« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Tablette 11″ Xiaomi- Mi Pad 6 global version ...
Voir le deal
224.97 €

Partagez
 

 Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Jasn

"Ce nouveau design, c'est juste pour moi ?"

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO 1bvs

"Ne faites pas comme si vous n'aviez pas envie de regarder..."

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO MVyUygr


Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1139



Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________ 2022-02-09, 22:07 « Good and bad are fairytales. »



“Le passé est immuable, l'avenir est incertain.”

☆ ★ ☆
Dans la vie d'une Holmes, certains épisodes sont moins palpitants que d'autres. Malgré tout, ils n'en demeurent pas moins importants. Parfois, une rencontre prend un tournant crucial, surtout quand on s'y attend le moins.

Je m'étais suffisamment renseignée sur Bruno Madrigal pour savoir qu'il n'était pas un simple carreleur. De toute façon, qui donc était ce qu'il prétendait être à Storybrooke ? Cette ville abritait quantité de personnages haut en couleurs. Des sorciers, d'anciens animaux, des créatures merveilleuses et même des dieux et des titans. De là, rien d'étonnant à ce qu'un carreleur soit doué de visions sur l'avenir. Je m'étais intéressée à cette grande famille qui habitait dans une maison magique. Chacun de ses membres possédait un pouvoir. Ils étaient tous unis et vivaient en harmonie. C'était là un schéma qui aurait rendu envieux n'importe quelle personne venant d'une famille dysfonctionnelle. Quand je pensais à la noble maison des Holmes, une once de jalousie m'envahissait. Nous étions très loin de ressembler aux Madrigal. Depuis toujours, une rivalité mesquine nous opposait, Sherlock et moi. Mycroft se montrait bien trop condescendant. Mes parents étaient les seuls à se montrer un tant soit peu "normaux", même si leur décision de me placer en pension quand j'avais neuf ans me laissait un sentiment d'amertume à leur égard.

Ce Bruno Madrigal m'intriguait. Aussi, je l'avais contacté afin qu'il carrelle ma salle de bains. Agenouillé dans la pièce relativement exiguë, je le voyais très concentré sur sa besogne. Cela faisait un moment qu'il travaillait. Jusqu'à présent, je n'avais pas voulu le déranger. Depuis la cuisine, je lui jetai un coup d'oeil puis décidai de préparer un en-cas.

Une fois la collation prête - du thé avec des sandwichs jambon-concombre-fromage fouetté - je m'approchai de l'embrasure de la salle de bains, et toussotai afin de signaler ma présence.

— Monsieur Madrigal, que diriez-vous de faire une pause ?

Je lui souris puis lui indiquai la table en bois dans l'immense pièce qui servait de salon, salle à manger et cuisine.

— J'ai préparé du thé. J'ai aussi du café. Je peux en faire, si vous préférez.

Sur la table, j'avais disposé les mini sandwichs sur un plateau d'argent, à côté de la théière fumante et du sucrier. Un petit pot de crème était également posé. M'installant sur le banc, j'ajoutai :

— Ma question va peut-être vous paraître étrange, mais je me demandais... Pourquoi devenir carreleur ? Qu'est-ce qui vous passionne dans ce métier ?

J'aurais pu me renseigner en lui prenant la main (sans doute que des flashs de son passé me seraient venus) mais ce geste aurait sûrement paru trop familier. Inapproprié. Après tout, nous ne nous connaissions pas vraiment. Je préférais y aller en douceur, et la conversation était la méthode la plus efficace pour commencer. Bien entendu, s'il se montrait trop réservé, ou si je m'apercevais qu'il me mentait, je pourrais toujours effectuer un contact. La persuasion faisait partie de mon langage corporel.

Mais, pour le moment, je me contentai de proposer des mini sandwichs à monsieur Madrigal d'un geste élégant de la main, avec un sourire de poupée.
⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Bruno Madrigal
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Bruno Madrigal

| Avatar : edgar ramirez

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO 3a11b03476cac087e18613dfbb837997e938a62a
I can no longer tell right from wrong.
Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO A44af224be57de89e7dd444f9422d899134e7e91

| Conte : encanto
| Dans le monde des contes, je suis : : bruno madrigal

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO L71y

| Cadavres : 144



Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________ 2022-02-11, 10:20




Le passé est immuable...

bruno & eurus


Le temps. C’est étonnant comme parfois on ne se rend pas compte de l’impact que le temps peut avoir sur notre vie, encore plus lorsqu’on perçoit l’avenir. Cela faisait maintenant huit longues années que la malédiction était brisée et pourtant une part de moi s’en voulait presque de ne pas avoir un don qui soit utile à la famille. Oui j’étais capable de voir l’avenir, mais c’était incertain, ça le restait tout du moins. J’ignorais à chaque fois si mes visions se réaliseraient ou non. Mais elles étaient toujours là et le serais toujours éternellement parce que ça faisait parti de moi, Encanto ou non.

Depuis la rupture du Sort Noir, je vivais deux vies à la fois. Ma vie de Bruno, le voyant et celle de Bruno, le carreleur. Notre Casita était à nouveau « en vie » depuis le retour de la magie et c’était un soulagement, surtout pour Abuela parce que cela lui faisait un peu plus d’aide pendant la semaine, étant donné que nous étions tous présents pour elle le week-end mais qu’on avait tous une vie le reste du temps. Cependant, l’importance de la fusion des Madrigal était importante pour toute la famille et on tenait tous à ce qu’Abuela ne se sente pas abandonnée.

C’est sûrement pour cela que j’acceptais les nombreux contrats qu’on me proposait. Cela permettait de ramener de l’argent pour la famille. Oui, c’est comme ça que j’ai commencé à fonctionner au retour de la magie. Peut être que c’est un moyen pour moi de pouvoir combler le fait que mon don n’est plus aussi utile à la famille qu’il a pu l’être dans le passé. J’amenais de l’argent en échange de ne pas pouvoir faire grand chose de plus avec mon don. Cette idée de ne plus être aussi utile que par le passé me trottait chaque jours dans la tête alors que je travaillais. Je tentais de ce fait de me vider la tête mais je n’arrivais pas vraiment à me sortir cette idée de la tête. Je voyais l’avenir mais je ne pouvais plus faire confiance à mes visions. Mais pouvais-je alors me faire confiance à moi-même ?

Soufflant, j’attrape une poignée de sel dans ma poche et le jette au dessus de mon épaule avant de fermer les yeux. Oui, ça me détendait, cela faisait clairement partie de ce que je suis. Pic pic pic touche du bois. Je tapotais sur le bois qui se trouvait près de moi. A genoux au sol, je carrelais avant d’entendre la voix de la jeune femme chez qui je me trouvais. Levant le regard vers elle, je lui souris.

«  C’est gentil Mademoiselle Holmes, avec plaisir. » énonçais-je « une tasse de thé, ça ira très bien. » ajoutais-je.

Me relevant, je m’installe face à Eurus et attrape la tasse de thé avant de souffler pour refroidir un peu la boisson tout en la portant à mes lèvres. Reposant la tasse par la suite, je lève le regard vers la jeune femme alors que je m’essuie les mains sur mon Pancho, comme à l’habituel, ce fameux Pancho vert avec des sabliers dessiné dessus, rappelant comme jadis, le don que j’ai toujours possédé.

« Eh bien, en réalité, si on y réfléchit bien. C’est notre ancienne mairesse qui a choisi mon métier mais dans le fond, ça me plaît. J’ai d’ailleurs une tendance à utiliser des carreaux verts qui me rappellent un peu le don que je possède. Comme vous avez dû en entendre parler, je viens d’une famille assez particulière. Je possède un don, je vois l’avenir même si c’est très compliqué ici à Storybrooke, lorsque j’ai des visions, elles deviennent des plaques de verres en vert justement. Je manie sans doute les carreaux mieux que n’importe qui. » énonçais-je avec un petit sourire.

Croquant dans un mini-sandwich, je respire profondément avant de reprendre la parole.

« Ils sont délicieux ces mini-sandwichs. » annonçais-je alors.

love.disaster
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90977-termine-we-don-t-talk http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90981-pic-pic-pic-toucher-du-bois-liens-de-bruno#1311250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90980-bible-de-rp-s-bruno-madrigal#1311249 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91074-la-casita-madrigal-quartier-est#1312771


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Jasn

"Ce nouveau design, c'est juste pour moi ?"

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO 1bvs

"Ne faites pas comme si vous n'aviez pas envie de regarder..."

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO MVyUygr


Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1139



Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________ 2022-03-10, 20:27 « Good and bad are fairytales. »



“Le passé est immuable, l'avenir est incertain.”

☆ ★ ☆
Fascinée par ce que monsieur Madrigal racontait, je n'en avais pas encore goûté un seul mini-sandwich. Je gardais en main celui que j'avais pris sur le plateau, tout en observant l'homme qui me faisait face. Son visage était marqué par de douloureuses expériences ; je ne m'y étais pas trompée. Pour parler crûment, il en avait bavé, et le peu qu'il venait de dévoiler attisait ma curiosité.

Le métier de carreleur avait été décidé par Regina Mills. Une fois encore, je fus surprise de constater à quel point la magie faisait bien les choses, car je connaissais peu de personnes qui avaient changé d'emploi à la fin de la Malédiction. Pour ma part, j'avais poursuivi ma vocation de voleuse/arnaqueuse, comme dans mon monde. J'étais si talentueuse, cela aurait dommage de gâcher un tel potentiel. Cependant, je me gardai bien de le mentionner à Bruno. Il semblait si profondément gentil que je craignais de heurter ses principes en me confiant à ce sujet.

A la place, je lui re-servis une tasse de thé. Puis, je mordis enfin dans le mini-sandwich. J'attendis qu'il ait fini de parler pour prendre la parole.

— J'aimerais beaucoup assister à l'une de vos visions. Tout du moins, si c'est possible. Peut-être est-ce quelque chose d'intérieur ? Une faculté visible uniquement par vous ?

Je lui lançai un regard interrogateur. J'avais eu beau de me renseigner sur lui, j'ignorais comment son don fonctionnait exactement. Je manquai de lui demander qu'il m'apporte une plaque en verre représentant l'une des fameuses visions, mais je ne voulais pas paraître insistante, encore moins malpolie.

— Voir l'avenir, ce doit être quelque chose de grisant, repris-je d'un ton rêveur. Même si le futur n'est jamais écrit, avoir des indices permet d'éviter de faire un mauvais choix, ou de se mettre sur la bonne voie. Je vous envie un peu, monsieur Madrigal.

Pensive, je posai le mini-sandwich entamé sur la table. Mes doigts la tapotèrent quelques secondes tandis que je réfléchissais. Qu'avais-je à perdre en lui racontant une partie de mon histoire ? Je n'avais pas pour habitude de me confier. Depuis toujours, je me protégeais ainsi. J'encourageais les autres à se dévoiler afin de déceler leurs faiblesses, pour ensuite les utiliser contre eux, ou les manipuler. Et si j'agissais différemment, cette fois-ci ? Que risquais-je, en fin de compte ? Me montrer vulnérable m'effrayait. Je pouvais y aller pas à pas. Raconter un infime morceau et voir où cela nous conduirait.

— Si vous, vous voyez l'avenir, pour moi, le passé n'a presque aucun secret.

Je me laissai tomber contre le dossier de ma chaise, tout en plongeant mon regard dans celui de Bruno.

— Depuis ma plus tendre enfance, je suis capable de connaître le passé des gens et des objets rien qu'en les touchant. Le plus souvent, ce sont des impressions, des sensations. Quelquefois, elles sont accompagnées de flashs, comme des échos du passé. Au début, j'en avais très peur, surtout qu'on m'a fait comprendre que ce n'était pas normal.

Un frisson parcourut mon échine à ce souvenir. Je bougeai ma nuque afin de décrisper mes muscles et poursuivit :

— Je ne viens pas d'une famille magique. Mes parents ont cru que j'avais un problème. Ils ont écouté les médecins et m'ont fait prendre des comprimés pour annihiler cette capacité. J'étais très jeune mais j'ai compris que je n'étais pas malade, que ce don me rendait différente. Plus forte. Alors, j'ai fait semblant de prendre les médicaments, je suis restée docile en apparence et je n'ai plus jamais parlé de mes visions à qui que ce soit. J'ai appris à les affiner. Malgré tout, il m'arrive parfois de ne pas les contrôler. Elles s'imposent à moi quand je touche un objet ou une personne. Mais c'est souvent bénéfique. Ca me permet de savoir plein de choses.

Mon regard mutin croisa celui de Bruno. Je n'avais aucune appréhension à lui révéler une telle chose. En mon for intérieur, je me doutais qu'il était le plus à même à comprendre ce par quoi j'étais passée.

— Le passé et l'avenir qui prennent le thé au 221C bis Baker Street, voilà qui est loin d'être banal
, fis-je remarquer avec un sourire.
⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Bruno Madrigal
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Bruno Madrigal

| Avatar : edgar ramirez

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO 3a11b03476cac087e18613dfbb837997e938a62a
I can no longer tell right from wrong.
Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO A44af224be57de89e7dd444f9422d899134e7e91

| Conte : encanto
| Dans le monde des contes, je suis : : bruno madrigal

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO L71y

| Cadavres : 144



Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________ 2022-03-19, 10:44




Le passé est immuable...

bruno & eurus


Pendant de longues années, je m’étais cru seul au monde. Mon don existait, coulait dans mes veines comme le sang familial mais avait toujours posé problème. Pendant plus de dix ans, je me suis demandée si j’avais le droit d’exister étant donné qu’ils n’osaient jamais parlé de moi parce qu’ils avaient peur de leur propre vie, de leur propre avenir, de leur propre pouvoir. Pourtant tout le monde sait que l’avenir n’existe pas, que c’est à nous de le créer et que les visions que je peux en avoir ne sont jamais sûres à cent pour cent car nous sommes les seuls êtres aptes à contrôler notre destinée et je ne laisserais jamais mon don dicter la vie de qui que ce soit. C’est pour cela que je n’osais plus m’en servir mais c’est aussi pour cela que les choses se sont complexifiées à Storybrooke. Parce que parfois, ça me vient d’un coup, les visions m’apparaissent même si je ne le souhaite pas. Je n’arrivais pas à contrôler cette partie de mon pouvoir et je n’osais pas en parler, peut être que je devrais. Cependant, je sentais qu’avec elle, je sentais qu’avec Eurus Holmes, ça semblait différent.

Buvant un peu de thé après l’avoir remercié de m’en avoir resservie une tasse, je lève le regard vers la jeune femme avant de reprendre la parole avec un léger sourire.

« Je suis apte à voir mes visions mais je peux également permettre aux autres de les voir. Si vous le souhaitez vraiment, je pourrais vous partager une vision vous concernant. » énonçais-je avant de reprendre « il me faudra juste un grand espace, que je ne me sente pas enfermer. » énonçais-je alors.

M’humectant les lèvres, je termine le mini-sandwich avant de lever le regard vers Eurus. Je dois bien avouer que ça me faisait du bien de m’arrêter un peu dans mon travail et de pouvoir parler avec d’autres personnes que les membres de ma famille.

« Je ne sais pas si je peux décrire cela comme quelque chose de grisant, je dirais que c’est…assez étrange. Le futur n’est jamais écrit, voir l’avenir comme vous le dites permets de faire les bons choix et de choisir ce qu’on veut faire de notre vie. Mais dans mon monde, là d’où je viens, mon don n’était pas bien vue, toutes les personnes que j’ai tenté d’aider n’ont jamais accepté ce que je leur disais et…enfin c’était complexe. » énonçais-je à la jeune femme avec un sourire bienveillant.

Croquant un nouveau mini-sandwich, je prends le temps d’avaler avant de reprendre la parole après ce qu’elle vint à m’annoncer.

« Vraiment ? » demandais-je, curieux alors que je posais ma tasse.

Je voyais dans son regard l’appel à l’aide de cette enfant qui ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait. Etonnement, je me retrouvais dans ce regard, je retrouvais le petit garçon que j’ai pu être par le passé qui ne comprenait pas non plus pourquoi on le regardait différemment parce qu’il savait ce qui adviendrait. Gardant le silence, j’écoute avec attention ce que me dit la jeune femme, ne quittant pas son regard. Une fois qu’elle eu terminé, je lui souris avant de boire une nouvelle gorgée de thé.

« Effectivement, ce n’est pas banal. Mais si on y réfléchit, nous ne sommes pas banals tous les deux non plus. » énonçais-je avec un sourire et un clin d’oeil avant de reprendre alors que je lui fais signe de me suivre.

Trouvant l’endroit parfait, je lui fais signe de s’asseoir avant de faire un cercle de sable autour d’elle et entame tous mes préparatifs pour pouvoir avoir accès à la vision que je voulais offrir à la jeune femme. M’installant ensuite en tailleurs face à elle, je ferme les yeux et respire profondément. Jet de sel derrière l’épaule, jet de sucre. Respiration. On allume les petits tas de sables autour du petit feu. On ferme les yeux, on respire. Mes yeux virent au vert alors que je tends mes mains vers Eurus.

« Je pense que vous devriez vous accrocher. » énonçais-je à la jeune femme alors que tout autour de nous s’assombrissait légèrement.

Rapidement, le sable commence à s’envoler autour de nous.

« Ne lâchez pas mes mains. » énonçais-je à Eurus alors que la tornade de sable nous tournait autour.

Rapidement la vision prends forme mais quelque chose d’étrange se passe. Certains aspects de mon passé apparaissent soudainement alors qu’apparaissent également des bribes de l’avenir d’Eurus. Une vieille femme, sans doute la soixantaine accompagnée d’un jeune homme semble sereine.

« C’est vous ! Plus âgée ! Je ne sais pas qui est ce jeune homme, peut-être que vous le connaissez. Mais en tout cas, vous avez l’air sereine. » énonçais-je à la jeune femme avant de reprendre alors qu’une plaque de verre se créé devant nous. Attrapant la plaque, le sable finit par retomber. Secouant la tête, je pose mon regard sur Eurus avant de lui tendre la plaque. Je me rends compte rapidement qu’elle me regarde fixement « Tout va bien Mademoiselle Holmes ? » demandais-je alors ignorant qu’elle avait vu cette part de mon passé que j’ai toujours tenté de taire.
love.disaster

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
✭ We don't talk about Bruno ✭
A seven-foot frame, Rats along his back. When he calls your name, It all fades to black. Yeah, he sees your dreams and feasts on your screams. We don't talk about Bruno, no, no, no !
✭ ✭ ✭ (c) lin-manuel miranda + ÉLISSAN.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90977-termine-we-don-t-talk http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90981-pic-pic-pic-toucher-du-bois-liens-de-bruno#1311250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90980-bible-de-rp-s-bruno-madrigal#1311249 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91074-la-casita-madrigal-quartier-est#1312771


Eurus J. Holmes
« Good and bad are fairytales. »

Eurus J. Holmes

| Avatar : Keira Knightley

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Jasn

"Ce nouveau design, c'est juste pour moi ?"

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO 1bvs

"Ne faites pas comme si vous n'aviez pas envie de regarder..."

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO MVyUygr


Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO Eurus_10



| Conte : Sherlock Holmes
| Dans le monde des contes, je suis : : Eurus, la soeur de Sherlock

| Cadavres : 1139



Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________ 2022-04-06, 21:26 « Good and bad are fairytales. »



“Le passé est immuable, l'avenir est incertain.”

☆ ★ ☆
Monsieur Madrigal et moi n'étions pas banals, c'était un fait indéniable. J'appréciais assez qu'il assume aussi bien son originalité. Souvent, les gens préfèrent étouffer ce qui les rend spécial, au risque de devenir fade et de s'effacer complètement. Le carreleur était au contraire doté d'une personnalité plutôt atypique ; il suffisait d'observer son poncho et ses petites manies pour s'en apercevoir.

Préférant faire notre petite séance à l'air libre, je lui indiquai la terrasse après en avoir ouvert la porte coulissante. Il s'agissait d'un espace de quatre mètres carrés sur deux mètres carrés, donnant sur les toits et les hauteurs de Baker Street, mais côté jardin. Je l'avais agrémenté de plantes en pots et de fleurs, ce qui lui conférait un aspect romantique et champêtre. Une chaise longue pliante témoignait des moments où je venais lire dès qu'il y avait un rayon de soleil. Poussant un peu cette dernière afin d'avoir davantage de place, je m'installai ensuite en tailleur à même le sol, en face de Bruno. L'homme entama ses préparatifs, dessinant entre autre un cercle de sable autour de nous. Vivement intriguée, je le dévorai presque des yeux, observant ses moindres gestes qu'il exécutait avec un mélange de panache et de savoir-faire. Enfin, il prit place en tailleur à son tour et ferma les yeux. Ensuite, il jeta un peu de sel par-dessus son épaule ainsi qu'un peu de sucre. Surprise et amusée, je réprimai un rire. Son excentricité atteignait des sommets des plus plaisants.

J'eus un léger sursaut lorsqu'il souleva les paupières : ses pupilles étaient devenues vertes ! A cet instant, il tendit les mains vers moi et me conseilla de "m'accrocher". Sans crainte, je glissai mes doigts entre les siens. Ce rituel poussait ma curiosité à son paroxysme. Comment aurais-je pu avoir peur ? C'était si grisant !

Brusquement, tout s'assombrit autour de nous, alors que le temps n'avait pas changé. Le sable s'envola, formant un tourbillon dont nous étions l'épicentre. Nous étions en sécurité dans cette "bulle" ensablée.

Pourtant, quelque chose d'étrange se produisit. Le contact... Les mains de Bruno dans les miennes... J'aurais dû y penser. A présent, il était trop tard. Je ne pouvais repousser les souvenirs qui m'environnaient, qui m'enveloppaient de leurs vapeurs glacées. Des murs tombèrent brutalement autour de moi, ainsi que de la poussière. Je peinais à respirer correctement. Je me trouvais à l'intérieur d'une maison, mais je compris vite que j'étais en réalité entre les murs. L'envers du décor. Les rats me tenaient compagnie. La détresse et la solitude m'écrasèrent de tout leur poids. Un tas de couvertures remua dans un coin de la pièce en désordre, dotée d'un mobilier de fortune. Des yeux tristes brillèrent dans la pénombre. Je reconnus Bruno, plus jeune et échevelé, qui, vêtu d'un poncho élimé, se leva péniblement pour regarder à travers un trou dans le mur. De l'autre côté régnait la joie et l'exubérance. Toute une famille était rassemblée autour d'une table et festoyait. Bruno les observait en silence, tandis qu'un rat escaladait son poncho pour venir se jucher sur son épaule. Il lui donna quelque chose à manger d'un air absent.

Cette image me broya le coeur. D'autant plus que je ressentais toutes ses émotions cristallisées à ce moment précis de sa vie.

Enfin, la vision du passé se dissipa dans des volutes de sable. Le souffle court, je fixai la plaque de verre couleur émeraude qui prenait forme peu à peu sous mes yeux. Tout d'abord, je ne compris pas ce qu'elle représentait. Bruno parlait mais je n'écoutais pas. J'étais encore bien trop loin. Parfois, il me fallait un certain temps pour retourner vers le présent, surtout quand les images envoyées étaient chargées de fortes émotions.

— Tout va bien Mademoiselle Holmes ?

Il venait de remarquer mon trouble. Je battis des cils et passai une main sur mon front. Devais-je lui cacher que j'avais vu son passé sans le vouloir ? Etait-ce dans mon droit ? Non, ce serait mesquin après qu'il ait accepté de m'offrir une vision. Il me fallait apprendre à partager, même si c'était une notion qui m'était encore étrangère.

Inspirant profondément, je partageai ma théorie :

— Nos dons se sont télescopés. Pendant que vous receviez une vision, le fait de vous toucher a... éveillé un de vos souvenirs en moi. Je vous ai vu. Vous étiez caché entre les murs d'une maison et vous observiez une famille. Votre famille. Vous viviez reclu volontairement.

Je le regardai avec un mélange de compassion et d'incompréhension. Dans l'intention de le réconforter, je tendis la main vers lui, mais laissai mon geste en suspens. Le toucher à nouveau risquait de provoquer un autre flash, et je ne voulais pas abuser plus avant de sa mémoire. Je pouvais comprendre que ce soit indiscret.

— Vous avez vécu si longtemps tout seul, Bruno...

La proximité avec son passé m'avait fait l'appeler par son prénom, sans même que je m'interroge s'il allait trouver cela trop familier. Mes yeux s'embuèrent de larmes tandis que je le fixais toujours. Je tentai de lutter contre les vagues d'émotion qui me submergeaient. J'étais tout à fait capable d'enfouir les miennes, je maîtrisai l'art de paraître impassible peu importe les circonstances, mais certains souvenirs d'autres personnes faisaient bien trop mal. Face à eux, j'étais vulnérable.

— Je suis désolée, fis-je en essuyant brusquement les larmes qui roulaient sur mes joues. Je suppose que vous n'avez pas envie de vous remémorer tout ça. Je n'en parlerai plus.

Résolue, j'inspirai de nouveau et grimaçai un sourire vacillant. Après quoi, je m'intéressai à la vision couleur émeraude qui était apparue quelques instants plus tôt. Il s'agissait d'une femme d'une soixantaine d'années qui recevait la visite d'un jeune homme brun. Tout d'abord, je crus qu'il s'agissait de ma mère, avant de comprendre. Je déglutis. Cette vieille femme, c'était moi. Quant à l'homme... je devinais aisément qui il pouvait être. A cette perspective, mon coeur déjà lourd se serra davantage.

— Vos prévisions sont fiables jusqu'à quel point, déjà ? demandai-je d'un ton que je voulais détaché.

Retrouver espoir, c'était dangereux. Car l'espoir est un poison qui corrompt la raison. Sous mes aspects ésotériques, j'étais quelqu'un de rationnel. Certaines choses étaient immuables, je le savais. Et pourtant... Bruno venait peut-être d'ouvrir une porte dans mon esprit tourmenté.
⇜ code by bat'phanie ⇝

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Some things must stay hidden


Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79373-eurus-she-s-like-the- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90873-eurus-anyway-the-wind-blows


Contenu sponsorisé




Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Le passé est immuable, l'avenir est incertain ☆ BRUNO





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Quartier Est :: ➹ Baker Street