« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)


Partagez
 

 [Aisha] My experiments are cruel?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


ϟ Mercredi Addams ϟ



Mercredi Addams

| Avatar : Cristina Ricci

[Aisha] My experiments are cruel? Tumblr_n06ij2eV2R1qewo0to1_250
C'est comme ça qu'on fini quand on s'en prend à ma famille!


A quoi je pense?
[Aisha] My experiments are cruel? Tumblr_msmjakWT4P1qhhxd4o2_250


| Conte : La famille Addams
| Dans le monde des contes, je suis : : Mercredi Addams

| Cadavres : 143


[Aisha] My experiments are cruel? _



________________________________________ Mer 26 Mai 2021 - 2:41

Les gens ont peur de moi en général. Pourquoi? Je ne sais pas... Est-ce ma manière de m'habiller? Mon maquillage? Mon arbalète? On dit souvent que j’ai les yeux vitreux d’un cadavre, mais leur regard ne semble pas indiquer que c’est un compliment. Je suis quelque peu surprise, mais cela ne me déplait pas forcément. Je dirais même que cela m'amuse. Ils sont si drôles à hurler à la mort quand j’arrive quelque part et que je fais mes petites expériences. Les autres familles sont si étranges! Le meilleur exemple que j’ai s’est passé récemment. Il se trouve qu’en ce mois de mai, j’ai risqué d’avoir des ennuis avec la police. Non pas que cela m’embêterait. Je rêve des tortures vécues là-bas, mais j'ai d'importantes choses à faire et je ne peux pas me permettre des vacances actuellement. De plus, ma famille a besoin de moi.



Ce jour-là était ordinaire. Le ciel était clair et le soleil tapait fortement. J’avais fermé tous les rideaux afin de rester dans la pénombre. Je déteste la lumière. Avec mon assistant, Max, nous avions élaboré une commande de machine à torture. L'homme en question aimait bien les mains et il voulait les trancher de manière optimale. Ainsi, nous avions créé une petite guillotine portative et électrique permettant de l’actionner à distance. Quand j’ai eu terminé, j’étais énormément fière de ma création. C'était tout à fait et parfaitement horrible! Il ne restait qu’à tester pour s'assurer que tout soit parfait.



- Max, va chercher le sac mortuaire.

- HUMMMMMMM.



Pendant que j’allais à l'entrée de mon magasin pour aller placer quelques produits sur les rayons dans le but de faire croire a de potentielles gens perdus que mon affaire était strictement dans le but de faire de la réparation de choses électroniques, mon assistant était sorti dehors. En avant, j’avais installé mon corbillard où attendait mon sujet. Max ouvrit les portes arrière et balança sur son épaule le sac mortuaire de couleur noir. Il ne savait pas qu’il avait été vu par une policière passant par-là. Il entra dans la boutique et je lui indiquais de poser le tout à part. Soudain, j’entendis la clochette de la porte et je sortis de derrière mon étagère pour voir une femme policière.



- Mauvais jour, madame. Bienvenue dans ma boutique de réparation de truc électrique. Comment puis-je ne pas vous aider?


ϟ Aisha d'Andros ϟ



Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


[Aisha] My experiments are cruel? 0i0z

With a magic ray,
the sky keeps on blazing
An adventure is
certain to start in the stars


[Aisha] My experiments are cruel? 80ps



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

[Aisha] My experiments are cruel? 201105074320284592

| Cadavres : 1004


[Aisha] My experiments are cruel? _



________________________________________ Dim 6 Juin 2021 - 0:21

♛ My experiments are cruel ?
You have no rights in torture, have you ?

▼▲▼

Qui disait service disait uniforme et en ce beau temps de mai, c'était mon tour de patrouiller dans la magnifique ville de Storybrooke. Suite à quelques rapports, plusieurs arrestations et pas mal de contrôles, j'en venais à la "balade" quotidienne en voiture entre les quartiers des habitations. Le centre était très généralement déjà surveillé, du fait - déjà - que notre commissariat était placé là-bas, mais les quartiers - eux - méritaient parfois bien plus notre attention. Un, tout en particulier, d'ailleurs... Je redoutais à chaque fois d'y aller, ou plutôt disons que ça m'énervait. Non pas que j'avais peur ou que je craignais qu'il ne m'arrive quelque chose de particulier, mais plutôt que d'y voir toute la dépravation qui s'y trouvait ne faisait que me conforter dans mes idées pessimistes que cette partie de la population était désespérante. Il n'y avait plus rien à faire pour eux, la plupart du temps, nous protégions surtout le reste de la ville contre leurs projets malsains. Pas tous, évidemment, il n'y avait pas de généralités qui tiennent, mais sincèrement... Ugh.

J'avais fait exprès de ne pas prendre une voiture de police pour me rendre sur les lieux sinon j'allais attirer l'attention des pires, mais j'avais gardé mon uniforme ainsi que mon badge. Je faisais mon tour avec ennui, une main sur le volant, l'autre tenant ma tête, coude posé contre la vitre de la portière à demi ouverte pour rester à l'affût de ce qu'il se passait à l'extérieur. Je déambulais dans les petites rues sans vraiment de destination, cherchant les détails les plus insignifiants sans me rendre compte que parfois le plus important était exposé comme une large tâche sur un tableau. Entre autre, cette fois-ci, la tâche était noire, à carrosserie... une longue voiture dont je connaissais l'utilité. Mon pied relâcha légèrement l'accélération, je ralentissais à la vue du corbillard devant lequel je passais. Quelqu'un était mort ? Quand ça ? Mon regard déambulait sur toute information supplémentaire et c'est alors que dans un mouvement - à l'arrière de la voiture - je vis quelqu'un attraper un large sac à taille humain - sac pesant qu'il porta à son épaule avant d'entrer dans la boutique qui lui faisait face. Je freinais, tournai mon volant à son maximum vers sa gauche et m'engageai sur le trottoir sur lequel je tentai plus ou moins bien de me garer. Qu'importe je n'allais pas rester longtemps, juste de quoi savoir... Ce qu'il se passait.

Pénétrant dans le magasin, je savais déjà qu'on m'identifierait à ma tenue et que, dès lors, une étiquette se dessinerait sur mon front. C'était toujours ainsi. Je n'étais plus Aisha mais une policière qu'on craignait - dont on se moquait - qu'on pouvait rabaisser dans le dos mais sourire en face. J'étais l'ordre et la loi et bien peu ici respectaient l'un ou l'autre. Il fallait donc que je me plie à ce rôle.

"C'est une façon étrange d'accueillir les clients. M'étonnai-je en m'avançant jusqu'au comptoir, près duquel se trouvait... une jeune femme. Qu'elle était pâle, était ma première impression. Votre entreprise n'a-t-il pas comme objectif de proposer vos services ? Comment faire si vous refusez d'aider ceux qui en ont besoin ?"

Misère, je m'attendais à tout. Son accueil avait été aussi froid que l'atmosphère dans lequel j'ai pénétré. Cette pièce que je balayais du regard, je n'y trouvai rien d'attractif.

"Je viens d'apercevoir un corbillard garé devant votre boutique et... quelqu'un y a sorti un sac mortuaire dans lequel devait se trouver - je suppose - un corps. Je souris froidement. C'est ce qui doit du moins se trouver à l'intérieur, tout comme c'est à ca que sert à transporter le transport dans lequel il se trouvait. Ainsi, je levai nonchalamment mon badge devant elle pour lui montrer mes droits. Je savais déjà que ça allait être compliqué et surtout que ça m'agaçait de pouvoir trouver un énième problème à ce foutu quartier. Je souhaiterais voir le sac en question et ce qu'il contient. S'il vous plait."

Je n'avais aucun mandat, rien de très concret finalement qui aurait obligé la jeune fille à me montrer quoique ce soit mais j'osais espérer qu'elle soit coopérative et que je n'ai pas trop à batailler l'y concernant. On ferait perdre moins de temps à tout le monde.

CODAGE PAR AMATIS


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
WARRIORS
As a child, you would wait and watch from far away. But you alwais knew that you'd be the one to work while they all play.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


ϟ Mercredi Addams ϟ



Mercredi Addams

| Avatar : Cristina Ricci

[Aisha] My experiments are cruel? Tumblr_n06ij2eV2R1qewo0to1_250
C'est comme ça qu'on fini quand on s'en prend à ma famille!


A quoi je pense?
[Aisha] My experiments are cruel? Tumblr_msmjakWT4P1qhhxd4o2_250


| Conte : La famille Addams
| Dans le monde des contes, je suis : : Mercredi Addams

| Cadavres : 143


[Aisha] My experiments are cruel? _



________________________________________ Dim 12 Sep 2021 - 1:47

Si un costume de police pouvait effrayer, énerver ou soulager certaines personnes, Mercredi n’en avait rien à cirer. La loi, elle avait l’habitude de la contourner. On ne l’avait jamais arrêté jusqu’à présent, mais il y avais toujours des nouveautés à tout et cela ne la dérangeait pas plus que ça de finir sa vie derrière des barreaux. Pour les Addams, c’était l’équivalant du club Med pour les gens ordinaires. Pour ainsi dire, il était impossible de punir cette famille pour quoi que ce soit. À moins de les torturer au Justin Bieber ou avec la mélodie du bonheur, mais ce n’était pas le genre de punitions qu’avaient l’habitude de donner la justice. Sans surprise, la visite de la policière ne faisait ni chaud ni froid à la jeune femme qui l’accueillit comme tous ses potentiels clients. Cela sembla étonner l’agente de l’ordre qui ne comprenait pas la logique des paroles de l’étrange vendeuse qui lui expliqua la vision du commerce qu’elle avait.

- Mes services ne sont pas dans un but de réparation, mais de décrépitude. Je fais de vos appareils des objets impies, difformes, déstabilisants. Pour imager mon propos, la semaine dernière, une cliente m’a apporté son grille-pain. Maintenant, ce dernier utilise des lasers pour calciner le pain d’une suie étouffante à souhait.

La policière poursuivit, dévoilant rapidement la réelle raison de sa visite. Elle avait vu Max porter le sac. Elle haussa les épaules quand celle-ci lui demanda de le porter.

- Ok, dit-elle sans émotion. Suivez-moi.

La jeune femme habillée d’une robe noire sortit de derrière son comptoir et se dirigea vers l’arrière-boutique. Ouvrant la porte de cette pièce, elle laissa passer son « invitée » avant elle et elle referma la porte. Max était là et avait déposé le sac mortuaire sur une table en bois. Sur un autre meuble, au milieu de la pièce, se trouvait une sorte de machine étrange en fer et divers métaux ressemblants à une guillotine.

- Max est mon assistant dans mes travaux. Max, ouvre le sac pour laisser l’agent faire son travail, dit-elle d’une intonation morne.
- HUMMMMM, poussa l’homme.

Ce dernier s’approcha du sac, agrippa la fermeture éclaire de ses longs doigts et la fit doucement descendre jusqu’au bout avant d’écarter les deux pans pour laisser voir le contenu. À l’intérieur, il se trouvait cinq gros boulets d’épiceries.

- HUMMMMMMMMMMMM.
- Max explique qu’il a jeté la facture dans la rue devant l’épicerie en sortant. J’espère que cela suffira pour nous mettre en prison? J’ai toujours souhaité expérimenter la vie carcérale. Je lui ai demandé d’acheter de la viande de boucherie pour tester notre commande décorative. Il faut que ce soit d’une qualité monstrueuse pour notre habitué. N’est-ce pas, Max?
- HUMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM.


ϟ Contenu sponsorisé ϟ





[Aisha] My experiments are cruel? _



________________________________________

 Page 1 sur 1

[Aisha] My experiments are cruel?





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Les docks