« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

DISCUSSION : Quelle est votre liste de cadeaux et celle de vos personnages ? Rejoignez la discussion ici !




Partagez
 

 Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Amalthea Vif Argent



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Amalthea Vif Argent


╰☆╮ Avatar : Anne Hathaway

Ѽ Conte(s) : La dernière Licorne et deux coeur
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La licorne et lady Amalthea

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 23eb

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 240

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 11 Nov 2020 - 10:05

The Last Unicorn
Papillon, au cours de tes grands voyages, en a tu vu d'autres comme moi ? en as-tu même vu une seule ?. ❞▬ La dernière Licorne


La Veille le 10 Novembre

Amalthea n’était pas dans son état normal, elle sentait que sa tête allait exploser, elle n’en pouvait plus de résister de se convaincre que ses images dans ses songes n’étaient pas réelles. Son père lui en avait convaincu, mais, plus le temps passait, plus cela semblait difficile. Les migraines avaient décuplé et les plantes n’y faisaient rien. Quelques vertiges devenaient beaucoup plus fréquents, elle ne voulait pas inquiéter les personnes avec qui elle était. Elle avait préféré s’en aller pour essayer de les calmer. Ça martelait, c’était une sensation épouvantable. Ses rêves avaient envie de surgir, néanmoins, elle les bloquait en se disant que ce n’était pas réel. La jeune femme voyait toujours ce papillon qui lui indiquait un chemin à suivre pourtant, elle ne le suivait pas ! Restant dans son coin.

Le temps commençait à changer, pour laisser place bientôt à un hiver, Amalthea trouvait, cette saison, plutôt jolie tout était recouvert de blanc. qui symbolisait la pureté chose qu’elle appréciait puisque le blanc était sa couleur favorite avec le violet. Pour l’heure, rien de tout cela n'apparaissait. La demoiselle n’avait pas vu la neige seulement dans ses livres, en dehors d’Hasgate… Elle n’avait rien vu puisque dans le manoir, l’hiver n’y avait pas sa place simplement le printemps. Tout cela était dû à son don. Son père lui avait dit qu’elle était précieuse et ne devait en aucun cas être entre de mauvaises mains. Son pouvoir pouvait être utilisé à mauvais escient. Bien sûr, elle n’était pas consciente qu’elle se faisait mener par le bout du nez par son père.

Pour l’heure, ses pas la menaient dans le parc, quand un nouveau vertige l’avait prise. Une nouvelle boucle de souvenir résonnait dans son esprit “Elles seront toutes à moi” Manquant de peu de tomber dans les vapes. Elle se sentait partir, mais, elle ne voulait pas. Son corps la maintenait encore debout cependant, pour combien de temps ?

Son regard fut happé par un papillon violet… Elle secoua la tête l’instant d’après, elle entendit un chansonnette. Devenait-elle folle ? Amalthea avait mal à la tête très mal. Et à cet instant elle en avait marre de lutter. Elle se laissa envahir par cette émotion, sa migraine. Son corps l’abandonnait, elle se sent flotter, mais en réalité son corps cède. Elle tombait lentement sur le sol. Mais au même moment, son corps heurte le sol, laissant échapper de son corps une bourrasque d'énergie due à son pouvoir de bouclier. C’était un appel à l’aide, cela engendra l’ouverture d’un monde passé.

Le papillon sortit par enchantement. Amalthea était inconsciente, on aurait dit un ange endormi, mais, en réalité la jeune femme était tomber dans le coma, le seul moyen de la ramener était d’aller chercher ses souvenirs et pour cela le papillon devait monter une équipe capable de retrouver ce fragment d’âme à l’intérieur de la licorne qu’elle était autrefois et quoi de mieux qu’un retour sur le passé.

Donnant donc des bribes de souvenirs à chacun d’eux dans le but de les inciter à venir au parc et ainsi sauver Amalthea. Le papillon les avait soigneusement sélectionnés dans le seul but de mener à bien la mission qui leur serait confiée. D’un battement d’ailes, il s’était rapidement trouvé dans les résidences des personnes les envoûtant de bribes de souvenir pour qu’ils le retrouvent dans ce fameux parc. Retournant là bas. La jeune femme était toujours plongée dans ce sommeil de plomb. Ils vont te sauver ma choupinetteeee pleine de boutoooooooon. Par magie il avait donc fait flotter son corps, elle respirait encore, fort, heureusement. Et il attendait donc les arrivant et il savait déjà que cela fonctionnerait...



(c) sweet.lips


Bonjour voici donc le premier post en tant que Mj, je vais utiliser quelques fois Amalthea au cours de la mission. Comme vous pouvez le constater le papillon vous à envoyée des bribes de souvenirs. A votre réveille vous allez vous diriger donc dans le parc qui d'ailleurs est pas mal fleuri à cet époque. Chacun pourra donc voir qu'il y a quelqu'un d'endormi sans réellement savoir de qui il s'agit sauf bien sûr si vous reconnaissez cette fameuse robe. En arrivant au parc vous aurez donc tous des instruments (armes) ceux que vous avez remporter. Personne ne peut les changer, en étant devant votre arme s'illumine.

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 1b06740f7840c4821e9ec940a2e1d19317817ab8_hq

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I have been mortal, and some part of me is mortal yet. [...] I am not like the others now, for no unicorn was ever born who could regret, but I do. I regret.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t87191-les-legendes-ne-meurt http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t87220-les-rps-d-une-licorne En ligne

Axel Oswald



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Axel Oswald


╰☆╮ Avatar : Matthew Gray Gubler

Ѽ Conte(s) : La reine des neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Olaf

✓ Métier : Vendeur de glace
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn Guerri10

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2150

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Jeu 12 Nov 2020 - 0:11





The Last Unicorn
Olaf observait son téléphone. Son nouveau téléphone … il comprenait rien aux touches tactiles lui, et il n’en voyait pas l’intérêt. Cependant … les nouvelles fonctionnalités du téléphone lui permettaient d’avoir un tout petit plus de contact avec Gabriel … alors il avait changé de téléphone pour en avoir un qui avait les conversations pour une même personne dans le même fichier.

Une fois qu’il avait compris comment l’utiliser, il ne s’était pas privé de faire des expérimentations. Surtout sur son pauvre nouveau employé qui ne disait rien. Puis, Gabriel avait eu la suite. « Aujourd’hui c’est Halloweenn, Happy jour de la peur » et autres messages qui n’attendaient pas de réponse.

Il posa son téléphone dans une chaussette qu’il avait pris exprès pour protéger son nouveau appareil et posa la tête sur la table du glacier. Ils avaient ouvert tôt avec Jackson pour préparer des idées de décorations de Noël… mais Olaf était fatigué. Il voulait voir son meilleur ami, il voulait lui faire un câlin, et même rajouter des bisous au passage et rien à faire que tout le monde trouverait ça étrange.

Il ferait les yeux. Un instant. Alors qu’il eu un flash, une bride, comme un souvenir qui n’était pas le sien et qui lui reviendrait pourtant en mémoire. Il voyait l’image d’un taureau et une licorne qui parle… et on apprends que les licornes sont en dangers. Il ouvrit les yeux d’un coup.

- Ok j’ai besoin d’un chocolat chaud avec de la guimauve.
- J’en ai préparé dans la salle de repos
- Jackson …

Des étoiles remplirent ses yeux avant que le bonhomme de neige ne saute sur Jackson pour un câlin. Ce garçon était la meilleure chose qu’il avait fait de l’année.. d’ailleurs une des idées de son nouvel employé était de vendre du chocolat chaud pour l’époque … et Olaf adorait l’idée.

Se déplaçant dans la salle de repos, il y trouva un papillon. Le papillon violet volait au dessus de la table avec une grâce qu’il ne connaissait à aucun papillon.

- Bonjour Monsieur Papillon, tu ferrais mieux de sortir, tu risques d’étouffer ici
- Suis-moi c’est important

Et le papillon se mit à voler pour passer par la fenêtre. Olaf écarquilla les yeux puis sourit. Il prévient Jackson qu’il allait devoir s’absenter et que Jackson aurait le double de sa paie pour aujourd’hui s’il se débrouille bien. L’ancien camion de glace sourit. Il était encore à l’essai officiellement mais il savait déjà qu’il avait enfin trouver sa place. Olaf sortit, habillé de son tablier et de sa charlotte et suivait le papillon qui l’attendait dès qu’il était un peu trop loin.

Arrivant dans le parc, Olaf s’arrêta un instant avant d’y rentrer… Il y avait plus de fleur que normalement, et il pouvait sentir des odeurs d’écorces et de sève qu’on ne sent normalement qu’en printemps… étrange. Il aimait bien le printemps, mais là on était plus en printemps.

Olaf prit le temps d’observer une fleur orange qu’il trouvait encore plus belle que les autres sans pouvoir définir pourquoi …. Elle était juste … trop mignon … et si Olaf était le genre à suivre un papillon, c’était aussi le genre à oublier pourquoi il suivait un papillon pour s’arrêter sur une fleur. S’approchant, il vit quelque chose s’illuminer dans le buisson juste à côté. Il poussa les feuilles … et il y trouva … un bouclier ?

Il prit le bouclier entre les mains. Il avait une impression bizarre et malgré l’étrange situation, il mit sa joue contre le métal qui aurait dû être froid. Il était tout chaud. Une bouillotte en forme de bouclier, ça lui plait. Gardant l’objet précieux à la main il retrouva le papillon pour voir.

- Amal ?!

C’était son amie là ! Qui flotte et dors en même temps. Olaf s’approcha, obnubilé par la descente et la remonté de sa cage thoracique… elle est en vie, mais ça fait peur de la voir ainsi. Doucement, il prit sa main dans la sienne pendant que l’autre porté le bouclier. Jetant un regard vers le papillon, il dit d’une voix déterminée que l’on connaissait si bien à Olaf quand il avait décidé quelque chose.

- Qu’est ce que je dois faire pour l’aider ?

Il était prêt à tous pour ses amis. Et le téléphone oubliait dans sa chaussette au glacier en était une preuve très minime, et pourtant une preuve tout de même. Alors qu’il avait dit cela le bouclier c’était mis à briller. Olaf l’observa un instant et fit un grand sourire.

- Tiens tu vois, même lui il est prêt !








♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



Smile Everytime
Aujourd'hui est un bon jour... parce que les mauvais jours n'existent pas quand on donne aux autres la bonne humeur ! hela.

It's a Wonderful day !

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82404-je-m-appelle-olaf-et- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82475-les-amis-sont-la-seule-chose-dont-j-ai-besoin-liens-d-olaf http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82477-ou-suis-je-je-l-ignore-mais-j-y-suis-bien-rps-d-olaf En ligne

Skylar T. Andrianamady



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Skylar T. Andrianamady


╰☆╮ Avatar : Jake Gyllenhaal

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le commandant Skipper

✓ Métier : Chef de l'unité d'élite de manchots au sein de l'agence du vent du Nord
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 793

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Ven 13 Nov 2020 - 17:55

Operation Saving Unicorn

The last unicorn



Ma nuit avait été étrange, bien plus étrange que d’ordinaire. Elle avait été agitée par des songes qui ne me ressemblaient pas. Des songes à base d'une licorne d’un blanc immaculé et d’un papillon qui tournoyait autour d’elle en prononçant des phrases qui n’avaient aucun sens. Ce rêve si bizarre finit par me pousser à ouvrir les yeux sur l’obscurité de la chambre. L’étrange ritournelle avait alors cessé. Dans la pénombre de la pièce, je n’entendais que la respiration régulière de ma belle petite loutre endormie à mes côtés. Décidant alors de mettre fin à ma sieste, je me relevais de mon lit et enfilait une robe de chambre. A cet instant, je n’avais qu’une seule envie, me rendre dans ma cuisine pour aller me servir une bonne tasse de café.

C’est en arrivant dans la cuisine, j’entendis à nouveau cette musique. Je me disais alors qu’elle devait provenir de la télévision que je n’avais pas songé à éteindre avant de rejoindre la chambre avec Marjolène. En réalité, il n’en était rien. Cette musique à la fois enfantine et sans aucun sens provenait en fait d’un majestueux papillon qui voletait de ci de là devant moi. Il s’agissait du même papillon que celui de mon rêve. Etrange ! Sans véritablement me laisser le temps de comprendre ce qui se passait, il me demanda de le suivre. J’écarquillais alors les yeux… comment se faisait-il que ce papillon eût la capacité de parler ? Oh certes on en croisait des choses étranges dans cette ville. Storybrooke étant après tout la cité des habitants surgit tout droit du monde des contes. Mais jamais encore je n’eus l’occasion d’entendre ici des animaux chanter, et encore moins des papillons. Bien sûr, je ne manquais d’invectiver le papillon avant son départ.

« Oh là attends une minute... pourquoi je devrais te suivre d'abord ? »

"Pouurrqquuuoooiiiiiii chapeauuuu de boiissssssss La questioooonnn serait plus pour qu'elle raison ne viendrais tu paaassss "
Je ne pouvais pas m’empêcher de soupirer. Décidément, ce papillon me tapait déjà sur le système. Il parvenait à m’agacer aussi rapidement que Julian c’était dire. Oh non en fait, personne ne pouvait m’agacer autant que roi fêlé des lémuriens mais il arrivait à l’égaler et c’était un exploit bien peu honorable pour lui. Quant à le suivre aujourd’hui ? Il en était hors de question. L’agence du Vent du Nord était à deux doigts de faire un gros coup de filet et de mettre à mal l’une des plus grandes organisations mafieuses des Etats-Unis. Ils avaient besoin de moi et je me voyais difficilement mal expliquer à Kowalski que je n’avais pas effectué cette mission parce qu’un petit papillon magique m’avait demandé de le suivre dieu sait où.

"Je ne peux pas laisser en plan la mission la plus importante de ma vie pour te suivre, stupide papillon."


Puis finissant pas hocher la tête avec désespoir, je la relevais dans sa direction. Après tout, peut-être que cela ne me prendrait pas beaucoup de temps de l’aider. Peut-être que cette nouvelle mission se terminerait dans quelques heures. J’avais encore largement le temps de rejoindre mon unité pour le briefing.

"Qu'est ce qui se passe d'abord ? T'es venu parce que quelqu'un avait besoin de moi ? Quelqu'un que je connais ? Ou c'est juste une blague de mauvais goût ?"

Le papillon au QI aussi élevé que cela de Queue rayée et de Cain réunit continua à parler par énigme.

" Besoin de toi, envie de riiiiiieeennnnnn."


Il s’abaissa alors à ma hauteur, se plaçant juste devant moi.

" Il y a longtemps qu'elle a besoin de ton aide, tu es en retardddddd pour lui porter secouuuuuurs"


Je finis par vouloir apporter un peu de crédit à ses paroles, hochant alors gentiment la tête.

« Bon très bien. Dans ce cas, je viendrais au parc dès que possible. »

Je finis par lever un doigt menaçant devant moi tout en lui adressant un regard noir pour lui prouver que je ne plaisantais pas.

« Mais je te préviens, si jamais c'est un mensonge tu finiras épinglé sur mon mur. C'est clair ? »

"Auuuu clair de la luuuuuuuune mon amiiiis pierrotttt..."

Il s’en alla alors, satisfait de me voir accepter cette nouvelle mission improvisée. Il était alors temps pour moi de me préparer. Revenant très doucement dans ma chambre, je tâchais de ne pas réveiller la belle endormie. Saisissant rapidement un jeans, un pull noir ciel ainsi qu’une veste automnale, je me rendis dans ma salle de jeu préférée. Cette pièce renfermait toutes les armes que je m’étais procurées au cours de mes années de collection. Parmi elles se trouvaient également toutes celle conçue par le génial cerveau de mon lieutenant. Désireux de rester simple, je m’équipais simplement de mon arme de service et après l’avoir rangée dans son étui que je portais à la ceinture, j’enfilais mes rangers et sortit.

Le chemin depuis le Clos bleu jusqu’au parc n’était pas très long. Cela ne me prendrait donc pas beaucoup de temps avant de le rejoindre. Cela dit, je ne m’attendais pas à ce que ma route soit interrompue par la vision d’un sceptre. Cela avait-il un lien avec cette mission ? Très probablement lorsque je constatais que sa couleur était si girly. Je le saisis alors dans ma main sur un ton moqueur et lançais.

« OK donc un papillon complètement taré vient de m'offrir un sceptre de poupée Barbie... non mais on est où là ? Dans le monde des Bisounours ? »

Je regrettais un instant que Stoyan ne soit pas à mes côtés. Il aimait tellement ce genre d’univers tellement rose et féérique. Il était certain que si je lui avais expliqué ma situation, il en aurait été vert de jalousie. Tentant de manipuler le bâton, je m’aperçus qu’il faisait des étincelles avec certaines manipulation. Peut-être ne serait-il pas si inutile que cela en fin de compte.

Le serrant fermement dans ma main, je poursuivis ma route jusqu’au parc. Lorsque j’y parvins, je trouvais une jeune femme endormie qui flottait légèrement au-dessus du sol. A ne pas douter, c’était bien elle la jeune femme que le papillon voulait que je sauve. D’ailleurs je n’étais vraisemblablement pas le seul à me trouver là. Un jeune homme aux cheveux châtains lui tenait la main dans une position assise. M’approchant de lui, je lui demandais dans un murmure tout en regardant l’endormie.

« Le papillon vous a aussi appelé au secours ? Vous la connaissez ? »


Des questions un peu bateau certes, mais qui me donnerais l’avantage de savoir à qui j’avais affaire.

« Le papillon est venu et maintenant on attend .... oui elle s’appelle Amalthea elle est gentille elle aime la glace a la fraise et au chocolat ! »

Je lui souris gentiment, sentant en lui la même innocence et la même gentillesse que celle que je connaissais à Stoyan.

« Je vois ! Alors vous aussi le papillon vous a laissé en plan sans rien vous expliquez de plus ?
»

Détournant le regard, j’observais les alentours d’un air pensif.

« Je me demande bien sur quoi on doit attendre. Qu'est-ce qu'il mijote ? »


Le jeune homme me répondit alors, me donnant une information qui ne manqua pas de me surprendre.

« En effet. Je pense que l’on doit attendre les autres. A chaque fois qu’on a eu un évènement étrange comme ça on était au moins 5 »

Comment pouvait-il savoir ce genre de choses au juste ? Il fallait que j’en aie le cœur net.

« Vous semblez avoir l'habitude de ce genre de missions. Cela nous sera sûrement utile pour celle qui va venir. »

« Bon endroit au bon moment pour aider tout le monde ! »

Décidemment, je l’appréciais déjà bien ce petit gars. Non seulement il était d’une innocence désarmante mais en plus il semblait à la fois serviable et courageux. J’appréciais beaucoup les jeunes recrues telles que lui. Estimant qu’il avait gagné le droit que je me présente à lui, je lançais dans un sourire.

« Au fait, je m'appelle Skylar et vous ? »

« Je suis Axel mais aussi Olaf ou Monsieur Glace »

Je souris au dernier nom qu’il s’était donné à lui-même. J’avais pour habitude de donner des surnoms à tous les agents qui travaillaient avec moi. Une vieille habitude de soldat que je n’avais jamais perdue.

« Très bien Snowman ! J'espère pour elle qu'elle n'aura pas à attendre trop longtemps. »


J’avais prononcé cette phrase en regardant la jeune femme endormie. Franchement j’espérais vraiment que le papillon ne prendrait pas des heures avant de sonner tout le monde. Tout le temps que nous perdions à attendre était peut-être également synonyme de disparition de tout espoir de la sauver. Histoire de ne pas perdre de temps, je saisis dans ma main le sceptre que le papillon m’avait laissé, tentant d’en comprendre la mécanique. Cela serait toujours du temps de gagner lorsque nous aurions commencer notre quête.



luckyred.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

         
Sweet dreams are made of this

WHAT IF : Et si on débarrassait de ces barrières ? Et si on se donnait
le droit de rêver ? Est-ce que j'aurais enfin le courage de t'aimer ?
         

Ishanee L. Vimaan



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Ishanee L. Vimaan


╰☆╮ Avatar : Nyane Lebajoa

Ѽ Conte(s) : Plane 1
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ishani

✓ Métier : Psychologue à son compte, Mannequin et chanteuse comme passe temps
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn Bard10

☞ Surnom : Ish, Chipie, Madame parfaite
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 261

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Sam 14 Nov 2020 - 14:56

The Last Unicorn
Tout oiseau aime à s'entendre chanter. ❞▬ Ishanee




Ishanee était un peu morte de fatigue si on pouvait appeler ça ainsi. Avec ses nouveaux patients à gérer, tout n’était pas super évident parfois mais, elle faisait avec. Son mois d’absence l’avait mit pas mal en retard dans ses rendez vous. Cela dit, elle n’aurait jamais imaginé qu’elle aurait pu autant accumulé de retard. Passant un main sur son visage pour reprendre un peu de constance, elle fixait le plafond qui était fort intéressant. Comment ça ? Et bien il était d’une couleur blanc propre pas un blanc crème tout bidon et dépassé. Elle prenait soin de chez elle.

Valhalla était en train de dormir au pied du lit comme toujours de toute façon, heureusement que son lit était immense parce que sinon, elle aurait eu vachement du soucis à se faire. Prenant place dans son grand lit toute seule. Du moins pour ce soir. Elle avait eu pas mal de choses à gérer durant cette journée et n’avait pas osé déranger. Elle s’allongea et s'endormit assez rapidement dû à la fatigue. En revanche, son sommeil n’avait pas été des plus simple beaucoup mouvementé et elle avait rêvé d’un papillon parlant à une licorne en chantant. C’était plutôt amusant puis, tout s'estompe rapidement.

En ouvrant les yeux elle était nez à nez avec ce même papillon avec des lunettes. Oh oh s’était tellement étrange mais après tout à StoryBrooke à quoi fallait-il s’attendre ? C’était normal que tout soit étrange. Au contraire, cela aurait été réellement bizarre s’il ne se passait rien ici. Elle aurait aimé interroger ce petit papillon amusant qui poussait la chansonnette mais, elle n’avait pas eu le temps qu’il était en train de filet à tire d’aile. Sortant de son lit, se prenant les pieds dans les draps, elle se croute sur le sol. Coté positif de la chose ? Elle était sortie du lit ! Se redressant rapidement, elle s’était rapidement apprêtée pour suivre ce fameux papillon qui était en train de battre des ailes. Dans Alice, c’est un lapin, voilà que je cours après un papillon… Ce qu’elle espérait c’était de ne pas se faire couper la tête en chemin. En plus déjà qu’elle était revenue mal en point de sa dernière sortie. Une fabuleuse aventure que seul Kowalski savait comment pouvait être Ishanee. Et elle n’avait pas envie que tout le monde sache. C’était son passé et elle préférait se tourner vers l’avenir la ou était sa véritable place.

Elle avait donc posé un petit mot par sms rapidement “Je reviens dans un petit moment oubli pas de sortir Valhalla bisous je t’aime” et hop envoyer. Elle s’était dirigée vers le parc, oui oui.. son insouciance prenait le dessus parfois.. Papillon ! revient. Oui crier comme ça on pourrait penser qu’elle est folle mais bon. Elle était psy a un moment la folie peut prendre le dessus. Le parc avait d’ailleurs l’air d’être bien fleuri au passage… surtout en ce moment de l’année.. Et une personne se trouvait au milieu endormi… Ses yeux s'étaient écarquillés que faisait Amalthea endormi par terre ! elle allait attraper froid à cette période ! Enfin.. il n’avait pas l’air de faire froid. Ishanee au lieu de regarder droit devant elle, n’avait pas fait attention et se prit une nouvelle fois les pieds dans quelque chose ! Ahhhhhh. Sa chute se termine par une légère mélodie, du moins un son en sortie. Retournant la tête doucement, elle était tombée sur une mini harpe. Wouaaa.. que c’est joli ! En la prenant dans les mains, la harpe se mit à briller. Se redressant rapidement, elle avait remarqué qu’il y avait du monde Bonjour… Je suis Ishanee. Les sourires étaient toujours mieux de toute façon. Axel lui avait répondu

Bonjour je suis Axel tout ça avec un grand sourire

Elle avait remarqué que le papillon était là, tout de violet vêtu. Il avait une barbe, c'était plutôt amusant. Sauf que ce n’était pas au réjouissance, Amalthea semblait flotter et ne semblait pas se réveiller. Se redressant et tapotant sur ses vêtements de poussière tout à fait invisible. Tenant la harpe à la main, elle avait remarqué que les personnes ici présentes avait pour l’un un bouclier et l’autre un bâton ! Elle allait pour ouvrir la bouche mais le papillon l’en arrêta avant Soyezz Patiiieenntt le moment venu vous saurez touuuttt, nous attendons les derniers retardataiiiiire, parce qu’ils sont en retarrrdd rettarrddddd

Ishanee porta son regard sur le plus grand des deux, celui avec le bâton de berger, son physique lui rappelait étrangement son meilleur ami, elle était très physionomiste. Tiens.. vous seriez pas le frère de Pingu ? Ce dernier ouvrit des yeux en mode étonné.

Très juste, je suis Skylar. Quand à toi jeune femme tu es la fille spirituelle de Ben. Je ne me trompe pas ? Ah bah pour le coup nan il ne se trompait pas du tout, enfin à un poil pret. Oui c’est presque juste sauf que je ne suis pas que Spirituelle, il m’a belle et bien adopté mon papa adoré que j’aime Puis sans réellement demander son reste, Ishanee avait bondit sur Axel puis sur Skylar pour leur faire un câlin. Elle avait senti le frère de pingu se raidir mais sans la repousser. Je suis ravi de vous connaître !

Euh moi aussi... Kowalski dit que vous êtes excellente sur le terrain. J'ai hâte de voir si cela se confirmera durant notre aventure

Olaf s’était joint au câlin aussi, comme c’était un câlin collectif les ondes passaient bien mieux comme ça ! Olaf devait être un spécialiste des câlins ! ça se sentait. Un maître câlin, qu’elle chance d’en croiser un encore de nos jours, c’était si rare. Par contre Ishanee se mordit légèrement la lèvre suite à ce qu’avait dit Skylar. Oui, elle était douée sur le terrain mais, parfois elle préférait éviter de faire le moindre mal à autrui. Oui, je pense qu’il a raison, mais, parfois j’aimerais éviter d’en arriver là. Elle sentit que Skylar voulait la rassurer, elle avait eu un entraînement pour elle savait à quoi s’en tenir mais, une vie restait une vie et dans son mode, elle n’y pensait guère. Son père biologique l’avait formaté pour...

Oh ne vous inquiétez pas, on est tous passés par là. Rien ne vaut un baptême du feu pour ragaillardir la plus innocente des recrues. Son ton était fier. Mais ne vous inquiétez pas, en cas de problèmes je serais derrière vous à couvrir vos arrières. Je le dois bien à Ben et Kowalski

Elle sourit et hocha la tête, elle verra bien ou cela la mènera après tout.. Pendant leur discussion Axel s’était mit à regarder Amalthea qui était toujours plongé dans son sommeil. Ishanee le regarda. Ne t’en fais pas… on va l’aider.. on est là pour cela après tout , ce papillon est venu nous chercher pour elle. Axel baissa simplement la tête pour toute réponse et il reprit la main d’Amalthea. Elle ressentait la peine du jeune homme.

Elle espérait simplement que tout se passe bien..


(c) sweet.lips

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549 En ligne

Ludwig T. Oakenshield



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Ludwig T. Oakenshield


╰☆╮ Avatar : Richard Armitage

Ѽ Conte(s) : Le Hobbit
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Majestic King

✓ Métier : Ancien Général de l'Us Army & Pdg d' Erebor Jewelry Company
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn Sorcie10

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1144

✓ Disponibilité : Là mais pas là, un peu comme Vianey

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Dim 15 Nov 2020 - 15:19


The Last Unicorn
Ludwig & Pleins de gens



« “L'aventure a pour moi, le même attrait qu'un réverbère pour un papillon de nuit suicidaire par une froide nuit d'hiver.” - Moses Isegawa / Chroniques Abyssiniennes. »


Pour une fois, Ludwig n’était pas en plein milieu d’un champ de batailles. Que ce soit celui de la bataille d’Azanulbizar, en Moria, sur la Terre du Milieu où celui de l’Afghanistan, quand il était Général de l’US Army. Non, il se trouvait dans une sorte de clairière, à la luminosité intense, dans des tons de roses, de bleus, de violets flashy. Il avançait tranquillement, flânant dans ce décor féérique. Puis, au milieu de la clairière, il aperçut une licorne blanche. Elle était belle, si majestueuse. Elle renacla avant de lever la tête vers un papillon. Il s’approcha à pas de loup, ne voulant en aucun cas l’effrayer. Non. Il était curieux d’entendre ce qu’elle disait. Elle chantait. Et le papillon aussi. Un chant qui parlait d’un enlèvement. Tiens, il n’aurait pas été étonné si dedans il y avait une de ses saletés de dragons. Ils étaient partout et semaient le chaos. Ils volaient, pillaient, enlevaient les biens les plus précieux, et il ne se doutait pas qu’une licorne en fasse partie. Cependant, ce n’était pas le mot dragon qu’il entendit mais taureau. Un taureau qui aurait emmené toutes les licornes dans un endroit sombre. La licorne secoua sa crinière et annonça qu’elle partait les sauver. Ludwig eut un doux sourire. Il avait l’impression de revivre la discussion qu’il avait eue avec Gandalf, quand il lui avait annoncé qu’il partait en quête d’Erebor, pour venger les nains du dragon et récupérer leur maison. Le papillon continua de chanter et la licorne hennit fortement. Sa décision était prise.

Ludwig se reveilla en sursaut, mais cette fois il ne hurla pas à la mort comme il pouvait le faire lors de ses cauchemars récurrents. Il fixa le plafond pendant quelques minutes, essayant de se souvenir de ce songe plus qu’étrange avant de se redresser. Il sentit à côté de lui Akihiro qui bougeait doucement. Cherchant sa bouteille d’eau, il s’aperçut qu’elle était vide. Grognant, il décida de se lever pour en prendre une dans la cuisine, il avait la gorge très sèche. La grande villa était silencieuse et Ludwig fit attention de ne faire aucun bruit pour ne pas réveiller son compagnon. Il dut se résoudre cependant à allumer les lumières car il n’avait en aucun cas envie de se fracasser la tête dans les escaliers. Tranquillement, il passa les différents couloirs pour arriver dans la grande cuisine et aller directement au réfrigérateur prendre une bouteille d’eau. Se retournant tout en portant le goulot à sa bouche, il aperçut un papillon, celui qui avait vu en rêve, qui lui adressa la parole.

"Tu n'a pas le temppppppssss elle t'attendddd"

Il cligna des yeux, jetant un oeil à la bouteille. Non c’était bien une bouteille d’eau et pas de whisky.

“Pardon ? Quoi ? De Quoi ?”

Le papillon lui répondit tout en se mettant à chanter.

"Pardon meeeeeeee .... pardon meeeeeeee ... "
“Hein ?”
"Il a bien longtemps qu'elle t'attend ... tu es en retard pour elle ~ son cœur se meuuuurs "

Ok … c’était quoi ce sketch… Il était pourtant persuadé de n’avoir pris aucune drogue … et il n’avait pas bu autant au repas de la veille pour avoir des hallucinations. Il entendit aussi vaguement son nom au fin fond de la ville.

“Je n’ai pas fini mon rêve c’est ça ? Je suis encore dedans … oh misère …”
"Les rêves qui sommeillent dans nos coeurs
Au creux de la nuit
Habillent nos chagrins de bonheur
Dans le doux secret de l'oubli
Ecoute ton rêve et demain le soleil brillera toujours "


Se pinçant l’avant bras, il essaya de se réveiller, or cela ne marcha pas, sans doute parce qu’il l’était déja. Qu’est ce que c’était encore ce bordel …

“Allez ouste ! Dégage … Va chanter ailleurs ! Est ce que j’ai une gueule de licorne moi ?”

Il donna un coup de bouteille en direction du papillon avant de maugréer dans sa barbe.

“Si c’est un coup de mes neveux … ils vont m’entendre ces deux là …”

Akihiro arriva à ce moment-là, emmitouflé dans la couette comme un bon burrito. Il jeta un coup d’oeil à l’horloge du four. Il était 6h du matin et il se maudit d’avoir fait du bruit … vu que le réveil pour aller au travail ne sonnait qu’à 7h. Il lui avait gâché une heure de sommeil. Encore plus renfrogné, il se laissa faire quand il vint enrouler ses bras autour de sa taille.

“'Loulou ? Tu as encore fais un cauchemar ?”

Mais le papillon était toujours là et il ne laissa pas le temps à Ludwig de répondre, lui coupant même la parole.

"Je dois m'en voler, oh qui perdait la mer et les plages, c'était pour la reine d'Angleterre quelqu'un a-til vu ma Kelly ?"

Ce satané insecte volait au-dessus d’eux, mettant la patience de l’ancien roi à l’épreuve. Il se pinça l’arrête du nez tout en regardant son compagnon, tandis que le papillon parlait encore et toujours.

"Dis moi que je ne suis pas fou ... Y a un putain de papillon qui me parle depuis tout à l'heure ... et j'ai vraiment l'impression d'être dans un cauchemar."
"Elle a besoin de lui son cœur se meurs s'il ne vient pas "

Il entendit vaguement Aki demander de quel papillon il parlait, vu qu’il avait le nez enfoui contre son dos. Donc il commençait bien à devenir fou … et pas seulement qu’en présence de l’or. Génial. Vraiment génial. Il sentit Aki bouger un peu et le papillon se déplaça pour venir se poser sur lui.

“Ooow ! Ooow ...Effectivement c' est un... Papillon qui parle.”

Rassuré d’une certaine manière, il roula des yeux quand les deux commencèrent à discuter comme si tout allait bien.

“Bonjour, votre ami ne comprend pas que le'temps lui et compter s'il ne vient pas jamais elle ne se réveillera"
'Bonjour, je'.. Je n'ai pas compris, qu'est ce que vous attendez de Ludwig exactement ?
"Qu'il vienne sauver la licorne elle a besoin de son aide pour Survivre~"
'Une licorne !?!'

Par Mahal … Ludwig se facelpalma en bon et dû forme. Forcément … des licornes … connaissant Aki et son un univers totalement kawaï … c’était peine perdu. Et il avait raison. Il le voyait, ses yeux commençait à briller d’envie face au papillon alors qu’il s’écria plus fortement tout en le regardant à lui.

“'Une licorne !!! Loulou Une licorne !!!!”
"Une licorne... la Licorne... en vieux français, unicorn, en latin unicornis , au sens propre qui a une corne. Ou sens nous, cornous la corne, animal mythologique semblable à un cheval avec une corne. N'est visible que pour ceux qui cherche et qui est généralement prise pour une jument blanche. La licorne. "
“Waaaaah”
“Stop ! Ça suffit les bêtises ! Les licornes n’existent pas ! Ce sont des animaux mythologiques comme ce … ce papillon vient de le dire. Alors pourquoi j’irais en sauver une si ça n’existe pas ?”

Il commençait à sentir ses oreilles s’échauffer avec ces histoires .

“Mais Loulou, et si ça existait ?! Et si tu pouvais en sauver une, une vraie ?!”

Il baissa la tête pour observer son compagnon, qui avait fait tomber la couette au sol à cause de l'enthousiasme dans lequel il était rentré. Oh non … il n’avait pas intérêt à faire ce regard là … ce regard suppliant auquel il ne savait absolument pas dire non.

“Imagine ! Tu serais un héros-encore plus grand que celui que tu es déjà !! Et puis une licorne Loulou, c' est magique !! C'est beau !! J'aimerais tellement en voir une !! Je peux venir ?”

Le papillon observa Aki avant de casser ses rêves assez brutalement.

“Toi en revanche tu n'es pas compter parmi les personnes qui doivent la sauver ... j'en suis navré mon petit... mais trêve de bavardage Ludwig... rejoins moi au parc elle demande ton aide ~”
“Oh …”

Se poussant un peu, il se frotta la tête entre ses mains, poussant un grand soupir d’exaspération. Il entendit la voix triste d’Aki avant qu’il ne monte dans les aigüs, son excitation ne faisant que croître.

'Tu vois ?! Seuls les valeureux peuvent aller la sauver, et toi tu es un héros ! Tu es un roi, un preux chevalier ! Il faut que tu y ailles !!!”
“Bon bon … c’est bon … j’y vais … à votre chasse à la licorne ou je ne sais quoi ... Mais je te préviens Aki, que si c’est une farce de Killian et Philip … la claque sera si forte qu’ils pourront se prévaloir de pouvoir regarder dans leurs dos.”

Aki poussa un cri de joie à l’attente de son verdic. Bordel, que ne ferait il pas pour lui … Il suffisait qu’il le regarde avec ses yeux remplis de paillettes et il était foutu. Totalement foutu.

'Mais... Tu seras prudent d' accord ? Licorne ou pas licorne... Tu dois revenir. D'accord ? '
“J’ai affronté maintes dangers plus coriaces que ça. Par contre … je vais éviter d’y aller en sous-vêtements …”
"Bien.. je t'attends ! soit à l'heure le temps nous manque ... manque.. manque"

Il laissa le papillon en compagnie d’Aki. Il alla rapidement prendre des habits dans la penderie. Son treillis militaire et un tshirt noir. Des habits qui lui permettraient de combattre sans se soucier que son jean ait craqué. Sur le sentier de gravier menant au portail, Akihiro l’embrassa tout en lui servant l’un de ses discours à l’eau de rose. Si de base, il n’y était pas sensible, cela avait une autre portée quand c’était l’ancien panda roux qui lui disait. Cela n’était pas niais, mais au contraire, absolument adorable et romantique.

Ainsi, il partit en direction du parc en petite foulée. Autant faire son jogging en se rendant sur le lieu du rendez-vous, sentant qu’il n’aurait pas le temps de le faire autrement. Il s’arrêta en chemin pour prendre son souffle, et c’est à ce moment-là que son oeil fut attiré par un éclat d’argent. Il pouvait reconnaître n’importe quel métal précieux. Il était un nain ! Les meilleurs joailliers du monde. Poussant les feuilles pour voir à quoi il avait affaire, il trouva un gros grimoire, recouvert d’argent qui brillait d’une faible lumière. Un papillon parlant … une licorne … une quête … Forcément, le grimoire en faisait partie. Dommage que Gandalf ne soit pas avec lui, il lui aurait donné. Après tout, c’était lui le magicien. Le livre sous le bras, il reprit sa course, dans un rythme un peu plus soutenu. Quand il arriva au parc, Ludwig ne fit pas vraiment attention aux gens qu’il y avait. Oh non. Il venait de remarquer le corps flottant qui lui disait étrangement quelque chose. Quand il s’approcha, ses yeux s'écarquillèrent et une expression de terreur prit place sur son visage, laissant tomber le grimoire au sol.

“Amal !”

Sa voix tonna comme un orage et il se précipita sur la jeune femme endormi. Qu’est ce que c’était que ça … Des vagues d’inquiétude lui parvenaient alors qu’il faisait le tour pour essayer de trouver quelques indices qui pourraient expliquer cette situation.

“Oh par Mahal … Amal … Que t’es-t-il arrivée ?”
"Elle ne se reveillera que quand vous aurez accompli votre devoir ... "

Le papillon … il tournait au-dessus d’eux. Plus que de l’inquiétude, de la colère envahit Ludwig.

“Tu … tu le savais ??? Pourquoi diantre n’as tu pas dit qu’il s’agissait d’Amalthéa … Espèce de misérable insecte !!!!”
"Monsieur... je ne suis pas sûr que le papillon soit peut être conscient que pour nous elle s'appelle ainsi.. dans son monde elle était une licorne.. soyez .. indulgent avec lui .. il est venu nous chercher pour la sauver on est peut être son seul espoir... "

À coté de lui, une jeume femme apparut, en même temps que son ancien élève de l’armée. Skylar.

"Je peux comprendre ce que tu ressens mais pour le moment on a pas d'autre choix que de le suivre. Il est agaçant au possible mais c'est peut-être notre seule chance de la sauver."

Ludwig resta quelques instants sans parler, regardant finalement tout autour de lui. Se pourrait il que la jeune femme ait raison ? Que le papillon ne fut pas au courant de qui était Amal. Son regard se posa sur elle. Il l’avait sauvé une fois, et immédiatement, il avait senti une énorme bouffée compatissante à son égard. Elle avait l’air si perdu dans ce monde …

“Oui … vous avez raison !”

Et puis si vraiment il devient trop insupportable on pourra toujours envisager quoi faire une fois la mission achevée."

Se poussant un peu d’Amal. Il eut un grand sourire face à la réplique de Skylar. Rigolant franchement, il s’avança pour lui faire une étreinte virile. Skylar lui rendit , rigolant aussi.

“Malgré tout, je suis vraiment content de te voir mon ami !”
"Moi aussi, mon ami. Je t'avoue que l'ambiance devenait un peut trop câlin et girly pour moi. Je suis bien content de savoir que je ne serais pas le seul à m'extasier devant la moindre fleur."

Oh oui. Il avait bien raison. Savoir que Skylar était là le rassurait grandement. Il connaissait son potentiel, ce n’était pas pour rien s’il l’avait pris sous son aile à l’armée. Il se tourna ensuite vers la jeune femme qui avait parlé. Il baissa la tête humblement avant de se présenter.

“Excusez moi pour mon coup de sang. Je me prénomne Ludwig.”
"enchantée, je suis Ishanee, ne vous excusez pas.. je peux comprendre votre ressenti.. vous avez eu peur pour elle ... "

Il avait déja eu peur quand il l’avait trouvé, dans cette rue … alors maintenant. Passant une main dans ses cheveux, il observa le parc.

“Vous pensez qu’on va devoir aller dans son monde ?”
"je pense que .. nous n'aurons peut être pas le choix.. enfin je suppose ? "
"Il y qu'un moyen de le savoir."

Ludwig regarda Skylar s’adresser au papillon, et il hocha la tête avec une certaine fierté.

" Bon t'as bientôt fini de nous faire poireauter là ? C'est pas pour dire mais on a une vie en jeu !"

Il avait absolument raison de lui dire ça ! Est ce que papillon se rendait compte de la gravité de la situation ? C’était sur que s’il lui avait directement dit qu’Amal était en danger, Ludwig serait accouru !

Forcément, le papillon répondit en chantant, agaçant un peu plus le roi d’Erebor.

"La patience est une vertu ~ il ne nous manque que deux personnes avant de pouvoir ouvrir le monde ~"

Respirant un bon coup, il sentit une main prendre la sienne. Longeant le bras, il observa un grand jeune homme avec un sourire tout doux lui dire.

“Ça va aller … On va la ramener !”

Essayant de ne pas trop être brusque, il retira sa main de la sienne.

“Oui. Nous n’avons pas le choix ! Il faut sauver Amal coûte que coûte !”
“Pour le moment, on dirait qu'elle dort. J'ai pas envie de croire qu'elle est en danger maintenant, puis, tu l'as protégera pas vrai ?

Ludwig observa le jeune homme. C’était aussi une technique, mais il avait vu bien trop d’horreurs dans sa vie pour être aussi optimiste. Néanmoins, il était doté d’un sens de l’empathie et il le comprenait.

“Bien sur ! J’en fais le serment !”

Il préféra s’abstenir de dire quelque chose de blessant, lui donnant plutôt une tape amicale dans l’épaule.

“Je ne sais pas si vous avez entendu mais je suis Ludwig ! Et vous ?”
“Je suis Axel ! Le glacier de Storybrooke, et un ami d'Amal !

C’était donc pour ça que sa tête lui disait quelque chose. Killian y allait souvent, tout comme Warren, même si ce dernier trouvait toujours un mensonge quand c’était sur ses heures de boulot.

“Ravi de faire votre connaissance Axel ! Je comprends mieux, pourquoi vous êtes comme moi, très inquiet pour elle.”

Axel baissa la tête, murmurant presque.

"Oui oui vous la connaissez comment ?"
“Je l’ai recueillie chez moi il y a quelque temps. Je l’ai retrouvé en pleurs dans une ruelle … je pensais qu’elle était blessée alors j’ai immédiatement accouru vers elle pour la soigner. Il s’avéra que c’était autre chose mais c’est moi qui l’ai hébergé pendant quelque temps. Elle sait que ma porte est toujours ouverte pour elle !”

Ludwig ne remarqua que quelques secondes plus tard qu’Axel le regarda avec des étoiles pleins les yeux, totalement admiratif de sa personne, surtout quand il lui dit avec un enthousiasme non fin.

‘Je vous aime déja !”


(c) DΛNDELION

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

   
Let's Save Amal' ! ♛ Oh misty eye of the Mountain below, keep careful watch of my brothers’ souls and should the sky be filled with fire and smoke, keep watching over Durin’s sons. If this is to end in fire, then we shall all burn together. Watch the flames climb higher, into the night. Calling out father oh, stand by and we will and if we should die tonight, we should all die together. Raise a glass of wine, for the last time. Calling out father oh, prepare as we will, watch the flames burn.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84332-terminee-far-over-the http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86677-les-liens-de-tout-ce-beau-monde#1231163 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Alastor J. Reedio



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Alastor J. Reedio


╰☆╮ Avatar : Thomas Doherty

Ѽ Conte(s) : Hazbin Hotel ♦ Black Butler
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Alastor ♦ Undertaker

✓ Métier : Présentateur radio ♦ Homme d'affaires
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 200330033323545789

☞ Surnom : Radio Démon ♦ Al'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 560

✓ Disponibilité : 4 RPs [Complet]

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Lun 16 Nov 2020 - 18:38



   


The Last Unicorn
Il devait être dans les 10h lorsque le démon des Enfers payait sa tournée à ceux qui avaient su rester jusqu'au levé du soleil. Passant la nuit au bar avec Husk et Niffty, traitant d'affaires par la suite conclues avec quelqu'habitants du quartier, réglant les comptes d'autres possibles problèmes illégaux exposés au reste de la ville et compromettant l'équilibre d'Hazbin Street si cela venait à être prouvé, il se changeait tout simplement les idées à l'écart de sa colocation dans laquelle il ne passait que rarement. Encore moins depuis les quelques mois qui s'étaient écoulés... Mais ce n'était pas grave ! Il appréciait le contact - avec mesure et contrôle - et il se savait respecté d'à peu près tout le monde ici-bas. Le quartier était le paradis de l'Enfer, un endroit où l'on pouvait et être en vie, et rester démon malgré tout. Alastor avait appris récemment qu'Hadès avait permis l'ouverture aux mondes des contes par un procédé de badge... Mais qu'est-ce qu'il y aurait à voir en Enfer, désormais ? Il avait réussi à y retourner pour se purger de l'être pathétique qui l'hantait depuis Ciel Phantomhive, mais rien n'y valait vraiment la peine. On y retrouve des corps, des âmes errantes, puis le néant. 
Dire qu'autrefois ce lieu était si peuplé que même les anges y descendaient pour les détruire. 

"Personne ne vous retient de partir ! Ricanait-il en toute sobriété face aux alcooliques qui jonchait sur leur chaise et sur les tables de l'entreprise. Mais n'oubliez pas que c'est ici que toute l'action se passe..."

Sous des cris de cœur, Alastor faisait l'unanimité. Mais alors qu'il retournait face au bar dans l'intention de finir son verre, un flash brouilla sa vision et percuta son esprit de plein fouet. Il se figea un moment face au souvenir qu'il était persuadé n'avoir jamais vécu. Comme devant un écran de télévision, il perçut la discussion d'une licorne et d'un papillon. Tous deux semblaient inquiets d'un enlèvement de l'espèce à corne par un taureau de feu. Le poney magique en voie d'extinction souhaitait alors partir à leur recherche. Il y avait-il besoin de détailler ? Le démon, se réveillant alors comme d'un mauvais rêve, ne préférait pas. 

"Euuuuuuuuuuuh... Hésita son ami barman d'un froncement de sourcils surpris. T'as vu un spectre ou quoi ? Al' ?" 

Pourquoi cette chose était-il apparu dans sa tête ? Valentino avait peut-être raison, après tout, Alastor passait trop de temps avec des gens nés sur un arc-en-ciel. Il fallait qu'il se ressaisisse. Et vite.

"Pire que ça, je le crains. Sourit avec décontenance le démon en poussant son verre sur le côté. Il se tourna alors vers les convives pour esquisser une blague - qu'il n'aurait pas trouvé drôle si cela avait été vrai. Qui a mis de la drogue dans ma boisson ?" 

Tout le monde leva la main avant d'exploser d'un rire commun, un rire de saouls qui se perdaient. Ils n'étaient pas sincères, les connaissant, mais la réponse n'amusa pas véritablement le commentateur radio pour que quelqu'un ait découvert une drogue qui fasse effet sur lui. Il avait pour habitude de ne pas être touché par ces bêtises, Angel en ayant essayé pas mal à son insu. Perturbé, irrité mais surtout conscient qu'il était temps de partir, Alastor se redressa en silence mais d'un regard qu'Husk connaissait assez pour s'en méfier. 

"EHO, Al' ! J'te jure que si tu crames ma baraque, j'te descends. C'pas une blague. J'te descends et j'ouvre le même bar en Enfer où tu devras me supporter tous les jours pour l'éternité encore. J'te préviens, tes psychoses tu les déchaines sur qui tu veux mais pas sur mon bar !" 

Il est vrai qu'une fois touchée dans son ego, ou touché tout court, le dit Seigneur des Enfers pouvait réduire en cendres tout ceux qu'il désignait coupable de son mal. Apte à la vengeance, grand passionné de ce sentiments, il aurait pu. Mais d'un fin sourire, il s'obligea à répondre : 

"Je ne ferais rien, Husk, ne t'en fais paaas ! Je vais juste rentrer à l'appartement et attendre que les effets se dissolvent." 

 Ses iris virèrent au rouge, puis au vert. Rouge, vert, rouge, bleu à nouveau... Bon sang, se disait-il. Passant à côté des clients avec droiture et rictus, il s'échappa du bâtiment pour prendre la route jusqu'à chez lui. À pieds. C'est alors qu'un papillon apparût de nul part pour lui tourner autour comme un vulgaire volatile. Quémandant son attention à maintes reprises, Alastor y jeta un œil et réalisa la ressemblance au papillon de son hallucination. Ça continuait. Il inspira. Expira. Puis poursuivit sa route dans l'ignorance la plus totale, jonglant de quelques gestes de main pour que l'insecte maintienne ses distances. 

"Allllasssttooorrrrrr écouteeeee, écouteeeeeee"

Ça n'arrêtait pas. Le papillon le suivait tout le long du chemin et, le démon totalement persuadé être sous emprise d'un stupéfiant, ne pensait pas pouvoir résoudre le problème à la téléportation ou à la magie. C'est au beau milieu d'une route en circulation, avec l'insupportable insecte qui battait des ailes près de son oreille, qu'il s'arrêta vivement. Une voiture tenta de l'esquiver et se prit le trottoir de droite tandis que la suivante freina sans prévenir les autres et causa un accident. Mais ce n'était qu'un détail. Alastor se tourna vers le volatile. Il sourit amèrement face à ce qu'il voyait. 

"Ils y ont été fort sur la drogue !" 

Et il fallait se tenter à prendre ça avec humour. Pourquoi était-ce si réel ? Alastor réfréna ses pulsions pour agripper le papillon du bout de l'aile en le fixant d'un peu plus près. 

"Tu as des lunettes ? Toujours plus dans les détails. 

- Bien sûr que j'ai des lunettes... C'est pour mieux te voir mon enfant. Justement, il remit ses lunettes en place. La licorne a besoin de tes capacités, il faut que tu viennes l'aiderrrrr, elle t'attennddddd !" 

Il parlait donc de la licorne qu'Alastor avait vu dans son flash. Ce qu'il en comprenait donc, c'était que la créature déjà en voie de disparition... Avait elle-même disparu. Le monde était plutôt bien fait. Le papillon savait-il à qui il parlait, cependant ? À son avis, entre un taureau de feu et une licorne blanche comme neige, il optait pour quel camp ? Clignant à plusieurs reprises des cils face à l'absurdité de la situation, son sourire finit néanmoins par s'agrandir lentement. Il se replaça, une main dans le dos tandis que la seconde tenait toujours par l'aile le papillon. 

"AHAH ! S'exclamait-t-il avec enthousiasme. Si on parle de licorne, je sais qui peut se charger de l'aider ! Et sans lui demander son avis, alors, il l'agrippa de pleine poigne en repartant d'un pas vif jusqu'à son logement. Tu auras la candidate I-DÉ-ALE !

- "tourniquotiiiiii tournicotonnnnn, qu'est-ce qu'on est serrer au fond de cette boite.. chantent les sardines.. chantent les sardines. Il le fixait à nouveau dans les mouvements de bras du démon. Le candidat c'est toiiiiiii pas elllllllle"

Si c'était bien le cas, alors la mission était à plaindre. Mais Alastor, toujours souciant de son état, décidait tout de même de vérifier par autrui si cette blague... En était bien une. C'est d'un claquement de doigt qu'il lui suffit de se téléporter au salon du loft. De là, il se dirigea vers sa colocataire, la princesse des Enfers, la démone au cœur tendre qui souhaitait rédemption même au plus pêcheur des pourritures qu'elle avait sous sa tutelle. Il osait nommer : l'avocate Charlie Magne. 

"CharlIIIiiiiie ! J'ai une mission pour toi ! Enfin, IL, a une mission pour toi. Lança-t-il avec engouement tout en tendant à bout de bras la chose qui servait de messager. Il faut aller sauver une licorne et je sens que tu es la personne toute qualifiée pour cette aventure ! Mais avant... Il repointa brièvement le papillon, avec un soupçon d'inquiétude. Tu le vois aussi, n'est-ce pas ?"

Il fallait bien s'imaginer que la jeune fille saurait être émerveillée par la moindre bête, petite ou imposante, à lunettes ou non. C'était le cadeau parfait - non pas qu'Alastor songeait forcément à lui faire plaisir. Il cherchait juste à se débarrasser de la tâche qu'on-ne-sait-qui lui avait donné (NDA : c'est moi.)

"Il est trop mignon ce papillon ! Lui fais pas de mal ! Je veux bien venir avec toi pour sauver une licorne mais tu ne penses pas que si le papillon est venu vers toi c’est parce qu’il te penses qualifié pour cette mission ? S’il voulait que je l’aide il serait venu à moi directement !

- AHAH, mais darling ~.... Son silence déstabilisant en disait beaucoup car alors qu'il la fixeait il l'obligeait aussi à le reluquer avec réflexion. Me vois-tu aller sauver une licorne pour faire prospérer l'espèce ? Il est évident que le volatile s'est trompé de cible ! C'est toi qu'il voulait !

- Mais noooon Al ! Les papillons magiques ca ne se trompe jamais c’est bien connu ! Je sais que tu es capable de sauver l’espèce... Il te fait confiance comme je te fais confiance." 

C'était adorable, provenant de la jeune fille - pas de l'insecte à lunettes. Son regard aurait presque pu le faire craquer mais voilà, il se rappelait subitement à quel point il détestait tout ce qui donnait l'allure du "trop parfait", et les licornes en faisaient partie. Ce qui était bien avec Charlie, et c'était aussi ce qu'il aimait chez elle, c'était ce paradoxe de l'incarnation du bien... Héritière du mal. Amusant à visualiser, n'est-ce pas ? Cette spécificité l'avait diverti un temps avant de tomber... Un peu plus bas, dans des choses qu'on appelle sentiments. Les licornes n'avaient rien de spécial, elles étaient juste le fruit d'une imagination un peu trop fertile. 

"La demoiselle a raison ! Se rebella le papillon. Il sortit un parapluie miniature, adapté à sa taille, pour venir le piquer dans la main du démon qui le lâcha alors. Un, deux trois petit soldats... tiens bon la barre .. c'est toi seul qui peut venir."

Alastor sourit. Il fixa l'insecte, réalisant désormais qu'il n'était pas question de drogue, puis retourna à Charlie avant de fermer les yeux et de tourner les talons d'un : 

"Mmmmmh, non." 

Tout simplement. Il n'en avait pas envie, pour lui et pour sa réputation, valait-il mieux que la licorne ne réapparaisse pas de sitôt. Une de plus ou une de moins elles étaient déjà quasi-toutes disparues de toute façon ! Un animal seul et sans amis, c'était triste. Condamné à rester perdu et errant dans les rues sans trouver sa place... Ugh. Il ne voulait pas être la cause de ça. On allait encore le pointer du doigt. Tous sauf Charlie, évidemment. Déterminée, la jeune fille l'avait attrapé par le bras pour le contraindre à en rediscuter. 

"Alastor enfin ! Ce papillon compte sur toi pour l’aider... Je sais que ce n’est pas dans tes habitudes d’aller sauver des licornes mais... tu ne peux pas le laisser comme ça ! Si tu ne le fais pas pour lui, fais le pour moi..." 

C'était à croire qu'elle le faisait exprès. Comment ne pouvait-elle pas savoir les sentiments qui le hantaient tout en proposant qu'il joue contre ses principes pour elle ? Il le répète : le paradoxe du bien et du mal. Incroyable. L'idée le faisait toujours sourire. 

"Je vois... S'amusa-t-il. Bien. Si c'est pour toi je veux bien le faire, ma petite Charlie. Mais prends en considération que ce service rendu en vaudra un autre... Rien n'est gratuit, il détourna un instant une attention froide au papillon, encore moIns lorsQu'Il s'agiT dE déFiEr moN éQuIlIbRe. Puis finalement, sourit tout enthousiaste en observant sa montre. Je serais de retour dans une heure, tout au plus ! Sauver une licorne, ça ne doit pas être bien compliqué !" 

- Mais oui t’en fais pas, je te rendrais un service. Et si tu te retrouves dans une situation où tu ne sais pas quoi faire... demande toi ce que je ferais à ta place ! À tout à l’heure et fais attention à toi !" 

S'approchant avec fierté, elle posa ses lèvres sur la joue du garçon comme gage de chance. Alastor le savait. La jeune fille faisait cela pour Angel et Vaggie également, toujours présente pour les soutenir et surtout tactile et bienveillante, lui s'en sentit complètement décontenancé. Il s'éloigna d'un rire gêné en tentant de reprendre concentration sur l'heure qu'il était. Le papillon lui donna sa destination et c'est seul que le démon s'y rendit en s'y téléportant. 

Le parc de Storybrooke, grand et calme. Là-bas s'y trouvait une jeune femme allongée dans le vide. Endormie. D'autres jeunes gens l'accompagnaient et il comprit alors que le travail allait devoir se faire en équipe. Il n'aimait pas trop l'idée. Certes, on allait plus loin ensemble, mais qu'est-ce que c'était lent. Alastor allait loin et vite lorsqu'il était seul. Repéré par le papillon qui avait mystérieusement pris un temps d'avance sur lui, il n'eut d'autres choix que de s'approcher, commençant avec sarcasme... 

"Bonsoir ! Vous devez être la fine équipe engagée par un volatile pour sauver une créature que personne ne veut voir sur Terre ? SUPER, je suis à la bonne porte ! AH, et je suppose que c'est ladite licorne en question, mh ? Demanda-t-il en pointant du doigt la jeune femme vêtue de blanc. J'ai l'impression de m'être un peu fait avoir quant au processus de cette mission... ISHANEE ! J'ai failli ne pas vous reconnaître."

Face à lui, une arme apparût. Comprenant que les objets lui étaient destinés, alors que chacun portait déjà la sienne, il les prit dans ses mains pour les enfiler et les essayer. 

"Je vois... Pourquoi pas, même si j'ai tendance à préférer les flammes aux bleus, et les coups de poignards aux écorchures, mais pourquoi pas, pourquoi pas..."

  






   

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Now you know, you're free to go
Oh, hush, my dear, it's been a difficult year, And terrors don't prey on Innocent victims. Trust me, darling, trust me darling, It's been a loveless year. I'm a man of three fears Integrity, faith and Crocodile tears. Trust me, darling, trust me, darling
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85221-the-world-is-a-stage-

Alexis E. Child



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Alexis E. Child


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 378254admin

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2451

✓ Disponibilité : FULL ϟ 7 Rps en cours : AUgustin (:green:), Erwin x2, Aloïs, Danny, Jack, MISSION : The Last Unicorn

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Mer 18 Nov 2020 - 0:50




The Last Unicorn


La nuit avait été mouvementée ou tout du moins, ma fin de nuit. J'avais fait des rêves étranges. Pas violent ni malsain, aucun cauchemar à proprement parlé mais des flashs si prenant que j’avais l’impression de vivre quelque chose de réel. J'avais d’abord senti les odeurs, celui de la forêt, de la mousse et de l’herbe humide par la rosée du matin. Un peu plus loin dans mes songes, j’avais fini par la voir. Une licorne, majestueuse, beaucoup plus grande et fine que Pétunia. De celles que je n’avais vu que dans mes livres d’images petite... et puis ce papillon... cet étrange papillon.

Un battement d’aile persistant m’avait alors réveillé. J'avais grimacé, les yeux toujours clos tentant de sortir de mon sommeil avec douceur. A travers mes paupières, je pouvais presque percevoir les rayons du soleil. C’était une belle journée d’Automne. Une de celles que je préférai. Lentement j’avais étendu ma main gauche en direction de l’autre place de mon lit double. Je n’y trouvais que le coussin et les draps. Il avait dû se lever. Je ne l’avais même pas entendu. Ma main droite enveloppé ma licorne qui dormait paisiblement sur mon ventre. Je pouvais sentir le sien, dodu, se gonfler et se dégonfler au rythme de ses respirations. Elle n’avait pas apprécié le voir débarquer sans prévenir, tout à l’inverse de moi. Il était 22h30, je n’attendais plus personne et pourtant, Erwin avait sonné à ma porte, une bouteille de champagne à la main, me scandant un “surprise !” joyeux. Je lui avais sauté dans les bras, bien trop abasourdi et heureuse de le voir. Depuis notre naufrage sur le Titanic, j’avais de plus en plus l’impression de me rapprocher de lui. Je ressentais le besoin de le voir plus souvent, j’étais singulièrement heureuse lorsqu’il était là... Les horreurs que nous avions vécues nous avaient forcément rapproché et pour la première fois depuis longtemps, je ne culpabilisais pas à l’idée d’avoir quelqu’un dans ma vie... quelqu’un qui allait et venait, sans doute lié à son emploi du temps de notaire et d’adjoint à la mairie et qui me laissait tout le loisir de respirer quand j’en avais besoin. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres, me remémorant les frissons de la nuit. J’avais eu tout le mal du monde à me débarrasser de Pétunia qui ne semblait pas vouloir nous laisser tranquille. J'avais fini par y parvenir mais en plein milieu de la nuit, j’ignorai comment, elle avait réussi à ouvrir la porte pour venir se nicher au creux de mes reins puis de plus en plus sur mon ventre, me donnant sa chaleur de bouillote improvisée.

Mais le temps des rêveries était terminé. Il fallait que je me lève et ce battement d’aile devenait vraiment agaçant. M’y résignant, j’avais fini par ouvrir les yeux pour découvrir un papillon qui m’observait d’un œil perplexe. J’avais étouffé un cri pour éviter d’alerter Erwin qui devait sans doute être dans la salle de bain et je l’avais observé, lui et ses petites lunettes rondes. Je rêvais où il portait un chapeau académique ? Etais-je seulement véritablement réveillée ? Il me rappelait le papillon que j’avais vu dans mes rêves. Sans aucun interlude, il m’avait dit un truc bizarre, de sa voix bizarre. La licorne avait besoin de moi. Sans comprendre, j’avais baissé les yeux vers Pétunia qui dormait toujours paisiblement sur mon ventre :

- Ma licorne va très bien...
- Oh oui je vois qu'elle va bien.

Il l’observa de la tête aux pieds avant d’ajouter :

- Elle se porte même très biiiennn mais ce n'est pas de celle lààààà que je parle mais d'une autre.

Une autre ? Quelle autre ? Celle que j’avais vu dans mes rêves ? Aaah je commençais à comprendre. Encore une mission cheloue dont seule Storybrooke avait le secret. Jamais profondément les licornes, depuis toute petite. Je les admirai si fort que lorsque j’étais encore avec Maman, elle m’avait absolument tout acheté licorne pour me faire plaisir : un sac licorne, des gommettes licorne, un livre licorne. C’était d’ailleurs avec ce petit sac à dos que j’avais fini par franchir le portail qui m’avait emmené à Storybrooke lorsque mes parents m’avaient abandonné. C’était les licornes qui m’avaient donné le courage de continuer l’histoire du petit Poucet et de sortir de cette forêt à la recherche d’un nouveau foyer. Alors si une licorne avait besoin de moi, elle pouvait compter sur moi.

- Ooh.. mais comment je fais pour l’aider l’autre ? Vous êtes sûre que je suis là meilleure personne pour ça ?
- Vous avez une licorne qui dort dans votre chambre, vous êtes là plus à même de sauver cette autre licorneeeee.

J’avais de nouveau baissé les yeux sur Pétunia qui s’était réveillée et regardait le papillon de son strabisme, la langue pendante sur le côté. Elle m’avait regardé ensuite à la fin de la phrase du papillon. Je devais bien avouer qu’il n’avait pas tort...

- D’accord... je dois faire quoi ? Je vais par où ?
- Pour le moment mon petit bouchhhooooonnnn pleine de bouttooonnnnns tu dois te rendre au parrrrrrc ou je t'y attendraiiiissss ne traine pas .. en chemiiin tu trouvais tooon paiiiiinnnn.
- Hééééé, j’ai pas de boutons !

Avais-je protesté tout en passant tout de même une main sur mon front pour vérifier que c’était toujours le cas. Il était parti par la fenêtre sans un mot de plus et j’avais marmonné en direction de ma licorne :

- Bon ben Pétu, on part en mission !

Elle avait sauté hors du lit et je l’avais suivi, récupérant au passage quelques habits confortables donc un jean, un t-shirt et un gilet. Erwin avait horreur de me voir habillée comme ça mais il était hors de question que je parte en mission en escarpins... et puis je m’habillais encore comme je voulais, merde ! Il avait d’ailleurs ouvert la porte de la salle de bain au moment où je sortais de la chambre et je l’avais vu, déjà habillé. Je l’avais embrassé à la volée avant de lui passer devant et commencer à me déshabiller. Il n’y avait pas de temps à perdre :

- Bonjour ! Beaucoup de travail aujourd’hui ?
- Oh toujours, il y a tant à faire...on m’attend à la mairie, je dois valider quelques modifications de budgets pour la fin de l’année.

Tout en l’écoutant, je m’étais engouffrée dans la douche et je m’étais mise à faire couler l’eau, m’activant pour finir cette douche au plus vite. A travers le bruit de l’eau chaude, j’avais précisé :

- Je comprends... c’est jamais une période facile pour les budgets...
- Oh oui. Mais les gens ont les fêtes de Noël en tête ils sont plus enclins à dépenser …

J'étais ressorti de la douche et après avoir noué une serviette autour de mon corps, j’avais détaché mes cheveux que je n’avais pas lavé par gain de temps pour les brosser. Je ne savais pas pour combien de temps je partais, j’espérai que ce ne soit pas trop long. Pour la première fois, je me surprenais à vouloir qu’il reste une nuit de plus... deux d’affilées... pas juste une avant une autre quelques jours plus tard... j’avais envie d’instauré une certaine stabilité. Timidement, tout en continuant de me brosser les cheveux avant de faire une queue de cheval, j’avais précisé :

- Vous... comptez revenir ce soir ? Ou... qu’on fasse quelque chose ?
- Ça tombe mal... je risque d’être très pris, je travaille, je ne peux pas me décommander ou fermer boutique plus tôt alors que l’on compte sur moi.

Je pouvais sentir un arrière-ton de tristesse dans sa voix. Il avait alors ajouté :

- Mais j’essayerai de terminer plus vite. Si j’y parviens je vous appelle sans délai.
- D’accord... d’accord je comprends !

Je comprenais vraiment... même si j’étais un peu déçue que j’essayais de ne pas le montrer. J’étais sorti en trombe de la salle de bain pour récupérer mon sac à dos violet sur lequel j’avais cousu une licorne. J’y engouffrai pèle mêle plusieurs objets dont je pourrais éventuellement avoir besoin dont de l’eau et de la nourriture.

- Tenez-moi au courant alors... Pétunia, tu viens ?
- Je vais faire de mon mieux.

J’avais tapé dans mes mains et la licorne était sorti de la chambre avec une lenteur extrême, telle une diva qui se laissait désirer. Elle était passé devant Erwin pour l’observer avec un certain dédain tout en lui grognant dessus avant de trottiner jusqu’à moi et de sauter dans mes bras. De son côté, le notaire l’avait observé passer en se tenant à bonne distance, l’observant avec un regard qui semblait être à moitié de la fascination et à moitié du dégoût. Je pouvais comprendre ce dernier... elle n’était pas très sympa avec lui.

- Je... en tout cas c’était une superbe surprise... merci.. et... une très bonne soirée aussi...

J’avais rougi par tant d’audace, toujours aussi gênée à l’idée de dévoiler quelque chose d’aussi proche que mes sentiments. Passant une mèche derrière mon oreille, je n’avais pas osé le regarder tandis qu’il s’était approché, tendant la main en direction de la mienne.

- Oh , satisfait de savoir que la... surprise vous a plu J’y escomptais...beaucoup. Et qui sait peut-être continueront nous la bouteille ce soir ?

J’avais rougi de plus belle avec un sourire en quoi.

- Oui... peut-être...

Le grognement de ma licorne s’était fait de plus en plus menaçant à mesure que sa main se rapprochait de la mienne. Claquant ma langue contre mon palais dans un bruit de reproche, j’avais observé l’animal, sévère :

- Tais-toi !

Afin de lui éviter de se faire mordre, j’avais alors décidé de tendre ma main à la rencontre de la sienne mais Pétunia avait stoppé mon geste en posant son sabot sur ma main.

- Mais t’arrête oui ?! Je sais pas pourquoi mais elle vous aime vraiment pas.... Je suis désolée...

Je l’étais sincèrement. Tout comme gênée d’ailleurs. Ma main avait fini par atteindre la sienne et je l’avais prise caressant ses doigts de mon pouce tandis que Pétunia sautait hors de mes bras pour aller boire dans sa gamelle, visiblement vexée.

- Peut-être est- elle tout simplement perspicace... sur le fait que je perturbe son quotidien... et le vôtre, cela peut suffire pour créer une sorte de jalousie.

Il s’était approché un peu plus de moi, profitant du fait que Pétunia n’était désormais plus dans mes bras pour m’embrasser. J’avais accueilli le baiser avec bonheur et douceur et j’avais eu un sourire mutin lorsqu’il avait ajouté, enjôleur :

- A-t-elle des raisons ? Je vous laisse y méditer.
- Je vous donnerai ma réponse par lettre recommandée sous quinzaine...

Je m’étais perdue dans son regard doré pendant quelques secondes, sans doute, de trop puisque ma licorne avait jugé utile de se jeter littéralement de tout son poids contre la portée d’entrée dans un BAM absolument sonore. Le bruit m’avait fait sortir de ma rêverie, me faisant sursauter au passage et me rappelant l’importance et l’urgence de ma mission.

- Aaah... oui !! Je... Je veux pas vous chasser mais... j'ai quelque chose de très important à faire et... je suis sans aucun doute déjà en retard alors...

J’avais enfilé mon manteau et mon écharpe à la hâte avant d’ajouter mon sac à dos et de chausser mes baskets le plus vite possible. De son côté, Erwin avait récupéré lentement son manteau :

- Oh vraiment ? Qu’est-ce donc ? Cela concerne la librairie ?
- Euh non pas vraiment... Une... amie... a besoin de moi !

C’était sans aucun doute plus simple de lui dire les choses comme ça, j’avais pas encore 25 minutes devant moi pour lui parler du papillon et tout le bazar. De son côté, il avait observé sa montre, s’activant soudain :

- Oooooh ciel il faut que j’y aille sinon commencer en décalé ne nous aidera pas...
- Vous avez totalement raison !

J’avais ouvert la porte à la volée, lui indiquant clairement la sortie tandis que Pétunia sautait une nouvelle fois dans mes bras pour que je l’installe sur mon porte bébé ventrale. Elle y allait souvent quand j’avais besoin d’être rapide. Avec ses petites jambes en forme de Knackis ball, j’étais pas certaine qu’elle avait l’aérodynamisme nécessaire pour une mission. C’était encore le plus sécure pour éviter qu’elle se blesse. J’étais sortie à la suite d’Erwin, refermant la porte à clé derrière moi.

- Bon... à plus tard peut-être... je ... je garde mon téléphone... J'espère vous revoir bientôt...

Je m’étais mise à reculer rapidement pour lui montrer que je partais réellement et je n’avais pas vu que Pétunia lui faisait un petit signe d’au revoir d’un air mélodramatique en levant et abaissant son sabot lentement, un sourire goguenard sur ses babines. Après un dernier signe de la main de ma part, je m’étais retournée pour dévaler les escaliers à toute allure en direction du parc. J’étais forcément à la bourre. J'avais fait au plus vite mais j’étais sûre que ça n’avait pas servi. Je m’étais arrêté de courir en arrivant près du parc, crachant à moitié mes poumons dans la fraîcheur de cette journée de Novembre, tout en massant mon point de côté. J'étais plutôt endurante mais il fallait bien avouer que Pétunia pesait une tonne. J'avais passé les premiers arbres du parc quand soudain, l’un d’eux attira mon regard. A l’intérieur d’un des troncs d’arbre semblait s’être un objet étincellant. Perplexe, j’avais regardé autour de moi mais personne n’était là pour le réclamer. Je m’étais avancée et je m’étais alors apperçue qu’il s’agissait d’un arc d’une couleur rose gold, agrémenté de plume. Il était absolument sublime. Caressant ses plumes quelques instants, j’avais fini par le sortir de sa cachette pour mieux l’observer. J’avais toujours rêvé de faire du tir à l’arc mais je ne m’y étais jamais risqué. A l’instant où ma main l’avait extirpé du trou, il s’était mis à scintiller avec intensité sous mes yeux médusés. C’était normal ça? Toujours un peu perplexe, je m’étais mise à chercher un carquois ou des flèches mais il n’y avait rien d’autre que l’arc... super... j’étais vachement avancé avec ça du coup... ne le lâchant pas pour autant, j’avais continuer à avancer dans le parc :

- Je suiiiiis laaaaaaa Alexiiiis, nouuuus sommes au complet le voyages va pouvoir commencer.

Je me rendais compte qu’il faisait brusquement plus chaud... que le parc était aussi drôlement fleuri pour la saison mais je remarquais surtout que le papillon était déjà entour de cinq personnes qui semblaient attendre et avec eux, une jeune femme qui flottait, profondément endormie. Est-ce que c’était elle que nous devions sauver ? En mode Belle aux bois dormant ? J’avais cru que nous aurions à faire à une vraie licorne, même si sa vie ne m’importait pas moins. Mortifiée, je m’étais approchée du groupe et j’avais fait un signe de main d’un air gêné :

- Salut... moi c’est Alexis... et elle Pétunia... j’espère que vous m’attendez pas depuis trop longtemps...
- Bonjour moi je suis Ishanee ! Enchantée de te connaître wouaaaa elle est trop cute Petunia ! Aawwnnnnnnnn trop cute , coucou toi t'es trop mimi.

Elle s’était approchée de Pétunia avec un grand sourire et je lui avais rendu le sien. Elle semblait plutôt sympathique à première vue, ce qui me rassurait grandement. Je ne connaissais personne dans le groupe et l’idée de pas commencer entouré d’ennemis était plutôt rassurant.

- Tu peux la caresser si tu veux... normalement elle mort mais elle grogne avant alors je peux que ça devrait aller …
- Oh je peux ? Ohhhh c'est trop gentil !

Effectivement, Pétunia était restée très calme et elle avait presque ronronné lorsque la jeune femme avait commencé à la caresser, ce qui m’avait fait rire. Quand elle ronronnait, elle vibrait presque autant qu’une tondeuse, créant des chatouillis sur tout mon corps.

- Elle peut manger un cookie ?

Elle en avait retiré un de ses affaires et je l’avais observé sceptique :

- Euh oui elle peut mais le sucre la rends un peu... hyperactive... C’est pas simple de la tenir après...

Mon appartement s’en souvenait encore. La première fois que j’avais fait l’erreur de lui donner des bonbons, elle avait démonté la moitié de mon appartement, détruisant la moitié des meubles comme le panzer miniature qu’elle était. Elliot avait un peu forcé sur la dose quand il l’avait créée.

- Oooh je vois, attends.

Elle avait alors coupé le cookie en deux et ça m’avait déjà semblé plus raisonnable mais avant que Pétunia ne puisse croquer dedans, un autre membre du groupe était entré violemment dans mon champ de vision.

- EXCELLENTE IDÉE !

Il m’avait observé depuis le début avec un sourire en coin mais je ne l’avais pas remarqué. Il s’était alors avancé vers moi avant de dévier brusquement sur Pétunia :

- Une licorne sacrifiée pour en sauver une autre !

Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, il l’avait décroché de son porte-bébé et l’avait récupérer dans ses bras. Sentant le danger, l’animal s’était mis à grogner avec la puissance d’un Rottweiler avant de commencer à faire claquer sa mâchoire violemment lorsqu’il s’était agrippé à son petit corps dodu. Il la tenait à présent à bout de bras tandis qu’elle tentait de lui déchiqueter le bras et le bout du nez, son museau en face de son visage. Pour qui se prenait ce type ??

- Une vie pour une vie ! Je ferais mention de ton courage dans la prochaine édition du Wake Up Storybrooke, c'est proooomis !
- Heeee rends moi ma licorne espèce de taré !

J’avais bondi droit sur lui pour la récupérer mais il était beaucoup plus grand que moi. Il avait levé les bras un peu plus pour la mettre hors de ma portée et ça m’avait tellement énervé que je lui avais asséné un violent coup de pied dans le tibia tandis que Pétunia s’était mis à dévorer une partie de sa chevelure qu’elle été parvenue à atteindre.

- Duuu caaaalme, du calme !

Il éclata de rire, pensant apparemment qu’on était en train de jouer, complétement insensible au coup de pied que je venais de lui donner. J'étais déjà en train de viser ses parties génitales quand il lança brusquement Pétunia dans les airs. J'avais étouffé un cri d’horreur tandis qu’une muselière rose bonbon, un harnais et une laisse de la même couleur apparaissait sur la licorne. Un petit flot était également apparu sur sa crinière multicolore tandis qu’il la récupérait dans ses bras :

- J'ai toujours rêvé de faire ça. On y va ?

L’animal s’était alors gonflé de colère, faisant exploser son harnais et sa muselière sur le coup avant de sauter hors des bras du type pour retomber dans les miens. J’avais poussé un soupir de soulagement en le fusillant du regard :

- Tu touche plus jamais à ma licorne, t’as pigé ?

J’avais secoué ma main pour faire disparaître les arcs électriques qui s’étaient formés autour de mes doigts malgré moi sous le coup de la colère. Je m’étais alors retournée pour revenir vers le reste du groupe, tenant fermement Pétunia dans mes bras qui observait par-dessus mon épaule le taré d’un œil mauvais. Revenu auprès d’Ishanee, la voix toujours pleine d’une tension haineuse pour le jeune homme j’avais précisé :

- Tu peux lui donner le morceau de cookie si tu veux ... ça lui fera du bien après l’autre abruti... je peux avoir l’autre morceau ? Merci !

Elle lui avait tendu sa moitié de cookie et l’équidé l’avait dévoré tout en le prenant des mains de la jeune femme avec douceur. J’avais récupéré le mien avec la même douceur avant de croquer dedans avec félicité. Le papillon avait croisé les doigts, observant l’autre enfoiré d’un air hautain :

- Travolta t'as fini ?
- Tiens petite Pétunia , elle a une marraine ? Si elle n'en a pas je veux bien être la marraine, elle est tellement mimi avec ses pattes toute mimi.
- Euuuh bonne question je sais pas comment ça marche chez les licornes mais... on va dire que oui si tu veux ! Elle adore être dorlotée de toute façon... faut juste pas trop l’embêter.

J’avais clairement fait référence à l’autre avec sa tête de paillasson, une certaine acidité dans la voix :

- Ohhh je vois je pense qu'il n'y aura pas de soucis ! et puis si on parvient à réveiller Amal …

J'avais observé l’endormie avec une certaine tristesse. J'ignorai comment elle en était arrivée là.

- J’espère oui... il s’est passé quoi en fait ? On doit faire quoi ?
- Je vais vous expliquer et vous saurez tout...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

If all of the Kings

have their Queens on the Throne...

ANAPHORE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Amalthea Vif Argent



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Amalthea Vif Argent


╰☆╮ Avatar : Anne Hathaway

Ѽ Conte(s) : La dernière Licorne et deux coeur
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La licorne et lady Amalthea

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 23eb

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 240

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 18 Nov 2020 - 16:19

The Last Unicorn
Papillon, au cours de tes grands voyages, en a tu vu d'autres comme moi ? en as-tu même vu une seule ?. ❞▬ La dernière Licorne


Notre papillon avait donc réunis une fine équipe que voici, bien sûr il était parfaitement conscient que certains ne volaient pas bien haut voir même pas du tout, mais c'est ce qui faisait la diversité de cette guilde. Baladin tel était son nom avait été malmené par certains. Naturellement, ils ne les montraient pas du doigt hein ? Il n'accuserait jamais au grand jamais Alastor.. ce n'était pas son genre après tout. Il aurait pu croire que deux autres personnes en l'occurrence Skylar et Ludwig, l'un ne croyait pas vraiment à la magie. Mais autrefois n'était-il pas un pingouin ? Ce qui pouvait être un argument e poids. Et ce nain... Qui n'en était pas un avait du mal à suivre un papillon pourtant, il avait prit conscience qu'il devait participer. Pourquoi ? et bien a personne qui était en train de piquer un petit roupillon en flottant au-dessus du sol lui tenait à cœur.

En revanche, il n'avait strictement rien à redire sur cet étrange personne qui visiblement n'avait posé aucune question et c'était rapidement pointé au détriment des autres. Le rayon de soleil aussi, c'était pointé rapidement. Elle était d'une maladresse.. un éléphant dans un magasin de porcelaine.. Il allait avoir un sacré boulot à faire ! Et bien évidemment, on ne lui paierait pas ses heures supplémentaires. Comme par hasard !

Pendant que la belle au bois dormant était en train de comater sagement, de toute façon elle ne se réveillerais pas tout de suite vu que les participants n'avaient encore rien fait. Le papillon virevoltant. Je vous ai tous fait venir car, elle a besoin de vous.. besoiiiinnnn de vouuusssss. La licorne à longtemps lutter pour chasser ses souvenirs passés que le roi Haggard lui à imposer contre sa volonté la privent de tout souvenir contrairement à vous. Mais le temps est venu qu'elle les retrouve, mais il sont prisonniers de son monde. Je suis le seul en mesure d'ouvrir les portes qui mène à son monde et bien entendu il en va de soie que vous m'accompagnez Tous sans aucune exception. Passant donc prêt de chacun d'eux ébouriffant leurs cheveux. Puis reprit son envol pour aller voir Amalthea qui dormait d'un sommeil profond. Vous voyez son corps à cesser de lutter, son esprit est fragile... Comme du verre, si vous ne la sauvez pas la dernière licorne s'éteindra. Bien sûr très chère Petunia, je ne voudrais pas vous offenser vous êtes très bien comme vous êtes ne changer point. Bien que certains se croient plus malin que les autres en voulant sacrifier une vie pour une vie.. ici ça n'est pas le cas.. Il n'avait jamais vu une licorne aussi gracieuse.

Vous devez donc aider son passé, pour sauver son avenir et ainsi récupérer son fragment d'âme, celui qui lui rendra ses souvenirs et ainsi la ramènera auprès de nous. Il se trouve à l'intérieur de la licorne que vous deviez retrouver. En revanche, faites attention.. Une seule erreur peu vous coûtez cher. Surveillez bine tout cela et tout sera parfait. Je serais là à tout instant vous n'aurez qu'à m'appeler. Cependant, il n'était pas sur pour l'atterrissage, bien évidement les parachutes n'existait pas la bas, mais cela n'était pas son problème s'il se cassait un bras, une jambe. Ce ne serait qu'un retour à la situation pour certains encore une fois ! On ne les pointera pas du doigt pour laisser le doute. Une dernière chose, vos armes vous servirons le moment venu.. Chacune aura des utilités différentes. À vous de les utiliser correctement. Bien sur Skylar.. votre arme cachée ne vous servira pas là-bas, vous serez à une autre époque. Vos habits ne seront pas cela. Mais une tenue bien plus typique de là-bas. Le charmant, petit papillon s'avança donc vers Alexis. Très chère, je pense que Petunia devrait rester surveiller Amalthea.. est seule et un peu de compagnie lui ferait sûrement le plus grand bien

Alexis regarde le papillon un peu surpris « Oh... » Portant son regard sur Pétunia qui la regarde et hoche la tête et elle va la sortir du porte-bébé en haussant les épaules « je l’avais amené pour qu’elle soit utile et qu’elle aide une de ses consœurs de toute façon donc si ça peut aider... » Alexis dépose avec douceur sur le sol et Pétunia s'approche d’Amal avant de s’asseoir comme un chien devant en levant la tête pour l’observer. Alexis devient soucieuse « il lui arrivera rien hein ? »

Visiblement, elle avait eu déjà le pire avec Alastor.. donc il ne pourrait pas arriver le pire... mais le papillon se montre plus doux avec elle. Baladin hocha la tête non il ne lui arrivera rien ne t'en fais pas, personne n'attaque un lieu où réside une licorne... et comme il y en aura deux... je te remercie Petunia de veiller sur elle... Pétunia tourne la tête vers lui brusquement puis tourner de nouveau la tête vers Amal en mode ouais ouais de rien !

Baladin leva les yeux au ciel, elle était bien comme Amalthea tiens... Hmmm... Tu es bien comme elle ... Et ensuite, il reporta son attention sur Alexis. Préparez vous on y vas ~ cette dernière hocha la tête de toute façon elle avait l'air déjà prete. « je suis prête perso... »

Le papillon Baladin reprit son envol et agita ses ailes, bien entendu, le vent était en train de s'élever de plus en plus. Si j'étais vous, je m'accrocherais...

A quoi ?! fini par dire la voix d'Ishanee, ça ce n'est pas mon problèèèèèèèèèèèèème
La tornade les entoura rapidement et d'un mouvement d'ailes tous furent déplacé rapidement bien entendu tout ne se passa pas comme prévu ! Du moins pour eux ! Chacun fut projeté à des endroits différents pour accomplir leurs destins. L'avenir de la licorne était entre leurs mains plus ou moins.



(c) sweet.lips


Alors, comme mentionné dans mon poste du dessus, vous serez finalement éparpillé un peu partout, mais par groupes de deux en fonction de ce que vous avez répondu dans le questionnaire du papillon. Encore et toujours celui-là. Axel et Alexis seront donc prêts d'un village. Ludwig et Skylar se trouveront sur un chemin non loin des caravanes. Et Ishanee et Alastor eux seront mort .. Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn 1880585134 non, je plaisante ! Vous serez dans la forêt des Lilas. Et interdiction de toucher aux licornes !

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn Butterfly

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I have been mortal, and some part of me is mortal yet. [...] I am not like the others now, for no unicorn was ever born who could regret, but I do. I regret.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t87191-les-legendes-ne-meurt http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t87220-les-rps-d-une-licorne En ligne

Axel Oswald



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Axel Oswald


╰☆╮ Avatar : Matthew Gray Gubler

Ѽ Conte(s) : La reine des neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Olaf

✓ Métier : Vendeur de glace
Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn Guerri10

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2150

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Jeu 19 Nov 2020 - 16:08





The Last Unicorn
Sans refaire un « dans les épisodes précédents », Olaf avait attendu que tout le monde arrive au parc … c’était pas qu’il avait grande impatience de sauver son amie mais si … et pourquoi personne ne se dépêcher alors ? Après la Barbie et le soldat, il eu le rabat joie anti calin, l’étrange monsieur pas beau caca prout et enfin une fille avec une licorne. L’étrange monsieur pas beau caca prout avait même oser essayer de faire mal à la bébé licorne. Il ne l’avait vu que trop tard pour être utile, mais il savait déjà quelque chose … le monsieur pas beau caca prout (appelons-le le MPBCP) devait avoir manquer de câlin dans sa vie … Beaucoup même. Il faudra gérer ce problème juste après celui d’Amal. D’abord Amal. Un souci à la fois.

Bon, puis le papillon parla…. Beaucoup. Tiens, il avait pas autant parler avec lui ? Mais aussi il n’avait pas essayer de discuter. On lui a dit viens, il est venu. C’était mieux que césar et son « j’ai vu j’ai compris j’ai vaincu » ou quelque chose comme ça…il faudrait qu’il redemande à son ami gaulois ce qu’il en était.

Mais, c’était toujours pas le moment. Il écouta le papillon donc … et en compris pas un mot … ok… d’accord … trouver machin pour faire chose… Ok OK … et Amal devait rester là … Pardon ? Quoi ? Comment on peut sauver quelqu’un si on ne peux pas l’avoir avec soi … abandonné Amal ne lui plaisait pas du tout. Il avait envie de le dire, et c’était rare qu’Olaf soit contre l’avis d’une autre personne, ou le dise en tout cas, mais il n’eut pas le temps qu’il se fit envoyer voler dans un autre monde… tiens ça lui rappeler une chanson ça … bref.

Quand Olaf ouvrit les yeux, il était au sol. Il ne savait pas si sa camarade s’était autant ramassé la pomme avec cet envol parce qu’elle était déjà debout … ou alors avait il été sonné plus longtemps que juste son clignement de cils comme il l’avait pensé ? Oh qu’importe !

- Où sommes nous ?

Il demandait ça à la jeune femme à ses côtés. Peut être en savait elle plus que ce qu’il ne pensait ? Après tout, ils vont sauver la « dernière licorne » alors qu’elle même elle a une licorne … ce qui aurait tout pour donner une migraine à tout le monde, mais apparement, tout le monde s’en fiche, et Olaf ne comptait pas chercher plus loin alors qu’il avait besoin de sauver son amie. Olaf papillonna des yeux et observa les alentours. Alexis s’était relevé et répondit en l’aidant à se relever aussi. C’était gentil, il l’aimait bien.

- Ben j’en sais rien … ça va, rien de cassé ?
- Rien de casser, je suis protégé, et toi ?

Il montra rapidement son bouclier. Il avait l’impression qu’une chute pareil aurait dû lui faire très mal, mais qu’il avait été protégé grâce à lui. Ou juste, il était à nouveau un bonhomme de neige, mais en essayant de mentalement faire tomber sa tête, il comprit que non.

Derrière eux, il y avait un sentier, et le sentier menait tout droit à un village. Une petite voix d’aventurier lui disait que s’il y a un village, c’est qu’il y a quelque chose à faire dedans. Olaf observa les alentours alors qu’il s’approcha de la jeune femme. La dernière fois qu’il avait été projeté dans un monde SANS qu’on lui demande son avis, il avait perdu Jessie et tous ses camarades et il avait été mis en prison. Alors il n’allait pas faire l’erreur deux fois. Il s’approcha d’elle et sans lui demander son avis encore, il lui prit la main. Il pouvait voir des vaches au loin, qui brouttaient dans un champs. Il observait les champignons qui poussaient sur un tronc d’arbre mais quelque chose le dérange … c’était tout terne. Pas noir et blanc, pas sans couleur … juste désolée. Les champs avaient cette forme de champs pauvres et amoindris qui ne ressemblaient à aucun autre. Il laissa son regard se portait sur le ciel qui semblait ne vouloir que pleurer de la pluie, mais avait laissé un temps de répit à nos nouveaux arrivés. Il y avait un chariot renversé sur le chemin, et Olaf ne voulait pas savoir pourquoi des vautours tournaient en rond au loin.

Alexis avait pris le temps de regarder le bouclier et elle lui avait sourit. Oui c’est un paragraphe en arrière mais le temps de décrire quelque chose ou de le penser n’est pas pareil. Bref. Elle lui répondit.

- Cool ! Oh oui t’inquiète, moi je suis amortie

Elle lui montra ses hanches et ses fesses. Bien sur Olaf ne comprit pas plus. Est ce qu’elle était le genre de personne en mousse… il avait envie de toucher sa joue pour vérifier. Une personne en mousse c’était cool ! Il lui dit d’ailleurs qu’il était content qu’elle ne se soit pas fait mal alors qu’il souriait comme un bien heureux.

- J’ai l’impression qu’on est plus que tous les deux… on devrait peut être s’avancer vers le village, on trouvera peut-être les autres… au fait, tu t’appelles comment ?

Elle lui montra le village de la main et alors qu’ils avaient commencé à marcher la question était venu. Elle s’était présenté, mais forcément elle ne pouvait pas le connaitre lui. Il lui fit un sourire.

- Je m’appelle Axel, mais tu peux m’appeler Olaf, ou Monsieur Glace.

Il n’avait plus peur qu’Elsa sache qui il est, puisque maintenant, elle savait qui il était ..; donc … Il pouvait se présenter autant qu’il le voulait ! Il vit la jeune femme se figer. Olaf pencha adorablement la tête sur le côté

- Olaf ?! Comme le bonhomme de neige ? T’es … le bonhomme de neige??

Il fit un grand sourire. Il aimait bien qu’on le voit comme LE bonhomme de neige. Il fit donc un oui de la tête trop content alors que son sourire était le plus content de la terre.

- C’est moi ! Un câlin ?

Elle avait hoché la tête pour la câlin, alors il ne se priva pas de lui faire. Et pas un petit, non non un gros câlin d’enfant qui fait un câlin et sans aucune honte. Il était juste content qu’on le connaisse. Alors qu’il sourit toujours il sentait qu’il avait encore plus d’énergie … le calin avec Skylar et Ishanee avait été trop rapide pour avoir de l’énergie ! Celui ci l’avait remonté à bloc ! Alors qu’ils allaient marcher à nouveau vers le village, il vit au loin un villageois en train de courir vers eux. Ils avaient des habits troués et assez vieux. Olaf avait presque envie de lui donner les siens… ce qui le fit se rendre compte qu’il n’avait plus sa charlotte sur la tête … et qu'il n'était plus habillé pareil. Le nouveau arrivé avait l’air paniqué. Axel s’approcha de lui.

- Bonjour monsieur, vous avez besoin d’aide ?

La réponse était clairement oui. Et Axel pouvait le voir à la panique dans le regard et dans la respiration de l’homme … mais la formulation pouvait aidé l’homme à se calmer en se disant que, en effet, il pouvait leur demander. Il essaya de reprendre son souffle

- Oui… aidez-moi … elle est là … cette créature du diable… elle … elle a frappé..
- Du diable ?

Il regarda un instant Alexis. Elle ne pouvait pas le savoir, mais Olaf avait déjà eu son lot de « créature du diable » et s’il pouvait éviter de la tuer et essayer de la raisonner ça lui ferait grandement plaisir. Il reprit bien plus motiver

- Où ça ? On peut l’arrêter !

Et il ne pensait pas du tout au fait de la tuer, mais bien de faire en sorte qu’elle s’arrête et qu’elle parte. Alors qu’il continuait à parler, un parchemin apparu d’un coup devant leur yeux. L’homme reprit la parole et Axel tendit le papier à Alexis .. après tout, il avait du mal à lire.

Spoiler:
 

- Elle… elle a attaqué le village… elle est bien trop rapide … avec ses grandes ailes qui nous plonge dans les âbimes… faites attention elle va venir pour vous….

Olaf avait aucune idée de ce que signifier être plongé dans les abîmes … peut être était ce une expression d’ici? Puis comment des ailes peuvent les faire plonger, les ailes ça vole, la plonge c’est avec de l’eau … pas le même élément. Pas logique donc. Il observa Alexis.

- dis … tu veux bien aller t’occuper des villageois, je vais empêcher la vilaine créature de faire des dégâts avec mon bouclier, et … tu viens m’aider si j’arrive pas à l’arrêter.

Il savait ce qu’il demander et il n’aimait pas le demander, mais en gros il demandait à la jeune femme de lui laisser quelques minutes pour essayer de ne pas avoir à tuer l’étrange créature. Ou à lui faire du mal pour la faire partir. Alexis le regarda à la question et répondit

- Euh t’es sûr que ça va aller tout seul ? Ce truck dit quand même que son seul but est la destruction hein … j’ai un peu peur qu’il t’arrive un truc…

Elle grimace sceptique. Ce qu’elle ignorait c’était qu’Olaf préférait largement se faire blesser encore, que de ne pas essayer. Il la regarda droit dans les yeux, et avec de la motivation qui pouvait s’y lire. Il n’avait pu voir qu’un mot du parchemin en le regardant aussi vite.

- Cela dit aussi qu’elle a été enfermé. Comment elle peut ne pas être en colère ? Ou alors déjà avoir tuer plein de monde si elle était enfermé ? Je veux essayer.

Juste essayer. Il savait que ..; s’il n’y arrivait pas, elle finirait dans la liste des personnes qu’il n’avait pas réussi à sauver. Deliora, Lullaby, Le roi des rats, et maintenant une harpie. Il le savait, mais ne pas essayer la ferait tout de même venir dans cette liste. Il lui fit une tête de bébé chat un peu malgré lui, mais c’était important pour lui, très. Plus que tout ce que tout le monde pouvait imaginer. Toujours sceptique, elle dit lentement.

- D’accord …

Elle regarda le village alors qu’Olaf était déjà engouffrer dans ses bras pour la remercier alors qu’elle rajouta.

- Bon, on essaye à ta manière, mais si ça marche pas tu cries surtout et après on fait à MA manière, ok ?
- Oui ! Merci !

Axel eu le droit à sa chance, et il partit pour affronter la créature en courant alors qu’il se sépara de la jeune femme. Il arriva pile à temps pour se jeter sur un enfant avant que des serres n’essaie de l’attraper. Le bouclier en l’air, il demanda au petit de partir vers Alexis le temps de papoter avec le petit oiseau. Olaf avait toujours cette impression quand il voyait les méchants oiseaux … qu’ils ont juste été maltraité. Il se mit à parler alors que la créature le regarder, littéralement, de haut. Pour Olaf, ça ressemblait à un vautour... mais Olaf aimait tous les animaux, même les limaces, il ne pouvait pas l'abandonner.

Spoiler:
 

- S’il te plait ! Nous on te veux pas de mal ! Arrête !
- Comme c’est amusant, aucun mal ? Mais c’est moi qui fait du mal

Elle poussa un cri strident qu’Olaf comprit comme un souvenir. Deliora avait fait un peu le même genre de cri avant de se faire tuer. Il tourna la tête pour essayer de voir Jessie. Il fallait essayer de l’empêcher d’être méchante, sans la tuer.

- Mais pourquoi ? Je ne t’ai rien fait, si tu es en colère ou triste je peux te faire un câlin et oublier tout ça.
- Pourquoi ? Parce que je suis comme ça ! Rien fait mais tu paieras pour les autres … non merci on ne câlin par un être immortel tel que moi… on m’a pris mes soeur et je dois te câliner ? Non… tu seras le prochain sur ma liste.

Donc Olaf avait raison, elle était en colère et triste … elle n’était pas quelqu’un de mauvais pour le plaisir. Elle voulait pas aller parler à Gabriel par hasard ? … ou à Régina. Des gens tristes qui font des choses méchantes parce qu’ils sont tristes il y en a à la pelle à SB. Même Elsa à Arendelle c’était un peu ça … Olaf réfléchit et reposa son regard sur la créature qui semblait le chercher.

- ça me va… Si je prends pour tous, tu les laisses ? Mais laisse moi prévenir mes amis qu’on doit aussi libérer tes soeurs !

N’avait il pas comprit qu’elle parlait de la mort ? Exactement. Est ce que c’était pire ? Oui. Elle volait en rond au dessus de la voix d’Olaf.

- mes soeurs sont mortes, elles ne reviendront plus… je devrais me contenter de toi, alors que peux avoir tout un village !? Mais où es-tu passé ?

Elle le cherchait, et Olaf le comprenait alors qu’il ne faisait pas le moindre mouvement. Il fallait qu’il trouve une solution pour la faire partir du village, sans avoir à la tuer, et qu’ensuite il essaie encore de la faire se calmer.

- Je suis juste là … mais ..; est ce que le village a tuer tes soeur ? Non je ne pense pas, ils ont peur de toi, alors tu devrais les protéger contre les méchants, ils peuvent être des alliés.

Alors qu’il parlait, le rapace fondu sur lui, toutes serres devant. Olaf s’accroupi sous son bouclier alors que les serres l’entoura. Il vit de la fumer sortir de ce contact. L’animal semblait ne pas réellement apprécier le fer et poussa un hurlement … cependant elle ne lâcha pas le bouclier … alors qu’elle essaie de s’envoler … avec Olaf qui ne lâchait pas le bouclier non plus. Oups. Il soupira alors qu’il tenait fermement le bouclier quand il sentit ses pieds ne plus avoir de contact avec le sol. Oups deuxième édition. Devoir appeler Alexis … il n’en avait pas envie, il fit une petit prière au dieu des carottes pour qu’elle ne la fasse que fuir, et il l’appelle.

- ALEXIS ! Je veux bien de ton aide s’il te plait …

Même si ça lui donner un goût de défaite… Il ne voulait pas que l'étrange créature continue d'être mauvaise, il voulait vraiment l'aider...








♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



Smile Everytime
Aujourd'hui est un bon jour... parce que les mauvais jours n'existent pas quand on donne aux autres la bonne humeur ! hela.

It's a Wonderful day !

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82404-je-m-appelle-olaf-et- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82475-les-amis-sont-la-seule-chose-dont-j-ai-besoin-liens-d-olaf http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82477-ou-suis-je-je-l-ignore-mais-j-y-suis-bien-rps-d-olaf En ligne

Skylar T. Andrianamady



« Sois toujours toi-même.
À moins d'être une Licorne ! »


Skylar T. Andrianamady


╰☆╮ Avatar : Jake Gyllenhaal

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le commandant Skipper

✓ Métier : Chef de l'unité d'élite de manchots au sein de l'agence du vent du Nord
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 793

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans : « Sois toujours toi-même.À moins d'être une Licorne ! »


________________________________________ Ven 20 Nov 2020 - 22:37

Operation Saving Unicorn

The last unicorn



Nous finissions par être bientôt tous réunis dans la clairière. Je ne savais pas réellement quel crédit je devrais apporter à mes camarades. Entre le fou de câlin et l’assassin de bébé licorne, il était clair pour moi que je ne me trouvais pas en présence de soldats aguerris au combat. Fort heureusement, Ludwig était avec moi et cela me rassurait grandement. Je savais que dans cette équipe, il y avait au moins une personne à laquelle je pouvais me fier les yeux fermés. Pour les autres ? Eh bien disons que j’attendais le moment où ils me prouveraient qu’ils avaient des carrures de héros de conte de fée.

Ecoutant avec une grande attention les propos du papillon, je ne pus qu’être surpris au moment où nous nous retrouvions tous emportés par une immense tornade. Autant vous dire que j’étais loin de me sentir à mon aise et encore moins lorsque je voyais le monde dans lequel nous avions atterris. Après m’être inquiété de la santé de Ludwig, je m’étais relevé pour m’apercevoir que nous étions seuls. Super ! Ne savait-il pas ce papillon de pacotille qu’une telle quête ne pouvait être menée qu’en combinant les talents de chacun ? Décidemment, il était encore plus pitoyable que je l’imaginais.

Il n’y avait pas que cela qui était étrange. Bien vite, je remarquais que les vêtements que nous portions étaient également très différents. Ludwig avait retrouvé tout le prestige que se devait d’avoir un monarque médiéval. Quant à moi, eh bien disons que je n’étais pas encore habitué aux tenues de cuir et trop moulantes. J’aurais tellement voulu me retrouver habillé en treillis militaire. Je m’y serais senti tellement plus à mon aise. Cela dit, ce n’était pas ce qui me dérangeait le plus. En réalité, j’était bien plus ennuyée à l’idée de ne plus pouvoir compter sur mon arme à feu pour me défendre face à mes adversaires. Tout ce que j’avais en ma possession c’était ce sceptre débile de poupée barbie. Je songeais un instant que cela aurait été un symbole royal parfait pour ce gros bouffon de Julian aussi moche et inutile que lui. Quoique le sceptre pourrait peut-être faire une bonne matraque…

Bref, en regardant autour de nous, nous pouvions constater que nous nous trouvions au milieu d’un cirque déserté. C’est tout du moins ce que l’enseigne « carnaval de minuit de la vielle la fortune » et les animaux fuyants pouvaient nous laisser présager. Esquivant avec peine un chimpanzé, un serpent et un vieux lion, je lançais avec un certain agacement.

"Non mais qu'est-ce que c'est que ce cirque ?"

Me tournant en direction de mon compagnon d’arme, je l’écoutais me donner une réponse qui sur le moment me paraissait assez exacte.

"Quelque chose de grave a dû arriver ... une guerre peut être..."


Je ne l’exprimais alors pas clairement mais dans un sens j’en aurais été plutôt satisfait. Avant de me retrouver dans ce monde, je pensais que nous nous retrouverions dans un monde de Bisounours. Mais il semblait évident à présent que c’était loin d’être le cas. Tant mieux, au moins nous n’aurions pas réellement le temps de nous ennuyer.

Cela dit, quelque chose en moi me faisait penser que ce n’était pas réellement une guerre à laquelle nous nous retrouvions confrontés. Les cages me paraissaient encore en bon état et surtout, je ne voyais pas pourquoi une armée aurait perdu son temps à attaquer un vieux camp moisi alors que cela semblait être la seule chose vivable à l’horizon. Et puis s’il s’agissait d’une bataille où se trouvaient les soldats ? Les animaux venaient à peine de s’échapper de leur cage.

"Les caravanes n'ont pas l'air trop endommagées. Je pense plutôt que quelqu'un les a fait sortir. Mais qui
?"

"Peut-être les habitants des caravanes ... ils ont du fuir quelque chose et ils ont voulu sauver leurs animaux ?"


"Tu as sans doute raison. Mais quoi dans ce cas ?"

Ça me semblait déjà beaucoup plus probable. Mais si c’était le cas, qui pouvait bien se cacher derrière tout ça ? C’est alors que je remarquais qu’une cage semblait être beaucoup plus abimée que les autres.

"La chose qui était là-dedans peut-être ? Ce n'est certainement pas un vieux lion qui aurait pu la mettre dans cet état."


Je finis par m’en approcher et y trouvais des plumes, énormément de plumes. Un oiseau ? Non impossible… aucun oiseau ne pouvait causer autant de dégâts derrière lui. Enfin si ce n’était nous autres pingouins bien naturellement. J’entendis alors Ludwig émettre une supposition intéressante.

"Est ce que ça aurait un rapport avec Amal ? La chose qui aurait chassé les habitants des caravanes serait la même qui aurait capturé les autres licornes ? Ou des sbires ?"


"C'est possible. Le papillon ne nous a certainement pas mené ici pour rien. »

Cela me semblait être une évidence. Si le papillon nous avait séparés en des lieux différents c’était sans doute parce qu’il y avait quelque chose d’intéressant à apprendre d’une part et d’autre de ce monde. Ou alors, deuxième hypothèse hautement probable, le papillon était tellement pété que nous nous étions retrouvés ici par un simple coup du sort. Rabaissant alors la tête, j’aperçus des empreintes de sabots fendus sur le sol.

"Qu'est-ce qui peut être à la fois ailé et avoir le sabot fendu ? Une licorne... tu as une idée. Les bêbêtes mythologique c'est plus ton rayon que le mien."

Il est vrai après tout que le monde dans lequel je vivais moi, même à l’époque du monde des contes, était plus ou moins normal. Alors que celui de Ludwig dépassait de loin tout ce qu’il y avait d’ordinaire dans le monde où nous avions atterris plus d’une trentaine d’année auparavant. L’hypothèse de la licorne me semblait donc être la plus vraisemblable. Ludwig partagea alors mon point de vue.

"Oui c'est une possibilité."

Il s’approcha alors de moi avant de rajouter tout en souriant

"Alors certes... j'en ai vu plus sur toi mais on a des créatures différentes sur la terre du milieu !"


Il fronça ensuite les sourcils, tout à ses réflexions.

"Mais pourquoi fuir la licorne ? Elle est censée être du côté du bien... ou alors ... c’est elle qui a voulu sauver les animaux du danger ? »

J’étais assez d’accord avec l’idée que la licorne avait permis aux autres animaux de s’évader. Après tout, c’était un réflexe assez naturel pour tout animal qui ayant subi un sort semblable de se préoccuper de ses frères et sœurs de misère.

"Peut-être... mais dans ce cas cela voudrait dire qu'il y a un autre danger par ici... ce n'était peut-être pas la seule créature mythologique du cirque ?"

Cela dit, rien ici ne m’offrait le frisson du danger et de l’aventure que j’espérais. En un sens, c’était véritablement décevant. Une nouvelle fois, j’avais l’impression de devoir attendre que quelque chose se passe et je détestais cela.

"J'y comprends rien. Pourquoi nous envoyer dans un lieu désert que les occupants ont fuit... j'ai l'impression qu'on est en train de perdre notre temps."

Je donnais un grand coup dans un petit caillou qui se trouvait sur mon chemin avant d’entendre la réaction de mon ami.

"Gardons en tête ce lieu et essayons de trouver des habitants. Allez viens !"


Il avait raison. Cela ne servait à rien après tout de s’énerver pour si peu. Il commença à quitter les lieux et j’en fis donc de même. C’est alors que nous tombions sur un détail loin d’être anodin. Nous avions en effet trouvé deux cadavres. Une vieille femme particulièrement laide avec un arbre sur la tête et un homme dont l’œil partait en vrille, le visage tout griffé. Même si j’espérais une réponse de la part d’un humain, ce n’était pas d’eux que je pourrais l’espérer. Je décidais alors que lancer une petite pique détendrais un peu l’atmosphère.

"Je te parie que c'est tout sauf une licorne qui leur a fait ça. Il faudra se préparer au pire."


"Hum ... » annonça Ludwig avant de retourner sur le chemin "J'en ai vu des massacres ... et généralement ils ont tous un but... celui qui a fait ça ne l'a pas fait pas hasard. Il voulait quelque chose... peut-être Amal ?"

J’entendis alors un petit rire qui s’élevais aux alentours. Me retournant j’ouvris de grands yeux lorsque je me trouvais face à l’absurdité de la situation. Espérant ne pas être fou, je m’adressais à mon compagnon d’arme.

"Attends est... est-ce que c'est le voyage qui m’a rendu marteau où il est réellement en train de rire ?"


Il ne me répondit pas et je décidais de m’approcher encore de l’objet, Tentant de le saisir j’y renonçait au moment-même où il commença à parler.

"Ahahahahahahah ahhahha elle est parti la licorne vous l'avez manquée ! "


Décidemment, entre le papillon et le cadenas ils en avaient des cassos dans la région. On se serait crus à Madagascar. Je décidais finalement de rentrer dans son jeu. Après tout, on avait plus grand-chose à perdre.

"Qu'est-ce qui s'est passé ici ? Qui les a agressés ?"

"ahah elle les a libéré ! même la harpie ahahah "


Je tournais alors ma tête en direction de Ludwig. Nous avions enfin découvert l’identité de la créature responsable de ce massacre.

"Ca veut dire qu'on a une harpie en liberté ? Est-ce que c'est ça que le papillon voulait... qu'on la pourchasse ?"

"Hum ... Génial... une harpie. Peut-être ... peut-être que si on l apprivoise elle nous servira d'arme ?"

A ce moment-là, mon inquiétude céda sa place à de la surprise. Jamais je n’aurais cru que c’était là la première réflexion qui sortirait de la bouche de mon ami.

"Ouais super je t'avoue que ça a toujours été mon rêve de finir ma vie avec ma tête plantée sur une pic."

J’avais prononcé cette phrase sur un ton moqueur avant de prêter à nouveau plus attention aux propos du cadenas fou.

"haahha la vieille la fortune a choisir sa mort ahahahah... mais le plus amusant c'est vous ahahahvous ne voyez pas les emprunte la licorne ahahah "


"Bien sûr que si on les a vu les empreintes mais elles s'arrêtent sur le chemin", confirma mon ami agacé.

"Regardez mieux elle continue ahha"


Sans ajouter un mot, nous changions de direction pour nous diriger à nouveau vers les cages des animaux. Nous nous lancions alors dans une discussion.

"Tu sais en un sens je suis rassuré. C'est toujours mieux de retrouver une licorne que de chasser une harpie."


"Je ne sais pas... au moins si la harpie meurt on ne sera pas maudit ..."

Je le regardais alors avec inquiétude. Je n’avais jamais beaucoup apprécié les histoires de malédictions.

"Qu'est-ce que tu veux dire par maudit ?"

"Dans les légendes... si l'on tue une licorne ou que l'on assiste à sa mort ... le mal l'emporte. Notre âme devient maudite à jamais..."

Je me refusais à imaginer le pire. Comme d’habitude, je préférais de loin positiver jusqu’au bout plutôt que de me laisser abattre. Cela n’apportait jamais rien de bon de voir le monde de manière si négative.

"Mais il n'est pas question de la tuer. On va la retrouver à temps... On ne va quand même pas faire tout ça pour des queues de crevettes."


"Oui bien sûr il n'est pas question d'échouer ! Je dis ça aussi ou cas ou nous arriverions trop tard..."


"Ne t'inquiète pas... il n'y aura pas de trop tard. Il n'y a jamais de trop tard quand les pingouins sont en action. On est comme la cavalerie... on arrive toujours à temps."

"Hum hum. Pressons le pas. J'ai un mauvais pressentiment sur tout ça..."

Je lui souris alors amicalement, préférant de loin entendre les propos qu’il tenait actuellement. J’hochais alors la tête tout en indiquant les empreintes de la licorne.

"Tu as raison. les empreintes sont bien marquées. Cela ne devrait pas être trop difficile à le faire... tout du moins pas pour le moment."

Certes la route serait longue et semée d’embuche mais j’étais confiant. Je savais que rien ne pouvait nous arrêter maintenant que nous nous trouvions sur la bonne piste. Quoiqu’ils arrive nous réussirions, j’en étais sûr et certain.


luckyred.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

         
Sweet dreams are made of this

WHAT IF : Et si on débarrassait de ces barrières ? Et si on se donnait
le droit de rêver ? Est-ce que j'aurais enfin le courage de t'aimer ?
         

Contenu sponsorisé








Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Saison 8 - Evenement #2 - The Last Unicorn





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les autres mondes :: ➹ Divers Mondes