« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

Partagez
 

 Double Je ❧ Alastor J. Reedio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Aloysius Black
« Before we begin, I must warn you... NOTHING here is vegetarian. »

Aloysius Black

| Avatar : Mads Mikkelsen

Double Je ❧ Alastor J. Reedio 4foa

Sweet dreams are made of this...

Double Je ❧ Alastor J. Reedio Jvux

Who am I to disagree ?



| Conte : Le roi Lion
| Dans le monde des contes, je suis : : Scar

| Cadavres : 378



Double Je ❧ Alastor J. Reedio _



________________________________________ Dim 5 Déc 2021 - 23:38 « Before we begin, I must warn you... NOTHING here is vegetarian. »

Double Je
“La raison est un glaive double et dangereux” Michel de Montaigne

La neige avait commencé à tomber abondamment en ce début de décembre. Il était assez tard et Aloysius était toujours aux fourneaux, à perfectionner ce repas qui serait le sien, le 26 Décembre prochain. Les invitations étaient lancées, tout était prévu, il serait l’hôte d’un repas mondain exceptionnel, notamment pour décharger Georgia Dorian qui avait fait celui de l’année précédente et parce qu’il adorait se mettre en avant ainsi. La cérémonie tomberait pile le jour de son anniversaire en plus de cela, de quoi le déguiser sous une petite fête de Noël tout en ayant la première place en ce grand jour. Et pour que tout soit parfait, il n’était pas question de laisser ce grand repas au hasard. Le psychiatre aimait innover dans sa nourriture qu’il offrait à ses convives : Italie, France, Japon, Etats-Unis, toutes les gastronomies étaient révélées sous ses mains expertes.

Les seules difficultés pour ce genre de soirée étaient la quantité de nourriture à préparer et la matière première. Pour cette dernière, il avait passé les derniers mois à remplir ses grands frigos et à analyser les victimes parfaites en vue de l’évènement, ce qui ne devait de ce fait, pas poser de problème. Pour la quantité en revanche... Il avait prévu nombre de petits amuses-bouches à l’apéritif qu’il se devait de réaliser à la main et s’assurer que le personnel qu’il avait embauché pour l’aider à tout confectionner ne comprenne pas à quel type de viande ils avaient affaire était un travail d’orfèvre en soit. Pourtant, cela n’inquiétait pas Aloysius, il l’avait déjà fait à de nombreuses reprises auparavant, il n’y avait pas de raison que cela pose problème cette fois-ci. Il ne restait plus qu’à faire preuve d’inventivité et de maîtrise, à affiner les jambons qui devaient l’être, à trouver les cuissons et les accords parfait qui raviraient les papilles de ses invités.

Il avait déjà essayé trois amuses-bouches différents en cette soirée et il s’était accoudé à sa table de travail pour les admirer, satisfait. Un verre de vin non loin de lui, il contemplait la grâce avec laquelle il avait assemblé les différents ingrédients et à quel point les accords seraient sans aucun doute savoureux. Non, décidément, ce précepteur était bien meilleur à présent qu’il ne l’avait jamais été de son vivant. Il avait porté son verre de vin à ses lèvres quand la sonnette avait retenti, le sortant de son moment d’intimité. Observant l’heure sur le four, il se demanda alors qui pouvait bien lui demander des nouvelles aussi tard et se dirigea lentement vers la porte d’entrée pour y découvrir non sans surprise un jeune homme qu’il affectionnait malgré ses manières qui laissaient parfois à désirer :

— Bonsoir Alastor, il est tard... quel bon vent t’amène ?
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite


Alastor J. Reedio
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Alastor J. Reedio

| Avatar : Thomas Doherty

Double Je ❧ Alastor J. Reedio Q81c
•••
Early in the morning I still get a little bit nervous
Fightin' my anxiety constantly, I try to control it
Even when I know it's been forever I can feel the spin
Hurts when I remember, I never wanna feel it again

Double Je ❧ Alastor J. Reedio Tiy8
•••
I don't wanna lose control
Nothing I can do anymore
Tryin' every day when I hold my breath
Spinnin' out in space pressing on my chest

I dOn'T wAnNa lOSe coNtRoL

Double Je ❧ Alastor J. Reedio Ql3o
•••



| Conte : Hazbin Hotel ♦ Black Butler
| Dans le monde des contes, je suis : : Alastor ♦ Undertaker

Double Je ❧ Alastor J. Reedio 210507081441584399

| Cadavres : 773



Double Je ❧ Alastor J. Reedio _



________________________________________ Dim 2 Jan 2022 - 21:48

Double Je
Nous sommes tous à la recherche d'une personne dont les démons s'entendent bien avec les notres

Pourquoi avoir tenu tant d'années pour que la vérité explose aujourd'hui ? Alastor perdait le contrôle de lui-même, de l'autre qui était en lui.

Il est dit qu'en chacun se trouvaient des démons si bien cachés que la plupart des hommes qui les hébergeaient n'y voyaient que leurs ombres, un vague reflet de ce que ces créatures représentaient vraiment. Déni ou ignorance, la question ne se posait pas : il fallait les éviter dans tous les cas. Être rattrapé par ses démons, qu'on disait, c'était perdre la face et sa civilité, ce qui faisait d'un Homme quelqu'un de juste, d'honorable et de respectable. Quelqu'un de fréquentable. Les aliénés étaient bannis de ce monde, marginalisés pour ne pas viser un idéal purifié du pêché. Ils ne méritaient pas d'être approchés, traîtres et lâches, viles et pervers. Les démons étaient, pour l'Homme, le mal absolu. Et Alastor, de son vivant, comprit pourquoi lorsqu'il fit face aux siens et se consacra aux meurtres et à la violence. L'Homme avait peur de ce mal car celui-ci était son mal et qu'il faisait, par essence, parti de lui. Il ne pouvait pas s'en débarrasser, alors à défaut de le faire, il le disgraciait. Car, si faisant face à celui-ci, il s'acceptait lui-même dans son entièreté, c'était le monde qui allait le disgracier pour s'être vu tel que l'Homme est réellement.
La Terre s'attache à des règles ennuyeuses et ridiculement compliquées. Le Paradis est à la même échelle - en pire encore -. Seul les Enfers renversent complètement la balance, font éloge aux démons qui rongent notre âme et exterminent ce qui les empêchait de respirer.

Alastor n'a pas vécu longtemps en ignorant cette créature qui sert ses intérêts, donne sens à son existence. Une fois mort, il s'est retrouvé très puissant, embrassant entièrement l'obscurité et les sentiments négatifs. Haine, vengeance, mépris... Pouvoir. Le Radio démon n'a pour ainsi dire jamais vraiment été en conflit avec lui-même jusqu'à ce qu'une autre identité interfère avec la sienne. Maintenant, il comprenait mieux les disgrâces des Hommes et leurs difficultés à passer au-dessus. Imprégnée dans son âme, comme dédoublée, quelqu'un d'autre de pourtant, sur bien des choses, différait de lui, existait. Un dieu de la mort, qu'il disait dans son univers fictif, un homme aux longs cheveux blancs, au visage de jeune homme mais qui tenait des siècles d'existence derrière lui et une histoire bien sombre à sa façon. Alastor connaissait tout de cet homme et lui connaissait tout du démon. Ils cohabitaient simplement dans un même corps que le propriétaire a vite tamponné sous son nom avant de mettre le colocataire en retrait. Il n'y avait pas de raisons qu'il fasse des siennes, il n'existait pas réellement, était seulement une invention de l'esprit d'un enfant dans lequel le démon s'était trouvé enfermé. Undertaker n'existait pas.

"Si je commence à croire qu'il existe et à en parler comme un être à part entière, je n'aurais alors plus de contrôle sur lui et il prendra sa place comme une véritable personne."


C'était ce qu'Alastor avait dit une fois à la seule personne qui connaissait son secret. Cet homme venait de Storybrooke, il était reconnu aujourd'hui comme un ancien maire, un ancien lion aux ambitions tyranniques (bien plus calme aujourd'hui), mais surtout comme un psychologue réputé. Tout d'abord patient, Alastor a fini par devenir un ami. Il faut dire qu'il ne s'était jamais véritablement comporté comme un patient. Il n'avait pas pris rendez-vous comme un patient, il ne s'était pas présenté comme malade, il ne parlait pas à cet homme comme on devait parler à un psy. Un autre psychologue aurait pu le mettre à la porte mais celui-ci ne l'a pas fait. Alastor appréciait Aloysius Black, de son nom. Mais ce qui a fait la différence, c'était qu'Undertaker aussi l'appréciait beaucoup. Il n'était pas trop bavard, à l'écoute, il avait un certain tact, une certaine aisance de la parole. Il avait de la tenue. Pour dire : Aloysius était intriguant pour le démon et amusant pour le "dieu" de la mort. Peut-être comme un intermédiaire, il était de mèche avec les deux personnalités.

Cela jusqu'à ce qu'il quitte la ville pendant un temps. Ce n'était pas grave, au fond, Alastor avait d'autres choses à penser mais songeait à ce que le départ du psychologue annonce aussi un retour triomphant. Allait-il conquérir le monde ? Un certain Erwin Dorian s'en était chargé à sa place. Peut-être que le lion était bien au-dessus de tout cela désormais, peut-être avait-il changé, lui aussi ? Non, impossible. Il ne fallait pas que lui aussi change, que le temps l'ait eu à son tour.

Sonnant à sa porte, ce soir-là, Alastor se présentait face à Aloysius. À première vue, du moins, on aurait pu le croire. Seulement les rires, légers, de ce dernier lorsqu'on le nomma laissa taire tout soupçon.

"Il n'a pas pu être là, malheureusement." Levant du bout des doigts une note, il la présenta à l'hôte.

Celle-ci avait été écrite sous l'écriture d'Alastor, demandant à Undertaker de se rendre chez Aloysius pour régler les problèmes qu'il causait. Ça n'avait pas beaucoup impacté Undertaker même s'il comprenait la démarche et les motivations. Sans broncher, il s'était exécuté jusqu'au seuil de porte du psychologue. Lorsque celui-ci eut terminé de lire, que son regard remonta à l'habité, celui-ci ternit son regard d'un vert foncé, sombre. Il esquissa un sourire mi-satisfait, mi-condamné.

"Je pense que quelqu'un a fini par exister comme une personne à part entière."

Il attendait l'invitation à entrer, car il ne comptait de toute évidence par rester dehors pour parler... Savait-il seulement de quoi il devait parler ? Les problèmes qu'il causait concernait entre autre Alastor plus que lui-même. S'il s'était rendu jusqu'ici, c'est simplement car une part de lui - aussi - s'inquiétait des retombées d'une coexistence à longue durée. Il supposait que cela devait cesser mais c'était une chose à laquelle il allait songer plus tard. Sentant une odeur de viande à l'intérieur de l'habitat, Undertaker se consterna d'une mine ternie.

"Si tu souhaites que je repasse un autre jour, je comprendrais."

Des deux, c'était lui qui appréciait le moins les tendances cannibales de l'ancien maire. Alastor y avait déjà porté intérêt, donc c'était plutôt quelque chose qu'il comprenait. Son alter-ego toujours pas, bien au contraire.
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
DIE SURVIVE

≈ Help me being strong. I can't take it anymore...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85221-the-world-is-a-stage-
 Page 1 sur 1

Double Je ❧ Alastor J. Reedio





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Quartier Nord