« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Partagez
 

 Love Like That & Others Stuff x. Honey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Eros Vaughan
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Eros Vaughan

| Avatar : Queen Jennifer Lαwrence.


Love Like That & Others Stuff x. Honey Tumblr-38fab8a069d9eea0967d76c21c8fba5d-d0158d28-400

Comment çα, y'α plus de cαfé ?
Mαchine de m*rde !


| Conte : Rαyα.
| Dans le monde des contes, je suis : : Sisu.

Love Like That & Others Stuff x. Honey Tumblr_mg0rey2gH51qbtzheo1_640

| Cadavres : 258



Love Like That & Others Stuff x. Honey _



________________________________________ Jeu 12 Mai 2022 - 22:51





L’avantage d’habiter juste au-dessus d’un Starbucks… C’est qu’Eros pouvait profiter du meilleur café possible sans avoir à bouger trop loin de chez elle. Et en plus, pour les habitués, c’était tarif réduit ! Enfin, le patron avait sérieusement songé à lui faire payer ses consommations full prix, vu tout ce qu’elle engloutissait ; mais Rosie soulignait qu’elle était plus que raisonnable. Son cœur balançait entre le vrai café bio, torréfié parfaitement, au goût marqué et l’arôme fort jusqu’au fond des narines qu’elle trouvait dans l’endroit où elle travaillait ; et le Starbucks qui ajoutait quinze mille goûts et mousses pour changer tout ça en quelque chose de très sucré. En fonction des jours, elle ne savait que choisir, mais elle finissait toujours par prendre un de chaque à un moment ou un autre. De toute façon, QUI pouvait vivre SANS café ?

Rien que d’y songer, elle en avait des frissons. Ses doigts se resserrèrent autour de son gobelet brûlant et elle inspira les volutes pour s’imprégner du délicieux breuvage. Jusque dans ses cellules elle eut l’impression de le sentir, le soupir de satisfaction qui lui échappa ne laissa aucun doute sur son amour pour cette boisson tandis qu’elle descendait du bus qui venait de la conduire au centre-ville. Elle aurait pu venir jusqu’ici en volant mais… Habitudes obligent, Rosie aimait bien se faire transporter. Ça lui permettait de faire autre chose en attendant comme boire son c… écouter de la musique en regardant le paysage défiler, lire quelques chapitres de sa liseuse ou surprendre les conversations des autres usagers. On apprenait pas mal de choses amusantes ou, au contraire, plutôt creepy, ça dépendait des énergumènes à proximité.

Sans doute appréciait-elle le bus parce qu’elle le prenait en dehors des heures de pointe. La preuve, pour un jour de repos, elle rejoignait la ville passé dix heures du matin : tout le monde était déjà affairé derrière son bureau et le bus avait eu plus de sièges libres que d’occupants. Jalonnant les trottoirs pour traverser la grande place, Eros aperçu la tour de l’horloge et se dirigea dans sa direction. S’il y avait un point de rendez-vous évident à Storybrooke, c’était celui-ci : une place centrale, des bancs, des arbres, de l’ombre, une fontaine, tout un petit coin joliment décoré et bordé de boutiques ou d’autres terrasses. Le Sherwood Coffee n’était pas très loin mais ce n’était pas son objectif du jour, il faudrait se passer de ses services de barmaids ! Quelqu’un lui avait demandé une toute autre aide dans un domaine auquel Rosie n’aurait jamais songé être « experte » … La Maternité !

Enfin, experte, c’était un très très vaste mot. Disons plutôt qu’elle avait un enfant et que, d’office, ça la classait dans une certaine catégorie de personnes aux yeux des autres : elle savait ce qu’il fallait, comment, pourquoi, de quelle manière. Alors qu’en vérité, pas du tout. S’il y avait bien une chose pour laquelle Rosie avait improvisée du début à la fin, c’était bien la naissance et l’enfance de Simon ! En même temps, veuve et seule, Sab l’avait récupérée dans un état pitoyable et couvé comme le lait sur le feu pour l’aider à surmonter la perte de Jonas. Si son frère n’avait pas été là… Pourtant, revenir à Storybrooke avait été le choix le plus difficile à faire, sa vie n’était plus ici bien qu’aujourd’hui elle ne pourrait pas se passer de cet endroit. Comme quoi, tout changeait quand on vieillissait. Ou bien étaient-ce les priorités qui évoluaient ? Mystère.

Quoi qu’il en soit… Une future maman lui avait proposée une sortie « shopping » et autres attentions autour d’un futur bébé et, forte d’envie de prendre l’air en bonne compagnie, Eros avait accepté. Elle aurait peut-être dû réfléchir un peu plus à ce que cela impliquait mais, après tout, elle n’était pas là pour conseiller mais bien pour accompagner… Non ? Dans le doute, si Honey se mettait à lui parler de jouets et autres activités d’éveil, elle savait déjà où elle pourrait l’emmener : à la Santa’s Factory ! Siloe se ferait un plaisir de les aiguiller, connaissant son amour pour son travail et les enfants. Pour le reste… Eh bien, Storybrooke regorgeait de boutiques et autres enseignes de prêt-à-porter et/ou de puériculture. Mais peut-être que son amie avait déjà tout ce qu’il lui fallait et que ce n’était qu’un prétexte pour manger ensemble ? Oooooh… !

Les épaules de Rosie se haussèrent, incapable de décider quel scénario serait le meilleur. Ce qui importait, c’était de se voir et de passer un bon moment. Simon lui répétait souvent que c’était important d’être avec ses copains, SURTOUT pendant la récréation, autant suivre ce conseil au pied de la lettre.

Elle venait de trouver une place sur un banc lorsque la chevelure blonde de Honey apparue dans son champ de vision. Ni une ni deux, les pointes de ses cheveux s’illuminèrent tandis qu’un sourire apparaissait derrière sa gorgée de café – la dernière, diable ! – et elle bondit sur ses pieds pour la rejoindre en quelques enjambées.

« Hey salut ! Wow… Ça te va de mieux en mieux ! »

Elle ne savait pas trop ce qui passait en compliment pour une femme enceinte, surtout proche du terme, mais ça avait le mérite de venir du cœur.

« C'était un compliment. » Précisa-t-elle, au cas où.

Elles n’étaient pas amies depuis très très longtemps mais Eros appréciait Honey pour sa vivacité d’esprit et sa sympathie – bien qu’elle ne comprenne pas toujours ce qu’elle disait. A côté d’elle, Rosie se sentait plus stupide que la moyenne. Normal, face à une scientifique ? ^^’

« Tu avais quelque chose en tête pour commencer ? »

Remarquant son gobelet vide, elle s’en débarrassa dans une poubelle. Adieu, deuxième café du matin !

« T’as déjà dû préparer tellement de trucs… C’est fou tout ce à quoi il faut penser pour des choses aussi petites ! »

Note à elle-même, y penser la prochaine fois, si prochaine fois il y avait. Ça paraissait si loin, cinq ans… Les journées avaient été longues mais les années s’étaient écoulées en un claquement de doigt ; son bébé n’avait plus rien d’un petit garçon. Bientôt l’adolescence, bientôt l’âge adulte, bientôt… Bientôt rien du tout, pour l’instant il n’était même pas en âge de monter dans certains manèges à Disneyland, donc on allait se calmer l’esprit fissa.

Esquissant un sourire amusé, Rosie demanda :

« Tu as une application ou quelque chose du genre pour t’organiser ? J’ai vu qu’ils faisaient ça maintenant. Y’a même des forums de discussions qui te sortent des listes d’essentiels à ne pas oublier à la maternité. »

Plus besoin d’avoir de tête quand on avait un téléphone. Et le dire à quelqu’un qui venait d’un monde où la robotique était reine… C’était un peu prêcher une convaincue, non ?

« Désolée... Je te laisse en placer une ! »

Non parce que faire les questions sans attendre les réponses, on avait connu plus poli comme début de conversation.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I’d be floating long
before we left the airlock
He’d take my hand, never leaving my side as we cartwheeled weightless among the stars.




Honey Lemon
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

Love Like That & Others Stuff x. Honey Eroshoney

Love Like That & Others Stuff x. Honey T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6130



Love Like That & Others Stuff x. Honey _



________________________________________ Sam 14 Mai 2022 - 0:35

La maternité n'était pas une étape essentielle à la vie d'une femme, quoi qu'en disent certains, mais cela ne l'empêchait pas d'être et d'avoir été franchie par de nombreuses femmes avant Honey. Sachant que les femmes représentent 52 % de l'humanité, pas besoin d'avoir étudié au MIT pour comprendre que, même en retranchant les femmes qui ne souhaitent pas porter la vie (et la donner au bout du compte), ça fait un paquet de personnes capables de parler ou de conseiller sur ce type d'expérience, celle qui est censée être le plus beau jour de votre vie - ou à égalité avec celui de votre mariage. Rien d'étonnant, donc, à ce que Honey connaissent plusieurs femmes ayant déjà traversé ce qu'elle était en train de traverser.
Il y avait évidemment sa mère, Hazel, sa première référente en la matière qui, même si elle se trouvait encore très jeune, était ravie de devenir grand-mère (mais militait fermement pour ne pas être appelée "mamie" et n'hésitait à prodiguer ses conseils, ressortir les vieux albums de photos et raconter tout un tas d'anecdotes à sa fille sur sa propre naissance. Ensuite il y avait Evelyn, sa best friend forever (ou BFF pour les intimes), la femme la plus intelligente qu'il ait été donné à la chimiste de rencontrer et son modèle de réussite. Eve était la maman de l'adorable petite Iris dont l'éducation inspirait forcément Honey et ce, même si Evelyn avait quitté la ville pour découvrir de nouveaux horizons professionnels. Elle n'en restait pas moins un pilier dans la vie de la jolie blonde, celui qui, sans aucun doute, la comprenait le mieux au monde et pouvait anticiper ses angoisses et ses interrogations. En somme, elle était la parfaite BFF.
Mais, ainsi que nous l'avons établi juste avant, Evelyn n'était pas à Storybrooke, aussi, pour les questions et les virées maternités quotidiennes, Honey devait compter sur d'autres personnes, qu'il s'agisse de sa nouvelle amie Anna, la meilleure chocolatière des alentours, d'Alexis qu'elle avait connue plus récemment et dont le fils serait très proche en âge de sa fille ou, comme c'était le cas ce jour-là, d'Eros - Rosie - la maman de Simon.
Les deux femmes s'étaient rencontrées dans des circonstances bien étranges, comme seule Storybrooke sait en offrir à ses habitants, quand Rosie avait été aspirée dans un jeu vidéo créé par Honey à cause d'une intelligence artificielle prénommée A.S.T.R.I.D qui n'en faisait qu'à la tête qu'elle n'avait pas. En définitive, Eros aurait eu toutes les raisons de détester Honey (qui n'avait plus l'habitude de l'être depuis qu'elle avait quitté le lycée où on la harcelait et n'avait absolument pas envie de retenter l'expérience) mais, finalement, les deux jeunes femmes avaient sympathisé. Sans doute fallait-il en conclure que les aventures virtuelles et douloureuses avaient aussi le don de créer des liens.
Quoi qu'il en soit, cette aventure n'avait pas suffisamment refroidi Eros dans son envie de fréquenter le laboratoire dans lequel la chimiste et astrophysicienne travaillait qui y avait même souvent amené son fils, Simon, passionné par tout un tas de sujets scientifiques et curieux comme dix hommes (Honey l'adorait donc, forcément) qui avait autant de questions que Honey à son âge (Honey qui, de fait, ne l'adorait que plus) et pour lequel la jeune femme avait volontiers concocté des dizaines de petites expérimentations afin de percer les secrets de la vie, de la physique, de l'Univers et de tout le reste. Bref, ils s'étaient vachement bien amusé et c'était donc tout naturellement que Honey avait pensé à Rosie pour l'accompagner faire un peu de shopping prénatal entre filles. Elle n'avait pas été totalement certaine qu'elle accepterait, songeant qu'Eros était plus Starbucks qu'H&M mais avait été absolument ravie qu'elle accepte et roulait (dans son fauteuil roulant dernier cri) vers la place de l'horloge où les deux femmes avaient rendez-vous en souriant jusqu'à derrière ses oreilles (même si ce n'est pas anatomiquement possible).
Alors qu'elle arrivait aux abords de la place de l'horloge - le point de rendez-vous idéal à Storybrooke - Honey constata qu'Eros l'y attendait déjà. Elle eut même le plaisir de la voir bondir (littéralement car elle ne manquait jamais d'énergie) du banc sur lequel elle l'attendait avant de venir à sa rencontre, armée d'un compliment qui, quoique flatteur, laissa Honey dubitative quant à sa véracité mais pas quant à sa sincérité. La future maman sourit et replaça une mèche derrière son oreille, geste qu'elle faisait dès qu'elle était mal à l'aise, même juste un petit peu.
- Tu trouves ? ne put-elle s'empêcher de demander en observant son ventre avec l'air d'hésiter. Moi je me trouve... énorme. Je me suis demandée si maintenant j'étais capable de rouler sur moi-même pour me déplacer mais j'ai préféré ne pas essayer, avoua-t-elle amusée par l'image, presque malgré elle.
C'était ce genre d'aveu que les femmes enceintes ne faisaient qu'à celles qui connaissaient ou avaient connu cet événement, pas le genre de commentaire que Honey aurait fait en présence d'un homme - particulièrement Stefan car certaines choses ne pouvaient pleinement s'apprécier qu'en possédant certains organes, typiquement ceux dont Stefan n'était justement pas pourvu.
- Mais merci. J'avais perçu le compliment dans ta voix, précisa Honey à son tour. Toi aussi tu es splendide. Et pleine d'énergie. On va bien s'amuser alors !
Elle l'espérait, en tout cas, car l'amusement faisait aussi partie de ses buts pour la journée.
- Oui, j'ai préparé pas mal de trucs, déjà, mais j'imagine qu'on a jamais assez. J'ai essayé d'estimer la consommation de couches culottes mensuelles pour prévoir un budget dédié... J'ai tout ça dans une appli, t'inquiète pas. Avec A.S.T.R.I.D. on a mis au point quelque chose de pas mal, je crois, qui répond exactement à mes besoins... Oh et récemment on a fait la chambre où elle dormira ! s'exclama la jolie blonde. C'était vraiment chouette, elle va être bien dedans, enfin, je crois. On a installé tout ce qu'il faut mais... Non, en fait, je ne suis jamais allée sur ce genre de forum, réalisa la jeune femme en fronçant les sourcils. Mais c'est pas grave, pas vrai ? Parce que... en fait je préfère demander les conseils à des gens que je connais - mes amies, mes proches, ma maman... Tu es déjà allée sur les forums pour parents, toi ? Je manque quelque chose ?
Honey avait-elle commis une erreur ? Un oubli ? Soudain, elle doutait. Et quand elle doutait, Honey pouvait poser soixante questions à la minute, de quoi battre Eros et son enchainement de questions haut la main. De quoi ne pas non plus lui en tenir rigueur. Mais aussi de quoi ne pas y répondre dans l'ordre, fait que la scientifique s'empressa de corriger :
- Et donc aujourd'hui j'aimerais bien acheter des doudous et plus de vêtements trop mignons... Oh et pourquoi pas un bel album photo vide pour y mettre plein de photos quand j'en aurais !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Rewrite the stars
Love looks not with the eyes but we the mind and is therefore winged cupid and painted blind.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh
 Page 1 sur 1

Love Like That & Others Stuff x. Honey





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques