« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon 151 : où trouver le coffret Collection Alakazam-ex ?
Voir le deal

Partagez
 

 I don't know what we are anymore // Adrien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Gabriel Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio

I don't know what we are anymore // Adrien Dl9z

- Qu'est-ce que tu sais exactement ?
- Que tu as échoué.


◘◘◘

I don't know what we are anymore // Adrien A4g2

Heroes make mistakes too...


| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

I don't know what we are anymore // Adrien 210427035215479840

| Cadavres : 653



I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________ 2021-04-25, 20:41

I don't know what we are anymore...
Pour Noël, Deborah avait offert à Gabriel un voyage. Qu'importe la destination, qu'importe le séjour, l'objectif - il supposait - était surtout que le styliste se change les idées et aille voir un ailleurs autre que Storybrooke. Sa conseillère en image avait sûrement du en avoir marre, aussi, qu'il s'isole entre quatre murs et refuse de voir du monde, c'était à en devenir aigri et mauvais par la suite ce qui ne réussirait pas à sa carrière. Il le savait. Sur le coup, le styliste s'était senti ridicule car lui n'avait pas pensé à offrir un cadeau particulier à celle-ci et pourtant, elle l'avait aidé non pas comme une employée mais comme une amie. Elle avait été là pour lui lorsqu'il demandait à être seul mais avait besoin d'être accompagné. Grâce à elle, il aspirait à avancer malgré tout ce qu'il avait brisé et à s'accrocher à ce qu'il restait.

En ce début d'année, il partit pour Paris.
Quelle autre destination aurait-il pu prendre ? La France lui manquait d'autant plus maintenant qu'il ne lui restait plus qu'elle... Et les souvenirs qu'elle contenait. Certes ce n'était pas le pays de son conte originel mais au moins, il pouvait retrouver l'aspect et les décors de celui-ci. Gabriel Agreste avait besoin de changer d'air, de repartir dans le passé, seul, une dernière fois. Ainsi, il réserva une chambre dans l'un des plus grands hôtels de la ville, autrefois géré par le Maire de la ville, d'ailleurs. Du moins, le maire de sa ville.

Il avait passé les deux premiers jours à visiter les lieux comme un simple touriste, un revenant. Certains l'avaient reconnu pour ses créations de mode et ses défilés mais il ne payait pas de mine, il n'invitait pas les gens à aller le voir. Enfermé sur lui-même, il regardait le monde comme un ressuscité avec des souvenirs et une vie qui ne reviendra jamais. Passant sur les ponts de la Seine, les grands magasins et restaurants, c'est au milieu de la rue qu'il crut le voir.

"Adrien." Articula-t-il à voix basse alors que devant lui se tenait une tête blonde à la carrure d'enfant.

Gabriel s'avança au moment où l'individu décala la tête. Ce n'était pas son fils. Le styliste, immédiatement, comprit la bêtise de son geste. Adrien avait grandi, il ne faisait plus cette taille désormais, il n'était plus... un enfant. Sans un mot, le regard décalé, il traça son chemin dans des pensées plus sombres, l'âme errante. La journée arrivait à sa fin, il faisait un peu frais dehors mais rien de glacial comme Gabriel pouvait l'être avec les autres. Une fois dans sa chambre, le styliste ne perdit pas de temps.

"Nooroo...

-Attendez, maître ! V-Vous ne pouvez pas faire ça ici ! Nous ne sommes pas à Storybrooke -

-Justement. Répondit-il sèchement. Il n'y a aucun superhéros pour venir détruire mes plans ! Nooroo, transforme-moi !"

Le kuami, sans pouvoir s'opposer à l'ordre, se fit aspirer dans le miraculous avant que son porteur ne se transforme... En Papillon. C'est vrai, Gabriel avait aussi le paon, mais pour Paris, il savait ne vouloir être que lui-même. Et aussi triste cela puiss-t-il paraître, le titre de Papillon était le seul auquel il répondait sans sourciller depuis des années. Quelque chose l'avait rongé et le rongeait encore à l'intérieur. Ni but, ni famille, ni ambitions, que restait-il du vilain qui semait la terreur en pensant faire bien ? Pour sa femme, du moins... Il avait échoué sur toute la ligne. Lorsque l'akuma se déroba de sa main, il fut étonné de voir que celui-ci se dirigea tout d'abord vers lui. Gabriel serra les poings.

"Pas moi ! Vas chercher une âme en peine à l'extérieur, ne vise pas celui qui te contrôle !"

Le petit papillon violet s'exécuta comme un pantin articulé et, maladroitement, battit des ailes jusqu'à la fenêtre entrouverte pour s'échapper dans les rues de Paris. Qui allait-il prendre ? Gabriel Agreste savait que ce n'était pas une bonne idée et à vrai dire, il ne comptait pas créer un spectacle des plus horrifiants de quoi faire fuir tout Paris. Le vilain qu'il allait créer ne serait, pour lui, que le réceptacle de sa colère, celle qu'il n'arrive à exposer qu'en tant que méchant. La prochaine victime ne serait finalement que le bouc émissaire du Papillon.

Une jeune fille fit vite l'affaire. Cane en main, Gabriel sourit derrière son masque plus l'akuma s'approchait de l'élastique des cheveux nattés de sa cible. Mais alors, vivement, quelqu'un passa devant en décalant la jeune fille. Lui aussi masqué, il laissa l'akuma entrer dans une clochette accrochée à son coup. Son regard vert s'ouvrit subitement et le symbole du Papillon apparut devant son visage. Il en fut de même pour Gabriel, complètement abasourdi par ce qu'il voyait.

"A-... Il n'osait parler. Adrien ?"

Oui, c'était forcément lui. Chat Noir est Adrien, l'identité secrète qu'il lui a caché pendant des années. Son propre fils ! Non. Ce n'était pas son fils ici. Son fils n'aurait jamais fait ça, il ne désobéissait pas, il ne l'espionnait pas. Parce que c'était forcément ça. Pourquoi sinon serait-il ici à contrecarrer ses plans, encore ? Le styliste avait toujours su que sa prochaine confrontation avec le jeune blond ne serait pas en tant qu'Adrien... Mais en tant que son alter ego.

"Pourquoi tu es venu ici, Chat Noir ? Comme par hasard, à Paris, en même temps que moi ? Le Papillon esquisse un sourire nerveux. Je n'y crois pas une seule seconde."

Si Chat Noir est ici, alors tel le sera Ladybug dans un instant. Marinette Dupain-Cheng... Ils étaient deux, le Papillon était seul. S'il n'agissait pas tout de suite, alors...

"Très bien. Se résolut-il à jouer le jeu. C'est moi que tu veux, je crois. Moi, ton ennemi principal, celui qui a détruit ta vie pour ramener ta mère ! Je te laisse une chance de te venger ! Viens à moi, Chat Blanc. Viens et finissons ce que nous avons commencer."

Gabriel allait regretter, il le savait. Chat Noir, Chat Blanc, Adrien... Qu'est-ce qu'il restait ? Le Papillon fait sortir le miraculous du paon et l'ordonne de le transformer. De là, il se créé sa propre arme, à partir de son désespoir... Chat Blanc avait beau être akumatisé et perdu dans Paris, il connaissait toujours assez bien son père pour savoir où il pouvait se cacher.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Agreste

C'est le sort des familles désunies de se rencontrer uniquement aux enterrements.

KoalaVolant
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

I don't know what we are anymore // Adrien 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

I don't know what we are anymore // Adrien 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

I don't know what we are anymore // Adrien 201223091400619077

| Cadavres : 295



I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________ 2021-04-26, 18:40

I don't know what we are anymore...
Cela faisait déjà un petit moment que le mot famille ne signifiait plus rien pour lui ou plutôt qu'il préférait oublier ce que la famille représentait pour lui. Adrien se demandait toujours comment les choses avaient évolués ainsi. Il se rappelait parfois de ces moments doux qu'il avait connu quand il n'était qu'un enfant. Les caresses de sa mère et le sourire fier de son père. De l'amour, il se sentait aimé à une époque. Il aimait ses parents et ses parents l'aimaient. Puis arriva la mort de sa mère, un moment dur, très dur. Adrien avait très mal vécu le départ forcé de sa mère mais il s'était mit en tête que tant qu'il avait son père, tout irait pour le mieux. Malheureusement, Gabriel n'avait pas eu le même état d'esprit. Il avait tourné le dos à son fils et il avait osé défier la mort pour pouvoir ramener sa mère à la vie. Tout le monde le savait, c'était impossible de ramener les morts à la vie. Ou alors, il y avait toujours des conséquences. Gabriel avait essayé de ramener sa femme et maintenant il en payait le prix. Adrien n'arrivait plus à le regarder en face, sa mère lui avait pourtant dit de soutenir son père, qu'il en aurait sûrement besoin. Il n'avait pas réussi, pas cette fois. Comment pouvait-il s'occuper de son père alors qu'à chaque fois qu'il posait les yeux sur lui, il revoyait le corps en décomposition de sa mère. Il avait blessé tellement de ses amis, il avait blessé Marinette et il l'avait blessé, lui. Son propre fils. Et maintenant ? Maintenant cela faisait presque un an que Adrien ne lui parlait plus. Il ne savait plus quoi lui dire, il ne savait pas par quoi commencer. Le jeune Agreste était tout simplement perdu.

Alors il se contenta d'observer son père de loin. Pas pour le surveiller mais plus pour savoir comme il allait. Parfois, il s'inquiétait pour lui et se sentait mal de le laisser seul. Parfois, Adrien se disait que sa réaction était un peu trop poussé et que cette fois-ci, c'était lui qui tournait le dos à son père. Les deux Agreste répétaient encore le même schéma sauf que cette fois-ci, c'était Adrien qui ne voulait pas faire avancer les choses. Quand il ressentait ce genre de sentiment, il se transformait en Chat Noir et se perchait sur un toit en face du manoir Agreste. Juste pour voir comment son père allait. Cela faisait de nombreux mois qu'il essayait de lui pardonner, de trouver des raisons à chacun de ses actes. Parfois, c'était trop dur. Parfois Adrien se demandait juste si son père n'avait pas été trop habitué aux pouvoirs du Papillon. La famille Agreste finirait par connaître le repos ?

En ce début d'année, Adrien rendit une petite visite à son père. Sur le toit, comme il avait l'habitude de le faire. Et ce fût comme ça qu'il remarqua que son père partait en voyage. Pour Paris. Qu'allait-il faire là-bas ? Une promenade santé ? Il en doutait fortement. Il en doutait si fortement que Adrien se sentit obligé de le suivre jusqu'en France. Cela était étrange de retourner dans sa ville natale mais c'était pour la bonne cause. Adrien s'en voudrait si il laissait son père replonger dans ses magouilles. Et si Gabriel avait une idée derrière la tête, il devait la connaître. Alors discrètement il le suivait. Adrien avait prit le même avion et ensuite il s'était transformé en Chat Noir pour le suivre à la trace. Il ne fût surpris de voir que son père logeait dans l'hôtel qui appartenait à Monsieur Bourgeois. Enfin, c'était du passé maintenant. Dans un premier temps, il pensait que Gabriel était venu ici juste pour prendre du bon temps mais il s'était lourdement trompé. Adrien envoyait des messages à Aisha tout en étant perché sur le toit de l'hôtel et rapidement, il vit un akuma quitter le bâtiment pour voler dans Paris, à la recherche d'une âme brisée. Le jeune Agreste fronça les sourcils en colère avant de suivre rapidement le papillon tout en sautant de toit en toit.

Adrien repéra la cible de l'akuma bien avant qu'il se rapproche d'elle. Une jeune femme qui pleurait devant l'écran de son téléphone. Elle venait d'apprendre une mauvaise nouvelle sûrement, tellement qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de pleurer en publique. Sans attendre, Chat Noir se laissa tomber devant elle et il la poussa sur le côté afin d'épargner son sort. Quand à lui... C'était trop tard. Le papillon s'était déjà niché dans sa clochette alors qu'il entendit soudainement la voix de son père. Il avait dépassé la limite. Était-il prêt à akumatiser son propre fils ? Sûrement. La question ne se posait pas. La question ne se posait plus. Plus il entendait la voix de ce qui était autrefois son père, plus la colère montait en lui. De la colère, de la trahison, de la haine et du désespoir. Tout ce qu'il avait ressenti pendant ces plusieurs mois avait triplé de puissance.

« C'est compris, Papillon. »

Il accepta l'invitation du Papillon et soudainement, son costume qui avait toujours été noir devint blanc. Adrien ne résistait plus à la colère qu'il ressentait et il était prêt à tout détruire autour de lui pour faire comprendre au monde entir à quel point il souffrait. Chat Blanc voulait juste voir le monde pleurer et il voulait se venger. Sans attendre, il posa son regard sur la jeune femme qu'il avait sauvé. Elle s'était rapproché de lui pour le remercier mais il n'en avait plus rien à faire. Il lança un regard glacial à la jeune femme.

« Tout vas bien ? »

La question de cette dernière raisonna dans son esprit et étrangement sa colère grandit un peu plus dans son estomac. Non ça n'allait pas et ça n'irait plus pour personne. Chat Blanc allait tout détruire. Sans attendre, le félin commença à former une boule lumineuse entre ses deux mains. Cela avait eut don de faire paniquer toutes les personnes qui se trouvaient dans les alentours. Des policiers se rapprochaient de lui et sans attendre, il lâcha la lumière blanc sur le sol. Un énorme fracas se fit entendre alors que les bâtiments autour de lui se brisèrent en mille morceaux. Les policiers firent violemment projeté en arrière alors que des cris de terreur se faisait entendre autour de lui. Des personnes se retrouvaient coincés dans les décombres et parfois même, pire. Chat Blanc ne jeta aucun regard autour de lui, il ne ressentait plus rien. Rien hormis la colère et la trahison. Sans attendre, il se rendit rapidement vers l'hôtel où son père résidait. Il ne fut pas surpris de voir le Papillon sur le toit. Sauf que quelque chose avait changé. Enfin, cela importait peu à Chat Blanc qui finit par se percher sur le rebord d'un toit, non-loin de celui de l'hôtel.

Il posa son regard froid sur celui de son père avant de tourner la tête vers l'endroit d'où il venait. Un nuage de poussière flottait au dessus de ce qu'il avait détruit et il pouvait encore entendre le hurlement des victimes. Aucun regret, juste de la colère. Il se reconcentra sur son père avant de finalement se relever pour se tenir debout sur le rebord.

« Alors ça y est. On y est enfin arrivé. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'on ne règle nos soucis avec la force. » lâcha froidement Chat Blanc. « Cela faisait peut-être parti de tes plans, de me briser pour faire de moi une arme de destruction. »

Ce n'était pas les paroles de Adrien mais celle de Chat Blanc mais au fond, ne l'avait-il pas pensé un petit peu ? Au fond ne croyait-il pas que son père finirait pas se servir de son mal-être ? Sans attendre, Chat Blanc forma une nouvelle fois une boule de lumière à l'aide de ses deux mains tandis qu'il posait son regard sur celui de son père.

« Tu penses que maman serait fière de nous ? Après tout, elle voulait nous voir ensemble. Ce n'est pas ce que l'on fait actuellement ? On est ensemble. Mais est-ce qu'on ressortira ensemble de cette bataille ? Ou alors un de nous deux va encore y laisser un morceau de son âme. Alors, père... Content du résultat ? »

Il parlait de lui, de l'akumatisé qu'il était devenu mais il parlait aussi de leur relation et de la famille qu'il était devenu.

« Au moins, tu m'accordes de l'importance maintenant. »

Et sans attendre, il lança sa boule de pouvoir en direction du Papillon, sans une once d'hésitation.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- - You're not the type to give yourself enough love. I wish that I could fix it for you but instead I be right here comin' through. I will follow you way down wherever you may go. I'll follow you way down to your deepest low. I'll always be around wherever life takes you. You know I'll follow you


Gabriel Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio

I don't know what we are anymore // Adrien Dl9z

- Qu'est-ce que tu sais exactement ?
- Que tu as échoué.


◘◘◘

I don't know what we are anymore // Adrien A4g2

Heroes make mistakes too...


| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

I don't know what we are anymore // Adrien 210427035215479840

| Cadavres : 653



I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________ 2021-05-15, 18:13

I don't know what we are anymore...
We'll be here together, fighting in these judgment hall forever...


Adrien. Non, Chat Noir. À Paris, avec son père. Pour une capitale aussi grande alors qu'ils ne s'étaient pas recroisés à Storybrooke pendant moins d'une année, les voilà. À nouveau ensemble, mais rivaux. Ils l'avaient toujours été sans même le savoir. D'un certain point de vue, tout perdait en sens dans cette famille auto-détruite tandis que d'un autre, c'était comme si les pièces du puzzle se rassemblaient enfin. L'un contre l'autre pour un seul survivant... Qui pouvait imaginer que ça se passerait autrement ?

Lorsque le Papillon avait vu son fils apparaître devant lui, lorsqu'il comprit pouvoir communiquer avec lui, une émotion incompréhensible l'envahit, mêlée de colère, de honte, de culpabilité et de retenue. La retenue des mots qu'il n'avait jamais pu prononcer. Il se souvenait encore du regard d'Adrien en Enfers, de la décomposition de son visage à la vue du cadavre de sa mère... Il se souvenait de tout ce qu'il avait fait. Comme un flashback, un mauvais souvenir, un cauchemar éveillé, tout sembla lui revenir alors que son fils se trouvait là : à sa merci. Retenu par l'akuma, il était sous le "contrôle" du Papillon, une aubaine ! Si cela s'était passé il y a encore quelques années, il n'aurait pas hésité à utiliser Chat Noir pour détruire Ladybug et lui prendre son miraculous avant de lui donner le sien. Mais désormais, le procédé n'avait plus de sens. Pourquoi faire ? Quel vœu faire ? Remonter le temps ? Effacer les souvenirs ? Réparer ses erreurs ?

Changer ce qui ne pourra jamais être changé ?

Créer Chat Blanc, c'est donner le seul pouvoir au garçon que Gabriel n'a jamais autorisé à d'autres d'avoir : celui de le détruire. Il n'y avait pas d'autres solutions pour les deux Agreste de pouvoir s'exprimer, tout avait été intériorisé depuis beaucoup trop de temps. Ils avaient déjà essayé de communiquer en vain justement parce qu'ils n'osaient se blesser l'un et l'autre. Alors, le seul moyen de mettre les choses à plat était qu'ils le souhaitent et se confrontent autant physiquement que verbalement. La colère saurait faire sortir la vérité.
Le fils avait commencé les festivités.

"Si j'avais souhaité faire cela, je l'aurais fait bien avant."
Rétorqua l'antagoniste en serrant les poings, son ennemi déjà à sa porte.

Sa propre arme retournée contre lui - ce n'était pas la première fois que ça arrivait. Cette fois-ci, seulement, il avait semblé l'avoir voulu. À tout moment, Gabriel pouvait retirer les pouvoirs de Chat Blanc - il avait encore ce contrôle-là - mais il ne réagit pas lorsque celui-ci le menaça d'une boule blanche dont il avait déjà perçu, dehors, les dégâts. Serait-il satisfait de détruire son père ? Pourrait-il le faire ? Ou bien savait-il qu'il esquiverait ? Qu'est-ce qu'il se passerait... S'il ne le faisait pas ?

« Au moins, tu m'accordes de l'importance maintenant. »

Le Papillon se pencha sur un côté tandis que la boule d'énergie destructrice poursuivit son chemin dans le mur de la suite. Celui-ci s'effondra et par ricochet, le plafond se mit à trembler à son tour, prouvant que le bâtiment avait bien plus été touché qu'imaginé à première vue. Heureusement Gabriel n'était pas seul : il avait invoqué une créature grâce au miraculous du Paon et des émotions négatives qui envahissaient son porteur. Résultat, un immense papillon violet prit part au combat en servant de monture au père qui s'enfuit hors de l'établissement en laissant s'écrouler ce qu'il battait des ailes sur son passage. Une partie de l'hôtel commençait à crouler mais Gabriel était déjà à voler loin de tout ça pour s'approcher du toit d'un grand bâtiment surélevé sur plusieurs étages. Il savait que Chat Blanc l'y suivrait - il était sa cible - mais le Papillon n'était pas prête de descendre de son semblable. Il l'était encore, cependant, de répliquer :

"Tu comptes détruire tout Paris jusqu'à m'atteindre moi, c'est ce que tu veux, Adrien ? Son regard se fronce dans sa direction. Tu me reproches de m'être donné les moyens de reconstruire la famille que nous avions en ramenant ta mère ! Tu ne connais que la moitié de l'histoire et tu penses pouvoir me faire la leçon ?"

Vivement, tandis que son créateur levait le bras en direction du chat, la créature magique battit à nouveau des ailes de sorte à faire s'envoler sa cible, l'envoyer à la dérive. Ils prirent de la hauteur.

"Dis-moi une chose. Reprit le père à son fils, profitant de l'akuma qui multipliait sa haine, gérait ses émotions négatives et faisait éclater la vérité. Supposons que tu aies eu le pouvoir que j'ai toujours cherché à atteindre pour nous. Imaginons que tu aies réussi à obtenir le Miraculous du chat allié à celui de la coccinelle et que tu aies eu la possibilité de faire un vœu !... N'y aurais-tu pas penser, toi aussi ? Qu'aurais-tu fais, toi ? Ne me dis pas que tu n'aurais pas imaginé la possibilité de la ramener, Adrien !"

Émilie n'était pas une femme que l'on oubliait. Lorsque Gabriel eut appris que les miraculous - cause de la mort de son épouse - avait aussi le pouvoir de ramener les morts... Comment n'aurait-il pas pu y songer ? Comment ? Il n'avait vu en ses choix que l'amour qu'il portait en la mère de son enfant et l'ambition de vouloir recréer ce qu'il avait perdu à jamais.
Il ne voulait pas que ça prenne tant d'ampleurs... Pas au début, non.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Agreste

C'est le sort des familles désunies de se rencontrer uniquement aux enterrements.

KoalaVolant
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

I don't know what we are anymore // Adrien 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

I don't know what we are anymore // Adrien 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

I don't know what we are anymore // Adrien 201223091400619077

| Cadavres : 295



I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________ 2021-06-17, 16:10

I don't know what we are anymore...
Chat Blanc vit sa boule de pouvoir s'écraser contre le mur qui se tenait en face de lui. Il n'avait pas touché son père et à cause de ça, une partie de l'hôtel commença à s'effondrer. Il n'était plus le maitre de ses faits et gestes. C'était la colère et la haine qui parlaient à sa place et qui agissaient aussi pour lui. A aucun moment le vrai Adrien aurait voulu tuer son père et détruire Paris. Il était en colère contre Gabriel peut-être mais il refusait de perdre son père aussi. Sauf que à cause de l'akuma ce genre de pensée avait disparu de son esprit. Il ne souhaitait qu'une seule chose maintenant. Faire souffrir son père encore et encore et se venger. Le félin regarda la partie de l'hôtel s'effondrer devant lui. Des cris de détresse, des sirènes d'ambulances et de voitures de police. C'était le chaos à Paris et cela risquait de durer un moment. Pourquoi son père avait voulu avoir ce genre de combat ici ? Pourquoi il s'amusait à le provoquer ? Ce n'était peut-être pas le moment de dire les quatre vérité à Adrien. Enfin, Chat Blanc s'en fichait. Il se contenta de poursuivre sa cible tout en gardant le silence. Le combat aurait pu être facile et rapidement mais Gabriel avait décidé de monter sur le dos d'un papillon qui était capable de faire reculer Chat Blanc à un simple coup d'aile. Le jeune Agreste essaya de s'accrocher sur la cheminée d'un bâtiment qui se trouvait proche de lui. Quand le vent ne soufflait pas, il reposa ses pieds sur le toit avant de relever son visage vers le ciel. Là où se tenait son père qui était encore sur le dos de ce papillon. Chat Blanc fronça les sourcils, frustré de ne pas pouvoir le toucher aussi facilement. La Papillon voulait discuter ? Il était prêt à le faire avec lui.

Son père lui posait une question qui le fit doucement rire. Un rire si froid et si vide de sentiment. Le Papillon lui posait vraiment cette question ? Est-ce que Adrien aurait fait la même erreur que lui ? Ramener sa mère à la vie avec le miraculous de la coccinelle et du chat ? Bien-sûr que non. Tout le monde savait que ce genre de vœux avait un coup, un énorme coup. Tout le monde savait que quand les morts revenaient à la vie ce n'était jamais pour de bon. Quand une personne mourrait, elle devait resté morte. Bien-sûr qu'il voulait revoir sa mère, il voulait qu'elle soit auprès de lui tous les jours, la prendre dans ses bras et lui dire qu'il l'aimait de tout son cœur. Sa mère avait toujours été unique et il était prêt à tout pour revenir en arrière. Sa mère lui manquait énormément mais même à ce moment-là, il ne l'aurait pas fait. Ramener un mort à la vie... C'était trop risqué, c'était un énorme coup. Il fronça alors les sourcils tout en fixant le Papillon qui se trouvait encore au dessus de sa tête. Chat Blanc finit alors par s'asseoir au bord du toit le temps de dire à son père ce qu'il avait sur le cœur. Après ça, il viendrait jusqu'à lui pour se battre.

« Je l'aurai imaginé. Comme tout enfant qui vient de perdre sa mère. J'y aurai pensé plusieurs fois même mais jamais je ne l'aurai fait. On ne peut pas ramener les morts à la vie, pas sans conséquence. Et puis je vous avais vous, je n'étais pas seul. »

Adrien avait toujours pensé qu'ils s'en sortiraient, tous les deux. Ils avaient subis une perte importante et ils avaient pleurés un moment la mort de Emilie mais Adrien avait toujours pensé que lui et son père auraient réussie à surmonter toute cette douleur. Il s'était lourdement trompé. Gabriel avait préféré tourner le dos à son fils pour caresser du bout des doigts, une illusion qui ne verrait jamais le jour. On père l'avait abandonné le jour où il lui avait tourné le dos pour le pouvoir des miraculous. Cela faisait bien trop longtemps qu'il l'attendait et il en avait marre. Chat Blanc poussa un petit soupir avant de se relever.

« Je vous ai attendu trop longtemps. Je t'ai attendu sans rien en retour et j'en ai marre. Je ne veux plus attendre. Je t'ai tout offert, père. Mon temps, mon amour et mes larmes. Vous avez tout fait foirer maintenant assumez vos choix et arrête de fuir comme un lâche ! »

Sans attendre, Chat Blanc fit grandir son bâton qui lui permit de s'élever dans les airs. Il se trouvait maintenant au même niveau que son père. Il bondit sur le papillon géant et afficha un petit sourire de satisfaction. Gabriel se trouvait juste-là en face de lui. Le chat profita de cette situation pour se jeter sur lui, plantant directement ses griffes dans le cou du Papillon alors que son visage se tordit sous la colère. Il devait payer pour tout ce qu'il avait fait. Il devait payer tout de suite et maintenant.

« Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous tuer ? VOUS AVEZ TOUT GÂCHER ! » la mâchoire de Adrien se crispa. « Pourquoi... Pourquoi... POURQUOI ?! Pourquoi vous avez fait tout ça ?! »

Sa main se mit à trembler alors que ses griffes se plantaient un peu plus dans la chaire du Papillon. Il sentit même ses yeux s'humidifier et pourtant aucune larmes ne coulaient.

« J'avais besoin de vous. Mère était morte et j'avais besoin de vous. J'étais condamné à rester dans ma chambre à fixer le mur. Pourquoi vous n'êtes jamais venu me voir quand je pleurais le soir ? Vous vous fichiez de moi. Tout ce qui comptait c'était les miraculous et le pouvoir. A cause de vous, tout est perdu alors maintenant assumez les conséquences de vos actes! »

Il forma une nouvelle boule de lumière qu'il plaqua directement contre le dos de la créature, cherchant à la détruire.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- - You're not the type to give yourself enough love. I wish that I could fix it for you but instead I be right here comin' through. I will follow you way down wherever you may go. I'll follow you way down to your deepest low. I'll always be around wherever life takes you. You know I'll follow you


Gabriel Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Gabriel Agreste

| Avatar : Léonardo Dicaprio

I don't know what we are anymore // Adrien Dl9z

- Qu'est-ce que tu sais exactement ?
- Que tu as échoué.


◘◘◘

I don't know what we are anymore // Adrien A4g2

Heroes make mistakes too...


| Conte : ♦ Miraculous Ladybug ♦
| Dans le monde des contes, je suis : : Gabriel Agreste alias le Papillon

I don't know what we are anymore // Adrien 210427035215479840

| Cadavres : 653



I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________ 2021-09-18, 19:13

I don't know what we are anymore...
We'll be here together, fighting in these judgment hall forever...


Tout ce que l'on pouvait voir, sur les toits de Paris, c'était les conséquences des erreurs d'un père à sa famille qu'il enfonçait encore jusqu'à comprendre sa défaite. Il ne retirait pas les pouvoirs de Chat Blanc - que celui-ci retrouve l'apparence et l'esprit de son fils - parce qu'il savait que jamais, sinon, ils ne parleraient. La communication entre ces deux entêtés réussissaient à se faire lorsque l'un comme l'autre menaçaient de tomber dans le précipice, sans échappatoire. La colère était la clé qui ouvrait la parole et Gabriel avait besoin de savoir - il voulait savoir ce que pensait Adrien de lui. Le regard qu'il lui avait lancé en Enfers en disait trop et pourtant si peu. Il l'avait interprété de bien des manières mais jamais il ne sut vraiment ce qu'il cachait. Cette occasion en or qui s'offrait à lui, quitte à y laisser des plumes, il ne la laisserait pas partir.

Chat Blanc s'était posé sur le rebord du toit pour répondre à la question qui lui avait été posé. Était-il prêt à discuter ou n'était-ce qu'une diversion pour la prochaine attaque ? C'était bien parce que le Papillon s'était à plusieurs reprises fait attaquer par ses propres vilains qu'il se méfiait désormais de chacun d'eux plus qu'à ses débuts. Même si c'était son fils, ce dernier restait en proie à des énergies négatives concentrées en un akuma - déviant son bon-sens et sa façon de réfléchir. Chat Blanc avait été créée par la rancœur et sa cible principale : c'était son père. C'est pourquoi la réponse qu'il donna n'obtint pas une réaction directe de la part de Gabriel. Il ne savait pas comment le prendre, que prendre aux mots ou non. Il ne le croyait pas... Dès lors qu'Émilie disparut de leur vie, lui aussi - en tant que mari - s'était isolé dans son coin avec la boule à la gorge de ne rien pouvoir faire pour réparer le passé. Durant ce temps et jusqu'à aujourd'hui... Adrien n'avait jamais été aussi seul. Il était impossible pour le père de ne pas se blâmer et de croire le contraire. Le temps de trier ses idées, le chat avait repris de plus belle, se redressant pour sortir son bâton. Gabriel n'aura pas eu le temps de s'exprimer à cet instant car son fils remontait à lui - laissant sur ses gardes celui qui pensait pouvoir être en sécurité en hauteur. Depuis le début, il ne l'était pas et une partie de lui le savait. Son regard interloqué observait le visage satisfait du vilain avant que celui-ci ne se jette sur lui. Il devait s'y être attendu pour ne pas avoir bougé du petit doigt. Maintenant, c'était à terre qu'il se trouvait piégé, étranglé par son propre fils akumatisé à cause de lui. Il ne voyait en ces circonstances que le résultat pathétique d'un homme qui avait échoué. Ce qu'il attendait de voir maintenant, c'était jusqu'où Adrien pouvait-il aller dans la haine qu'il lui portait. À quel point lui en voulait-il ? Chaque coup qu'il encaissait était pour sûr mérité.

"J-... Je l'-... Il peinait à parler, essayant de s'extirper de l'étreinte du garçon, c'était à se demander si on lui demandait vraiment de répondre. Je l'ai fait pour nous, p-..."

Non, il se répétait. Depuis toujours, il ne répétait que la même balade : je l'ai fait pour notre famille et pour que tu grandisses avec ta mère. Je l'ai fait pour notre bonheur à tous. Non, pourtant, il se mentait à lui même et il semblait qu'il le réalisa à cet instant précis. Ses traits se détendirent, écœuré de lui-même - certes - mais surpris de s'être autant caché la vérité. Chat Blanc avait repris de plus belle ses plaintes, l'expression de ses sentiments les plus profonds. Et alors que Gabriel relâchait sa garde et ne cherchait plus à se défendre, il ne fit pas attention à l'énergie blanche qui frappa de plein fouet la créature violette qu'il avait créée pour le protéger. Ce papillon gigantesque émanait de son désespoir et maintenant il était réduit en cendres par la puissance négative d'une autre de ses créations...

"Non. Dit-il à voix haute, apprêté à répondre à la question d'Adrien alors que tous deux allaient tomber dans le vide. Je l'ai fait pour moi. Je n'ai pas pu accepter la défaite et la perte d'Émilie. Je ne pouvais pas... l'accepter. J'ai échoué sur toute la ligne, j'ai préféré me concentrer sur ce que j'avais perdu plutôt que de voir ce que j'avais encore... Son regard se posa sur son fils. Tu as été seul parce que je n'étais pas là comme j'aurais du l'être."

Il sentit la créature disparaitre sous lui et enfin la gravité l'attirer vers le sol. Dans les premières secondes où ils tombèrent dans le vide, Gabriel agrippa Adrien par les épaules et le dirigea vers sa droite, au plus près du toit où il s'était assis précédemment.

"J'ai tord sur toute la ligne. Je suis celui qui a perdu."

D'un sourire, il prononça ces derniers mots avant de vivement pousser son fils au plus loin pour que ce dernier rejoigne le sommet du bâtiment et s'y écrase. Gabriel poursuivait sa chute les yeux grands ouverts.

"Détransformation."

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Agreste

C'est le sort des familles désunies de se rencontrer uniquement aux enterrements.

KoalaVolant
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83062-je-ne-recois-l-ordre- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84807-your-mask-will-fall-one-day http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83390-villains-get-happy-endings-gabriel-agreste


Contenu sponsorisé




I don't know what we are anymore // Adrien _



________________________________________

 Page 1 sur 1

I don't know what we are anymore // Adrien





Disney Asylum Rpg :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Europe