« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

UP Toujours plus Haut ! - Saison #3 Participez à l'animation #1 de Disney Rpg
Le Deal du moment :
Cdiscount mobile : Forfait 100 Go sans engagement ...
Voir le deal
8.99 €

Partagez
 

 May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


ϟ Llwynog F. Foxley ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Llwynog F. Foxley

| Avatar : Mark Fischbach

May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog 21042901534425678617393168

Should I try to hide the way I feel inside my heart for you?
Would you say that you would try to love me too?
In your mind could you ever be really close to me?

May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog 21042901534425678617393169


| Conte : Five Nights At Freddy's
| Dans le monde des contes, je suis : : Foxy, le renard pirate

| Cadavres : 197


May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog _



________________________________________ Mer 31 Mar 2021 - 22:45




May I help you in any way ?




Llwynog s'assura qu'il n'avait rien oublié, jetant un dernier coup d'œil au contenu de son sac avant de le refermer vivement pour éviter qu'un regard un poil trop curieux ne se ruine la surprise et, lorsqu'il fut convaincu que tout était en ordre, il se décida enfin à quitter son appartement. Si le fait d'être à présent un policier ne lui garantissait jamais d'avoir un planning organisé - il ne comptait plus le nombre de fois où il avait dû faire faux bond à Dinah à cause d'une urgence et, puisque l'on lisait toujours en lui comme dans un livre ouvert, il savait très bien que son amie devinait sans peines ses remords et sa culpabilité, si bien que les périodes où elle lui en voulait ne durait jamais bien longtemps -, il ne pouvait s'empêcher de suivre une certaine routine. Comme si le fait de répéter à intervalle régulier les mêmes actions lui apportait un semblant de réconfort. Cela faisait bien longtemps qu'il ne cherchait plus à comprendre le pourquoi du comment, mais il se doutait que cela devait être dû - du moins, en partie - à son ancienne vie. Aujourd'hui, Fritz était particulièrement présent puisqu'il s'agissait d'une des journées qu'il préférait : même s'il n'avait plus l'occasion d'être réellement "présent" pour prendre part aux activités qu'il allait proposé, il pouvait toujours les vivre par procuration et en profiter. D'ailleurs, l'enfant ne cessait de discuter joyeusement, lui demandant ce qu'il avait prévu cette fois-ci, s'il y aurait de la nouveauté. Il demandait aussi des nouvelles de certains enfants hospitalisés, probablement ceux qu'il aurait aimé avoir en tant qu'amis... Ou peut-être que les visages de certains lui rappelaient ceux de ses compagnons passés ? Il n'osait pas le lui demander de vive vois, parce qu'il ne souhaitait pas l'attrister avec ce genre de remarques, mais il répondait à la plupart de ses questions en rédigeant des réponses brèves au creux de sa paume. Parler seul était mal vu dans la rue, alors le duo atypique devait s'adapter en conséquence.

Avec tout ça, son cheminement vers l'hôpital sembla se dérouler en un clin d'œil : l'avantage de n'être jamais réellement seul. Lorsqu'il monta dans les étages dédiés à la pédiatrie, il croisa le chemin de certains de ses anciens collègues et... L'ancien renard étant ce qu'il était, il prit un peu de temps pour parler avec chacun d'eux, leur demandant si tout se passait bien pour eux, cherchant à savoir comment ils s'en sortaient. Ce n'était pas une curiosité mal placée, mais il avait toujours eu beaucoup de sympathie pour eux, et il savait à quel point le milieu dans lequel ils avaient choisi de continuer d'évoluer pouvait se révéler dur et impitoyable... Lui, il avait trop bon cœur pour supporter de voir toute cette souffrance, encore et encore, pour endurer les pertes à répétition, aussi... Malgré lui, cela le ramenait toujours à son échec, au fait qu'il n'avait pas réussi à assurer la protection de Fritz, et des autres enfants aussi quand il s'agissait là de son seul et unique but. Ce pour quoi il avait été programmé. Lorsque Mia lui retourna la question, lui faisant remarquer qu'il avait l'air préoccupé, il se contenta d'un doux sourire, avant de répondre par omission - ce n'était pas un mensonge, n'est-ce pas ? Il se contentait simplement de mettre de côté certaines informations superflues...

Enfin, des au revoir furent échangés et il put rejoindre le service. Là, il passa plusieurs heures à raconter de nouvelles histoires toutes plus farfelues les unes que les autres aux petits patients. Pour les plus âgés, ceux qui commençaient à douter de la véracité de ce qu'il avait à dire, et qui pouvaient donc s'amuser en groupes, il leur donna les nouveaux jeux de société qu'il venait tout juste d'apporter, ainsi que les sets de playmobils et les puzzles qu'il avait acheté quelques jours plus tôt. Tous semblèrent ravis, et l'étage résonnait de rires et d'un chahut joyeux. L'ancien animatronique put d'ailleurs remarquer que Fritz semblait tout particulièrement intéressé par les petites figurines et le navire de pirates qui constituait leur environnement puisque, à plusieurs reprises, il put en voir certaines se mouvoir légèrement comme si elles étaient animées d'une volonté qui leur été propre. Et il le laissait faire : ce n'était jamais grand chose, et si cela lui permettait de s'amuser aussi, c'était tout ce qui comptait. Il fut interrompu par l'infirmière qui annonça que les repas seraient bientôt servis, et qu'il fallait donc commencer à ranger tout ça. Si certains semblaient déçu, Llwyn eut tôt fait de les rassurer en leur promettant de revenir encore un peu en début d'après-midi, mais qu'en attendant, ils devaient être sages. Sages comme des images !

Il profita de sa courte pause pour aller prendre un peu l'air dans le parc qui entourait l'hôpital, et Fritz continuait de lui parler. L'esprit avait l'air particulièrement surexcité, et babillait à toute allure :

« C'était à cause du bateau que tu ne voulais pas que je m'approche du sac, hein, hein ? Tu crois que Lisa voudra bien encore jouer avec moi ? Parfois, j'ai l'impression qu'elle me voit ! Tu crois que c'est possible ? Tu crois que... »

Soudainement, l'enfant se tut. Llwynog en fut surpris et eut le réflexe - inutile - de le chercher des yeux, comme si cela pourrait lui fournir un semblant d'informations. Pour une raison qui lui échappait, ce soudain silence l'inquiéta quelque peu...

« Fritz ? Tout va bien ? Qu'est-ce qu'il se passe ? »

Il y eut quelques secondes de flottements, puis il eut l'impression que l'enfant était de retour :

« Je vais bien ! Pardon Foxy. Mais y'a un monsieur là-haut... Il a l'air triste... Ou en colère ? Mais je peux pas l'aider, moi... »

Il avait l'air vraiment embêté... Mais cela n'empêcha pas Llwyn de rire doucement.

«C'est pas drôle ! Vieeens, faut que tu m'aides ! »

L'espace de quelques secondes, il eut l'impression que quelqu'un lui tenait la main et tentait de l'entraîner à sa suite, mais le contact disparut très vite.

« C'est juste que... Je te laisse me guider, d'accord ? Je vais voir ce que je peux faire pour l'aider, mais je ne te promets rien, compris ? »

«Dis pas de bêtises, je sais que tu peux faire quelque chose ! Viens, il est par là ! »

En suivant les indications parfois un peu hasardeuses de Fritz, le duo contourna le bâtiment pour revenir près de l'entrée principale... Et là, non loin du grillage se trouvait effectivement un homme à la mine renfrognée. Llwynog ne savait pas réellement ce que l'inconnu pouvait chercher ici, mais sous les demandes répétées de l'esprit, il finit par s'avancer doucement vers lui.

« Bonjour ? Je peux vous aider ? Vous cherchez quelque chose ? Il esquissa un sourire chaleureux. J'ai travaillé ici un moment, alors si vous êtes perdu... Je suis à peu près certain de pouvoir vous conduire vers l'endroit qui vous intéresse ! »


panic!attack

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oh girl I hate to let you go
I don't know how to feel, do you want this love of mine? I thought about staying quiet, but you deserve to know the truth.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84861-i-ve-been-push http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84959-i-won-t-break-you-unless-you-deserve-to-be-broken-llwynog-f-foxley#1193207


ϟ Husk Adelson ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Husk Adelson

| Avatar : Karl Urban

May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog Tumblr-nb4xx6-GQnt1scr5ano2-250-2

Here kitty, kitty
There's too much demon blood
In these self appointed angels
Acting like you're comatose
Speaking like a country rose
Or a preacher's pet in drag

May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog Tumblr-nb4xx6-GQnt1scr5ano2-250-1


| Conte : Hazbin Hotel
| Dans le monde des contes, je suis : : Husk

| Cadavres : 152


May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog _



________________________________________ Sam 1 Mai 2021 - 17:15

May I help you in any way ?


De toute sa vie, sur Terre comme en Enfers, Husk n’aurait jamais pensé qu’il serait possible pour lui de tomber encore plus bas après avoir finalement cédé aux avances du type qui passait son temps à lui courir après. Tout partait d’un pari sur un fond de poker, un territoire que Husk connaissait pourtant très bien et sur lequel il était imbattable…. normalement. Il n’aurait jamais pensé que sa tricherie finirait tôt ou tard par se retourner contre lui et pourtant c’est désormais à deux reprises qu’il se retrouve dans la merde. Quand ce n’était pas Angel, c’était Loukas qui venait lui pourrir l’existence et il devait reconnaître que cette fois elle avait fait fort puisqu’elle avait mêlé le chaton grincheux à ses problèmes avec la justice. Oh non, il n’était pas question de crime mais seulement travaux d’intérêt généraux qu’elle semblait vouloir fuir au plus loin, estimant qu’elle avait bien plus intéressant à faire qu’à passer son après-midi avec des gamins hospitalisés. Et comme elle n’avait trouvé personne pour prendre sa corvée à sa place, ce fut auprès de Husk qu’elle vint chercher ce qu’elle voulait : la tranquillité. Si le chaton ne s’était pas privé pour envoyer chier la blonde dans un premier temps, cette dernière savait parfaitement le brosser dans le sens du poil pour avoir gain de cause ou tout du moins, espérer l’avoir. Un simple pari autour d’un jeu de cartes et l’affaire était pliée.

Husk n’avait pas la moindre envie d’avoir à se coltiner une bande de marmots toute une après-midi mais il n’avait qu’une parole et quand bien même il pouvait se montrer mauvais joueur et faire preuve de toute la mauvaise foi du monde, il avait perdu et devait respecter sa part du marché. C’est donc en lâchant une dernière insulte à l’égard de Loukas qu’il quitta son appartement, le pas traînant. Le chemin jusqu’à l’hôpital de Storybrooke lui sembla interminable, non seulement à cause de l’absence de motivation mais aussi parce qu’il passa tout son temps à se confronter à ses idées noires. Ce n’était pas la première fois -ça lui arrivait bien plus qu’il ne voulait le laisser croire- et ça ne serait sans doute pas la dernière fois non plus. Husk avait l’impression de faire marche arrière, de remonter le temps des décennies auparavant, à une époque où tout semblait encore lui réussir et où il était encore un homme bien, prêt à tendre la main vers autrui. Cette époque où il était encore loin d’imaginer la longue descente aux enfers qui l’attendait sagement. Parfois, il aimerait redevenir ce type qu’il était mais le poids des remords et de la culpabilité était trop lourd à supporter. À quoi bon vouloir profiter de la vie quand celle-ci vous chie à la gueule à la moindre occasion ? C’était une vision bien triste de la vie mais Husk n’était pas connu pour son optimisme, ça faisait bien longtemps qu’il avait cessé de croire qu’il existera un jour où il connaîtra autre chose que le deuil.

L’immense bâtiment qu’était l’hôpital apparut finalement dans le champ de vision du chat grincheux qui ne put s’empêcher de réprimer un profond soupir de désespoir. Il n’avait vraiment AUCUNE envie de passer sa journée à s’occuper de gamins et d’autant moins quand il s’agissait, en plus, de rendre service à Loukas mais il était trop tard pour faire marche arrière. S’approchant de l’entrée, Husk mit quelques secondes avant de finalement se décider de franchir la porte mais son geste fut interrompu par la sonnerie de son téléphone. Une énième injure franchit les lèvres du barman quand il y vit le prénom de la jeune femme responsable de sa situation. Husk hésita un instant avant de décrocher, n’ayant clairement pas envie de supporter les railleries de la blonde. Mais quitte à être dans son jour de bonté…

"Huuuuuusk ! Comment va mon chacha grognon préféré ? T'es fin prêt pour cette journée j'espère ? ... T'as pas oublié au moins ? Les petits seraient teeeellement déçu de ne pas apercevoir ton adorable bouille en cette magnifique journée..."

L’appel venait tout juste de commencer et la voix mignarde du chien des Enfers lui tapait déjà sur le système. Husk crevait d’envie de lui raccrocher au nez mais il connaissait Loukas, tout ce qu’elle voulait c’était de le pousser à bout. Il devait simplement se retenir d’entrer dans son jeu.

“J’aurais préféré oublier...” Qu’il soupira en se pinçant l’arrête du nez. “T’as rien trouvé de mieux à foutre que de m’emmerder ?”

"Tout de suite, faut que tu te montres chafouin... C'est un appel pour te soutenir, pas pour t'emmerder !"

Le chaton leva les yeux au ciel derrière le combiné. Depuis quand elle se souciait de lui ?

“Si tu veux me soutenir, t’as qu’à venir bouger ton cul jusqu’à l’hôpital et faire ton putain de bénévolat. Tu crois que j’ai une gueule à jouer les bons samaritains ?”

"Ah c'est dommage mais... Aujourd'hui, je peux vraiment pas. Désolée mon chou. Mais je sais que faire des bonnes actions, c'est ton petit péché mignon !"

“Connasse.”

Et ce fut sur ces douces paroles que Husk mit un terme à la discussion en raccrochant. Qu’avait-il fait pour mériter une torture pareille ? Un pari qu'il avait perdu de surcroît. Il soupira à nouveau et passa une main sur son visage avant que son regard ne se porte à nouveau sur l’entrée et les panneaux indiquant les différents services. Urgences, radiologie… Personne de cet hôpital n’a été foutu d’indiquer l'aile pédiatrique ?

Une voix masculine tira Husk de ses pensées avant qu’il n’ait eu le temps de cracher une insulte à l’encontre du personnel hospitalier. Le barman se retourna vers l’origine de la voix et son regard se posa sur celui qui venait de lui parler. Il se retint fort de l’envoyer chier, jugeant être capable de s’en sortir seul, mais il se contenta -pour une fois- d’accepter l’aide qu’on lui proposait.

“Je cherche le service pédiatrique. La jeune femme chargée de l’animation de cet après-midi a eu un imprévu, c’est moi qui la remplace.” Répondit-il avant d’ajouter, non sans lâcher un énième soupir. "Faudra dire à vos anciens collègues que les indications sont vraiment à chier ici."
© Vanka

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Love, it will not betray you, dismay or enslave you. It will set you free. Be more like the man you were made to be - SAMURAI
 Page 1 sur 1

May I help you in any way ? ◊ Husk & Llwynog





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Médecine & Science :: ➹ L'hôpital