« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

UP Toujours plus Haut ! - Saison #3 Participez à l'animation #1 de Disney Rpg
Le Deal du moment :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en ...
Voir le deal
15.99 €

Partagez
 

 Costume Makes the Clown | Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


ϟ Anastasia Romanov ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Anastasia Romanov

| Avatar : Ashley Clements

Costume Makes the Clown | Anna Anyadam

Police royale.

Costume Makes the Clown | Anna F1ok

Costume Makes the Clown | Anna 210704080453538741

| Conte : Anastasia
| Dans le monde des contes, je suis : : Anastasia Romanov

| Cadavres : 6435


Costume Makes the Clown | Anna _



________________________________________ Lun 4 Oct 2021 - 23:07

La rentrée, qui avait eu lieu un mois auparavant, avait eu un goût particulier cette année pour Abigaëlle Romanov, bientôt six ans. Elle n'avait pas été peu fière d'annoncer partout à qui voulait bien l'entendre qu'elle entrait enfin, littéralement et métaphoriquement, dans la cour des grands ! Fini pour elle la maternelle, ses coloriages, ses découpages et sa sieste en début d'après-midi et bonjour la primaire et ses apprentissages "de grands" qu'elle avait eu hâte de découvrir.
Naturellement, il avait fallu préparer ce grand moment de bien des façons, en commençant par un shopping intensif de pré-rentré au centre commercial qui s'était transformé en expédition mortelle et stressante dont sa maman se serait bien passée. Pourquoi fallait-il que TOUS les parents d'élève de la ville, qui semblaient incroyablement nombreux tout d'un coup, en dépit de la taille modérée de Storybrooke, se soient passés le mot pour venir au centre commercial pour faire la MEME chose le MEME jour ? Si ça n'avait pas été pour Abigaëlle, qui avait absolument tenu à venir aider maman à choisir les fournitures scolaires (et comment le refuser à une petite bouille aussi mignonne, même si c'était se rajouter du stress en plus que de la surveiller dans un endroit à la fois aussi grand et aussi bondé), Anya aurait probablement pété un câble et hurler sur les autres mamans et les autres papas qui n'avançaient pas assez vite ou garaient leur caddie en plein milieu de l'allée pour discuter alors que c'était tout sauf le moment.
Heureusement, quand elle était en présence de sa fille, la rouquine avait appris à tempérer son caractère flamboyant et, en l'occurrence, à ronger son frein face aux parents trop lents ou, presque pire, aux exigences stupides de la liste de fournitures scolaires demandées par l'école. Comme par hasard, il fallait toujours acheter ce qui était le plus difficile à trouver, à croire que les profs se passaient le mot pour complexifier la tâche, songeant sans doute qu'elle ne l'était pas suffisamment déjà comme ça.
Pourtant, après ce qui lui avait semblé une éternité, Anastasia avait réussi à tout trouver, y compris un nouveau cartable la Reine des Neiges (sa fille était décidément obsédée par ce dessin animé au point que ça en devenait presque inquiétant pour sa santé) choisi par la jeune demoiselle et mère et fille avaient, enfin, pu quitter le centre commercial.
La rentrée avait eu lieu environ deux semaines plus tard et Abigaëlle n'avait pas eu trop de difficultés à quitter les jupes (ou plutôt le jean) de sa mère pour rencontrer sa nouvelle institutrice et ses nouveaux camarades. Pour une fillette de son âge elle était déjà très volontaire (trop, sans doute) et très indépendante (trop, sans soute aussi) mais quand on voyait ses parents on ne pouvait que se dire qu'il s'agissait là seulement de l'expression de son patrimoine génétique. Bien sûr, elle était désolée de ne plus voir Matthew McAdams tous les jours, comme c'était le cas avant quand ils allaient dans la même école, mais elle lui avait assuré, non sans lui tapoter amicalement l'épaule, une attitude qu'elle copiait forcément du monde des adultes, qu'ils continuerait de se voir quand même. Dans les faits, c'était le cas, et Abby était toujours ravie de retrouver son petit camarade de jeux même si elle ne manquait pas une occasion pour lui raconter à quel point c'était bien (mieux, en fait) d'aller à l'école des grands et à quel point ça serait encore mieux quand il irait, lui aussi.
De ce qu'Anya avait compris lors de ses discussions avec Anna, la maman de Matthew, ce dernier vivait moins bien la situation, en partie parce qu'il était plus timide que sa fille mais aussi parce qu'il était très sensible et, de fait, très attaché à son lien avec Abigaëlle. Et c'était vraiment qu'ils étaient choux, tous les deux toujours fourrés ensemble, à jouer au chevalier et à la princesse ou à se confier des secrets de leur âge en ricanant loin des adultes. Ces moments manquaient aussi à Abby mais elle gérait mieux la situation, en partie parce qu'elle était si fière d'être devenue une grande. Toutefois, ça ne l'empêcha pas, lors du premier weekend du mois d'octobre, de sauter de joie à l'annonce que lui fit sa mère, à savoir qu'elles allaient au centre commercial pour y retrouver Matthew et sa maman et y faire, en avance, leur shopping d'Halloween.
- Comme ça on sera sûres que tous les bons costumes ne sont pas déjà vendus, conclut sa maman en souriant même si le shopping en centre commercial comptait parmi les choses qu'elle détestait le plus au monde.
- Owiii !! s'écria la fillette en battant des mains, visiblement impatiente d'y être.
Elle aurait déjà mis ses chaussures et sa veste si sa mère n'avait pas annoncé qu'elles ne partaient que dans un quart d'heure alors, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, la fillette profita de l'excitation que son propre enthousiasme avait réveillée chez les chiens de la famille qui avaient compris qu'il se passait quelque chose d'important. Du moins, quelque chose d'important pour une enfant de presque six ans. Et quelque chose qui avait fait germer une idée, ou plutôt un espoir, dans l'esprit de cette même enfant.
- Dis maman, demanda-t-elle plus timidement au moment d'enfin enfiler sa veste et ses bottines, est-ce que je pourrais être Princesse Anna pour Halloween ?
A cette question, aussi mignonne que prédictible, Anastasia retint un ricanement presque nerveux. Anna allait ADORER cette idée. Mieux valait ne pas commencer l'après-midi en la lui annonçant de but en blanc sinon l'après-midi allait peut-être être TRES long. Ne pouvant cependant pas promettre à sa fille qu'elle trouverait effectivement le costume souhaité, Anya choisit une réponse diplomatique apportée avec un sourire :
- Tu pourras si on en trouve un, oui, aucun souci ma poupette.
Après s'être assurée qu'Abigaëlle était correctement habillée, Anya enfila sa propre veste, ses bottines et plaça son gavroche au sommet de sa tête puis mère et fille se rendirent au centre commercial. Anna, qui était à l'origine de ce qui promettait d'être une folle après-midi, avait proposé de se retrouver devant le centre commercial et c'est donc là-bas que les deux rouquines attendirent leurs amis qui ne se firent pas attendre. Aussitôt le visage de chacun des enfants s'illuminant ce qui, comme dans une réaction en chaine, illumina également le visage de leur maman respective.
- T'as vu j't'avais dit qu'on se verrait quand même tout le temps, observa Abigaëlle.
Anya gloussa. Sa fille était son portrait craché, toujours prête à souligner les moments dans lesquels elle avait raison.
- Salut Anna, ça va bien ? Et toi Matthew ? enchaina la jeune femme se baissant vers le petit garçon.
Elle préféra ne pas demander comment allait l'école, pas tout à fait certaine qu'il aurait envie d'en parler et s'en tint donc à une question suffisamment générique

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Fanclub Officiel de Héra
Un jour je m'arrêterai dans le délire... mais pas aujourd'hui.

           
©️BESIDETHECROCODILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t5617-terminee-once-upon-a-r


ϟ Anna D'Arendelle ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Anna D'Arendelle

| Avatar : Soso Turner :love:

Costume Makes the Clown | Anna 632313roux2

Costume Makes the Clown | Anna Tumblr_mgdi8dJFtO1runifxo1_250

"Su-per on est bloquées en plein cagnard avec en prime un pin's complètement détruit. Merci qui ? Merci Elsa !"


| Conte : La Reine des Neiges
| Dans le monde des contes, je suis : : Anna

Costume Makes the Clown | Anna 480751anna

| Cadavres : 754


Costume Makes the Clown | Anna _



________________________________________ Sam 16 Oct 2021 - 19:29





Costume Makes the Clown

And happy Halloween !

La rentrée avait un air de soupe à la grimace cette année. Matthew avait été tracassé tout l’été à l’idée de se retrouver tout seul sans Abigaëlle. Avec deux ans de plus que lui, cette dernière rentrait dorénavant en CP, la cour des grands. Et pour Matthew qui était timide et dont elle semblait être la seule amie, les choses étaient un peu plus compliqués. Pourtant j’avais fait en sorte de le rassurer du mieux que je pouvais, et Abby aussi n’avait cessé de lui répéter qu’ils se verraient toujours. J’avais espéré que ce soit une opportunité afin qu’il sorte un peu de sa coquille malheureusement rien ne semblait y faire. En plus de ça, peu après son entrée en moyenne section j’avais commencé à remarquer des bleus. Ne voulant pas me la jouer mère poule ultra parano, je lui avais gentiment demandé s’il était tombé mais je m’étais heurté à un silence buté. A partir de là, j’avais vraiment commencé à m’inquiéter. Heureusement, l’institutrice qu’il avait semblait elle aussi avoir remarqué cela, et c’est ainsi que je fus convoqué pour en discuter : d’après ce qu’elle m’apprit, elle l’avait vu en train de se battre avec des élèves de sa classe, ou plutôt il se prenait les coups et ne répliquait pas.

On parlait d’enfants de 4 ans, alors c’était surtout des bousculades mais Matthew dans tous les cas, n’osait pas répliquer, ce qui me mettait dans une colère noire à l’idée que de sales mômes en profite. Son institutrice me promis de garder un œil sur tout ça, et de faire un rapport d’incident la prochaine fois que ça se passerait, aboutissant ainsi à une convocation des parents des enfants en questions. De mon côté, je savais que je devais parler avec mon fils. Depuis, l’idée de lui faire prendre des cours d’auto défense pour enfant faisait de plus en plus son chemin dans mon esprit. Je m’étais renseigné là où je prenais les miens, et le professeur qui était un intervenant externe m’avait dit que dans les arts martiaux ils commençaient les initiations a partir de 4 ans.

L’idée n’était pas que mon fils distribue des coups a tout va, mais qu’il apprenne à se défendre face aux enfants qui le harcelaient. Ça commençait de plus en plus tôt manifestement, et bizarrement ça me surprenait même pas. Les enfants pouvaient être d’une méchanceté sans borne les uns avec les autres, c’était un mini reflet de notre société parce que fallait pas trop se faire d’illusion, ces minis harceleurs devenaient de grands harceleurs une fois l’âge adulte atteint. Alors soit les parents et le personnel de la maternelle mettaient en place des actions concrètes, soit je m’occupais moi-même de donner a mon fils les clés en mains pour pas se faire emmerder par des brutes en culotte courte. Quoi qu’il en soit, je devrais d’abord aller me renseigner au près du dojo concernant une potentielle inscription mais ce serait malheureusement pas tout de suite : entre le travail et les heures de conduites j’avais limite l’impression de courir partout. Selon mon instructeur, il me faudrait encore une dizaine d’heures avant d’envisager de passer le permis. Dans l’éventualité où je l’aurais, j’avais déjà fait le tour des occasions à Storybrooke. Je gagnais bien ma vie, mais j’avais pas nécessairement envie d’investir des mille et des cents dans une voiture. Pour ce que je comptais en faire, une d’occas me conviendrait parfaitement.

Avec Halloween qui approchait, je m’étais néanmoins dit qu’il était temps de remonter un peu le morale de Matthew et j’avais contacté Anya pour lui proposer une virée shopping d’Halloween. Comme elle aimait cette activité au moins autant que moi, le fait de s’y prendre tôt nous débarrasserait au moins de cette « corvée ». C’était ce qui arrivait quand on avait des enfants, il fallait dire adieu à l’idée de ne pas traîner dans les boutiques. Quoi que ça dépendait encore des boutiques, j’avais rien contre passer du temps dans une librairie par exemple. Mais devoir passer trois heures dans un magasin de fringues c’était pas trop mon truc. Généralement, je faisais le tour je regardais ce qui me plaisait. Comme je connaissais ma taille, je n’essayais même pas et payait directement. Si c’était pour Matthew en revanche, là ça prenait un peu plus de temps. J’avais l’impression qu’il grandissait de manière perpétuelle.

Quoi qu’il en soit, après qu’elle ait accepté ma proposition nous nous étions mise d’accord pour nous retrouver sur place avec Anya. C’était pour ça d’ailleurs que j’avais réveillé Matthew un peu plus tôt que d’habitude pour un Samedi, et lui avait préparé un super petit déj’ afin qu’il soit bien en forme :

« Dit maman » commença ce dernier un peu hésitant « tu crois qu’Abby elle veut toujours être mon amie ? »

- Évidemment mon coeur ! M’exclamais-je. Apparemment, elle était très contente de te voir aujourd’hui. Mais pourquoi tu me demande ça ?

« On est plus ensemble. Et elle dit toujours que l’école des grands c’est mieux. »

Ah. C’était donc ce qui l’inquiétait, qu’Abby se fasse de nouveaux amis à « l’école des grands » et l’oublie. Me mettant a sa hauteur, je me décidais à tenter de chasser ses inquiétudes :

- Tu as bien dit, que Abby et toi c’était comme tonton Jack et moi pas vrai ?

Il hocha la tête, attendant la suite de ce que j’allais dire :

- Eh bien, tu as vu. Tonton Jack et moi on ne s’est pas vu pendant trèèès longtemps mais on est toujours amis. Abby ne va pas t’oublier Matty, elle va probablement se faire d’autres amis mais aucun ne te remplacera, parce que le lien qu’il y a entre vous deux est spéciale. Toi aussi d’ailleurs, tu te feras d’autres amis. Tu n’as pas finit de grandir. Mais fait moi plaisir, ne grandit pas trop vite d’accord ? Et ne devient jamais comme ton parrain.

« Pourquoi ? »

- Parce que tonton Jack est bête. Répondis-je impitoyable.

Au moins cela eu pour effet de faire rire Matthew, qui tenta de finir son petit déjeuner précipitamment et que je dût rappeler à l’ordre concernant le fait de ne pas littéralement engloutir ses pancakes et son bol de chocolat. On était partis un peu avant midi, et je m’étais arrêté en route histoire de faire un crochet chez Granny pour manger, on s’était fixé rendez-vous en début d’après-midi avec Anya. Matthew parlait déjà du costume qu’il voulait avoir -un chevalier- et je lui avait promis de l’aider à trouver le meilleur costume pour faire la tournée des bonbons le 31. Évidemment, une fois arrivée Abby ne manqua pas de montrer a quel point elle ressemblait à sa mère ce qui m’arracha un sourire que je dissimulais derrière ma main. Il ne fallait pas que Matthew pense que je me moque de lui :

« Ça va mieux. » Répondit Matthew à la question d’Anya « On y va ? » Demanda-t-il en se tournant vers moi.

- Il y en a un qui perd pas le nord. Dis-je avec un sourire, je vous en prie tous les deux montrez nous donc le chemin repris-je en incluant Abigaëlle.

Les laisser tous les deux ouvrir la voie, me laisserait plus de temps pour discuter avec Anya et les deux impatients n’auraient qu’a définir le premier magasin dans lequel on rentrerait pour chercher leurs costumes. Évidemment, Matthew s’élança alors que je lui intimais l’ordre de ne pas courir. Je le connaissais, a trop se laisser emporter il risquait de tomber et là ça allait être les larmes assuré.

- Au moins, il a l’air d’être de meilleure humeur que ce matin. Dis-je à Anya. Il était inquiet à l’idée que ta fille ne veuille plus être amie avec lui. J’ai fait de mon mieux pour le rassurer, et je suppose qu’Abigaëlle fera le reste. D’ailleurs...Je voulais te demander : est-ce qu’elle a déjà eu des ennuis avec d’autres élèves ?

J’avais du mal à imaginer Abigaëlle qui était une version miniature de sa mère se laisser malmener par qui que ce soit, ce serait plutôt l’inverse si qui que ce soit essayait de s’en prendre à elle. Mais, si ce n’était pas elle peut-être Anya avait-elle entendue des choses quand elle était encore à la maternelle. Je n’avais pas l’intention de rester les bras croisés et de laisser la situation s’envenimer pour mon fils, j’espérais que le personnel était suffisamment compétent pour prendre les mesures nécessaires et ne pas fermer les yeux dessus, mais au cas où je préférais être « armé ».

- J’ai vu l’institutrice de Matthew il y a quelques jours. Apparemment certains de ses petits camarades aiment lui mener la vie dur. Je suppose que c’est parce qu’il est timide, et n’ose pas trop répliquer alors ils estiment que c’est une cible facile.

Quand j’étais petite, si quelqu’un avait osé me faire ça, j’aurais probablement répliqué par un bon coup de boule. J’aurais certainement eu hyper mal au front mais je n’appréciais pas beaucoup de me faire marcher sur les pieds. Des fois, lorsque mes parents recevaient des ambassadeurs il arrivait qu’ils aient des enfants avec eux. Comme ils étaient obligés de respecter une distance avec moi car j’étais une princesse et de ce fait, hiérarchiquement supérieur je n’avais pas vraiment de contacte avec eux mais certains pouvaient se montrer particulièrement odieux. J’avais été punie une fois, parce que j’avais utilisé ma cuillère en guise de catapulte pour envoyer de la nourriture sur l’un d’eux une fois. J’avais trouvé ça particulièrement injuste à l’époque, je l’avais fait uniquement parce que le fils de l’ambassadeur avait été d’une méchanceté sans précédent avec le fils d’une des servantes. Ma mère avait finit par le savoir, et était venue me trouver le soir dans ma chambre pour m’expliquer que je ne pouvais pas régler les conflits de cette manière.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Il n'est point d'avenir sans nous
Oui pour moi rien ne change, C’est toujours ta main dans la mienne. Les jours se ressemblent, On s’aimera quoiqu’il advienne. Comme un mur de pierres, résiste à l’hiver Tu m’aides à rester debout. Pour moi rien ne change, il n'est point d'avenir sans nous.



ϟ Anastasia Romanov ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Anastasia Romanov

| Avatar : Ashley Clements

Costume Makes the Clown | Anna Anyadam

Police royale.

Costume Makes the Clown | Anna F1ok

Costume Makes the Clown | Anna 210704080453538741

| Conte : Anastasia
| Dans le monde des contes, je suis : : Anastasia Romanov

| Cadavres : 6435


Costume Makes the Clown | Anna _



________________________________________ Sam 16 Oct 2021 - 21:12

Anastasia était toujours sidérée de constater qu'à bien des égards Matthew ressemblait à Alexei, son petit frère qui était mort quand il avait six ans - un détail que la rouquine se garderait bien de mentionner si un jour elle confiait cette impression étrange au petit garçon. Il était plus timide qu'Abigaëlle, moins confiant aussi et très sensible, le tout formant un mélange particulièrement mignon. Bref, il était très différent de sa fille et pourtant, il n'y avait pas plus liés que ces deux enfants. C'était presque comme s'ils étaient frères et sœurs, une impression renforcée, sans doute, par la ressemblance physique des mamans respectives.
Dans tous les cas, Anya était rassurée d'apprendre de la bouche de l'intéressé qu'il allait mieux et de constater qu'il ne "perdait pas le nord" ainsi que sa maman le formulait. Elle ne savait que trop bien que cette première rentrée sans Abigaëlle avait été un changement douloureux et qu'il fallait parfois un moment pour se remettre d'un épisode de la sorte. Heureusement, aujourd'hui était placé sous le signe des retrouvailles entre les deux enfants et du choix de leur costume d'Halloween. A priori, eux, au moins, allaient s'amuser et c'était le principal, en fait.
Les deux mamans suivirent donc leur progéniture à l'intérieur du centre commercial, ne leur donnant toutefois que l'illusion de l'indépendance et de la liberté. Même si Abigaëlle pensait être une "grande fille" et n'avait de cesse de le répéter, elle n'avait pas encore six ans et ne comprenait pas à quel point un endroit aussi grand pouvait être "dangereux". Naturellement, les yeux bleu acier de sa maman ne la quittaient pas d'un cil, s'autorisant seulement quelques battements pour ne pas finir dessécher. De toute façon, les femmes, contrairement aux hommes, savent faire plusieurs choses en même temps et particulièrement les mamans ! Ce n'était pas la surveillance qui avait l'air de ne pas en être une qui allait empêcher Anya de prendre des nouvelles d'Anna.
- Oui, il a l'air enthousiaste et particulièrement en forme, commenta la jeune femme. Abigaëlle était totalement ravie par cette petite escapade, presque intenable et a évidemment contaminé les chiens avec sa bonne humeur... Bref, y avait de l'ambiance ce matin à la maison, résuma Anya en souriant, amusée malgré sa façon de dépeindre les événements. Tu peux compter sur ma fille pour le rassurer : ils sont toujours super copains, assura la jeune femme avant de tiquer.
On avait pas dit "après-midi détente" ? Alors pourquoi Anna demandait si Abigaëlle avait déjà été embêtée à l'école ? Fallait-il comprendre quelque sous-entendu à cette question posée de façon si innocente ? Intriguée, Anya arqua un sourcil mais ne dit rien, attendant la suite. Parce qu'il y avait toujours une suite, une explication, quand ce genre de question sortait de nulle part.
Et, encore une fois, le flair d'Anastasia ne la trompa pas et les explications (aussi peu réjouissantes que ce à quoi la profiler s'était attendue) arrivèrent. Machinalement, la jeune femme sentit son pas ralentir, comme si ce genre de conversations sérieuses ne tolérait pas l'allure rapide à laquelle elle était habituée.
- Tu veux que j'envoie la police à la maternelle pour prendre ces petits imbéciles entre quatre yeux ?
Telle fut la première réaction, sanguine, d'Anya, après avoir entendu toute l'histoire. Maintenant, elle était agacée et avait soudain envie d'accélérer le pas pour se défouler physiquement et faire passer ainsi un peu de sa frustration. Déjà à l'orphelinat, que ce soit dans ses faux ou ses vrais souvenirs, elle avait toujours défendu les plus faibles comme si, déjà à l'époque, elle était destinée à rejoindre les forces de l'ordre.
- Parce que je peux, tu n'as qu'un mot à dire. Enfin, je dois demander la permission au shérif mais envoyer les flics pour lutter contre le harcèlement dans les écoles, je vois pas pourquoi il dirait non, assura la profiler. Et ça, ça commence en maternelle ? Sérieusement ? demanda-t-elle ensuite, choquée par cette information.
Matthew était si petit et si mignon, si dévoué, aussi. Pourquoi aurait-on envie d'en faire sa tête de Turc ? Storybrooke, qui abritait tellement de personnes différentes, n'était-elle pas la ville rêvée pour prôner la tolérance ?
- T'as sans doute raison, Matthew ne rentre pas dans le moule et les enfants étaient ce qu'ils sont... Cruels, c'est-à-dire, ils doivent penser que c'est amusant de l'embêter, résuma Anya en faisant la grimace. Mais non, en tout cas, ni Abigaëlle ni ses maîtresses ne m'ont parlé de cas similaires. Désolée.
Une nouvelle grimace ponctua cette conclusion qu'Anastasia aurait préféré plus utile pour Anna. Heureusement pour l'ambiance générale, les deux enfants, qui n'avaient absolument pas conscience des conversations entre leurs mères, venaient de sélectionner un premier magasin et de s'arrêter devant lui, attirant l'attention des deux jeunes femmes à grand renfort d'exclamations.
- Maman, maman, maman, là y a des costumes de princesses !!! s'écriait Abigaëlle. Ils sont obligé d'avoir des costumes d'Anna et j'suis sûre qu'ils ont aussi des costumes de chevalier et ils font même les costumes pour les grands comme ça toi et tata Anna vous pouvez aussi vous déguiser !! On peut rentrer, dis ?
Avec un boucan pareil, la trépidation d'Abby attirant le regard des badauds, Anya serait passée pour la pire des mamans si elle avait dit "non". De toute façon ce n'était pas le but de l'après-midi. L'idée c'était de trouver un costume aux enfants alors si ce magasin leur faisait une aussi bonne impression, alors il fallait y rentrer.
- Tu avais prévu d'acheter quelque chose, toi ? s'enquit Anya en tournant la tête vers son amie. Parce que je crois qu'on risque d'être forcées par nos enfants.
Au ton solennel, presque lugubre, sur lequel elle avait fait cette annonce succéda un sourire amusé et un secouant de tête, l'air de dire "mais qu'est-ce qu'il peut bien leur passer par la tête à nos enfants ?". Puis Anastasia fit semblant de prendre une grande inspiration, comme si elle se préparait à une expérience peu agréable et annonça aux deux terreurs :
- On peut aller voir.
Puis, elle compléta, plus bas à l'intention exclusive d'Anna :
- Bienvenue en enfer.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Fanclub Officiel de Héra
Un jour je m'arrêterai dans le délire... mais pas aujourd'hui.

           
©️BESIDETHECROCODILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t5617-terminee-once-upon-a-r


ϟ Contenu sponsorisé ϟ







Costume Makes the Clown | Anna _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Costume Makes the Clown | Anna





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques :: ➹ Centre Commercial