« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Venez vous divertir et remporter des récompenses avec le jeu de la Saint Patrick ! Jusqu'au 17 mars 2021 !
Le Deal du moment : -59%
Jeu PS5 RIDE 4 à 28,99€ au lieu de ...
Voir le deal
28.99 €
Le Deal du moment :
APOSEN Aspirateur Balai, 4 en 1 (A+++)
Voir le deal
51 €

Partagez
 

 All I want for christmas is... an apocalyptic future !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Skylar T. McMillan



« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Skylar T. McMillan


╰☆╮ Avatar : Jake Gyllenhaal

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le commandant Skipper

✓ Métier : Chef de l'unité d'élite de manchots au sein de l'agence du vent du Nord
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 932

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

All I want for christmas is... an apocalyptic future ! - Page 2 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 4 Jan 2021 - 12:28


Skylar & Kowalski
All I want for christmas is... an apocalypse !


Mon fils était mort. C’était étrange de me dire cela alors que je n’en avais jamais réellement eu. Pourtant, cette réalité enserrait mon cœur dans un étau au fur et à mesure que je me le répétais. Je voyais Joro les larmes aux yeux pleurant la disparition son frère. Bien sûr, ils n’étaient que des projections de ce jeu virtuel stupide, tout comme l’était celle de Kowalski. Je ne me sentais donc pas réellement concerné étant donné que tout ce qui se jouait ici n’aurait aucune influence sur notre présent. Pourtant, je sentais naître une boule se former à l’intérieur de mon estomac alors j’assistais impuissant à cette scène. Il était apparu évident pour moi que Dylan me ressemblait beaucoup. Il portait le nom de son grand-père militaire et j’étais persuadé que cette version de moi du futur n’avait pas cessé de rechercher en lui le jeune officier à la fougue telle que celle que j’avais au même âge. Dans le fond, c’était un peu ma faute s’il était mort ce jour-là. Je n’avais qu’à pas le pousser à me montrer à quel point il pouvait être fort et courageux, digne d’être un fil de général au 4 étoiles. Et là il était mort, tué par des aliens qui n’avait eu aucune pitié à exterminer des enfants. Quelle espèce de monstres !

Le seul pour qui je m’inquiétais réellement en cet instant c’était mon Queue Rayée. Mais l’époux qui était à mes côtés n’était pas mon Julian. Il était à Storybrooke en train de faire du shopping avec Maurice. Et lorsque ce jeu serait terminé, j’étais plus que certain que je le retrouverais en pleine forme, tout heureux de me montrer les dernières trouvailles qu’il avait faite dans son dernier magasin. L’homme que j’avais serré dans mes bras et avec lequel j’avais parlé de notre prochaine petite fille n’était qu’une illusion… et je venais presque à le regretter. J’aurais tellement préféré cette version-ci, au type absolument insupportable qui me servait de petit ami.

J’aurais voulu me diriger vers Kowalski, il semblait avoir complètement oublié d’où nous venions, comme si cette version de l’histoire était la seule que nous n’ayons jamais connue. Je le reconnaissais bien là, mon second drama queen qui en faisait toujours des caisses lorsqu’un drame survenait. Nous étions en cela vraiment très différent. Lorsqu’une situation m’inquiétait, je préférais rentrer dans ma coquille et ne plus laisser aucune émotion parasite embrouillé mon esprit déjà fortement perturbé. C’est pour cela qu’au moment où je tentais de me rapprocher de Kowalski et qu’Astrid arrêta mon geste, je soufflais entre mes dents et levais les yeux au ciel.

« Astrid tu n’es qu’une illusion… comme Joro et tout le reste de la clique. Vous n’êtes que des PNJs de jeux vidéo, alors franchement qu’est-ce que tu peux en savoir ? »

Je regardais alors l’air inquiet de mon fils qui pensais une fois de plus que j’avais totalement perdu l’esprit. J’avais donc agi plus docilement pour reconnaître la légitimité de la tristesse de nos deux enfants qui avaient vu leur famille éclater par cette belle nuit de Noël. Je passais donc une main dans les cheveux de la petite en lui adressant un petit sourire compatissant.

« Bien évidemment que nous allons sauver tonton Julian et ton papa, ma chérie. Il est hors de question que nous restions là les bras ballants. »

Je fus alors très touché par ses propos lorsqu’elle évoqua le fait que Joro et elle iraient au village pour aider les rescaper. Je la reconnaissais bien là, la digne fille de Kowalski et de Sac à puce… même si j’avais du mal à l’admettre. Je me tournais alors vers Joro qui semblait tout aussi déterminé. Comprenant que je risquais également de perdre mon fils dans cette guerre je m’approchais de lui et saisis son visage entre mes mains. Je déposais alors tendrement un baiser sur son front avant de plonger mon regard dans le sien.

« C’est très courageux de votre part. Je suis certain qu’un jour tu deviendra un très grand roi, mon fils. J’en suis persuadé. »

En tout cas le plus grand parmi le roi des lémuriens, ce qui n’était pas très dur à faire compte tenu que le dernier roi en liste n’était autre que Julian. Malgré la fausseté de notre situation, je ne pouvais m’empêcher d’écraser une petite larme au moment où Je relâchais son regard pour suivre la course de Kowalski qui partit en direction de la cave.

Je suivais alors la course folle de Kowalski d’un bout à l’autre de son laboratoire souterrain. Je croisais les bras alors que je regardais en souriant mon frère en train de me présenter des armes et des trucs aussi intéressants les uns que les autres. Peu à peu, je laissais un sourire éclairer mon visage. J’aimais le voir dans cet état-là, il y avait si longtemps que je n’avais plus vu briller une telle hargne guerrière dans ses yeux. Je l’approuvais donc d’un mouvement de tête, heureux de pouvoir le voir prendre de telles initiatives. Je m’accordais à son plan et je rejoignis le salon pour retirer sans aucune honte et aucun honneur les uniformes des aliens. Après tout, il venait littéralement d’assassiner mon fils virtuel, ils ne méritaient donc aucune pitié.

Une fois téléporté dans un petit vaisseau, je laissais Kowalski à ses explications tarabiscotées alors que je regardais ce qui se passait autour de nous. Intériorisant mes pensées, je me mettais en condition de combat aussi bien matériellement que psychiquement. Ce n’est qu’une fois transporté dans le vaisseau, alors que je préférais attendre le bon moment pour les attaquer que je vis Kowalski se jeter au-devant de moi pour assassiner un à un tous les aliens qui se présentaient à lui. Je ne pus alors qu’ouvrir de grands yeux, m’étonnant même de son comportement inversé. D’ordinaire c’était moi qui fonçais comme un gros taré sur l’ennemi avec l’envie de les défoncer alors que Kowalski demeurant à l’arrière me faisait comprendre qu’il valait mieux pour nous de faire preuve de raison. Or là, c’était exactement le contraire qui se produisait. Abattant le dernier alien en vie à l’aide de ma mitrailleuse je ne pus m’empêcher de soupirer.

« Tu crois pas qu’on aurait gagné à faire semblant d’être leur allié plutôt que de les défoncer dès le départ ? Ah c’est sûr que maintenant notre couverture ne sert plus à rien. Tu peux me dire depuis quand t’es devenu encore plus taré que moi ? »


Levant les yeux en l’air, je me dirigeais jusqu’à la cabine pilotage traînant Kowalski derrière moi. Je regardais un instant les cadavres de aliens qui se trouvaient tout autour du vaisseau, prêtant à peine à regard compatissant face à nos ennemis qui s’étaient jurés de démolir la planète. Puis, une fois dans le cockpit du vaisseau, nous dégommions encore les aliens demeurer sur place. Puis, poussant le corps du commandant de sa place, je m’assis quelques instants à sa place et regardais mon frère avec insistance.

« Kowalski, tu peux me dire si ta demande a été entendue et si on se dirige vraiment vers le QG ? »


Recevant alors la confirmation de mon frère, je me mis à mon aise sachant qu’en pilote automatique nous finirions forcément par rejoindre notre destination. Je regardais alors à nouveau mon arme, m’assurant que malgré les quelques résistances que nous avions reçues de la part de l’ennemi, elle était toujours fonctionnelle. Je me fiais pour cela à l’expérience aguerrie en matière de service militaire de mon second, comme je l’avais toujours fait. Je regardais autour de moi voyant que plusieurs vaisseaux effectuaient la même manœuvre que la nôtre. Ils ressemblaient comme deux gouttes d’eau au vaisseau que nous avions emprunté et je comprenais dès lors que ces navettes devaient avoir comme mission spéciale de ramener les terriens récalcitrants jusqu’au QG. Cela signifiait également que Cain et Julian devaient avoir emprunté un vaisseau semblable. Je nourrissais dès lors l’espoir de pouvoir retrouver nos époux à la base comme Kowalski l’avait suggéré.

Le voyage dura quelques heures et je savais qu’une fois arrivés sur place nous n’aurions certainement pas d’autres choix que de nous battre. Malgré tout, je préférais suggérer à Kowalski de reprendre sa bonne idée d’illusions holographiques pour entrer plus discrètement au QG. Eloignant les corps des aliens que nous dissimulions, nous parvenions jusqu’à la base.
Une fois sortis, nous fûmes accueillis d’un air suspect par nos nouveaux compatriotes qui ne prirent pas immédiatement conscience de ce qui se tramait. Par des gestes, nous tentions alors de leur faire comprendre que des terriens nous avaient sauvagement agressés avant d’assassiner les autres aliens. Le sang que nous avions sur notre combinaison fut illusion et ils nous envoyèrent à l’infirmerie. Saisissant l’avant-bras de mon frère, je me penchais à son oreille.

« Pour une fois tu écoutes ce que je te dis et tu essaies de te calmer avant que toute l’armée des aliens nous tombe dessus, c’est clair ? »

Je savais qu’il y avait très peu de chance pour qu’il m’écoute mais je voulais croire qu’à défaut de rester raisonnable, il n’était pas devenu totalement inconscient. C’est alors que l’on entendit un autre vaisseau arrivé. Marchant tranquillement comme si nous faisions partie des aliens, nous finissions par voir débarquer une petite troupe d’humains qui portaient des colliers électriques autour du cou. Certainement un moyen de les rendre plus dociles si jamais l’un d’entre eux venait à se rebeller. Ils étaient dirigés dans différentes directions, allez savoir pourquoi. En tout cas, je finis par deviner la queue de mon Julian et je pointais discrètement mon doigt dans sa direction en continuant de murmurer à mon frère.

« Regarde, ils ont entraîné Julian dans cette direction ! »

Je devinais encore Cain à deux pas derrière le lémurien et vit qu’heureusement il en allait de même pour lui. Ce n’était pas que je tenais spécialement à sauver Cain mais je ne voulais pas prendre le risque de m’éloigner de Kowalski. Ce n’était vraiment pas le moment. Je pointais alors un doigt dans la direction des aliens.

« On va les remplacer et traîner d’autres humains là-bas. Au moins, on saura ce qu’ils comptent leur faire. »


Ce qu’ils comptaient leur faire ? On le sut bien assez tôt puisque prenant sous notre aile un des humains, nous eûmes l’occasion de les voir les traîner en direction de salle de laboratoire où ils étaient torturés et utilisés comme des cobayes de laboratoire. Il fallait à tout prix éviter que nos amours connaissent le même genre de torture. Toutefois, il aurait été imprudent d’agir aussi tôt. C’est pourquoi, nous poursuivions notre route et continuions à les suivre jusqu’à déboucher sur les laboratoires où chacun des cobayes de retrouvaient dans des salles particulières, comme les malades d’un immense hôpital. Nous parvenions alors à nous glisser jusqu’à nos époux et je proposais à Kowalski de les endormir pour me pas attirer l’attention des aliens ennemis.

« Kowalski, tu as quelque chose dans ton arsenal de silencieux et que nous permettrait de passer inaperçu ? »

∞everleigh

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I always be the last one standing

Syndrome du sauveur : Trouble propre à une personne qui se sacrifie en permanence pour veiller à la sécurité des autres sans penser à satisfaire ses propres besoins.
En ligne

E. M. Kowalski



« You shine like radioactivity »


E. M. Kowalski


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La personnification de l'intelligence dans un manchot de l’Antarctique

✓ Métier : Chef de la section ingénierie/informatique de l'Agence du Vent du Nord ▽ Lieutenant du Commando de Madagascar ▽ Physicien
All I want for christmas is... an apocalyptic future ! - Page 2 15392610

☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1074


All I want for christmas is... an apocalyptic future ! - Page 2 _


Actuellement dans : « You shine like radioactivity »


________________________________________ Mar 5 Jan 2021 - 18:48

Kowalski & Skylar

All i want for christmas is ... an apocalyptic futur !

Kowalski serra les dents. Depuis quand Skylar était-il devenu aussi prudent que lui en temps normal ? Il ne le comprenait pas. Il fallait avancer tant qu’ils en avaient la possibilité. Ils n’étaient pas en mission d’infiltration mais de sauvetage ! Néanmoins, il ne préféra rien dire, restant aussi silencieux que d’ordinaire, alors que son esprit hurlait. Alors qu’ils marchaient en direction de l’infirmerie, Skylar lui attrapa le bras pour lui montrer les humains, enchaînés, se retrouvant dispatchés dans différents endroits. Il serra son arme contre lui, étant clairement à deux doigts de l’utiliser, se penchant vers son frère.

“Je te l’avais dis … que les humains serviront d’esclaves.”

Tout lui donnait raison, et pour une fois, il n’était pas content. Il aurait voulu avoir tort, mais ce n’était pas le cas. Skylar remarqua alors Julian et Kowalski sentit une forme de soulagement en voyant Cain. Cependant, cela ne dura que quelques secondes en voyant où les aliens les conduisait. Il entendait les cris, les bruits des scies, du matériel d’expérience. Il les reconnaissait, les utilisant lui-même. D’une certaine manière, son cerveau comprit l'intérêt que cela avait pour les aliens. Le scientifique en lui savait que ce peuple extraterrestre les étudiait, faisant avancer leurs sciences dans ce domaine. Il pouvait les comprendre. Sauf que là où le bas blesse, c’est qu’il n’acceptait pas leur traitement. Ce n’était pas moral. Ce n’était pas bien ! Il reconnaissait que lui aussi pouvait dépasser parfois les bornes de l’éthique, mais jamais il n’avait réduit en esclave toute une espèce. Cela allait contre ses principes de liberté qu’il avait toujours prôné. Il rageait silencieusement, commençant tout de même à s’agiter. Ce n’était pas tant de voir des humains se faire torturer qui le dérangeait, essayant même de réfréner la partie qui était intéressé par voir ça ! Une greffe de tête d’humain sur un corps de chien, qui était vivant ! C’était révolutionnaire de créer des hybrides. Avec ça, on pouvait faire beaucoup de choses, des hommes augmentés avec la puissance animale et l’intelligence humaine. Néanmoins, il n’avait absolument pas envie que cela arrive à Cain, et Julian. Déja parce qu’en vérité, ils étaient une sorte d’hybride. Même lui et Skylar. Ils étaient des animaux. Des animaux magiques transformés en humain. Forcément que les aliens allaient être encore plus intéressés. Ensuite, parce qu’il ne voulait pas qu’on fasse du mal à sa famille. Julian inclus ! Même si parfois il lui tapait sur le système, il estimait que le seul qui pouvait faire des expériences sur sa personne, c’était lui ! Parce qu’il le respecterait. De toute façon, personne n’avait le droit de toucher aux membres qu’il aimait et appréciait. C’était comme ça. Un point non négligeable, qui avait déja été transgressé.

“Non. Pas de silencieux, mais j’ai une idée. Répond par un hochement de tête quand je vais parler.”

Voir Cain, nu, attaché sur une table, se débattant comme il pouvait entre deux électrocutions, mais être prêt à se faire ouvrir comme un vulgaire cadavre à la mort lui retourna l’estomac. Il dut faire appel à tout le sang froid qu’il avait pour ne pas ravager cette salle d’opération. Il prit une tablette, les mains tremblantes en entendant Cain hurler au moment où l’un des aliens rentra un scalpel dans la peau blanche de son torse pour l’ouvrir.

“Attendez ! Celui là n’est pas comme les autres.”

Le ‘chirurgien’ se stoppa, tournant son immonde tête vers lui. Kowalski le regarda dans les yeux, réprimant son envie de les lui crever.

“Il fait parti du pool étrange que l’on a trouvé en Amérique.”
“Oh. Je me disais bien que son scanner était bizarre. Comme celui avec la queue en fourrure.”
“Je me charge de l’amener dans la salle spécifique et lui fera pareil.”


Il pointa Skylar du doigt, qui fixait la table de Julian. Sa ruse marcha car l’alien les laissèrent prendre les tables pour les faire rouler, donnant quelques minutes de répit. Ils empruntèrent un couloir peu bondé et se stoppèrent quelques instants. Kowalski commença alors à détacher les sangles qui maintenait Cain avant de lui prendre le poignet pour le mettre debout.

“J’avais bien dit qu’on ne vous laisserez pas tomber !”

Il l’enlaça dans ses bras, sans penser qu’il avait encore son camouflage. Il était vivant. C’était tout ce qui lui importait. Il poussa un petit cri aigu quand Cain lui donna un coup, brisant ainsi l’illusion.

“K...Kowalski ?!”

Cain avait l’air totalement surpris de le voir là, ce qui en soit n’était pas étonnant. Il eut alors un petit sourire hautain, assez fier, malgré sa tête à faire peur, lui faisant un clin d’oeil.

“Je te le répète, jamais on ne vous laissera tomber ! Si mon intelligence ne peut pas servir à des moments comme ceux-là …!”

Cain se redressa, se tenant le flanc tout en grognant.

'Vous avez des armes ?'
“Oh oui … et justement ...Maintenant, on peut tout faire péter.”


Un sourire totalement machiavélique se dessina sur ses lèvres. La rage qui brûlait en lui allait enfin être libéré, sauf qu’avant, une chose étrange se produisit. Une musique de Noël retentit. Des carillons jouant vive le vent se firent entendre fortement. Kowalski pencha la tête sur le coté, totalement perturbé.

“Vous entendez ?”

Visiblement, Skylar aussi l’entendait à la vue de ses mouvements de tête. Ce temps de déconcentration fut malheureux pour eux car des aliens arrivèrent dans le couloir. N’ayant pas eu le temps de remettre l’illusion, Kowalski gronda férocement.

“Tant pis ! Pas le temps d’aller à la salle de commande. Il faut qu’on aille dans la salle des machines !”

Il utilisa son lance flamme, carbonisant les aliens sans ménagement tout en commençant à courir avec les autres. Il comptait en réalité sur le flair de Cain pour sentir des odeurs de carburants qui auraient pu leur indiquer une piste. Ils tuaient les aliens sur leur chemin mais une sonnerie retentit, en plus de cette agaçante musique de Noël. Forcément, les intrus qu’ils étaient avaient été repérés. Son cerveau avait calculé leurs chances de survie, et malheureusement il y avait beaucoup trop de zéro dans l’équation. Il ne restait plus qu’une seule chose à faire.

“Sachez que … vous êtes ma famille … je vous aime tous les trois. Différemment, mais c’est quand même de l’amour.”

Il ne se laisserait pas mettre en esclavage. Il ne laisserait personne torturer les gens qu’il aimait. Il allait continuer de réfléchir quand un alien tira dans les jambes de Skylar pour le faire s’agenouiller alors qu’il tentait de protéger Julian. S’avançant légèrement, il attrapa la grenade dans sa poche et la dégoupilla en une seconde, la lançant sur le groupe. Les aliens firent ce qu’il avait pensé, ils tirèrent dedans, ne voyant pas le sourire en coin du génie, qui avait reculé tout en saisissant la main de Cain. L’explosion fut radicale. Amplifiée même par les lasers et les autres bombes qu’il avait dans ses poches qui explosèrent à la chaîne. Même s’ils étaient morts, il avait réussi à détruire une immense partie du vaisseau.


~~

Kowalski poussa un hurlement terrifiant en se réveillant. Qu’est ce qui se passait ? Il … il était en train de mourir dans le vaisseau alien. Qu’est ce qui se passait ? Il lui fallut quelques minutes pour se rendre compte qu’il était dans son lit, avec son pyjama, dans ses draps, seul. Son traite de cerveau lui repassa à toute vitesse ce qui s’était passé. Ce n’était pas un simple rêve. Ce n’était pas juste un cauchemar. Il regarda sa main, ayant toujours le tatouage noir. Est ce qu’il était mort ? Réincarné ? Il se leva avant de s'asseoir rapidement, un immense vertige le prenant. Il avait même envie de vomir. Dès qu’il fermait les yeux, il voyait les images de ces dernières 48h défiler. Se relevant, il ne prit même pas la peine de s’habiller, sortant de son appartement pour monter un étage plus haut, tambourinant contre celui de Skylar. Ce dernier ne mit pas longtemps à lui ouvrir, et Kowalski lui sauta dessus pour le serrer dans ses bras.

“Je reste persuadé que ce n’était pas une partie de jeu vidéo.”

Il se décala légèrement avant de le suivre dans le salon. Il leva la tête vers l’horloge. 12h. Ce n’était même pas quand ils avaient débuté la partie.

“Quel jour sommes-nous ?”

Le 23 Décembre. 2h avant. Ils étaient revenus avant de faire cette fameuse partie de laser game. Kowalski commença à faire les cents pas, se grattant la tête, sa nervosité apparente.

“Laisse moi t’exposer ma théorie. Elliot n’est pas n’importe qui. C’est un dieu. Il est le fils de dieux considérés comme puissants dans la mythologie. Même si j’ai toujours dit que pour moi les dieux sont juste des sorciers maîtrisant mieux le sujet que quiconque, l’on sait qu’Elliot n’est pas à son premier coup d’essai. Il a déja envoyé des gens dans des réalités alternatives et même dans des passés différents. Alors pourquoi pas le futur ? Je pense que nous avons juste vu un futur possible. Chaque participant à du voir un futur différent car la réalisation du futur est du à un multitude de choix. Il n’est pas fixe. On peut le faire bouger, évoluer selon nos actions. Certains évènements sont inébranlables mais le reste ….”

Ce qui voulait dire que oui, ce qui s’était passé pouvait arriver demain. Où plutôt dans vingt ans. S’ils ne faisaient rien, la race humaine serait annihilée. Son cerveau commença alors à réfléchir sur des plans, sur des choses qu’il allait pouvoir faire. Il était hors de question qu’il ne meure dans ce vaisseau. Que sa famille meurt parce que l’armée n’avait pas développé d’armes assez puissantes.

“Je … je dois y aller ! On se voit plus tard okay ...”

Clairement, Kowalski était sorti traumatisé de cette expérience et cela allait avoir de grosses répercussions sur son avenir immédiat. Sortant de l’appartement de Skylar, il descendit les étages, courant après à travers les rues décorées pour Noël. Il ne se préoccupa même pas d’être en pyjama, d’être en pantoufle. Il avait autre chose en tête. Il voulait vérifier quelque chose d’important. Il connaissait les rues par cœur et il arriva rapidement, un peu essoufflé devant l’immeuble de Cain. Il appuya comme un forcené sur la sonnette avant de monter les marches quatre par quatre. Quand la porte s’ouvrit devant un Cain étonné par cette visite, Kowalski resta face à lui, son regard bleu le scannant de haut en bas. C’était bien la version ‘jeune’ qu’il avait en face de lui. Les mots que sa version du futur lui avait dit, quand ils avaient discuté la veille du drame lui reviennent en mémoire, l’embrouillant encore plus. Est ce que son lui du futur allait survivre ? L'avait-il tué ? L'avait-il tué sans qu’il ne puisse dire aurevoir une dernière fois à son véritable amour ? Il savait que ce Cain ci ne savait pas mais en même temps, il ne pouvait pas s’empêcher de penser à ce qui s’était passé. Il ne pouvait faire la dissociation, il n’y arrivait pas, c’était bien trop compliqué émotionnellement pour lui. Il sentait d’ailleurs une immense crise arriver, maintenant que “tout allait bien”.

“Je … je suis tellement désolé …”

Tout son corps tremblait et il avait même du mal à respirer, faisant une belle imitation d’un poisson hors de l’eau.

“Kowalski … Calme toi. Respire … Voila !”

Il essayait d’imiter Cain, prenant quelques petites goulées d’air avant de le suivre, comme un robot pour s'asseoir sur son canapé. Il continua de suivre ses mouvements pour respirer.

“Kowalski calme toi. Tout va bien. Rien ne va t'arriver ici.”

Il le regarda aller chercher une bouteille d’eau et il ne dit rien quand il plaça une couverture sur ses jambes. Quand Cain s’assit à ses cotés, Kowalski s’approcha pour soulever son t-shirt tout en secouant la tête.

“Je sais. C’est déja arrivé. Ça c’est déja produit …”

Non ! Il disait des bêtises. Justement, ça n’était pas encore arrivé. Pour preuve, le torse de Cain n’avait aucune cicatrice et puis surtout, il était vivant.

"Non ... non en réalité ça ne s'est pas encore produit ... mais ça se produira si je n'agis pas maintenant."

Bien entendu, Cain était totalement surpris, ne comprenant pas le baragouin d’un Kowalski totalement perdu. Il prit sa main dans la sienne, essayant de l’apaiser de sa voix grave, sans réel succès.

“Kowalski. Calme toi. Explique moi. Qu'est ce qu'il s'est passé ?”
“Non … je … ne peux pas te dire … tout … sinon le futur sera …”


S’il lui disait, il pourrait modifier entièrement le futur. Alors certes, il serait vivant, et c’était ça qui lui importait le plus mais est ce qu’il aurait cette famille si aimante qu’il avait vu ? Il voulait ça. Tout avait été parfait sans l’intervention des aliens. Le Cain du futur savait qu’à cette période, ils n’étaient pas encore ensemble, ce qui voulait dire qu’il ne devait rien lui dire, qu’il ne devait pas précipiter les choses, rien dévoiler. Il se mordit la lèvre inférieure jusqu’au sang, serrant la main de Cain dans la sienne.

“Je … c’est … mort. Tous. La race humaine va être annihilée. Dans vingt ans exactement.”

Il se prit alors la tête dans ses mains, laissant couler les sanglots qu’il retenait en pensant à Alexander, à Astrid, à Dylan, à Joro, et même à Julian. Cain étai, lui, totalement perplexe en l’entendant dire mais il ne rajouta rien, passant juste sa main dans son dos au bout de quelques minutes.

“Kowalski. Tout va bien. Ici, tout va bien. Calme toi. Je comprends que tu sois angoissé, mais tu es en sécurité ici, d'accord ?”

Ravalant les larmes qui ne voulaient pas s’arrêter, il se redressa, essuyant ses yeux avec la manche de son pyjama, secouant la tête de négation tout en se levant.

“Ici oui mais pas après ! Je … il faut que j’empêche ça ! Je ne laisserai pas mon fils se faire tuer devant mes yeux une deuxième fois ! Je m’interdis d’avoir recours une seconde fois à nous sacrifier pour les éliminer … Je vais commencer dès maintenant !”

Enlevant la couverture, qu’il ne put s’empêcher de plier, il attrapa la bouteille d’eau avant de tourner les talons pour partir. Or ce n’était pas au goût de Cain, qui l’arrêta, lui attrapant le poignet avant de le retourner et de poser ses deux mains sur ses épaules.

“Kowalski ! Arrêtes. Je... Ne comprends rien du tout. Qu'est ce qui se passe ? Qu'est ce qu'il t'arrives ? Tu as... Voyager dans le temps ?”

Kowalski déglutit, le fixant alors dans les yeux, avec une rare intensité tandis que Cain continuait de parler.

“... Pourquoi ? Dans quel but ? Pourquoi tu es venu ici ? Est ce que... Comment tu as fais pour... Voyager dans le futur ?”

Il ne savait pas quoi faire. Pas quoi dire. Tout était embrouillé dans sa tête.

“Kowalski. Quoi que tu aies vu, ce n'est pas le présent. Calme toi. Ici tout va bien. D'accord ? Je veux que tu te calmes.”
“Je …”


Bien sur, une part de lui-même trouvait son comportement affreusement ridicule, même si pour l’instant il n’avait pas accès à cette partie de son cerveau. Le stress qu’il avait subi était si fort, qu’il mettrait certainement des jours avant de revenir à un niveau normal. Il poussa cependant un grand soupir, essayant un tout petit peu de reprendre contenance, la voix de Cain agissant sur lui.

“Ce n’était pas prévu. On devait juste faire une partie de laser game avec Skylar offerte par la mairie mais … on a atterrit vingt ans plus tard. Skylar est persuadé que c’est un jeu, moi non. Je pense que l’on a eu une vision de l’un des futurs alternatifs possibles. Tout était bien trop précis pour que ça soit un jeu. Surtout que c’est celui d’Elliot. Néanmoins, il y a des choses … hum … dans ce futur qui était bien …. mais que je ne peux pas te dire. J’ai envie qu’il se réalise et pas que parce que j’ai gagné plusieurs prix scientifiques prestigieux. Mais d’un autre coté, je ne veux pas que vous mourriez. C’est tout. C’est pour ça que je dois me mettre au travail.”

Il devait trouver un compromis en disant ce que Cain voulait savoir sans trop lui dévoiler de chose, même si ...il remarqua que le regard de Cain changea légèrement, il était plus gris que d’ordinaire, plus perçant aussi;

“Euh … je suis venu … parce qu’il fallait que je vérifie que tu sois toi. Ce qui est bien le cas. Ayant switcher moi même avec mon moi du futur, je voulais voir si c’était toi ou le Cain du futur qui serait là. Où cas où. Parce qu’il est quand même beaucoup plus perspicace que toi me concernant.”
D'accord. Tu veux nous sauvez d'une apocalypse, okay. J'ai compris. Mais ce futur, il était lointain, non ? Ça peut peut être attendre juste... Juste que tu arrêtes de trembler, tu ne penses pas ?


Il lui désigna sa main qui tremblait. Oui, certes, il avait raison, mais d’un autre coté, valait mieux battre le fer tant qu’il était chaud. Il avait vu les points faibles des aliens, il ne fallait pas qu’il l’oublie. Bon il n’oublierait pas grâce à sa mémoire mais on ne pouvait pas savoir !

“Le Cain du futur doit te connaître depuis plus longtemps.”

Sa voix était calme, contrairement à celle de son interlocuteur. Celui ci aurait pu comprendre qu’il y avait même une pointe de joie, de savoir qu’il était dans son futur mais si déja en temps normal, Kowalski avait du mal à saisir toutes les palettes de ton, là c’était foutu.

“Oui. 37 ans pour être exact, plus les 19 ans d’intimité profonde .C’est sur que ça aide à décrypter les attitudes. Même pour moi !”

Au moment où Kowalski entendit les mots qu’il avait balancés, il se rendit compte qu’il en avait trop dit. Il ferma les yeux, plisant tout son visage avant de reculer. Balbutiant en rougissant.

“Je … je vais aller me reposer hein … t’as raison ça peut attendre …”

Heureusement pour lui, il remarqua que Cain eut un total bug, le fixant, encore plus étonné que quand il avait débarqué. Il en profita alors pour partir, comme un voleur, courant dans les escaliers. Il comprit que Cain était sorti de son étonnement quand il l’entendit hurler de sa voix puissante son prénom qu’il détestait tant, suivit de son deuxième prénom et de son nom de famille. Oh non, il n’allait pas rester là à devoir des explications. Ce n’était pas prévu. Ce n’était pas le plan. Il laissa alors ses pantoufles dans une grimace. Tant pis. C’était urgent. Il connaissait la vitesse de Cain. Il savait qu’il le rattraperait en moins de quatre minutes. Il n’avait jamais gagné une course contre lui. Forcément, entre un pingouin et un loup. Cependant, il avait l’avantage d’avoir son cerveau et de connaître les raccourcies qui lui ferait gagner du temps. De plus, il n’allait pas aller chez lui, il n’avait pas envie d’affronter Skylar, quoi que ce dernier fusse occupé avec Julian. Il prit ainsi la direction de chez Akihiro, bifurquant par des chemins dont il savait que Cain ne le soupçonnerait pas d’avoir pris. Un jour il comprendrait, qu’au final il avait fait ça pour son bien. Pour leur bien à eux.


code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85185-si-l-avion-est http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey#1189606 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85526-cutie_genius#1203109
 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

All I want for christmas is... an apocalyptic future !





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville