« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
20% sur tout dès 30€ d’achats
Voir le deal

Partagez
 

 Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Manhattan T. Potts



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Manhattan T. Potts


╰☆╮ Avatar : Charlotte Free

Ѽ Conte(s) : Shiki
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Megumi Shimizu

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] Jamv

☞ Surnom : Mana, princesse, babe, cupcake, doll, sugar, la pétasse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 747

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 21 Fév 2021 - 12:27


Shut up and

let me go
C
lac, clac, les talons claquent sur le bitume. Le déhanché sévère fait rouler les hanches, d’un côté, puis de l’autre. Et on recommence. Manhattan s’arrête à un coin de rue. Coup d’œil dans la devanture. Sa combi-short est lâche, sur son corps fin, parsemée de petites têtes de mort noires, sur un tissu saumon. Grosses lunettes noires posées sur le nez, les cheveux libérés sur ses épaules. Maquillage parfait. Visuel parfait.

La seule ombre, au tableau, c’est l’autre pouf.

Comme une tache collée sur sa joue, qui assombrit le dessin. Elle a beau gratter, ça reste. Les pensées tournées vers la blondasse, celle qui a osé la titiller, entrer dans son espace et lui donner ce dont elle a toujours rêvé. Sauf que Manhattan a craché. Par principe, par fierté. Parce qu’elle veut prendre d’elle-même, obtenir par ses mains, pour ne dépendre de personne. Parce qu’elle sait comment est le monde. Sa méchanceté, son besoin de trahir, d’abandonner. Elle sait ce que c’est. Elle n’en sera plus victime, jamais.

Alors, elle a dit non. C’est plus simple. Elle ne doit rien à l’autre, à celle qui brille sans cesse, qui accapare toute l’attention. Celle qui se prend pour une cheffe. Envie de la mordre, jusqu’au sang, de lui faire regretter de l’avoir emmerdée. Son exact opposé. Celle qui se permet de parader devant elle, sous ses yeux clairs, avec son petit sourire de fille heureuse, de gamine qui a tout, toujours tout, à jamais tout. Celle qui s’est permis de partir, loin, dans la vraie ville, alors que Manhattan est restée coincée ici.

Injustice, envie de vengeance.
Chaque chose en son temps.

L’invitation au creux de l’oreille, Mana reprend son chemin. Elle trace sa route, le menton levé. Elle a dit non, mais elle sait qu’il n’est pas trop tard, que l’autre n’est pas partie. Il lui suffit de s’incruster, comme la jolie fleur qu’elle est, de sourire un peu, de faire semblant d’être polie. Vive l’hypocrisie. Et quand il sera trop tard pour dire non, sortir les griffes, les crocs, claquer des dents plus fort que ses talons. Clac, clac, bitch, fallait pas être con et dire oui.

L’aéroport, au bout de la ville. Instant d’hésitation. C’est la première fois qu’elle approche, qu’elle regarde les avions prendre leur envol pour les villes, pour la vraie vie. Elle soupire, se pare d’un sourire ravi. Enfin ! Enfin, le reste du monde, la fuite. New York n’est pas sa cible, à Mana, mais elle prend, elle a besoin de partir. De se dire que c’est possible, qu’elle ne sera pas toujours coincée ici.

Alors, elle trace. Elle se fraie un passage dans le hall, ignore les regards vers elle, ceux qui osent ne pas la regarder, aussi. Puis elle s’arrête, bien droite, une main sur la hanche, le menton dressé, le regard baissé. Elle soulève à peine ses lunettes noires. La blonde est là, coincée dans son allure d’héroïne. De victime.

– Salut ! fait-elle, avec un sourire, presque ravie. Mes plans ont été décommandés, finalement. Je me suis dit que c’était triste, de te laisser partir toute seule.

Petit haussement d’épaules. Les yeux bleus qui volettent ailleurs, regardent les autres, tous ces petits cons qui ont de quoi partir, qui le font sans raison.

– J’ai failli être en retard, tu m’en veux pas ? (Pour ce que j’en ai à foutre, sourire gentil sur ses lèvres rouges.) Tu t’es déjà enregistrée ?






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88731-en-cours-manhattan-ty http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88782-manhattan-t-potts-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88783-manhattan-t-potts-rps http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88908-pinky_star

Zelda Bosphoramus



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Zelda Bosphoramus


╰☆╮ Avatar : Lili Reinhart

Ѽ Conte(s) : The Legend of Zelda
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Zelda

✓ Métier : Licence d'histoire pour devenir archéologue ♦ Propriétaire du Comics Burger
☞ Surnom : Antonin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 96

✓ Disponibilité : 7/6 (Rafael, Manhattan, Dyson, Lemuria, James, Robin, Link)

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 23 Avr 2021 - 1:14




Shxt up and let me go !


Zelda ϟ Manhattan.

J'avais besoin de retourner à New York, de voir la ville dans laquelle j'avais fuis, quelques années plus tôt. J'avais encore de nombreuses choses à régler à New York, suite au déménagement précipité que j'avais du organiser quelques mois plus tôt. Quand Impa était venu me trouver à ma porte, je n'avais pas pensé que je devrais rentrer à Storybrooke en urgence... Je ne pensais pas y retourner avant longtemps. Je voulais simplement m'éloigner de cette ville, m'éloigner de Ganon. C'était le seul moyen pour survivre. J'avais besoin de devenir plus forte, de trouver un moyen de le battre une bonne fois pour toutes. Mais le fait que Impa avait trouvé Link avait changé la donne, m'obligeant à rentrer plus tôt que prévu. J'avais acheté le Comics Burger dans le but d'en créer un leurre pour Ganon, pour qu'il pense que j'étais restée à Storybrooke pour le gérer, alors que je m'en occupais à distance, déléguant mes responsabilités. Mais maintenant que j'étais de retour, Ganon se doutait que j'étais ici. La situation était compliquée et j'avais cruellement besoin de m'évader quelques jours et retrouver la ville dans laquelle j'avais passé deux années des plus tranquilles.

-Bonjour, est-ce possible d'enregistrer mon bagage ? Voici mon passeport et ma carte d'embarquement. demandais-je à l'hôtesse tout en lui tendant les deux documents nécessaires.

Initialement, j'avais proposé à Manhattan de m'accompagner. C'était une fille avec qui j'avais passé la majeure partie de ma scolarité. Nous ne nous étions jamais entendues, du moins elle ne m'avait jamais vraiment apprécié, me faisant maintes et maintes crasses. Je n'avais cependant jamais fermé les yeux, n'hésitant pas à la confronter si besoin est. Mais, à force de la côtoyer, j'avais fini par la percer à jour, à la comprendre. Du moins, je pensais. Je savais qu'au fond d'elle n'était pas que la rebelle sans cœur qu'elle s'amusait à jouer constamment. Je savais qu'elle était bien plus que ça, si seulement elle écoutait son cœur. Elle voulait probablement se protéger, ce que je ne comprenais que trop bien. Personne n'aimait souffrir et mettre des murs pour s'empêcher de ressentir quoi que ce soit semblait être une bonne solution. Je ne savais pas exactement si c'était pour cela qu'elle agissait comme cela mais ce qui était certain c'était que je ne pouvais pas la laisser se détruire sans que je ne fasse rien pour l'aider. Alors je lui avais proposé de m'accompagner, ayant déjà entendue qu'elle rêvait de se rendre dans une grande ville. Je n'avais aucune idée si New York était l'une de ces villes qui la faisait rêver, mais c'était mieux que rien. Et entre un et deux billets la différence n'était pas grande. Alors je lui avais envoyé le billet, avec une lettre lui proposant de me rejoindre. Elle avait refusé. Je trouvais cela dommage, mais je pouvais comprendre à quel point c'était dur d'accepter l'aide qu'on te donnait, de prendre la main qu'on te tendait.

-Merci beaucoup, bonne journée à vous !

Je saluais l'hôtesse puis continua à me diriger dans l'aéroport, cherchant l'entrée la plus rapide pour passer les contrôles afin d'ensuite trouver la porte d'embarquement. C'est alors que j'entendis une voix dans ma direction. Je me tournais, intriguée, et posa les yeux sur Manhattan. Elle se tenait là, juste à côté de moi, bagage dans la main et billet offert dans l'autre. Je ne pus m'empêcher de sourire à sa vue. J'étais heureuse de voir qu'elle avait finalement trouvé le courage d'accepter. J'étais aussi rassurée de voir que je n'avais pas dépensé mon argent pour rien et que j'avais bien fais de garder un peu d'espoir en annulant pas le ticket... Elle trouva une excuse pour expliquer sa présence, après avoir refusé catégoriquement de m'accompagner. Elle retournait la situation sous-entendant que je lui faisais de la peine à partir toute seule et que c'était la seule raison pour laquelle elle venait. Bien sûr... Je préférais ne pas la brusquer, alors autant jouer son jeu.

-Je suis contente que tu m'accompagnes, finalement ! Tu vas voir, New York est une ville géniale, j'espère que le voyage te plaira. Ne t'en fais pas pour le retard, nous avons encore largement le temps mais je te conseille d'aller enregistrer ton bagage vite avant que ça ne ferme, je l'ai déjà fais. Tu as besoin d'aide ou tu connais déjà bien la procédure ?

Je devais avouer que cette dernière question était pour la pousser dans ses retranchements. Je savais qu'elle n'aimait pas accepter l'aide qu'on lui proposait, comme elle venait de le prouver. De plus, je me doutais qu'elle n'avait jamais pris l'avion, ou du moins très rarement... Si elle rêvait de grandes villes alors que l'une d'elles se trouvait à proximité et pour des prix assez abordables, c'était probablement parce qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'y aller. Je voulais simplement savoir si elle était capable d'accepter mon aide... Certains pouvaient assimiler cela à de la manipulation, mais ça n'avait rien à voir, je voulais simplement l'aider à comprendre qu'il n'y avait rien de mal à demander de l'aide et que j'étais tout à fait disposée à lui apporter celle-ci. Je fus extirpée de mes pensées par une voix masculine nous interrompant dans notre discussion.

-Salut mes jolies, vous allez où comme ça ? Dans mes rêves j'espère ? Ou mieux, dans mon lit ?

Je levais les yeux au ciel, n'ayant aucune envie de devoir faire partir un gros lourd. J'avais bien trop à faire. Je décidais de rester poli, pour le moment, n'ayant aucune raison de m'énerver puisqu'il ne nous avait pas agressé, juste abordé de façon peu classe...

-Nous ne sommes pas intéressées et très pressées, désolée.

-Eh oh, pas si vite ! Tu te prends pour qui à me tenir tête toi ? Tu te crois trop bien pour moi, c'est ça ? En plus, tu parles pour ta copine, c'est pas très polie ça. Toi je suis sûr que t'as du gout hein ? Ou t'as perdu ta langue ? Dommage je connais plein de choses que t'aurais pu faire avec ta langue...

-Vous êtes dégoutant. Vous n'avez pas honte d'aborder des inconnues pour dire ça ? Trouvez-vous un peu d'amour propre enfin ! Mais puisque je dois laisser parler mon amie... Je me tournais vers elle, le regard blasé, impatiente de me débarrasser de cet idiot. Je t'en prie.


DESIGN ϟ VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
★ Let's fall in love for the night

Let's fall in love for the night and forget in the mornin'. Play me a song that you like, you can bet I'll know every line.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89161-termine-zelda-

Manhattan T. Potts



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Manhattan T. Potts


╰☆╮ Avatar : Charlotte Free

Ѽ Conte(s) : Shiki
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Megumi Shimizu

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] Jamv

☞ Surnom : Mana, princesse, babe, cupcake, doll, sugar, la pétasse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 747

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 5 Mai 2021 - 10:42


Shut up and

let me go
L
a jalousie coincée au creux de la gorge. Manhattan glisse ses yeux bleus sur le hall, sur les valises, sur les visages heureux. Elle n’a jamais eu le droit de partir. Retenue en ville par des… impératifs. Pas un seul sou en poche, recrachée sur le trottoir dès sa majorité. À jouer des airs de diva pour ne pas montrer l’humiliation, l’abandon, ce qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Qui s’inquiète de la pimbêche qui lisse ses jupes courtes ? Elle n’a qu’à s’accrocher à un nouveau bras pour obtenir un toit. Mana ne veut pas de leur pitié. Elle sait se débrouiller. Elle peut y arriver. Si les autres le font, pourquoi n’y arriverait-elle pas ?

Les yeux bleus reviennent à Zelda. Envie de claquer des dents, de frapper des poings pour se frayer un chemin. Un chemin pour aller où ? Elle ne sait plus, la haine pour seul carburant, la jalousie comme une étincelle pour enflammer le tout. La blonde a tout de la femme indépendante, de la gamine à qui tout a souri. Que sait-elle de la solitude ? Des coups de gamins qui n’ont plus rien à perdre que la vie ? Des couteaux plantés dans le dos pour être le seul à se tenir bien droit, les yeux larmoyants, les bras tendus vers une nouvelle maman. Tch, Manhattan n’a pas besoin de tout ça. Elle ne réclame pas, elle prend. Seul moyen de survivre, dans un monde comme celui-ci.

Face à celle qu’elle déteste pour le simple fait de respirer le même air qu’elle, de n’avoir qu’à tendre les doigts pour que les autres lui crachent dans la main, Mana s’invente un sourire ravi, un regard presque amical. Il y a quelque chose de dangereux, entre elles, quelque chose que la rose ne peut plus retenir. Le temps a fait son œuvre, l’habitude a eu raison des carapaces. Les yeux de la blonde percent ses défenses et voient au-delà des apparences. Elle gratte, sans autorisation, là où personne ne doit s’aventurer. Alors, Manhattan fait de son mieux pour garder le menton haut, essayer de lui prouver qu’elle a tort : il n’y a aucun cœur qui bat, au fond de son corps. Elle a toujours été une connasse et le restera à jamais. Personne n’a besoin d’une raison pour être bête et méchant.

Et cette façon qu’elle a de parler de New York lui fait serrer les dents. Elle se retient d’entrouvrir les lèvres pour tester le pointu de ses petites canines, ce qu’elle fait chaque fois qu’elle est contrariée. Elle ne veut pas montrer que l’autre touche là où ça fait mal à tous les coups, lance plantée directement dans l’ego de Manhattan. Ou ce qu’il reste de cet ego émietté qu’elle rapièce à chaque fois pour singer la suffisance, l’arrogance. C’est ce qu’on attend des filles comme elle, de celles qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez. Alors, elle essaie de passer outre l’habitude de Zelda, cette familiarité entre la ville et la blonde. Comme si elle en connaissait les moindres recoins.

Puis le coup final, la lame retournée dans la blessure ouverte, les crans du couteau qui détruisent tout à l’intérieur. Manhattan serre le poing, sur l’anse de sa valise. Elle sait, elle se doute que la blonde le fait exprès. Tout le monde sait que Mana n’a jamais quitté Storybrooke, n’a jamais eu l’occasion de prendre l’avion, ni même le train, la voiture, n’importe quel moyen de locomotion pour s’éloigner d’ici. Le plus loin qu’elle soit allée était sur la moto d’un autre idiot, accrochée à lui comme si sa vie en dépendait, ce qui ne l’a pas empêché de fuir, lui aussi. Espèce de sale… Elle n’a même plus les mots pour se défendre de la blonde qui joue les innocentes. L’auréole est crasseuse, au-dessus de sa petite tête de débile.

Manhattan soupire un coup, l’air las, à l’avance, de l’effort qu’on lui demande de faire. Sauf qu’elle ne répond pas, pour le moment, consciente que Zelda l’a piégée et qu’il n’y a aucune échappatoire. La rose déteste réclamer l’aide de ceux qui l’entourent. Elle ne veut pas leur être redevable, entendre dire, soudain, qu’elle doit racheter le temps qu’ils ont perdu pour elle, avec elle. Elle préfère qu’ils se décident d’eux-mêmes, pour se dédouaner de toute responsabilité, ne pas se laisser piéger par les doigts tendus qui, jamais, ne voudront lâcher son poignet.

– Je-…

Interrompue à l’instant où elle s’apprête à se défendre, Manhattan relève ses lunettes noires, dans ses cheveux roses, pour toiser l’autre de haut en bas. Tu tombes à pic, l’abruti, comme un besoin de cracher sur quelqu’un, sans pouvoir s’en prendre à celle qui l’accompagne. La cible est parfaite, assez idiote pour ne pas comprendre que ce n’est pas le moment de les emmerder. En d’autres circonstances, Mana aurait peut-être accepté l’invitation, donnée avec aussi peu de subtilité et de classe qu’un hippopotame qui chie dans l’eau pour marquer son territoire. Elle aurait sûrement minaudé comme une idiote pour mieux cacher le regard mauvais de la prédatrice enragée.

Sauf que ce n’est pas le moment.
Aucun obstacle ne doit se dresser entre Manhattan et ce voyage.

Elle rit quand on lui donne la parole, comme si elle avait besoin d’une autorisation pour donner son avis sur la situation. Un grand rire qui grince un peu sur des notes sombres, alors qu’une moue remue ses lèvres quand il s’arrête, les yeux bleus bourrés de jugement. Elle dégage son épaule d’un grand geste et pose, dans le même mouvement, son coude sur celle de Zelda, à ses côtés.

– Dans tes rêves, j’en doute pas, chéri. Mais ce sera plutôt dans son lit.

Gloussement amusé qu’elle pose entre eux, alors que ses doigts caressent, doucement, la joue de Zelda. Beurk, plutôt crever, mais la tête de l’autre est délicieuse, l’incompréhension des sourcils froncés sur ses yeux sombres, puis ce petit sourire en coin qui veut tout dire sur ce qu’il imagine, cliché jusqu’au bout des ongles, indigne de son intérêt. Elle se détache de la blonde et passe sa langue sur ses dents du haut, s’attarde sur la canine droite.

– Oh, et tu n’as pas idée de ce que je fais avec mes dents, le provoque-t-elle, avec un haussement de sourcils. Maintenant, t’es mignon, tu nous laisses tranquille, on a un avion à prendre. Pas intéressées, tu comprends ? Bouge de là, joue pas au plus con avec moi, t’as oublié dans quelle ville nous sommes, je crois.

Storybrooke, ou la ville où il ne vaut mieux pas aborder deux inconnues dans un hall d’aéroport, sans être certain de ce qu’elles cachent. Zelda a la gueule de l’héroïne parfaite, de celle que tout le monde aime et protège, mais Manhattan a le sourire carnassier de la vilaine qui n’attend qu’une bonne occasion de prouver au monde qu’il ne faut pas l’embêter. Heureusement pour lui, elle n’a plus ses pouvoirs d’autrefois, ses longs crocs prêts à se planter dans toutes les gorges.

Malheureusement pour lui, il ne fait pas mine de se pousser et Mana est à court de patience.

– Puisque monsieur insiste…

La rose fait claquer sa langue, sur son palais, et tend son ticket, ainsi que sa valise à l’inconnu. Elle attend qu’il s’empare des deux comme le bon petit chien qu’il est, trop bon, trop con, non ? Quand il a les mains assez occupées pour ne pas risquer de les poser sur elle, Manhattan balance le pied en arrière et l’écrase dans les valseuses, sans plus de cérémonie. Grand sourire aux lèvres, elle se délecte de la douleur, sur son visage, et s’empresse de reprendre son billet, directement glissé dans sa poche, ainsi que l’anse de sa valise. De sa main libre, elle s’empare de celle de Zelda.

– Une autre fois peut-être, souffle-t-elle au souffrant. Dépêche !

Elle prend la poudre d’escampette, Manhattan, ses doigts refermés sur ceux de la blonde pour ne pas la perdre, alors qu’elle court dans l’aéroport, pour ne pas laisser à l’autre l’occasion de se venger. Filer en vitesse, sans se retourner, à deux doigts de rire sur sa propre bêtise. Finies les balles en caoutchouc, j’ai évolué, ce n’est pas un petit diable aux cheveux rouges, qu’elle tire derrière elle, mais une blonde qui n’a, sûrement, rien compris à ce qu’il s’est passé. Les princesses n’ont pas appris à survivre comme Manhattan l’a fait. À mordre et frapper avant d’être frappée.

– Avoue que c’était amusant, lâche-t-elle, en s’arrêtant près d’un guichet, à l’autre bout du hall. Si tu te laisses marcher dessus, t’as pas fini de souffrir. Pas que j’en ai quelque chose à faire, s’empresse-t-elle d’ajouter, en abandonnant les doigts de Zelda pour se tourner vers le guichet. Je t’ai aidée à sortir d’un mauvais pas, là, alors tu vas faire l’enregistrement du bagage. Donnant-donnant.

Elle se félicite elle-même, Manhattan, d’avoir réussi à retourner la situation à son avantage, ou presque. Ne pas se laisser piéger dans une dette qu’elle ne voudra pas payer plus tard, c’est bien mieux ainsi, et ça lui évite de réclamer de l’aide alors qu’elle n’a jamais mis un pied dans un aéroport.

– On a plutôt intérêt à se dépêcher, si tu vois ce que je veux dire. (Ses lunettes repassées sur ses yeux bleus, elle cherche un signe de celui qu’elle a frappé, dans la foule.) Promis, princesse, je serai plus sage à New York.

Mana est-elle une femme de promesse ? La question se pose, mais elle l’écarte d’un sourire innocent. Bien sûr que oui ! Les doigts croisés dans le dos pour avoir le droit de mentir. Oupsie.






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88731-en-cours-manhattan-ty http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88782-manhattan-t-potts-liens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88783-manhattan-t-potts-rps http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88908-pinky_star

Contenu sponsorisé








Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Shxt up and let me go [pv - Zelda Bosphoramus]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Amérique