« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La douleur est le poison de la beauté. | Dazai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Dewenty Maanteekor
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Dewenty Maanteekor

| Avatar : Impératrice Aishwarya Rai <3

La douleur est le poison de la beauté. | Dazai Gf84

La douleur est le poison de la beauté. | Dazai 2jqx
Que le spectacle commence...


| Conte : Folklore & Mythes
| Dans le monde des contes, je suis : : Manticore

| Cadavres : 426



La douleur est le poison de la beauté. | Dazai _



________________________________________ Mer 11 Mai 2022 - 21:16







Le repas de l’un est poison pour l’autre.

La douleur est le poison de la beauté.







A son réveil la manticore passa la main sur la place ce situant à ses cotés. Elle était vide, et cela depuis un long moment, de temps en temps une personne venait combler ce vide. Cependant la manticore ne parvenait pas à s'attacher, elle restait solitaire, indépendante. Une fois consommer soit elle le laissait partir soit elle l'empoisonnait. Rien de bien compliqué pour elle. Humant l'air doucement, la manticore avait un odorat beaucoup plus fins que la plupart des humains, elle n'avait pas perdu de ses habitudes. Mais, un manque ce faisait sentir et ce n'était pas la place froide qui se situait à coté d'elle. Son ancienne apparence lui manquait toujours bien qu'elle ait accepté sa condition d'humain, enfin presque puisqu'elle gardait ses anciennes habitudes. Ce qui avait changé chez elle s'était peut-être son fils, qui grandissait et apprenait tout aussi rapidement ce qui était normal pour un enfant. A ce moment précis, son enfant se trouvait dans la chambre juste à coté d'elle. Dewenty se redressa, se mettant en position assise pour pensée à ses derniers mois. Son meilleur ami avait disparu et son corps n'avait pas été retrouver malgrés que son ex soit sur le coup. Sylvester était un brillant policier mais ce n'était pas suffisant. Il n'était plus aussi mauvais qu'autre fois et s'était ça qui pêchait ! On avait besoin de personnes mauvaise pour s'en prendre au ravisseur de son meilleur ami ! JB N'avait pas eu de chance quand... ils l'ont retrouver s'était trop tard. Alors même si son ex avait été en couple avec son meilleur ami... ça changeait pas que la justice ne faisait rien pour changer les choses. Dewenty avait mener son enquête ou du moins, cherchait des renseignements quitte à faire souffrir de mille et une façon pour avoir des réponses à ses questions.

Sortant de son lit king size, pour se diriger vers son miroir et surtout son téléphone. Apparemment, elle avait eu un message de la mafia. Mhh.. y a du nouveau... Un leger sourire avait ourlet les lèvres de la manticore. Le tout était crypté mais elle connaissait le code. On lui demandait donc de supprimé une personne et comme son poison était indétectable s'était encore mieux. Elle était en quelques sorte chimiste en matière de poison, s'amusant souvent avec son propre sang pour concocter de redoutable poison, mais pas que des poisons, il y avait mille et une utilité dans tout cela. Le nom lui était plutôt familier puisqu'elle avait du le menacer à un moment donné dans sa vie et aujourd'hui son contrat lui disait de lui supprimé la vie. Comme s'était ironique. Il détenait des informations alors, autant en profiter pour les lui soutirer avant de le tuer.

Avant ça, Dewenty était donc aller réveiller son petit poussin, son petit garçon s'accrochant au cou de sa mère, elle le porta pour aller préparer le déjeuner. Et elle demanderait bien à quelqu'un de lui garder son enfant le temps qu'elle accomplis son devoir. Alésia devait travailler... donc s'était pas le moment et son fils ne voudrait peut-être pas être embêter par les fantôme. Ishanee devait être avec des patients bien qu'elle soit trop gentille, elle allait gavé de cookie le petit. Il ne restait plus que Amalthea, sa marraine. Bien qu'elle soit prise par la mairie, elle ne saurait pas refuser de garder son filleul. Elle lui envoya rapidement un message et cette dernière avait donc accepté. Dewenty avait donc donné le petit déjeuner à son fils et l'avait déposer au château. Déployant ses ailes, la manticore s'était donc diriger vers la personne à éliminer. Bien sur cela allait prendre du temps pour repérer ou il pouvait être si bien que cela lui avait donc prit la journée. Elle se posa non loin d'un entrepôt. Encore une fois du trafique d'être humains. Pas que ça lui faisait quelques choses mais, il avait prit son meilleur ami ainsi.

Sa cible était là tout sourire, tout en mettant un coup de pied à ses humains. Restant donc dans l'ombre le camion avait donc déjà emmener les humains. Seul restait cet homme qui parlait au téléphone du trafic qui avait été réquisitionner. Elle arriva donc juste derrière lui après qu'il ait raccrocher. On va bien s'amuser tout les deux après ça elle lui planta une aiguille dans le cou, ce fut un effet paralysant instantané, bien qu'il ne puisse plus bouger, le reste de ses sens fonctionnait encore aussi bien elle paralysa sa bouche aussi pour qu'il évite de crier même si... à cette heure-ci, il n'y avait personne.

L'instant d'après il était donc au sol Dewenty juste au dessus de lui. j'ai quelques petites question à te poser avant que tu aille dire bonjour à l'enfer. répond en hochant la tête si tu as compris... bien. Elle sourit. Tu vois que tu comprend vite mon chou, cette fois-ci je ne suis navrée mais, je ne pourrais pas te laisser la vie sauve.. on a besoin de te voir mort.. Elle rit légèrement. trêve de bavardage. Alors première question, ce trafique ça fait longtemps que tu en tire les mérites ? fait oui ou non de la tête pas besoin que tu parle. Il hocha la tête. Donc s'était bien la personne qu'elle recherchait. Je veux savoir qui est au commande. La personne secoua la tête. Non ? Elle fronça les sourcils et pressa un son aiguille ce dernier était en train de gémir de douleur. Quel son bien mélodieux mais, à moi aussi ça me fend le cœur de devoir t'infliger cela, si tu serais plus coopératif tout pourrait être vite terminé.
Continuant un peu. Bon ou en étions nous ? Ah oui.. alors je veux un nom ou plutôt avant dis moi qu'avez vous fait de Aguistin ? Retirant l'aiguille qui immobilisait sa bouche. Tu ne le sauras pas ! Ah non ? Et si je faisais ça Elle planta son talon dans la main de ce dernier qui étouffa un cri. Je vois que j'ai toute ton attention. Mais je veux des réponses et c'est pas ainsi que j'en aurais plus.

L'interrogatoire dura de nombreuses minutes répondant donc à d'autres question plus facile surtout pour répondre à celle de la mafia puis elle revint au sujet qui l'intéressait le plus. Qu'avez vous fait d'Agustin pour la dernière fois. Il rit, Dewenty manqua de lui arracher le bras, les manticores étaient doté de force. Je ne trouve pas ça très drôle vois-tu ? Il a crier comme une femme avant de mourir Elle commença à perdre patience. Elle lui mit un coup de point. Tu aurais vu s'était jouissif ça façon de pleurer Elle resserra le poing. OU EST-Il ?! Je crains que tu ne le retrouvera pas vivant dit-il en ricanant, la elle ne pu se retenir et le bras fini par être arracher. Tu ne mets d'aucune utiliser je ne vois pas pourquoi je te laisse encore vivre. Salope ! Mon bras ! tu m'as arracher le bras Elle lui plaqua la tête au sol, ne t'en fais pas ton tour viendra ! mais avant je veux te voir souffrir Il lui cracha au visage, Dewenty s'essuya la joue. On ne touchais pas impunément son visage de la sorte, elle fini par lui administrer un poison dans le corps avec ses griffes. Quelques instant plus tard... La mort avait été donné. Misérable ! Tu n'as eu que ce que tu méritais...

Elle envoya donc un code à ses commanditaire. Comme quoi sa mission avait été accompli, elle n'était pas plus avancé dans sa quête. La justice elle le ferait seule. Elle n'avait pas réellement prévu qu'elle soit observé de ce coté là. Peut-être trop obnubilé par sa quête de vengeance. Son odorat perçu quelques choses en sortant de ses pensées. Qui est là ?



Arya



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
She a Killer Queen.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83288-comme-les-roses-j-ai- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83325-tu-es-a-croquer-vient-approche-toi-que-je-te-devore#1142269 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83324-avec-qui-vais-je-jouer-aujourdhui#1142256 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/f174-manoir-maanteekor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/f175-creamy-couture


Dazai Osamu
« The weak fear happiness itself »

Dazai Osamu

| Avatar : Ji Chang Wook

La douleur est le poison de la beauté. | Dazai 0k35

There’s parts of me I cannot hide
I’ve tried and tried a million times
La-da-da-de-da, la-da-da-de-da, la-da-da-de-da ~

La douleur est le poison de la beauté. | Dazai Km2l

Embracin' the madness
My devils they whisper in my ear
Deafenin' me with all my fears


Welcome to my darkside

•••


| Conte : Bungou Stray Dogs
| Dans le monde des contes, je suis : : Osamu Dazai

| Cadavres : 699



La douleur est le poison de la beauté. | Dazai _



________________________________________ Hier à 15:04 « The weak fear happiness itself »


( La douleur est le poison de la beauté )
La beauté est le fléau des gens blessés.

Encore au lit, le suicidaire émerge doucement de cette pénible journée qui s'annonce. Encore. Les rideaux tirés de son appartement laissent innocemment échapper quelques rayons de lumière d'une journée déjà bien entamée à laquelle il ne souhaite pas s'accrocher. Il est en retard à l'agence depuis quelques heures déjà. En quoi une de plus fera une différence ? Il n'ose pas déverrouiller son téléphone, il songe au nombre d'appels manqués que Kunikida a pu lui laisser. Sur combien parier aujourd'hui ? C'est une fin de semaine, la température ne fait que grimper à l'extérieur, l'ADA est prise d'assaut par nombre de missions qu'elle peine à mener à bien sans la présence de Ranpo demandé à l'étranger pour une enquête spéciale, et... La mafia portuaire se fait plus active en ce moment pour des raisons que Dazai connait, il les devine. 15. Oui, Kunikida a du l'appeler 15 fois aujourd'hui, peut-être même 16 si le détective décide de prendre son téléphone dans la minute qui suit. Nonchalement, il lève le bras et le tend jusqu'à l'appareil, tâte le sol et, enfin, trouve l'objet. Celui-ci vibre au même moment. Une part de l'asiatique lui susurre de ne pas répondre, de se morfondre sur sa vie, de se jeter de la fenêtre en espérant que rien ne le rattrape dans sa chute. Cette voix perdure au fil des années, elle ne s'installe pas, elle est là. Chez elle, comme la véritable propriétaire du corps que Dazai occupe. Ce n'est pourtant pas elle qu'il écoute, locataire ambitieux. S'y opposer, justement, est sa raison de se lever tous les jours.
Il décroche.

"DAZAII ! Hurle son supérieur à l'autre bout du fil.

- Kunikida... Pourquoi cries-tu si fort dès le matin... ?

- PARCE QUE CE N'EST PLUS LE MATIN ! IMBECILE ! NOUS SOMMES SURCHARGES DE TRAVAIL EN L'ABSENCE DE RANPO ET TOI TU TE PERMETS DE DORMIR TRANQUILLEMENT ? EST-CE QUE TU TE RENDS COMPTE DES ENNUIS QUE TU NOUS CAUSES, TU AS INTERÊT [...]
Il poursuit dans un brouhaha que le dépressif n'écoute qu'à demi, cherchant la force nécessaire de quitter sa couette pour affronter la lumière. Maintenant, habille-toi et rejoins-nous à l'angle du Blur Street !

- Blur Street ? Dazai reprend, surpris. Tu veux dire...

- Oui, c'est là-bas que la police avait retrouvé le cadavre de Gran Pilberg. On y suspecte un lieu de rencontres et transitoire au trafic d'organes et d'êtres humains. La police détient des suspects mais rien qui ne permettent de les inculper, c'est pourquoi ils nous chargent de récolter des preuves. Dépêche-toi maintenant, je n'ai pas envie d'y passer la journée !"

Les positions des détectives bougent relativement vite, même en simple mission d'observation. Lorsque Dazai arrive sur les lieux, et il sait y avoir pris son temps, ses collègues ne sont déjà plus sur place. Il ne s'inquiète pas pour autant, une intuition lui dit que les suspects recherchés ne dureront pas dans le temps... L'agence, tout d'abord, est à leurs trousses, mais ce réseau menaçant elle-même d'autres grandes organisations comme la Mafia Portuaire en s'invitant sur leurs propres terrains de chasse, se tire naturellement une balle dans le pieds et creuse leur tombe dans des souffrances infâmes. Leur situation n'est que le déroulement logique des choses.

Un deuxième appel du dirigeant de l'agence prévient Dazai de l'aveu de certains suspects. Sûrement une technique bien menée par les détectives pour piéger leurs proies. Le suicidaire savait qu'ils n'auraient pas besoin de lui et c'est pourquoi il ne s'est pas dépêché sur la route. Ce n'est pas pour rejoindre son équipe qu'il s'est rendu sur place, mais bien pour arriver au moment où ils auraient terminé. Après tout, n'est-ce pas une fois le rideau de tombée que le plus intéressant arrive ?
Quelques minutes plus tard, des cris de rage se font entendre à dans la zone.

Dazai Osamu s'active vers l'emplacement de la voix... Non, de les voix. S'il y a agressé, il suppose un agresseur. Une agresseuse, pour être précis. Une jeune femme au teint mate, de longs cheveux bruns et des talons aiguilles martèle au sol le corps d'un homme vicieux qui semble apprécier ses dernières minutes auprès des vivants. Un interrogatoire ? Oui et non. Dazai reconnait la silhouette du bourreau, il l'a déjà vu auprès des membres de l'organisation criminelle à laquelle il appartenait fut un temps. S'étant renseigné sur ses talents, il devine qu'elle n'a pas été embauchée pour obtenir des réponses - mais au contraire, pour le faire taire à jamais. Les questions qu'elle tend à lui poser lui sont personnelles, donc. Malheureusement, les réponses se font moins nombreuses et l'homme emporte des informations importantes dans sa tombe lorsque le coup de grâce est donné.

"Qui est là ?"

Enfin. Il fait un pas sur le côté et se retire du mur qui le protégeait.

"Je pensais que tu me repérerais plus tôt. Mais visiblement, ton intérêt pour les réponses qu'il pouvait t'apporter t'ont distraite de l'environnement qui t'entoure. Il éteint son sourire, baisse le regard sur le cadavre amoché. Tu as utilisé une mission donnée par la mafia portuaire pour combler une affaire personnelle, n'est-ce pas ? D'une pierre deux coups, comme on dit."

Son attention remonte sur l'empoisonneuse et l'aiguille qu'elle tient encore à la main. Dazai se souvient de la douleur que conféraient certains poisons à Yokohama, dans son monde. Maintenant que des milliers avaient été mélangés entre eux, la douleur devaient être décuplée.

"Comment tu t'appelles ? J'ai entendu parlé de toi mais je n'ai jamais eu ton nom. Tu te fais plutôt discrète."
Il esquisse un sourire d'enfant.


( Pando )

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

   
   
CROSS MY HEART AND HOPE TO DIE
Do you want to meet all my monsters ? Think you’re tough I know they’ll drive you bonkers. Meet 'em once and they’ll forever haunt you. There’s no heroes or villains in this place. Just shadows that dance in my headspace. Leavin' nothin' but phantoms in their wake ; .bizzle
 Page 1 sur 1

La douleur est le poison de la beauté. | Dazai





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours