« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

☣️ Nouvel événement Rp à lire : Les Heures de Visite, by Deborah Gust ! ☣️
Le Deal du moment : -17%
-100€ sur TV QLED 65″ CONTINENTAL EDISON ...
Voir le deal
499.99 €

Partagez
 

 The One Plus One | Stefan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


ϟ Honey Lemon ϟ



« Un Bébé •́‿•̀。)⊃
pour les Gouverner Tous ! »


Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 2 Jenemi

Promis, cette fois le jeu ne va pas nous aspirer dans l'ordinateur. Enfin je crois.

The One Plus One | Stefan - Page 2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 5701

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 3 ans...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Ven 19 Nov 2021 - 0:34

Même si Stefan et Honey venaient d'emménager ensemble, ce qui marquait une importante étape dans leur vie de couple, ils ne se connaissaient, en fin de compte, pas depuis très longtemps et auraient sans doute encore bien des choses à découvrir l'un de l'autre. Dans cette équation, il fallait aussi ajouter Damian, le beau-fils de Honey, que la jeune femme tenait à ne pas exclure de ce couple et des projets d'avenir qui lui trottaient dans la tête. C'était donc naturellement qu'elle avait pensé à lui, alors qu'elle aurait pu savourer la douce sensation d'être enfin seule avec son homme (son vampire, devrais-je dire) et tout aussi naturellement qu'elle avait souri en écoutant son père expliquer sur quels aspects ils se ressemblaient. D'ordinaire, il parlait plutôt de ce qui les séparait, à commencer par leur condition de vampire, choisie par l'un, subie par l'autre. C'était donc d'autant plus agréable au commencement de cette nouvelle famille de parler de ce qui rassemblait les êtres qui la composaient.
Mais une douche bien chaude, voire trop, c'était aussi agréable, d'une façon différente, après la journée éprouvante du déménagement de la jeune femme. Ce n'était qu'une fois sous l'eau qu'elle avait eu l'impression, pour la première fois depuis qu'elle s'était levée aux aurores, de pouvoir faire le vide dans son esprit. Et pour cause ! Le plus gros du travail été fait, tout le monde était rentré chez lui et la jeune femme n'avait plus qu'à se détendre. Elle qui adorait toujours penser à trente six mille choses en même temps, au point de rarement laisser à son cerveau l'occasion de se reposer, apprécia, une fois n'est pas coutume, cette pause qui délestait à la fois son mental et son corps. Qui les délestaient peut-être un peu trop de leur charge puisqu'il lui fallut un certain temps pour comprendre la véritable raison qui avait poussée Stefan à se glisser dans la cabine de douche avec elle.
Heureusement, le contexte aidait toujours quand on n'était pas certain de la façon dont il fallait interpréter une situation et le fait de se retrouver plaquée contre le carrelage de la douche, ses cuisses autour de la taille de Stefan, avait considérablement aidé Honey à faire le point rapidement. Et prendre une décision. Le repousser ou accepter la proposition inattendue ?
Les douches avaient toujours fait partie des fantasmes que la jolie blonde jugeait inatteignables dans son état et la jeune femme n'était pas du genre à s'épancher sur ses ambitions érotiques, surtout pas auprès d'un homme aussi expérimenté que Stefan. Plus généralement, elle avait, à l'origine, seulement prévu de prendre une douche. Mais peut-être que les circonstances lui envoyaient un signe (autre que la confirmation des pulsions sexuelles plutôt fortes de Stefan car, de cela, elle en avait déjà conscience depuis un bout de temps) et, n'étant pas particulièrement contre l'idée, Honey décida que la meilleure chose à faire était encore de profiter du moment. Et forte de cette conclusion (que son cerveau n'avait mis que quelques secondes à atteindre en comparaison avec ce long paragraphe), la jeune femme passa ses bras autour des épaules de Stefan. C'était comme un bon pour accord, ça, non ?
- On évitera quand même la chambre de ton fils, si tu veux bien, rétorqua la jeune femme en pure rationnelle qu'elle était tandis qu'une autre partie de son esprit commençait à calculer le nombre de pièces dans le manoir et le temps que ça prendrait pour toutes les "baptiser" comme le disait si bien Stefan, le tout en se basant sur la fréquence de leurs rapports sexuels.
Par chance, heureusement, Honey ne fit pas redescendre la tension (dans tous les sens du terme) en faisant part de ces savants calculs à son amant, se contentant de répondre aux baisers et aux caresses de Stefan, fermant les yeux pour préserver ses yeux de l'eau qui coulait toujours, très chaude, dans la douche, et se laisser envahir par toutes les sensations qui parcouraient son corps et qui lui donnaient l'impression de perdre un peu la tête.
L'amour avec Stefan était comparable aux sensations procurées par un état d'ivresse modéré et représentait la seule situation dans laquelle la jeune femme, très effrayée à l'idée de perdre métaphoriquement la tête, acceptait de perdre un peu le contrôle, que la raison cède la place aux sensations et aux émotions. Au final, la jeune femme perdit toute notion du temps et d'espace avant de revenir, peu à peu, à l'instant présent, à l'eau de la douche qui continuait de couler sur eux dans une pression constante, à leurs deux corps entrelacés contre le carrelage humide et tiédi par la moiteur de la pièce et à ce moment qu'ils venaient de partager. Mais pouvaient-ils imaginer que ce qu'ils venaient de partager aurait des répercussions à long terme ? Etaient-ils en mesure de s'apercevoir que durant cette étreinte ils avaient créé la vie ? Bien sûr que non. Pour Honey comme pour Stefan, il s'agissait, pour l'instant, d'un moment d'intimité comme ils en avaient déjà partagé des dizaines, sans autre conséquence que de leur apporter plaisir et complicité.
Honey, et c'était assez injuste, était la seule du coup à chercher son souffle pendant quelques instants, ceux là même qui lui permettaient de revenir au moment présent. Elle resta blottie contre Stefan, la tête posée au creux de son épaule, encore quelques instants en caressant ses cheveux mouillés. En plus d'un an à se connaitre, c'était la première fois qu'elle le voyait ruisselant d'eau et les cheveux mouillés et elle devait bien admettre ne pas être insensible à cette vision.
Toutefois, il était bon de ne pas abuser trop des bonnes choses, aussi Stefan ne tarda pas à reposer son amoureuse son siège de douche et à couper enfin l'eau de la douche. Réalisant sans doute que la mortelle aurait bientôt froid, en plus d'avoir envie de se sécher, le vampire chercha la longue serviette rose framboise pour envelopper le corps à présent frissonnant de Honey avant de la prendre une nouvelle fois dans ses bras.
Mais je vous vois venir, bandes d'obsédés. Désolée donc de détruire vos espérances mais, cette fois, Stefan se contenta de la porter jusqu'à la pièce qui était désormais leur chambre pour la déposer sur le lit avec la douceur qu'on accordait en général aux objets de grande valeur. Honey lui adressa un sourire, presque gênée (à tort) à l'idée de ce qu'ils venaient de vivre, du fantasme qui se concrétisait sans forcément que Stefan en ait conscience.
- Je suppose que ça fait une pièce en moins, commenta-t-elle d'une voix un peu plus rauque que d'ordinaire pour briser le silence. Et que celle-ci ne compte pas vraiment puisqu'on y a déjà fait l'amour, ajouta la jeune femme en balayant le lit du regard. Tu savais ? demanda-t-elle en relevant les yeux vers Stefan. Que je trouvais ça... hm... excitant, poursuivit la mortelle en rosissant et en baissant la tête, de le faire comme ça ? Ou c'était juste une envie soudaine ? Parce que, eh bien en fait, je vais me doucher pour le restant de mes jours donc si c'est... trop stimulant pour toi ça risque de poser un problème, non ?
La question était posée innocemment, presque naïvement, comme si Honey était soudain redevenue une adolescente. Stefan et toute son expérience lui faisaient encore parfois cet effet. Mais la question était légitime. La cohabitation entre une mortelle et deux vampires, même à Storybrooke, n'était pas quelque chose de très commun. Heureusement, les trois parties de cette équation semblaient prêtes à faire tous les efforts nécessaires pour fonder une véritable famille (qui serait bientôt plus grande, mais chut, pour le moment ils n'en savent rien !).
Ce soir, cependant, Stefan et Honey pouvaient agir comme un couple de jeunes premiers, sans se soucier du tout plus grand auquel ils appartenaient. Damian avait fait preuve de beaucoup d'égards envers eux en leur laissant le manoir alors autant en profiter, non ?
- Tu as prévu de faire quelque chose de spécial, ce soir ? demanda Honey en redevenant plus espiègle, presque impatiente de connaitre la réponse. Je serai pas contre un bon repas, un peu de danse, de la musique... Ce genre de choses....
Dans son esprit Honey imaginait parfaitement la scène : eux deux, sur leur 31 ou presque alors que c'était inutile, vivant un rencart comme si c'était la première fois car, au fond, cet emménagement marquait une vraie première.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Rewrite the stars
Love looks not with the eyes but we the mind and is therefore winged cupid and painted blind.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


ϟ Stefan Vulpesco ϟ



« Everybody wants
to go to heaven
but nobody wants to die »


Stefan Vulpesco

| Avatar : Claes Bang

The One Plus One | Stefan - Page 2 TAxVNJ8
Things are beautiful if you love them.



| Conte : Dracula
| Dans le monde des contes, je suis : : Dracula, alias Vlad Teapes

| Cadavres : 613

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 1 an...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Jeu 25 Nov 2021 - 5:35 « Everybody wants to go to heaven but nobody wants to die »

Pour une fois, du positif sortait des lèvres du vampire. Était-ce le signe d’un nouveau tournant de l’histoire gothique de Dracula? Après tant de siècles d’errance, avait-il réellement droit au bonheur, au vrai? Son fils aurait enfin le droit à cette famille unie dont il rêvait, son père en était certain même si ce dernier n'en avait pas dit un mot. Honey était probablement la meilleure candidate dans le rôle de belle-mère, si douce et attentionnée, elle avait réussi à charmer le garçon qui la respectait énormément et la voyait déjà comme sa famille. Depuis qu’elle était officiellement dans sa vie, l’homme avait remarqué que les choses étaient différentes. Beaucoup plus simple et plus joyeuses. Il avait oublié ce que cela faisait de vivre une vie typique de famille. Fort sûr, rien ne serait jamais “normal”, déjà la différence d’âge immense séparant le couple qui allait forcément diviser sur certaines valeurs, mais très certainement elle était sa lumière, son phare à l’horizon. Il fallait seulement qu'il redécouvre le Vlad “gentil”. Enfin, façon de parler... Il avait quand même énormément évolué durant des siècles et il ne fallait pas s’attendre qu’il redevienne cet homme bon qu’il était en tant que roi, mais au moins, il pourrait commencer à suivre les lois humaines pour une fois... Sauf pour le vol. Pas possible de faire autrement après tout vu qu’il devait piquer des sacs de sangs à l’hôpital. C’était ça ou s’enfermer dans une crypte et se laisser devenir fou sous la soif. Ce n’était pas réellement une fin qu’il souhaitait s’infliger...



Une chose n’allait pas changer non plus, son appétit sexuel. Bon, bien sûr il n’était pas un animal et il savait avoir du temps de repos aussi, heureusement pour Honey d’ailleurs, mais il restait un grand amateur de touchés charnel. Depuis qu’il avait libéré cette part de lui après sa vampirisation, c’était quelque chose qu’il cherchait à combler le plus souvent possible. Avant, c’était avec n'importe qui d’un minimum séduisant, aujourd’hui c’était en tenant dans ses bras la magnifique blonde dans ses bras. Ses gestes ne portaient plus le même message, auparavant n'était qu’une soif de plaisir, maintenant étant une preuve d’amour intense. Après un temps intense partagé, elle vint se blottir contre lui, posant sa tête contre son épaule. Il la laissa caresser ses cheveux mouillés, admirant sa peau douce avant de venir poser de légers baisers sur son épaule. Lui non plus n’était loin de se douter de cette course de la nature qu’il avait enclenchée en elle. Toutes ses précédentes rencontres suite à sa mort n'avaient rien causé, ainsi, il ne pouvait pas se douter qu'il suffisait d’un beau de chaleur pour réveiller ses petits nageurs, comme le veut l’expression familière.



Même si sa Honey était magnifique et qu’il appréciait leur étreinte, toute bonne chose a une fin. Il la reposa sur son banc dans la douche pour aller chercher une serviette qu’il posa sur ses épaules. Se voulant romantique, il la prit à nouveau dans ses bras comme une princesse pour l’apporter dans la chambre et la déposer sur le lit avec douceur. Son regard sur elle était doux et un sourire étirait ses lèvres le temps de l’observer, puis il alla enfiler un boxer gris et une robe de chambre rouge vin qui était accrochée sur le crochet de la porte. La blonde s’exprima pendant ce temps, se questionnant si c’était voulu ou liés à une envie pressante. Il éclata de rire et il lui jeta un regard en coin.



- Voyons, ma chère. En quoi ce serait problématique que j’aime te faire l’amour, hum? Non, mais plus sérieusement, il est vrai que c’était une envie du moment et j’ai apprécié énormément de t’entendre gémir, mais je ne suis pas un animal non plus. Je ne vais pas te sauter dessus à chaque fois que tu te laves. Je sais que j’ai l’éternité devant moi, mais quand même. Je ne vais pas passer mon temps à te faire l’amour. Sinon, ma pauvre, tu en mourrais d’épuisement et j’ai envie que tu prennes du plaisir, pas l’inverse! Par contre, je suis ravi d’avoir accompli un de tes fantasmes. N’hésite pas à me partager ce genre de choses. On trouvera forcément un moyen d’y arriver.



Il revient vers elle quand elle la questionne sur ses projets du soir. Il hausse un sourcil, semblant bien intéressé par sa proposition et il se pencha au-dessus d’elle pour venir lui voler un baiser.



- Ce serait malpoli que de partir quand on accueille un nouveau membre de la famille! J’ai tout ce dont j’ai besoin ici. Donc, je reste. Ton idée est très intéressante, ma belle. J’ai une idée... Je te cuisine une recette que j’ai apprise par cœur pour toi, tu te fais belle et tu me rejoins à table quand tu auras fini? Après, nous rejoindrons la salle de bal ou un tourne-disque nous attend. J’espère que ce n’est pas trop vieux jeu pour toi?, il demande avec un sourire en coin.



Quand c’est entendu, en vitesse vampirique il enfile son plus beau costume avant de descendre à la cuisine commencer à cuisiner. Pas de panique, il ne risquait pas de salir sa belle tenue, sa capacité vampirique était pratique afin d’éviter de faire un faux mouvement. Il faisait rarement des erreurs. Quand Honey arriva dans la cuisine, il venait tout juste de déposer une recette compliquée qu’elle n’avait jamais goutée, mais qui risquait fortement de la charmer. Les lumières étaient éteintes et une bougie allumée se trouvait au centre de la table. Après avoir observé sa belle d’un regard appréciateur sans dire un mot, il vint lui tirer sa chaise afin qu'elle puisse s'installer. De son côté, il s’installa juste en face d’elle. Il lui versa un vin très cher dans une coupe de champagne avant de lever sa bouteille en acier inoxydable.



- Je souhaite porter un toast à nous. À toi, je dirais même. La femme la plus belle et merveilleuse que je connaisse. Merci d’avoir bien voulu faire partie de ma vie et celle de Damian par ce fait même.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Something about you positively demands ... intimacy.
En ligne


ϟ Honey Lemon ϟ



« Un Bébé •́‿•̀。)⊃
pour les Gouverner Tous ! »


Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 2 Jenemi

Promis, cette fois le jeu ne va pas nous aspirer dans l'ordinateur. Enfin je crois.

The One Plus One | Stefan - Page 2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 5701

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 3 ans...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Jeu 25 Nov 2021 - 23:53

A une époque, Honey se serait demandée si Stefan ne se moquait pas un peu d'elle, quand il riait si franchement de ses questions sincères. Mais plus maintenant. Avec le temps elle avait fini par comprendre que ces rires, si francs soient-ils, étaient avant tout bienveillants et sans doute aussi un peu surpris. Il faut dire que Honey avait, depuis toujours, eu le don pour se poser des questions qu'elle était la seule à se poser. Ce n'était en soi pas étonnant que ses réflexions prennent parfois le vampire totalement au dépourvu, malgré ces presque sept cents ans d'existence. La vie, après tout, était une surprise constante. Pour lui comme pour elle.
Quoi qu'il en soit, amusé ou pas, Stefan consentit à lui fournir ce qu'elle espérait : une réponse sérieuse à sa question précédente, une réponse qui surprit à moitié Honey. Elle n'aurait jamais pensé que ses gémissements de plaisir, purement liés au délice de se retrouver sous l'eau chaude de la douche pour délasser son corps après une rude journée, puissent provoquer autant de pensées débridées chez Stefan mais était ravie (soulagée peut-être même ?) d'apprendre qu'elle pouvait aussi espérer se laver tranquillement la plupart du temps. Même si le final de toute cette affaire avait été loin d'être déplaisant.
Bien avant de connaitre Stefan, Honey avait toujours affirmé que l'activité sexuelle régulière était une excellente chose et se souvenait même en avoir assez récemment parlé avec son ex, Michel-Ange (pour justement lui signifier qu'elle ne souhaitait plus avoir ce genre d'activité en sa compagnie) et la jeune femme s'était rapidement aperçue que, sur ce point-là, elle et Stefan étaient parfaitement d'accord, lui peut-être encore plus qu'elle. Bien sûr, il était un vampire et elle une mortelle, forcément les choses étaient différentes aussi à ce niveau-là pour les deux amants. Stefan avait un jour révélé à Honey que son appétit charnel avait été développé, pour ne pas dire carrément créé (car le Moyen-Âge n'avait jamais fait la part belle aux plaisirs charnels) par sa transformation en roi de la nuit. Il lui avait aussi fait comprendre, d'une façon suffisamment subtile mais quand même directe pour que l'information arrive au bon endroit et de la bonne façon dans le cerveau de Honey, qu'en n'étant ni totalement mort ni complètement vivant il n'avait pas, contrairement à elle, besoin de se reposer. Pas après une étreinte, en tout cas. De fait, oui, Stefan était littéralement en mesure de faire mourir Honey d'épuisement. Heureusement, il avait prévu de s'abstenir pour la laisser en vie (petite morte exclue, ça va sans dire).
La jeune femme sentit le rouge monter à ses joues, signe d'un important afflux de sang dans cette partie de son visage. Encore quelque chose qui n'arrivait pas, ou plus, à Stefan.
- J'en ai pris, souffla-t-elle. Du plaisir.
Comme si ces quelques mots la faisaient davantage frissonner, la jeune femme resserra les pans de la serviette autour de son corps frêle. Dans cette maison elle aussi était la seule habitante qui avait besoin de chauffage et plus généralement de chaleur, heureusement le manoir des Vulpesco disposait du chauffage bien avant que la jeune femme n'y ait emménagé. Maintenant seulement il serait plus souvent allumé quand viendrait l'hiver.
Curieusement ce jour-là, bien qu'assise presque nue sur leur lit, Honey n'avait pas froid, peut-être à cause de la conversation qui se poursuivait. C'était déjà beaucoup pour elle, la novice de la vie qui n'avait pas même encore trente ans, de confier à un homme aussi expérimenté que le sien un fantasme, alors plusieurs ? La jeune femme tourna vers Stefan des yeux aussi verts que ronds et battit plusieurs fois d'affilée des paupières, comme si ce seul fait pouvait l'aider de quelque façon que ce soit. Déterminant toutefois après un long moment passé à observer Stefan qu'il était vraiment sérieux (au point, peut-être, de réinventer le Kama Sutra si cela s'avérait nécessaire, ce que Honey n'espérait pas), sans doute parce qu'il l'était toujours, sérieux, quand il s'agissait de l'art d'aimer, la jolie blonde le remercia pour sa proposition et déclara qu'elle y réfléchirait. Une réponse, de fait, beaucoup trop formelle et décalée pour la conversation intime d'un couple.
L'instant d'après, Stefan, à présent rhabillé, était revenu vers elle (il avait pris l'habitude de se déplacer, la plupart du temps, à une vitesse ordinaire pour un humain ce qui était bien moins étourdissant pour Honey que des déplacements plus rapides qu'un battement de cils) pour lui voler un baiser avant de signifier qu'il appréciait ses suggestions, lâchées au gré des pensées de la jeune femme, pour le reste de la soirée, des idées qu'il compléta par les siennes, au moins aussi séduisantes.
Ce n'était pas tous les jours qu'un vampire, qui ne goûtait plus à la nourriture humaine depuis des siècles, proposait à sa mortelle de compagne de cuisiner par cœur pour elle (pour elle ! cette seule idée fit bondir le cœur qui battait dans la poitrine de la jeune femme) une recette annoncée comme ayant été apprise par cœur pour l'occasion (ou, du moins, pour une grande occasion que l'emménagement de sa belle dans sa demeure pouvait totalement représenter). Puis il l'emmènerait danser dans la salle de bal (il y avait donc REELLEMENT une salle de bal dans ce manoir ? depuis quand ? et où ? Honey ne l'avait jamais vue - sauf si Stefan appelait son salon, plutôt grand, la salle de bal, auquel cas elle s'y était déjà rendue) au gré de la musique passée sur un tourne disque. C'était éminemment rétro mais également très romantique. Davantage que de diffuser de la musique depuis iPod ou un smartphone, des considérations que Honey garda toutefois pour elle-même.
- Ca a l'air parfait, souffla-t-elle, à la fois subjuguée et impatiente de le découvrir aux fourneaux.
C'était plutôt sexy un homme qui cuisinait, après tout...
Une fois que le couple eut accordé ses violons (au sens métaphorique du terme), la jeune femme entreprit de réaliser ce que Stefan lui demandait : se faire belle. Pour le vampire, l'affaire était déjà réglée, en un temps record, tellement court que Honey n'avait pu que deviner qu'il avait enfilé un costume avant de quitter la chambre, la laissant seule, toujours en serviette au milieu du lit. Et c'est seulement alors que la jeune femme commença réellement à sécher son corps puis ses cheveux au gré de quelques lents allers et retours à la salle de bains adjacente. Stefan l'entendait peut-être, imaginant ce qu'elle appelait "se faire belle" pendant qu'il cuisinait mais Honey ne percevait aucun son en provenance de la cuisine, trop éloignée pour ses oreilles humaines.
Après une petite délibération avec elle-même, la jeune femme opta pour la robe rouge qu'il avait achetée pour Honey après le mariage de l'horreur qui l'avait faite jeune mariée, proie et veuve la même soirée, une soirée qui, paradoxalement, avait débloqué une quantité impressionnante de choses et de sentiments entre les deux êtres. Mieux valait essayer de se souvenir uniquement du positif, d'autant que Honey avait fini par ne plus faire de cauchemars de cette fameuse nuit, son esprit ayant enfin réalisé qu'il n'avait pas besoin d'imaginer une chasse sans sauveur puisque le sauveur s'était présenté à point nommé.
Une fois habillée, la jolie blonde retourna dans la salle de bains et coiffa ses cheveux avant de se maquiller devant le seul miroir de la maison. Le rouge à lèvres, comme toujours, se trouva assorti à la robe, elle-même assortie aux chaussures - de jolis escarpins rouges. Etait-ce suffisant ? Honey jugea que ses lunettes d'intello risquaient d'amoindrir l'effet de la tenue et opta, pour une fois, pour ses lentilles de contact, qu'elle utilisait principalement lors des événements mondains et pour des raisons similaires à celle de ce soir.
Après un dernier regard à son reflet, Honey songea qu'il était grand temps de descendre au rez-de-chaussée, même si Stefan n'avait donné aucun signe laissant présager qu'il avait terminé ses préparations et était prêt à recevoir son unique convive. Mais que pouvait-elle faire d'autre si ce n'était descendre ? Elle n'allait quand même pas commencer à ranger son nouveau bureau, si ?
Forte de cette réflexion, la jeune femme quitta la salle de bains pour le couloir où elle s'agrippa solidement à la rampe pour redescendre. Une fois arrivée dans la salle à manger, Honey constata que les lumières étaient éteintes, remplacées par une grande bougie posée au centre de la table joliment dressée (du moins à en croire ce que Honey en discernait) pour un seul couvert, celui de la jeune femme. C'était un peu injuste de savoir que même dans cette pénombre Stefan continuait de voir comme en plein jour alors que les yeux de sa compagne avaient besoin de longs instants pour s'accoutumer à l'obscurité. Dans d'autres circonstances, le vampire aurait pu être particulièrement dangereux pour l'humaine.
Toujours dans l'embrasure de la porte, Honey croisa le regard appréciateur de Stefan et s'avança alors, lentement, tandis qu'il tirait une chaise pour qu'elle s'y installe. Puis le vampire contourna la table pour s'asseoir en face de la jeune femme et remplir sa flûte de champagne de vin, lui s'en tenant à son éternelle flasque en acier inoxydable et opaque qui renfermait le même liquide que celui qui coulait dans les veines de Honey (quoique pas du même groupe sanguin, ce qui restait une consolation).
Avant que son humaine ne commence à se sustenter, Stefan leva sa flasque et Honey l'imita en levant sa flûte de champagne, rougissant l'instant d'après en entendant le toast qu'il avait voulu porter pour cette nouvelle soirée qui ouvrait un nouveau chapitre dans leurs deux vies.
- Tu me flattes, murmura-t-elle, un peu mal à l'aise mais consciente qu'il l'avait parfaitement entendue.
Honey choisit donc de ne pas débattre sur sa beauté ou sur la merveille qu'elle pouvait bien être, laissant, une fois n'est pas coutume, place au cœur plutôt qu'à la raison. Dans pareils moments, elle avait fini par comprendre que c'était plus que recommandé.
- A nous ! renchérit la jeune femme avant de boire une longue gorgée de ce vin qu'elle ne connaissait pas. - Délicieux, ajouta-t-elle en faisant allusion au nectar contenu dans sa flûte.
Puis une pensée surgit dans l'esprit de la jeune femme : devait-elle aussi porter un toast ? Dire quelque chose de gentil ? Ou ferait-elle mieux de se montrer davantage spirituelle ? Pourquoi des choses aussi simples à l'origine provoquaient toujours autant de questionnements compliqués ? Au terme d'un intense débat interne, la jeune femme décida de ne pas renchérir et attaqua, enfin, son dîner.
Elle avait appris à s'habituer à être la seule à manger, en tout cas à manger de la nourriture humaine. Avec le temps qui passait Honey ne trouvait plus ça si bizarre, en fin de compte, mais continuait de craindre que ces repas ennuient Stefan, qu'il ait ou non toute l'éternité devant lui comme il l'avait si justement fait remarquer plus tôt. Heureusement (en tout cas du point de vue de la chimiste), la jeune femme avait toujours quelque chose à raconter, si bien qu'elle divertissait, pour le meilleur et pour le pire, au moins les oreilles de Stefan qui s'abreuvait de ses paroles quand elle s'abreuvait tout court.
Mais parce que c'était la première fois que Stefan cuisinait pour elle, Honey prit avant tout le temps de savourer les premières bouchées, de les analyser saveur par saveur comme pour les décomposer et transformer momentanément sa langue en spectromètre de masse, tenant à en livrer un compte rendu détaillé même si le vampire ne s'attendait probablement pas à ça.
Et, effectivement, la première partie du repas fut consacrée à la dissection métaphorique de ce qu'elle était en train de manger qui se conclut sur ces mots :
- C'est... assez impressionnant, je dois dire que quelqu'un qui...
Avant d'aller plus loin dans sa réflexion, Honey se mordit la lèvre inférieure, prenant quelques secondes pour bien choisir ses mots et ne pas tout gâcher en étant trop spontanée et, de fait, maladroite.
- ... Quelqu'un qui suit un régime alimentaire totalement différent du mien cuisine aussi bien. Sans goûter ce qu'il cuisine, précisa la jeune femme car, de son point de vue, c'était ça qui était le plus impressionnant. C'est pour toi qu'on aurait dû porter un toast, réalisa-t-elle quelques instants plus tôt. Le top chef des vampires ! Moi j'ai seulement accepté de venir vivre ici, avec vous, j'ai rien fait d'extraordinaire.
Honey ponctua ces propos d'un hochement de tête suivi par une nouvelle gorgée de vin. Elle était peut-être un peu trop sévère avec elle-même, oubliant de penser que peut-être si elle n'avait jamais implanté l'idée dans l'esprit de Stefan qu'il pouvait être celui qu'il voulait et pas simplement un monstre, lui et Damian n'en seraient probablement pas là. Et elle non plus, en fait.
La jolie blonde réalisa ensuite que Stefan ne connaissait peut-être pas Top Chef mais se persuada bien vite qu'il était trop intelligent pour ne pas comprendre le compliment. Alors le repas se poursuivit enfin sur d'autres sujets aussi divers et variés que l'esprit de Honey était vif. La plupart du temps c'était elle qui parlait, même si c'était aussi elle qui mangeait, et pourtant Stefan l'écoutait sans donner, à aucun moment, l'impression d'être lassé.
Contre toute attente, après le plat de résistance, Stefan proposa un dessert à Honey - un dessert qui n'avait rien de charnel même s'il comprenait notamment des fraises et du gingembre, deux ingrédients réputés aphrodisiaques. Le savait-il ? Sans doute. En matière de plaisir physique, les connaissances de Stefan allaient bien au-delà de celles de Honey. Mais le dessert, vu sa composition et le temps qu'il aurait fallu pour le réaliser, la jolie blonde doutait que Stefan l'ait fait ce jour-là. Peut-être l'avait-il acheté chez Amelia Peters, à La Pelle à tartes, cette pâtisserie que Honey affectionnait tant ? Le meilleur moyen pour le savoir c'était encore de poser la question, ce à quoi la jeune femme s'employa pour obtenir la réponse tant convoitée avant de finir son dessert. Elle espérait aussi qu'il en restait pour le lendemain mais tut cet espoir - pour le moment.
- Maintenant la danse, je présume ? demanda-t-elle à la place en repoussant son assiette à dessert pour signifier qu'elle n'y toucherait plus.
Comme s'il n'attendait que ça depuis le début de la soirée, Stefan se leva de sa chaise et vint prendre la main de sa belle pour l'escorter dans sa salle de bal, une immense pièce aux murs en bois ornés de moulures d'un autre temps, sans doute victorien et au plafond décoré notamment par un immense lustre. Le style était ancien, vieillot selon certains, rétro aux yeux d'autres, mais, quoi qu'il en soit, la salle ne laissait pas indifférent lorsqu'on y pénétrait pour la première fois, ce qui était le cas de Honey, ce soir-là.
- Waouh, souffla-t-elle, les yeux écarquillés, en avançant vers le centre de la pièce au bras de Stefan dans son élégant costume. Quel endroit...
Après l'avoir menée au centre de la pièce, il lui lâcha la main pour s'avancer vers le tourne disque rétro dans un coin de la salle, l'allumer et y mettre un disque dont chaque note, dès la première, se réverbérera contre les murs et s'en trouva amplifiée.
Un battement de cils plus tard, alors que l'introduction de la chanson n'était pas encore terminée que Stefan était déjà revenu auprès de Honey pour la serrer contre lui et la guider sur cette danse qui n'était pas tout à fait une valse et pas non plus un slow moderne mais qui était parfaite dans son imperfection, tandis que la chanson qui passait était tout simplement parfaite. Stefan avait, décidément, bien choisi la musique.
- C'est parfait, souffla-t-elle après un temps, la tête lovée contre l'épaule de Stefan. La soirée, toi, notre vie ensemble, avec Damian. Moi sans doute un peu. Tout. Je suis heureuse, enchaina Honey en relevant la tête pour croiser son regard.
Après quoi elle reposa sa tête dans le creux de l'épaule de Stefan et souffla tout bas, après un temps indéterminé :
- Mais j'aimerais bien un bébé. Avec toi. De toi, précisa Honey des fois que la première précision ne soit pas suffisamment claire. Je sais que tu serais parfait. Comme la chanson de ce soir.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Rewrite the stars
Love looks not with the eyes but we the mind and is therefore winged cupid and painted blind.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


ϟ Stefan Vulpesco ϟ



« Everybody wants
to go to heaven
but nobody wants to die »


Stefan Vulpesco

| Avatar : Claes Bang

The One Plus One | Stefan - Page 2 TAxVNJ8
Things are beautiful if you love them.



| Conte : Dracula
| Dans le monde des contes, je suis : : Dracula, alias Vlad Teapes

| Cadavres : 613

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 1 an...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Jeu 2 Déc 2021 - 5:33 « Everybody wants to go to heaven but nobody wants to die »

Avec Honey, l’homme devenait bien plus naturel. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas exprimé ses émotions sans tenter de les voiler sous une façade. Il avait confiance en elle, le vampire n’avait pas à jouer un rôle devant elle. Il pouvait être lui-même et pas seulement le prince de la nuit Dracula. Il apprenait à devenir une meilleure version de lui-même, malgré que parfois cela l’inquiétait de savoir quelle version, au juste. Il était un peu trop vieux pour devenir le bon voisin. Par contre, être un parfait gentleman avec sa bien-aimée, cela ne lui demandait aucun effort. C’en était même agréable. Dans tous les cas, les émotions de l’humaine, elles, s’exprimaient sans soucis et cela amusait toujours le vampire qui adorait taquiner son aimée, emmenant rapidement le rouge aux joues de cette dernière. Il était très sérieux sur le sujet de la discussion. Il pensait que ce serait une bonne chose afin qu’elle puisse doucement, mais surement comprendre qu’elle n’avait aucunement à avoir honte de sa sexualité, mais il fallait dire que sa timidité était adorable à constater et qu’il faisait parfois exprès pour la manifester.



Bien sûr, toute la soirée n’allait pas tourner autour de la sensualité et tout ce qui s’en rapprochait. Après tout, ils n’étaient pas des bêtes. Enfin, lui il s'en rapprochait un peu plus, mais il savait tout de même se tenir! Ils avaient plusieurs heures à passées avant l’heure du couché, autant en profiter pour passer du temps ensemble, rien que tous les deux. Ainsi, lorsque la jeune femme mentionna un diner et une danse, il vint naturellement à l’idée de Stefan de cuisiner pour elle et la mener à sa salle de bal. Elle n’avait jamais vu cette pièce puisque cela s’expliquait par la simple et bonne raison qu’il laissait toujours la porte fermée et verrouillée quand il n’organisait pas de soirées dansantes et vu que cela n’arrivait pas souvent... Elle ne servait pas beaucoup. Bien sûr, le ménage était toujours fait en ces lieux, pas une trace de poussière ne s’y trouverait à leur arrivée.



Il fut assez flatté par les propos de l’humaine qui découvrait son plat, mais le fait qu’elle soit étonnée qu’il arrive à cuisiner le fit seulement lever un sourcil, amusé.



- Puisque je suis un vilain méchant vampire très vieux, je ne saurais pas cuisiner? En effet, cela peut sembler quelque peu étrange puisque je ne peux pas goûter, mais... J’imagine que quand on est aussi minutieux que moi, il est presque impossible de rater quelque chose. Dans tous les cas, je suis ravi de voir que tu apprécies. C’était bien mon intention. Dans tous les cas, j’espère gagner des points avec le dessert. On me l’a vivement conseillé.



Il s’était pointé, effectivement, à la Pelle à Tarte sous le conseil d’un de ses employés. Il lui avait dit à quel point c’était délicieux. Stefan avait tenté un coup de dé, ignorant si la jeune femme aimait cette pâtisserie. Tout de moins, elle sembla apprécier.



Enfin, elle termina son repas et lui sa gourde. Ils pouvaient passer à la suite des évènements. Le couple prit la direction de la salle de danse où le vampire sélectionna une chanson en particulier. Même en était plus l’horrible personnage qu’il avait été, il avait gardé certaines manies comme être particulièrement calculateur. Il savait que cette chanson charmerait la blonde et il fut bien heureux de voir qu'il avait bien choisi. Il ne tarda pas à la rejoindre, le serrant contre lui pour tourner doucement au son de la musique. Il la laissa poser sa tête sur son épaule, guidant ses pas à son rythme, gardant une de ses mains dans le creux de son dos. Honey exprima le fait qu’elle était heureuse, que tout était parfait. Cela faisait énormément plaisir à l’homme qui referma légèrement sa prise sur elle, la pressant un peu plus contre son torse. Par contre, il ne s’attendait pas à la dernière phrase de cette dernière qui fit doucement retomber le sourire qui venait à peine de pointer sur son visage. Il soupira longuement,



- Je suis navré. J’aimerais t’offrir cette joie que toute femme devrait connaitre au moins une fois, mais... Tu le sais bien... Je ne le peux pas. Je t’assure que si je le pouvais, je t’aurais fait la promesse de t’offrir cet enfant lorsque nous aurions passé l’étape du mariage... J'ai bien peur que je sois mort... Et ça aussi...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Something about you positively demands ... intimacy.
En ligne


ϟ Honey Lemon ϟ



« Un Bébé •́‿•̀。)⊃
pour les Gouverner Tous ! »


Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 2 Jenemi

Promis, cette fois le jeu ne va pas nous aspirer dans l'ordinateur. Enfin je crois.

The One Plus One | Stefan - Page 2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 5701

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 3 ans...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Ven 3 Déc 2021 - 0:03

C'était ça le problème quand on était fondamentalement honnête : on ne faisait jamais semblant et on ne prétendait jamais vouloir autre chose que ce qu'on désirait réellement. Pas même pour faire plaisir ou se montrer arrangeante, ce qui, en fait, revenait plus ou moins au même. Ainsi, même avant qu'elle et Stefan ne se fassent l'amour pour la première fois, Honey avait toujours été honnête et transparente quant à son envie de fonder une famille, et que l'envie semble tout droit sortie d'un autre temps ou presque "dommage" par rapport aux capacités intellectuelles de la jeune femme qui pouvaient l'emmener très loin importait peu à la jolie blonde. Forcément, en tombant amoureuse d'un homme qu'elle voyait en capacité de s'occuper d'une famille, cette envie n'était devenue que plus forte si bien que Honey ne pouvait simplement pas la taire.
La magie de l'instant, la perfection de leur connexion pendant cette danse, leur emménagement pour vivre en famille... C'était comme si tous les éléments de la journée avaient conspiré pour que la jeune femme réitère cette envie, presque sans en avoir conscience, parce que c'était une évidence et un souhait mûrement réfléchi. D'ailleurs, on ne pouvait pas en attendre moins d'une femme aussi rigoureuse dans sa méthodologique que cette jeune scientifique !
Elle avait donc eu conscience, en donnant une voix à ce désir, que Stefan ne pouvait pas lui donner vie. Et pourtant sa réponse, si désolée soit-elle, la perça quand même de part en part, semblant la clouer sous le poids de la fatalité. La situation lui paraissait particulièrement injuste, lui demandant, visiblement, de faire un choix impossible : être mère ou être avec Stefan. Décidément, rien ne pouvait jamais être simple à Storybrooke...
Le cœur gros, Honey gonfla sa poitrine d'un profond soupir muet, qui répondit à celui de Stefan et resta encore de longues minutes silencieuse, la tête enfouie contre le torse de Stefan. Elle oublia de glousser à la mention du mariage qui, traditionnellement, venait avant la consommation de l'union et la conception d'un enfant et qui prouvait que, décidément, elle et lui ne venaient vraiment pas de la même époque. Elle oublia aussi de conclure que, d'une certaine façon, Stefan venait d'annoncer qu'il comptait bien, un jour, demander sa main et oublia, de fait, de s'en trouver flattée.
- Je sais, murmura-t-elle finalement, bien après la fin de leur chanson. C'est pas grave, il y a... d'autres façons de s'accomplir à ce niveau-là, poursuivit la jeune femme pour faire preuve, comme on s'y attendait quand elle parlait, d'un optimisme quasi infaillible.
Sauf que, bien sûr, cet état de fait était loin d'être "pas grave" à ses yeux. C'est pour cette raison, afin de ne pas se faire plus de mal que nécessaire, que Honey décida de ne plus aborder ce sujet. Stefan connaissait ses envies sur la question et elle connaissait ses capacités pour y répondre. A quoi aurait-il servi d'en parler davantage si ce n'est à se faire davantage de mal ? En outre, la jeune femme était suffisamment occupée dans son quotidien, tant sur le plan professionnel que personnel, qu'elle n'avait heureusement pas le temps de s’appesantir sur la question.
Mais c'était peut-être cette impossibilité qui avait rendu la jeune femme d'autant plus maternelle envers Damian, officiellement devenue son beau fils depuis qu'elle avait emménagé au manoir. Leurs intérêts et leurs expériences passés communs rendaient, il est vrai, leur rapprochement plus facile, presque naturel, si bien que Honey lui avait proposé de venir l'aider au laboratoire quand il le souhaitait et lui avait offert des entrées pour un futur comic con pour son anniversaire, fin septembre, parce qu'elle savait qu'il s'y amuserait.
Mais la nouvelle habitude préférée de la jeune femme était sans aucun doute celle de lui lire une histoire avant le coucher - du moins les soirs où le petit garçon vampire ne sortait pas chasser en première partie de la nuit. C'était quelque chose que Honey avait toujours rêvé de faire avec ses enfants (qu'elle n'aurait pas, du coup) parce que c'était quelque chose qu'elle-même avait adoré lorsqu'elle était enfant et que son papa ou sa maman venait se coucher à côté d'elle pour lire ou un deux chapitres d'un œuvre de fiction ou d'un livre scientifique. Honey avait trouvé ces moments si privilégiés qu'en fin de compte elle n'aurait pas été contre les prolonger, une fois adulte, pour elle-même.
Toutefois, avec le recul que sa vie de maintenant lui permettait de prendre, Honey aimait encore plus de pouvoir tenir le rôle de lectrice et c'était avec une excitation et un plaisir non feints que, très souvent le soir, Honey s'installait sur le lit de Damian, leurs deux têtes côte à côté pour lui conter, actuellement, les aventures du petit sorcier à lunettes le plus célèbre de la planète. Car quand Honey avait compris qu'il était passé à côté des Harry Potter, elle avait décidé de réparer cet oubli aussi vite que possible ! Naturellement, elle n'oubliait pas, au gré de sa lecture, de faire les voix des différents personnages, ce qui rendait leur moment de complicité nocturne particulièrement touchant.
Parfois, à la fin d'un chapitre, comme son papa l'avait fait pour elle, Honey interrogeait Damian sur le sens profond de ce qu'ils venaient de lire, sur le symbolisme de certains détails ou, tout simplement, sur sa réflexion vis à vis de l'histoire qu'ils étaient en train de dérouler nuit après nuit. Puis la jeune femme l'embrassait tendrement sur le font, s'assurer qu'il était bien bordé et quittait la chambre de Damian, non sans un "bonne nuit mon poussin" ou toute formule similaire, pour rejoindre son père que, parfois, du coin de l'œil, elle voyait en train d'écouter dans l'embrasure de la porte.

Début novembre

Depuis son emménagement au manoir, Honey n'avait pensé qu'une seule fois à l'incapacité de son couple de devenir parents et c'était quand elle avait rencontré Isaac, le fils nouveau né de son amie Alexis. Il était tellement adorable et sa jeune maman avait l'air tellement comblé de l'avoir que, forcément, la scientifique avait repensé à ses propres désirs inassouvis. Le soir même, elle en avait même pleuré, de façon assez incontrôlable et inexpliquée, avant que, moins d'une heure plus tard, son humeur ne soit drastiquement remontée. Honey, pourtant, n'était d'ordinaire pas sujette aux sautes d'humeur. En tout cas pas à ce point. Toutefois, la jeune femme n'avait pas prêté plus d'attention à ce petit incident, songeant que des moments de trop plein émotionnel, tout le monde en avait à un moment ou à un autre.
De la même façon, bien que sujette à davantage de nausées au cours du mois qui s'était écoulé qu'à l'ordinaire, la jeune femme ne faisait pas non plus très attention à ce symptôme. En effet, Honey, de par les migraines, séquelles directes de son accident d'immeuble qui avait paralysé ses membres inférieurs, était coutumière de la sensation désagréable de nausées et pensait simplement être dans une phase plus migraineuse que d'ordinaire. Heureusement, il y avait des médicaments efficaces pour les diminuer, si bien que son quotidien ne souffrait pas tellement de ce qu'elle prenait pour un détail.
Quant à ses soudaines envies presque irrépressible de manger énormément de chocolat, Honey les attribuait à sa gourmandise naturelle qui se réveillait au fur et à mesure que Noël approchait. Ce n'était pas l'Easter Egg qui allait se plaindre de ses visites plus fréquentes, en tout cas. Ces moments lui donnaient l'occasion de discuter avec ses amis Aster et Anna (deux personnalités diamétralement opposées qui, pourtant, formaient un duo fonctionnel) et aussi de demander des nouvelles de Matthew, le petit garçon trop mignon de cette dernière (en évitant de penser que lui aussi lui rappeler ce à quoi elle et Stefan n'avaient pas le droit).
Pour le reste, la vie suivait son cours, normalement, et la scientifique partageait son temps entre la faculté de sciences, le laboratoire, le manoir Vulpesco et, parfois, quelques sorties entre amies. Le soir, la plupart du temps, elle essayait de faire découvrir à Stefan les films et les séries qu'elle appréciait, Schrödinger, son chat borgne et noir, en train de ronronner sur ses genoux. Depuis quelques temps il était d'ailleurs particulièrement prompt à venir se coucher sur sa maitresse et, plus généralement, à lui tourner autour comme pour lui faire comprendre quelque chose que Honey n'avait toujours pas compris.
A moins qu'il ne soit seulement vraiment très affectueux et un peu jaloux de la savoir avec un mâle de son espèce.
Ce n'était en tout cas pas l'attitude de Schrödinger, le chat le plus doux du monde, qui interpellait Honey mais plutôt celle de Lyssa, la louve sauvage mais apprivoisée de Stefan. Depuis que lors d'une balade en forêt le mois passé elle était venue les saluer (façon de parler, évidemment), Honey aurait juré l'avoir aperçue assez souvent près du manoir, comme si elle rôdait.
- Dis, Stefan, avait-elle demandé, un jour qu'elle était posté à la fenêtre en train d'observer l'immense jardin qu'elle avait entrepris d'entretenir depuis son emménagement, ça craint rien si ta louve traine dans le quartier ? C'est... normal ? Elle a toujours fait ça et je remarque seulement ou faudrait s'inquiéter ? Elle sait qu'elle doit pas manger les voisins, n'est-ce pas ?
Une question en emmenant toujours une autre dans le cas de Honey Lemon, la jeune femme en avait égrenait une demi-douzaine sur le sujet avant d'être rassurée, bien qu'elle ne craigne pas la louve. C'était même plutôt le contraire car, en dépit de sa carrure imposante, l'animal s'était toujours montré doux envers la jeune femme, comme s'il comprenait que sa stature était plus fragile que celle d'un humain ordinaire. Bien sûr, leur première rencontre avait été impressionnante, mais elle n'avait pas effrayée Honey qui s'était même habituée à l'idée (pourtant folle, de prime abord) qu'un loup la connaisse, la reconnaisse et puisse même l'approcher à la recherche de caresse derrière les oreilles !

Ce jour-là, une belle journée du début du mois de novembre, Honey s'attendait à croiser la route de Lyssa, car Stefan avait proposé une promenade en forêt, rien que tous les deux, pour profiter de la nature. La jeune femme avait accepté, bien que, comme toujours, navrée pour son compagnon qu'il doive, par galanterie, adapté son pas à celui extrêmement lent de la mortelle.
Leurs pas, justement, les menèrent ce jour-là dans la clairière où Honey avait, environ un an plus tôt, rencontré la louve pour la première fois. Comme cette année-là, épuisée par l'effort physique d'une marche sur un terrain inégal, la jeune femme, qui se mouvait toujours appuyée sur sa canne, s'assit sur un gros rocher idéalement placé pour admirer les arbres en plein automne. Et comme la première fois, Stefan appela sa louve qui ne tarda pas à les rejoindre dans la clairière mais qui, au lieu de venir d'abord saluer son maître, se dirigea spontanément vers Honey. Elle approcha son museau du bas ventre de la mortelle, le renifla quelques instants, puis posa délicatement sa tête immense sur les genoux de la jeune femme pour réclamer ses caresses que Honey lui donna volontiers.
- Elle me préfère quand même pas à toi, hein ? voulut se rassurer la jeune femme en croisant le regard de Stefan, un peu navrée que l'animal qu'il avait si patiemment dompté la salut en premier.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Rewrite the stars
Love looks not with the eyes but we the mind and is therefore winged cupid and painted blind.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


ϟ Stefan Vulpesco ϟ



« Everybody wants
to go to heaven
but nobody wants to die »


Stefan Vulpesco

| Avatar : Claes Bang

The One Plus One | Stefan - Page 2 TAxVNJ8
Things are beautiful if you love them.



| Conte : Dracula
| Dans le monde des contes, je suis : : Dracula, alias Vlad Teapes

| Cadavres : 613

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 1 an...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Hier à 19:31 « Everybody wants to go to heaven but nobody wants to die »

Les choses avaient bien évolué depuis l'emménagement de la jeune femme. Même s’il ne s’attendait pas à ce qu’elle prenne le rôle de belle-mère, elle l’avait fait de la façon la plus naturelle au monde. Honey et Damian étaient devenus que plus proches, passant du temps de qualité ensemble. Stefan le voyait, son fils était beaucoup plus heureux maintenant qu’elle était dans sa vie. Une présence féminine et douce dans cette immense demeure apportait ce que l’enfant avait manqué depuis des siècles. Forcément, la blonde ne remplacerait jamais sa mère, mais elle lui offrait les mêmes attentions, lui donnant l’illusion d’être un enfant à peu près normal. Elle avait une magnifique influence sur le petit qui s’endormait une nuit sur deux sur les paroles de la demoiselle. De son côté, le père aimait bien se cacher dans l’ombre, dans l’embrasure de la porte, pour regarder la scène touchante. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu Damian aussi bien. Même si cela le démangeait parfois de tuer certains imbéciles, il se félicitait mentalement de ne plus le faire. Ses choix avaient permis un tel tableau représentant une famille heureuse, ce dont il avait privé son fiston pendant beaucoup trop longtemps.



Malgré tout, il ne pouvait pas s’empêcher de se poser des questions sur l’état de son aimée. Cette dernière avait quelque peu changé entre temps et il ne savait pas trop quoi en penser. Il se rappelle encore la première fois qu’ils discutaient dans le lit au matin avant qu’elle se mette à courir vers les toilettes pour vomir. Il lui avait tenu les cheveux pour éviter qu’elle s’en mette partout. Elle donnait comme explication les migraines. Stefan trouvant ça tout aussi logique qu’elle ne dit rien, mais plus ça allait, plus c’était étrange. Elle revenait avec du chocolat de plus en plus souvent... Il l’avait même surpris, une fois sans qu’elle s’en rende compte, en pleine crise de l’arme pour ce qui semblait être aucune raison. Ce jour-ci de début novembre, le vampire avait découvert un nouveau “symptôme”. Une odeur différente de d’habitude... Une hormone se sécrétait du corps de l’humaine, mais il n’arrivait pas à se rappeler laquelle. Il se souvenait l’avoir déjà senti, mais très peu fréquemment...



- Dis, Stefan, ça craint rien si ta louve traine dans le quartier ? C'est... normal ? Elle a toujours fait ça et je remarque seulement ou faudrait s'inquiéter ? Elle sait qu'elle doit pas manger les voisins, n'est-ce pas ?



Elle était posée à la fenêtre. Elle regardait dehors et suivait du regard la louve dans le jardin. Stefan, quelque peu étonné par le comportement de la louve alla voir aussi, constatant aussi de l’attitude anormale de l’animal.



- Les loups sont des animaux qui n’approchent pas les humains malgré les nombreuses rumeurs. Ils ne sont dangereux que si on s’approche de trop près et qu’ils se sentent menacés. Je ne pense pas qu’elle aille “manger les voisins”, comme tu le dis. Par contre, son comportement me laisse perplexe. Elle n’a jamais fait ça. Elle reste en forêt habituellement... Nous verrons peut-être durant notre balade. Elle est peut-être malade.



S’il savait... Plus tard dans la journée, le couple fit comme prévu la balade en forêt. Le vampire adaptait son pas à sa compagne, gardant un œil sur elle afin de s’assurer que tout allait bien. Il ne voulait pas qu’elle se sente “dépendante” de lui, mais il restait tout de même inquiet. Il était si vitre arriver qu’elle se prenne le pied dans une racine. Si un humain sans handicape allait se relever facilement, elle aurait besoin d’aide. Il aurait l’air d'un vrai imbécile s’il continuait à marcher en discutant sans avoir remarquer qu’elle avait les fesses par terre. Une fois dans la clairière et elle bien assise, il appela la louve. Par contre, elle n’agit pas comme d’habitude... Elle n’alla pas le voir, mais l’humaine, reniflant son bas ventre avec une certaine attention. Stefan n’en avait rien à faire si elle préférait son aimée, mais son comportement n’était pas habituel. Il comprit alors... Lentement, il s’approcha et vint s’asseoir à côté d’Honey. Il posa un regard sérieux sur elle, ne répondant pas à sa question précédente.



- Honey... J'ai remarqué beaucoup de choses dernièrement... Tes émotions incontrôlables... Les nausées matinales... Ton envie de chocolat de plus en plus immodéré, Lyssa qui sent ton bas ventre et ton odeur... Je ne sais pas comment c’est possible! Je te fais confiance, je sais que tu n’es pas aller voir ailleurs... Pourtant... Honey, tu sens la femme enceinte!

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Something about you positively demands ... intimacy.
En ligne


ϟ Honey Lemon ϟ



« Un Bébé •́‿•̀。)⊃
pour les Gouverner Tous ! »


Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 2 Jenemi

Promis, cette fois le jeu ne va pas nous aspirer dans l'ordinateur. Enfin je crois.

The One Plus One | Stefan - Page 2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 5701

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 3 ans...


The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________ Aujourd'hui à 0:47

La bonne nouvelle, c'était que Lyssa avait l'air en pleine forme. En dépit de l'hypothèse émise, quelques jours plus tôt, par Stefan, selon laquelle la louve serait peut-être malade, ce qui pouvait expliquer son incursion dans le quartier nord, elle avait l'air d'aller bien. Sauf que Honey n'était pas vétérinaire et que, de fait, elle ne pouvait pas non plus le jurer, se contentant de se rassurer grâce à ce qu'elle percevait de l'animal. Si elle arrivait à déceler lorsque les chats n'étaient pas dans un état normal, peut-être pouvait-elle aussi le faire avec les autres animaux ?
La suite prouverait que c'était plutôt le contraire même si, en effet, Lyssa allait très bien.
Pour le moment, de toute façon, Honey était à mille lieues d'imaginer une "suite" quelconque à cette affaire. Elle était simplement partie en balade avec Stefan, sa louve les avait rejoint, comme souvent. Fin de l'histoire. La seule différence c'était que l'élégant animal avait préféré la femme à son maître et que ça n'avait pas spécialement l'air de chiffonner Stefan, peut-être seulement de l'interloquer.
Ou même carrément de l'interloquer, réalisa Honey quand ce dernier vint s'asseoir près d'elle avait l'air sérieux des conversations importantes. Mieux valait que celle-ci ne commence pas par "il faut qu'on parle" sinon Honey abandonnerait définitivement l'idée de comprendre quelque chose aux relations humaines. Toutefois, mieux valait ne pas émettre d'hypothèse avant qu'il ne parle, aussi, la jeune femme se contenta de fixer, elle aussi, attentivement Stefan, attendant. Qu'avait-il donc bien pu remarquer qui nécessitait autant de sérieux ?
Interdite, la jeune femme l'écouta énoncer les "preuves" qui le conduisaient, comme autant d'indices, vers une conclusion qu'il réservait pour la fin. Ses émotions, ses nausées plus fréquentes, ses envies de chocolat, l'attitude de Lyssa... Honey peinait à voir où il voulait en venir, de son point de vue ces phénomènes étaient à considérer séparément car il n'y avait aucune raison qui pointait en faveur d'une attitude contraire. Surtout pas son odeur, qui n'avait rien d'inhabituel ! Devait-elle se vexer que son compagnon aborde le sujet de son odeur, d'ailleurs ? Essayait-il de lui faire passer un message subliminal ? Stefan savait pourtant que les messages subliminaux ne fonctionnaient quasiment jamais avec Honey, qu'elle avait besoin de concret, de tangible. Il s'était d'ailleurs cassé les dents, métaphoriquement, pendant de longs mois à essayer de la séduire à grands renforts de ce type de messages et devait forcément se souvenir de leur inefficacité. Forcément.
Inutile de le dire, les méninges de Honey tournaient encore plus rapidement que d'ordinaire ! Surtout quand le sujet de son odeur amenait celui de la confiance qu'il lui accordait et qu'il lui accordait apparemment toujours. Ouf ! Stefan n'allait donc pas utiliser son apparent changement de parfum pour insinuer qu'elle le trompait, c'était bon à savoir.
Mais alors... ?
La conclusion de Stefan arriva avant que le cerveau de Honey n'en propose une qui, pour lui, aurait plus de sens. "Tu sens la femme enceinte". L'odeur d'Alexis, qui, de surcroit, avait accouché en septembre, ne pouvait pas s'être imprégné sur Honey pendant presque deux mois alors qu'essayait donc de dire Stefan ? C'était comme si le cerveau de Honey, hanté par la dernière discussion du couple à ce sujet, refusait, tout simplement, de voir l'évidence. Comme si toutes les preuves accumulées, auxquelles, dans d'autres circonstances, la jeune femme aurait fait attention, ne criaient pas assez fort la vérité.
- Si c'est une blague, elle n'est pas drôle, répondit la jeune femme, sourcils légèrement froncés, après un temps de silence que même Lyssa n'avait pas comblé, comme si, elle aussi, écoutait la conversation. Tu... tu as dit toi-même, reprit Honey, en baissant la tête et réduisant la cadence de ses mots pour prendre le temps de bien les choisir sans froisser Stefan ou, pire, lui donner l'impression qu'elle lui en voulait d'être comme il était, que c'était pas possible. J'ai dû... J'ai dû croiser une femme enceinte récemment et lui faire un câlin. Lena, peut-être. C'était son vœu de pouvoir de nouveau... En tout cas, ce n'est pas moi, affirma la scientifique en relevant la tête comme si ce seul fait donnait plus de poids à sa parole. Et puis comme tu l'as dit toi-même je suis fidèle. On n'aura pas de bébé ensemble, c'est juste... comme ça, conclut la mortelle.
Cette pensée était déjà pénible à avoir mentalement mais était encore plus douloureuse à formuler, seulement, Honey n'avait pas le choix. Il fallait bien détromper Stefan, non ?
A en juger par l'expression de son visage, que Honey commençait à connaitre par cœur au fil du temps qu'ils passaient ensemble, la jeune femme dût pourtant se rendre à l'évidence : pour une fois, elle ne le convainquait pas. C'était peut-être même la première fois qu'il ne jugeait pas l'une de ses démonstrations pertinentes. Il faudrait donc s'en remettre à la science.
- OK... Manifestement je ne suis pas convaincante alors on n'a qu'à retourner en ville, aller au laboratoire d'analyses, je fais une prise de sang, on va boire quelque chose chez Roni's le temps que les résultats tombent et on sera fixés, ça te va ? proposa la jeune femme avait autant de nonchalance que possible.
La solution sembla satisfaire Stefan et, comprenant que le couple allait écourter sa promenade, Lyssa retira sa tête des genoux de Honey. Cette dernière lui caressa le sommet du crâne comme si elle câlinait un gros chien et le couple se remit en route, reprenant le chemin qu'il venait à peine de faire, Stefan adaptant son pas à celui de la mortelle, ce qui devait lui paraitre vraiment ennuyeux.
Le laboratoire d'analyses se trouvait en centre-ville et il ne leur fallut que peu de temps, une fois de retour dans l'enceinte de Storybrooke, pour s'y rendre. Jugeant qu'il n'y avait absolument rien de fantastique à voir lors d'une prise de sang, Honey suivit, seule, l'infirmière quand on l'appela pour l'intervention, la laissant docilement lui faire un garrot avant de piquer tout en poursuivant la conversation car elle n'avait pas peur des aiguilles.
- Alors c'est pour confirmer une grossesse, c'est ça ? demanda gaiment l'infirmière.
- Infirmer, corrigea Honey en essayant de se détacher de ce que mot remuait comme émotions en elle. Mon... amoureux pense que je suis enceinte mais ça se peut pas.
- Oh... Je vois, commenta simplement l'infirmière. Eh bien dans ce cas vous et votre amoureux seraient fixés d'ici deux ou trois heures. Tenez, appuyez juste ici, lui indiqua aussi la femme en mettant une compresse à l'endroit de la piqûre.
Honey obtempéra et sourit à l'infirmière qui la laissa remettre son manteau seule dans la petite alcôve. Quelques instants plus tard, la jeune femme rejoignait Stefan et, puisqu'il fallait bien s'occuper en attendant le résultat, leurs pas les portèrent en effet au Roni's.
A cette heure-ci il y avait peu de clients, ce qui permit au couple de trouver une table isolée pour poursuivre leur débat quant à la grossesse ou l'absence de grossesse de Honey. La jeune femme commanda un diabolo au citron et ne parla pas avant de l'avoir reçu et d'en avoir siroté quelques gorgées en réfléchissant, toujours à vive allure, à ce que Stefan croyait être la vérité. Finalement, n'y tenant plus, parce qu'elle avait malgré tout envie de savoir bien que ça n'arriverait pas, elle demanda :
- OK, si on part du principe que j'ai tort et que je suis... Tu voudrais le garder ? demanda-t-elle d'une petite voix plus émue que ce qu'elle aurait souhaité.
Finalement, Honey redoutait autant cette réponse que celle de la prise de sang - peut-être même encore davantage, d'ailleurs. Mais elle savait qu'on ne pouvait pas toujours éviter les moments déplaisants et que la vérité était toujours mieux qu'un mensonge, même par omission. Ndlr : sauf dans le cas de Stefan qui a tué beaucoup trop de gens pour que Honey supporte de le savoir.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Rewrite the stars
Love looks not with the eyes but we the mind and is therefore winged cupid and painted blind.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


ϟ Contenu sponsorisé ϟ








The One Plus One | Stefan - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

The One Plus One | Stefan





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Quartier Nord