« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
Carte mémoire Micro SDXC Sandisk Extreme Plus 256Go / 200Mo/s
19.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Victoire Adler
« T'es qu'une putain d'armoire, Commode ! »

Victoire Adler

Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 Heradam04

I'll be with you from Dusk till Dawn





Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 Dujd
Edition Août-Septembre 2020

| Conte : Intrigue divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Hera, déesse du mariage, des femmes et des enfants

Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 5ys2

| Cadavres : 722



Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-09, 23:42 « T'es qu'une putain d'armoire, Commode ! »


Did I miss you ? You miss me too
Victoire avait failli frôler la crise cardiaque, si tant est que cela eût paru possible, mais la rouquine s’en était très bien sorti. Elle avait levé un pouce en l’air discret et enthousiaste à l’attention de son amie lorsque le président s’était retourné et s’était également permit un souffle de soulagement. Il fallait dire qu’Anastasia avait un aplomb plutôt impressionnant pour le mensonge, un aplomb qui devait sans aucun doute lui venir de ses années d’orphelinat et de cavale à travers ce pays qui s’était retourné contre elle, pays qu’ils visitaient à présent comme si elles en étaient de parfaites étrangères. C’était bien sûr le cas pour Hera qui profitait de chaque seconde qui lui était offert, posant ses yeux partout où elle le pouvait. Cela devait largement moins l’être pour Anastasia même si elle n’avait jamais vécu à Moscou et que le Kremlin avait alors pas l’utilité de direction qu’elle avait fini par avoir avec la révolution de 1917.

La déesse se demandait comment la jeune femme vivait ce nouveau moment plutôt étrange mais bien plus que cela, elle se demandait comment un ex agent du KGB qui avait sans aucun doute le mensonge pour seconde nature avait pu gober leur mensonge aussi facilement. L’avait-il seulement gobé ? N’était-ce pas un piège tendu tout droit devant elles ? Victoire savait qu’en cas de problème, elle n’hésiterait pas à les téléporter mais elle préférait éviter cette option, bien trop voyante, qui créerait sans nulle doute possible un précédent historique IMPODSSIBLE à effacer. T il était hors de question que ce type de précédent soit créé par elle, elle avait été enfermée pendant bien trop longtemps pour qu’on puisse en plus lui laisser entendre que Zeus avait finalement eu raison de la laisser à l’écart. De même qu’il lui était inconcevable que la Romanov crée un nouveau problème dans son pays, des années après sa mort, créant un anachronisme incroyable qui aurait en plus des répercutions obligatoires sur sa psychologie.

La visite s’était pourtant poursuivie sans aucun encombre. Le président s’était montré courtois, sympathique, comme il avait l’habitude de le montrer à la télévision et il avait fini par les congédier aux portes de son bureau. La déesse n’avait pas manqué de le remercier pour la visite avant de reprendre le dédale incroyable de couloirs du palais du Sénat à la recherche d’un angle mort. Elle avait attrapé le poignet de la jeune fille pour l’obligé à suivre le rythme de marche qu’elle avait accéléré tout en lui précisant entre ses dents.

- Bon, ça suffit les conneries, on se tire d’ici avant qu’on fasse quelque chose de bien pire.

Une fois l’angle mort trouvé, elle les avait téléportés loin des ennuis, mais pas loin de la Russie. Elles étaient alors arrivées dans une incroyable salle de bal déserte. Il ne semblait pas y avoir âme qui vive et quelques installations laissait percevoir que la salle était actuellement en rénovation, sans aucun doute pour ravivait les dorures qui brillaient pourtant déjà de mille feux. Victoire avait alors tendu un index menaçant vers Anastasia avec un regard aussi froid que la glace, le genre d’attitude qui ne donnait pas spécialement envie de désobéir.

- Tu ne bouges pas.

Sans un mot de plus, elle avait de nouveau disparu, laissant la jeune russe, une russe désemparée et humaine qui de toute façon n’aurait pas bougé bien loin. La rouquine se retrouva seule dans la salle de bal du palais Peterhof pendant plusieurs minutes et brusquement, le raclement de gorge de Victoire qui venait de derrière elle la força à se retourner. Elle était là, souriante, Abigaelle dans les bras, Dimitri à ses côtés ainsi que leur chien.

- Excuse-moi pour l’attente, ils étaient bien sûr tous au courant de la surprise mais notre emploi du temps a été quelque peu chamboulé et ils n’étaient donc pas prêt. La petite n’a d’ailleurs pas fini son déjeuner...

Elle lui lança un sourire rassurant qui signifiait qu’il n’y avait pour autant pas à s’inéquiéter de la fin de l’enfant. Elle observa le lieu avant de dire avec douceur.

- Je voulais te ramener un peu sur les traces de ton passé. De ce qu’on t’a retiré. Tu es née ici. Dans ton monde, cette salle de bal n’est qu’une ruine non entretenue mais ici, on lui a redonné toute la splendeur que tu mérites. Je voulais que tu renoues avec tout ça, parce que ton mariage ne serait pas que l’union de deux êtres qui s’aiment, c’est aussi deux histoires qui s’allient, une partie de son passé qu’on accepte et qu’on laisse un peu derrière soi... J’espère que tout cela t’aura plu... Je t’ai menti ce matin, le panier n’était pas le seul cadeau que j’avais pour toi.

Elle leva alors la main, l’invitant à se tourner de nouveau pour laisser entrevoir une magnifique robe de mariée. (HJ : pas de photo, je te laisse l’imaginer comme tu la désires, j’aimerai que Hera ai tapé au plus juste).

- Je l’ai faite moi-même... J’espère qu’elle te plaira. Dans le cas contraire, nous pourrons toujours la modifier d’un claquement de doigts mais je veux que tu saches qu’elle a était faite entièrement à la main. J’y ai passé un certain temps... ce qui explique que je ne sois pas venue plus tôt. J’ai veillé sur beaucoup de mariage de très loin, j’ai l’occasion pour une fois de bénir une union véritablement et l’union d’une amie. Je voulais que le prix de ma gratitude soit retransmis dans cette robe.

Elle remonta Abigaelle dans ses bras avant de préciser.

- Le château est fermé aujourd’hui, nous sommes seuls, les caméras ont été neutralisé. Je te laisse l’occasion de la porter ou de l’observer, je te laisse un peu de temps avec ton futur mari, il y a tout ce qui faut désormais derrière vous : un merveilleux repas, de la musique pour danser, bref le temps de t’imprégner une dernière fois de ton passé et laisser les fantômes de ta famille bénir cette union. Je vais m’occuper de faire finir de manger Abigaelle et de sortir le canidé. Profitez et lorsque vous en aurez assez, il te suffit de m’appeler Anya.

Elle lui avait lancé un tendre sourire. Elle avait amorcé un pas pour la prendre dans ses bras, comme un ultime geste de gratitude, comme aussi pour s’assurer que la surprise lui faisait plaisir, mais elle se ravisa, préférant la laisser digérer toutes les informations, vivre son moment. Elles auraient bien le temps pour les embrassades et les explications plus tard. Elle disparut alors d’un geste brusque avec l’animal et l’enfant.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Anastasia Romanov
« Men are such babies »

Anastasia Romanov

| Avatar : Ashley Clements

Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 Sans_t20

Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 210704080453538741

| Conte : Anastasia
| Dans le monde des contes, je suis : : Anastasia Romanov

| Cadavres : 7142



Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-11, 00:29 « Men are such babies »

Que fait-on quand une déesse qui de plus à organiser votre virée improvisée en Europe de l'est vous attrape par le poignet pour vous entrainer à sa suite tout en faisant comprendre que c'est elle qui gère la situation ? Eh bien on obtempère. Certains - Dimitri, par exemple - n'auraient pas manqué de souligner que c'était étonnant de la part d'Anastasia qui n'en manquait pas une, ou presque, pour exprimer son caractère bien trempé mais les absents ayant toujours tort, la jeune femme ne se demanda pas davantage ce qu'il aurait pu dire. Même si le fait est qu'elle aurait été beaucoup moins docile avec son cher et tendre qu'elle ne l'était avec Victoire. Vu les circonstances, Anya avait bien senti que ce n'était pas le moment de faire des vagues et qu'elles avaient sans doute eu très chaud. La Russie c'était bien mais à petites doses, malheureusement. Aussi la rouquine approuva-t-elle la proposition de "se tirer" le plus rapidement possible et le signifia en opinant.
A la vérité, Anastasia fut soulagée quand une fois dans un coin tranquille (et c'était visiblement une denrée rare au Sénat) Héra les téléporta ailleurs même si ce n'était pas encore Storybrooke. A une époque elle avait presque haï la solitude qu'elle vivait quotidiennement à l'orphelinat mais se retrouver dans une salle de bal déserte et presque oppressante de grandeur et de solitude la soulagea. Victoire n'avait pas eu tort en parlant des bêtises qu'elles avaient faites et en sous-entendant les répercussions qu'elles auraient pu avoir.
Et le regard que la déesse lui jeta le lui fit ressentir à nouveau. Héra aurait sans doute était bien plus effrayant que Camarade Tuberkulov ou que sa nounou Kseniya dans ses mauvais jours si la déesse avait dû garder des enfants. C'était un peu (beaucoup) infantilisant de se voir traiter de la sorte à plus de vingt ans mais Anya prit sur elle. De toute façon elle n'avait prévu d'aller nulle part et profita de l'absence momentanée de Victoire pour observer cette somptueuse salle, immense, face à elle.
Anya y déambula d'un air rêveur, se demandant ce que faisait Victoire et sursauta après un moment dont elle n'aurait su évaluer la durée quand la voix de Victoire l'interpella. En se retournant, Anya découvrit, étonnée, que toute sa petite famille avait fait un voyage express avec Héra airlines. Ca pour une surprise !
C'était d'autant plus étonnant que l'ordre très froid de Victoire ne pouvait absolument pas laisser présager ce qui allait advenir.
- Ca pour une surprise, en effet, commenta Anya, incapable de trouver quelque chose de plus intelligent à répondre. Merci, ajouta-t-elle en déglutissant lorsque Victoire eut révélé le fin mot de la douce supercherie dont la Grande Duchesse était victime.
Anastasia ne savait jamais quoi dire quand on lui faisait des cadeaux "normaux". Alors là... Elle se sentait extrêmement reconnaissante mais l'orgueil l'empêchait de pleinement le dire. Anastasia espéra seulement que son sourire sincère parle pour elle, un sourire qui se changea en une bouche bien bée quand Héra révéla une robe de mariée sans chichis mais élégante, annonçant que ça aussi c'était pour elle ! Là, Anya ne savait vraiment plus où se mettre. Même en se sachant de sang noble, elle se demandait si ce n'était pas trop. La robe était... Parfaite ! Si bien que la rouquine ne put que laisser échapper un sifflement d'admiration.
- J'sais pas si je mérite tout ça, commenta-t-elle après avoir repris ses esprits. C'est... waouh, je sais pas comment je peux te remercier. Cet investissement juste pour mon mariage ! Ca me touche beaucoup. Ca et puis tout le reste, ajouta la future mariée qui s'était approchée de la robe pour en étudier le tissu et les finitions de plus près, notant la perfection du travail de son amie.
Car elles l'étaient, c'était même une évidence. Si elle avait eu 20 ans de moi ce seul fait aurait rendu Anastasia particulièrement crâneuse. Dieu merci, elle avait mûri.
- Je crois que la robe retranscrit bien tout ce que tu voulais retranscrire et sans doute encore plus, poursuivit la jeune femme dont le regard oscillait entre le vêtement et la déesse.
Anya hésitait à l'étreindre ou pas. Ce genre de moments était toujours un peu gênant et finalement ce fut Victoire qui prit la décision pour elle en annonçant la suite du programme - et quel programme ! - avant de disparaitre avec Abigaëlle et Hoover. La petite fille avait l'air heureux d'être dans les bras de Victoire et Anastasia savait qu'elle pouvait difficilement être dans de meilleures mains. Quelque part, Anya était contente d'avoir évité le moment un peu gênant et sentimental qui aurait pu résulter d'une étreinte, surtout après tout ce que Victoire avait fait pour elle.
Une fois la déesse et leur fille parties, la jeune femme se tourna vers Dimitri et ne put s'empêcher de dire :
- Franchement, j'imaginais pas Victoire en nounou et dog sitter mais j'ai bien envie de profiter de son cadeau.
Anastasia n'avait que de vagues souvenirs du palais Peterhof qu'elle avait surtout vu en photo mais eut cependant l'impression de valser dans ses souvenirs. Un moment chargé en émotions qui s'étira comme un drôle de rêve dont elle savait qu'elle garderait de précieux souvenirs. Ce n'était jamais bon de vivre dans le passé mais une visite de temps en temps, qui plus avec un repas pareil, ça ne se refusait pas. Elle et Dimitri profitèrent de ces instants sans se chamailler et, effectivement, Victoire vint les ramener chez eux le moment venu.

Fin
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t5617-terminee-once-upon-a-r
 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Did I miss you ? You miss me too ♛ Anya





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations