« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Un petit vote pour le forum ? Cliquez et mettez +5 si vous avez dix secondes devant vous. :-)
Une place offerte dans Up par vote (une fois par jour).
-33%
Le deal à ne pas rater :
PewinGo Fontaine pour Chat Chien, 2L, Silencieuse
22 € 33 €
Voir le deal

Partagez
 

 A little magic can take you a long way | Stefan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Honey Lemon



« Science is magic that works »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3997

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Science is magic that works »


________________________________________ Mer 13 Jan 2021 - 20:53

Quand une situation devenait gênante, la meilleure chose à faire était encore de prétendre que le moment de malaise n'avait pas existé et de passer à la suite. En tout cas, c'était ce qu'on aurait pu conclure en observant l'étrange interaction entre Honey Lemon et Stefan Vulpesco. Après une étreinte aussi surprenante que déconcertante, l'homme se détourna de la femme et, par ses paroles, relança l'enquête qu'ils devraient bien mener tôt ou tard afin de retourner chez eux.
Et bien qu'il ne puisse a priori pas la voir, Honey opina, totalement en accord avec la stratégie de Stefan.
- Je vous suis, ajouta-t-elle verbalement pour confirmer son approbation tandis que son partenaire ne semblait pas fondamentalement contre s'en passer, se mettant en route sans même se retourner.
Soit. Il ne pouvait probablement pas être solaire et agréable tout le temps, ce n'était sans doute pas dans sa nature et Honey ne comptait pas s'en formaliser. Elle ne comprenait que trop bien la nécessité de progresser dans leur enquête.
Car même si visiter Poudlard, en dépit de l'aspect totalement irrationnel de l'aventure, était très excitant, la jeune femme savait que ça ne pourrait pas durer. Et plus encore, elle ne souhaitait pas que cela dure éternellement car elle apprécie sa vie normale, faite de science, de cours et de tout un tas d'autres choses qui n'incluaient pas les châteaux magiques reconvertis en école aux salles de classe pleine de malles telles que celle de Stefan.
Il avait fallu marcher vite à Honey pour rester dans le sillage du vampire. Heureusement, elle aussi avait de grandes jambes et la jeune femme n'était pas mécontente de pouvoir les réutiliser à leur pleine puissance momentanément, regrettant presque de ne pas courir pour l'occasion. Mais elle avait compris qu'elle était ici un professeur - de Potions, manifestement - et songeait qu'un professeur de Poudlard ne courait pas dans les couloirs pour le simple plaisir de voir ce que ça faisait.
Maintenant qu'elle et Stefan étaient dans sa salle de classe, Honey entreprit également de mener quelques recherches, sur les pupitres, au tableau, n'importe où. Le livre qui l'avait menée ici, après tout, était apparu comme par enchantement (au sens littéral du terme, sans doute) et il était possible que la porte de sortie en ferait de même.
Toute à sa recherche, Honey ne prêtait pas particulièrement attention à ce que faisait Stefan et n'avait pas jugé bon d'alimenter la conversation. Elle se contentait d'entendre et de sentir sa présence à ses côtés, gageant que s'il trouvait quelque chose d'intéressant, il ne manquerait pas de le signaler. Ou alors la trouvaille se ferait entendre.
Ce fut, en fin de compte, la seconde option qui se réalisa. Stefan était à l'exact opposé de la salle de classe, devant une grande armoire, quand celle-ci commença à bouger. Le bruit, quoique loin d'être assourdissant, capta l'attention de Honey qui délaissa le bureau professoral pour s'approcher avec précaution elle aussi de l'armoire. Il y avait forcément quelque chose digne d'intérêt dedans. Forcément.
Et la curiosité scientifique de la jeune femme, qui était restée quelques mètres derrière son collègue, ne fut pas déçue. Elle ne connaissait pas ce Erzsébet mais reconnut, en fan attentive de la saga, immédiatement ce à quoi ils avaient affaire : un épouvantard, en bonne et due forme. Ce dernier, face à Stefan, avait pris l'apparence de ce qui le terrorisait le plus, que ce soit consciemment ou inconsciemment, et Honey sentit son cœur s'emballer. Elle savait pertinemment de quoi la créature prendrait la forme si elle s'approchait d'elle et ne savait pas si elle serait alors en mesure de l'affronter.
En attendant, c'était Stefan qui était en proie aux tourments de cette créature, changée en spectre accusateur pour l'occasion. Honey l'observa, la mine contrite, désolée d'entendre ses confessions si intimes et réfléchissant à comment rendre ce doigt accusateur amusant pour susciter le rire de Dracula (si tant est qu'il soit en mesure de rire, ce qu'il n'avait pas l'air de faire souvent). Mais peut-être que si Honey riait l'effet serait suffisant ?
La jeune femme finit par avoir une idée et brandit sa baguette. D'une voix haute et claire, elle s'écria :
- Riddikulus ! en pointant l'instrument de bois en direction du spectre.
Ce dernier fut instantanément recouvert d'un drap blanc, comme ceux que prenaient les enfants pour se déguiser en fantôme, et se prit les pieds dedans. Il trébucha, s'étalant de tout son long sur le plancher. Honey gloussa et le spectre n'eut alors plus rien d'effrayant.
L'épouvantard, défait, commença à tourner sur lui-même, sans doute à la recherche d'une prochaine victime. Honey en profita pour expliquer :
- C'est un épouvantard. Il prend la forme de la plus grande peur de la personne qu'il croise, si bien que personne ne sait quelle forme il a quand il n'est pas observé. Pour le combattre, il faut dire Riddikulus en transformant la peur en rire. Ca serait chouette que vous vous en rappeliez s'il s'en prend à moi, au cas où.
Honey avait tout à fait raison d'être prévoyante. Car le son de sa voix semblait avoir décidé l'épouvantard à faire d'elle sa prochaine victime. Il tournoya encore quelques instants sur lui et se changea en infirmier sinistre qui poussait un fauteuil roulant vide sur lequel trônait une camisole de force. Il avait inexorablement en direction de Honey qui sentit l'emprise sur sa baguette fléchir. Elle tremblait et sentit son pouls s'accélérer. Elle s'entendit marmonner à répétition qu'elle n'était pas folle, tandis que l'apparition, qu'elle savait pourtant fausse, assurait le contraire, assurait que le seul moyen de la soulager était une trépanation en bonne et due forme. Et plus l'apparition parlait, plus le cœur de Honey cherchait à sortir de sa poitrine.
Fébrile, la jeune femme brandit sa baguette d'une main tremblante et prononça la formule... qui échoua, incapable qu'elle était de se concentrer sur une façon de retourner la situation. Honey n'avait pas peur de grand-chose, mais dans les rares moments où elle avait peur, elle était tétanisée. Elle avait envie de hurler qu'elle n'était pas folle, d'appeler à l'aide, de supplier qu'on empêche de l'emmener. Mais les mots restaient bloqués dans sa gorge.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Stars cannot shine
 
without a little darkness.

Stefan Vulpesco



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Stefan Vulpesco


╰☆╮ Avatar : Cleas Bang

Ѽ Conte(s) : Dracula
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dracula, alias Vlad Teapes

✓ Métier : Enseignant en Mythologie
☞ Surnom : Dracula
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 451

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 15 Jan 2021 - 23:02

Il n’avait senti une peur aussi vive, aussi prenante et pesante. La vision face à lui semblait si réelle et tangible. Il n’arrivait pas à penser à autre chose, à réfléchir ou à quoi que ce soit d'autre. Sa femme, son épouse, se trouvait devant lui et lui faisait bien comprendre qu’elle le haïssait. Son fantôme semblait si réel qu’il ne doutait pas de sa véracité. Elle était là, aujourd’hui, pour le punir. C’était certain pour le vampire qui s’était écroulé face à cette vision. Des siècles étaient passés depuis sa mort, pourtant il se souvenait de chacun de ses traits à la perfection. Son souvenir était frais dans sa mémoire et il se souvenait de son sourire si doux, contrastant avec l’air sinistre du spectre face à lui. Tellement absorbé par l’apparition, il ne se rend pas compte des paroles de la blonde derrière lui jusqu'à ce que le "fantôme" soit recouvert d'un drap blanc et se prenne les pieds sur le sol. Se rendant compte que quelque chose clochait, il se releva en observant l’étrange chose tourniller à une vitesse folle, reculant en se demandant bien comment faisait cette chose pour prendre l’apparence de sa plus grande peur. D’après Honey Lemon, c'était un épouventard et il fallait lancer le sortilège "ridikulus" pour l'empêcher de continuer. Ce sort donnait une apparence ridicule à la créature. Le vampire ne connaissant strictement rien à ce monde garda cette information en tête, sortant le morceau de bois de sa poche pour la brandir vers la chose.

Comme la blonde l’avait prévu, elle fut la prochaine victime et cette chose étrange venait de prendre l’apparence d’un médecin en blouse blanche brandissant une chaise roulante. Il se doutait que ce n’était pas tant ce moyen de locomotion qui l’effrayait, mais la camisole de force déposée sur le siège. Il comprit que ce qui la terrifiait le plus, c’était la folie, ne plus contrôler son cerveau si extraordinaire. Elle était dans le même état que lui plus tôt. Il entendait le coeur de l'humaine battre la chamade. Elle tenta d’elle-même de lancer le sort, mais ce dernier échoua. Elle était beaucoup trop effrayée pour cela. Le vampire réfléchit à ce qu'il pourrait faire pour rendre la vision plus amusante et il visa la chose de sa baguette.

-RIDDIKULUS!

Rapidement, le médecin se laissa tomber sur le sol et se mit à sucer son pouce comme un enfant de trois ans. Le fameux “arroseur arrosé” dit rire le vampire, tout du moins assez pour que la créature redevins invisible à leurs yeux et retourne dans son armoire dont Stefan ferma les portes. Il soupira de soulagement avant de se tourner vers la blonde.


-Vous allez bien?

-Elle va très bien! Vous devriez le savoir, professeur Vulpesco, fit entendre une voix. J’ai eu une vision à propos de vous deux, chers amis et je devais vous la partager!

Une femme aux cheveux gris bouclés venait d’entrer dans la salle. Ses vêtements de bohème et ses lunettes en fond de bouchon ne donnaient clairement pas envie au vampire de discuter avec elle. Dracula allait partir, mais la nouvelle venue se mit devant lui et pointa son index vers lui, s’apprêtant à dire quelque chose.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Un monstre
possède parfois un coeur brisé en mille miettes.
En ligne

Honey Lemon



« Science is magic that works »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3997

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Science is magic that works »


________________________________________ Ven 15 Jan 2021 - 23:43

Honey opina, encore secouée par la vision qu'elle venait d'avoir. Elle eut envie d'ajouter, des fois que l'information ne soit pas claire pour son interlocuteur, qu'elle n'était pas folle mais quelque chose l'en empêcha. C'était sans doute mieux ainsi.
Toutefois, la sorcière en herbe s'assura plutôt deux fois qu'une que l'armoire était bel et bien verrouillée en utilisant une formule magique appropriée. Son esprit, quoique encore sous le choc, s'était manifestement rappelé de ce sort. Peut-être le cerveau de Honey avait-il un mode "auto-pilote" qui s'enclenchait quand la situation l'exigeait. Ce ne serait pas elle qui s'en plaindrait, en tout cas.
Elle allait suggérer qu'ils s'en aillent, prête à conclure qu'il n'y avait rien d'utile à leur enquête quand le Professeur Trelawney fit irruption dans la salle de classe. Elle était telle que les romans la dépeignait (et heureusement, d'un ailleurs) : son corps frêle était enveloppée d'immenses châles bariolés. A ses poignets pendaient d'énormes bracelets en breloques et ses doigts étaient, de la même façon, ornées de bagues peu chères. Mais ce qui frappait le plus chez cet étrange professeur, c'était sans doute ses énormes lunettes. On disait parfois que Honey en avait des imposantes, qui grossissaient particulièrement ses yeux et rendaient ses expressions particulièrement faciles à déchiffrer, mais les montures au bout du nez de la jeune femme n'étaient rien comparée à celle sur le nez de Sibylle Trelawney. Et sans surprise elle avait une vision du futur à partager.
Honey n'était pas du genre à se montrer impolie, mais face à une voyante, elle savait que son esprit rationnel aurait pu de patience. Elle était, sur ce point, un peu comme le personnage de Hermione Granger. Les sciences nébuleuses, de son point de vue, n'étaient pas des sciences, et rien de ce que pourrait dire sa consœur ne la ferait changer d'avis.
- Je ne suis pas certaine de votre vision nous soit d'une grande aide, s'entendit répondre la jeune femme avec une intonation plus ferme et cassante que celle qu'on lui connaissait en général.
Impassible, la voyante répondit :
- J'avais prédit que vous me feriez cette réponse, professeur Lemon. La divination est le plus difficiles des arts magiques et vous m'avez toujours sembler faire preuve d’une réceptivité très limitée aux résonances de l’avenir. Je crains que vous n'ayez pas le don de double vue, déplora-t-elle non sans une certaine compassion.
La jeune femme arqua un sourcil, particulièrement sceptique et absolument pas désolée de ne pas avoir cette prédisposition.
- Merci pour cette fine analyse, professeur, rétorqua Honey. Maintenant si vous permettez...
Comme Stefan avant elle, la jeune femme fit mine de s'en aller mais la voyante n'avait pas dit son dernier mot.
- PLUS UN GESTE ! s'écria-t-elle, une main sur ses yeux l'autre tendue devant elle. Vous troublez les vibrations de la clairvoyance !
Sans doute sous l'effet de la surprise, Honey s'arrêta et continua de fixer le professeur Trelawney. Elle avait l'air de planer.
- Merci, reprit cette dernière en s'éclaircissant la gorge. Où en étais-je ? Ah oui. Vous êtes en grand danger, reprit la voyante d'une voix d'outre-tombe en regardant gravement Honey.
- Vous m'en direz tant...
Ignorant le commentaire de cette dernière, Sibylle poursuivit :
- J’étais assise dans mon antre, hier soir, absorbée par mes travaux de couture, lorsque la nécessité absolue de regarder la Sphère m’a littéralement submergée. Je me suis levée, je me suis installée et j’ai scruté les profondeurs cristallines… Et savez-vous qui a croisé mon regard au fond de la boule ?
- La Grande Faucheuse ? tenta Honey, blasée.
- PIRE, MALHEUREUSE, BIEN PIRE ! s'écria sa collègue. Le Sinistros ! Ma chère, j'ai bien peur que ce que vous redoutiez le plus se produise un jeudi impair, assura Sibylle en opinant gravement avant de tapoter gentiment la main de Honey. La bonne nouvelle, c'est que vous n'êtes pas concerné, assura la diseuse de bonne aventure en tournant un visage plus enjoué vers Stefan. Que ce soit les cartes, les feuilles de thé ou la Sphère, toutes s'accordent pour dire que votre vie est déjà un enfer et que ça ne changera pas, assura-t-elle encore, apparemment ravie d'avoir délivré le message de l'au-delà.
- Eh bien, merci Professeur, conclut Honey, solennelle. Je pense pouvoir parler pour le professeur Vulpesco et moi en disant que nous sommes ravis que vous nous ayez transmis toutes ces informations et sauront... y penser.
Honey sentait bien que son intonation trahissait un manque de foi en ce qu'elle affirmait et la voyante ne s'y trompa. Avant de tourner les talons, elle déclara :
- Je ne suis pas étonnée de votre désinvolture non plus car je l'avais vue également. A vrai dire, je me souviens pas d’avoir jamais connu une femme aussi désespérément terre à terre que vous, professeur. Mais j'ai fait mon devoir de savante, le reste vous appartient.
La tête haute, Sibylle Trelawney quitta la pièce.
Après quelques instants de silence, Honey se tourna vers Stefan et demanda, curieuse :
- Elle a au moins raison sur un point : je suis terre à terre. Mais jee me demandais... sachant que nous ne venons pas de la même époque, vous êtes du genre à porter crédit à ce genre de présage ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Stars cannot shine
 
without a little darkness.

Stefan Vulpesco



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Stefan Vulpesco


╰☆╮ Avatar : Cleas Bang

Ѽ Conte(s) : Dracula
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dracula, alias Vlad Teapes

✓ Métier : Enseignant en Mythologie
☞ Surnom : Dracula
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 451

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2021 - 20:57

Le vampire clairement pas impressionné par l’étrange femme qui s’était présentée à eux pour les prévenir d'un danger terrible pour la blonde. Bien sûr... Et puis quoi encore? En plus, elle osait dire que sa vie était déjà un enfer. Qu'est-ce qu'elle en savait, la folle aux cheveux si mal entretenus qu'ils semblaient emmêlés? Ils ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam, elle ne pouvait pas savoir qui il était réellement! Sans aucun intérêt, il croise les bras en la laissant finir puisqu’elle semblait si déterminer à faire sa révélation, mais il n’y croyait pas pour un sou et il ne manqua pas de l’expliquer à la blonde lorsqu'elle lui demanda s’il prêtait crédit à ce genre de choses. Il haussa un sourcil à sa question.

- Miss Lemon, je tiens à vous rappeler que je ne viens pas d'un monde comme le vôtre où tout est explicable par la science. Il y avait des sorcières. Je ne saurais pas dire si une sorcière peut réellement faire des prédictions, mais je peux vous certifier qu’il ne faut nullement croire cette femme. Elle ne fait que dire ce qu'énormément de charlatans vont répéter, tournant autour du pot sans même être capables de préciser ce qu’ils ont vu. Pardonnez-moi, mais je peux moi aussi prédire ce que je veux avec ce genre de discours fatalistes en étant énormément vague et en accusant les autres de ne pas avoir... “de dons de double vue”. C’est ridicule, si vous voulez mon avis. Bref, je pense que nous avons mieux à faire que de nous attarder sur cette étrange femme à la recherche d’attention. Si nous n’arrivons pas à trouver un moyen de sortir, il faut comprendre pourquoi nous sommes là. Forcément, notre présence n'est pas due au hasard. Il y a quelque chose que nous devons faire. Vous qui avez lu les livres sur ce monde, il n'y aurait pas une idée qui vous viendrait en tête. Aurions-nous pris la place de certains personnages? Qu’est-ce qui est supposé arriver? Il y a-t-il quelque chose de dangereux à venir? Un ennemi à combattre? Je ne sais pas, mais c'est actuellement trop calme et je sens que les choses vont vite se gâter et je n’ai pas besoin de “dons de double vue” pour avoir ce ressentit.


Le vampire alla à la fenêtre la plus proche pour observer à l'extérieur, sondant le ciel et le sol afin de voir si quelque chose attirait son attention, n'importe quoi! Après tout, il doutait fortement que la personne ayant décidé de les envoyer ici ait fait cela seulement pour rire. Il devait y avoir une raison, un but. Il n’allait pas les laisser poiroter comme des idiots dans un monde inconnu.


- Je me sens fortement inutile et décontenancé, je déteste ça. Pourquoi sommes-nous là, bonté divine! Qu’est-ce que nous devons accomplir? Pourquoi nous choisir, nous? Cela m’échappe complètement... Même si j'avoue que cette potion de soleil est fort utile et que c'Est le point positif de notre présence ici...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Un monstre
possède parfois un coeur brisé en mille miettes.
En ligne

Honey Lemon



« Science is magic that works »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3997

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Science is magic that works »


________________________________________ Lun 25 Jan 2021 - 0:36

Le commentaire, ironique, de Stefan qui sentait les ennuis sans posséder de don de double vue fit sourire Honey, même si la situation ne s'y prêtait peut-être pas. En fin de compte, ils n'avaient pas avancé dans leur recherche d'indices et n'avaient jusqu'à présent réussi qu'à permettre à Stefan de se tenir au soleil. C'était certes une excellente chose pour lui mais, concrètement, cela ne les aiderait pas à rentrer à Storybrooke.
Les questions de Stefan, en revanche, étaient tout à fait pertinentes, alors Honey se concentra sur elles pour y répondre chronologiquement, comme elle s'y employait toujours :
- A vrai dire, oui, nous avons pris la place de personnages. Je suis Maîtresse des Potions, j'ai donc pris la place de Severus Snape, un personnage ambigu. Pendant toute la saga on ne sait pas réellement s'il est du bon ou du mauvais côté et son allégeance continue de faire débats chez les fans mais il a été élu personnage préféré de la sag...
Ayant soudain l'impression de digresser et de jouer avec la patience de son acolyte, Honey lui adressa un sourire désolé et se reprit :
- Ce n'est pas un professeur très apprécié mais il a beaucoup de talent. Je... je ne me retrouve pas dans ce personnage, à vrai dire. Mais ce n'est pas important. Vous, d'après la salle de classe où vous êtes apparu, vous avez pris la place de Remus Lupin, un de mes personnages préférés. C'est un professeur de Défense contre les Forces du Mal pendant la troisième année du héros. Il est très apprécié mais les étudiants ne savent pas qu'il est, en fait, un loup-garou...
Même si elle le pensait fortement, Honey ne souligna pas à quel point les contraintes d'être un loup-garou étaient proches de celles que Stefan rencontrait avec le soleil. Il avait dû s'en apercevoir lui-même, de toute façon. A la place, elle répondit à la deuxième question :
- Nous avons l'air d'être au mois de juin donc normalement nous approchons du dénouement, celui où on comprend que Sirius Black, le détenu échappé d'Azkaban n'est pas un partisan de Voldemort mais qu'il a été piégé par Peter Pettigrew qui est actuellement un rat. Littéralement, précisa la jeune femme. Il peut se changer en animal. Peut-être que c'est cette nuit que cela arrivera, ou peut-être pas, je ne suis pas sûre que Rowling donnait la date précise dans le roman.
Une nouvelle fois, Honey grimaça, navrée de ne pouvoir être plus précise.
Stefan, de son côté, s'était isolé du côté de la fenêtre où la jeune femme le suivit du regard, la moue dépitée. Elle n'aimait pas quand, lors d'une aventure, un de ses partenaires se sentait inutile. De son point de vue, ce n'était jamais le cas. On pouvait toujours être utile, particulièrement quand on ne pensait pas l'être.
Doucement et précautionneusement, Honey finit par s'approcher de lui et poser timidement une main sur son avant-bras.
- Vous m'avez dit, il n'y a pas si longtemps, lorsque nous étions en Floride que vous veniez d'un monde où tout ne s'expliquait pas forcément par la science et la logique, commença-t-elle prudemment. Le monde de Harry Potter est en quelque sorte un de ces mondes, alors je pense que s'il y a une personne qui peut être utile pour l'explorer, c'est vous. Peut-être que c'est quelque chose de similaire à Halloween dernier, autrement dit un cadeau de la mairie qui a dégénéré. Ou bien c'est une récompense temporaire qui vous permet d'apprécier le soleil. Comme vous dites, peut-être qu'il n'y a pas d'explication, que c'est juste arrivé. Ou alors nous sommes dans une fiction et tout ceci n'arrive pas véritablement, nous nous réveillerons chez nous avec plus ou moins de souvenirs.
Honey n'ajouta rien quant à leur partenariat car lui non plus elle ne pouvait pas se l'expliquer. Elle relâcha l'avant-bras de Stefan et recula, examinant la pièce pour donner l'illusion d'être occupée.
Elle s'y appliquait toujours lorsque la porte de la salle de classe s'ouvrit à la volée, dévoilant, cette fois, Severus Snape en personnage. Mais que faisait-il là si Honey avait obtenu son poste à l'école ?
La jeune femme n'eut pas l'occasion de poser la question car il avait dégainé sa baguette magique et la pointait, contre toute attente, en direction de Honey, pas de celui qui avait pris la place d'un de ses anciens ennemis d'école.
Abasourdie, Honey s'empara tout de même de la sienne, la tenant fermement dans sa main.
- Petite voleuse de carrière, je vous trouve enfin ! s'écria le Maître des Potions avant d'engager le combat.
Stupéfix, Expelliarmus, tous les sortilèges de défense que Honey connaissait y passèrent. La jeune femme ne réfléchissait pas, s'occupant de parer les maléfices. Il lui sembla entendre un Doloris à quelques reprises et Honey jugea que Severus était décidément très remonté d'avoir perdu son poste. Trop occupée à se battre, elle ne regardait pas Stefan. Elle savait qu'il ne connaissait pas les sortilèges de ce monde et ne lui en voulait pas. Il ne risquait rien et c'était ce qui comptait avant tout, pour lui qui tenait tellement à rentrer voir son fils. En effet, la colère de l'ancien Maître des Potions était uniquement dirigée sur Honey. Tant qu'il ne s'interposait pas il était à l'abri, même si la classe de classe commençait à être un joyeux bazar.
Honey ne s'attarda pas non plus sur ce détail. C'était son premier combat magique et c'était suffisant pour accaparer tout son esprit tant la concentration et l'effort à fournir étaient intenses. Pour une fois, elle était bien contente que ses mouvements ne soient pas limités par un fauteuil roulant car elle était embarquée dans une étrange chorégraphie qui n'était pas sans lui rappeler ses missions de super héroïne, même si son adversaire était différent des précédents.
Non seulement il était différent mais en plus il était aussi extrêmement doué et puissant. La moindre erreur, Honey le savait, pourrait lui être fatale. Et elle le fut. Alors que la jeune femme avait jusqu'alors paré tous les maléfices, Severus n'avait pas encore sorti sa botte secrète. Mais celle-ci arriva à point nommé :
- SECTUMSEMPRA ! s'écria-t-il de toute sa rage.
Le maléfice frappa Honey en pleine poitrine. Sous le choc, elle sentit sa baguette lui glisser des doigts et l'entendit rouler plus loin, sur le sol, tandis qu'une vive douleur la saisissait de toute part. Ses jambes lâchèrent sous son poids et Honey s'effondra de toute sa hauteur sur le sol en pierre, tandis que d'immenses plaies béantes ensanglantées continuaient d'apparaitre et de lacérer, toujours plus, son corps.
C'était un cauchemar, un véritable cauchemar. Pire scénario n'existait sans doute pas, pas en présence de Dracula lui-même, bien qu'il ait perdu une partie de ses facultés de vampire dans ce monde. Honey, dont l'esprit s'embuait vite, doutait qu'il les ait toutes perdues, cependant. Penser n'avait jamais été aussi épuisant pour elle qui ne prêtait plus attention à son adversaire et essayait de ne pas imaginer ce que Stefan allait bien pouvoir lui faire, pourvu que ce soit rapide. Celui-ci, d'ailleurs, se contenta de la toiser de toute sa hauteur avant de tourner les talons, non sans avoir d'abord adressé un rictus mauvais à la jeune femme.
Il constituait une menace en moins, quelque chose en moins qui pesait sur son esprit qui peinait à se remémorer le contresort de Sectumsempra. Il n'était pas très connu, pas autant que l'était le maléfice. Mais finalement, au prix d'un effort qui lui parut surhumain, Honey s'en rappela. Elle tenta, avec une difficulté extrême, de tendre la main dans la direction où, selon toute vraisemblance, se trouvait sa baguette, mais ne parvint pas à l'atteindre. Alors, en désespoir de cause, elle murmura d'une voix à peine audible :
- Vulnera... Sanentur... C'est... ça... le... contreso...
Sans jamais totalement finir sa phrase et incertaine qu'elle serait entendue ou écoutée, Honey sombra dans le noir de l'inconscience.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Stars cannot shine
 
without a little darkness.

Stefan Vulpesco



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Stefan Vulpesco


╰☆╮ Avatar : Cleas Bang

Ѽ Conte(s) : Dracula
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dracula, alias Vlad Teapes

✓ Métier : Enseignant en Mythologie
☞ Surnom : Dracula
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 451

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 25 Jan 2021 - 20:13

Ressentant la pression délicate de la main chaude sur son avant-bras, le vampire tourna sa tête afin de poser son regard sur la blonde. Il ne comprenait pas vraiment ce rapprochement. Essayait-elle de le rassurer? Pourquoi se montrait-elle aussi tendre tout d’un coup? Qui étaient-ils l’un pour l’autre? Surtout venant d’une femme aussi terre à terre qu'Honey Lemon, il était sûr qu'elle n'agissait pas sans raisons. Elle ne faisait rien sur un coup de tête sans savoir pourquoi elle le faisait. Ils étaient similaires là-dessus, ils ne laissaient pas le hasard contrôler leurs actions. Pendant que l’humaine s’éloignait pour faire mine de s’occuper, le vampire s’était retourné pour adosser son dos contre le mur, croisant les bras sur son torse, observant la pièce avec attention. Il voulait essayer d’avoir un point de vue reculé sur la situation, au cas où il ne pourrait pas voir quelque chose sous un nouvel angle et qu’il n’aurait pas vu de prime abord. Des bruits de pas vifs, expriment de la colère vinrent déranger Dracula dans sa recherche, ce demandant bien quel autre protagoniste s’approchait d’eux. Sans bouger, ses pupilles se tournèrent vers la porte qui s'ouvrit à la volée.


- Petite voleuse de carrière, je vous trouve enfin !


Stefan se contente d’hausser un sourcil, observant l’homme qui venait de faire son entrée. Grand, portant de longues robes noires et des cheveux mi-longs si gras qu’il aurait pu faire de la friture. Son nez rappelait le bec d’un aigle. Ce personnage serait la mâchoire avec colère, dévoilant toute sa colère à l'encontre de la blonde. Tout son être respirait la haine. En général, le vampire aurait dit que c’était l’occasion de revirer cela contre lui, mais il voyait que ce n’était pas le genre à s'emballer dans réfléchir. Il était méfiant, sur ses gardes. S'il le voyait s’approcher, il se retournerait rapidement contre lui. Il devait y aller avec finesse. Parce qu’il était évidant que le sorcier, ou peu importe ce qu’il était, n’était pas venu dans cette salle de classe pour prendre une tasse de thé et trouver un arrangement au problème avec civilité.


Le combat commence. Le sorcier semble bien décidé à attaquer le premier et c'est ce qu'il fait, lançant sort par-dessus sort. Malgré tout, la blonde se débrouille bien, ce qui étonne quelque peu le vampire. Lui qui avait l’habitude de la voir si peu intéressée par la magie à comparer à la science qu'il ne s'était jamais imaginé qu'elle puisse être autant dans son élément dans un combat de mage. Le professeur savait bel et bien qu’il ne pourrait pas utiliser sa baguette pour venir en aide à sa collègue, ne connaissant pas les sorts de cet univers, mais il utiliserait la surprise. Cet énergumène devait être loin de se douter qu’il avait devant lui le vrai Dracula. Silencieusement, il profite que l’attention de leur ennemi soit sur la blonde afin de se déplacer dans la pièce, voulant arriver dans son dos et le mordre au cou. Malheureusement, ce n’est pas lui qu’il aurait bientôt envie de déguster.


Le vampire n’avait même pas eu le temps d'arriver dans le dos du sorcier que ce dernier utilisa un sort dangereux et presque inconnu. La jeune femme tomba au sol et l’odeur du sang vint envahir la pièce. Stefan sentit instantanément ses canines lui piquer et il se mit à grogner comme un fauve, reculant à vitesse vampirique dans un coin de la pièce, tentant si bien que mal de contrôler son instinct. Il ne voyait plus rien autour de lui, ni les meubles, ni les livres un peu partout, ni le sorcier quittant la salle. Tout ce qui attirait le regard de la créature était le liquide rouge rubis se répandant sur le sol. Sortant les crocs, la bête était difficilement contrôlée par l'homme qui tentait de garder le dessus, de ne pas se jeter sur la proie facile que représentait la demoiselle sur le sol. Elle lui récite le sort, la voix faible. Il sent qu’elle sombre dans l’inconscience. La main tremblante, il dirige sa main vers sa poche, retenant son souffle en essayant de se focaliser sur son but. Il devait la sauver, il était hors de question de la laisser mourir ou d’être la cause de sa mort! La baguette tendue vers elle, il se contentait de fixer son regard sur son visage, épargné étrangement par les coupures. Ainsi, il n’observait pas la tentation directement et il hurla le sort qu’elle lui avait donné.


- VULNERA SANENTUR!


Il était loin de s’imaginer l’effet de contre-sort. Le sang faisant chemin inverse pour retourner dans le corps de la demoiselle. Les plaies se refermant comme si elles n’avaient jamais été là. Quand il est sûr d'arriver à se contrôler, il rejoint à vitesse vampirique la jeune femme inconsciente sur le sol. Il passe sa main sous sa tête la soulevant doucement, posant son autre main sur sa joue.


- Réveillez-vous, par l’enfer! Réveillez-vous! IL est hors de question que ce salopard gagne!



S’il avait été vivant, son cœur battrait la chamade. Il avait presque l’impression de le sentir, comme un fantôme d’anciennes sensations depuis si longtemps disparues, mais pourtant fraiches en mémoire. Il n’avait pas ressenti autant de panique depuis... sa femme. Replaçant une de ses mèches blondes derrière son oreille, dévoilant son joli minois, Stefan pour la première fois depuis des siècles, se laissa guider par son instinct et non pas par un quelconque plan. Fermant les yeux, il prit une grande respiration avant de coller ses lèvres vivement sur les siennes dans un baiser de désespoir. Si on lui demandait à l'instant même, il n’avouerait pas, mais il avait peur de la perdre, la seule personne qui se préoccupait de lui.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Un monstre
possède parfois un coeur brisé en mille miettes.
En ligne

Honey Lemon



« Science is magic that works »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3997

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Science is magic that works »


________________________________________ Hier à 0:27

Honey connaissait la douleur. Elle l'avait expérimentée sous bien des formes. La pulsative. La fulgurante. L'irradiante. La jeune femme avait appris à en décrire les manifestations et à les associer à ses mots. Elle souffrait souvent depuis son accident mais n'avait jamais ressenti de douleur comparable aux effets de Sectumsempra. Ce qui s'en rapprochait peut-être le plus était le fait de tomber dans un lac gelé quand, d'après les témoignages, on avait la sensation d'être transpercé par une multitude de lames de poignards. Sauf que Honey n'était pas passée au travers de la glace. Elle avait seulement été frappée de plein fouet par un puissant maléfice, méconnu, vraisemblablement, des autres habitants du château, et avait senti sa peau se déchirer en tellement d'endroits qu'elle n'avait pas essayé de les compter. Sa force vitale l'avait rapidement abandonnée, en même temps que son sang se répandait sur le sol, et elle avait sombré dans un trou noir d'inconscient, soulagée, d'une certaine façon, de ne plus être en mesure ni de penser, ni de ressentir.
La jeune femme n'aurait su dire avec certitude au moment où elle avait fermé les yeux si elle espérait les rouvrir un jour. Son sort, sa vie, son destin, tout son être et son devenir, en fin de compte, s'était vu remettre dans les mains de Stefan, un vampire centenaire et assoiffé. Les probabilités, elle le savait, étaient contre elle. Mais Honey savait aussi, à cet instant, quand ses paupières avaient cessé de lutter pour rester ouvertes, qu'elle avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour augmenter ses chances de survie. Et puis, elle n'avait pas peur de la mort. Elle l'aurait accepté si ceci avait été sa fin. Elle avait déjà failli mourir au combat une fois et savait qu'on ne pouvait pas toujours tenter sa chance impunément.
Pourtant, les événements et les décisions prises s'assurèrent que ce jour-là ne soit pas le dernier vécu par Honey Lemon. Bien qu'elle n'en ait pas conscience, Stefan fit son choix, parmi la multitude d'options qui s'offraient à lui et lança le contre-sort qu'elle lui avait, littéralement et métaphoriquement, soufflé. Et ce choix, cette cause, eut pour effet la guérison, presque instantanée des blessures de Honey. Son sang, son si précieux sang, retourna dans ses veines au lieu de finir dans le système d'un vampire et ce même vampire s'agenouilla pour soulever, avec une douceur qui contrastait particulièrement sa nature ténébreuse, la tête de la jeune femme.
Mais que se passait-il, justement, dans la tête, ou plutôt l'esprit, de cette jeune femme ?
Sans doute qu'une partie plus ou moins consciente de l'esprit de Honey finit par s'apercevoir que le système nerveux n'envoyait plus de signaux de douleur, tandis que le cœur recommençait à avoir suffisamment de sang à disperser dans l'organisme. En fin de compte, la machine humaine se remettait peu à peu en marche après un arrêt quasi complet et en tout cas brutal du système. Les effets du sortilège n'étaient pas négligeables, ils avaient éprouvé tout l'organisme de la jeune femme qui ne revint pas instantanément à elle, contrairement à ces personnes qui se réveillaient parfois en sursaut. Mais, peu à peu, son inconscient fut rejoint par son audition (qui se trouve être le dernier sens à s'endormir et le premier à se réveiller) qui fit parvenir au cerveau de Honey une exclamation alarmée, qui semblait se rapprochait au fur et à mesure que le cortex auditif de la scientifique parvenait, difficilement, à en déchiffrer le sens.
Bien que Honey ait encore les yeux fermés et se trouve encore entre l'endormissement et l'éveil, elle commençait à reprendre conscience de son corps, de son environnement alentour et sentit les doigts froids qui caressaient son visage. Elle plissa ses yeux sous ses paupières encore closes, gênée, sans doute, par ce contact glacé, si loin, tellement loin de la chaleur et de la douceur du sommeil. Bien que de plus en plus conscient, son esprit hésitait encore à franchir le pas mais il avait pris conscience du bras qui maintenait sa tête surélevée mais pris, encore plus violemment, conscience des lèvres étrangères qui se retrouvèrent bientôt férocement collées à celles de la jeune femme.
Peut-être que cette prise de conscience fut le choc qui convainquit l'esprit de Honey Lemon de revenir totalement à lui, ou peut-être qu'il s'agissait d'une coïncidence, de ce que certains appelaient un heureux hasard ou un sens particulier du timing. Toujours est-il que Honey rouvrit tout aussi brutalement les yeux.
Et quel ne fut pas son choc quand ceux-ci lui apprirent que Stefan avait bel et bien jugé utile, pertinent voire nécessaire de l'embrasser. C'était absolument incongru et Honey voulut ouvrir la bouche pour le signifier mais s'aperçut que ce n'était, en fin de compte, pas une si bonne idée. Il ne manquerait plus qu'il commence à penser qu'elle ait décidé de répondre à ce baiser ! Alors Honey remonta ses mains, à l'aveugle, jusqu'au visage de Stefan pour le repousser gentiment, sentant son esprit encore plus perdu qu'en proie à la plus vive des douleurs.
Il finit par comprendre qu'elle avait repris connaissance et, croisant, son regard, relâcha son étreinte pour appliquer une certaine distance entre eux deux.
Honey se redressa non sans une certaine maladresse et ne pouvait s'empêcher de le fixer, toujours abasourdie - à plus d'un titre, d'ailleurs ! Les pensées tourbillonnaient dans son esprit et elle ne savait pas par quelle question ou quelle remarque commencer. Ni comment elle devait se sentir. Gênée ? Flattée ? Perdue ? Ce n'était pas la meilleure option mais c'était à ce moment celle qu'elle maitrisait le mieux. L'air circonspecte et sentant qu'il fallait briser le silence qui s'installait entre eux deux le plus rapidement possible, Honey opta tout d'abord pour des remerciements :
- Merci pour le contre-sort. Je... hm... J'étais pas totalement sûre que... Enfin... ce que je veux dire avant tout c'est : merci, conclut-elle comme elle pouvait en tâchant de ne pas offenser celui qui l'avait clairement sauvée.
Ca n'aurait pas été très poli.
- Merci et pourquoi, reprit la jeune femme sans quitter Stefan du regard. Ouais, j'ai aussi envie de vous demander : pourquoi ? Pourquoi quand je me suis réveillée il y avait vos lèvres sur... les miennes. C'était... pourquoi ? Parce que... le bouche à bouche, ça se fait pas comme ça. Il faut positionner la tête de la personne inconsciente d'une autre façon, un peu vers l'arrière et lui pincer le nez pendant qu'on souffle dans sa bouche. Qu'on souffle. Pas qu'on... Ce n'est pas non plus utile d'en faire lorsque le sujet respire encore et je... Je ne crois pas avoir arrêté de respirer. Non, j'ai seulement dû m'évanouir à cause de la douleur, ce sortilège ne cause pas d'arrêt cardio-respiratoire, pas, du moins, avant que tout le...
Les sourcils légèrement froncés par la réflexion, Honey y mit cependant un terme prématuré, songeant à l'effort que cela avait dû être de l'épargner. Pourquoi l'avait-il épargnée, d'ailleurs ? Avec ce voyage impromptu à Poudlard c'était l'occasion rêvée de la siffler toute entière et d'inventer une excuse que personne ne pourrait jamais vérifier. Et pourtant...
Alors il fallait qu'elle comprenne. Et pour ce faire, Honey décida de jouer franc jeu. De toute façon, vu la situation, cela lui paraissait acceptable. Cessant de regarder dans le vague pour concentrer sa réflexion, la jeune femme reporta ses yeux verts sur Stefan et demanda :
- Vous savez, n'est-ce pas ? Soit vous m'avez entendue en parler avec Violette l'année dernière, soit vous le sentez quand je saigne. Soit les deux. Ca doit être tellement... attirant, reprit la jeune femme, faute d'un autre terme plus neutre, pour vous. Comment vous avez pu vous... contrôler ? Et pourquoi ?
Les pourquoi revenaient tellement souvent dans la bouche de Honey qu'il allait finir par lui demander si elle pouvait apprendre des synonymes afin de varier les plaisirs. Ou s'agacer de la trouver si curieuse, si prompte à tout analyser, toujours, tout le temps, même dans un pareil état, après une pareille épreuve.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Stars cannot shine
 
without a little darkness.

Stefan Vulpesco



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Stefan Vulpesco


╰☆╮ Avatar : Cleas Bang

Ѽ Conte(s) : Dracula
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dracula, alias Vlad Teapes

✓ Métier : Enseignant en Mythologie
☞ Surnom : Dracula
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 451

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Hier à 17:21

Incongru, stupéfiant, perturbant, qui aurait pu croire que Dracula, le roi des vampires, le prince des ténèbres, sauverait une simple humaine plutôt que de s’en repaître. Pire encore… L’embrasser avec un si grand désespoir? Lui? Ceux qui croyaient le connaître n’en auraient clairement pas cru leurs yeux. Depuis quand Dracula démontrait des émotions humaines? Cette demoiselle, qu’a-t-elle fait pour emmener le vampire à doucement… changer? Oui, changer. Même si le vampire refusait cette possibilité, il n’agissait plus comme auparavant. L’homme agissant que par intérêt avait sauvé une vie humaine parce qu’elle… comptait pour lui? Un sang si rare, si précieux, il aurait pu en faire ce qu’il voulait. Il aurait pu a boire au complet, en garder de côté pour plus tard, voir la remmener à la vie après avoir goûté et décider qu’elle serait son garde-manger, mais… non. Même pas. Il ne voulait pas la boire même si son sang était une tentation vicieuse. Que valait ce liquide rouge en dehors des veines de sa propriétaire? Plus rien, étrangement.
Les mains de l’humaine se posèrent sur son visage, poussant doucement de l’autre côté, le repoussant. Qu’est-ce qui lui prenait, à lui, Dracula? Pourquoi avait-il embrassé cette jeune femme? Bien sûr qu’elle le repoussait! Comment diable une demoiselle de son âge pourrait s’intéresser à un homme comme lui, si vieux ! Si on oubliait son âge réel, il avait quand même l’apparence d’un homme dans la fin de la quarantaine. Il n’avait plus du tout la fraîcheur d’un jeune homme de 20 ans. Rapidement, il se relève, s’éloignant d’elle comme si d’un coup elle était contagieuse. Il n’ose plus la regarder, s’approchant de son bureau pour aller s’y asseoir. Baissant la tête, il enfouit ses mains tremblantes dans ses cheveux. Il se rappelle encore d’avoir croisé le regard de la blonde. Il ne voulait même pas prendre le temps de comprendre ce que cela signifiait. Il était sûr que cela ne pouvait être qu’une chose, du dégoût.

Elle avait beaucoup de questions, ne semblant pas comprendre son acte. La scientifique, pourtant si brillante, ne semblait pas comprendre. Elle lui demandait pourquoi avoir posé ses lèvres sur les siennes, comme si son but avait été de la réanimer d’une manière fort peu logique dans un tel cas. La demoiselle voulait aussi savoir s’il savait, pour la rareté de son sang, s’il l’avait su quand il était allé chez Violette Parr et qu’ils s’y étaient croisés ou s’il l’avait senti. Elle ne semblait pas comprendre comment il s’était contrôlé ni pourquoi.

Le vampire écoutait ses questionnements en serrant la mâchoire, sentant sa patience se perdre petit à petit. Si d’habitude il appréciait sa curiosité, ce qu’il trouvait plus proche de la qualité que du défaut pour sa part, là, ce n’était clairement pas le moment. Vivement, il frappa sur le bureau qui trembla sous la force pourtant contrôlée afin de ne pas casser l’objet. Les deux paumes de ses mains plaquées sur la surface en bois, il se releva de sa chaise et posa enfin son regard sur elle.

- Assez… ASSEZ AVEC VOS QUESTIONS! VOUS NE COMPRENEZ PAS? VOUS N’ÊTES PAS SEULEMENT CAPABLE D’ANALYSER UN MINIMUM? VOUS ÊTES VRAIMENT UNE SCIENTIFIQUE, PAR DIEU? VOUS VOULEZ VRAIMENT SAVOIR? VRAIMENT?! JE VAIS VOUS LE DIRE MOI, VOUS ME PLAISEZ, VOILÀ! ET, OUI, JE SENS LA RARETÉ DE VOTRE SANG ET JE VOUS AI ENTENDU EN PARLER À VIOLETTE PARR!

Soudain, il y a un silence qui pèse dans la pièce. Le regard sombre du vampire laissa la place à de la surprise, de l’étonnement, comme s’il venait enfin de comprendre quelque chose qu’il n’assumait pas. Il détournait les yeux, incapable de la regarder une seconde de plus. « Vous me plaisez… », il murmura pour lui-même, comme s’il avait du mal à croire ce qu’il venait de dire.

- Pardonnez-moi, je… dois y aller.

Sans un mot de plus, il se mit à se diriger vers la porte à son tour, prêt à quitter la salle de classe pour aller n’importe où. Errer dans un château inconnu lui semblait être une meilleure idée que d’affronter une humaine et des émotions qui n’étaient pas revenues depuis des siècles.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Un monstre
possède parfois un coeur brisé en mille miettes.
En ligne

Honey Lemon



« Science is magic that works »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3997

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans : « Science is magic that works »


________________________________________ Aujourd'hui à 0:32

Honey était toujours assise par terre, tellement décontenancée par tous ces événements qui s'étaient enchainés en si peu de temps, qu'elle n'avait pas encore songé à se relever. L'espace d'un instant, encore sonnée par le maléfice dont elle avait été la victime, elle avait même cherché son fauteuil roulant du regard avant de se rappeler que, non, pour cette aventure - ou quel que soit le nom de ce qu'elle était en train de vivre - elle n'en avait pas, tout comme Stefan avait, semblait-il, perdu une partie des dons qui faisaient de lui un vampire.
Mais Stefan, lui, s'était éloigné, et la jeune femme ne tarda pas à le voir, assis à son bureau, le visage enfoui dans ses mains. Elle se mordit la lèvre inférieure, désolée. De quoi exactement, elle n'aurait pas su le dire. Mais elle était désolée, tout de même. A voir sa réaction, elle avait fait, ou dit, ou demandé, quelque chose qu'elle aurait, une fois encore, mieux fait de taire. Mais quoi ? C'était à ni plus rien comprendre, comme si la logique s'était évaporée de la pièce le temps de son évanouissement.
Et puis soudain, sans crier gare, Stefan frappa du poing contre son bureau si fort que toute la pièce sembla se mettre à trembler. Instinctivement, Honey se recroquevilla, les mains sur les oreilles et les yeux fermés. Elle n'imaginait pas qu'il puisse lui faire du mal. Pas après ce qu'il venait de faire, quoi qu'elle n'en maitrise pas toutes les implications. Mais elle redoutait particulièrement sa colère. Il n'y avait pas que le grondement des orages que Honey redoutait. Les éclats de voix et les bruits sourds la stressaient tout autant, surtout quand elle ne les maitrisait pas.
Les yeux toujours fortement fermé, Honey écouta ce que Stefan avait cette fois à lui reprocher, persuadée d'essuyer les plâtres d'une intense colère dont elle était l'objet. Et ce fut le cas, en partie, quand il lui demanda si elle était vraiment certaine de disposer d'un esprit analytique, juste avant qu'il n'avoue, enfin ne crie, qu'elle lui...
Attendez, quoi ?
Qu'elle lui plaisait.
La révélation était tellement surprenante que Honey redressa la tête, interloquée au possible, et fixa son air perdu sur lui. Le silence retomba aussi subitement qu'il avait été dérangé. Ils s'observèrent, des expressions bien différentes peintes sur leurs visages, avant que Stefan ne décide d'y aller et ne mette cette décision immédiatement à exécution.
Honey le suivit du regard quand il quitta la pièce, toujours perdue dans ses pensées. Où comptait-il aller, au juste ? Il ne connaissait ni ce château, ni cet univers. Et s'ils étaient partenaires d'aventure, ce n'était sans doute pas pour qu'ils se séparent, sinon à quoi aurait servi ce parchemin dans leurs robes de sorcier ?
Il fallut cependant quelques instants à Honey pour faire toutes ces connexions logiques dans son esprit, des esprits qui suffirent à Stefan pour s'en aller avant que Honey ne se relève brusquement pour lui courir après.
Elle courut d'après à la porte de la salle de classe puis dans le couloir, désert et tourna à gauche, parce qu'il fallait bien commencer quelque part. Honey avait déjà atteint l'extrémité gauche du couloir quand elle songea que peut-être il avait en sa possession la carte du Maraudeur, quelque part dans son bureau, si, puisqu'il avait pris la place du professeur Lupin, celle-ci avait bien été confisquée plus tôt dans l'année. Honey pilla, le souffle court, car plus habituée à courir aussi vite (mais c'était assez grisant de pouvoir le faire et sa robe de sorcière ne l'entravait pas du tout), prête à rebrousser chemin, quand elle tomba nez à nez avec le professeur Chourave qui semblait soucieuse de l'état d'alerte de sa collègue :
- Quelque chose ne va pas, professeur Lemon ? demanda-t-elle. Sirius Black s'est une nouvelle fois introduit dans le château pendant que je rempotais me mandragores ?
- Non... Je... Le professeur Vulpesco... c'est lui... c'est lui que je cherche, expliqua Honey, encore essoufflée.
- Ah oui, bien sûr ! C'est le moment du mois où il a besoin de sa potion, que vous préparez scrupuleusement à chaque fois. C'est vrai que, quand je l'ai croisé, il avait pas l'air bien. Il allait dans l'autre direction, d'ailleurs... Peut-être allait-il à votre bureau et vous vous êtes manqués ? suggéra la professeur d'Herbologie de sa mine bienveillante.
Honey opina, remercia sa collègue et partit en courant dans le sens par lequel elle était venue, oubliant une fois encore la carte du Maraudeur potentiellement dans la salle de Défense. Si elle explorait de façon méthodique le château, elle finirait par lui mettre la main dessus, non ? Ou alors un fantôme, un autre professeur pourrait la renseigner. Oui, c'était plus que probable, il y avait énormément de gens à Poudlard.
Pourtant, Honey parcourut deux étages tous entiers sans le retrouver. Sa gorge commençait à méchamment brûler et elle regrettait de ne pas avoir eu toutes ses révélations après avoir pris un remontant en cuisine (du chocolat, par exemple) pour la remettre des effets de Sectumsempra. A vrai dire, elle n'avait qu'une envie, s'effondrer contre une paroi en pierre et y rester une heure ou deux. Sauf qu'elle ne pouvait pas. Un novice au beau milieu de Poudlard, ça allait forcément finir par se voir. Alors Honey redoubla d'effort et finit par l'apercevoir à l'autre bout d'un couloir. Elle s'arrêta, pantelante, et attrapa sa baguette magique, instrument vraiment très utile par moment.
- IMMOBILIUS ! s'écria-t-elle avec toute l'énergie qu'elle avait encore.
Le sortilège avait pour effet de figer les choses en mouvement et fonctionnait, heureusement, aussi sur les êtres. Stefan s'arrêta donc dans sa marche, contre son gré, et Honey put le rattraper en marche. Elle se laissa glisser contre une paroi du château avant de mettre fin à l'incantation. Indiquant sa baguette, elle haleta :
- M'obligez... Pas... à recommencer.... OK ? Pfiouuu..., soupira la jeune femme en se recoiffant. J'avais plus autant couru depuis... dix ans, facilement. Qu'est-ce que ça aurait été avec la super vitesse de vampire... J'aurais dû apprendre à voler sur un balai. Vous êtes plus grand qu'un Vif d'or, je m'en serais peut-être sortie. Enfin bref. Vous pouvez pas juste vous sauver comme ça. Ca se fait pas. On est censé être une équipe ici, sinon le parchemin nous aurait pas indiqué où nous rejoindre. Faut vraiment apprendre à travailler en équipe. Déjà. Pour commencer. Ensuite, ça se fait pas de clore une conversation comme ça. Vous pouvez pas juste me crier dessus des tas de choses dans tous les sens et partir.
Honey marqua une pause, toujours en train de récupérer et poursuivit après un temps :
- Je crois que si je mange pas quelque chose très rapidement je vais de hypoglycémie. Je dirais pas non à un grand verre de Coca mais ils connaissent pas ici. Tant pis. Voilà ce qu'on va faire : 1) on va aux cuisines. C'est sous la salle grande salle, y aura que des elfes de maison et ils auront à manger. 2) je mange, je finis de processer ce que j'ai en tête - c'est vraiment pas évident d'analyser des faits quand on court après quelqu'un, j'avais jamais essayé donc je savais pas mais maintenant que j'ai essayé, je peux vous le confirmer et on discute de.... tout ça, conclut la jeune femme avec un ample geste de la main.
Honey avait retrouvé son souffle et se releva, déjà impatiente de se rasseoir. Mais elle resta, baguette à la main, et invita Stefan à la suivre.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Stars cannot shine
 
without a little darkness.

Contenu sponsorisé








A little magic can take you a long way | Stefan - Page 2 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

A little magic can take you a long way | Stefan





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les autres mondes :: ➹ Divers Mondes