« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur Moulinex Companion ...
600 €
Voir le deal

Partagez
 

 Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

Anonymous



Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer] _



________________________________________ 2021-09-12, 12:23




Les merveilleuses cités d'or





Allongé au fond du lit, ses yeux noirs fixés sur le plafond de la chambre, Timothy expira tout l’air de ses poumons et roula sur le côté. Près de lui, Canigou leva le regard, sans bouger la tête de ses pattes avant. Depuis le temps que Tim l’avait ramené d’un jeu-vidéo, le chien avait bien grandi. Il n’atteignait pas encore sa taille adulte, mais il prenait énormément de place dans le lit. Ce qui ne dérangeait pas l’écureuil. Il adorait regarder le chien dormir paisiblement à ses côtés pendant qu’il jouait à un jeu ou un autre. Ce qui, inévitablement, lui fit penser à une autre endormie, dans son lit, pendant qu’il essayait de se concentrer sur ses consoles ou son PC… et lui apporta un peu de rouge aux joues.

Perturbé, Timmy roula dans un sens puis dans l’autre, en poussant une plainte digne d’un enfant en plein caprice. Quand il se releva d’un coup, assis sur le lit, Canigou redressa la tête et la pencha sur le côté, visiblement inquiété par le comportement de son maître. D’un patpat gentil entre les oreilles, l’écureuil essaya de le rassurer. Il n’arrivait rien de grave, en soi. Timothy était seulement perdu dans les pensées qui l’assaillaient et n’arrivait pas à savoir comment y faire face. Il avait, dans sa tête, quelques idées qu’il n’aimait pas et qui le perturbaient fortement. Surtout quand, dans son cœur, battait encore un amour furieux pour une demoiselle qu’il n’avait plus revu depuis… quand ? Existait-elle dans ce monde ? Il n’arrivait pas à tirer une croix sur son âme-sœur et ne voulait pas le faire, en vérité.

Ursula lui manquait.
Hazel aussi, quand elle n’était pas là.


Raaaah ! C’est trop compliqué ! Canigouuuuu ! Viens, on s’en va.


Timothy bondit hors du lit, s’empara d’un gros sac noir et fourra, à l’intérieur, quelques vêtements de rechange, un pull, beaucoup de noisettes, et fila dans la cuisine remplir d’autres paquets de nourriture (essentiellement des chips). Habitué aux jeux d’aventure, il s’empara également d’un couteau, d’une lampe torche et pensa à prendre un carnet et des crayons, ce qu’il faisait toujours, de toute façon. Presque prêt, Timmy regarda une dernière fois l’appartement. Il fit la moue, réfléchit un instant et s’empara de son téléphone.

Sur l’écran apparut une adorable photo de bébé Canigou, qu’il montra au berger allemand, avec un grand sourire. Puis il ouvrit l’application de messagerie et passa en revue ses contacts. Conscient qu’il ne pouvait pas disparaître du jour au lendemain sans prévenir ses colocataires absents, il s’accroupit, passa un bras autour du cou de Canigou et leva le bras bien haut pour un selfie qui laisserait apparaître son sac à dos. Il ajouta le message « A+ » et envoya le tout à sa sœur et ses deux frères. Voilà qui suffirait largement à les prévenir de son expédition. Tant pis s’il se faisait engueuler en revenant.

Le doigt à deux millimètres de l’écran, Timothy hésita. Sous ses yeux, la conversation avec Hazel s’ouvrit sur les derniers messages. Il ne savait pas s’il devait la prévenir, elle aussi, ou l’inviter à venir. Il avait bien envie de l’avoir à ses côtés pour sa petite aventure, mais il savait que ça ne l’aiderait pas du tout à faire le tri dans ses pensées. Or, l’écureuil avait décidé de partir à l’aventure pour ne plus avoir à se prendre la tête…

Il verrouilla son téléphone, checka une dernière fois l’intérieur de l’appartement et se précipita dehors sans attendre. S’il traînait trop, rien ne lui assurait qu’Aya ne déboulerait pas en courant pour l’empêcher de partir. Non non non ! Il partait, point ! Il était bien assez grand pour faire ce qu’il voulait, il n’avait clairement pas besoin de son avis.

Canigou à ses côtés, Timothy fila comme une flèche (ou presque) dans les rues de Storybrooke. Il dut s’arrêter souvent pour reprendre son souffle ou faire coucou à quelque connaissance, puis reprendre sa route. Il devait se dépêcher pour prendre le premier bus qui quittait la ville en direction de l’intérieur de l’état, pour ensuite changer de bus, puis d’état, et se perdre dans la campagne. Il avait, encore, une bonne route à faire à pied, dans la forêt, sans se perdre, pour enfin trouver ce qu’il cherchait : un genre de temple perdu, dont il avait entendu parler au hasard des rues de SB. C’était ça qui était bien avec cette ville : il arrivait toujours un truc étrange à qui savait être au bon endroit au bon moment.

L’écureuil s’endormit plusieurs fois sur le trajet, avec la tête de Canigou posée sur les genoux, ce qui lui permettrait de faire le chemin à pied sans s’arrêter. Très excité par sa petite aventure et conscient qu’il ne devait pas laisser son esprit vagabonder, Timothy ne fit pas du tout attention à ses compagnons de route, dans les deux bus, ni à être bien seul quand il descendit enfin du second. Il remit en place son sac à dos, tendit une main à Canigou pour caresser son pelage si doux et se lança à l’aventure ! La première étape : ne pas se perdre en chemin. Ce qui n’était pas une mince affaire pour une idiot comme lui. Mais l’appel de l’aventure saurait guider ses pas, sans le moindre doute. Ou au moins Canigou qui, en bon chien bien dressé, prenait les devants et attendait patiemment Timothy, pas vraiment connu pour sa marche rapide.

Évidemment, il fallut plus d’une heure à l’écureuil pour atteindre sa destination. À force de se battre (et de perdre) contre les ronces et les branchages, Timothy arriva enfin devant l’entrée bien cachée d’un petit temple. Les broussailles mangeaient les trois quarts de la porte qui n’était autre qu’une arche en pierre enfoncée dans un pan de falaise. Les mains posées sur les hanches, Tim contempla les gravures inconnues, les petits dessins très jolis et décida de reprendre tout ça sur son petit carnet. Avec un peu de chance, cette aventure pourrait lui servir de one-shot !

Concentré sur son dessin, la langue pincée entre les lèvres, Timmy ne s’inquiéta d’un bruit, derrière lui, qu’au moment où Canigou releva les oreilles et la truffe pour sonder les arbres. L’écureuil se crispa sur son calepin, incapable de bouger, et couina un peu, persuadé qu’il servirait de nourriture à une bête enragée. Ou un extra-terrestre venu l’enlever. Ou un dragon qui protégeait le château, peut-être. Une horde de zombie réveillée par la profanation du temple sacré ! Son esprit partait loin, très loin, trop loin. Ce qui l’empêcha de comprendre que Canigou semblait content de sentir l’odeur de ce qui n’était, visiblement, pas du tout un inconnu.






Invité
Invité

Anonymous



Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer] _



________________________________________ 2021-09-17, 12:19


Les merveilleuses cités d'or

Timothy & Hazel

L’été avait bien plus secouant que la jeune femme ne l’aurait pensé. Elle avait travaillé une grande partie de sa thèse et ainsi pouvoir choisir la spécialité qu’elle voulait faire, sans grand succès. Elle aimait tellement de choses et voulait pouvoir toucher à tout. Mais elle savait aussi qu’elle devait faire un choix, en temps voulu pour le moment, elle profitait du fait de pouvoir passer un service à un autre. Son été s’était aussi rythmé de soirée chez Tim. Pas qu’elle n’aimait pas être chez elle, loin de là. Mais après une journée difficile, se retrouver avec le silence pesant de son appartement la faisait sentir encore plus petite. Elle avait déjà essayé de rester dans son cocon, ne voulant pas déranger son ami. Mais elle avait vite compris que son corps, son stress et le fait de bouger dans tout son salon faisant les cent pas n’était pas vraiment la meilleure des solutions. Alors, elle sortait prendre l’air et la plupart du temps elle se retrouvait en face de chez Tim. Pourtant, elle ne faisait pas exprès, mais c’était sans doute l’endroit où elle se sentait le mieux. Même s'ils ne parlaient pas tout le temps, elle s’installait dans son lit et le regardait jouer jusqu’à ce que le sommeil l’emporte loin. Le savoir à ses côtés l’apaisait et pourtant le fait qu’il ne sache pas qui elle était vraiment lui manquer.

Mais Hazel avait peur que les choses changent entre eux. Elle avait peur qu’il lui en veuille et ne veuille plus la voir. Elle savait qu’il avait peu de chance que ça arrive. Mais elle savait qu’il lui en voudrait sans doute et elle comprenait. Mentir n'était pas une belle chose, et elle n’aimait pas spécialement ça. Mais pour leur bien, pour le moment, elle ne dirait rien, puis le meilleur ami de Tim était parti, et elle n’avait plus cette boule au ventre qu’il lâche la bombe au cours d’une discussion. Soupirant, la jeune femme poussa sa couette à l’aide de ses jambes avant de s’étirer. Elle avait quelques jours devant elle, et elle comptait bien en profiter pour penser à tout sauf au boulot. Et ça commencer par un bon petit déjeuner. Regardant l’heure, elle sourit, avant d’enfiler une tenue, d’attraper ses clés de voiture et son sac. Elle savait ce qu’elle allait faire. La jeune femme allait prendre de quoi déjeuner et se rendre chez les Powers. C’était une façon de voir la personne qui faisait battre son cœur à un rythme bien trop rapide. Et elle pourrait passer du temps avec lui sans qu’elle ne finisse par s’endormir dans son lit. Elle n’avait pas été une bonne amie, elle le savait dans un sens. Mais, peut-être que ça ne dérangerait pas le jeune homme non plus.

Une fois passer à la boulangerie, elle se rendit chez son ami, et comme à son habitude, elle rentra sans toquet. Elle avait pris l’habitude à force de se rendre tard le soir et qu’elle envoyait un message à Aya pour dire qu’elle arrivait. Elle ne savait pas vraiment qui serait là, mais elle posa tout ce qu’elle avait dans les mains sur la table. Puis, elle se dirigea d’un pas rapide dans la chambre du brun, qu’elle trouva vide. Chose bien étrange, enfin, il aurait pu être dehors, mais c’était rare. Surtout quand elle s’avança dans sa chambre et trouva toutes les consoles éteintes. Certaines étaient même posées sur son bureau, chose qui ne faisait jamais. Soupirant, elle savait que quelque chose n’allait pas. Ça ne ressemblait pas au jeune homme de le faire. Tournant sa tête vers la cuisine, elle devait vérifier quelque chose. Mais elle ne pensait pas aussi inconscient de faire une chose aussi stupide.

“Ce n'est pas vrai. Dans quelle bazarre tu vas encore te mettre Timothy Powers.”

Refermant les portes du placard qui aurait dû contenir bien trop de noisettes pour ce dernier qu’elle comprit qu’il était parti. Appuyant son bassin contre le meuble, elle essayait de faire marcher son cerveau le plus vite possible pour savoir où il pouvait être parti. Puis une conversation lui vient en tête. Elle espérait qu’elle se trompait, mais il avait de fortes chances qu’il soit tout simplement parti à l’aventure. Et elle lui en voulait de ne pas l’avoir prévue, du moins pour qu’elle ne s'inquiète pas. Il ne lui restait plus qu’une chose à faire, le rejoindre. Elle savait où il se rendait, et elle savait qu’il n’avait pas de voiture, et devrait prendre plusieurs trains. Mais elle avait surtout peur qu’il finisse par se blesser ou se perdre. Et rien que de savoir qu’elle ne pourrait plus jamais le revoir, lui nouer l’estomac.

Descendant rapidement l’escalier, elle monta dans sa voiture avant de prendre la route. Elle avait toujours un sac dans cette dernière avec des habits et de quoi manger. Elle ne savait jamais combien de temps elle partait à l'hôpital, et là, elle ne savait pas combien de temps elle serait partie. Soupirant, elle préférait penser que pour le moment rien n’était arrivé à son ami. Il allait sans doute passer un mauvais moment quand elle tombera dessus. Mais elle savait aussi que s'il était parti, c’est qu’il s’en sentait capable. Mais la plupart des personnes ne devaient même pas savoir où il se trouvait. Il aurait pu au moins donner quelques indices aux personnes, même si elle se doutait qu’il eût dû laisser un mot quelque part ou quelque chose de vague.

Après des heures de route, elle gara sa voiture avant de prendre son sac. Hazel espérait que cette dernière serait toujours là à son retour. Sinon, elle n’aurait plus qu’à courir à la fourrière, en espérant la trouver dans un bon état. Puis, elle regarda la forêt, soufflant un bout coup, elle commença à marcher, faisant attention. Elle avait trouvé une carte sur Internet et faisait en sorte de la suivre. Il ne manquerait plus qu’elle ne se perde et ne puisse plus retrouver son chemin. Elle avait un bon sens de l’orientation, mais on ne savait jamais ce qu’il pouvait se passer. Elle ne savait pas combien de temps, elle avait marché. Ni si elle ne dirigeait pas dans la bonne direction, mais en vue de la densité de la faune, elle devait n’être plus très loin. Puis, elle tomba enfin sur lui, et Canigou. Le fuissilland du regard, elle se pencha pour caresser la tête du chien.

“Je ne te félicite pas Powers. Je sais que tu n’aimes pas forcément les messages, mais prévenir ton amie était trop te demander ? Heureusement que j’écoute quand tu me parles, et j’espérais ne pas te trouver ici. Quelqu’un d’autre sait ce que tu comptes faire ? Parce que si ce n’est pas le cas, et qu’il allait arriver quelque chose, comment on aurait fait pour te retrouver ?! Tu ne penses pas à tout Tim.”

Soupirant, Hazel finit pas lui adresser un sourire. Elle était tout de même contente de le voir. Il était arrivé sain et sauf pour le moment. Et surtout, il ne s’était pas perdu et n’était pas blessé. Dans le fond, elle était soulagée.

codage by Wiise


Invité
Invité

Anonymous



Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer] _



________________________________________ 2021-10-16, 19:04




Les merveilleuses cités d'or





De coups de crayon experts, Timothy retraçait lentement les arcanes de la porte, devant lui. Il n’oublia aucune des gravures, qu’il reprit une à une sur une page rien qu’à elle, ainsi que les détails de la végétation qui reprenait ses droits sur l’ancienne sculpture. L’écureuil était persuadé que le lierre qui grimpait sur la roche avait son rôle à jouer dans l’ambiance du temple. Sans lui, rien ne serait pareil. Le frisson de la découverte, le duvet sur sa nuque qui se hérissait à l’idée de pénétrer dans un lieu inconnu, toutes ces idées qui fourmillaient dans son esprit quant aux découvertes qu’il ferait à l’intérieur. Et, évidemment, la peur des monstres sur lesquels il risquait de tomber. Elle avait beau lui étreindre le cœur, Timmy ne reculerait pas. Il avait affronté d’autres dangers, fait face à un destin pire que celui de finir dans l’estomac d’un dragon bicéphale. Et puis, il avait bien trop envie de partir à l’aventure pour faire demi-tour devant l’entrée.

C’était, du moins, ce qu’il se disait avant d’entendre, derrière lui, un craquement entre les troncs. Au fond, ça aurait pu être n’importe quoi : une souris qui avait trop dîné et ne pouvait plus être la pro de la discrétion, un petit animal qui ne faisait que passer, un écureuil même ! Ou un dragon. Il voulait rencontrer un dragon. Même si ça le tétanisait sur place et qu’il ne pouvait plus bouger d’un pouce. Un gros dragon avec de grandes ailes et qui crachait du feu dans tous les sens ! Graou graou ! Tim échappa un rire nerveux devant sa propre bêtise. Au moins, ça eut le don de le décoincer un peu. Il referma soigneusement son carnet de croquis, le rangea dans sa poche et chercha Canigou du regard.

Le gros berger allemand, loin d’être effrayé par ce qui arrivait dans leur direction, s’était avancé de quelques pas et remuait la queue, la truffe en l’air, très heureux de humer le parfum qu’il était le seul à sentir. Timothy comprit, à son comportement, qu’il ne devait pas s’effrayer de la personne qui approchait. Ce qui, au contraire de le rassurer, le stressa bien davantage. S’il s’agissait d’une personne que le chien appréciait, alors Timmy était persuadé que les prochaines minutes allaient signer son arrêt de mort et qu’il allait en prendre plein la tête. Après tout, il était parti sans prévenir, ou presque, et n’avait dit à personne où il se rendait, ni pour combien de temps. Doué comme il l’était, tout le monde se doutait qu’il allait finir par se faire mal et revenir avec une jambe en moins, trois doigts coupés et la moitié du crâne brûlée. Ou quelque chose comme ça.

Lentement, l’asiatique se retourna dans la direction du bruit, les yeux fermés de peur de voir débarquer Bad Ka, tout en fureur, prêt à lui faire regretter sa folie de la journée. Peut-être l’aurait-il mérité, mais Timothy croisait les doigts pour qu’il ne s’agisse pas de lui. Pour une fois, il voulait faire son caprice et avoir le droit de le mener jusqu’au bout. Partir à l’aventure lui permettrait de se vider la tête et il en avait bien besoin. Personne ne pouvait lui enlever ce droit. Personne. On l’empêchait déjà bien trop de faire ce qu’il voulait de sa vie. Aujourd’hui, il préférait croire que ça n’arriverait pas et qu’il pourrait aller au bout de son aventure. Après tout, rien ne disait qu’il ne se lasserait pas au bout d’une heure et qu’il rentrerait à l’appartement sans être allé plus loin que trois pas dans le noir complet. Mais il voulait au moins essayer.

Docile, Canigou s’assit devant les petits pieds de l’intrus et releva le nez pour accueillir les caresses tant méritées. Il poussa un petit couinement content qui força Timothy à rouvrir les yeux, un peu jaloux que son chien apprécie autant celui qui venait perturber leur petite aventure. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant de beaux cheveux blonds autour de deux grands yeux bleus ! Tim ouvrit la bouche plusieurs fois, trop choqué pour dire quoi que ce soit. À bien y réfléchir, la logique le frappa de plein fouet : son secret, il l’avait dévoilé à Hazel, comme la plupart de ses secrets. Y avait-il seulement des choses qu’il ne lui disait pas ? La réponse à cette question amena à un peu de rose à ses joues et lui fit détourner les yeux. Bien évidemment qu’il ne lui disait pas tout !

Moignon n’eut même pas le temps d’accueillir la jeune femme, qu’elle se chargea de le disputer comme il se devait. Il referma soudain la bouche, fronça un peu les sourcils et tapota sa main sur sa cuisse, sans y penser, pour faire passer le malaise qui le prenait soudain. Il avait fui la ville pour fuir Hazel, en vérité, mais il ne pouvait pas le lui avouer, ça. Que faire ? Il aurait dû prévenir qu’il partait, il le savait, il avait même hésité devant son téléphone. Mais il savait qu’elle aurait voulu venir et il savait qu’il n’aurait pas su dire non. Et voilà qu’elle était quand même là, devant lui, persuadée qu’il était assez débile pour se faire du mal et qu’elle devait l’accompagner pour le protéger. Mais qui la protégerait, elle ?


Pourquoi vous partez tous toujours du principe qu’il va m’arriver un truc ? se plaignit-il, en soupirant un grand coup. Tu pourrais au moins me féliciter d’avoir trouvé cet endroit et prouvé que je n’ai pas menti, pour une fois ! Il y a vraiment un temple, ici, et je compte bien aller découvrir ce qu’il y a à l’intérieur.

Canigou revint se poser près de lui à ce moment-là et fourra son museau dans la main de Timothy. Une diversion qui permit à l’écureuil de ne pas échapper des mots qu’il n’aurait pas aimés donner à sa meilleure amie. Sauf qu’il n’était pas prêt à la voir débarquer au beau milieu de la forêt et qu’il n’était jamais bon de le prendre par surprise.


Personne sait ce que je compte faire, non, avoua-t-il, en tournant les yeux vers l’entrée du temple. Enfin, ils savent que je suis parti, mais ils ne savent pas où, ni quand je reviens. C’est mieux comme ça ! Ils ne feraient que me soûler et là, j’ai vraiment pas envie de les supporter.

Un aveu qui en disait sûrement plus long que tout ce qu’il pourrait dire d’autre à la jeune femme et Timothy en eut soudain conscience. Il n’arrivait jamais qu’il en ait marre de ses colocataires ou de ses autres amis. Tim était le genre de gars toujours prêt à discuter, à aller jouer ou faire des bêtises. Il fallait qu’il en ait vraiment lourd sur la patate pour vouloir s’isoler un peu de tout le monde. Alors, un peu précipitamment, le grand brun essaya de se rattraper :


Parce que c’est MA découverte, hein ! Et puis, ils feraient que de dire que je dois pas faire ci, que je dois pas faire ça, que je dois attendre là, et gnagnagna. C’est pas drôle ! Je veux de l’action, moi !

Voilà qui était bien rattrapé ! Selon lui, en tout cas. Il se para même d’un grand sourire pour faire passer tout ça.


Mais toi, qu’est-ce que tu fais là ? Si tu travailles pas, tu dois te reposer un peu, c’est mieux pour toi. Je vois bien comme tu es fatiguée, chaque fois que tu viens à la maison. Mais bon, c’est comme tu veux, tu peux rester si tu veux, ça ne me dérange pas. Je suis toujours prêt à une nouvelle aventure avec toi !

Un aveu qui amena beaucoup de rouge à ses joues et le força à toussoter un peu. Une pointe de tristesse passa aussi dans son regard et Timothy revint s’intéresser à Canigou, à ses côtés, qui le fixait de ses grands yeux marrons sans comprendre. Tim regrettait, parfois, la merveilleuse époque où il n’était qu’un écureuil insouciant. Même s’il avait dû se battre de tout son cœur pour qu’on accepte enfin l’existence de celle dont personne ne pouvait imaginer qu’elle puisse exister. Après tout, qu’était-il, lui, le grand machin pas fichu de lire un bouquin, pour intéresser une femme aussi bien qu’elle ? Ohla… Non, il s’était encore perdu !


C’est un temple, comme dans Tomb Raider, t’as vu ! Il y aura peut-être des énigmes et je ne suis pas très intelligent. Canigou nous protégera des méchants ! Tu peux… euh… venir avec nous, si tu veux. Ça me ferait plaisir que tu viennes.

Ce qu’il souffla tout bas en approchant de l’entrée. Pourquoi était-ce devenu si dur d’avouer certaines choses à Hazel, alors qu’il était du genre direct et honnête avec tous les autres ? Il ne voulait plus se poser ce genre de questions, il n’en pouvait plus !






Contenu sponsorisé




Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer] _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Les merveilleuses cités d'or [pv - Hazel Palmer]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Amérique



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser