« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Lorcana : où acheter le Trésor des Illumineurs Les Terres ...
Voir le deal

Partagez
 

 Let me be your guest ~ Ft. Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

Let me be your guest ~ Ft. Park 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

Let me be your guest ~ Ft. Park Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 724



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2021-10-26, 19:04 « The weak fear happiness itself »


LET ME BE YOUR GUEST ▬ In your world I don't get, let me be your guest. In your life you don't own, let me be your guide ~
LET ME BE YOUR GUEST
SHINJUU
Park

Dazai

"J'ai mal, j'ai mal, j'ai mal - AÏE ! Non, pas ici ! C'est encore pire..." Il hausse d'un ton avant de soupirer d'épuisement.

C'est vrai qu'il est épuisant de faire le malade imaginaire pour être accepté dans un centre hospitalier. Heureusement pour Dazai Osamu, il n'est pas une tête inconnue aux infirmiers - bien au contraire, la plupart ose l'appeler un habitué des lieux, ce qui ne fait jamais bonne impression auprès d'un patient. En général, lorsqu'un d'eux quitte l'établissement, on lui souhaite de ne jamais être revu, signe de bon rétablissement et d'une santé stable. Le détective fait exception à la règle, il faut croire, et il n'en est que plus satisfait qu'il salue toujours les employés qu'il reconnait d'un grand sourire, surtout les jeunes femmes qui s'occupent de l'accueil et avec qui il fait la discussion en attendant son tour. Une véritable troisième maison après son appartement où il ne va jamais et l'agence.

"On va vous trouver une chambre dans un instant, Mr. Osamu, avalez ça en patientant, cela devrait calmer vos douleurs. L'infirmière d'accueil lui tend un comprimé mais c'est sa main toute entière qui est prise par celle du patient tandis qu'il exprime sa gratitude.

"Votre simple présence réussit déjà à faire des miracles. Je vous suis si reconnaissant d'être là pour moi alors que vous n'y êtes pas obligée -

- C'est que c'est mon travail..." Elle rit d'un léger embarras.

Dazai fait la moue touchée mais son attention dérive sur autre chose et alors, il se redresse d'une facilité déconcertante pour les gens qui l'entourent. Ses pas se pressent dans une direction opposée aux couloirs qui amènent vers les chambres ; il a l'air de se rapprocher d'une sortie de secours. On entend au loin les infirmières l'appeler, assez perdues de le voir disparaître aussi brutalement alors qu'un instant encore, il manquait d'expirer son dernier souffle.

Mais le détective va mieux, sa démarche se fait assurée et discrète. Son regard franc balaye les environs alors qu'il quitte le premier étage. Il longe par la suite quelques couloirs et arrive devant une porte close, là où il s'arrête. Derrière cette porte, Dazai sait déjà ce qu'il s'y trouve : des vestiaires avec des casiers, des infirmières, médecins, chirurgiennes et autres structures réunies par leur sexe et leur appartenance à l'établissement. Il sait y trouver également celle qu'il a vu du coin de l'œil quelques minutes plus tôt car elle a terminé son service. Feignant des demi-tours, il attend le bon moment pour entrer dans la danse - ou dans quelqu'un...

La poignet s'abaisse, Dazai recule de quatre pas pour prendre l'intersection puis rattrape sa marche jusqu'à la porte. Il bouscule la jeune fille qui en ressort, les cheveux noirs récemment détachés, un collier qu'elle ne retire jamais pendu à son cou et un sac à dos noir dans lequel sont rangés le reste de ses affaires. Il la reconnait, elle et son regard perçant qui vient entrer en collision avec le sien tandis que reculant brusquement, il s'excuse platement.

"Oh, pardon - Il réalise à qui il s'adresse. Tiens, tu ne serais pas la sœur de Nathan ? Park, c'est ça ? Un sourire se fond sur ses lèvres, c'est toujours le même qu'il lance à ceux qu'il veut amadouer. Je ne pensais pas te recroiser ici ! Tu suis les pas de ton frère, alors ? La médecine est de famille, à ce que je vois, c'est bien, c'est bien ! Il hoche gentiment la tête de haut en bas. Il faut que tu te réintègres à la ville et c'est un moyen de ne jamais être très loin de Nathan non plus."

Il y a de cela une semaine maintenant, Dazai s'était lui-même entrainé dans un sauvetage auprès de Nathan. Certes ce dernier n'avait pas demandé son aide une seule fois mais restait-il cependant qu'il en avait eu besoin. Le détective peine encore à le lui faire comprendre. C'est lorsque la sœur du garçon eut été retrouvée enfermée, dans un état second, que les pouvoirs de Dazai permirent à la calmer et le collier qu'elle porte encore aujourd'hui faisaient le reste du boulot. Même le plus simplet n'aurait pas pu rester avec aussi peu de réponses à sa portée. Il y avait des incohérences dans cette histoire, quelque chose - plusieurs choses - clochaient. C'est pourquoi peu après, Dazai avait demandé des comptes à Nathan, des explications, mais celui-ci continuait malgré tout à l'éloigner de l'affaire dans lequel il s'était lui-même impliqué. Ce n'était pas ses affaires, expliquait le médecin, il n'avait pas à s'en mêler.
Lorsque Dazai a compris qu'il n'obtiendrait rien de celui qui pense faire cavalier seul, il a décidé de jouer sur un autre plan - physiquement similaire au premier.

"Tu as fini ? Sous ses airs naïfs et innocents, il pointe du doigt le sac à dos de l'individu, ainsi que son manteau déjà enfilé. C'est super, on vient tout juste de me libérer aussi ! Je ne me sentais pas très bien et je ne fais confiance qu'à cet établissement pour prendre soin de moi. Il est très sérieux - un peu trop. Ils me connaissent par cœur."

Son téléphone vibre dans sa poche et distrait, il le déverrouille. Arf, un message de Kunikida pour la réunion qui a déjà commencé. C'est comme s'il l'avait déjà manqué. Dazai dérive sur l'heure.

"18h56... C'est encore tôt. Je peux t'offrir un verre ? Il sourit. Comme ça nous pourrons faire connaissance !"
(c) princessecapricieuse


Park Sun-Hee
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Park Sun-Hee

| Avatar : Kim Ji Won

| Conte : Le petit chaperon rouge
| Dans le monde des contes, je suis : : La sœur cachée

| Cadavres : 38



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2021-11-29, 20:40





Let me be your guest
“Be glad of you human heart, pity those who don't feel anything at all.”

Il était difficile de reprendre le cours de sa vie, lorsque celle-ci avait subi une pause de deux ans. Il était d'ailleurs aussi terrifiant de se rendre compte à quel point le monde évoluait sans nous. Que même parmi les proches nous n'étions qu'une parenthèse dans leur existence.

Voilà déjà 5 mois que Sun-Hee était revenue parmi le commun mortel et pourtant, elle n'arrivait toujours pas à retrouver sa vie d'avant. Ses collègues de travaillent la dévisageait comme si elle était devenue un fantôme. Sa colocataire avait mystérieusement disparu lorsqu'elle avait passé le palier du manoir. Où était-elle ? Sun savait de part son frère que celle-ci n'avait jamais abandonné ses recherches. Alors pourquoi ne se trouvait-elle pas ici à son retour ? Lui était-il arrivé quelque chose ? Avait-elle entreprit des recherches dans le versant de leur vie ? Tellement de questions restaient sans réponse. pourtant, elle avait espéré pouvoir compter sur elle à son retour à leur domicile. A la place, une grand vide s'était installé. Le silence l'angoissait. Elle ne pouvait plus se passer de musique ou de brouhaha lorsqu'elle rentrait chez elle. Elle sentait le besoin d'avoir une présence en permanence alors elle avait fini par recueillir un chat. Mina serait sûrement verte de voir qu'elle n'était plus la seule à perdre ses poils lors des changements de saison.

Elle sourit en se remémorant leurs querelles. Mina lui manquait. Terriblement. Elle avait déjà perdu Lily, il y avait quatre ans de cela. Elle ne savait pas si elle serait capable de gérer une autre disparition définitive dans sa vie. Elle avait bien Nathan qui était à ses côtés, mais depuis qu'il lui avait appris qu'il s'était marié avec cette pimbêche de De Tremaine, Park voyait bien qu'il ne pouvait pas être aussi présent. De toute manière, elle ne voulait pas être un poids pour lui. Le plus dur, s'était de se dire qu'elle devait repartir de zéro.

Elle soupira et consulta l'heure. Elle avait perdu beaucoup trop de temps à se réfugier dans ses pensées. Elle devait boucler cette ordonnance si elle voulait partir, la relève de garde ne tarderait pas à arriver. Elle observa d'un oeil absent le vaste bureau dans lequel elle se trouvait. Là encore, elle n'arrivait pas à trouver ses repères. Un autre psychiatre séjournait désormais dans son bureau. Et ne se sentant plus capable d'exercer en temps que tel actuellement, elle avait repris le rôle d'un simple médecin généraliste. Elle n'allait pas se plaindre. C'était toujours aussi passionnant. Mais ce n'était plus la même chose. Plus les mêmes rapports. Ici, le travail en chaîne semblait encore plus marqué.

La porte s'ouvrit sur le médecin remplaçant lorsqu'elle tapa le dernier traitement et apposa sa signature. De rapide transmission se mirent en place et d'un simple hochement de tête, Sun salua le docteur. Fatiguée par les émotions qu'elle ressentait et par la journée intense qui s'était offerte à elle, la jeune femme détacha ses cheveux. Le chemin vers les vestiaires lui parut interminable mais elle finit par l'atteindre pour se changer et se désinfecter.

Sans un regard en arrière, la renarde sortit des vestiaires désormais affublait de son sac à dos noir et de sa tenue de civile. Son désir quant à lui hésitait, devait-elle rentrer chez elle, ou se mouver dans la dynamique de Storybrooke en cette heure de pointe ? Malheureusement pour elle, Park n'eut pas l'occasion de réfléchir à la solution qui la tentait le plus. Une silhouette la percuta, lui arrachant un regard mauvais face au bousculement qu'il opérait en elle.

Face à ses mots, Sun roula des yeux. Sur tout être humain se trouvant dans cet hôpital, il avait fallu qu'elle tombe sur lui.

- Bonsoir Mr Osamu.

La médecin ne chercha même pas à corriger les remarques émises sur le fait de se réintégrer... ou même de suivre les traces de son frère. C'était lui le petit frère, il était donc évident qu'elle avait commencé ses études avant. Mais il ne semblait vraisemblablement plus se souvenir de ce détail.

Park plissa les yeux sur la raison de sa présence ici. L'hôpital était assez grand pour ne pas le croiser dans les locaux, surtout qu'elle n'était pas encore affectée au service des urgences. A vrai dire, elle avait repris en temps que médecin du pool, alors, elle tournait assez fréquemment selon les besoins de la structure.

- Faire connaissance ? Je ne pensais pas que ma personne vous passionnez à ce point. Elle serra les lèvres, se souvenant qu'il avait participé à la sortir de sa séquestration. Je vous dois bien ce verre... pour ce que vous avez fait pour moi. Suivez-moi, je connais un bar pas trop mal qui n'est qu'à deux pas d'ici.


Sun avait commencé à fréquenter ce bar lorsqu'elle avait intégré l'hôpital. Elle y allait avec certains collègues lors des soirées interminables en service. A l'époque, elle exerçait encore en psychiatrie et échangeait vivement avec ses collègues sur les sujets passionnants qui en découlait. Un air maussade passa sur son visage avant qu'elle ne reprenne une expression neutre. Ses yeux changèrent de couleur pour virer au lilas. Certains disaient que les yeux étaient les fenêtres de l'âme, pour Park, ses propos semblaient encore plus vrais. Son regard semblait toujours refléter ce qu'elle pensait en l'instant T. Il n'y avait que lorsque la peur ou la folie la prenait qu'elle devenait indéchiffrable.

Partant devant l'individu sans attendre sa réponse, elle s'approcha à grandes enjambées de son lieu de rendez-vous. Au moins, elle n'aurait pas à rentrer tout de suite au manoir... Peut être qu'en plus d'un chat, elle devrait louer l'une des nombreuses pièces comme chambre. Histoire qu'elles ne soient plus jamais seules quand l'une d'elle disparaissait.

D'un geste du menton, elle indiqua finalement l'enseigne devant laquelle ils se trouvaient.

- C'est ici.

Sun-Hee trouva une table dans le coin de la salle où du monde grouillait déjà. Changeant souvent d'endroits où se mettre, elle n'avait pas de place attitrait. Généralement, elle restait dans ce coin lorsque l'envie d'être seule et de dessinait lui prenait. Elle ne faisait pas parti des gens qui avaient besoin de calme. Elle, avait besoin de bruit et d'un peu de bière pour se lancer dans le vif.

Le serveur vînt leur prendre presque aussitôt la commande et celle-ci se porta sur un verre de vin rouge pour commencer. Elle n'était pas seule et aimait aussi le goût du raisin fermenté. Une fois celui-ci reparti en direction du bar. Le regard devenu turquoise se posa sur Dazai.

- Alors, que souhaitez-vous savoir sur moi ?


© Mouette / Icon : tumblr / Citation : Marylin Monroe


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

Let me be your guest ~ Ft. Park 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

Let me be your guest ~ Ft. Park Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 724



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2021-12-12, 01:42 « The weak fear happiness itself »


LET ME BE YOUR GUEST ▬ In your world I don't get, let me be your guest. In your life you don't own, let me be your guide ~
LET ME BE YOUR GUEST
SHINJUU
Park

Dazai

Plan effectué à la perfection, comme la quasi-totalité des calculs menés par le détective, la cible mord à l'hameçon et le voilà à lui emboiter le pas jusqu'à un bar à quelques centaines de mètres de l'hôpital. Dazai reconnait les lieux, il sait y avoir déjà bu des verres avec des jeunes infirmières après qu'elles aient terminé leur journée. La soirée commençait ici et se terminait... Ailleurs. La seule chose qu'il craint une fois au pas de la porte, c'est qu'une de ses conquêtes s'y trouve et que Park pense être l'une d'entre elles. Très mauvaise première impression, autant du côté de la sœur que du côté du frère, que Dazai n'arrive déjà pas à apprivoiser. C'est d'ailleurs pour son manque de coopération qu'il se retrouve ici, même si ses intentions sont loin d'être mauvaises.

"C'est un bon bar, en effet." Il n'en fait pas plus de commentaires et l'invite à entrer après avoir ouvert la porte, de là remarque-t-il le regard lilas de la jeune fille - il s'en étonne en silence.

Stratégique, pendant qu'elle pénètre dans la salle, Dazai a le temps de balayer les environs d'un œil avisé et ainsi s'assurer ne connaître personne. Il inspire, expire de soulagement et s'avance à une table auprès de Park. Il sait déjà ce qu'il prendra et attend que le serveur - un nouveau, visiblement - prenne leur commande. La médecin s'attarde sur un verre de vin, et le détective, lui, sur un simple saké. Les verres arrivent et avant que ne soit bu la première gorgée, Park s'engage rapidement dans le vif du sujet, surprenant son partenaire de deux grands yeux - avant qu'il ne rit gaiement.

"Tu ne perds pas de temps, toi. Son rire se calme en un doux sourire. Je souhaitais simplement en apprendre davantage sur la sœur de Nathan, apprendre à te connaître."

Regard mielleux, il pose un coude sur la table et sa tête dans la paume de sa main.

"Alors ! Comment se passe ton retour à Storybrooke ? Tu retrouves tes marques ?"

Il fait mine d'être pensif, baisse un temps les yeux sur son verre, le tourne de quelques tours en écoutant la jeune fille lui répondre. Dazai engage ce qui apparaît être une discussion normale, il ne veut pas que cette soirée fasse interrogatoire, donne l'impression de chercher des réponses.

"Ton frère ne m'a jamais parlé de toi, j'ai été surpris d'apprendre ton existence, je dois bien l'avouer. Surtout une aussi jolie fille que toi ~ Il ne peut s'empêcher d'ajouter d'une bouille d'ange. Ils doivent tous te courir après, non ?"

Ce sont les propos qui collent le mieux à son image ; le séducteur, suicidaire, bouffon des environs. L'idiot qui laisse paraître mais n'en reste pas moins son contraire. Dazai noie le poisson en jouant de ses mots, il ne trahit ni son personnage, ni ses intentions. Il doit savoir ce qu'il se passe dans cette famille famille déconstruite et les mystères qu'elle renferme...

(c) princessecapricieuse


Park Sun-Hee
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Park Sun-Hee

| Avatar : Kim Ji Won

| Conte : Le petit chaperon rouge
| Dans le monde des contes, je suis : : La sœur cachée

| Cadavres : 38



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2021-12-29, 16:30





Let me be your guest
“Be glad of you human heart, pity those who don't feel anything at all.”



D'un regard acéré, Sun dévisagea le visage du détective face à elle. Il était difficile de percevoir ses émotions, elle qui avait pourtant une sensibilité plus aiguë que la moyenne, elle ne décelait rien en cet homme. Comme s'il savait parfaitement contrôler son corps. Un frisson lui parcouru l'échine, elle n'aimait décidément pas les gens qu'elle ne pouvait pas comprendre.

Park porta ses lèvres à son verre avant de répondre aux premières questions de l'homme face à elle.

- Je pense que vous vous doutez parfaitement qu'il est difficile de reprendre sa vie où elle s'est arrêtée lorsque nous disparaissons. J'ai quitté cette ville pendant deux ans. Cela ne l'a pas empêché d'avancer sans moi. Retrouver ses marques est donc un grand mot. Je ne sais pas quand, ni comment, j'arriverais à retrouver ma vie d'avant.

La renarde étira un sourire amère. Comment pourrait-elle un jour reprendre le cours normale de sa vie lorsqu'on lui avait pris deux ans de son existence. Ce n'était pas comme ci elle était partie en vacances ou vivre ailleurs. Non, elle avait simplement disparu de la circulation. Ceux qui la connaissaient, étaient partagés entre la surprise de la revoir et la pitié de ce qu'elle avait pu vivre. Elle ne pourrait jamais redevenir celle qu'elle avait été auparavant. Il y avait beau se passer énormément d'incidents à Storybrooke, lorsque ceux ci se comptaient en année, ils laissaient forcément des traces dans la vie de chacun.


La suite de ses propos ne fit que confirmer ses ressentis. Et pourtant, elle ressentit une pointe de douleur lorsqu'il en parla. Elle-même n'avait pas encore osé poser la question à son frère. N'avait-il parler d'elle à personne depuis son...départ, ou alors avait-il seulement fait une exception pour lui ? Elle balaya d'un geste de la main les compliments déclarés par Dazai, en secouant la tête.

- J'ignore pourquoi mon frère ne vous a pas parlé de moi. Peut-être avait-il une bonne raison de ne pas le faire. Il faudrait lui poser directement la question.

Elle se stoppa un instant et prit le temps de réfléchir à ce qu'elle allait dire par la suite.

- Pourquoi cette demande ? Elle se pencha vers lui. Tu serais intéressé par moi ? Mon côté étrange te fascine ? Déclara-t-elle en laissant ses pupilles briller dans l'obscurité.


Elle vit passer sur le visage de son partenaire une expression si subtile, qu'elle n'en comprit pas sa réaction. Avait-il été surpris ? Ou s'amusait-il de ce qu'elle avait répliqué ? Elle s'écarta de lui et reposa son dos sur le dossier de la banquette.

- D'ailleurs, je me posais aussi la question. Comment connaissez-vous mon frère ? Êtes-vous...un ami ? Il ne semblait guère très heureux de partager ma découverte avec vous.


© Mouette / Icon : tumblr / Citation : Marylin Monroe


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

Let me be your guest ~ Ft. Park 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

Let me be your guest ~ Ft. Park Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 724



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2022-01-03, 15:37 « The weak fear happiness itself »


LET ME BE YOUR GUEST ▬ In your world I don't get, let me be your guest. In your life you don't own, let me be your guide ~
LET ME BE YOUR GUEST
SHINJUU
Park

Dazai

L'ambiance s'installe doucement et cela, ce n'est pas le détective qui y contribue le plus mais tout simplement l'environnement dans lequel lui et sa charmante compagnie sont plongés. Un bar inspire la légèreté et le dialogue, des moments conviviaux, un aparté de la pénible journée enfin terminée. Dazai sait - il sait - que c'est autour d'un verre que sont dites les informations les plus importantes et confidentielles. La clientèle d'un bar ne vient pas armée de méfiance, elle ferme les yeux sur le monde extérieur pour se plonger entièrement au bien-être de l'oubli et attend du reste qu'il en fasse de même. C'est en partie pourquoi le garçon aime les bars, il s'en étonnera toujours, au-delà de son amour pour l'alcool.

Lorsqu'il était encore à la mafia portuaire, Dazai avait un bar de référence où il aimait passer une partie de son temps libre, auprès de collègues... La vaisselle n'était pas la même qu'ici, le liquide qu'il y avait dedans non plus. Tandis qu'il entend la jeune femme partager avec lui la difficulté à "reprendre" une vie après l'avoir laissé en suspend un temps, il se tait. Non pas qu'il ait parlé précédemment, c'est son visage qui se renferme, se mure dans un silence comme s'il y a encore quelques secondes, il propageait milles informations sur ce qu'il pensait. Le silence, désormais, s'installe, et le détective écoute sans même hocher une tête compréhensive. Il remonte ses iris sombres jusqu'au sourire inconstant de Sun-Hee Park, la jauge à cette seconde douter d'elle-même mais se donner constance. Un fin sourire s'affiche pour appuyer le sien et soutenir ses propos.

"Je n'en doute pas."

Il file sur un autre sujet mais qui n'en reste pas moins complètement hors-contexte. Tout naturellement, la liaison se fait entre elle et son frère puisqu'il est, à priori, leur relation en commun. Les problèmes qui les habitent sont aussi en commun et c'est ce qui l'intéresse même s'il n'en montre rien, lève son verre à ses lèvres, boit une ou deux gorgées et reprend un visage doux, à l'écoute. Un rire lui échappe lorsque la jeune sœur suggère de poser les questions à son frère.

"Tu te doutes bien que j'ai déjà essayé, mais il utilise des prétextes pour renverser la situation. Quelque chose comme "tu ne m'as jamais posé la question donc je n'avais aucune raison de t'en parler" ou encore "qu'est-ce que ça aurait changé que tu le saches, ce ne sont pas tes affaires". Sa main se porte à sa nuque d'un sourire embarrassé. Tu vois l'idée."

Il ne cite pas au mot près, mais Dazai remet en place les grandes idées émises par Nathan durant ce dernier mois. À croire que celui-ci l'évitait tout d'abord, il finissait par esquiver les questions qui portaient sur la disparition de sa sœur et s'agaçait ouvertement que le détective y porte autant d'intérêts. Dans un sens, Nathan n'a pas eu tord car ces affaires familiales, mêlant malédictions et kidnapping, ne concernent effectivement pas Dazai. S'il y porte intérêt, c'est pour l'aide qu'il pourrait apporter même si le chaperon le refuse catégoriquement.

Peut-être qu'il en sera différemment du côté de la sœur ? De ce qu'il en voit pour le moment, elle ne se fait pas idiote, même plutôt instinctive et réfléchie. Renvoyant la balle plus vite qu'imaginé, Dazai est surpris, la rattrape avec maladresse en écarquillant le regard.

"Étrange ? Il fait mine de réfléchir en portant une main à son menton. Peut-être l'es-tu, oui. Comme 80% de la population de Storybrooke. Rien d'étonnant jusqu'ici, donc. Il reprend sa bouille d'ange en posant sa tête dans le creux de ses mains, coudes sur la table.

D'ailleurs... La jeune femme reprend, songeuse. Elle demande à Dazai comment celui-ci avait rencontré le médecin et s'ils étaient amis. Il est vrai que d'un point de vue extérieur, personne ne goberait une histoire pareille.

"Et bien... Je ne peux pas vraiment dire que ton frère me voit comme un ami à proprement parlé. Je l'ai rencontré lors d'une enquête que nous avons mené ensemble. Ah oui, fait-il l'aparté en se pointant du doigt, je suis détective. J'ai été placé dans une affaire de meurtre et Nathan a souhaité participer, alors même qu'il n'en avait pas forcément les qualifications requises. En théorie, il aurait du rester à l'hôpital s'occuper du corps de la victime et me donner les résultats des analyses une fois obtenus. Mais il semble qu'il ait été touché par ce qu'on savait de la jeune défunte, alors il a demandé à m'accompagner."

Dazai s'en souvient très bien, comme si c'était hier. Il ne s'est pas permis de préciser avec exactitude comment son frère et lui s'étaient rencontrés, il omet les détails, mais c'est en revenant d'entre les morts que le suicidaire a entendu Nathan parler à quelqu'un d'autre. Un certain Sam... Celui-ci n'a pas attendu pour remonter à la surface durant le déroulement de l'enquête.
Le regard de l'asiatique descend d'un cran sur son verre, assombri.

"Je crois que Nathan n'a pas confiance en moi pour l'opinion que la créature qui vit en lui en a donné. Sam. Remontant la tête, il jauge Sun-Hee de ce qu'elle sait. Je pense que c'est lui qui ne m'apprécie pas, surtout. Et comme ton frère ne me connaissait pas vraiment, il est resté sur l'avis d'un flair qu'il croit plus affûté. Il n'accepte aucune aide de ma part... De qui que ce soit d'ailleurs. Si tu ne l'as pas trouvé très souriant ce jour-là de me savoir à vos côtés, il sourit, c'est tout simplement que je lui ai forcé la main pour l'accompagner et l'aider à te retrouver. Sinon, penses-tu, il ne m'aurait laissé approcher ni le collier, ni toi."

Imitant la surprise, comme quelque chose qui émerge de son esprit, il tire une moue songeuse et penche légèrement la tête sur le côté.

"D'ailleurs, est-ce que tu as pu en apprendre davantage sur ce qu'il s'est passé ?"
(c) princessecapricieuse


Park Sun-Hee
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Park Sun-Hee

| Avatar : Kim Ji Won

| Conte : Le petit chaperon rouge
| Dans le monde des contes, je suis : : La sœur cachée

| Cadavres : 38



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2022-01-30, 16:08





Let me be your guest
“Be glad of you human heart, pity those who don't feel anything at all.”



Observatrice, Sun-Hee relatait les moindres changements qui s’opéraient sur le visage de son partenaire de beuverie. Quelque chose lui échappait en permanence. Comme-ci, le tableau qu’il présentait sonnait faux. Sa gestuelle était trop parfaite, rien ne semblait entacher son comportement. Parfois, il lui arrivait de percevoir des ombres qui se posaient délicatement sur son visage, et la seconde d’après, l’homme en face d’elle les avait effacés. En tant qu’ancienne psychiatre, elle avait appris à être attentive au langage verbal comme au non-verbal et pourtant lui, s’employait à maîtriser les deux avec une perfection déconcertante. Rien ne laissait supposer le fil de ses pensées. Rien ne trahissait son comportement, il feignait l’indifférence et l’amicalité mais pourtant, l’instinct de Park ne la trompait pas. Il cachait quelque chose. Pour l’heure, la jeune femme n’arrivait pas à savoir si ce qu’elle cherchait la concernait directement, ou si la personne qui était face à elle gardait des comportements adoptés depuis bien trop longtemps pour s’en détacher. Cependant, elle n’avait aucun doute que l’homme face à elle contenait aussi son lot de secret. La question restait encore de savoir lesquels.

Park détaillait le visage de Dazai sans l’once d’une gêne tandis qu’il répondait docilement à ses questions. Son frère était devenu le cœur de la conversation. Il devait sans aucun doute être l’élément déclencheur de l’intérêt que portait cet homme envers elle. Si non, pourquoi venir la trouver dans cet hôpital ? La jeune femme croyait peu aux coïncidences, et elle était certaine que son bon samaritain n’était pas simplement venu prendre des nouvelles de la demoiselle qu’il avait sauvé. Elle n’était pas assez naïve pour croire qu’un homme tomberait sous son charme dès la première rencontre. Elle avait peut-être grandi dans un conte de fée, mais celui-ci n’avait jamais contenu de prince charmant. Oh, elle en avait bien rêvé, enfermée dans sa prison de terre. Mais celui-ci n’était jamais venue pour la libérer d’un doux baiser.

A son tour, Sun-Hee se mit à boire ses paroles. Malgré les soupçons qu’elle avait envers le jeune homme, elle avait toujours eu cette fâcheuse manie d’être curieuse. Et savoir ce qu’avait pu vivre son frère durant son absence, ses rencontres, son mariage, l’intriguait au plus haut point. Après tout, lui comme les autres avait continué sa vie, mais il était sa famille, sa seule famille et elle aimait savoir qu’il avait pu être entouré durant ces deux années. Entendre ainsi parler de son frère qui s’était lancé à corps perdu dans un enquête lui semblait farfelue quoi que sans grand étonnement. Il avait toujours eu un grand cœur. Sun se demandait tout de même ce qu’avait bien pu vivre la victime pour qu’il puisse ressentir le besoin d’aider.
Park constata le regard assombri de Dazai lorsqu’il aborda Samuel. Malgré ce qu’il pouvait dire sur son frère, il semblait assez proche pour pouvoir connaître l’existence du grand loup qui partageait son corps. Elle haussa un sourcil à cette révélation. Nathan n’avait pas pour habitude de prendre pour argent comptant l’avis de Sam. Même si celui-ci avait un instinct plus développé pour flairer le danger, il était aussi vicieux et n’était pas forcément toujours digne de confiance. Du moins, pas lorsque la vie de Nate n’était pas en danger. Mais après tout, elle le disait elle-même, des choses avaient changé en deux ans. Peut-être que Sam et Nate avaient réussi à se mettre d’accord sur certains points.

Une question émergea tout de même dans l’esprit de la renarde, elle avait l’impression que certaines pièces du puzzle n’étaient pas à leur place.

- Dis-moi… pourquoi as-tu cherché à l’accompagner ? Qu’avais-tu à y gagner ? Tu sais pertinemment que mon frère ne te considère pas comme un ami. Mais est-ce pareil pour toi ? L’as-tu fait par charité ? Voulais-tu lui prouver que tu étais digne de confiance ?

Sun leva la main avant qu’il ne réponde.

- Réfléchis bien avant de donner ta réponse. Tu sais… avant tout ça, j’étais psychiatre. Analyser les gens, c’était mon travail. Je ne sais pas vraiment pourquoi je te dis ça. Peut-être n’ai-je pas envie de comprendre ton mensonge ou au contraire, peut-être que je cherche à me persuader que tu seras sincère lorsque tu le feras.

D’une traite, elle termina le reste de vin qui séjournait de son verre.

- Et pour répondre à ta question cette fois. Non, je n’ai pas vraiment appris grand-chose sur mon enlèvement. Je n’ai que des bribes. Je ne comprends toujours pas pourquoi ils m’ont gardé en vie pendant si longtemps. Si c’était mes os qui les intéressaient pour faire un artefact, pourquoi ne pas m’achever dès ma capture ? Quel intérêt avaient-ils ? Était-ce pour piéger mon frère à son tour, mais dans ce cas, pourquoi ne pas m’avoir utilisé comme appât jusqu’ici ? J’essaie de trouver des sources sur les légendes qu’ils proclament, mais je ne trouve rien pour l’instant. Ce monde n’étant pas le nôtre, je suppose que nous n’avons pas les mêmes croyances.

Un soupir s’arracha de ses lèvres.

- Enfin, tout ça pour me dire que je n’avance strictement pas. J’ai même de plus en plus de questions à chaque fois que j’y pense. Je ne sais même pas si ma disparition à un lien avec celle de ma colocataire ! C’est infernal !

Nerveusement, elle s’empoigna les cheveux et posa les coudes sur la table.

- Je suis totalement perdue. Et Nate ne semble pas plus avancé que moi
. Un doux rire amer s’échappa de ses lèvres. Le pauvre est peut-être trop occupé dans sa nouvelle vie en ménage.

De nouveau, elle s’affala sur la banquette.

- Tu dois sans doute trouver ça bête que je ne sache rien sur ce qui m’est arrivée. Mais c’est le cas, je suis aussi perdue qu’une personne qui n’aurait aucun lien avec cette histoire… Elle se mordilla la joue interne. Pour tout t’avouer, j’ai passé le plus clair de ma vie enfermée avant d’arriver à Storybrooke. Encore une fois, un rire amer s’échappa de sa gorge. Je connais à peine mon propre monde. Je ne sais même pas pourquoi nous avons réellement été maudit.

Nostalgique, Sun ferma les yeux un instant.

- Je me souviens seulement que j’avais été attiré par une voix. Celle-ci me sommait de quitter le sentier qui traversait la forêt. Etant une petite fille trop curieuse, je n’ai pas écouté les avertissements de ma famille, et j’ai suivi la voix. Là-bas, il y avait une poupée qui…

Subitement, elle ouvrit les yeux, se rendant compte qu’elle en avait peut-être trop dit. Elle se mordit de nouveau la joue.

- Enfin… peu importe, ça n’a plus vraiment d’importance aujourd’hui.

Cette fois-ci, Park laissa le silence s’installer. Elle avait trop parlé. Elle détestait lorsqu’elle remuait des souvenirs encore trop vifs dans son esprit. Qui plus est, elle l’avait fait face à un homme qu’elle connaissait à peine. Ou alors, peut-être l’avait-elle justement fait parce qu’elle ne le connaissait pas vraiment. Parce qu’elle se disait qu’il fuirait et ne chercherait pas à s’embourber encore plus dans leurs histoires. Il était temps qu’il abandonne. Cet homme ne pouvait pas se lancer dans leur quête sans s’attendre à des dangers auxquels ils ne s’attendaient pas eux-mêmes.


© Mouette / Icon : tumblr / Citation : Marylin Monroe


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

Let me be your guest ~ Ft. Park 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

Let me be your guest ~ Ft. Park Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 724



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2022-02-22, 19:36 « The weak fear happiness itself »


LET ME BE YOUR GUEST ▬ In your world I don't get, let me be your guest. In your life you don't own, let me be your guide ~
LET ME BE YOUR GUEST
SHINJUU
Park

Dazai

Tout petit rôle faisait les futurs grands acteurs. Et la vie du suicidaire, elle, était une véritable scène de théâtre. Il est rare que dans une journée ce dernier ne joue pas la comédie pour faire rire la galerie ou simplement pour dissimuler sa sombre réalité. Il était le plaignant, le fainéant, l'endetté et le bouffon. Puis, parfois, lorsque la situation l'intriguait ou qu'elle manquait de lui échapper, son regard reprenait une sombre teinte brune dont l'éclat se noyait derrière une pupille dilatée. Parfois il s'exposait comme un sniper s'approcherait du bord d'un toit pour observer sa cible. Mais Sun-Hee Park, la sœur de Nathan De Trémaine, n'était pas une cible, pas plus qu'une menace. À première vue, elle lui paraissait mignonne et intelligente. Ses yeux formaient deux grandes billes noires curieuses de tout. Elle semblait avoir ses sens à l'affût et Dazai ne doutait pas qu'au moindre faux pas de sa part, elle pouvait retourner sa veste. N'était-ce pas normal lorsqu'on faisait face à un inconnu qui en savait tant ? Le détective s'engageait lui-même sur un terrain glissant en abordant le sujet de Sam mais tel était son objectif initial. Il saurait obtenir ses réponses.
Elle aussi visiblement.

Dazai n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche que la jeune femme leva sa main face à lui en signe d'arrêt. Il ne dit rien, revint au regard de celle-ci et ne le quitta plus. Une psychiatre ! Le voilà bien tombé, lui qui en cherchait une avec qui passer le temps. Ce n'était pas comme s'il attendait grands changements de ces gens-là, ou peut-être avait-il peur qu'il y en ait un ? Difficile de quitter un Enfer pour pénétrer dans un autre. Et le sien lui semblait comme une maison désormais. En silence, le détective observa Sun-Hee terminer son verre comme déshydratée depuis plusieurs jours. Une pointe de doute le laissa entendre qu'elle n'avait pas terminé de parler et c'est pourquoi il ne se permit pas de répondre dans l'immédiat - au cas où. La seconde suivante, elle avait déjà repris en répondant à la précédente question de Dazai. Beaucoup d'informations s'enchainèrent à cet instant : tout d'abord, elle n'en savait pas vraiment davantage sur sa disparition et se portait naturellement sur des pistes de croyances étranges dont Dazai ne connait pas les sources. Il apprend également qu'elle avait une colocataire et qu'elle pourrait avoir un lien avec le kidnapping. Deux phrases plus loin, la jeune femme partageait déjà dans son attitude et ses propos l'inquiétude qu'elle portait sur l'avancée de la vie de son frère auquel elle restait très attachée. Elle affirma être aussi maudit que ce dernier, puis s'emporta dans des souvenirs dont seul l'asiatique en face d'elle était auditeur. Une poupée... ?

Il était là, habituellement caché derrière le personnage bouffon, le véritable sous-fifre qui observait le monde avec une clairvoyance déconcertante. Il était là, le regard noir, les sourcils légèrement plissés à se plonger à l'intérieur de l'esprit de Park par le biais des informations qu'elle lui avait transmise. En tant que psychiatre, elle était habituée au secret professionnel et devait savoir garder des secrets. Ce qui la faisait chavirer à cet instant... C'était l'alcool.

"Excusez-moi. Dazai leva une main au serveur qui passa à côté de lui. Celui-ci se pressa de les débarrasser avec sourire et légèreté. Je prendrais la même chose, s'il vous plait. Il se tourna vers Sun-Hee a qui il imposait un prétexte. Peu de bars savent faire de bon saké."

Tout naturellement, le serveur se tourna vers la partenaire pour savoir si elle aussi souhaitait reprendre un verre, ce à quoi elle répondu à la positive. Évidemment.

Le silence se réinstalla avec discrétion. Osamu avait déjà pu cerner les pistes explorables avec la sœur de Nathan. Chaque détail avait désormais son importance et saurait être éclairci par le second verre que s'apprêtait à boire la jeune femme. Dès que celui-ci serait terminé, ils partiraient.

"Si ta disparition se trouve être en rapport à votre malédiction, alors celle-ci reste tout autant importante aujourd'hui. Je ne pense pas que balayer le peu de souvenirs que tu aies encore de ta mémoire soit une bonne idée, c'est peut-être même pour ces raisons qu'aujourd'hui il ne t'en reste que des morceaux."

Les verres revinrent à eux, remplis chacun de leur boisson respective, et Dazai perd son regard dans la transparence du liquide.

"Tout à l'heure, tu m'as demandé pourquoi j'avais décidé d'accompagner Nathan à ta recherche alors qu'il ne me considère pas comme une aide à avoir à ses côtés. Il remonta son attention sur la jeune sœur. Je pourrais te dire que je m'y suis rendu pour acquérir sa confiance ou lui montrer que j'étais de son côté, comme il aime le contredire. Malheureusement, ce ne sont pas pour ces raisons que je me suis entêté à le suivre. Je ne cherche pas à prouver ce que je vaux en tant qu'ami, beaucoup d'ailleurs te diront que ça ne s'élève pas à grand chose. La vérité... Il porta un temps d'arrêt, plissa légèrement deux yeux pensifs, est que je ne veux pas qu'il pense que Sam est une aide pour lui. J'essaie de faire en sorte qu'il ne se retrouve pas en sa seule compagnie comme il a du passer une partie de sa vie, persuadé qu'il n'aurait besoin de personne d'autre pour survivre. Sam n'est pas un allié. Tu ne me diras pas le contraire ?"

Entre temps, il avait ramené son corps sur le devant de la table, posé ses coudes sur la tables et joins ses mains devant lui.

"Sun-Hee. Je peux vous aider."

Il posa sa carte de l'honnêteté à plat sur la table. Elle ne semblait pas être une mauvaise personne en plus de tenir à son frère et à son avenir. Elle devait savoir mieux que lui ce que pouvait impliquer une malédiction comme Sam dans la vie de Nathan. Par ailleurs, et cela même si elle ne voulait de l'aide de Dazai, elle se trouvait bien atteinte par l'alcool et donc : les émotions. Une malédiction et un kidnapping irrésolu ne devaient pas faire bon ménage dans l'esprit de la jeune femme à l'heure actuel.

"Après tout, je suis détective. Reprit immédiatement le garçon en fermant les yeux. Enquêter sur des disparitions et des phénomènes inexpliqués, c'est mon travail. Son regard se rouvrit sur Park. Il le laissa se plonger à l'intérieur de l'iris de cette dernière pendant un moment et à ses prochaines paroles, son timbre s'assombrit. Si tu continues d'oublier, Sun-Hee, personne ne pourra empêcher un autre malheur de tomber sur ton frère et toi. Et tu sais pourquoi ? Parce que personne n'aura été au courant de ce que vous vivez actuellement. Parce que depuis le début de votre histoire... C'est vous contre le reste du monde. N'est-ce pas ?"
(c) princessecapricieuse


Park Sun-Hee
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Park Sun-Hee

| Avatar : Kim Ji Won

| Conte : Le petit chaperon rouge
| Dans le monde des contes, je suis : : La sœur cachée

| Cadavres : 38



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2022-02-28, 20:24





Let me be your guest
“Be glad of you human heart, pity those who don't feel anything at all.”



Sun-Hee observait les traits de l'homme assit face à elle. De ses yeux désormais rosés, elle détaillait ses contours d'un air absent, le caressant presque du regard. Jusqu'où pouvait-elle se fier à lui ? Echanger avec lui semblait soulager un poids dans sa poitrine. Ou alors n'était-ce que l'effet de l'ivresse qu'elle commençait à ressentir à travers elle. Park n'avait jamais été une grande buveuse. Enfin, devrait-elle dire qu'elle n'avait jamais vraiment bu, car elle savait pertinemment que l'alcool ne la réussissait pas.

Malgré cela, il lui semblait évident que l'homme à ses côtés la mettait à l'aise. Pire encore, elle le trouvait attirant, comme aucun homme ne l'avait été depuis longtemps pour elle. Etait-ce la solitude qui laissait place à son attirance ou était-il vraiment si beau garçon ? Elle n'arrivait pas encore à le déterminer. Il semblait dégager de ce presque inconnu la sensation qu'il la comprenait parfaitement bien... Les mots qui franchissaient ses lèvres, donnaient vie aux désirs qu'elle enfouissait au fond d'elle-même. Comme ci, cet homme particulièrement était capable d'entendre les cris de son coeur.

Elle avait envie de se noyer dans ses paroles, de laisser libre cours à sa douleur et de se reposer entièrement sur lui. Elle avait envie de boire chaque promesses qu'il lui soufflait à travers ses mots. S'enivrant tout comme l'alcool à travers ses mains, de sa chaleur. Son coeur se pinçait à l'énonciation si réaliste de ses angoisses et pourtant, elle en redemandait encore. Elle voulait l'écouter et se retrouver protéger de ses bras. Que quelqu'un, lui plus que n'importe qui d'autre, la protège pour la petite fille qu'elle avait été et non pour la créature qu'elle était.

Du moins, elle aurait totalement pu se laisser bercer par ses illusions, si elle n'émettait pas encore de résistance à ses propos.

- Tu as tort. Souffla-t-elle d'une voix rauque par l'émotion. Nos malédictions font désormais parti de nous. Nous avons vécu et grandit avec. Elles sont nos faiblesses autant qu'elles sont nos forces. Je ne sais pas ce que je serais, ni qui je serais si je n'étais pas ainsi. Elles ont fait parti de notre construction, malgré qu'elles nous aient privée de certaines choses. Elles ont pu nous en apporter d'autres. Je ne dis pas que Sam est une entité bienveillant, tout comme ne l'est pas Gil. Mais ils font désormais parti de nous. Comment te sentirais-tu toi, si nous te privions de ta source de pouvoir ? Pouvons nous vraiment dire qu'une chose est foncièrement bonne ou mauvaise ?

Lentement, le renarde attrapa l'une des mains que Dazai avait reposé sur la table. Nerveusement, elle se mit à jouer avec ses doigts, fixant désormais la main qu'elle avait saisi.

- Sans cette malédiction, tu ne te serais pas intéressé à nous, n'est-ce pas ?
Nous n'aurions été que de simples habitants de Storybooke parmi des milliers d'autres, banals et sans histoires. Alors dis-moi Dazai, qu'est-ce que cela t'apporte ? Le sais-tu réellement ? Nos démons te font-ils échos ?


Un léger sourire s'étira sur son visage. De sa main libre, la jeune soeur attrapa le verre qu'elle porta à ses lèvres.

- Je n'arrive pas à te saisir Dazai Osamu. A chaque fois que j'ai l'impression de te comprendre, tu me files entre les doigts. C'est comme ci... tu savais pertinemment où je voulais t'emmener et que tu passais ton temps à me surprendre. C'est... déroutant.


Son geste l'était tout autant, mais elle s'abstint d'émettre le moindre commentaire sur ce qu'elle venait de faire. Elle-même n'était pas sûre de la raison pour laquelle elle avait saisi sa main, jonchant pourtant simplement la table. Peut-être avait-elle eu le besoin à cette instant de sentir un contact. De s'ancrer dans la réalité afin de ne pas remonter vers ses propres cauchemars. Malgré l'esprit qui s'embrumait par l'alcool, elle avait eu besoin de garder une part de rationalité à ce qu'elle racontait. D'innombrables fois, elle s'était demandée ce qu'aurait été sa vie sans malédiction. Elle se demandait si elle aurait fait les mêmes rencontres. Si elle aurait autant mûri. Qui elle aurait été. Une jeune fille comme les autres, sans histoire à raconter. Elle savait que c'était mal et pourtant, le pouvoir, la source qui la tenait en éveil parfois la nuit, la rendait vivante. Cela la terrifiait de se dire qu'elle n'aurait pu ne rien vivre de tout ça. Bien sûr, elle ne pouvait nullement dire que sa vie avait toujours été rose, sa malédiction avait apporté son lot de malheur. Et pourtant, dans un coin de son esprit, elle ne pouvait s'empêcher de craindre cette perte de puissance, cette vulnérabilité qu'elle ressentirait si elle n'avait plus rien.

Inconsciemment, elle resserra son emprise sur la main de son compagnon. Ses craintes et ses désirs étaient purement égoïste. Elle se rendait bien compte qu'il n'était pas sage de raisonner ainsi.

D'autre part, Dazai avait peut-être raison lorsqu'il déclarait qu'il était temps pour elle de se souvenir. Elle n'était pas la seule à subir cette malédiction. Nathan aussi et il en souffrait tout autant qu'elle. Avait-elle réellement été la cause de toute leur histoire, où alors celle-ci venait-elle d'autre part ? Etait-ce une coïncidence que cela soit tombé sur la fratrie ? Sun-Hee avait été maudit à cause de son orgueil et de sa curiosité. Mais Nathan, lui qui avait toujours été bon envers autrui, il ne s'était nullement laissé séduire par les voix des sirènes. Peut être que depuis le départ, ils n'avaient pas cherché au bon endroit. Sans doute, que l'explication à leur disparition remontait plus loin que ce à quoi ils s'attendaient.


© Mouette / Icon : tumblr / Citation : Marylin Monroe


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

Let me be your guest ~ Ft. Park 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

Let me be your guest ~ Ft. Park Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 724



Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________ 2022-06-13, 12:23 « The weak fear happiness itself »


LET ME BE YOUR GUEST ▬ In your world I don't get, let me be your guest. In your life you don't own, let me be your guide ~
LET ME BE YOUR GUEST
SHINJUU
Park

Dazai

Tu as tort. Les traits du garçon se crispèrent, déçu. Mais n'était-ce pas prévisible pour autant ? Après tout, Nathan et Sun-hee étaient pareils. Changer l'avis de l'un, c'était aussi changer l'avis de l'autre. Il aurait été illogique que la soeur s'accorde aux remarques de Dazai alors qu'elle plongeait dans le même bain que son frère. Au moins, se disait le détective, et à la différence du médecin, elle acceptait de se confier plus ou moins honnêtement, ce qui ne pouvait être que bénéfique pour l'enquête sur laquelle il s'était lui-même mis. Dazai comprenait où souhaitait en venir la renarde, c'est une réalité qu'il avait remarqué dès lors de sa rencontre avec Nathan. La proximité que celui-ci détient avec Sam ne pourra jamais être égalée par un inconnu externe à son monde. Sam connaissait ses peurs, ses inquiétudes, ses envies et ses plus sombres pensées. Et vice versa... De ce point de vue, l'un et l'autre se devaient être inséparables.

Pouvait-on dire que le pouvoir de l'homme faisait de celui-ci qui il était ? Atsushi Nakajima aurait su répondre à cette question d'une rapidité déconcertante. Kyoka ou encore Akutagawa n'auraient pas eu de mal à s'allier à son avis. Ils avaient appris à accepter leur capacité même si tout pouvait sembler les opposer, et cela pour la simple raison que celle-ci ne saurait tout d'abord jamais leur être retiré - à jamais encrés dans leur passé, leur présent et leur avenir - mais aussi parce qu'en l'acceptant comme une part d'eux-mêmes, ils réalisaient alors à quelle point leur pouvoir les complétait. Comme une pièce d'un large puzzle, elle était irremplaçable et indispensable à leur séjour dans ce monde. Nés avec, comment pouvaient-ils imaginer mourir en l'ignorant ? Cela, Dazai pouvait le comprendre.
Mais le cas de Nathan et de Sun-Hee différait. Ils n'étaient pas nés avec cette malédiction... Ils avaient grandi avec. Et le détective n'avait pas vu les bienfaits d'un corps étranger (Sam, en l'occurrence) dans la vie du médecin. Une journée lui avait suffit pour le comprendre. S'il était possible d'extraire Sam du corps de Nathan, il restait dans un sens persuadé qu'il en serait bénéfique autant pour l'un que pour l'autre. Mais dans l'autre, cependant, si le loup et l'homme se devaient de cohabiter pour le restant de leurs jours dans ce pacte toxique d'une survie commune pour un même corps, alors le travail à faire ne devrait pas être concentré sur Nathan.
Dazai devait chercher à entrer davantage en contact avec Sam. Et cela quitte à prendre des risques pour sa propre vie...

Lorsque Park posa une main sur celle du détective, celui-ci décrocha complètement de ses réflexions, agité. Il ne se retira pourtant pas de son étreinte, laissant la jeune femme jouer pour masquer - non, pour partager - une inquiétude à l'égard d'elle, de son frère... Et peut-être de Dazai, lui-même. Ce dernier rougissait légèrement, il ne s'attendait pas à ce qu'elle se montre si entreprenante avec lui. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle pose ces questions...

"É... échos ?" Il répétait bêtement, un sourire timide au coin des lèvres, dans l'impossibilité de répondre ne serait-ce qu'à une seule de ses interrogations.

Sun-Hee avait attrapé son verre sans daigner relâcher l'emprise qu'elle portait sur le garçon. Non seulement par la main qu'elle tenait mais aussi par le regard qu'elle relevait avec une insistance que Dazai avait déjà su redouter. Il avait déjà plongé dans les iris de la jeune fille, il savait leur intensité, pourtant il ne s'en était jamais méfié à tel point qu'aujourd'hui. Il aurait dû. Regrettait-il, malgré tout ? Lorsqu'elle lâcha prise du regard, il se sentit libéré d'un poids qu'il n'aurait su combien de temps maintenir. Il respira à nouveau tout en réalisant dans quoi il s'embarquait. La petite soeur de Nathan ne tenait décidément pas du tout l'alcool. Si elle n'avait pas été sa soeur, d'ailleurs... Non, ce n'était pas le moment de penser à ça. Ce n'est pas pour ça qu'il l'avait invité.

"Sun-Hee."

Elle avait raison sur un point, plusieurs même mais surtout un. Dazai savait où il allait dans cette histoire. Il savait qui il guidait et où il les conduisait. C'est vrai, la jeune femme avait un fort pouvoir sur lui - qu'il avait sous-estimé à cet instant - mais il ne saurait pas pour autant dévier de la route qu'il avait décidé d'emprunter. Il saurait obtenir les réponses à ses propres questions, lui aussi.

"Où veux-tu m'emmener ? Il serra à son tour la main qu'elle s'était évertuée à maintenir dans la sienne, redressant sur elle un sourire calme et confiant. Maître du chemin qu'ils prenaient ensemble. Finalement, reprenait-il un temps après, cette malédiction qui vous atteint, ton frère et toi,... N'en est pas tant une à t'entendre. Je me trompe ? La distance que leur obligeait la table qui les séparait, Dazai faisait en sorte de passer au-dessus par l'illusion ; il ne lâchait en rien son étreinte pas plus que le regard qui les reliait. Tu as peur de ce que tu deviendrais si elle venait à te laisser tomber un jour. Parce que c'est ça, qui pourrait arriver. Cette malédiction ne faisant pas partie intégrante de toi, il est tout à fait possible qu'elle te soit retirée - qui sait comment - et qu'elle ne te revienne plus de droits. Que tu ne sois plus elle, elle plus toi. Et alors... Stratégiquement, le garçon relâcha délicatement son emprise de Sun-Hee, quittant peu à peu sa paume, frôlant ses doigts jusqu'à s'en détacher aussi douloureusement qu'une partie d'elle-même pouvait se détacher d'elle. Que resterait-il de Sun-Hee Park ? Qui serait elle réellement ? Une jeune fille sans histoire pour une vie ordinaire et sans profondeur. Une jeune fille... à laquelle un détective comme moi n'aurait pas prêté attention et ne le ferait jamais car aucun mystère ne l'entourerait, elle et son existence prévisible."

Le poids du corps de Dazai vira de bords et celui-ci s'appuya contre le dossier de sa chaise, creusant l'espace entre lui et la jeune femme à qui il avait brisé la bulle.

"Egoïstement, n'est-il pas plus simple de se cacher derrière une histoire dont on ne tient pas réellement les fils pas plus qu'on en est l'auteure ?"

Sans souhaiter davantage enfoncer le couteau dans la plaie, le suicidaire conclut par un vague soupir qui décontracta ses membres engourdis par cette vague perte de contrôle qui le submergea un peu plus tôt. Il n'était pas du genre à couler si facilement. Les épaules détendues, il se redressa de sa place, s'avança du côté de Park, la soeur de Nathan - se rappelait-il sans cesse - et posa une main tendre sur ses cheveux bruns.

"Si c'est ce que tu penses, alors c'est que tu as effacé le principal de ta mémoire et que tu refuses toujours d'y faire face. A la place, ton histoire, ton identité, se cache derrière un sort bien plus grand que toi dont tu as accepté d'être l'ombre seulement."

Lentement, Dazai posa un genou à terre pour atteindre la hauteur de sa cliente. Sa main quitta le crâne de cette dernière et se posa modestement sur le siège pour garder l'équilibre de sa position.

"Je te le demande encore une fois. Qui es-tu ?"

(c) princessecapricieuse


Contenu sponsorisé




Let me be your guest ~ Ft. Park _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Let me be your guest ~ Ft. Park





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Médecine & Science :: ➹ L'hôpital



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser