut rien comparé au chemin du retour. Même si ses yeux pleuraient pour se débarrasser de l’eau de mer (et pas que, mais chut), il ne voyait toujours pas grand-chose et dut se diriger un peu au hasard des courants, pour essayer de rejoindre la plage.

Quand il sentit le sable racler sous ses pieds, Timothy se laissa glisser dans l’eau et trébucha comme le débile qu’il était, alors que le leash le retenait toujours à la planche. Il le décrocha, attrapa la planche sous le bras et, exténué, revint se poser sur la plage, à une distance respectable des rouleaux qui venaient lécher le sable. Là, enfin, il lâcha son fardeau et s’étala de tout son long, le temps de reprendre son souffle et d’essayer d’organiser ses pensées. Dans le ciel si bleu, plus loin, il apercevait l’hélicoptère qui vrombissait doucement.

Quand les pompiers décidèrent, enfin, de se pointer sur la plage, Timmy se remit debout et hésita à aller les engueuler sévère. Mais il préféra ne pas les déranger et prendre un peu ses distances, histoire de ne pas être confondu avec une victime du glissement de terrain. Ce qu’il était pourtant un peu, mais bon. Là, à l’écart, il se défit du haut de la combinaison prêtée par Ben et torse-nu, se demanda où il avait laissé ses vêtements. Il ne pouvait pas enlever le bas, alors qu’il était en caleçon, tant qu’il ne retrouvait pas ses affaires. Et sans ses affaires, il ne pouvait pas se barrer discrètement ! Quelle merde…

Derrière lui, les pompiers s’affairèrent soudain autour de son bro et Timothy eut bien du mal à ne pas se jeter à son chevet. Mais maintenant, il était sauvé, non ? Alors l’écureuil pouvait respirer et disparaître, faire genre qu’il n’avait rien fait du tout et se pointer, plus tard, comme une fleur à l’hôpital. Ben semblait plutôt de son avis alors qu’il lui conseillait de laisser faire les pompiers et d’aller s’asseoir. Pourquoi s’asseoir ? Tim voulait juste récupérer ses vêtements et retourner chez lui, l’air de rien.

avatar
Je veux juste retrouver mes vêtements pour me changer et rentrer chez moi, ronchonna-t-il, bien qu’il ne résista pas et tourna le dos à Ben pour s’éloigner encore un peu. Il est sauvé maintenant, il risque rien. À l’hôpital, ils sont trop forts, ils vont le remettre sur pied en deux-deux !

Une certitude qu’il donna en souriant à pleines dents, en ignorant totalement la vilaine sensation qui remua, entre ses omoplates. À une époque, on l’avait quasiment sauvé de la mort, alors ils pouvaient bien faire pareil avec son bro. C’était simple : s’ils ne le faisaient pas, Moignon allait tout péter à l’hôpital.

avatar
Ouais, t’inquiète pas, j’ai toujours des idées de génie, hahahahaha ! Tous les génies sont fous, on te l’a jamais dit ? (Il prit un air arrogant qui cacha mal l’inquiétude qui le bouffait de l’intérieur.) Mais c’est toi qu’as tout fait. T’es trop un ouf, en vrai. Un hélico, et tout. On se croirait grave dans une BD ! Oh, bah tiens ! Tu veux pas être le héros de mon prochain one-shot, dis ?

Alors qu’il avait plus ou moins retrouvé la vue, bien que ses yeux furent encore rouges et lui piquaient affreusement, son regard s’emplit de petites étoiles et se tourna vers Ben, suppliant presque pour qu’il dise oui. Une histoire comme celle-ci, un peu beaucoup réarrangé à la sauce Moignon, ça ne pourrait que plaire, il n’en doutait pas. Quand Sally vint lui prendre la main, Timmy baissa les yeux vers elle et lui sourit un peu, sans trop oser refermer ses doigts sur les siens, de peur de lui faire un peu mal. Il n’était pas très doué pour jauger sa force, alors il se contenta d’une légère pression tandis que, de l’autre main, il s’empressa de signer :

avatar
T’es trop forte, toi aussi, princesse. (Puis il reprit la parole :) Vous avez pas vu mes affaires ? Parce que rester tout nu, là, c’est pas mon gros kif, dans la vie. En plus, le gars, là-bas, il me connaît, et j’ai pas hyper envie qu’il me voit. (Il désigna l’un des pompiers qui faisait partie de l’équipe qui l’avait récupéré, le jour où il s’était planté en beauté et en était ressorti avec la cicatrice qui se voyait bien, entre ses omoplates.) Puis faudrait pas que mesdames tombent amoureuse de mon corps de dieu, hahahaha ! Et j’ai froid, et faim aussi. Vous voulez pas aller manger des paninis ?

Oui, il faisait un peu mine de rien, en s’enfonçant dans des bêtises, mais Timothy avait besoin de se vider la tête et de ne plus penser à ce qu’il venait de se passer. Il aurait tout le temps de s’inquiéter plus tard, quand il retournerait voir son bro à l’hôpital, en croisant les doigts pour que personne ne l’ait vu sur la plage. En attendant, il préférait se la péter un peu (même s’il ne le pensait pas du tout) et embarquer avec lui ceux qui avaient bien voulu l’aider à sauver son ami.


Ben Ranger
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ben Ranger

| Avatar : Alex O'loughlin

Personnage abandonné

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Blade Ranger

| Cadavres : 1734



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Mar 23 Fév 2021 - 17:17


Ben observait le garçon avec lui. Qu’importe la taille, un enfant resterait un enfant pour lui…et pas pour dénigrer Tim, mais son fils avait le même âge que lui et que le second couché sur le sol… Alors il ne pouvait pas faire autrement que de vouloir l’aider. Au moins un peu. Ben suivit le petit qui semblait ne pas comprendre ce qu’il risquait à bouger ainsi. Qu’importe la force de chacun, un choc moral reste un choc, et il faut le soigner par le temps et la tranquillité, pas continuer à tenir sur des nerfs qui ont déjà céder.

- On retrouvera tes affaires, repose toi un peu. Oui, ils vont le remettre sur pied. Je leur ai dit son prénom, mais ils auront peut être besoin d’autres informations… est ce que tu es sur que tu ne voudras pas y aller ?

Ben savait que les hôpitaux n’étaient pas le mielleur endroit de la terre, mais il savait aussi que c’était peut être important que les deux frères soient ensemble… Et qu’il risque de s’en vouloir si par malheur quelque chose ne se passe pas comme il faut là bas, et que lui était chez lui à attendre. Bien sur, cela ne changerait rien, et Ben le savait … Mais, c’était plus pour les vivants que cela pourrait tout changer. Il n’était pas pessimiste dans l’âme, mais il était le genre à préféré mettre toute les chances de son côté.

- Alors tu es un fou génial. Je n’ai fait que ce que j’ai appris dans ce genre de situation, toi tu as innové, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Ta prochaine quoi ? Si ça peut te faire plaisir, ça me dérange pas.

Il écouta alors que sa fille était en train de tout gérer. Ben était en effet le genre « sans imagination ». Il pouvait réparer des voitures, et les remettre dans leur état d’origine ou les modifier pour être mieux. Il pouvait bricoler un hélicoptère comme un tank … mais il ne pouvait pas imaginer. Si on venait lui demander de faire une voiture de A à Z en utilisant l’imagination, il ne pourrait rien faire de bien concluant, il le savait. L’imagination n’était pas donnée à tout le monde. Il ne trouvait pas que cela fut un défaut, c’était juste un fait. Pour ce qui était de ce qu’il avait proposé, il ne savait pas de quoi il parlait … mais il doutait bien que cela soit quelque chose de grave, et était tout à fait disposer à aider Tim pour autre chose qu’un sauvetage.

- Tes affaires, je les ai rangé dans la voiture, je me suis dis que ça les protègerais du sable et du vent avec celle de Ben.

Elle désigna la voiture. Ben aurait pu le dire, où était ses affaires, mais il n’y avait bien que sa fille pour être prévenante comme ça pour les affaires d’autrui. Sally lâcha la main de Tim pour se poser devant Ben.

- S’il te plaiiiiiiiiiit des paninis ça fait longtemps dit ouiiiiiiiiii !

Ben fronça les sourcils alors que sa fille avait plaqué ses mains entre elles pour dire « s’il te plait ». Il soupira et Sally était déjà en train de sauter tout partout en criant qu’elle allait manger des paninis. Ben se déplaça et prit les affaires dans la voiture pour lui donner alors qu’il lui tendit aussi une serviette propre. Ben se changea en quelques secondes, comme l’habitué de se changer qu’il était. Il regarda Tim.

- Tu sais au moins où en acheter des paninis ?

Il préférait avoir le jeune avec lui, le temps qu’il se calme, et l’amènerait plus tard… Lui n’avait pas peur d’être reconnu, après tout il était policier et on le connaissait assez pour ses hélicoptères.

*ellipse pour marquer le dernier post de Ben sur ce rp non ?*
Bran était dans les vappes. Il allait bien, il pouvait sentir qu’on le tripote et ça, ça ne lui plaisait pas des masses en faite. On disait des trucs, et des muches, on lui mettait des machins dans les veines, on le poussait, lui demander de suivre de la lumière, mais elle fait mal à la tête ta lumière. Il savait que physiquement il allait très bien, même mieux que bien. Il était juste encore dans les eaux profondes, et il avait du mal à en sortir… mais sinon, il allait bien alors on le touche pas.

Il avait envie de bouger, de hurler, et de taper, mais les hommes autour de lui l’empêchait, et qu’est ce qu’il parlait … C’était ouf tout ce qu’ils pouvaient dire, pire que Nani quand elle avait quelque chose à dire, c’était dire. Il n’écoutait pas vraiment alors qu’il comprit être dans l’ambulance. Il grogna pour se défaire des mains qui le toucher. Non mais.

Il mordit aussi un infirmier. Oui, très fort même. On ne le touchait pas. Il finit attacher contre les parois de … d’un lit ? Il en savait rien … pour dire la vérité il s’en fichait bien de savoir où il était … il n’était pas réellement là… il était dans un autre lieu, un autre lit où on l’avait attaché, et où un laser avait commencé à découper des bouts de lui. Alors qu’il était en train de mordre une autre personne, ou proche de, il entendit un homme parler.

- Oh, docteur Machin ! Quelle coïncidence ! Je viens justement d'apercevoir le petit Powers, sur la plage, quand on a embarqué celui-ci. C'était bien vous qui l'avez pris en charge il y a 6 années, non ?

Bran ne referma pas sa mâchoire sur la main inconnue qui l’approchait. Il parlait de Tim là ? Il lança un regard alors que ses yeux s’ouvrirent aux gens autour. Il trouva les deux personnes parlant. Il leur lança un sale regard qui, couplait avec la drogue dans son sang, devait donner quelque chose comme un regard vitreux. On ne parlait pas de Tim !

- Oui la blessure dans le dos, il faudrait qu'il passe me voir
- Je l'ai vue de loin (la cicatrice), il a l'air d'aller bien. Il marchait bien, en tout cas ! Pour un gamin qui a frôlé la mort, c'est épatant. Si je le revois, je lui passerai le message, alors.

Bran s’arrêta de respirer… une cicatrice dans le dos … une cicatrice qu’il avait dans le dos … il l’aurait eu il y a 6 ans ? 6 ans quand il n’était pas là ? Donc pendant qu’il était en train de se faire charcuter. Donc quand il ne le cherchait soit disant pas ? Et il avait frôlé la mort ? Bran savait que son frère n’avait pas fait que faire attention à Lilo et Nani pour lui. Il s’en doutait mais le penser et savoir qu’il avait failli en mourir. Bran mordit encore plus une main qui passa devant ses yeux alors qu’il essayait de casser les liens qui l’entravaient.

Il entendit dire à quelqu’un de lui mettre des calmants. Alors ça, ils pouvaient toujours essayer pour voir… Il n’était PAS QUESTION qu’il s’endorme et reste ici. Il avait un frère qu’il adore à aller massacrer pour lui avoir menti, mais surtout pour avoir mit sa vie en danger pour lui. Il allait le mordre lui aussi tiens. Alors qu’il allait faire un nouveau mouvement pour envoyer balader tout le monde, il ne sentit plus rien du tout, et il tomba dans l’inconscience, encore.

Quand il se réveilla, il avait plus de lien autour de ses membres qu’un psychopathe politique. Il pouvait à peine bouger la tête, mais le premier regard qu’il lança au monde crier qu’il allait faire un meurtre, il essaya de bouger, il aurait pu se casser les os pour se défaire des entraves s’il avait senti tout son corps. Alors qu’il était en train de mordre la chose dans sa bouche pour le jeter (quelque chose que l’on met quand une personne a des spasmes et qu’on a peur qu’elle se casse les dents) la porte s’ouvrit, et Bran posa le regard dessus. Qui que ce soit, il allait prendre pour tout le monde.



Invité
Invité

Anonymous



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Jeu 4 Mar 2021 - 9:34


Il pourrait le lui proposer une centaine de fois, Moignon ne changerait pas d’avis. Il était connu pour être têtu et il le resterait toute sa vie. Il ne voulait pas monter dans l’ambulance avec Bran et indiquer à tout le monde qu’il était là, au moment du drame, qu’il aurait, encore une fois, pu se faire très mal et laisser penser à tout le monde qu’ils feraient mieux de l’attacher dans un coin. C’était mort. L’inquiétude ne devait pas se retourner contre lui, mais rester braquée sur son bro. Lui, il allait très bien. Les pompiers iraient plus vite à remettre Bran sur pieds si l’écureuil ne leur traînait pas dans les pattes.

Timothy se contenta donc de hausser les épaules pour répondre à Ben et passa à autre chose. Il n’irait pas à l’hôpital tout de suite et il ne se reposerait pas encore. D’abord, il irait manger un panini, ensuite il s’enfermerait dans sa chambre pour péter une crise de nerfs à l’abri des regards puis, calmé, il sortirait comme s’il ne s’était rien passé et reviendrait voir son bro à l’hôpital. C’était un bien meilleur programme que de tourner autour des médecins, tendu comme un string, à ne plus du tout savoir gérer son stress et sa panique.

Au moins la conversation fut un peu détournée pour passer à autre chose et Timmy eut un grand sourire, à entendre Ben accepter d’être le héros de sa prochaine histoire. Il ferait une bande dessinée du tonnerre et il en offrirait un exemplaire à Sally pour qu’elle voit bien à quel point son père et elle étaient des gens incroyables ! Lui, il ne faisait que barboter dans la cour des grands, à penser comme il le pouvait en s’appuyant copieusement sur tous les films, jeux-vidéos et autres documentaires qu’il passait son temps à mater. Ce n’était pas tant ses idées, donc, que du plagiat en bonne et due forme.

Même la petite Sally ne manquait pas de ressources ! Elle avait protégé ses affaires et il la remercia d’un pouce en l’air. Il lui aurait bien pat pat la tête, mais Tim avait toujours peu de faire plus de mal que de bien et préféra garder une distance sécuritaire entre sa main et les cheveux de la gamine. Puis il eut à peu près la même tête qu’elle, alors qu’ils attendaient tous les deux l’approbation de Ben pour aller dévorer des paninis. Au moins, Timothy semblait avoir trouvé là la compagnie parfaite si, un jour, il lui prenait une envie de manger des paninis avec quelqu’un.

Évidemment, quand Ben lui demanda s’il connaissait un endroit où en acheter, Timothy eut un regard en coin, comme pour signifier qu’il ne savait pas à qui il parlait, là. Tim connaissait toutes les adresses de restauration de la ville et même les horaires et lieux de déplacement d’un food truck qui faisait des paninis. La seule chose qui l’empêcha d’embarquer, immédiatement, ses deux sauveurs dévorer les meilleurs paninis de la ville, fut de devoir se changer devant tout le monde. Sans le moindre doute, lui, il ne put pas le faire aussi vite que Ben, très mal à l’aise à l’idée de se montrer presque nu au beau milieu de la plage, devant les yeux de Ben et ceux de l’innocente Sally.

♪ Panini, panini, panini ♫

Le ventre plein, ou presque plein, Timothy était retourné chez lui pour prendre une douche, se débarrasser de tout le sel qui lui collait à la peau. Forcément, le voir sauter sous l’eau directement après être rentré attira l’attention de ses frères et de sa sœur, mais Tim refusa de s’expliquer. Il prit son temps pour se débarrasser de la tension, dans le moindre de ses membres et éclata peut-être même en sanglots, bien caché sous l’eau de la douche. Il avait bien cru qu’il perdrait son frère pour de bon, aujourd’hui, et son petit cœur d’écureuil n’était pas prêt à le supporter.

Débarrassé de ses mauvais sentiments et de l’eau salée, il se changea et fila en vitesse dans les rues de Storybrooke. Rejoindre l’hôpital lui prit moins de temps que prévu. Il n’avait, déjà, que trop tardé à se pointer comme une fleur dans la chambre de Bran, il devait se dépêcher ! Sauf qu’il se perdit peut-être un peu, dans les couloirs de l’hôpital et qu’il lui fallut, plusieurs fois, demander la bonne direction et rebrousser chemin, avant d’enfin se planter devant la bonne porte.

Timmy prit quelques secondes pour prendre une grande inspiration, se parer d’un sourire joyeux qu’il ne pensait pas vraiment, et ouvrir en grand la porte de la chambre. S’il s’apprêtait à entrer comme s’il était chez lui, à lever un peu la voix pour indiquer qu’il était content et que tout le monde ferait bien d’être content aussi, les mots se bloquèrent dans sa gorge à l’instant où ses yeux noirs tombèrent sur son frère, attaché à son lit.

avatar
Mais vous êtes complètement malades ! s’écria-t-il, en bondissant au chevet de Bran. Non mais sérieux, ils ont fumé quoi ! Si j’avais su que ça finirait comme ça… non mais n’importe quoi ! Bouge pas, hein.

Loin de s’inquiéter du regard fou de son frère, puisque Timothy doutait fortement qu’il soit capable de lui faire du mal, il se pencha sur chacun des liens du lit et, petit à petit, les détacha. S’il entendit des plaintes, derrière lui, lui dire qu’il ne fallait pas, que Bran n’était pas calme, qu’il mordait à tour de bras, Timmy les ignora royalement, concentré sur sa tâche. Lui vivant, ils n’attacheraient pas son bro comme il avait pu être attaché, autrefois, alors que Moignon n’avait pas pu le sortir de là. Cette fois-ci, il ne laisserait pas son frère souffrir devant ses yeux sans rien faire.

avatar
Il n’y a que les gros psychopathes pour attacher un patient sur un lit, sérieux. Si vous avez peur d’être mordu, vous avez qu’à dégager, on a pas besoin de vous !

Gêné par l’infirmier qui l’invectivait d’arrêter, que c’était une très mauvaise idée, Timothy cessa de détacher les liens du lit pour pousser l’autre dehors. Il l’éjecta dans le couloir et referma brusquement la porte, alors qu’une tête connue passait pile à ce moment-là. Tim verrouilla et fronça fort ses sourcils noirs, comme pour se donner un regard autoritaire. Le médecin ne comprit rien, mais Tim refusait de parler à celui-ci devant Bran. Il avait bien reconnu celui qui l’avait sauvé d’un accident qui aurait pu être mortel et ce n’était franchement pas le moment de discuter du passé.

avatar
Ça attache le monde sur des lits et après, ça s’étonne que tu mordes. Faut vraiment pas être fut-fut… Bon, j’arrive, je finis de te détacher. Ça va ? Tu te sens mieux ? Je suis désolé, bro, je pensais pas que ça finirait ainsi.

La mine soudain plus sombre et triste, Timothy s’assit sur le bord du lit pour finir de détacher les liens de Bran. S’il avait su qu’il y aurait un glissement de terrain, il n’aurait jamais abandonné son frère parce qu’il boudait. D’ailleurs, il aurait sûrement tout fait pour le dissuader d’aller s’amuser sur la falaise.


Bran Uaike
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Bran Uaike

| Avatar : Dylan Sprayberry

Personnage abandonné

| Conte : Stitch
| Dans le monde des contes, je suis : : Expérience 626

| Cadavres : 595



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Dim 7 Mar 2021 - 14:26


Bran allait faire un meurtre … non pas un meurtre … un fratricide … C’était le nom que l’on donnait quand on se mettait à tuer son frère… Puis il se dit qu’il ne pourrait pas vivre sans son frère, que la culpabilité de l’avoir tué le tuerais, et quand il ne méritait pas forcément un meurtre. Non. Il méritait qu’il boude pendant au moins un an. Non. Pas un an. Un an c’est long tout de même … Il ne savait pas ce qu’il allait faire, mais il allait le faire.

Alors quand la porte de sa chambre s’ouvrit sur un Tim inquiet, Bran n’eut que le réflexe de vouloir lui dire sa façon de penser en hurlant, en criant … Il avait envie de lui dire à quel point c’était un menteur, un traître, un vilain, même un mouton galactique tiens ! Parce que pour le moment Bran pensait à plus d’un commentaire, mais toujours gentil à sa manière.

Mais il était super en colère. Pas qu’il lui avait menti pour dire la vérité, mais parce qu’il avait été assez con pour se mettre en danger, risquer sa vie pour celle de son frère… Il aurait dû continuer à vivre sans penser à lui, mais en protéger ses sœurs. Voir son frère dans les mains d’Hamsterviel ça serait son pire cauchemar.

C’était son pire cauchemar. Et il aurait pu se réaliser car Tim l’avait cherché. Il aurait risqué de mourir. Alors il continua à enchainer les gros mots, et ça même quand ça lui réchauffa le cœur de voir son frère ainsi sans faire pour lui.

Oui, il avait été mit dans une cage pour qu’on puisse faire des expériences sur lui, oui on l’avait un brin torturé pour essayer de comprendre comment il était fait, et oui, il n’appréciait pas les sangles … mais le fait est qu’il était bien trop concentré sur sa colère pour penser à autre chose.

Il se laissa faire quand Tim arriva… Il attendait. Il ne pouvait pas parler alors qu’il sentait que la bave lui coulait sur le coin des lèvres. Il ne pouvait pas faire autrement qu’attendre que Tim arrive à lui enlever au moins une sangle. En théorie, il pourrait tout faire péter d’un coup. Mais il avait quelque chose dans son sang qui l’en empêche… Quelque chose empêchait ses pouvoirs de se déverser et jeter le lit contre la fenêtre.

Et secouait son frère … un peu … juste un tout petit peu parce qu’il était hors de question de lui faire du mal alors même qu’il avait envie de le mordre très fort. Mais il ne le ferait pas ;.. mais il pouvait menacer, ça oui. Bran se calma. Il attendait que son frère le détache.

En faite, il avait été tellement en colère, énervé, et à deux doigts de l’explosion …. Que peut être n’avait il pas pensé à ce qu’il allait dire une fois détaché. Il essayait de réfléchir alors que son meilleur ami était en train de le libérer. Il enleva sa main. Une main suffisait.

Il n’entendit pas deux secondes pour cracher tout ce qu’il avait dans la bouche sur le sol. Il cracha tout, ce n’était pas très ragoutant. Il mit une main sur son torse alors qu’il se sentait nauséeux. Il se remit contre le lit et lâcha un regard mauvais vers Tim. Il avait mal à la gorge. Il parla alors. Mais sa voix était rocailleuse, comme s’il venait de passer des jours et des jours sans eau.

- Tim …..

C’était plus un grognement. C’était un cri. C’était quelque chose venant du tréfond du passé. Quelque chose qu’il avait besoin de dire. Il posa les yeux sur son frère alors qu’il avait juste envie de le secouer pour savoir la vérité.

- Elle vient d’où ta cicatrice dans le dos ?

Et maintenant, Tim ne pourrait plus l’embobiner avec ses histoires. Il ne pourrait plus lui mentir. Il ne pourrait plus nier … parce que Bran savait maintenant que la vérité appartenait à son passé. Cette putain de cicatrice était lié à lui. Et le regard de Bran disait clairement de ne pas jouer avec ses nerfs et de dire la vérité. La vraie vérité cette fois.




Invité
Invité

Anonymous



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Sam 20 Mar 2021 - 10:18


Voir son frère, allongé sur son lit, attaché comme un animal, ça avait de quoi faire péter des câbles à Timothy. Il ne comprenait pas ce qui avait pu passer par la tête des médecins pour qu’ils en viennent à une extrême pareille. Ça ne se faisait pas, de toute façon. Aucune excuse n’était bonne pour attacher un patient au lit, c’était ainsi. Tim ne voulait pas croire qu’on puisse lui dire, très sérieusement, que c’était la seule chose à faire, pour le bien de tout le monde, à commencer par le bien de son frère. Non, c’était mort. Rien ne justifiait un acte pareil. Rien du tout du tout. Et même les morsures que Bran avaient soi-disant faites aux médecins, ça ne marchait pas, pour Timothy. Point. Il ne voulait pas en savoir davantage.

Assis sur le bord du lit pour détacher son frangin, il repensa à la tête familière, de l’autre côté de la porte, qui le regardait avec des petites étoiles de reconnaissance, dans les yeux. Ces étoiles dangereuses qui avaient poussé Tim à refermer la porte et la verrouiller en vitesse, pour que le médecin ne puisse ni lui parler, ni s’incruster dans la chambre et commencer à raconter n’importe quoi sur Timmy et tout ce qu’il avait soi-disant fait pour finir à l’hôpital. Non, c’était mort. Il y avait des oreilles indiscrètes, dans cette chambre, à qui Tim n’avait encore rien avoué. Et il n’était pas prêt à le faire. Parce que, de toute façon, le sujet ce n’était pas lui, mais son frère, et qu’il refusait de forcer l’inquiétude à changer de camp.

En vérité, il ne voulait pas se faire disputer pour une connerie qu’il avait faite, parce qu’il était un abruti et qu’il n’avait pas réussi à aller jusqu’au bout. S’il avait réussi son affaire, s’il avait été aussi fort que tout le monde, personne ne lui aurait dit qu’il était fou et qu’il n’aurait pas dû. On l’aurait applaudi, on lui aurait dit qu’il était le meilleur, que c’était une bonne idée, on l’aurait remercié. Sauf qu’il s’était viandé et qu’il en avait déjà pris plein la tête par les médecins, les infirmiers, sa propre sœur. C’était bon, ça suffisait, il ne voulait plus en entendre parler.

Tim détacha les liens, concentré sur ces pensées, les sourcils un peu froncés. Bizarrement, quelque chose lui disait que cette histoire allait très mal tourner, que le médecin avait eu l’air de vouloir venir dans la chambre avant d’apercevoir l’écureuil, à l’intérieur. Peut-être qu’ils avaient déjà tout avoué à Bran, en envoyant valser le secret professionnel. Les abrutis ! Timmy n’était pas prêt, il ne le serait jamais, il ne voulait pas parler de cette histoire. Il préférait s’inquiéter de Bran, dans son état actuel, et le libérer de ces liens qui n’avaient rien à faire sur lui. Attacher son frère, quelle idée !

À peine eut-il le temps de détacher une sangle que Bran commença à remuer. Il cracha, se redressa, retomba dans son lit et Timothy le regarda, abasourdi, sans comprendre ce qu’il pouvait faire pour l’aider. Il semblait vouloir tuer le monde entier, Tim le voyait bien dans ses yeux clairs, et ça le perturbait, l’écureuil. Il ne savait pas si Bran risquait de retomber dans ses travers ou s’il saurait résister à la tentation. Timmy ne voulait pas le voir s’énerver contre tout le monde et les frapper. Ça ne se faisait pas, tout simplement. Et même si Moignon préférait que son frère s’en prenne à lui plutôt qu’aux autres, il n’était pas certain de pouvoir le lui pardonner aussi vite qu’à son habitude, s’il se prenait à le faire.

Soudain, Bran l’appela et Timothy n’osa pas, tout de suite, tourner le visage vers lui. Son pressentiment prenait de plus en plus de place, dans son cœur, dans son esprit, et il en voulait pas affronter la vérité. Que ferait-il, si Bran savait ? S’il avait appris des choses qu’il ne devait pas savoir ? Tim savait bien que son frère ne le croyait pas, quand il lui expliquait, à sa façon à lui, d’où lui venait la cicatrice, entre ses omoplates. Ça paraissait évident pour tout le monde qu’il ne s’était ni fait kidnapper par des aliens ni attaquer par un dragon millénaire. Pourtant, Bran ne l’avait jamais forcé à en parler et Tim était bien content que ce fut le cas.

Maintenant, il comprenait que la conversation allait déraper. Peut-être Bran l’avait-il aperçu, sur la plage, quand Tim avait retiré le haut de sa combinaison pour pouvoir enfiler son t-shirt. Peut-être avait-il revu cette cicatrice que Bran ne lui connaissait pas, avant de partir. Quoi qu’il en était, Timothy entendait bien, à sa manière de l’appeler, qu’il exigeait la vérité et qu’il n’accepterait aucun mensonge. Sauf que Moignon ne voulait pas avouer la vérité et, par la même occasion, avouer qu’il avait été un gros couillon et qu’il s’était viandé en beauté.

La question à dix mille fut soudain posée entre eux et Timothy s’éloigna du lit pour prendre un verre et le remplir d’eau, lentement. Il revint quelques minutes plus tard et le tendit à Bran, dont la voix rocailleuse l’inquiétait un peu. Il ne savait pas bien ce qu’ils avaient pu lui faire, ces idiots de médecin, mais ça ne lui plaisait pas de le voir dans cet état. Il ne comprenait pas, d’ailleurs, pourquoi ils avaient agi ainsi alors qu’ils étaient, toujours, très gentils avec lui. Tim connaissait presque tout le monde, à l’hôpital, même les patients. On l’accueillait, généralement, avec un soupir lassé, en lui demandant ce qu’il s’était encore fait. Et pour une fois, il avait pu dire très fièrement qu’il ne venait pas pour lui.

avatar
Qu’est-ce que tu racontes ? Tu vois bien que c’est pas le moment. Bois un coup, plutôt, parce que tu fais grave flipper avec ta voix d’homme des cavernes. On dirait Bad Ka ! Haha !

Mais son rire était un peu crispé, à l’asiatique, et ses yeux joyeux étaient voilés de tristesse et d’inquiétude. Pourquoi fallait-il qu’on le force à en parler maintenant, alors que son frère avait failli mourir devant lui ? Ce n’était franchement pas le moment. Timothy était vidé de son énergie, à cause de cette journée étrange, et il sentait le poids de la peur qui appuyait douloureusement sur ses épaules. Il ne pourrait pas lutter longtemps, en vérité. Déjà, il commençait à capituler, à baisser les bras pour rendre les armes.

avatar
C’est le médecin qui t’a raconté n’importe quoi ? T’as bien vu qu’ils t’ont attaché à un lit, donc il faut pas trop croire ce qu’ils disent, c’est des cinglés ! Il m’a sûrement confondu avec un autre, en plus. Parce qu’il est jamais là, lui, d’habitude. Je crois qu’il est dans un autre service ou dans une clinique. Rien à faire ici, donc.

Parler d’autre chose ne le déstressa pas vraiment et Timothy poussa un gros soupir. Que pouvait-il faire, contre son bro ? Il avait très envie de lui dire, à nouveau, que ce n’était rien du tout, que ça avait l’air plus grave que ça ne l’était vraiment. Ce qui était plutôt le contraire, en vérité. Sa cicatrice était moins impressionnante que la blessure qu’il avait eue, à l’époque. Ce qui lui permettait de raconter n’importe quoi, d’habitude, sans qu’on ne cherche vraiment à lui tirer les vers du nez.

avatar
Et si je te dis que j’ai pas envie d’en parler ? Tu vas faire quoi ? Me frapper ? Vas-y, viens, fais-toi plaisir, je m’en tape. C’est rien, que dalle, voilà. Ça te regarde même pas. Et reste tranquille, hein, t’as failli te noyer je te rappelle. S’il t’arrive un truc, je m’en voudrai toute ma vie.

C’était déjà le cas, de toute façon, mais il pensait, Tim, qu’il avait trouvé, là, la menace parfaite pour que Bran arrête de le faire chier. Et s’il continuait… Timothy finirait sûrement par craquer, de toute façon. Il était trop abruti pour ne pas le faire. Et il ne voulait surtout pas risquer que ce soit Bran qui ne veuille plus lui parler parce qu’il cachait la vérité.

avatar
Tu peux pas avoir de cicatrice, toi, tu peux pas savoir la honte que c’est, d’en avoir une aussi voyante et tout le monde pour me demander de dire ce qui s’est passé. Qu’est-ce que ça change ? Que je le dise ou non, c’est arrivé. Qu’est-ce que ça peut faire que tout le monde sache ou non ?

Il marmonnait, dans son coin, assis sur un bout du lit, la tête baissée sur ses mains, posées sur ses cuisses, qui se tordaient l’une et l’autre pour montrer sa gêne. La honte, il ne la connaissait que trop bien. Tim avait trop de honte en lui pour supporter de les crier sur tous les toits. Mais Bran pouvait-il le comprendre ça ? Il n’en était pas certain. Un homme aussi fort que lui n’avait sûrement honte de rien.


Bran Uaike
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Bran Uaike

| Avatar : Dylan Sprayberry

Personnage abandonné

| Conte : Stitch
| Dans le monde des contes, je suis : : Expérience 626

| Cadavres : 595



Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________ Sam 20 Mar 2021 - 17:31


Bran devait utiliser toute la force de sa force pour se calmer… Respirer … ne pas juste hurler au visage de son frère… et puis, lui hurler quoi ? Lui hurler qu’il était fou, malade, toqué, marteau, d’avoir mis sa vie en jeu pour lui ! Il était complètement fou. Il ne voulait pas Bran que son frère soit blessé par sa faute ! Et pourtant cela a été le cas. Il le savait maintenant. Il le savait et le fait que Tim lui avait caché lui donner un horrible goût salé dans la bouche. Ou alors était ce le reste de la tasse d’eau de mer qu’il avait avalé ? Il ne savait pas, il s’en fichait. Le goût était là, et il n’aimait pas cela lui. Il trouvait cela … Non. C’est tout.

Dans tous les cas, il n’avait pu que lui poser la question de but en blanc, sans préambule, ou sans attente. Il n’avait pu que jeter cette question qui tomber dans son cerveau et cogner fort contre les certitudes qu’il avait depuis longtemps. Tim ne pourrait jamais mourir. Tim était immortel. Tim était la constante défini dans son monde, et cette constante ne pourrait jamais changé. Tim était son pilier dans ce monde de merde qui l’obligeait à être un gamin au lieu d’être un alien.

Alors Tim ne devait pas mettre sa vie en danger. Tim ne pouvait pas risquer de mourir. Il ne pouvait pas disparaitre. Il savait Bran que, de toute façon, ce n’était pas de son ressort … Que si Tim devait mourir, alors il allait mourir … mais certainement pas Bran vivant. Tim avait besoin d’un cœur, qu’on lui retire le sien, il s’en tape. Il s’en contre fou. Lilo était sa sœur, mais elle était dans le coma. Sa sœur Nani … était il vraiment son frère ? Des fois Stitch en doutait. Tim était lui Tim. Il était son frère, et rien que la pensée de pouvoir le perdre lui donner une peur panique. Bien plus peur que l’eau. C’était une panique totale. La peur qui s’insère dans les pores et ne peut que faire suer le corps.

Il se concentrait sur sa respiration alors qu’il sentait qu’il allait faire une crise de panique. Il en avait déjà fait une … à l’école … le jour où Lilo avait été blessé pour empêcher que d’autres ne le tapent. A l’époque, Bran ne tapait pas, il ne répondait pas. Il se laissait cogner parce qu’on lui avait apprit qu’il n’avait pas le droit … mais quand il avait vu Lilo se fait blesser, il avait vu rouge … et quand l’adrénaline de la vengeance était retombé, il avait paniqué. Il avait manqué d’air. Il avait eu l’impression qu’on serrer son poumon et son cœur dans des mains glacés.

Et c’était exactement ce qui était en train d’arriver à cet instant.

Tim lui apporta un verre d’eau. Bran le prit. Il avait lui aussi entendu sa voix. Il avait même eu l’impression que ce n’était pas la sienne… mais il ne but pas. Il n’avait pas la force de lever le bras vers sa bouche alors qu’il se retenait pour ne pas trembler, et paniquer encore plus. Pour le moment, il intériorisait tout. Il mettait tout à l’intérieur et laisser son corps immobile. Il respirait mais il ne pouvait le faire de tout son saoûl de peur qu’autre chose ne s’échappe de ses lèvres.

Bran ne rigola pas quand il parla de Bad Ka. S’il aurait pu parler d’Aya dans un autre cas de figure, ce n’était pas le cas là. Il laissa juste ses yeux sur lui et attendait la suite. Il ne voulait rien d’autre que la vérité. Il pouvait tourner autour du pot, il s’en fichait.

Bran ne fit qu’un geste affirmatif de la tête. Le médecin ne lui a rien dit, pas à lui … mais pour le moment, il n’avait pas la capacité à émettre les précisions nécessaires à ce geste. Tim disait qu’il disait n’importe quoi, et ensuite il disait qu’il ne devait pas être là … il devait être dans un autre service … Bran savait qu’il lui arrivait d’aller à l’hôpital, mais il semblait savoir exactement le médecin dont il parlait, et exactement la blessure qui l’avait amené à le rencontrer.

Bran ne disait toujours rien. Toujours son verre en l’air. Toujours sans le boire. Il ne pouvait pas alors qu’il sentait la panique, encore, dans ses bras tendus. Il ne savait pas quoi faire … Le frapper ? Oh il ne pouvait pas se doutait Tim de comment il avait envie de le taper, de lui crier à la tête de son mensonge, du fait qu’il aurait pu le perdre ! Il comprenait un peu pourquoi son frère n’avait rien dit, parce qu’il savait que Bran allait péter un cable. Il allait péter une durite et exploser quelque chose… Et quand il commença à dire qu’il ne voulait pas en parler, Bran commença alors à trembler.

Cela ne le regarder pas ? Bran savait maintenant. Il en était absolument certain. Tim lui mentait, à lui. Pour une chose aussi grave que la perte de sa vie ! Bon il n’était pas mort, mais il avait eu un risque de mourir… et Bran n’arrivait plus à laisser tomber les tremblements sur ses mains alors qu’il déplaça à peine le bras pour poser ce putain de verre d’eau qu’il ne pourrait pas ingurgité de toute façon. Il risquerait de le cracher sans le vouloir. Il avait l’impression que tout son corps était bloqué, et que rien ne pourrait se passer comme il faut s’il faisait un mouvement vers la normalité.

- Cela change tout.

Ne pas bouger ? Cela lui ferait mal. Il déplaça ses pieds pour se mettre sur le sol. Si Tim approcha, Bran ne le remarqua pas. Si Tim refusa qu’il se lève, il n’en fait pas cas. Il se leva de toute sa hauteur pour poser un regard noir sur Tim. Un regard qui n’annonçait rien de bon alors qu’il tremblait de tout son corps maintenant. Il observa son ami et tendit la main vers lui. Il était assez prêt pour ça, et avant que Tim ne puisse lui refuser quoi que ce soit, il l’avait attrapé par les épaules pour l’aider à se rapprocher de ses jambes flageolantes …

Et il lui fit un câlin.

A ce moment là, Tim pourrait voir, mais aussi sentir tous les tremblements qui tenaient Bran de tout son corps. De la pointe des orteils jusqu’à la pointe de ses cheveux, Bran tremblait comme une feuille alors qu’il prenait son meilleur ami dans les bras.

Et il se mit à pleurer. A pleurer comme jamais. Il n’avait pas pleuré pour ses parents, il était trop jeune. Il n’avait pas pleuré pour sa sœur, il n’en avait pas eu le temps. Non. Il ne pleurait jamais. Il ne voulait pas pleurer. Pas que cela fasse faible, mais qu’il n’en avait jamais ressenti le besoin. Mais là … là avec l’éventualité de la mort de son frère … Là il ne pouvait plus respirer. Il ne pouvait pas s’empêcher de pleurer.

Et il avait de la morve au nez, des hoquets de larmes, tout ce qu’on pouvait imaginer dans une scène de larmes mélangeait à de la panique. Bran avait coincé ses deux mains contre le dos de son frère. Il avait coincé sa tête dans son cou, contre son épaule, et il pleurait comme jamais alors qu’il tremblait encore.

- J’aurais… j’aurais … j’aurais pu … te … te perdre.

Il y avait eu un risque. Il y avait eu un risque pour qu’il ne le revoie jamais. Pour qu’il soit mort pour lui. Pour lui et sans possibilité de le voir ensuite encore. De lui dire qu’il l’adore, que c’est son frère dans la moindre de ses cellules. Il y avait eu un risque pour qu’il ne soit plus là. Plus jamais.

Il essayait de se calmer … mais il ne le pouvait pas… parce qu’il savait quelque chose Bran. Il le savait dans son cœur … Que si Bran ne pouvait pas vivre dans un monde dépourvu de Tim … Tim avait dû beaucoup souffrir d’un monde dépourvu de Bran … et Bran aurait fait pareil. Il ne peut même pas lui en vouloir … il ne peut pas être en colère … parce qu’il aurait fait pareil.

Il aurait envoyé chier les gens qui lui disent que ça ne sert à rien. Il l’aurait fait. Ce qu’il pense pour le retrouver. Qu’importe la distance, le pourquoi, le comment, il aurait cherché son frère. Partout. Et Tim avait fait cela aussi. Alors il serra encore un peu plus Tim dans ses bras. Il faisait en sorte de ne pas lui faire de mal … mais Tim ne pourrait pas se soustraire à cette étreinte sans un pied de biche et un lance flamme au moins.

La position, assez étrange, de Bran, finit par céder. Mais il était trop accroché à Tim pour tomber. Que Tim soit debout ou assis d’ailleurs, il ne le savait pas réellement, il savait juste qu’il le tenait et le lâcherait pas. Il réussi à se calmer pour parler, avant de sentir la panique le prendre à nouveau et abandonné la mission.

- Ne meurs pas. Je t’en supplie. Jamais. Je peux pas … je peux … pas… Je veux pas … s’il te plait. Ne … plus jamais. Je … tu …

Il n’arrivait même pas à dire tout ce qu’il voulait mais il espérait que son frère le comprenne. Bran ne lui en voulait pas de l’avoir cherché. Il ne lui en veut pas d’avoir été blessé, ce n’était pas comme s’il aurait pu l’en empêcher… mais … Rien que d’imaginer que ça puisse revenir encore … ça le rendait malade. Il se sentait mal. Il aurait dû sortir plus vite, plus vite encore, revenir plus vite. Il aurait du se ronger les pieds, se ronger les mains, sortir de chez Hamsterviel plus tôt, pour qu’il ne soit pas blesser. Pas lui.

Bran ne pouvait pas accepter l’idée qu’il meurt.
Il ne le voulait pas. Il ne le pouvait pas.


Contenu sponsorisé




Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike] - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Demoiselle en détresse [pv - Ben Ranger | Bran Uaike]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ La plage