« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

La Galette du Roi (Mairie) ☣️ Les Events Multijoueurs dispo actuellement ☣️ Un Barbecue Olympien (Saison 9, Event #1)
Le Deal du moment : -33%
HISENSE HS214 – Barre de son bluetooth – ...
Voir le deal
69.99 €

Partagez
 

 Refus d'obtempérer [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


ϟ Sinmora ϟ



« Un Bâton, pour les
Gouverner Tous ! »


Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

Refus d'obtempérer [Fe] 8y3q

« Je suis la meilleure
avec un bâton ! »


Refus d'obtempérer [Fe] Uplf

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

Refus d'obtempérer [Fe] Rey200

| Cadavres : 6195

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 6 ans...


Refus d'obtempérer [Fe] _



________________________________________ Jeu 13 Jan 2022 - 15:59 « Un Bâton, pour lesGouverner Tous ! »

<

« La lecture est une amitié...
...et aussi un piège !!»
▼▲▼

Il parait que la lecture est une amie. On peut vivre beaucoup d'émotions quand on plonge notre regard dans les méandres d'un roman. On peut être heureuse, sceptique, intriguée, impatiente, en colère, triste. On peut pleurer. On peut rire. On peut s'émerveiller. On peut partager ce moment avec notre amie, en solitaire, ou à plusieurs. Mais il arrive aussi que la lecture... soit un vice.

Dans ce cas, ça devient quelque chose de mauvais. Quelque chose de malsain. Quelque chose qui n'est pas censé se pratiquer ici, dans une bibliothèque, où se mélangent tous les genres, tous les êtres humains. Où la lecture se met à encombrer votre mémoire et à vous empêcher de penser. C'est ce qui m'est arrivé ce jour là. Ou plutôt c'est ce à quoi j'ai été confronté contre ma volonté.

Tout a débuté une matinée. Je me suis rendue à la Bibliothèque de Storybrooke, celle qui se trouve dans la tour de l'horloge, afin d'y emprunter divers bouquins. Je cherchais un manuel de cuisine. J'avais envie de m'améliorer dans ce domaine. C'était quelque chose qui émanait de ma volonté. Je voulais préparer divers petits plats et les partager avec les autres locataires du Cottage. C'était de cette manière que je voulais contribuer à notre vie en communauté.

Tout en farfouillant, je trouvais qu'il faisait quand même sacrément chaud ici. Du coup, j'avais ôté mon pull. Je l'avais posé juste à côté de moi, dans un étage qui semblait vide. Ca n'allait déranger personne. Je portais un débardeur et je pouvais ainsi, continuer à chercher sans pour autant cuire sur place.

Tout en prenant un livre, le reposant, en piochant un autre, j'avais remarqué la présence de cette homme, à quelque pas de moi. Lui aussi cherchait un livre. Je n'arrivais pas à distinguer lequel. Est-ce qu'il était ici pour trouver quelque chose relatant un récit historique ? Un roman à l'eau de rose ? De la prose ? Et pourquoi il me disait quelque chose ? C'était pour cette raison que je jetais plusieurs coups d'oeils dans sa direction. Mais aussi parce que quelque chose avait attiré mon attention. Un livre. Il se trouvait dans une étagère entre nous deux. Il venait de bouger, tout seul. Un petit peu vers l'avant. Puis à nouveau un petit peu. Au final, il était tombé.

J'avais regardé l'homme, surprise. Etait-il responsable de cela ? Je savais que certaines personnes étaient capable de pratiquer de la magie, notamment à distance. Mais pourquoi aurait-il fait tomber ce livre ? Il souhaitait que je le ramasse ? Il me tendait un piège ? Pourquoi mon imagination devenait tout à coup si débordante ? Fallait que je me ressaisisse. Le livre était simplement tombé.

M'approchant pour le ramasser, je fus surprise de voir qu'un regard m'observait. Il y avait un homme de l'autre côté de l'étagère. C'était donc lui qui avait fait tomber le roman de notre côté ? Le livre s'intitulait "Une brève histoire du Temps", d'un certain Stephen Hawking. Le Temps... c'était lié à Elliot ? Voulait-il m'envoyer un message à travers ce roman ?

De l'homme qui se trouvait dans le rayon de l'autre côté, je ne voyais que son visage. Il venait de mettre son index sur sa bouche, m'intimant le silence. L'inconnu qui était à côté de moi et qui me donnait l'impression de l'avoir déjà vue, observait lui aussi la scène.

« Chut ! Ne dites rien ! » s'exclama l'homme qui avait fait tomber le roman. « Et toi rhabille toi vite ! »

Je ne su quoi répondre. Que me disait-il ? Ou alors... à qui parlait-il ? Il y avait du bruit derrière cette étagère. Apparemment, il n'était pas seul.

« Remettez le roman et faites comme si de rien était ! » nous lança t'il.

Mais qu'est ce qui se passait de l'autre côté ? C'était donc un simple accident que ce livre tombe entre nous ? Et aucunement quelque chose lié à Elliot, ou à quoi que ce soit de divin ? Pourquoi j'imaginais toujours des trucs aussi énormes, alors que la vie parfois pouvait être toute simple ? Il n'était pas toujours obligé de nous arriver plein de choses !

« Vite ! » s'exclama une nouvelle fois l'homme que j'entendis partir.

Je tournais la tête vers l'inconnu, tout en remettant le livre en place. J'allais lui demander si il comprenait ce qui venait de se passer, mais au même moment, on nous interpella.

« C'est eux ! Ils sont là ! » lança la vieillie dame.

Je l'avais croisé à l'entrée. Elle semblait être la responsable des lieux. Elle avait des lunettes qui donnait l'impression vue la taille de ses yeux dedans, qu'elle ne voyait pas grand chose. Et juste comme ça... comment ça c'était nous ? Nous quoi ? Et pourquoi cet homme et cette femme habillés en policiers l'accompagnaient ?

« Alors c'est donc vous ? »

« Nous ? » demandais-je en jetant un coup d'oeil vers l'inconnu.

« Il est interdit de s'adonner à ce genre de choses dans une bibliothèque. Même quand on est jeune et sexy. » précisa t'il, avant de recevoir un coup de coude de sa partenaire. « Quoi Hopps ? En tout cas, c'est interdit. » ajouta t'il.

« Qu'est ce qui est interdit ? » demandais-je sans trop comprendre.

Sans laisser le temps à l'inconnu de répondre, le policier nous coupa.

« Vous savez... » dit-il avec un air entendu. « Vous, lui... vous deux... enfin... c'est pas la première fois qu'on nous fait ce coup là ici. Je dois bien avouer que vous êtes plus rapide pour vous rhabiller que les précédents. D'ailleurs... l'un de vous est un sorcier ? Vous êtes obligé de nous le dire dans ce cas là. Et interdiction de disparaître. On a vos noms et prénoms de toute façon. »

Mais qu'est ce qu'il racontait ? Sa partenaire lui donna un coup de coude une nouvelle fois et prit la parole.

« Ce qu'il veut dire, c'est qu'il nous faut votre identité. Et qu'ensuite, vous nous accompagnez. »

« Qu'on vous accompagne, où ? »

« Hé ma jolie... » laissa échapper le premier flic. « Ce que vous faites, entre vous ne nous regarde pas. Sauf si c'est en public. Après, je comprend hein. Moi aussi les livres m'excitent. Enfin pas ceux sur la cuisine. C'est assez particulier d'ailleurs. »

Il insinuait quoi ? Je... on n'avait... hein ? Ah ! Il confondait avec les gens de l'autre rayon sans doute. Ca voulait dire qu'ils... ola... je ne voulais pas imaginer. Je pris un air de dégoût.

« Exactement, moi aussi ça m'écoeure tout ça. »

« Non ! » le coupais-je. « Ca ne m’écœure pas. Enfin ce que vous croyez, si. Mais ça, non. »

« Ca quoi ? » répondit-il.

« On ne faisait rien, nous. » le coupais-je.

« Bien sûr. Et le débardeur c'est pour aller avec l'hiver. » précisa t'il.

J'allais dire quelque chose, mais il n'avait pas tord sur ce coup là. Savait-il qu'il faisait chaud, ici ? Je lui indiquais le pull que j'avais posé un peu plus loin.

« J'ai un pull. »

« Tu avais. Et qu'importe si c'est lui qui te l'a retiré ou toi, tu l'as plu. Allez, on vous emmène au poste. »

« Non ! » le coupais-je une nouvelle fois.

« Et en plus y'a refus d'obtempérer. Donc, si on calcule, ça fait exhibition dans une bibliothèque, rapports sexuels dans cette même bibliothèque et refus d'obtempérer. Et ben dit donc, y'en aura de la paperasse. »

« Dites lui qu'on ne faisait rien. » dis-je à l'inconnu, avant de me rappeler où je l'avais sans doute déjà croisé. « Sherlock ? Vous êtes avec lui ? »

C'était pas une fois au loin que je l'avais vue avec Sherlock, juste avant qu'il me parle de son assistant dont je ne me souvenais plus le nom ?

« Eh ben. Ca vous surprend que ce ne soit pas toujours la même ? Je suis sûr que dans son casier il n'est pas à sa première. Bien que Sherlock c'est un nom de mec, non ? Oula... moins sexy un mec, mais bon... chacun ses goûts. Allez, suivez nous. »

Il n'était pas question que je le suive ! D'ailleurs, il l'avait sans doute compris. D'où le fait qu'il venait de sortir un petit appareil de sa poche. C'était quoi ça ? o_O

CODAGE PAR AMATIS






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Parfois, lire est un plaisir...
... d'autres fois, c'est un CRIME !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


ϟ John Watson ϟ



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


John Watson

| Avatar : Dan Stevens

| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Dr John Watson

Refus d'obtempérer [Fe] MVyUygr

| Cadavres : 110

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 1 an...


Refus d'obtempérer [Fe] _



________________________________________ Lun 17 Jan 2022 - 21:04



Refus d'obtempérer
♤ ♡ ♤
Une note en papier en main, il conduisait rapidement jusqu'à sa destination, malgré le fait qu'il soit presser il respectais quand même le code de la route, mais il roulais un peu plus vite qu'il n'en n'avait l'habitude. Une fois arriver, il laissa à peine le temps à la personne qui venait de quitter sa place de parking pour la prendre, le temps de son créneaux il ralentis légèrement la cadence pour ne pas tamponner les deux voitures qui se trouvait devant et derrière lui. Après s'être détacher et avoir bien fermer sa voiture, il se précipita à l'intérieur de la bibliothèque, le regard noir que lui lança la femme derrière le comptoir de l'accueille lui fit bien vite comprendre qu'il avait intérêt à ralentir sinon il était bon pour faire demi-tour. Lui offrant un maigre sourire, il s'avança vers elle.

"Bonjour madame, ça serait pour un renseignement."Il serait le papier qu'il avait en main avec un peu plus de force, il avait besoin de savoir.

"Ça tombe bien, vous êtes au bon endroit." Avait-elle répondu, soupe au lait.

"Je cherche les romans de Sir Arthur Conan Doyle."Malgré le ton employé par la vieille dame derrière le comptoir, le bon docteur resta souriant et polie, tout le monde avait le droit d'être de mauvaise humeur, ce n'était pas lui qui ferait la moindre remarque.

"Vous allez à l'étage, et vous chercher la partie fictions, puis la partie roman policier." Et sans ajouter quoi que ce soit de plus, elle reprit son travail à tapoter sur son clavier.

"Merci."John quitta le comptoir et parti en direction de l'étage pour chercher ce dont il avait besoin, dépliant une fois arriver la note qu'il avait dans la main pour relire les titres.

- Une Etude en rouge
- Le signe des quatre
- Le chien de Baskerville
- La vallée de la peur

Il avait trouvé toute une longue liste d'autre titres de roman, mais il était certain qu'il ne les trouverais peut être pas dans une bibliothèque, mais peut-être que les quatre sur sa liste si; il se mit donc à chercher frénétiquement dans le rayon indiquer un des quatre roman dont il avait besoin, pour savoir si ce qu'il avait lu sur internet était vrai. Ca ne lui pris que quelques minutes, mais il finit par trouver le chien de Baskerville, le retirant de son rayon, il lut le résumer sur la quatrième de couverture avant d'ouvrir le livre pour survoler les premières lignes de l'histoire, elles étaient écrite à la première personne, un certain Watson semblait raconter l'histoire. Certains détails lui sautèrent aux yeux, comme quoi les deux protagoniste ce vouvoyait alors qu'il ne l'avait fait que très peu de temps avec Sherlock, mais aussi que la période était différente, mais l'histoire aussi, ça ne s'était pas dérouler exactement comme il le lisais et c'était très bizarre. Il referma bien vite le livre et le reposa à l'endroit où il avait trouvé, pour ensuite s'éloigner de quelques pas. C'était étrange, très étrange, de savoir que dans ce monde-là, il était considéré comme un personnage de livres à succès, une personne qui lui ressemblais, mais qui n'était pas vraiment lui, c'était un peu le ressentit qu'il avait depuis qu'il était revenu en ville, d'être John Watson, sans l'être vraiment. Sortant de ses pensée, il quitta se rayon pour se diriger vers un rayon au hasard; ses pas le mena dans leur rayons livres de cuisine, il n'avait vraiment pas besoin de livre de recettes, mais par simple curiosité et pour se changer les idées, il pris un livre au hasard.

Il lui fallut quelques secondes pour remarquer qu'une jeune femme jetais des coups d'œil dans sa direction, mais il ne réagit pas tout de suite, à force de travailler aux côté de Sherlock, il avait pris divers habitude, comme repérer quand quelqu'un vous regardait de temps en temps avec insistance. Il finit par lever le regard de son livre de cuisine, pile au moment où un livre qui se trouvait entre eux alla s'écraser sur le sol, quelqu'un ou quelque chose semblait l'avoir fait tomber; le docteur s'avança de quelques pas pour le ramasser mais la jeune femme fut plus rapide, alors il s'arrêta dans son élan mais ne se recula pas, méfiant. La suite rajouta encore plus d'étrangeté dans la vie de John, car une voix se mis à parler, un homme se trouvait donc de l'autre côté et rien qu'en écoutant le bruit qu'il y avait, il n'était pas tout seul, mais que ce passait il donc dans cette bibliothèque ? La jeune femme semblait tout aussi perdu que lui ce qui était un poil rassurant, au moins elle n'était pas complice de ce qui se passait, sauf si elle jouait la comédie pour mieux le tromper. Hors une fois le livre remis en place, plus rien d'étrange ne se passa, à la place deux policier venait de faire irruption dans leur rayons, accompagner de la vieille dame du comptoir qui semblait toujours aussi de mauvaise humeur.

Il était apparemment accuser d'avoir couché avec la jeune femme dans un rayon de bibliothèque alors que ce n'était pas du tout le cas et les deux policier voulais les embarquer au poste de police sans la moindre preuve de ce qu'ils avançait mise à part le faite que la demoiselle avait retirer son pull; John leva les yeux au ciel, c'était affligeant de voir que même dans une ville différente, la police était si incompétente, si il avait été Sherlock, il aurait déjà pris la parole pour le dire, mais il ne l'était pas, alors il attendis tout simplement, que tout le monde veuille bien se taire un instant, il baissa le regard vers les mains de l'homme qui venait de sortir un tazer.

"Vous aller vraiment nous tazer pour ça ? Vous avez complétement péter les plombs ? On à rien fait du tout, on est pas des grand criminels, alors je voie vraiment pas pourquoi l'utilisation d'un tazer serait nécessaire."

"Si vous continuer de refuser de coopérer oui."Répondit le policier.

"Encore une fois, il n'y a aucune raison pour nous tazer, nous ne sommes ni des criminelles en fuites et nous ne sommes encore moins en train de vous viser avec une arme, donc je ne comprends pas."Sa collègue, qui semblait un poil plus raisonnable, fit en sorte qu'il range le tazer avant de se tourner vers nous.

"Juste, venez avec nous, on s'expliquera au poste de police, et si rien n'est arriver on vous laissera repartir."

"On a rien fait du tout, vous n'avez aucune preuve de ce que vous avancez."

"On a un témoin oculaire, c'est assez pour vous embarquer."Il désigna la vieille dame et John se retint de lever les yeux au ciel une nouvelle fois, il fallait qu'il se montre raisonnable, si il ne voulait pas que tout parte de travers.

"Si vous le dite."Il n'allait surement pas les suivre, mais les deux policier ne semblait pas d'accord avec ce choix, car ils finirent par bouger pour se placer derrière eux avant de les pousser de force en direction de la sortie, une fois dehors, ils se stoppèrent tous les deux, les relâchant.

"Elle est passé où la voiture ?"

"Aucune idée ... elle était là quand on est arrivé pourtant ... tant pis on réquisitionne un véhicule."Ils s'avancèrent tous les deux en direction du petite voiture rouge à quatre place. "On est de la police, on réquisitionne votre véhicule, veuillez passer au poste de police pour le récupérer."Il attrapa les clefs des mains d'un jeune homme qui le regardais faire stupéfait, avant que la policière n'ouvre la porte de la banquette arrière, indiquant à John et Nora de monter à bord. Une fois les deux à bord, ils prirent la direction du poste de police.

"Désoler, je vous ai pas répondu tout à l'heure, mais oui, je connais Sherlock."Il dit à voix basse à la jeune femme, lui offrant un sourire gentil, autant faire la conversation le temps qu'ils arrivent poste, mais assez discrètement pour éviter que les deux autres n'entendent. "C'est vous Nora ? "



⇜ code by bat'phanie ⇝


ϟ Sinmora ϟ



« Un Bâton, pour les
Gouverner Tous ! »


Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

Refus d'obtempérer [Fe] 8y3q

« Je suis la meilleure
avec un bâton ! »


Refus d'obtempérer [Fe] Uplf

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

Refus d'obtempérer [Fe] Rey200

| Cadavres : 6195

Poussière de Fée
Votre inscription remonte à plus de 6 ans...


Refus d'obtempérer [Fe] _



________________________________________ Mer 19 Jan 2022 - 18:31 « Un Bâton, pour lesGouverner Tous ! »


« La lecture est une amitié...
...et aussi un piège !!»
▼▲▼

C'était moi Nora ? Ca voulait dire que Oui c'était bien lui que j'avais vue une fois avec Sherlock. Il connaissait mon nom mais j'ignorais le siens. Se pouvait-il que Sherlock lui ait parlé de moi en omettant de me parler de lui ?

- Bonjour dites moi votre commande.

Je tournais la tête vers le siège conducteur. On était à l'arrière d'une voiture de police. Cette dernière s'était arrêté devant une borne qui parlait.

- Je vais prendre un Big Mac avec une fritte. Ajoutez y un soda sans sucre. Tu veux un truc ?

- Vous avez des carottes bio ?

- Bien sûr. Je vous met tout ça. Ça sera tout ?

Ils passaient commande pour de la nourriture avec nous dans la voiture ? Je me demandais à quel genre de flics on avait à faire. Tournant la tête vers l'inconnu qui connaissait Sherlock, je poursuivais la discussion.

- Sinmora. Et je connais Sherlock. On a...

Comment pouvais je décrire Sherlock vis à vis de moi ? On est en couple ? On se drague simplement ? On est amis ? Connaissances ? J excluais déjà la côté simple connaissance. On avait passé ce stade depuis longtemps.

- On a enquêté ensemble quelque fois.

C'était une bonne façon de décrire notre relation. Des enquêteurs. Ce n'était pas un mensonge. On avait été confronté à diverses choses dont un clown.

- Vous le connaissez comment ?

La voiture démarra. On avait désormais une odeur de viande et de frittes dans la voiture.

- T’étais obligé de lui rendre le paquet de frittes ?

- Quelle importance ? Tu n'en manges pas. Et j'avais demandé une fritte pas tout un paquet. Tu en veux la moitié ?

Je le voyais d'ici montrer la fritte à sa coéquipière. Ils étaient véritablement bizarre.

- Oh punaise, regarde !

Au loin un homme traversait la route. Il portait dans ses mains quelque chose de pas très grand et ensevelis sous un vêtement.

- Tu crois que c'est lui ?

- Faut qu'on vérifié !

La voiture se stoppa net. On fût un peu bousculé avec l'inconnu.

- Vous restez la on va enquêter.

Voilà qu'ils nous laissaient la en pleine rue. J’hésitais avant de crier victoire.

- Ils... Nous laissent... Seuls ?

Ils venaient réellement de faire ça ? On devrait sûrement en profiter. Car d'un ce n'était pas une voiture de police. Et de deux... On n'était pas menotté. Ce qui signifiait que nos portières pouvaient s'ouvrir. D'ailleurs je n'attendis pas pour ouvrir la mienne et sortir de mon côté.

- Ils nous ont vraiment laissé seuls. J'espère que ce n'est pas eux qui arrêtent les véritables criminels.

On été libre. Libre de partir et de retourner à nos occupations.

- Je... On n'est pas obligé de les attendre n'est ce pas ?

Ils étaient entrés dans un immeuble. Le même que celui où c'était rendu la personne qui avait traversé. Et toujours le même d'où ressortait cette même personne, sans la chose dans sa main couverte par un vêtement et en venant juste de ranger un flingue sous son costume. Il était arrivé quoi aux deux policiers ?

- Vous croyez qu'ils sont morts ?

Devrions nous fuir, appeler la police ou aller voir ? C'était risqué mais si ils étaient blessés et qu'on les laissait la ils pourraient être mort avant l'arrivée des secours.

- Faudrait aller voir.

Je me lançais prudemment vers l'entrée de l'immeuble. Le mec étant partit ça ne risquait peut être plus rien. Une fois à l'intérieur, se trouvait face à nous un grand couloir. Il y avait des portes tout autour. Sur chacun d'entre elle un numéro avec un nom d'animal à côté. La premier indiquait le mot hyène quand à la seconde le mot cheval. Ça signifiait quoi ? En tout cas aucune trace des policiers et aucun indice.

Arrivé au bout du couloir, une porte était entrouverte. On entendait quelqu'un parlait.

- Vous venez... tous les deux... Le jour où je suis à deux doigts de retrouver ma femme disparue pour m’arrêter ?

La voix semblait posée. Elle articulait chaque mot.

- Écoute, on veut juste discuter. Faudrait que tu nous détaches et que tu demandes à tes deux musclor de remettre ma coéquipière à l'endroit.

- Comment tu parles à ton parrain ? Moi qui aime tant et prend soin de chaque ancien habitant de chez moi ? Moi qui t'ai nourris au sein ?

Je jetais un oeil à la personne à côté de moi. Ça mecoeurait un peu d'entendre ça.

- Je te le dis. Tout ce qui se passe ici ce n'est pas personnel. Ce sont les affaires. Et je vais devoir vous éliminer tous les deux.

Comment les protéger ? Les sauver ? Et nous sauver en même temps ? Tournant une nouvelle fois la tête vers l'inconnu je remarquait le retour au bout du couloir de la personne que les flics avaient suivis jusqu'ici. Il tenait une baguette de pain et il nous fixait. Ça sentait pas bon n'est-ce pas ?

CODAGE PAR AMATIS






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


   
Parfois, lire est un plaisir...
... d'autres fois, c'est un CRIME !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


ϟ Contenu sponsorisé ϟ








Refus d'obtempérer [Fe] _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Refus d'obtempérer [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ La Bibliothèque