« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

Partagez
 

 The One Plus One | Stefan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 3 Eroshoney

The One Plus One | Stefan - Page 3 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6267



The One Plus One | Stefan - Page 3 _



________________________________________ Lun 13 Déc 2021 - 0:33 « Science is magic that works. »

Si les larmes (de joie) de la future maman (!) finirent par se tarir, les mots manquaient toujours à Honey pour définir ce qu'elle ressentait face à cette nouvelle aussi inattendue qu'inespérée. Difficile, en effet, quand la moitié de ses amies féminines étaient déjà mamans, d'accepter d'être laissée pour compte, de ne pas pouvoir goûter à ce bonheur, pas seulement maintenant mais jamais. Ce seul mot avait ouvert un gouffre béant duquel la jeune femme avait craint ne jamais avoir la force de sortir et depuis lequel elle n'avait pas voulu - ou pas pu - appeler Stefan.
Et maintenant il y avait cette prise de sang et ce taux d'hormone qui confirmait, de façon irrévocable, qu'une nouvelle vie était en train de se développer dans l'utérus de la jeune femme. C'était si fou, si improbable ! Et pourtant c'était vrai.
Honey avait accueilli avec un soulagement intense l'enroulement des bras de Stefan contre son corps tremblotant d'émotions même si ça ne l'aidait pas à se décider sur la suite immédiate des choses. Quoi dire ? Quoi faire ? A qui le dire ? Fallait-il crier la nouvelle sur tous les toits ou attendre la fin du premier trimestre des fois que la nature donne une issue fatale à la grossesse ? Et Stefan ? Fallait-il le remercier ? Comment pouvait-elle lui faire ressentir le flot d'émotions hautement positives qui la traversaient à ce moment-là ? Que faire était finalement la seule question à laquelle Honey pouvait répondre : le garder, évidemment.
- J'ai déjà hâte, souffla la jolie blonde encore émue après un moment sans pouvoir empêcher son esprit d'imaginer cette future chambre avec les doudous qui la décoreraient, une reproduction de la Voie Lactée au plafond qui scintillerait doucement la nuit (comment donnerait-elle vie à ce projet, Honey ne savait pas encore, mais elle savait qu'elle allait s'y atteler rapidement) et un adorable berceau au centre - notamment. Je..., reprit-elle avant de s'interrompre de nouveau. J'ai pas les mots Stefan, avoua finalement Honey en décidant après une longue réflexion personnelle que c'était encore le meilleur moyen de lui faire comprendre ce qu'elle ressentait.
Par instinct, la jeune femme entrelaça ses doigts dans ceux, éternellement froids, de Stefan et guida sa main sur le bas de son ventre, au niveau de son utérus. Puis elle releva la tête pour croiser son regard et, faute de discours, l'embrasser, encore et encore, avec passion, avec émotion, avec tous ces concepts qu'elle n'arrivait pas à verbaliser. A cet instant Honey ne désirait qu'une chose ou plutôt qu'une personne - lui. Ce qui n'avait pas grand intérêt puisque le bébé était déjà conçu mais qui s'avéra efficace pour la jeune femme démunie de tout discours (pour une fois !).

Une fois le choc de la nouvelle passée, Honey aurait voulu la crier sur tous les toits, l'annoncer à toutes les personnes qu'elle croisait, connues ou pas, et la leur annoncer une deuxième si ce n'est une troisième fois. Elle se sentait incroyablement belle et heureuse, chanceuse, aussi. Mais la scientifique, dont les raisonnements cartésiens n'étaient jamais bien loin, en décida autrement, par peur de parler trop tôt et de le regretter de toute son âme d'ici quelques semaines, si bien que début décembre, ses parents ne savaient toujours pas qu'elle était enceinte. Et, de la même façon, Damian non plus, pour le moment, n'était pas au courant. Mais ça, ce n'était pas du fait de Honey.
Même si elle n'aurait pas pu aimer Damian davantage si elle avait réellement été sa mère, elle n'aurait jamais pris la décision de lui annoncer ou pas la nouvelle et avait, de fait, laisser à son père le soin de décider. Bien que conscient que les risques de perdre un bébé avaient drastiquement diminués depuis le Moyen Âge, lui non plus n'avait pas voulu précipiter les choses et voulait attendre la première échographie avant de lui en parler. C'était rassurant de constater qu'ils parlaient d'une même voix à ce sujet.
La vie au manoir continua donc de façon presque ordinaire. Maintenant que Honey savait que ses nausées matinales n'étaient pas le fait de migraines, la jeune femme avait essayé plusieurs remèdes pour les apaiser et avait finalement trouvé quelque chose qui fonctionnait : les bonbons au gingembre. Elle avait aussi développé un appétit faramineux pour tout - pas seulement le chocolat. C'est bien simple, elle avait faim. Souvent. Et que Stefan ne s'avise pas à lui faire remarquer qu'elle mangeait soi-disant "trop" sinon elle le fusillerait du regard en rétorquant que maintenant elle devait manger pour deux et que si ça ne lui plaisait pas, c'était le même prix ! A côté de ça, la jeune femme avait acheté des tonnes de thés déthéinés pour ne pas se priver de son petit (grand) plaisir quotidien.
Côté humeur, Honey tâchait également d'être vigilante mais elle sentait que sa grossesse la rendait plus sensible et donc plus prompte aux larmes - de joie comme de tristesse. Parfois, aussi, elle avait envie de s'emporter plus rapidement, ce qui d'ordinaire ne lui arrivait pas, la jeune femme ayant toujours fait preuve de beaucoup de patience, et faisait plus attention à cet aspect de sa personnalité temporaire.
Physiquement, la grossesse ne se voyait pas encore énormément et, puisque celle-ci n'était pas encore réellement annoncée (Honey n'avait pas pu tenir sa langue auprès de toutes ses copines, cela dit, elle avait besoin qu'on se réjouisse avec elle sans être son amoureux), la jolie blonde adaptait sa garde robe en conséquences, profitant également de l'hiver qui aidait à dissimuler des formes naissantes qu'elle avait hâte d'exhiber - tout en craignant que ce nouveau corps n'attire plus Stefan. Alors, pour lutter contre cette potentialité, la jeune femme avait investi dans une crème pour prévenir les vergetures, doutant cela dit d'y échapper totalement.
Elle n'échappait pas non plus aux fréquentes envies de faire pipi étant donné que le bébé appuyait sur son utérus. Heureusement, ce fait s'expliquait aussi par la consommation de thé, avec ou sans théine, et n'attirait pas spécialement les questionnements de son entourage. Néanmoins, les besoins pressants ne tombaient pas toujours à pic, ainsi Honey avait quelque peu redouté d'aller voir les deux heures quarante minutes du nouveau West Side Story, sentant que ce serait une épreuve pour sa vessie. Point positif : c'était aussi une épreuve, en quelques sortes, pour Stefan, pas particulièrement fan de comédies musicales romantiques (qui cela étonne, d'ailleurs ?) mais qui, pour les beaux yeux verts de sa belle, mettait beaucoup d'eau dans son vin (ou dans son sang). Et ça, c'était quand même une sacrée preuve d'amour, le genre auquel Honey n'était pas insensible.
La jeune femme acheta un paquet de popcorn grand format et le grignota dans son intégralité durant le film, oubliant toutefois de manger quand elle était happée par les séquences émotion de l'histoire. La scène du balcon dans laquelle Maria et Tony chantent Tonight l'émerveilla particulièrement mais pas autant que celle du "mariage" sur la chanson One Heart, One Hand qui vit couler ses premières larmes pendant le film et l'obligea à chercher un mouchoir à tâtons dans son sac à main. C'était sur ce genre de chanson qu'elle avait envie de se marier, un jour, après le bébé. Honey y songea pendant toute la durée de la scène qu'elle observa, rêveuse, avant d'enchainer sur la séquence suivante bien moins romantique.
Naturellement, elle pleura la mort de Tony à la fin (oui c'est un spoiler pour ceux qui ne connaissent pas le film) et frissonna devant la détresse de Maria. Puis les lumières se rallumèrent comme pour lui rappeler que ce n'était qu'une fiction même si elle finissait mal.
- T'as aimé ? demanda la jeune femme en se tournant vers son compagnon, les yeux brillants encore d'émotion. Enfin... t'as pas trop détesté ? se corrigea-t-elle finalement, estimant qu'aimer n'était probablement pas le bon mot. Merci d'être venu, en tout cas, ajouta encore la mortelle en lovant sa tête dans le creux de l'épaule de Stefan.
Le couple profita (façon de parler pour Dracula ?) de la musique du générique de fin puis rentra. Honey, ce soir-là, était d'humeur romantique et tous deux surent en profiter parfaitement. Manifestement, le vampire n'avait - pour le moment en tout cas - aucune objection à l'idée de faire l'amour avec une femme enceinte. Ca tombait bien : l'inverse aurait non seulement vexé Honey mais l'aurait aussi également blessée. C'était en soi déjà une épreuve de vivre une grossesse qui changeait son corps, les femmes n'avaient pas besoin de se sentir en plus repoussantes.

Le lendemain, lundi 13 décembre, le couple avait rendez-vous avec le Docteur Rawling, gynécologue obstétricienne, pour la première échographie de suivi de grossesse. Honey avait à la fois hâte et appréhendait mais décida que la hâte l'emportait. Ils avaient rendez-vous entre midi et deux afin d'accommoder leur emploi du temps respectif à ces rendez-vous qui allaient jalonner les prochains mois.
Le couple se retrouva donc devant la faculté de sciences et s'en alla en direction de l'hôpital pour le rendez-vous. Dans la salle d'attente, la jeune femme ne put s'empêcher d'expliquer au futur papa à quoi servait cette première échographie, ce qui témoignait de son impatience (ils allaient quand même rencontrer le fœtus en train de se développer dans l'utérus de Honey !) mais aussi de son besoin presque maladif de se préparer aussi bien que possible.
- L'examen va essentiellement permettre de dater la grossesse avec une précision de plus ou moins cinq jours. Elle va utiliser la même sonde que moi quand je t'ai étudié, précisa la jeune femme dans un murmure pour éviter les oreilles indiscrètes. Elle va faire une biométrie, c'est à dire mesurer la longueur crâno-caudiale, donc la longueur entre la tête et les fesses de l’embryon, puis compared le résultat à une courbe de référence établie selon la formule de Robinson (âge gestationnel=8,052 √× (LCC)+23,73).
Oui, Honey n'épargna pas la formule mathématique à Stefan.
- Et du coup avec tout ça on aura la date de début de grossesse qui permettra d'estimer la date prévue d'accouchement. Je table sur mi-juin environ, précisa la scientifique.
La jeune femme terminait son explication quand le Docteur Rawling sortit de son cabinet pour demander la patiente suivante : Mademoiselle Lemon. L'intéressée leva la main instinctivement comme si elle était à l'école avant de se raviser et de se lever, un sourire confus sur les lèvres. Appuyée sur sa canne, elle suivit le médecin dans la salle d'examen.
Après un petit entretien préliminaire que je n'ai pas envie d'imaginer, la future maman accepta volontiers l'aide de Stefan pour prendre place sur la table d'examen. Ensuite, elle releva son chemisier pour découvrir son ventre et laissa le Docteur Rawling prendre place sur la chaise d'examen, attendant, le cœur battant, de voir son bébé sur le moniteur.
- Alors, s'exclama cette dernière, faisons donc connaissance avec ce futur bébé.
A ces mots, elle badigeonna le bas ventre de Honey de la solution froide qui permettait à la sonde de glisser sur sa peau puis la plaça à son tour. L'examen pouvait commencer. La jeune femme retenait presque son souffle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


Stefan Vulpesco
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Stefan Vulpesco

| Avatar : Claes Bang

The One Plus One | Stefan - Page 3 TAxVNJ8
Things are beautiful if you love them.



| Conte : Dracula
| Dans le monde des contes, je suis : : Dracula, alias Vlad Teapes

| Cadavres : 621



The One Plus One | Stefan - Page 3 _



________________________________________ Mar 21 Déc 2021 - 10:12

Un vampire futur papa, ce n'était pas commun. Pas même dans ce boulet de Twilight, mais ça, Dracula n’avait pas envie d’y penser. Il avait encore du mal à y croire au début. Cela semblait tellement irréaliste pour lui qui avait cru des siècles durant qu’une nouvelle descendance serait impossible. Bon, il est sûr qu’il n’en aurait pas voulu à l’époque, mais avec la bonne personne, c’était autre chose. Voir le ventre d’Honey progressivement prendre des formes ne pouvait que le rendre heureux. Il s’en trouvait choyer et même s’il avait décidé d’attendre avant d’annoncer la grande nouvelle à son premier né, c’était plaisant d’imaginer sa réaction. Le connaissant, cela n’allait pas le déplaire, lui qui déplorait le fait d’être fils unique. C’était une toute nouvelle étape de leur vie à tous les trois.



Stefan avait constaté, d’ailleurs, l’achat par l’humaine de crème anti-vergeture. Une déduction simple lui permit de comprendre que c’était pour éliminer, ou de moins amoindrir ces dites marques sur le corps pendant la grossesse. Il n’en avait pas parlé à sa belle, mais il comptait bien lui en tenir un mot ou deux, ce qu’il ne manqua pas de faire après leurs galipettes. Une récompense pour avoir supporté deux heures quarante minutes de comédie romantique et de ne pas s’être plaint. Bien au contraire, il avait tout simplement répondu lorsque la blonde lui avait demandé son avis que cela ne lui avait fait ni chaud ni froid. C’était déjà bien de sa part, un homme du moyen-âge attaché aux classiques plus qu'à autre chose. Pendant que la jeune femme reprenait son souffle suite à ce moment intime, il s’était assis le dos contre la tête en bois du lit sans chercher à se rhabiller. Il s’était pris son livre de chevet pour commencer à en lire quelque page. Son nez entre les lignes, il se mit pourtant à parler.



- Mon père m’a dit la veille de mes noces … “ Il existe d’incommensurables trésors, tous avec leur propre valeur et leur propre beauté. Certains sont des œuvres d’art, d’autre ont une valeur monétaire, certains ne servent qu’à s’enorgueillir de sa réussite et d’autres sont des reliques d’une rareté infinie. Pourtant, mon fils, tout cela fait pâle figure devant la plus grande fortune qui existe dans notre monde. La femme enceinte. En elles se dégagent de la force, du courage et surtout une beauté naturelle sans précédent. Chérie là. Aime-là. Ce ventre rond recouvert de vergeture est la cachette de l’avenir, de l’innocence. Les changements qui s'opèrent alors en elles sont des miracles de la nature. Même le plus grand des sorciers ou des scientifiques serait capable de reproduire une telle manœuvre. Prend en soin.”



Avant de reprendre sa tirade, il releva les yeux pour les poser sur sa chérie avec sérieux, mais un grand amour dans le regard.



- J’ai vu ce pot de crème acheté récemment... Mon amour, je ne veux pas que tu aies peur de ne pas me plaire. La grossesse, ce n’est pas laid. Bien au contraire, c’est magnifique. Tu es magnifique et ton ventre rond, peu importe sa taille, ne posera jamais problème. Les cicatrices ne poseront pas problème non plus. Je suis recouvert de marques de tout genre, des témoins de la guerre. Je ne pense pas que tu m’en trouve laid. Alors, pourquoi celles causées par la création de la vie en serait horrible à regarder? Bien au contraire, elles sont la preuve de ce bel accomplissement. Bien sûr, tu peux utiliser ou pas ce produit, ce que tu fais de ton corps ne me regarde pas, mais je tenais à te souligner que jamais ton corps ne me dégoutera, ne me gênera où me repoussera. Tu es magnifique et tu le resteras jusqu’à la fin et au-delà.


Après ce moment de complicité le moment passa et le jour de l’échographie sonna. Ils allaient enfin en savoir plus sur le développement du bébé. C’était quelque chose de particulièrement incroyable pour Dracula qui n’en avait pas vu l'invention. Auparavant, on devait attendre les neuf mois pour constater si oui ou non, l’enfant serait assez fort pour pousser son premier cri. Maintenant, on pouvait passer une machine sur le ventre de la patiente et déterminer si la grossesse serait à risque ou pas. Ainsi, ce fut avec beaucoup de curiosité qu’il laissa Honey lui expliquer ce qu’était une échographie et à quoi cela servait. Ils n’attendirent pas trop longtemps dans la salle d’attente avant qu'on les appelle. Prévenant lorsqu’elle dû se coucher sur la table d’examen, il l’aida à monter et prendre place. Comme l’avait dit la future maman, c’était tout à fait similaire au test qu’elle lui avait fait passer pour en comprendre plus sur son vampirisme. Il y avait un écran et c’était là qu’allait apparaitre leur progéniture.



- Ah, le voilà! Très bien, très bien... Il semble se développer tout à fait normalement!



Stefan plissa des yeux. Il avait une vue surhumaine, pourtant il avait du mal à définir ce qui était le bébé et ce qui était les parois de l’utérus de son aimée.



- Je n’arrive pas à le distingué..., il dit en continuant à chercher du regard.
- Il est juste là, dit le médecin en pointant un endroit précis de l’image.



Ah, c’était ça! Comme hypnotisé, le vampire regardait la silhouette de son bébé en devenir. Cela le fit sourire, prenant la main d’Honey sous l’émotion.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Something about you positively demands ... intimacy.


Little Miracle:


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

The One Plus One | Stefan - Page 3 Eroshoney

The One Plus One | Stefan - Page 3 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6267



The One Plus One | Stefan - Page 3 _



________________________________________ Mar 21 Déc 2021 - 18:18 « Science is magic that works. »

Plusieurs choses s'étaient produites dans l'esprit de Honey quand Stefan, qui n'abordait que rarement de façon aussi directe son passé humain, avait cité - vraisemblablement au mot près - ce que son père lui avait dit au moment de ses noces (soit, approximativement, vers 1460 mais chut). Tout d'abord, elle avait trouvé particulièrement touchant qu'il tienne à partager ce très joli souvenir et cette citation qui semblait lui conférer, à elle, la femme maintenant enceinte, une importance encore plus grande que d'ordinaire. Ensuite elle s'était demandée, sans toutefois poser oralement la question, si le partage de cette anecdote n'avait pas un sens caché pour lui faire passer un message, peut-être sur les complexes que le changement, aussi progressif que certain, de son corps pouvait générer. Stefan était tellement adepte des messages subliminaux et des allusions subtiles que c'était fort possible qu'après l'avoir récemment observée, il ait, d'une façon ou d'une autre, sondé ses doutes et ses angoisses et décidé d'y remédier à sa façon particulièrement détournée. Ce qui, si c'était avéré, était incroyablement gentil de sa part. Enfin, la jeune femme s'était demandé si Stefan avait réellement, et ce pendant plus d'un demi millénaire, retenu par cœur une citation aussi longue ou s'il l'avait écrite quelque part et prenait son livre pour prétexte afin de dispenser sa sagesse.
L'air interrogateur, la jeune femme avait continué de fixer Stefan, sentant qu'il n'en avait pas terminé de sa tirade théâtrale et, effectivement, il avait pris soin d'expliciter le comment du pourquoi de cette anecdote si savamment choisie, ayant probablement fini par comprendre que les explications étaient toujours préférables avec Honey.
Quelques instants plus tard, la jeune femme s'était sentie rougir, ce qui était probablement à prévoir.
- Merci, avait-elle soufflé, flattée, rassurée et touchée, tout à la fois. Je suis contente que tu me le dises. Mais... tu sais... complexes ou pas c'est assez courant de nos jours d'utiliser ce genre de produits. Je le fais aussi pour moi. Pour... me plaire. Et pour tirer profit des progrès de la médecine, ça va sans dire, avait complété la scientifique avec davantage d'assurance.
Honey n'avait pas toujours conscience de sa beauté physique et de ce que ses attraits pouvaient inspirer à l'autre sexe mais cela ne l'avait jamais empêchée de s'apprêter et de prendre soin d'elle, non pas dans l'optique de plaire (plaire étant un concept qui lui était longtemps passé très au dessus de la tête) mais dans l'optique de se sentir bien dans son corps qu'elle avait, notamment, longtemps trouvé trop grand. Puis la jeune fille d'alors avait appris à le mettre en valeur avec vêtements, maquillage et jolies chaussures et elle avait aimé le faire, si bien qu'elle avait continué et qu'elle comptait bien poursuivre sur sa lancée en étant enceinte. Dieu merci, la plupart des vêtements de grossesse étaient absolument ADORABLES et tout à fait dans son style. Pour le moment, elle ne se sentait pas moins belle ou moins désirable mais peut-être faudrait-il en reparler au moment du troisième trimestre, quand Stefan devrait prouver que les paroles de cette soirée n'avaient pas été prononcées en vain.
Evidemment, les marques physiques laissées par une grossesse sur un corps de femme pouvaient être considérées comme les jolis souvenirs d'une expérience fabuleuse. Si tant est que l'expérience ait réellement été vécue comme telle car, après tout, Honey connaissait une autre jeune maman qui n'avait pas particulièrement aimé être enceinte et savait que ça pouvait arriver. De la même façon elle savait que les vergetures faisaient partie du package mais si elle pouvait les limiter devait-elle nécessairement se priver de la faire ?
Au XXIe siècle le courant féministe voulait qu'on ne cherche plus seulement à plaire aux hommes (ça tombait bien, Honey ne s'y était jamais particulièrement essayée) mais avant tout à se plaire à soi-même en commençant par se sentir bien dans sa peau. La jeune femme avait aussi le sentiment qu'elle se sentirait mieux dans sa peau si son corps tout entier ne ressemblait pas à une carte routière en relief. Ou s'il y ressemblait moins.
Mais ça aussi, Stefan avait eu l'air d'en avoir plus ou moins conscience alors la jeune femme n'avait pas épilogué. Elle s'était contentée de venir se lover contre lui, bien pelotonnée dans les draps pour ne pas se refroidir au contact prolongé de sa peau froide comme la mort (littéralement). Pendant quelques instants, elle avait laissé sa main se balader au hasard sur le torse de son amant sans rien dire, songeant plutôt à ses dernières paroles.
Les choses étaient telles que Honey allait irrémédiablement vieillir puis mourir tandis que Stefan en bougerait pas d'un iota si bien qu'un jour il n'aurait plus l'air d'être sensiblement plus âgé que sa belle - qui ne serait alors probablement plus si belle que ça. C'était plus facile maintenant que Honey n'avait pas encore trente ans de lui assurer qu'il la désirerait toujours, jusqu'à la fin et... au delà ? (cette conclusion n'avait pas manqué d'étonner la jeune femme qui avait pourtant songé que Stefan allait probablement laisser son corps reposer en paix plutôt que de l'embaumer pour le garder au près de lui) que de le lui promettre dans quelques décennies mais l'intention n'en était pas moins touchante. Et puis il y avait cette histoire de reflet qu'il ne tenait pas à ce qu'elle voit, jamais, et qui était peut-être en fin de compte la seule chose capable de révulser Stefan.
- C'est vrai que c'est peut-être un peu vain de se préoccuper de toutes ces marques, avait concédé Honey, l'esprit encore partiellement plongé dans ses réflexions. George Sand a écrit : "Une beauté de l'âme l'emporte sur une beauté physique" et j'ai tendance à être d'accord avec cette réflexion. Mais j'ai beau être cartésienne je n'en suis pas moins humaine. Je suis persuadée que tu penses tout ce que tu viens de dire et j'espère que dans un très long moment j'aurais le plaisir de constater que ces promesses se seront concrétisées, avait assuré la jeune femme en croisant le regard du vampire. Quant à toi... tu ne me révulses pas non plus... surtout depuis que tu n'as plus des griffes mais des ongles normaux.
Après cette conclusion volontairement espiègle, Honey avait entrelacé les doigts d'une de ses mains à celle du vampire avant d'en embrasser le dos. Du moment qu'elle l'avait vu, dans un couloir désert de l'université, la jeune femme avait pensé qu'il avait fière allure. Puis elle avait aperçu ses mains qui, de façon inexplicable, presque irrationnelle, avec leurs longs ongles acérés, n'avaient eu de cesse de la mettre mal à l'aise. Jusqu'à Miami. Jusqu'à ce qu'il ne profite d'un passage au centre commercial pour les couper, au prix de quelques coupes ongles qui ne s'étaient pas relevés de cette expédition. Bien des fois depuis Honey s'était demandée s'il n'avait pas espéré conclure avec elle, ce weekend-là, même si, en fin de compte, il n'avait tenté aucune approche directe. Sauf si Honey ne s'en était pas rendue compte, ce qui était aussi possible.

La conversation de la soirée précédemment évoquée revenait parfois à l'esprit de Honey mais pas ce jour-là. Pas alors que le futur couple de parents faisait connaissance avec leur futur enfant. A cet instant, la jeune femme se fichait bien de ressembler à une baleine pleine de vergetures aussi profondes que les crevasses du Mont-Blanc car son esprit était entièrement accaparé par le moniteur et le fœtus qu'on y voyait. Tellement accaparée qu'il lui fallut quelques moments pour réaliser que Stefan lui avait pris la main. C'est seulement alors qu'elle tourna le regard pour l'observer, lui, qu'elle n'avait jamais vu aussi fasciné de sa vie.
C'était un spectacle à la fois beau et touchant qu'elle n'aurait jamais pensé voir - en tout cas pas sur le visage de Dracula en personne qui laissait tellement peu souvent ses émotions transparaitre. Il faut dire que les échodoppler n'existaient pas dans son monde d'origine et que, bien que parent pour la seconde fois, cette échographie était la première pour lui aussi. Finalement, eux aussi auraient leurs premières fois communes en tant que parents, un constat qui rassura la future maman. Mais très vite, une question brûlante l'amena à focaliser de nouveau son attention sur la gynécologue et le moniteur.
- Et son cœur ? demanda-t-elle. Est-ce qu'il bat ?
Les gynécologues étaient habituées aux angoisses des futurs parents, ce qui explique sans doute pourquoi le Docteur Rawlings ne releva pas l'angoisse pourtant palpable dans la voix de Honey. Mais cette dernière songeait que la question était particulièrement légitime : après tout, le bébé avait été conçu par un père qui ne répondait pas totalement à la définition de "vivant" !
- Ne vous en faites pas, répondit le Docteur Rawling avec un sourire. Le cœur bat parfaitement normalement. Tenez, écoutez.
Le médecin déplaça sa sonde sur le ventre de Honey puis se tut, laissant tout le loisir aux parents d'entendre le battement rapidement du cœur de la nouvelle vie en formation. Le son n'avait, en soi, rien de vraiment particulier. Hors contexte, c'était peut-être difficile de savoir qu'il s'agit du battement de cœur du bébé que Honey portait. Mais pour l'intéressée, il s'agissait, à cet instant, du plus beau son de l'Univers. Et même des multivers, d'ailleurs.
Le Docteur Rawling laissa aux futurs parents quelques instants supplémentaires pour profiter de cet instant puis poursuivre son examen en vérifiant et indiquant la présence des quatre membres, de l'estomac de la vessie puis en contrôlant les contours céphaliques et ceux de la paroi abdominale. A chaque contrôle, le fœtus était parfait (normal, en fait, mais parfait dans l'esprit de Honey). Puis le Docteur Rawling contrôla le liquide amniotique et la présence du trophoblaste (ndlr : oui je parle de choses que je comprends à peine grâce à un article ouvert dans un autre onglet). Enfin, l'examen s'acheva par la mesure de la clarté nucale qui, combinée aux résultats du dosage des marqueurs sériques (PAPP-A et béta-hCG libre) et à l’âge maternel, permit de calculer un risque combiné d'anomalies chromosomiques.
En fin de consultation, le Docteur Rawling proposa de copier l'échographie sur un DVD ce que Honey accepta naturellement et avec beaucoup d'enthousiasme, au point de donner sa réponse avant la fin de la question du médecin. La femme, qui avait la cinquantaine et un visage bienveillant, sourit avant de s'exécuter. Outre les fréquentes prises de sang encouragées pendant les grossesses, si aucun problème ne survenait, la praticienne reverrait le couple au moment de la seconde échographie, qui fut donc le sujet de conversation choisi par Honey à la sortie de l'hôpital.
- C'est à ce moment qu'elle nous dira si c'est une fille ou un garçon, s'extasia la jeune femme. C'est un peu tôt pour le savoir maintenant même si les meilleurs gynécologues, et je suis sûre qu'elle en fait partie, ne put-elle s'empêcher de préciser, peuvent déjà faire une prédiction en examinant le tubercule génital. Pour le moment il ne mesure que 2mm mais si le fœtus est correctement placé on peut voir s'il est perpendiculaire pu parallèle à son corps et inférer de son futur sexe... Mais la marge d'erreur est importante alors c'est mieux d'attendre le deuxième trimestre.
La future maman opina comme pour se conforter dans son opinion puis, après quelques pas marchés en silence au bras de Stefan, elle ajouta, songeuse :
- Je crois que j'aimerais bien une fille parce qu'on... Je veux tu as déjà un fils. Mais si c'est un garçon je l'aimerais tout autant ! se récria la jeune femme de peur de s'être montrée vexante.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


Stefan Vulpesco
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Stefan Vulpesco

| Avatar : Claes Bang

The One Plus One | Stefan - Page 3 TAxVNJ8
Things are beautiful if you love them.



| Conte : Dracula
| Dans le monde des contes, je suis : : Dracula, alias Vlad Teapes

| Cadavres : 621



The One Plus One | Stefan - Page 3 _



________________________________________ Mar 21 Déc 2021 - 20:08

Il était vrai que de la part du vampire, dévoiler ses émotions n’était pas une chose tout à fait anodine. Cela n’arrivait que rarement, surtout en public. Ce moment-ci faisait exception. Ce n’était pas n’importe quoi qui se trouvait sur cet écran, c’était la preuve d’un heureux évènement. La paternité au 21 nième siècle n’était pas tout à fait la même qu’à son époque et c’était une toute nouvelle aventure à découvrir aux côtés de sa compagne. Cela avait été une énorme surprise de découvrir ce joyeux évènement non prévu, mais qui fut tout de suite très attendu. C’était la confirmation qui lui fallait pour estimer qu’il avait bel et bien fait le bon choix. Ce nouveau tournant de vie ne serait pas parfait, il n’était pas naïf, mais serait beaucoup plus lumineux qu’auparavant. Ils étaient une famille.



Honey voulait savoir si le cœur battait. Ses questionnements étaient tout à fait normaux. Elle voulait s’assurer que son enfant à venir était bel et bien vivant, pas mort ou a demi-mort. Vu le père, ils auraient pu se poser la question. Dracula supposait que ce n’était peut-être pas une part de son ADN, mais plutôt une sorte de maladie non transmissible sexuellement puisqu’il l’aurait pu le dire lui-même, il entendait ce petit cœur battre. Il était très léger, presque caché par celui de sa maman, mais le vampire pouvait le percevoir en se concentrant. Il garda tout de même le silence. Le médecin aurait trouvé étrange qu’il dise “entendre” le cœur de l’embryon avant même qu’elle aille vérifier et l’homme voulait s’assurer que son secret reste bien gardé.



Ils sortirent de l’hôpital quelques temps après. La blonde résuma à quoi servirait la prochaine consultation. Cela était impressionnant de songer qu’il était possible de savoir le sexe de l’enfant avant la naissance. C’était une belle opportunité. Honey disait qu’elle aimerait une fille. Il hocha la tête, nullement en désaccord avec sa réflexion.



- Tu peux dire “on”, il dit en prenant sa main dans la sienne, entrecroisant leurs doigts. Tu ne lui as peut-être pas donner naissance, mais tu prends soin de Damian comme si c’était ton fils. Je pense qu'il te voit aussi comme une mère. Pour le genre... Je suis d’accord que le genre importe peu, mais avoir une fille serait intéressant. Je ne sais pas ce que tu en pense... Mais je ne veux pas savoir le sexe. Pas tout de suite. Je trouve cela plus intéressant d’en avoir une surprise. Bien sûr, toi tu feras ce que tu voudras...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Something about you positively demands ... intimacy.


Little Miracle:


Contenu sponsorisé




The One Plus One | Stefan - Page 3 _



________________________________________

 Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

The One Plus One | Stefan





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Quartier Nord