« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Partagez
 

 Just another day in paradise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Marinette Dupain-Cheng
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Marinette Dupain-Cheng

| Avatar : Lee Ji Eun (IU)

Just another day in paradise Ls50
Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps.

Just another day in paradise Original
Ranges tes griffes mon minou, je crois que j'ai une idée.


| Conte : Miraculous Ladubug: les aventures de Ladybug et Chat Noir
| Dans le monde des contes, je suis : : Ladybug

Just another day in paradise M1ah

| Cadavres : 133



Just another day in paradise _



________________________________________ 2020-11-30, 19:36

Just another day in paradise



Le mois de décembre venait de débuter, cela faisait déjà six mois qu'Adrien avait disparu de la circulation. Marinette avait cru l'apercevoir une fois ou deux arpentant les rues de Storybrooke sous forme de Chat Noir. Elle avait tenté de le contacter via son yo-yo lorsqu'elle était sous Ladybug, mais il ne lui avait jamais répondu. Depuis, elle n'avait pas retenté, n'ayant eu nullement besoin de se retransformer puisque le Papillon lui même faisait silence radio.

Marinette se sentait coupable de la situation dans laquelle ils étaient. Elle avait l'impression que toute cette histoire était partie de sa faute. Que tout avait débuté lorsqu'elle avait elle-même décidé de s'enfuir de la ville après le meurtre qu'elle avait commis sur Maître Fu. Elle aussi avait quitté l'horizon de ses proches sans un mot. Et maintenant qu'elle était à leur place, elle comprenait à quel point son choix avait été égoïste et douloureux. Surtout que personnes ne savait à ce moment là qui elle était. Personne à part Adrien, avait découvert qu'elle était Ladybug. A son retour, Alya lui avait avoué qu'elle avait compris par son absence subite et celle de l'héroïne que les deux filles étaient liées. Cette fois-ci, l'asiatique n'avait même pas cherché à caché quoi que ce soit. Après tout, son plus grand ennemi avait appris son identité. Désormais, il pouvait venir chercher les bijoux et Tikki comme il le souhaitait. Les trois protagonistes après des années à se courir après, avaient finalement fait tomber leurs masques dans une sordide soirée qu'elle avait bêtement pris comme un nouveau départ. Quelle grave erreur. Elle n'avait fait qu'empirer la situation comme simple dommage collatéral. Tikki voyait le bon côté des choses, celui lui avait permis de redevenir l'espace d'une soirée, la super héroïne qu'elle avait été. Mais à quoi bon lorsque tout cessa dès le lendemain. Finalement, aucuns problèmes n'avaient pu être réglé. Et la seule personne avec qui elle aurait aimé le faire était Adrien... son Chat Noir.

Comment pouvait-elle lui en vouloir quand le blond qu'elle avait toujours aimé avait été trahi par sa propre famille et par la même occasion par son amie. Marinette n'avait rien fait pour arranger la situation, elle n'avait qu'accentuer le mal être du jeune homme en le repoussant. Elle savait le mal qu'elle avait commis et pourtant, son coeur était toujours meurtri. Elle avait toujours la sensation que ce n'était pas elle qu'il aimait malgré ses mots. Qu'il ne s'intéressait à elle que par l'image qu'elle renvoyait lorsqu'elle portait le costume. Malgré ses propres paroles, elle l'aimait toujours et rêvait encore de lui crier mais tout ça n'était désormais plus possible. Comment aurait-elle le courage de lui annoncer après tout ce qu'elle avait fait ? Comment pouvait-elle être sûre de ce qu'il ressentait ? Elle avait encore temps de questions dans son esprit et elle voulait tant lui partager mais... le jeune homme n'était plus là. Marinette avait disparu durant deux mois mais elle était revenue pour sa famille. Adrien l'était depuis six mois, comptait-il revenir un jour alors qu'il n'avait plus d'attache ici ?

Nostalgique, la jeune femme monta sur le balcon de sa chambre. C'était ici qu'elle se donnait rendez-vous avec Chat Noir lorsqu'elle ne savait pas encore qui il était. Elle avait confié mainte et mainte secrets qu'elle n'avait même pas osé énoncer à sa meilleure amie. Doux et prévenant comme à son habitude, il l'écoutait sans l'interrompre et lui remontait ensuite le moral avec l'une de ses mauvaises blagues. Cela marchait toujours pour lui redonner les morals. Pourtant, elle s'était sentie plusieurs fois gênés de blesser ce même ami quant il se confier sur son amour pour la Lady. Depuis le début, ils jouaient au chat et à la souris, pensant qu'ils ne pourraient jamais atteindre le coeur de l'autre alors qu'en réalité ils n'aimaient que l'ombre de ce qu'était l'autre. Chat Noir aimait Ladybug pour sa bravoure et son assurance, Marinette aimait Adrien parce qu'il était le jeune homme parfait. Finalement, ils n'avaient toujours aimé qu'une pâle copie d'eux même.

L'étudiante soupira, ce n'était pourtant pas dans ses habitudes de laisser tomber son optimisme. Elle aimerait retrouver cette joie de vivre qu'elle avait avant. Avant que tout ça n'arrive. Mais au fond d'elle, elle savait pertinemment qu'elle ne serait plus comme avant. Quelque chose s'était brisé en elle et elle ne pourrait plus jamais le retrouver.

C'est alors que du coup de l'oeil, elle l'aperçut, cette silhouette noire qui avait toujours veillé sur elle. Mais à peine put elle crier son nom, qu'elle disparu dans l'obscurité de la nuit. Un élan emporta le coeur de la jeune fille. Si ce n'était pas un signe de ciel alors qu'était-ce ? Elle ne pouvait pas le laisser partir.

- TIKKI ! Cria-t-elle à travers la fenêtre de sa chambre.
- J'arrive Marinette, que ce passe-t-il ?
- Je l'ai vu Tikki ! Chat Noir était là, je dois me transformer avant de perdre sa trace !
- Allons y ! Trépigna la petite coccinelle.
- Tikki ! Transforme moi !

Aussitôt la formule récité, son pyjama laissa place à son habituelle tenue de rouge et de noir, un masque se plaça sur son visage et elle saisit son yo-yo afin de s'élancer dans la nuit à la poursuite de l'homme qu'elle avait toujours aimé.

Courant de toit en toit, elle le retrouva bientôt, placé sur un toit, pratiquement certains qu'elle ne l'avait pas suivi. Alors, elle l'appela mais l'effet ne fut pas escompté. Surpris, il reprit sa route à travers toit, il avait de l'avance sur elle, mais elle ne comptait certainement pas le perdre. Pas ce soir. Pas encore.

- Chat Noir ! Hurla-t-elle dans le vide alors qu'il tournait à l'angle d'une rue.

Cela n'arrêta pas l'ancienne gymnaste, aussi souple que le chat, elle bifurqua à l'angle et passa de toit escarpé en toit escarpé. Elle évita plusieurs cheminées sur le chemin et lorsqu'elle se sentit suffisamment proche de lui, elle s'élança. Dans un bruit sourd, elle percuta son corps musclé et ils s'écroulèrent sur les tuiles, décrochant certaines sous le choc. Ils roulèrent ensemble lourdement jusqu'au bord du toit où, d'un réflexe animal, Adrien s'accrocha à la gouttière et rattrapa sa Lady avant un saut de l'ange. Difficilement et essoufflé face à leur course poursuite dans tout Storybrooke, ils remontèrent sur le toit en mauvais état. Un instant, ils se regardèrent dans le blanc des yeux sans rien dire, n'écoutant que leurs propres souffles. Ce fut Marinette qui coupa le silence qui s'était installé.

- Je suis si heureuse de te revoir Chat Noir. Elle déclara cela en posant délicatement sa main sur la joue du héros.

Oui, elle pouvait le dire, elle était heureuse, il était sain et sauf. Il était avec elle.



Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

Just another day in paradise 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

Just another day in paradise 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

Just another day in paradise 201223091400619077

| Cadavres : 295



Just another day in paradise _



________________________________________ 2020-12-01, 18:31


Knockin' On Heaven's Door.
Mama take this badge from me
I can't use it anymore
It's getting dark too dark to see
Feels like I'm knockin' on heaven's door


Six mois, cela faisait six mois que sa vie se résumait à de la fuite. Il n'allait plus en cours, il ne rentrait plus chez lui, il ne donnait plus de nouvelles. Adrien se contentait de vivre au jour le jour. Il logeait chez sa meilleure amie et se demandait parfois si elle n'en avait pas marre de lui. Six mois, c'était long et pourtant Aisha ne lui disait rien. Elle se contentait de vivre sa vie normalement avec maintenant un colocataire en plus. Il dormait sur le canapé, il faisait les tâches ménagères et quand elle partait travailler, lui se transformait en Chat Noir afin de combattre le crime en costume. De toute façon, il ne pouvait plus rien faire sans masque. Il se sentait obligé de cacher son visage, de s'occuper des autres pour oublier sa douleur. Adrien n'en pouvait plus, il voulait juste oublier ce poids qu'il avait sur la poitrine, effacer tous les souvenirs qu'il avait eut de cette soirée de Mai. Six mois déjà et il n'arrivait toujours pas à digérer tout ce qu'il avait appris sur son père, sur sa famille. Il était passé par tellement de sentiments pendant ces six mois. Plus souvent la colère et l'envie de détruire tout ce qu'il y avait sur sa route, de cracher encore une fois sa haine sur son père. Adrien s'était sentie coupable aussi, tellement que certains soir, il s'asseyait sur le toit qui se trouvait en face du manoir Agreste veillant discrètement sur son ancienne demeure et sur la personne qui résidait à l'intérieur. Il avait encore du mal à parler de cette histoire. Mettre des mots dessus restait difficile pour lui. Comment expliquer une telle histoire ? Heureusement pour lui, Ash ne posait pas de question. Elle savait quand Adrien n'avait pas envie de parler et elle ne forçait pas la main.

Il aimerait retourné voir ses amis, s'expliquer auprès de Nino mais malgré tout ce temps passé. Adrien n'arrivait toujours pas à mentir ou mettre ce masque qu'il avait l'habitude de mettre. Adrien Agreste n'était qu'un pur mensonge après tout. Comme la prétendue mort de sa mère. Comme beaucoup de chose dans sa vie. Parfois, il aurait juste aimé ignorer les magouilles de son père. Il serait sûrement en train de décorer le sapin du manoir en compagnie de son garde du corps et de son père. Tout ce qu'il avait reconstruit avec lui en quelques années, c'était détruit en quelques mois. Maintenant le voilà en train de sauter de toit en toit, errant comme une âme en peine. Sans but, sans objectif. Juste sauter de toit en toit. Puis il s'arrêta devant un toit qui lui était familier, un toit qu'il surveillait tous les soirs dans la pénombre. Rien de bien méchant, tous les soirs il attendait simplement que la lumière de la chambre de Marinette soit éteinte pour continuer son trajet dans la ville. A son arrivé ce soir, la lumière était encore allumé. Il allait pourvoir s'asseoir un peu au bord du toit d'en face, attendant sagement que Mari aille se coucher pour disparaître dans la nuit.

Chat Noir prit place silencieusement avant de pousser un petit soupir alors qu'il se frottait rapidement les bras. Il faisait très froid ce soir. Normal, décembre venait de commencer et la neige était déjà au rendez-vous. Ce n'était pas de la grosse neige, juste quelque flocons mais de quoi faire un peu sourire notre matou. Adrien fixait le ciel et quand il reposa son regard sur le balcon de Marinette, il croisa le regard de la jeune femme. Elle l'avait vu... Une seule pensée traversa son esprit : fuir. Il s'élança donc dans une fuite assez impressionnante. Grâce à son bâton, il passait au dessus des cheminées, il contournait des bâtiments. Il voulait à tout prix fuir Marinette, fuir les explications, fuir ses responsabilités mais la coccinelle avait réussie à le retrouver. Elle avait toujours été la plus rapide pour ça.

Elle se jeta contre Chat Noir et sous la surprise, il tomba sur les tuiles d'un toit lambda. Les deux roulèrent sur ce dernier et manquèrent de tomber. Heureusement Chat Noir avait de bon réflexe. Il s'était rattrapé et avait rattrapé la jeune femme. Et maintenant ? Les deux partenaires remontèrent sur le toit comme si de rien été et reprirent difficilement leur souffle. Adrien espérait vraiment que Marinette n'entame pas une conversation. Il voulait juste disparaître sans laisser de trace, encore une fois. Malheureusement la coccinelle s'avança et prit la parole. Elle posa même sa main sur la joue de Chat Noir. Heureuse ? Le pensait-elle vraiment ?

Il resta silencieux, fixant la jeune femme avant de détourner le regard. Il n'osait pas la regarder. Comment pouvait-il se tenir encore en face d'elle alors qu'il savait pertinemment que l'homme qui avait tué Maître Fu était son père. Que l'homme qui faisait de leur vie un enfer était son père. Il crispa sa mâchoire avant de reculer de quelques pas tout en secouant négativement la tête.

« Tu devrais rentrer chez toi, Ladybug. Il fait froid. »

Ce n'était pas bien de l'éviter de cette façon il le savait. Ça lui faisait mal parce qu'il était vraiment heureux de la revoir et de savoir qu'elle ne lui en voulait pas mais... devait-il vraiment retourner auprès d'elle ? Avait-il le droit de faire ça ? Une moue se dessina sur son visage alors qu'il finit par tourner le dos à la jeune femme. En faisant ça, il voulait que la coccinelle en profite pour partir. Se servir de son yo-yo pour se volatiliser. Chat Noir lui laissait le temps pour disparaître et quand il se retournerait, elle ne serait plus là. Sa lèvre inférieure tremblait et non à cause du froid. Toute cette peine, cette douleur, cette solitude qu'il avait emmagasiné était en train de refaire surface. Il ne voulait pas qu'elle parte. Mais il n'avait pas le choix. Le chat attendit alors plusieurs secondes que sa partenaire disparaisse mais elle ne le fit pas. Il sentit les bras fin de sa coccinelle s'enrouler autour de son torse et sa tête se poser délicatement sur son dos tremblant.

Ne pas craquer, ne pas se montrer faible. Chat Noir devait rester fort, il devait prouver que pendant ces six mois il avait appris à prendre le dessus sur tout ça. Pourtant, il n'eut pu s'empêcher de s'accrocher aux bras de la jeune femme, comme si il avait peur de s'effondrer par terre. Il mordit violemment l'intérieur de sa joue, à un tel point qu'il sentit le goût du fer dans sa bouche. Adrien crispa un maximum son visage essayant de toutes ses forces de ne pas craquer dans les bras de celle qu'il aimait. Mais son corps tremblait à cause du froid, à cause de la douleur. Et son cœur battait la chamade à cause du contact qu'il avait avec Ladybug. Ses yeux piquaient menaçant à chaque instants de pleurer. Et sa gorge... Une seconde de plus dans les bras de Marinette et elle allait finir par exploser. Chat Noir ne bougeait plus, pétrifié. Il avait peur de tout gâcher, de dire quelque chose qu'il ne fallait pas et pourtant il craque. Malgré tous ses efforts, il craqua.

Ses épaules se mirent à bouger alors qu'il plongea directement son visage dans ses griffes. La faible neige venait se loger sur sa tenue mais cela n'avait plus d'importance. Il pleurait en silence sur un des toits de Storybrooke, en compagnie de son amie, de sa partenaire, de celle qu'il aimait. Ses larmes déferlaient, toutes ses larmes qu'il avait retenu pendant six mois, pendant des années depuis la mort de sa mère. Chat Noir se laissa tomber sur le toit mais à aucun moment Marinette ne l'avait lâché. Et il pleurait, encore et encore jusqu'à ce que son corps ne puisse plus produire de larmes. Plusieurs minutes s'étaient écoulés et Ladybug était toujours accroché à lui, caressant délicatement son dos pour lui prouver qu'elle était là et qu'elle resterait là. Adrien se décolla doucement du corps de la coccinelle honteux et sécha ses joues humides avant de renifler. Ses oreilles restèrent baissés mais au moins, il ne pleurait plus.

« Pardon. »

Ce fût dans un premier temps le seul mot qui sortit de sa bouche. Que pouvait-il dire de plus ? Et dans quel ordre surtout ? Un petit sourire s'afficha sur son visage quand il réalisa la positon dans laquelle ils étaient. Les deux étaient assis sur le toit. Les jambes de Chat Noir était enroulé autour de la taille de Ladybug et inversement. Ses bras étaient posés sur les épaules de la jeune femme. C'était une position étrange mais il resta comme ça.

« J'ai juste besoin de temps. Ça fait beaucoup de choses à digérer. Je dois prendre des décisions et j'aimerai que ça te blesse le moins possible. Ce n'est pas ton histoire ou ton problème. Tu n'as rien demandé de tout ça. Tu n'as pas tué Maître Fu... Mon père l'a fait. C'est lui qui s'en ait prit à ses innocents et qui... a joué avec ma mère. »

Sa voix tremblait mais cela ne l'empêcha pas de prendre un air sérieux en regardant sa partenaire dans les yeux.

« Je dois m'éloigner pour te protéger. Pour protéger nos amis. Je dois régler mes soucis avant de revenir te voir, Marinette. Parce que je t'aime et je ne veux pas que tout te retombe dessus. Tu comprends ? » Il posa délicatement sa main sur la joue de la jeune femme avant d'encrer ses yeux de félin dans les siens. « Je t'aime. »



Marinette Dupain-Cheng
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Marinette Dupain-Cheng

| Avatar : Lee Ji Eun (IU)

Just another day in paradise Ls50
Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps.

Just another day in paradise Original
Ranges tes griffes mon minou, je crois que j'ai une idée.


| Conte : Miraculous Ladubug: les aventures de Ladybug et Chat Noir
| Dans le monde des contes, je suis : : Ladybug

Just another day in paradise M1ah

| Cadavres : 133



Just another day in paradise _



________________________________________ 2020-12-14, 21:04

Just another day in paradise



Découvrir son Chat Noir habituellement joyeux et taquin si froid lui serra le coeur. Le garçon qu'elle avait connu avait disparu. A vrai dire, elle avait l'impression que ceux qu'ils étaient tout le deux avait cessé. Ils n'étaient plus les simples enfants d'un collège parisien. Ils n'étaient plus simplement les héros qui vainquait les akumas. Ils étaient devenus autres choses. Ils avaient perdu leurs couleurs et les désirs. Ils avaient perdu cette foi qu'ils avaient envers et contre tout. Oui, les Ladybug et Chat Noir d'aujourd'hui n'étaient plus l'ombre que ce qu'ils avaient été hier. Pourtant au fond d'elle, Marinette avait envie de croire que tout n'était pas perdu. Qu'ils retrouveraient leur complicité au delà de leur innocence qui s'était envolée. Les révélations et les pertes étaient trop grandes pour redevenir ces enfants, mais il y avait toujours l'espoir de devenir autre.

Il y a quelques mois, Marinette aurait été la première à ne pas croire à ses mots. Comme toujours, ils jouaient au jeu du chat et de la souris. Quand l'un allait bien et voulait soutenir, l'autre se refermait et inversement. Finalement, même s'ils connaissaient désormais leur véritable identité. Ils ne cessaient de se courir vainement après. Mais dans quel but ? Est-ce que l'amour qu'ils avaient pu éprouver à un moment de leur vie était encore là ? Chacun avait aimé la façade de l'autre. Qui avaient-ils réellement aimé ? N'était-ce que l'image d'eux même ou ceux qu'ils étaient vraiment ? Après avoir retourné cette question des centaines de fois dans son esprit, l'asiatique n'en avait jamais trouvé la réponse. Pour elle, les réponses ne pourraient se trouver qu'ensemble. Elle voulait encore croire à un "nous" alors que le "tu" prédominais. Chacun s'éloignait pour protéger l'autre, mais se protégeaient-ils vraiment ou se brisaient-ils encore plus ?

Ladybug observa le dos tourné d'Adrien. Il ne voulait pas la voir mais pourtant, il restait là, devant elle. Cela signifiait-il qu'il restait une chance pour eux de recoller les morceaux ? Sans doute, en tout cas, elle devait saisir cette opportunité. Qui sait, peut être se déciderait-il à son tour de quitter la ville et dans ce cas, elle n'aurait plus l'occasion de le retrouver. Tout ses secrets, toutes ses peines, tout devait se délier ce soir. C'était peut être leur unique moment pour rattraper tout ce qui s'était brisé des mois plus tôt.

Pourtant lorsqu'elle voulut prendre la parole, les mots ne sortirent pas. Elle sursauta même sous le contact des griffes du héros. Lui aussi devait se poser les mêmes questions. Lui aussi tremblait, était-ce à cause du froid ? Ou son coeur cherchait-il à contenir sa peine ?

Alors, sans rien dire, Marinette resta là, dans ses bras, ne cherchant même pas à bouger de peur qu'il ne veuille fuir définitivement. Comme si, elle cherchait à rassurer un chat sauvage, elle le laissa faire et détendit ses muscles. Même si le visage du jeune homme était baissé, celui de la jeune fille souriait. Même si les mots lui manquait, elle voulait qu'il comprenne ce qu'elle ressentait pour lui. Ce qu'elle avait sans doute toujours ressenti sans s'en rendre vraiment compte.

Mais bien avant que toutes paroles viennent briser le silence hivernale qui s'était installé, Adrien se mit à pleurer. Désemparée, elle tendit la main dans l'espoir de le consoler mais se ravisa. Peut-être que ce n'était pas le moment. Elle l'avait poursuivi de façon égoïste. Elle avait voulu recoller les morceaux, mais ce qu'elle ne comprenait pas, c'est que le garçon n'avait pas été brisé que par elle... mais aussi par son propre père. Le garçon n'avait jamais été très entouré avant son entrée en troisième et voilà que les seuls personnes qu'il avait toujours connu l'avaient abandonné et trahie. Comment n'avait-elle pas pu penser qu'une telle blessure ne se refermerait pas si facilement ? Qu'espérait-elle en venant à sa poursuite ? Qu'un simple réconfort allait tout arrangeait ? Elle devait se leurrer. Etait-elle même capable d'être la personne qui l'épaulerait alors qu'elle arrivait à peine à porter ses propres péchés ?

Cependant, au bout de longues minutes, Ladybug n'en pouvait plus. Elle avait besoin de le toucher à son tour, de le sentir contre elle. Alors, elle l'enlaça, délicatement, de peur qu'un simple mouvement brusque ne puisse l'effrayer. Puis, tout aussi doucement, elle commença à lui caresser le dos. Dans cette nuit d'hiver, ils se sentaient terriblement seuls et ils avaient besoin l'un de l'autre. Marinette n'avait jamais eu confiance en elle, elle hésitait souvent, se demandant si ses choix étaient les bons et pourtant, le sentir à cet instant même dans ses bras lui dissipa ses propres peurs. Oui, elle avait besoin de lui, tout comme lui avait besoin d'elle. Comment avait-elle pu prendre peur à son contact alors qu'ils avaient toujours été les deux faces d'une même pièce.

Se détachant de lui à grand regret, elle le regarda sécher ses larmes et étira un fin sourire. Il n'était certes pas aussi lumineux que ceux qu'elle avait autrefois, mais il était tout aussi sincère. Ce soir, ils se retrouveraient, elle en était certaine.

- Ce n'est pas en me fuyant que tes problèmes se régleront Chat Noir. Nous pouvons faire ça ensemble. Nous avons toujours été plus fort à deux non ?

Elle attrapa la main posé sur son visage et la maintînt dans la sienne.

- Tu n'es pas ton père Adrien, tu n'as rien à te reprocher. Moi aussi... j'ai cru que la solution était de m'éloigner. Mais j'avais tort ! Regarde ce que ça nous a fait ! J'aurais dû rester après avoir tué Maître Fu... Je... je n'aurais pas dû tant douter de toi, de moi, de... nous. Aujourd'hui je m'en rends compte. Je ne pourrais peut être jamais comprendre la douleur qui t'anime, savoir ce que le Papillon... Enfin le fait qu'il soit ton père... Je ne peux pas saisir l'enjeu que cela fait en toi. Mais ce que je sais, c'est que nous pouvons voir ça ensemble. Te savoir loin de moi sans aucunes nouvelles et surtout si... brisé. Tu n'imagines pas à quel point j'en souffre. J'ai besoin de toi à mes côtés Adrien. Elle se rapprocha encore plus de son corps, de sa chaleur. J'ai besoin que nous soyons tout les deux pour surmonter ça.

Il inspira longuement, peu certaine de ce qu'elle s'apprêtait à dire. Finalement, savoir et cultiver cet amour était plus difficile que de l'énoncer.

- Je t'aime comme je t'ai aimé depuis le premier jour. Alors, ne me dis pas que tu préfères me fuir pour me protéger. Mon coeur ne le supporterait pas.

Accompagnant ses mains, elle posa sa main sur la poitrine du blond. Sous ses doigts, elle sentait son coeur battre de plus en plus vite. Même si elle n'avait toujours pas la réponse à sa question, les sentiments qu'ils ressentaient été bien réels. Entendre ainsi battre son coeur fit bourdonner le sien dans ses oreilles. Qu'avait-elle fait ? Elle venait juste de lui annoncer ses sentiments sous la neige !



Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

Just another day in paradise 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

Just another day in paradise 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

Just another day in paradise 201223091400619077

| Cadavres : 295



Just another day in paradise _



________________________________________ 2021-01-13, 17:44


Knockin' On Heaven's Door.
Mama take this badge from me
I can't use it anymore
It's getting dark too dark to see
Feels like I'm knockin' on heaven's door


Adrien avait toujours aimé la neige. Il préférait une bonne journée d'été c'est sûr. Mais l'hiver semblait moins glacial, moins froid quand la neige tombait du ciel. Ce n'était que des flocons, rien d'impressionnant. La neige empêchait souvent les gens de prendre la voiture et de faire quoique ce soit. Il y avait bien plus souvent des inconvénients avec la neige et pourtant cette poudre blanche restait quelque chose de magique. Tout les enfants adoraient jouer dedans et les adultes cela dépendait de la personne mais beaucoup retrouvaient son âme d'enfance quand il y avait assez de neige dehors. Ce soir la neige tombait à torrent, tellement qu'elle n'avait pas le temps de fondre et qu'elle commençait à tenir sur les toits. Et dans cette soirée de neige, Marinette et Adrien venaient d'avouer leurs sentiments. Des ''je t'aime'' brisés et lourd de sens. Adrien sentit la main de la jeune femme se poser sur sa poitrine et son cœur s'emballa. Tellement que pour lui, parler lui semblait impossible pour le moment. Chat Noir profitait du calme de cette nuit de neige et du visage rouge de Marinette. Elle rougissait comme une tomate, c'était quelque chose qui ne changerait jamais. Un petit sourire se dessina sur le visage de Adrien alors qu'il posait délicatement sa main sur celle de la jeune femme. Aucun des deux ne parlaient pour le moment profitant de ce moment de silence, profitant de ce moment de pause qu'ils n'avaient pas eut depuis un bon moment maintenant.

Marinette avait perdue Maitre Fu et restait persuadé qu'elle l'avait tuée. Elle avait tort de penser ce genre de chose, tort de remettre la faute sur elle. Comme elle disait si bien, ils formaient une équipe. Chat Noir aurait du lui venir en aide. Il aurait pu épargner de nombreuses souffrances à sa partenaire, souffrances qui avaient énormément changé Marinette. De son côté, il aurait du être plus présent pour son père. Ne pas le laisser seul dans sa folie et dans sa peine. Peut-être que Marinette et lui auraient pu changer les choses en agissant autrement mais c'était trop tard. Maintenant, ils se tenaient sur ce toit, plus brisés que jamais mais au moins maintenant, ils étaient ensemble. Ils savaient que rien ne pouvait les arrêter. Il fallait l'avouer, il était heureux de retrouver sa partenaire ce soir. Un peu plus et il se serait perdu dans sa douleur. Adrien ne voulait pas devenir son père. Il avait accepté la mort de sa mère même si elle avait été très difficile pour lui. C'est le sens de la vie, des gens meurent bien avant l'âge. Il avait toujours été prêt à affronter le monde seul avec son père mais au final, voilà la résultat. Il ne voulait pas devenir son père et c'est pour cela qu'il finit par se lever tout en terminant de sécher les larmes qui lui restait.

Sans perdre une seconde, il prit la main de Marinette afin de l'aider à se lever. Et sans perdre de temps, il fit signe à la jeune asiatique de le suivre et elle le fit sans poser de question. Cette fois-ci, ils sautaient de toit en toit sans se pourchasser et sans fuir. Ils se tenaient la main et un rire amusé sortit même de la bouche de Adrien. Rapidement, ils arrivèrent sur le balcon de la chambre de Marinette. Pour ne pas éveiller les soupçons, il fit signe à la coccinelle d'ouvrir sa baie vitrée et quand elle le fit...

Chat Noir se glissa dans la chambre de la jeune femme et sans réfléchir il vint s'asseoir sur la chaise du bureau. Son regard analysait encore une fois la pièce qui se trouvait autour de lui, sans réfléchir. C'était une habitude qu'il avait prit en venant ici en temps que Chat Noir. Il arrêta rapidement quand il se rendit compte que c'était un peu... Intrusif. Il resta néanmoins un moment à fixer le mur de photo de magazine. Il y avait plusieurs mannequins. Puis une photo de lui se trouvait au milieu de ce mur de photo. Une photo où il posait pour la marque de son père. Il resta un moment à la fixer avant de prendre la parole.

« Tu sais, l'homme dont tu es tombée amoureuse au collège. Ce n'est pas moi. Ça n'a jamais été moi. » il afficha un petit sourire. « J'ai plus l'impression de porter un masque quand je suis Adrien que quand je suis Chat Noir. Quand je suis dans ce costume, je peux dire ce que je veux, je peux agir comme bon me semble. Alors que quand je suis Adrien, c'est différent. Les autres attendent de moi la perfection, mon père attend de moi la perfection. » il marqua un petit temps de pause. « Comme toi avec Ladybug. »

Il savait pertinemment que Marinette comprenait ce qu'il était en train de lui dire. Elle aussi avait une double identité et il savait que Ladybug était une énorme responsabilité. Lui n'était que le bras droit de cette équipe mais elle, elle était le cerveau, l'espoir et la seule qui puisse désakumatiser les papillons. Un nouveau sourire se dessina sur son visage tandis qu'il se releva du siège. Il marcha doucement vers Ladybug avant de lui prendre délicatement les deux mains.

« Toi et moi, on a été aveuglé par les masques que l'on portait. Mais Marinette Dupain-Cheng, je peux te le dire haut et fort ce soir. Je sais que je t'aime. Que ce soit Ladybug ou Marinette. Et pour ça, je dois absolument te protéger. » Un soupir sortit de sa bouche. « Je ne vais pas fuir. Parce que je ne veux pas te faire de mal mais je dois m'occuper de mon père avant de revenir en cours avant de refaire surface. Je dois absolument le faire. »

Il enroula finalement ses bras autour du corps de la jeune femme. Le visage clair de Chat Noir se baissa lentement vers elle, et il sentait son cœur battre de plus en plus vite. Il savait qu’au moment où il embrasserait cette jeune fille, au moment où ses rêves sublimes épouseraient ce souffle fragile, son esprit perdrait à jamais la raison. Il avait alors attendu, écouté encore un moment les battements de cœur de Marinette, puis il l’avait embrassé, et à l’instant précis où ses lèvres touchaient les siennes, il avait senti qu’elle s’épanouissait comme une fleur à son contact. En cette douce nuit d'hiver, ils venaient d'échanger leur premier baiser. Dans un secret absolue, ils venaient de sceller leur amour à jamais. Chat Noir se décolla finalement de la jeune femme avant de se tourner vers la fenêtre de sa chambre. Les douces lumières des maisons ronronnaient dans l’obscurité et la neige continuait de tomber.

« Et maintenant... On fait quoi ? On arrête mon père et on le livre à la police ? » sa voix se brisa légèrement avant qu'il ne baisse son visage. « Je ne peux pas faire ça. Et tu le sais. Ça reste mon père... Il était désespéré. » Ses yeux suivaient la trajectoire des flocons. « Je me demande comment j'aurais réagis à sa place... Enfin je ne lui cherches pas d'excuses non plus. Il doit payer pour ce qu'il a fait mais je ne sais pas comment. » Il se tourna finalement vers Ladybug, l'expression sombre. « On lui prend son miraculous ? »



Marinette Dupain-Cheng
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Marinette Dupain-Cheng

| Avatar : Lee Ji Eun (IU)

Just another day in paradise Ls50
Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps.

Just another day in paradise Original
Ranges tes griffes mon minou, je crois que j'ai une idée.


| Conte : Miraculous Ladubug: les aventures de Ladybug et Chat Noir
| Dans le monde des contes, je suis : : Ladybug

Just another day in paradise M1ah

| Cadavres : 133



Just another day in paradise _



________________________________________ 2021-02-25, 19:45

Just another day in paradise



Seul le bruit d'une ville ensommeillée provenait aux oreilles des héros, tandis qu'ils traversaient les toits de Storybrooke. Sans se concerter, les deux partenaires se dirigeaient au même endroit, c'était un lieu cher à leur coeur, qu'eux seuls partageaient une fois la nuit tombée. Son balcon avait toujours été leur lieu d'échanges et de confidences. C'était sur ce même toit qu'ils avaient rêvé et ris de leur journée sans le moindre conflit. Cette habitude de se retrouver sur ce balcon, été resté de leur passé dans le Paris de leur monde. Comme un accord tacite, ils se donnaient rendez vous ici lorsque leur coeur en avait besoin. Le balcon était certes plus vaste que dans son arrondissement parisien, mais il n'en dégageait pas moins la même atmosphère. Celle d'être dans un chez soi, loin de toutes craintes et tracas du quotidien. Marinette n'avait jamais su pourquoi Chat Noir avait lui aussi adopté ce lieu pour venir discuter, mais peut être partageait-il cette sensation de chaleur qui émanait du foyer.

Cependant, contrairement à leurs habitudes, les héros ne se contentèrent pas du balcon cette nuit là. Sans doute était-ce plus judicieux quant à la température extérieure. Discrètement, ils se glissèrent dans la chambre de la jeune fille. Celle-ci n'en ressentis pas la moindre gêne, ayant troqué son décor d'enfant contre celui d'une jeune étudiante en mode.

Assis machinalement à la chaise du bureau, tandis que l'asiatique prenait place sur son lit, Adrien observait les nombreuses photos qu'elle gardait toujours au mur. Elle ne les renouvelait qu'une fois dans l'année, lorsqu'elle y pensait. Depuis belle lurette, elle avait appris à ne pas laisser placarder des photos de celui qu'elle aimait. Alors subtilement, elle en gardait toujours quelques unes dissimulées parmi les images de magazines.

La brune fixa simplement son ami lorsqu'il se décida enfin à prendre la parole, ne comprenant que trop bien ce qu'il éprouvait. Elle-même partageait cette impression quant elle revêtait le masque de Ladybug et pourtant... elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une pointe de culpabilité d'avoir exercé sur lui ses fantasmes de l'homme parfait alors que lui même se battait contre ce paraître. Finalement, elle n'était peut être pas si différente de ces autres qui aimaient les idoles pour ce qu'ils dégageaient, sans réellement les connaître. Elle s'était simplement raccroché à l'image pleine d'assurance qu'il renvoyait lorsqu'il était le digne fils de son père.

Malgré tout, sous cette culpabilité qui l'envahissait, elle savait qu'une part d'elle aimait aussi le "vrai" Adrien, celui qu'il était lorsqu'il était Chat Noir. Elle l'avait apprécié et découvert comme un ami sous son costume noir. Elle avait été si naturelle lorsqu'il était à ses côtés. Elle ne bégayait pas et ne faisait pas tour pour s'attirer ses faveurs. Peut être était-ce ça l'amour ? Ce n'était pas un sentiment grandiose, comme un prince arrivant sur son cheval blanc pour donner son baiser, mais un vieil ami qui avait toujours été à vos côtés et qui vous avez soutenu. Et puis un jour, vous voyiez cet homme tel qu'il était réellement, et il devenait votre idéal.


Tandis qu'il s'approchait d'elle, Marinette se mit à retenir son souffle tant ses mots étaient saisissants. Que pouvait-elle lui répondre après cela ? Alors, elle se tut et le laissa l'étreindre, le silence et les gestes valant parfois milles mots. Prudemment, la jeune fille s'autorisa à respirer en de léger halètement, ils n'étaient plus des enfants, Marinette reconnaissait ce souffle qui exerçait sur elle une telle caresse. Elle savait ce que les battements de son coeur annoncé. Et pourtant, elle voulait se persuadé que tout cela n'était qu'un rêve. Que tout cela n'était encore que les résultats de ses chimères. Qu'Adrien ne franchirait pas cette ligne qui séparait amitié et amour. Comme il l'avait toujours fait à la dernière minute, essuyant toujours ses espoirs d'un revers de la main.

Et pourtant, cette fois-ci... Chat Noir ne recula pas. Il l'embrassa, du baiser le plus tendre et le plus déchirant qu'elle avait reçu dans sa courte vie. Elle sentait déjà son ventre faire des siennes et son désir pour lui grandir timidement. Elle avait l'impression d'aboutir la quête de toute une vie. Alors, elle savoura ses quelques instants en goûtant ses lèvres pour les imprimer à jamais sur elle, de peur que ce moment ne se reproduise jamais. Que demain encore, l'un d'eux disparaîtrait.

Comme il l'entreprit, Adrien fut celui qui mit fin au baiser. Marinette ne pouvant se résoudre à lâcher ses lèvres gelées par la morsure de l'hiver. Les joues rosies par l'émotion qui la submergeait, elle jeta un nouveau coup d'oeil au héros qui admiré désormais les lumières au travers sa fenêtre. Le regard grave qu'il ramena sur elle la fit descendre de son petit nuage. Si les yeux étaient bien les fenêtres de l'âme, ceux-ci reflétaient le désespoir.

- Je n'ai pas de réponse à ta question Adrien... Il va sans dire que le traumatisme qu'il a laissé chez certains n'est pas négligeable mais si... et je dis bien si, nous oublions ses actes, nous verrions qu'il s'agit là simplement d'une détresse ressenti par un homme qui aimait passionnément sa femme... Peut être ne devrions nous pas être trop dur pour lui. Elle engloba le visage du héros dans ses mains. Il est si difficile pour le superhéros de devoir jongler entre ses deux casquettes. Que devrions nous écouter ? Notre devoir... ou notre coeur ? Je comprends tes sentiments Adrien, s'il s'agissait d'un de mes parents... je me poserais la même question. Peut être devrions prendre notre temps pour réfléchir à son devenir ? La priorité serait dans un premier temps de lui retirer le miraculous... Peut être qu'après cela... il reviendra sur ses actions. Nous devrions aussi lui laisser le choix... Tu ne crois pas ?


Maintenant qu'elle se sentait comme Marinette dans le costume de Ladybug, la jeune fille n'arrivait plus à garder cette assurance et la confiance qu'elle émettait dans ses décisions. Il s'agissait de l'avenir d'un homme, un homme qu'ils connaissaient plus que trop bien. Si le Papillon n'avaient été qu'un vulgaire inconnu souhaitant répandre le mal, ceci aurait été si facile de prendre une décision mais maintenant. Ils étaient bloqués entre deux feux. Mais était-ce vraiment le soir, alors qu'ils étaient si émotifs de leur retrouvaille, où il fallait prendre une décision le concernant ? Rien n'était encore définitif. Lui même s'était repenti à leur dernier échange... Tout n'était peut être pas perdu pour cet homme.

- Je pense que ton père est un homme bon Adrien. Il a juste été aveuglé par sa peine, mais maintenant, il commence à comprendre ses erreurs. Ne faisons nous pas tous des erreurs dans la vie après tout ? Tenta-t-elle de relativiser.

Elle déposa un tendre baiser sur son front.

- Je ne pense pas que cette nuit soit propice à discuter du sort de ton père. Je propose que nous partagions cet instant présent pour nous retrouver et nous réjouir plutôt que pleurer sur ce qui nous attendra demain...

Elle même ne savait pas si c'était une bonne chose de repousser au lendemain ce qu'ils pouvaient faire le jour même mais autre que sa raison, son coeur en avait décidé autrement.






Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

Just another day in paradise 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

Just another day in paradise 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

Just another day in paradise 201223091400619077

| Cadavres : 295



Just another day in paradise _



________________________________________ 2021-03-15, 16:28


Knockin' On Heaven's Door.
Mama take this badge from me
I can't use it anymore
It's getting dark too dark to see
Feels like I'm knockin' on heaven's door


Son père un homme bon ? Difficile à dire ? Pouvait-on être quelqu'un de bon après tout ça ? Il s'était quand même servit d'innocent pour arriver à ses fins. Il avait tué Maître Fu, emportait Nathalie avec lui dans sa haine et il avait joué avec le sort de sa mère. Même par amour il avait du mal à comprendre les actions de son père. Ou alors c'était Adrien le monstre parce qu'il n'avait rien fait pour sauver sa mère ? Il s'était simplement contenté de pleurer sa mort et de vivre avec sa peine tous les jours. Parfois, il se demandait si tout ça, ce n'était pas de sa faute. Il aurait du être plus présent pour son père, il aurait du lui faire comprendre qu'elle ne reviendrait pas. Maintenant il devait vivre avec le poids de ses actions, les supporter sur ses épaules. C'était trop dur, il y avait des jours où Adrien avait du mal à se voir dans le miroir. Les mots de Marinette n'arrivait même pas à calmer ses pensées les plus sombres. Sa priorité restait son père, sa famille. Mais comment pouvait-il régler ce genre d'histoire alors qu'il n'arrivait même pas à regarder son père dans les yeux. Comment pouvait-il réparer sa relation avec lui alors qu'il était en colère contre son père. Pardonner était important mais parfois c'était si dur. Tous les jours il essayait de donner des nouvelles à son père, de passer le voir. Sauf que Adrien n'y arrivait jamais. Il préférait fuir les responsabilité, comme toujours. Mais il serait peut-être temps de se remettre en main ? Marinette était là à ses côtés. Elle était prête à prendre les décisions avec lui. Elle contredisait même ce qu'il disait. La jeune femme savait que c'était la colère qui animait Adrien actuellement et elle ne voulait pas qu'il regrette ses propos et ses gestes.

Alors Chat Noir resta un moment à fixer la ville endormie qui se tenait en face de lui. Ses yeux verts se levèrent vers le ciel et il afficha un petit sourire. Étrangement, il se souvenait des paroles de sa mère. Elle souhaitait que son père et lui se rapprochent comme avant. Sa mère avait toujours aimé la relation que son mari et son fils avaient. Maintenant, il ne restait plus grand chose. Leur relation ne tenait qu'à un seul fil et qui de deux finiraient par briser le seul lien qui leur restaient. Il se le demandait. Lui ? Parce qu'il refusait de retourner chez lui ? Ou son père ? Parce qu'une fois de plus il préférerait s'enfermer dans son costume du Papillon pour régler ses problèmes ? En attendant Ladybug avait raison. Ce soir, cela ne servait à rien de parler de son père. Adrien finirait pas prendre la fuite sinon alors qu'il venait à peine de retrouver sa partenaire, son amie et … bien des choses encore. Un petit sourire triste prit place sur son visage alors qu'il se retourna vers l'asiatique afin de la fixer longuement. Un regard plein de reconnaissance, de compassion, de douceur et d'amour. Malgré tout le malheur que Ladybug avait connue, Adrien était resté. Malgré tout le désespoir que Chat Noir était en train de connaître, Marinette était resté. Il pouvait se morfondre et dire tout ce qu'il voulait. Il ne sera jamais seul.

Cela faisait des années qu'il connaissait Ladybug et Marinette, des années qu'ils se côtoyaient. Malgré tout, leur relation n'avait pas tant changé que ça. Ils restaient les mêmes. Ces années passaient ensemble avait prouvé à Adrien que leur relation ne changerait jamais. Ils pouvaient toujours compter l'un sur l'autre. Le blond finit alors par afficher un petit sourire avant de s'avancer doucement vers Marinette. Il glissa ses bras autour de la taille de la jeune femme et posa sa joue contre le sommet du crâne de cette dernière. Chat Noir ferma les yeux ronronnant légèrement. Il aurait aimé que sa transformation en chat ne marche pas aussi bien mais il n'avait pas vraiment le choix. Tant pis, au moins le faible ronronnement brisait le silence.

« Je ne sais pas ce qui va se passer et je n'ai pas vraiment envie d'y penser mais je suis content qu'on soit une équipe toi et moi. Malgré tout ce qu'on a traversé. »

Il resta un moment blottit contre Ladybug avant de s'asseoir sur son lit avec. Il fixa un moment la jeune femme qui se tenait à ses côtés, il se demandait à quoi elle pensait actuellement. A leur situation ou alors comme lui, elle ne pensait plus vraiment. Chat Noir entendait son cœur battre rapidement, si vite qu'il avait l'impression que Marinette pouvait l'entendre à tout moment. Il se sentait si fragile actuellement. Ce moment était fragile, il pouvait être brisé à tout moment alors pour ne pas prendre ce risque, Adrien plaqua doucement la jeune femme contre son lit avant de s'allonger sur elle. Son regard de félin était encré dans le regard bleu de sa partenaire alors que ses griffes étaient posés surs les poignets de la jeune femme. Il hésitait encore mais ce n'était pas le moment parfait pour passer un cape ? Ou alors c'était sa peine qui parlait encore une fois ? Non. Adrien savait que c'était ce qu'il voulait vraiment. Il voulait Marinette tout entière, rien que pour lui.

Il rapprocha alors doucement son visage de celui de la jeune femme. Son souffle court venait s'écraser contre la peau de porcelaine de Marinette alors que ses mains tremblantes vinrent se glisser dans les magnifiques cheveux de cette dernière. Il n'osait pas et pourtant il en mourrait d'envie. Chat Noir finit alors par déposer délicatement ses lèvres contre le front de la jeune femme avant de les arrêter sur les lèvres de Marinette. Ils échangèrent un baiser doux, langoureux et hésitant. Avaient-ils peur de franchir la ligne tous les deux ? Devaient-ils enlever leurs costumes ? Pas la peine, ce n'était que des choses secondaires. Costumes ou pas, il voulait le faire. Alors Adrien se permit de dévorer une nouvelle fois ses lèvres, de caresser des endroits qu'il n'aurait jamais pensé caressé. Il avait simplement retiré le peu de tissus qui pouvait les empêcher d'unir leur amour. Puis après le reste fut parfait. La chaleur de sa peau, les mots doux, les baisers et le silence de la ville qui semblait ne pas vouloir gâcher ce moment.

Quand Chat Noir rouvrit les yeux, ce fût la lumière du soleil qui troublait son sommeil. Ce fût néanmoins un réveil agréable parce qu'il avait enfin réussi à dormir correctement. Cette nuit passé avec Ladybug lui avait fait le plus grand bien. D'ailleurs, il ne mit qu'un court instant avant de se rendre compte qu'il était nu comme un vers dans le lit de Marinette. Il n'était plus en costume de Chat Noir et Plagg semblait dormir plus loin dans la chambre. Adrien sentit un poids sur son bras qui l'empêcha de bouger et quand il tourna la tête, il vit le visage endormie de Marinette à ses côtés. Elle n'était plus en costume elle non plus et elle semblait dormir paisiblement. Un sourire apparût alors sur le visage du garçon qui passa délicatement sa main dans les cheveux de l'asiatique avant de murmurer dans son oreille.

« Bien dormi, Marinette ? »



Marinette Dupain-Cheng
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Marinette Dupain-Cheng

| Avatar : Lee Ji Eun (IU)

Just another day in paradise Ls50
Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps.

Just another day in paradise Original
Ranges tes griffes mon minou, je crois que j'ai une idée.


| Conte : Miraculous Ladubug: les aventures de Ladybug et Chat Noir
| Dans le monde des contes, je suis : : Ladybug

Just another day in paradise M1ah

| Cadavres : 133



Just another day in paradise _



________________________________________ 2021-06-20, 18:11

Just another day in paradise



Marinette referma ses mains dans l'étreinte. Chat Noir était là, avec elle. Il acceptait, le temps de quelques heures, de vivre l'instant présent. De se détachait de leur passé trop tourmenté. Il était là, savourant ce qu'elle était et non pas l'image qu'elle s'était forgée sous le masque. Elle avait envie de croire qu'il s'agissait du signe d'un nouveau départ. Elle voulait, si fort, entendre ce ronronnement qui la berçait durer ainsi pour toujours. Marinette était comme ça, elle rêvait et désirait toujours l'impossible. Elle savait qu'une fois qu'il aurait quitté ses bras, que toutes les inquiétudes referaient surface, il partirait. Cependant comme lui, elle oublierait, le temps d'une nuit, les erreurs qu'ils avaient commises.

- On sera toujours une équipe Chat Noir. Peu importe ce qu'il se passera. Nous sommes meilleurs à deux non ? Enonça-t-elle, souriante.

Elle essaya d'apprécier le moment. Chat Noir était Adrien, et il était assis à ses côtés. Ils s'étaient embrassés. Ils avaient vécu ce qu'elle avait rêvé des millions de fois avant de s'endormir. Néanmoins, un arrière goût amer resté coincé dans sa gorge. Une petite voix dans son esprit l'empêchait de vivre pleinement l'instant. L'incertitude qui enveloppait leur lendemain la rendant anxieuse. Elle l'avait vu de nombreuse fois, des personnes qui se laissaient aller à leurs sentiments à cause de leur tristesse. Et si... peut être... Adrien n'était pas vraiment conscient de ce qu'il vivait ? Et s'il cherchait seulement du réconfort et... ses pensées se perdirent lorsqu'elle croisa les yeux vermeilles du héros. Non, c'était bien elle qu'il regardait. Elle sentait le désir sortir par tout ses pores. Les battements de son cœur assourdissaient ses oreilles. Un seul sourire de sa part et ses inquiétudes avaient fondues au soleil.

Angoissée mais non moins excitée, Marinette se laissa tomber sur le lit sans détacher son regard de celui qu'elle aimait. Elle accueillit avec plaisir le poids de son corps lorsqu'il s'allongea sur elle. Elle avait l'impression de rêvé. Elle avait attendu ce jour toute sa vie. Elle avait refusé tant de prétendants, brisé le cœur de Luka, pour ne s'offrir qu'à lui seul. Hésitante, elle se mit à caresser ses cheveux couleur de blé. Leur texture soyeuse la rassura, l'encra dans l'instant présent pour ne pas se faire engloutir par ses fantasmes. Elle avait besoin d'être sûre que tout ceci n'était pas un rêve. La jeune femme, le laissa retirer ses mains de son visage pour les replacer sur le lit. Il semblait si serein dans ses mouvements. L'avait-il déjà fait avec Kagami ? Non, elle devait ce retiré cette idée de l'esprit. Il avait pu faire ce qu'il voulait auparavant, elle ne voulait pas savoir. Pas maintenant. Alors, elle se plongea pleinement dans ses caresses. Elle savoura le contact de sa peau, la chaleur de son corps, la délicatesse de ses baisers. Elle le laissa la dévorer à sa faim. Elle profita de sa première fois comme son esprit n'avait jamais pu l'imaginer. Elle soupira de bonheur dans la nuit glaciale qui s'offrait à eux.

Un murmure sortit l'asiatique de son sommeil. Ouvrant lentement les yeux, la beauté d'Adrien se peignit devant ses yeux. Les refermant le sourire aux lèvres comme s'il s'agissait d'un agréable rêve, Marinette se remémora la nuit qu'ils venaient de passer ensemble. Ce n'était pas un rêve. Adrien était bien dans son lit, nu comme un ver, tout comme elle. Se redressant vivement, elle tenta de cacher tant bien que mal sa poitrine et se mit à rougir violemment.

- Je... je... je ! Adrien, c'était une très bonne symphonie ! Euh je veux dire nuit ! Oh... voilà que ça recommence...Se plaignit-elle en couvrant son visage de ses mains. Je ne sais pas comment te regarder dans les yeux. Je suis si gênée. Je n'arrive pas à réaliser que nous avons fait ça. Non pas que je ne voulais pas le faire hein au contraire ! J'avais hâte de coucher avec toi ! Mais... oh mon dieu qu'est ce que je raconte... Tu dois me trouver stupide.

Face au sourire amusé du jeune homme, elle se recoucha à ses côtés.

- Tu dois trouver ça bizarre mais... est-ce que ça a été ? Demanda-t-elle en se couvrant le visage de la couverture. Vois-tu... c'était la première fois que je faisais ça et je n'ai pas vraiment appris la technique et... qu'est ce que je viens de toucher ? Non ! Ne me dis rien, je ne veux pas savoir. Oh, ce n'était plus dans mes habitudes de perdre mes moyens face à toi.

Se mordant la lèvre inférieure, elle osa tout de même un regard en direction du blond. Elle ne savait pas vraiment ce qu'il pouvait penser de la nuit qu'ils venaient passé ensemble mais une chose était sûre pour Marinette. Ses sentiments pour lui n'avaient jamais été aussi fort. Elle posa délicatement sa main sur son visage et lui caressa la joue.

- Et toi... tu as bien dormi ?

Elle attendit sa réponse et s'approcha doucement de lui pour l'embrasser tendrement. Elle voulait connaître cette sensation pour le restant de ses jours. Malheureusement, la réalité allait bientôt les rattraper.

- Alors... qu'est ce qu'on fait maintenant ? Est-ce que tu veux que nous parlions de notre sort ? Ou vas-tu choisir d'encore disparaître ? Elle lui offrit un sourire emplit de tristesse. Je sais, je ne suis pas la plus à même de dire ça alors que je suis partie pendant trois mois. Te laissant seul face à tes émotions. Je suis désolée Adrien. Pour tout. Mais si je peux... ne serait-ce qu'un peu t'apporter de mon soutien. Sache que je serais heureuse de pouvoir le faire. Avec toi. Nous sommes une équipe après tout non ?



Contenu sponsorisé




Just another day in paradise _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Just another day in paradise





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser