« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-36%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
69.99 € 109.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Evénement #113 : Amazonbie [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+4
Erwin Dorian
Lena Davis
Honey Lemon
A.S.T.R.I.D.
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage


Erwin Dorian
« If the crown should fit, then how can I refuse? »

Erwin Dorian

| Avatar : Rufus Sewell

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Vba9
- Pour ma victoire? C'est adorable, trésor... Même si en toute modestie, je dois admettre, qu'au-delà de cela, je suis un prestigieux modèle pour mes concitoyens"
(Alexis pense-t-elle qu'il est parti trop loin? Sûrement! On approuve)

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Sn0a
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Da6n
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 W2ja

| Conte : Coeur de Princesse/Le Prince et le Pauvre
| Dans le monde des contes, je suis : : Preminger

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Hmch

| Cadavres : 1320



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-25, 00:34 « If the crown should fit, then how can I refuse? »

AMAZONBIE

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Sans_t11
"Les montagnes russes? Très peu pour moi"
i


On disait que les drames personnels étaient les plus éprouvants.
Au milieu de toute cette agitation, de ces disparitions, de ces agressions, Preminger ne pouvait s’empêcher de donner raison à cet adage.
« On dirait que je suis tombé tête la première dans la benne à ordures » pestait-il intérieurement en secouant ses boucles noires.
Malgré le fait appréciable de voir son intelligence sollicitée, l’odeur qui émanait de son uniforme se rappelait parfois à son bon souvenir. A chaque rappel, il se sentait l’âme à abandonner Georgia pour une journée supplémentaire pour profiter de la chaleur apaisante d’un bon bain odorant.
Et dire, il avait tenté d’en faire le moins possible, d’utiliser un maximum les gants, le seau, le plus loin possible de lui pour éviter tout contact avec la saleté…Il avait même tenu une serviette plaquée sur le bas de son visage imbibée de produits de fortune qui complétaient sa panoplie de parfait « homme de maintenance » pour éviter de sentir l’odeur atroce qui émanait de cet endroit
Rien n’y avait fait et rien n’y faisait encore maintenant.
Erwin Dorian Preminger aurait pu râler, hurler même, mais il était plus digne que cela. Après tout, ce n’était qu’une humiliation supplémentaire. L’humiliation de trop.
Aussi, il avait dépassé le stade des reproches et des jérémiades et était figé dans une colère noire contenue. Celui qui avait oser causer tout cela, allait payer ! Si Victor ne lui donnait pas satisfaction, il s’en chargerait lui-même, personnellement.
Il le reconnaissait sans mal l’informatique n’était pas son domaine, cela ne témoignait pas d’une faiblesse d’esprit, mais résultait tout simplement du fait que le monde dont il venait n’en n’était pas équipé, aussi laissa-t-il Honey se charger de récupérer le code du robot initial trop fasciné par l’intérieur de cette pièce musée.
Même si après toute cette aventure, il comprenait le point de vue de Saimhainn et sa répugnance à la technologie.
La situation actuelle était bien confuse. Leur couverture avait été, bien qu’on ne se soit pas donné la peine de le lui signaler, découverte ou révélée. Ce qui signifiait deux choses :
Primo à présent, si considéré qu’auparavant ils erraient réellement sans risque dans Amazon, ils étaient découverts et à découverts
Secondo : il venait de se tartiner une séance dans les ordures pour rien !
A présent, l’heure de la prudence semblait révolue – si on partait du principe que cette heure puisse exister avec Honey dans les parages – et on parlait librement de toutes les théories possibles et imaginables devant Charlie et Judy. A votre bon coeur, Messieurs Dames ! Evidemment, il ne servait plus à rien de protester une fois que tout était dit, n’est-ce pas ?
Aussi, Preminger se contenta d’observer les événements se dérouler les lèvres pincées, le cerveau activé. Il fallait bien que quelqu’un le fasse, n’est-ce pas ?
Au fil des événements, seules des remarques fugaces lui parcouraient l’esprit, trop légères pour bâtir une théorie cependant.
- « Nous avons une situation plus urgente, décréta soudain Judy en haussant le ton, Pendant que vous étiez dieu sait où j'ai reçu une notification du système. L'une des employées de l'Emballage a disparu. Son bracelet n’apparaît plus dans le système. Elle s'appelle... continua-t-elle consultant ton téléphone... Kira Arlo.
Et une de plus ! La dulcinée de Charlie d’ailleurs…
Erwin tourna brutalement son visage vers le jeune homme qui a cette annonce avait instinctivement blêmi et s’était mis à faire les cents pas dans les lieux
- Oh non, Kira !
Comme mué par une terreur inextricable, Charlie se prit la tête dans les mains, avec angoisse :
- Il faut qu’on la retrouve…
Erwin parcourut d’un regard son équipe. Encore une disparition… A croire qu’elles se succédaient avec une rapidité croissante depuis leur arrivée..
Charlie continuait ses jérémiades non loin de lui, répétant en boucle son désir de retrouver Kira…
Au demeurant, cette situation était une aubaine pour la manipulation qu’Erwin souhaitait conclure sur le jeune homme. N’y avait-il pas meilleure occasion qu’un moment d’angoisse pour entrer dans la confiance de quelqu’un ?
Aussi, s’approcha-t-il du jeune homme et lui tapota l’épaule :
-Allons, allons...Nous allons la retrouver...souffla-t-il avec douceur au jeune homme, Aide-nous et ce sera l’occasion idéale de briller à ses yeux comme un héros! Ajouta-t-il avec légèreté,
Il manqua d’ajouter que cela avait été exactement son plan pour accéder à la Couronne. Au détail près que son plan avait inclu de provoquer cette détresse pour le placer en situation de héros.
Cela Charlie l’ignorait, aussi un peu de reconnaissance sembla passer chez le jeune homme qui opina de la tête. Evidemment son angoisse n’était pas disparue mais Preminger vit que le jeune homme opinait à ses propos, en essayant de lui faire confiance. Parfait
- Sais-tu où les robots auraient pu l’emmener ? Un endroit vide sans organique ? En profita-t-il
Cela ne mena nulle part. Malgré le fait visible que Charlie se creusait réellement la tête, il n’avait pas l’air de savoir où chercher…
Ou alors peut-être était-il trop perturbé pour y réfléchir froidement. L’amour à l’état brut. Pathétique mais fort. L’amour était la faiblesse parfaite de tout individu, après tout. La perte d’un être empêchait de rationaliser les événements. La peur aussi. Le stress. L’urgence.
Mais Erwin n’avait que faire de Kira Arlo et outre cette précision, son intelligence se trouvait stimulée en état d’urgence, aussi se tourna-t-il vers Judy d’un air d’un air perplexe :
- Comment se fait-il que le système vous avertisse de cette disparition ? Cela vient il dû fait que son bracelet se soit éteint ? Interrogea-t-il en penchant la tête
Il plaçait la DRH face à ses affirmations. Toute aussi perdue qu’elle semblait l’être à présent, comment expliquer que subitement elle admette être au courant dans la minute des disparitions de ses employés « organiques » ? Ca n’avait aucun sens...comment aurait-elle pu le savoir ?
Judy elle leva les bras en signe d’impuissance :
- Je ne sais pas, c'est la première fois que j'ai une notification de ce genre.
- Or il y a eu plusieurs disparitions...commenta Honey « Et si quelqu'un essayait de nous aider maintenant qu'on est sur le coup ? suggéra-t-elle très excitée par cette peut-être nouvelle aide.
Il y avait deux possibilités en réalité. Soit Judy mentait pour éviter de se découvrir soit effectivement quelqu’un tentait de communiquer avec eux.
A son arrivée, il aurait opté d’emblée pour la première des hypothèses...A présent, la deuxième lui semblait tout aussi probable.
Mais ils disposaient d’un moyen fiable de le savoir.
- Honey, A.S.T.R.I.D pourrait-elle retracer l’origine de la notification ? Demanda-t-il avec inspiration Si nous trouvons le lieu nous pourrions peut-être trouver notre allié de l’ombre ça serait un bon début…
Il eut le contentement d’entendre l’Intelligence Artificielle s’adresser à lui d’elle-même :
- Je m'y mets, Erwin Dorian
Bien qu’entendre son nom complet répété par une I.A. soit troublant, l sourit avec aise, les choses étaient plus simples lorsqu’on le laissait prendre le contrôle des opérations et remerciant la machine.
- Son signal a été enregistré pour la dernière fois dans le secteur d'envoi des colis, ajouta Judy.
Erwin fronça les sourcils, instinctivement. Au secteur d’envoi des colis ? Quelque chose ne collait pas.
- N’est-ce pas un secteur réservé aux automates uniquement ?
Il lui semblait encore entendre précisément ce commentaire dans la bouche de cette même Judy lors de leur arrivée sur les lieux. Cela n’avait pas de sens…
Pour toute réponse, Judy opina de la tête.
- Eh mais attendez c'est là-bas que l'énergie était redirigée avant pendant le blackout ! s’exclamait déjà Honey
Cela semblait logique...Et collait avec le lieu de la production...qui se situait au trente-sixième dessous. Enfin, façon de parler.
- Ce qui veut dire... peut-être...que notre allié s’y trouve également..il a peut-être profité du black-out ? Ou en a été témoin...tout comme de la disparition de Kira ? Analysa-t-il tout haut...avant de reprendre Nous devrions aller voir...évidemment je préférerai avoir la chance de faire un brin de toilette avant mais je crains que ça ne soit pas le moment.. »
En haussant les épaules, il nettoya ses mains avec le résidu de produit de nettoyage qui lui restait. Quitte à sentir quelque chose, autant que ça soit le détergeant.
- Mais c'est impossible de descendre dans ces étages, ils ne sont pas conçus pour les humains. Y a même pas d'accès prévu ! s’exclama Judy en ouvrant grands ses yeux.
Peut-être était-ce plus par sa propre vision… Erwin leva les yeux au ciel, agacé. Soit cette femme les prenait pour des imbéciles et tentait de les mener en bâteau soit elle même n’avait pas de réflexion
- Il le faut bien...sinon comment expliquer vous que Kira y soit localisée? Sauf à être empaquetée et prête à l'envoi…ajouta-t-il en réprimant un petit rire cruel,
Avant l'arrivée des automates une issue existait FORCEMENT déjà. Ce n’est à vous que je vais devoir apprendre l'historique de votre entreprise -ajouta-t-il d’un ton doucereux
Il vit Judy prendre un peu la mouche et renifler d’un ton agacée :
- Ne vous est-il pas venu à l'esprit qu'entre le moment de sa conception et mon arrivée le batiment ait pu subir quelques travaux d'amélioration ?
« Au demeurant...non... » il réprimât sa plaisanterie pour lui. S’il la dressait contre lui, elle ne dirait plus rien. Sûrement avait-elle été vexée, confrontée à son âge.
- Loin de critiquer votre âge, Madame, je me rappelais simplement que votre entreprise était une entreprise pilote...Et d'après ce que j'ai cru comprendre les automates travaillent ici depuis un an maximum... J'avais évalué votre ancienneté à plus d'un an ici. Mais à l'évidence, vous êtes également une petite nouvelle dans cette entreprise..ne put-il s’empêcher d’ajouter avec un léger ricanement, Ce n'est pas grave... Donc en conclusion...hormis par l'accès via le transporteur, s'y rendre est impossible selon vous?
- C’est exact, ajouta laconiquement Judy en croisant les bras.
- C'est pas grave on va en trouver un, affirma Honey de son habituel ton optimiste, Erwin a raison si Kira a pu passer, on peut aussi.
- Peut-être le plan pourrait nous en donner l'accès? Proposa-t-il en se tournant vers Aster.
Loin de protester, le gaillard déroula simplement le plan pour qu'Erwin y jette un coup d'oeil en disant
- Si ça peut aider
- "J'aime votre état d'esprit " commenta Erwin avec un sourire en coin "c'est toujours un plaisir de collaborer avec vous"
Mais il n’ajouta rien de plus. A vrai dire, il saluait plutôt l’intervention d’Aster face à Lena précédemment. Il le cernait. Un homme loyal, intègre qui détestait les critiques mais qui n’était pas dénué de justice.
Comme il le pensait, Aster n’ajouta rien non plus. C’était une période de trêve. L’heure était à l’action. Et peut-être avait-il enfin vu qu’il savait se servir de son cerveau.
Ils se mirent à déambuler au gré des allées froides et dénaturées, vers les issues indiquées par le plan.
Erwin tout à sa recherche s’interrogeait- sur l’origine de l’obtention dudit plan. Aster avait indiqué que Charlie l’avait eu. Il n’avait pas précisé comment. Finalement, ce jeune homme d’apparence morne s’avérait plein de ressources…
Ils arrivèrent devant la zone des anciens accès...Où ledit Charlie entreprit de détruire leur espoir.
- Ils ont tous été détruits...constata-le jeune homme en les pointant du doigt.
Effectivement, on ne trouvait plus nulle trace d’accès quelconque au sous-sol. Incroyable mais vrai.
Dans une telle entreprise comment pouvait-on être suffisamment inconscient pour ne pas ménager au moins une issue de secours ? Comment pouvait-on espérer que les choses se déroulent normalement si on condamnait tout accès aux robots ? Comment pouvait-on même espérer réparer ces derniers s’ils n’étaient plus en accès direct ? C’était une preuve de la gestion pathétique de Judy…s’il en fallait une supplémentaire.
Rendant avec dépit la carte à Aster, il se dirigea vers la salle principale où se situait le Transporteur, Charlie sur ses talons…
Il se remémora subitement le combat du jeune homme avec le Collègue de travail et la discussion qu’il avait eu avec Charlie sur ses ambitions personnelles.
Le jeune homme semblait doué. Plus que de prime abord… Comment avait-il su rebooter un robot ? Ne souhaitant pas poser la question directement, il ralentit son pas pour se retrouver à sa hauteur :
- "Tu sais..tu es un jeune homme plein de ressources finalement! Déclara-t-il avec un amical sourire factice accroché à ses lèvres, Cela ne pourra que plaire à Kira, une fois cette aventure passée... Comment as-tu appris à rebooter un robot? cela semble être...une activité dangereuse"
Il ponctua ses mots d’un clin d’oeil complice. Cela paya et Charlie pouffa :
- Oh tu te fais des films ! Pour rebooter ces robots faut juste pousser un bouton à la base de la nuque. Dans un sens ça éteint, dans l'autre ça rallume et voilà. Tout le monde peut le faire, pas besoin d'être ingénieur. Passée la période d'essai on nous le dit, au cas où un appareil bogue.
« Tout simplement ». Dommage qu’on ne puisse pas éteindre ces machines de cette même façon. Il visualisa de nouveau l’ossature du Collègue de travail, « « Investigation en cours. ».  avait-il dit...
- Oh surprenant...marmonna-t-il avec dépit avant de renchérir : Tu n'y es pas arrivé tout à l'heure? Lorsque tu t'es proposé pour le faire?
- J y serais arrive s’il n’avait pas décidé de m agresser. Je n’ai pas été assez rapide pour atteindre sa nuque. Comme tu l’as vu.
Erwin opina sans répondre...Oui...Effectivement… A croire que le robot avait été programmé pour agresser quiconque tenterait un reboot. Ce qui n’était pas surprenant en soi. C’était même logique. N’importe quelle personne orchestrant un complot tenterait d’éviter le reboot de ses machines.
Il était encore plongé dans ses pensées lorsqu’il arriva non loin de Saimhainn. La disparue… Qui depuis avait été retrouvée de toute évidence et cheminait seule.
Il n’avait pas eu le temps de d’échanger un seul mot avec cette dernière, mais il l’avait remarquée. Ou plutôt sa robe, qu’elle avait du ôter pour une tenue moins seyante. Et il n’avait pas raté sa discussion avec la scientifique lorsque celle-ci lui avait proposé de lui offrir un remède.
- Vous voilà de retour...vous semblez avoir eu votre lot d'émotions fortes... déclara-t-il aimablement en la rejoignant puis il tourna vers elle son regard inquisiteur : Existe-t-il un remède, dans votre herboristerie pour effacer un souvenir de votre esprit? Si cela existe, j'effacerai cette odieuse aventure de ma tête, pas vous?
A vrai dire, il doutait qu’une telle décoction existât. Cependant, même s’il l’avait dit sur le ton de la plaisanterie, l’information était cruciale. De taille même.
Peut-être le perçu-t-elle car derrière le léger sourire qu’elle lui accorda, il décela facilement une certaine raideur… Une sécheresse même
- "Je tiens une herboristerie, non un cabinet de sorcière, les plantes n'ont pas le don d'amnésie Monsieur Dorian"
- "Vu le nombre de curiosités et de magie dont notre petite ville regorge, vous me pardonnerez mon humble méprise...soupira-t-il en secouant la tête d’un air désolé avant de joindre les mains d’un air enthousiasme, Vous êtes donc une authentique apothicaire! Croyez le ou non, j'ai toujours été fasciné par l'art d'orchestrer les plantes...Là d'où je viens, c'est une pratique extrêmement respectée"
Il avait répliqué, rapidement, d’instinct. Peut-être l’avait-il vexée… Etrange. D’ordinaire, aucune personne ne prenait si froidement ses remarques… Il savait parfaitement tourner ses phrases, les arranger, les soigner lorsqu’il souhaitait paraître agréable et avait fait de même avec celle-ci. Sauf à ce qu’il ait déjà causé une mauvaise impression par le passé .. ?
Pour lui donner raison, la jeune femme ajouta malgré elle :
- Je n'effacerai pour rien au monde cette aventure, ce genre de périple fait ressortir notre véritable nous, nous pouvons nous découvrir plus courageux, plus peureux... ou plus hautain que nous en avons l'air"
Un sourire franc naquit sur le visage de l’ancien ministre. Rares étaient les gens, autrefois, qui osaient le braver. Rares étaient ceux qui déclaraient avec franchise ce qu’ils pensaient.
Preminger savait que la franchise à la Cour était une sottise. Il ne fallait jamais découvrir son jeu… Ou incomplètement Ceux qui l’utilisaient étaient généralement de grands naïfs ou à l’inverse de ceux dont l’intelligence quotidienne permettait à leur esprit de se révéler.
En ce qui concernait Saimhainn ? Une charmante ingénue. Mais il convenait à raison qu’il avait commis des erreurs dans son parcours à Amazon…
Mais là était son art.
- " Je n'ai jamais précisé que cela était pour mon usage personnel...A vrai dire, c'était pour en informer mon épouse une fois que tout cela sera terminé...Je m'inquiète de ce qu'elle a pu et peut endurer en ce moment... Elle est assez fragile et a déjà vécu des épreuves difficiles par le passé…" avoua-t-il d’un air peiné.
Il ne mentait pas à cet instant précis et peut-être le sentirait-elle… Il n’épilogua en revanche pas sur l’usage qu’il souhaitait en faire, évidemment. De toute façon, pour le moment, cette potion était hors de portée de la jeune herboriste.
Puis son sourire s’accentua, presque carnassier :
- Me trouvez-vous hautain, Mademoiselle Saimhainn?
Elle n’avait sûrement pas pensé qu’il répliquerait aussi frontalement. Evidemment. Ses émotions étaient limpides, visibles, il pouvait les lire aussi clairement qu’un livre.
Elle s’était adoucie comme il pouvait s’y attendre lorsqu’il avait évoqué Georgia puis son visage s’était directement refermée, comme si son esprit lui avait commandé de se méfier. Elle finit par soupirer :
- "Sans vouloir me montrer grossière, Monsieur Dorian je crois que la Terre entière vous trouve hautain. Mais je n'ai pas l'habitude de juger un livre sur sa couverture, peut-être êtes-vous une perle de générosité dans un écrin de condescendance ?" Elle avait sourit en prononçant ses derniers mots.
Sûrement heureuse et surprise de sa propre audace. Il fallait en convenir, elle avait une fraîche hardiesse.
Il était hautain, c’était vrai. Il ne le voyait même pas comme un défaut, mais plutôt comme une conséquence de sa réussite. Lorsque tout vous souriait, il était évident de considérer les autres d’un œil nouveau. Mais la façon de discourir de la jeune femme l’amusait. Elle lui rappelait l’ancien temps. Sa vie passée.
Aussi, se mit-il à rire fièrement avant de répliquer :
- N’est-ce pas pareillement hautain de votre part de parler pour la Terre entière, Mademoiselle ? Déteindrai-je sur vous? » répondit-il mielleusement mais sans réelle agressivité puis il hocha la tête « c’est un bon précepte en effet.. vous aurez sûrement l’occasion de répondre à cette question dans un avenir prochain...conclua-t-il en plongeant son regard dans celui de la jeune femme un petit sourire en coin sur ses lèvres.
Peut-être serait-il faussement agréable ou non...L’avenir lui dirait. Il s’amuserait à l’être cela dit.
La jeune femme sourit davantage à ces moments :
- "J'attends avec impatience ce moment alors. J'ai hâte de savoir si je dois vous détester ou non. Ajouta-t-elle avec un grand sourire avant de s’éloigner.
Erwin l’observa un sourire goguenard ses lèvres. Elle ne détestait déjà plus, c’était évident. Il ne connaissait que trop les individus pour ne pas les cerner. Au plus était-elle sur la réserve. Mais hormis être hautain, il ne lui avait pas donné trop de raison de se méfier de lui. Mais il devinait son état d’esprit un peu intriguée, méfiante mais confuse.
Leur périple avait pris fin devant ce cher Transporteur… Une vulgaire trappe dans un mur. Mais visiblement et de toute évidence, le seul moyen d’accès au sous-sol..
- Donc vous voulez dire qu'AUCUN autre moyen ne permet de descendre là dedans que par cet espèce de toboggan géant?" fit-il remarquer à l’ensemble du groupe.
S’il avait tenté de la maîtriser sa voix avait pris une tournure quelque peu stridente.
Déjà Honey s’écriait:
- C'est dangereusement brillant comme idée ! J'achète.
Elle n’était même pas loin de battre des mains comme une enfant à l’idée d’un tour de manège. Mais cela suffit pour faire la fierté de l’Ancien Ministre. Idée brillante, évidemment. Ne lui avait-il pas demandé depuis le début de lui faire confiance ?
- Non mais je peux aller la récupérer seul, proposa Charlie ce qui sembla être une proposition raisonnable à l’oreille d’Erwin.
Qu’il saute donc jouer au Prince Charmant...Et eux...attendraient bien sagement en haut. Entiers.
Qui pourrait donc avoir envie de...
- Hors de question, on est tous impliqués on y va tous.
Ah oui… C’était évidemment sans compter sur Honey …
Pourquoi ne l’avait-il pas prévu ? Il commençait à parfaitement la connaître à présent.
Il fixa la trappe d’un air trouble… L’environnement si incertain d’Amazon lui semblant brutalement semblable au paradis moelleux et attrayant. Même le nettoyage.
- S’engouffrer...là...dedans...Tous ! Ajouta-t-il rapidement en se rendant compte que cette idée folle était...de lui.
Est-ce qu’il finissait par devenir comme cette scientifique ? Cette pensée l’inquiéta tout autant.
- Tous? Vraiment? Est-ce bien...raisonnable? Souffla-t-il en sontant son visage blêmir, Rien ne dit que notre kidnappeur ne s'y trouve pas également...Il faut que quelques-uns assurent une réserve ici. Histoire qu'il reste certains d'entre nous au cas où la chute serait...Fatale…"
Fatale. Pour un notaire, c’était amusant de se dire qu’il n’avait jamais fait de testament. Il n’avait jamais pensé en avoir besoin.
Fixés sur la trappe, ses yeux voyaient presque troubles. Presque se serait-il senti aspiré de force dans cet interstice d’obscurité qui contrastait violemment avec la blancheur des murs. Il crispa ses mains, impulsivement, comme pour se sentir pleinement maître de son corps et de son esprit. Les jointures étaient devenues blanches.
- Qui te dit, que t’es plus en sécurité ici qu'en bas ? Mais on peut vous trouver une jolie boite de transport si ça te rassure ! s'enthousiasma Honey comme indifférente à son malaise. On a ça je pense.
Puis comme semblant s’apercevoir de son mal-être elle ajouta plus doucement :
- Vous savez, c'est normal d'avoir peur, moi aussi j'ai peur, des fois. Et votre femme a peut-être peur aussi. Peut-être qu'elle est bas.
Preminger eut un rictus crispé. Sa femme ? Il s’en fichait comme d’une guigne. Qu’elle ait peur ! Qu’elle souffre si bon lui semblait mais qu’elle ne lui demande pas de souffrir aussi.. Idiote ! Comment avait-elle pu être aussi si stupide pour le placer dans une situation aussi dangereuse.
Pourquoi la vie était-elle si cruelle ? Pourquoi lui demandait-elle de risquer sa vie, sa peau et même son visage pour asseoir son titre ? Peut-être pouvait-il trouver un autre moyen d’être roi ?
Et tant pis pour Georgia… ? Après tout, il ne ressentait rien pour elle, si ?
La peur lui étreignait le ventre à présent, si bien qu’il posa une main pour tenter d’atténuer les crispations sporadiques de son corps. « Je ne veux pas mourir, je ne mérite pas de mourir »
Comme pour le rassurer, il observa la jeune scientifique se pencher doucement dans le conduit avant de ressortir la tête :
- Hm... Ca a pas l'air pire qu'une montagne russe. Y a pas l'air d'avoir de loopings, en tout cas et de toute façon pour les objets fragiles vaut mieux pas en avoir mis. Je pense que si on garde bien les bras et les mains sur la piste ça peut même être amusant.
Erwin se sentit verdir. Des loopings ? Il tint bon sur ses jambes presque flagellantes.
- Penses-tu réellement que l'on a jeté Georgia dans cet..espèce de tube? Et dire que le bracelet de Kira s'est éteint ensuite..c'est peut-être à cause du...choc...Si ça se trouve, elles sont...mortes à la chune...A dire vrai...Je...je n'ai jamais fait de montagne russe...bredouilla-t-il en se tordant les mains, d’une voix presque aphone..Ses mains rencontrèrent les maintes bagues qui ornaient ses doigts, il releva une tête inquiète vers Honey...Pensez-vous qu'une bague de saphir soit fragile?
Il fut reconnaissant à la jeune femme de ne lui témoigner aucune moquerie mais juste une réponse formelle mais agréable :
- [color:4568=#9400D3]Vous en faites pas, le saphir est à 9 sur l'échelle de Mohs et n'entre en fusion qu'à 2 050 degrés. Je pense pas qu'on les atteigne ici. Il est aussi infusible et insoluble. Je ne peux être aussi précise concernant Georgie et Kira. Georgia ne porte pas de bracelet - à notre connaissance du moins. Le bracelet de Kira a pu s'éteindre parce que le signal n'est pas prévu pour capter plus bas ou parce qu'elle a été tuée par un robot ou pour sans doute une demi douzaine de raisons impossibles à deviner. Et les montagnes russes c'est vraiment fun. Le reste de la bague c'est quoi
?
- De l'or...24 carats... concéda Erwin
Il observa ses bagues avec inquiétude. Il ne voulait pas les perdre. C’était la seule chose qui lui restait de « lui » d’autrefois. Qui le rattachait à son monde. Il toucha son alliance. Indubitablement, de toutes ses bagues, elle était celle qui possédait le plus de valeur à ses yeux. Il se souvenait du moment où il l’avait glissée la première fois au doigt de Geneviève avant qu’elle ne devienne Georgia. De la satisfaction qu’il avait ressenti. Son quart d’heure de gloire.
Ce souvenir lui donna un soupçon de confiance. « De toute façon, ça ne peut pas être profond...songea-t-il, les colis y vont tous les jours et sont envoyés parfaitement indemnes. »
-Pour le "fun" des montagnes russes, de toute façon, je vais pas tarder à le découvrir... Dans d'autres circonstances, ça aurait été préférable...Mais bon...il faut croire en son destin...
A titre parfaitement exceptionnel, il adressa un sourire peu rassuré mais parfaitement dénué d’hypocrisie ou de méchanceté à Honey.
(Mode joueuse ON : en gros un sourire gentil)
- Oh dans ce cas vous en faites pas, l'or c'est très ductile, commentait encore Honey Au pire ça se pliera un peu mais j'ai un chalumeau, j'peux vous arranger ça en un rien de temps.
-Vous avez des talents d'orfèvre en plus...c'est...appréciable...cet art se perd avec le temps..surtout dans ce monde..." "Même si je préférerai que la situation ne nous permette pas de le démontrer... De toute façon, une porte de sortie doit bien exister en bas non? Sinon comment ferait votre allié pour remonter ensuite?
- Ou comment feraient les colis pour partir. Vous avez raison, opina Honey avant de se tourner vers la foule avec un immense sourire, Qui est volontaire pour passer premier le temps que je plie mon fauteuil et grimpe sur le tapis ?
Aster évidemment se proposait déjà:
- J'men charge. Mieux vaut qu'jme le prenne en premier si ça tourne au vinaigre.
Etrangement, une lueur amusée et presque joyeuse brillait dans le regard d’Aster. Un amateur de sensations fortes peut-être ?
Sans autre palabre, il s’introduisit dans la trappe et disparu sous le regard inquiet du notaire. Puis se fut le tour de Victor, qui sans mot dire s’engouffra à la suite d’Aster pour s’y évaporer à son tour
Puis de Lena… Puis de Charlie.
Puis vint son tour.
Non sans réflexion, évidemment, il avait attendu qu’une majorité de l’équipe tente l’expérience.
Quitte a atterrir quelque part, mieux vaut atterrir sur les autres, il ne s’en réceptionnerait que mieux…
Avec appréhension il passa ses jambes de l’autre côté de la trappe, en respirant avec force. « Tu peux y arriver...Tu peux le faire ». Juste avant de se laisser tomber ses yeux tombèrent sur le panonceau collé à même le mur avec de ridicules bouts de scotch et l’inscription qui y figurait.
« Interdit aux organiques »… Peut-être n’était-il pas trop tard pour remonter ? Il tentait à peine de remonter une jambe qu’il sentit son talon glisser, sans adhérer à la paroi et sans qu’il ne put tenter le moindre geste, il perdit l'équilibre.
Et... il tomba dans le conduit.
Le noir. L’obscurité, le vide. Le froid.. Et surtout cette sensation folle... Cette.... Cette sensation de vitesse. Il observa les lieux avec désarroi. Panique.
Les murs étaient de fer. Ils étaient dans une cage… Comme une sorte de conduit pour égout…
« Décidément c’est mon jour»…
Bon, rien de trop impressionnant cela dit. Il glissait, la situation était inconfortable, mais la vitesse était relativement douce. « Si c’est ça, les montagnes russes, ça va »… Finalement Honey n'avait pas tort...
Il poussa un léger cri soudain. Quelque chose de visqueux s’en était pris à sa tête. Il se débattit avec force avant de s’apaiser.
Ce n’était rien… Uniquement des...sortes de franges plastifiées que l’on trouvait souvent à la sortie d’un objet d’une usine, lorsque celui-ci était achevé… Il chassa d'un geste la lame transparente, presque rageur. Et dire qu'il avait paniqué pour ça.
Au contraire, leur venue était rassurante.
Ce qui signifiait...qu’ils étaient presque arrivés à destination… Il soupira d'aise.
Comme pour appuyer ses dires, l’obscurité se chassa un peu.. Il battit des cils, crispa son regard droit devant lui, tandis que le conduit amorçait un ralentissement.
A présent que sa vision était plus fiable, il pouvait apercevoir devant lui Charlie, Lena qui semblait brutalement livide et Aster et Victor...Et plus loin encore se découpaient plus nettement, dans une zone plus lumineuse, des colis précédemment envoyés par le Transporteur.
A sa droite et à sa gauche, d'autres colis poursuivaient rapidement leur descente vers la source lumineuse au fond du tunnel  "Le point d’arrivée » devina Erwin.
Alors pourquoi Lena semblait-elle brutalement si terrifiée ?
Une angoisse lui étreignit le coeur… Que se passait-il ? Il posa ses mains moites sur le tapis ayant pour but de se relever.
Il ne le put et retomba assit aussitôt.
Il n’avait pas pu. La vitesse l'en avait empêché.
Ce qui lui fit mettre le doigt sur ce qui lui échappait.
Pourquoi ? Pourquoi gagnaient-ils en vitesse ? C’était...C’était la fin du périple, le sous-sol, pourquoi donc ce fichu tapis de course accélérait-i ?
«Que se passe-t-il ? Qu’est-ce ? « 
Les premiers disparurent brutalement dans la lumière..
«Oh mon Dieu... » Oh …mon…
Il hurla. Instinctivement tandis que son coeur remontait en panique dans sa poitrine.
Qu’est-ce que c’était que çaaaaa ?
Ses yeux se fermèrent dans la terreur. Trop tard. Il l’avait vu plus qu’il ne la sentait. La piste qui devallait vertigineusement, dans laquelle il tombait...tombait...tombait.
Cette chute semblait ne pas avoir de fin
- Tout mais pas çaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Hurlait Lena deux personnes en dessous de lui.
- Chaaaarliiiiiiiiiiiiiiiiiiie ! Où allons nous ! Cria-t-il d’une voix si aigué qu’il ne la reconnut pas…
Ses paumes cherchaient désespéramment un point d’attache de contrôle, mais n’en trouvait pas. Il crispa ses yeux dans une plainte muette... Il sentait son corps échapper à son contrôle et se retenait désespéremment de gigoter. Un seul mouvement et ce serait la mort...
« Pitié ! Sauvez-moi ! Je suis trop...beau pour mourir » Etait-cette sensation d’effroi qu’avaient ressenti Julian et Anneliese lorsque la mine s’était effondrée ?
« Je ne volerai plus jamais...Plus jamais je ne ferais de mal à personne mais sortez moi de là !
- ON VA VERS LA ZONE D ENVOI A L EXCEPTION FAITE QU ON EST PAS EMPAQUETÉS COMME DES COLI
Oh mon Dieu ! « Je te hais Georgia ! Je te déteste ! » Pourquoi avait-il écouté cette scientifique ?
Pourquoi le Destin voulait-il qu’il meure de façon aussi stupide ? De toute façon, s’il ne mourrait pas tué par la chute, son coeur s’en chargeait… Il battait si fort qu’il menaçait de s’échapper d’une seconde à l’autre de son corps...
Mais dans quel monde vivait-on ? Comment se faisait-il qu’Amazon avait un trente sixième dessous ? Un tel niveau ? Peste soit de Judy ! Saleté de bonne femme. Imbécile ! Evidemment qu’elle n’était pas montée avec eux…
Un rire démentiel sortit de sa gorge lorsque le tapis roulant s’éleva dans les airs, entouré par des milliers d’autres gorgés de colis…
« Oh mon Dieu, je vais mourir… Je vais mourir »…
Il ne savait plus s’il pensait ou s’il hurlait…
« Calme toi...Calme toi ». C’était peine perdue. Aussi même l’amorce d’un ralentissement du tapis roulant, une fois à l’horizontal de nouveau, ne suffit pas le calmer…
A combien de mètres d’altitudes s’élevait-il ? Sûr qu’Amazon n’avait pas les droits pour creuser aussi bas… Et cela sans filet de sécurité. Il essuya un peu l’eau qui avait coulé de ses yeux, d’une main tremblante… « Calme toi »… Les paquets tombent sans se briser non ?
Sauf le vase que Georgia avait reçu brisé, non ?
N’y pense pas… N’y pense pas…
Il se força à fixer Charlie devant lui… Tant que lui allait bien, il ne fallait regarder rien d’autre. Il ne souffrait pas du vertige pourtant, il avait vécu dans un château niché au sommet d’une montagne..Mais il ne s’amusait pas à pendre ses jambes tout les matins aux fenêtres non plus…
Sa respiration ralentissait un peu. Son coeur continuait à faire des bonds, mais c’était déjà ça…
Calme toi, calme toi… Ne fais pas de mouvement brusque. Son corps entier s'était raidit.
Le tapis était sans bordure… Un mouvement et c’était...la fin…
« Tout ira bien...Tout ira bien... »
Il commençait presque à y croire…
Presque…
Car alors que ses yeux fixaient la silhouette de Charlie, Erwin fut bientôt saisi par un hoquetement d’horreur.
Pris par un faux mouvement, le jeune homme venait de tomber dans le vide.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

La famille est un lieu où tout le monde vous aime, peu importe comment vous êtes, ils vous acceptent pour qui vous êtes.

ICI GIT L'ERREUR :
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80427-how-can-i-refuse-erwi


S. et S. MacKenzie
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S. et S. MacKenzie

| Avatar : Eleanor Tomlinson & Isolda Dychauk

"L'une rêve de vivre
les pieds dans l'eau"


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Tumblr_plumt4tszU1skw8jlo2_r1_500

"L'autre rêve de vivre
quelque chose de plus beau"


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Tumblr_pbmjniqnfA1slo9v5o1_500



| Conte : Inventé ⊚
| Dans le monde des contes, je suis : : Samhainn & Samhuinn

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Gawe

| Cadavres : 229



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-25, 17:04


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Rl0k
Devenez Membre Premium !
Premier Mois Gratuit puis zombification d'un membre de votre famille seulement !



Samhainn avait sauté sur le tapis roulant juste derrière le notaire. Sa gorge avait involontairement laissé passer un petit cri de souris. Elle s’en était ensuite voulu de se montrer “faible” devant (ou plutôt derrière) l’arrogant Erwin.
Suite à leur bref échange, la rousse avait réalisé que l’homme était plus intéressant qu’il n’y paraissait. Ses paroles étaient toujours pleine d’arrogance et de fierté mais elles étaient tellement bien tournées que les oreilles de Hain s’étaient surprises à les apprécier. Face au notaire, l’herboriste c’était découverte plus audacieuse qu’à son habitude, plus franche et moins soucieuse de l’impact de ses paroles. A croire qu’en l’absence de Samhuinn, le caractère de Hain se calquait sur celui de sa jumelle, comme pour combler le vide.

Debout en équilibre sur le tapis roulant, la rousse fermait les yeux pour ne pas se laisser attirer par les ténèbres en contre-bas. Mais ses paupières se rouvrirent bien vite, quand elle entendit quelqu’un chuter.
Charlie, un employé d’Amazon venait de tomber du tapis. Samhainn porta la main à ses lèvres pour s’empêcher de crier. Allait-il bien ? Qui avait-il dans l’obscurité en dessous d’eux ?

"Charlie ?" Appela-t-elle en forçant sur ses cordes vocales pour surpasser tous les bruits industriels qui les entouraient, mais veillant à ne pas se pencher et suivre Charlie dans sa chute.

"Je suis en bas !" Répondit la voix du jeune homme. La rousse en fut soulagée. Charlie était sain et sauf.

"Que vois-tu autour de toi ?"

"La même chose que toi mais sur un autre tapis !" Lui cria Charlie depuis le bas.

"On ne peut pas le laisser seul !" S’écria la rouquine aux membres du groupe toujours présents sur le tapis roulant. "On saute aussi ?" Suggéra-t-elle avec appréhension.

"Bien sûr !" S’exclama Honey, la seule personne dont les jambes étaient plus ou moins dysfonctionnelles. La rousse voulut la dissuader de prendre ce risque, mais Honey ressemblait beaucoup à Huin, quand elle avait décider une chose rien ne personne ne pouvait la faire changer d’avis. Samhainn devait donc essayer que la blonde se fasse le moins de mal possible.

Lena décida qu’elle se jetterait dans le vide elle aussi. Les femmes étaient décidément plus téméraires, ou alors plus inconscientes, que ces messieurs.

Les yeux bleus de l’herboriste se dirigèrent vers Erwin, elle était certaine que lui ne sauterait pas. Pendant une très courte seconde, elle fut prise de l’envie de le pousser dans le vide. Mais jamais au grand jamais, elle ne prendrait le risque de tuer quelqu’un, bien que cette personne soit un joli notaire arrogant.
Victor décida de lui aussi rester sur le tapis roulant, tandis que Aster pris la décision de sauter. Les femmes auront au moins un costaud à leurs côtés s’il fallait castagner des robots une fois en bas.

Les quatre courageux se tenait au bord du tapis roulant. Honey était appuyé sur Aster ses jambes étant faibles, tandis que Lena et Hain se tenaient par le bras pour ne pas se perdre dans la chute.

"Ça va aller, imagine que tu prends ton envol."
Souffla la rousse à Lena qui semblait terrifiée par le vide.

Comme une seule personne, les quatre téméraires sautèrent. Hain serra le bras de Lena aussi fort qu’elle pouvait et encore une fois, ferma les yeux. Tout est moins effrayant quand les paupières sont closes.
L’atterrissage fut brutal, les membres du groupe étaient tombés en plein sur des cartons, qui tombèrent à leur tour plus bas. Heureusement, Samhainn et les autres réussirent à atterrir sur leurs 2 jambes sans trop de mal. La rousse sentit tous ses os résonner quand ses talons frappèrent violemment le second tapis roulant. Une vive douleur lui parcourut les genoux mais rien qui allait l’empêcher de marcher. Hain secoua ses jambes quelques secondes puis écarta la gêne qu’elle ressentait pour se concentrer sur la situation.

"Vous êtes complètement tarés !" S’écria Charlie, bluffé par le saut périlleux du groupe.

"T’es pas le premier à le dire." Répondit Honey.

"On est tous en un seul morceau heureusement !" S’exclama Hain inspectant ses camarades, particulièrement Honey et ses jambes.

Le tapis roulant semblait en fin de parcours puisqu’il ralentit en se rapprochant du sol. Les pieds du petit groupe devaient être à un mètre seulement du sol quand Charlie pointa un panneau en s’écriant :

"Sautez, sinon on va se faire désinfecter !"

Samhainn n’eut pas le temps de se poser des questions, une voix automatique confirma les dires de Charlie :

"Déchets organiques détectés, lancement de la procédure de désinfection"


La rousse ouvrit de grands yeux et regarda d’un air effrayé le reste de ses camarades. Soudain, des gaz sortir du plafond. La désinfection commençait.

"Manquait plus que ça." Grommela Aster.

La petite troupe devait saute encore une fois, heureusement le saut était beaucoup moins haut que le premier et tout le monde sauta sans trop d’appréhension.
La réception ne fut pas trop difficile, sauf pour Honey qui se laissa rouler au sol, ses jambes ne supportant pas un deuxième atterrissage. Hain voulut l’aider mais la blonde se redressait déjà en s’appuyant contre le mur proche d’elle. Samhainn se contenta de se rapprocher d’elle, la rousse serait là si la scientifique avait besoin d’aide… ce qui fut le cas.

"Défenses hygiéniques enclenchées."
Continua la voix automatique. "Désintégration enclenchée"

"Courez !" Hurla Charlie.

Rapidement, Samhainn passa le bras d’Honey sur ses épaules et l’aida à avancer le plus vite qu’elle pouvait.
Tous suivirent Charlie qui semblait savoir où il se dirigeait. Autour d’eux, le processus de désintégration se mettait en marche. Les lasers tirés du plafond sillonnaient l’espace aléatoirement, semblant vouloir trouver les déchets organiques dont Hain faisait partie.
La silhouette d’une porte se profila, elle semblait loin, peut-être 10 mètres.
Les deux jeunes femmes étaient moins rapides que les autres et étaient les premières victimes potentielles des rayons. Charlie vient aider Hain à soutenir Honey.
Aster dégaina un boomerang d’une petit sacoche et se mit en tête de dévier des rayons en lançant son arme en direction du plafond. Il mettait ainsi hors de danger Honey et ses béquilles de fortune.
Enfin la porte fut à portée de main et tous se jetèrent vers la sortie, tombant tous les uns sur les autres comme des dominos humains.
De vieux cartons et une bonne couche de poussière amortirent leur chute.
Samhainn se releva et aida la scientifique blonde à faire de même.
Ses yeux bleus observèrent les environs, cela ressemblait à un parking souterrain fait de béton, éclairé par des lumières faiblardes, mais complètement vide. Tout était silencieux, la rousse pouvait entendre son cœur battre et sa respiration haletante.

"Où est-ce que nous sommes ?" Demanda-t-elle à Charlie.

"Au dernier niveau, les fondations." La rousse acquiesça, en effet l’endroit ressemblait à des fondations. Le lieu baignait dans une atmosphère étrange. Quelque chose disait à Samhainn, que le groupe n’était pas au bout de ses peines.

"Est-ce qu'il y a des Collègues de travail ici ?" Les robots étaient toujours la préoccupation numéro 1 de la rousse. Le danger venait d’eux.

"Pas là où nous sommes."

Mais l’herboriste n’eut pas le temps d’être soulagée. Une voix lointaine se fit entendre. Elle semblait étouffée comme si elle venait de derrière un mur ou une porte. C’était une voix féminine qui ne cessait de répéter :

"Hohé, y’a quelqu’un ?"

"Nous sommes là !" S'écria la rousse afin de rassurer la jeune femme où qu’elle soit.

"Hohé, y’a quelqu’un ?" Fut la réponse qu’elle eut. La rousse trouva cela étrange, son instinct lui criait que ce n’était pas normal.

"C'est la voix de Kira, faut qu'on y aille !" Finit par dire Charlie après avoir attentivement écouté la voix.

"Attends !" S’écria la rousse en attrapant Charlie par la manche. "Tu es sûre que c’est bien elle ? Elle semble.. On dirait qu’elle a un bug…" Fit Hain en s’appliquant à employer un terme informatique. Kira lui paraissait robotique. Mais peut-être était-ce seulement une impression...

"Un bug ? Quel bug ?" Fit Charlie en fronçant les sourcils.

"Rien... Oublie ce que j'ai dit..." Souffla la rousse, ne voulant pas inquiéter le jeune femme avec sa méfiance. Elle avait sûrement tort, Kira allait très bien.

"Hohé, y’a quelqu’un ?" Répéta encore la jeune femme au loin.

"Peut-être qu’elle nous entend pas ?" Fit remarquer Honey. La rousse lui répondit avec un regard signifiant qu’elle ne croyait pas tellement à cette explication.

"Allons voir." Se décida-t-elle à dire. En se rapprochant de la blonde, elle lui souffla. "Mais on reste sur nos gardes." Honey opina d’un mouvement de tête.

Le petit groupe se mit en marche vers le danger, pour l’énième fois de la journée.
Au fur et à mesure qu’ils avançaient, la voix de Kira se faisait plus clair. La pauvre jeune femme tentait de maîtriser les tremblements de sa voix, et de contenir sa peur. Hain s’en voulut d’avoir suggérer qu’elle pouvait déjà être sous le contrôle des robots, la pauvre jeune femme semblait terrorisée.
La petite troupe prit le tournant d’un couloir sur la droite et se retrouva face à une vitre. Kira se tenait derrière la glace, ainsi qu’une table et une chaise. La petite pièce ressemblait en tout point à une salle d’interrogatoire. Quelle genre d’entreprise a une salle d’interrogatoire dans son sous-sol ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



Chante-moi une chanson de deux filles qui sont parties...
Dis, est-ce que ces filles pourraient être nous ?
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82525-sing-me-a-song-of-two


Victor J. Lovecraft
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Victor J. Lovecraft

| Avatar : Matt Smith

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 14rz

"Il était une fois dans le royaume des fêtes un noël pas comme les autres"

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Ulzk

| Conte : L'étrange Noël de Monsieur Jack & Folklore Irlandais
| Dans le monde des contes, je suis : : Jack Skellington & Jack O'Lantern

| Cadavres : 105



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-26, 22:38


Roulez, roulez petits bolides !
Le premier arrivé vivant a perdu !

Bientôt, nous arrivions enfin à destination. Parvenu au bout du tapis roulant dans la source finissait sa course vers le sol. Mais alors que nous attendions gentiment notre tour de rejoindre le sol, la machine elle n’était pas résolue à nous laisser faire. La voix métallique raisonna subitement à nos oreilles

« Déchets organiques détectés, lancement de la procédure de désinfection"

Désinfection ? C’était quoi cette bêtise encore ? Habitué des mauvaises surprises depuis que nous étions arrivés ici, je savais que la réponse ne serait pas pour me plaire. Et j’avais raison ! Du gaz finit par s’échapper du plafond, semblable à un système anti-incendie. Désireux de ne prendre au cas risque, je me tournais alors vers mon coéquipier.

« Vous n’auriez pas un mouchoir ? »

Une chance pour nous, Erwin en sortit un de sa poche qu’il déchira avant de m’en tendre la moitié.

« Un grand merci à vous, mon cher ! »

Le gaz semblait exclusivement concentré sur le tapis roulant et laissait libre le reste de la pièce. Ce que nous devions faire était alors clair, nous devions au plus vite nous déplacer pour éviter les émanations de ces gaz qui pourraient s’avérer terriblement toxiques et dangereux pour nous ! Après tout, nous n’étions qu’à un mètre du sol. Nous n’avions donc aucun risque à redescendre du tapis qui se déplaçait alors au ralenti.

"Terminus tout le monde descend !"

Nous sautions alors du tapis et immédiatement les gaz arrêtèrent de se déverser. Je m’apprêtais à me réjouir victorieux jusqu’au moment où la voix robotique s’éleva à nouveau.

"Persistance de la menace organique. Désintégration enclenchée"

Je levais alors les yeux au ciel, bien évidemment c’était trop beau pour être vrai ! Le système de défense s’enclencha alors, lançant de droite et de gauche des rayons laser dont la direction était impossible à prévoir. Nous nous trouvions alors à environ 10 ou 15 mètres de la porte de sortie. En temps normal, je me serais amusé avec mes anciens sujets à les esquiver durant des heures. Cependant, nous n’étions pas dans un jeu et les vies de ma petite Abigaïl et des autres étaient toujours en danger. Un minimum de sérieux était donc de rigueur.

Puis, je me mis à fouiller très rapidement du regard les environs. Il nous fallait disparaître et au plus vite. C’est alors que j’aperçus le fauteuil d’Honey posé sur le tapis roulant. Dirigeant mon attention vers mon acolyte tout en pointant le fauteuil du doigt, je lui fis part de mon plan.

"Et si on s'en servait... je l'ai déjà déplié, je sais comment on fait !"

Pour une fois, et cela était assez rare pour mériter d’être précisé, ma serviabilité envers un autre être humain allait s’avérer d’une aide précieuse dans notre quête de la porte de sortie.

"Après cela, je propose de m'asseoir et de vous laisser le pousser... vous êtes bien plus athlétique et en meilleure forme quebois !"

Bien que voyant qu’il le faisait à contre-cœur, nous exécutions alors notre projet. Cependant, quelques mètres plus loin, je trouvais finalement un bouton sur le moyen de locomotion favoris de Honey.

"Oooh est-ce que l'inspectrice Gadget nous aurait réserver encore une belle surprise ?"

Le fauteuil fila soudainement à toute vitesse, une bien trop grande puissance pour deux non expérimentés comme nous. Incapables de freiner, passions la porte qui s’ouvrit dans le bon sens sur notre passage et finissions notre course droit dans une cuve dont un liquide étrange semblait s’échapper. Cette expérience aurait sans doute dû m’effrayer mais vous me connaissez maintenant… je n’ai peur de rien. Au lieu de cela, je m’esclaffais à m’en décrocher la mâchoire, même après notre mort imminente.

« Un miracle que la cuve ne se soit pas renversée... Aujourd’hui plus rien de ce genre ne m’aurait étonné… », déclara Erwin qui ne partageait pas ma joie.

"Oh c'était super... et si on retentait l'expérience ? Cette fois-ci c'est moi qui vous pousse !"

« Une fois peut-être ? Sans les lasers en option »


Troublant soudainement notre discussion, une voix féminie s’éleva tout près de nous.

« Hého y a quelqu'un ? »

Mes premiers reflexes de roi des Citrouilles fut de me lever et d’analyser le contenu de la cuve. Peut-être que la demoiselle disparue s’y trouvait ? Mon expérience de cache-cache démoniaque m’avait à de nombreuses reprises démontrer que les meilleures cachettes étaient bien souvent les plus surprenantes.

"Kira est-ce que c'est toi ?"

« Personnellement je n’ai pas pris d’équipement de plongée », annonça Erwin en reculant légèrement.

"Vous n'êtes pas un amateur des bains de minuit ?", lançais-je avec amusement, incapable de comprendre sa frayeur.

Ne pouvant détacher mon regard du contenant, j’aperçus alors que diverses choses flottaient à la surface. Des restes de vêtements ainsi que des bracelets électroniques. Puis, un objet se détacha du reste de ces trésors. Un morceau de badge sur lequel on pouvait encore lire « Dan Co ». C’était donc cela les plans de retraite proposés par l’entreprise ? Pas sûr que j’accepterais cet emploi, même pour moi cette idée était terriblement tordue !

« Bon et bien repose en paix, Dan ! »


J’avais déclaré cela sans véritable émotion dans la voix. Après tout, nul autre que moi savait que l’on s’amusait bien plus dans le monde des morts que dans celui des vivants ! Peut-être pourrais-je engager son âme pour une prochaine farce d’Halloween ? La voix féminie s’éleva à nouveau à l’horizon.

'Hohé y a quelqu'un ?'

"Mais où êtes-vous ?"

« On est pas loin, suis ma voix ! On a trouvé Kira - c'est elle qui appelle à l'aide - mais elle nous entend pas ! »

Entendant la voix d'Honey, je saisis son fauteuil et partit la rejoindre accompagné d'Erwin.


"Continue à me parler, ne t'arrête pas surtout !"

Une fois arrivée à la hauteur de nos amis, je déposais le fauteuil aux côtés de notre cerveau. Kira semblait enfermée dans une pièce, nous pouvions l’observer mais nous étions dans l’incapacité de communiquer avec elle.

- Eh bien on n’a pas trouvé d'entrée pour aller la chercher, on sait pas trop pourquoi elle est dans cette pièce qui ressemble à... Oh attend, elle vient de recevoir un colis Amazon !


"Je... je suis pas sûr que ça soit une bonne idée de l’ouvrir. Ils avaient pas l'air de vouloir se débarrasser d'elle ?"

« Qui ça, ils ? »

"Oh j'en sais rien... Monsieur Steele, les robots ou un complot international de zombies... c'est pas vraiment l'urgence en ce moment.... nous devons nous occuper d'elle !"

J’avais annoncé cette phrase d’un air désabusé tant la question semblait étrange en un pareil moment. Pourtant, le jeune homme semblait terriblement inquiet pour elle et je ne pouvais que lui donner raison. Seule Kira semblait être tout heureuse d’avoir reçu son paquet qu’elle avait hâte d’ouvrir !

"Kira, n'ouvre pas ce cadeau ! C'est dangereux !"


Incapable de pouvoir lui parler, je tapais contre la vitre espérant qu’elle pourrait m’entendre. Mais rien n’y faisait. Bientôt, elle ouvrit le colis et en sortit un morceau de papier bulle qu'elle s'amusa à faire exploser. Kira explosa alors à son tour. Il ne restait littéralement rien de la jeune femme qui s'était volatilisée dans un silence religieux !
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is Halloween... everybody scream !

Vous allez aimer mourir de peur mes petites citrouilles !


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Eroshoney

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6419



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-27, 22:13 « Science is magic that works. »

L'explosion avait soufflé tout le monde. Pas littéralement, certes, puisque littéralement c'était Kira qui avait été soufflée, mais tout le monde était sous le choc. Ca semblait irréel tant c'était soudain. Et ça n'avait pas été faute d'essayer de la prévenir, par tous les moyens, de trouver une porte, n'importe quoi, pour signaler leur présence à la jeune femme. En vain. Honey s'était rarement sentie aussi impuissante. La situation lui rappelait vaguement l'explosion qui avait, ils l'avaient tous cru alors, emporté définitivement Tadashi. Mais bien qu'il ait en fin de compte survécu, la scientifique doutait que Kira ait aussi cette chance.
Le plus tôt ils accepteraient sa mort, le mieux ce serait. Leur expédition n'était pas terminé.
- Elle est morte. Je suis désolée Charlie, on a fait ce qu'on a pu mais c'était pas assez.
Honey adressa un sourire triste au jeune homme. Elle savait qu'il n'avait pas besoin de son annonce pour comprendre le destin funeste de Kira mais avait jugé bon de le dire sans détour, ne sachant que trop à quel point l'humain regorgeait de tournures poétiques pour évoquer la mort sans la nommer et sans, de fait, ainsi l'embrasser. Les gens ne partent pas, ils ne nous quittent pas, ils meurent. C'était important de faire la différence.
Charlie, pâle qu'il était, semblait bien l'avoir enregistré. Il tenta de dire quelque chose mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge. Ca faisait vraiment de la peine. Heureusement, il était entouré d'amis prêts à découvrir la vérité et rendre justice pour Kira. Il avait attiré bien plus que des regards de compassion. Il en recevait aussi puisque Hain l'avait rapidement pris dans ses bras pour lui murmurer de tout laisser sortir tout en lui caressant le dos. Elle murmura aussi des paroles dans une langue que Honey ne parlait pas mais qu'elle estima être d'origine celtique
Mais il était aussi important de sauver ceux qui pouvaient encore l'être. Honey ne voulait pas croire, sous prétexte que Kira avait explosé sous leurs yeux, que ce serait aussi le cas des autres.
- Le point positif c'est que si vos proches avaient reçu le même type d'emballage ils auraient explosé sur le champ. Ils n'ont pas explosé donc ils n'ont pas reçu la même chose. Conclusion, rien n'indique qu'ils sont morts.
- Je qualifierais pas ça de "rassurant", fit remarquer Aster.
Honey opina, cherchant un terme plus adapté.
- Encourageant, alors ? tenta-t-elle après un instant.
- Angoissant. Rien ne nous indique qu'ils ne sont pas en danger de mort à l'heure où on parle, répondit Aster.
Mais rien ne disait qu'ils ne l'étaient pas non plus ! Manifestement, Aster était seulement moins positif que Honey qui préféra ne pas poursuivre le débat.
- C’est même probable...je doute que le motif de leur venue ici soit une simple promenade de santé..., renchérit Erwin en partageant le même sens de la positivité.
De son côté, Charlie avait fini par détaché son regard vide de la vitre derrière laquelle Kira s'était tenue auparavant pour les observer, l'air de comprendre quelque chose.
- Attends... Tu veux dire que... vous avez des connaissances qui ont disparu ? demanda-t-il en donnant l'impression de faire un effort surhumain pour organiser ses idées.
- Oui c'est pour ça qu'on est venu. On travaille pas vraiment ici, c'était une couverture pour enquêter et ensuite on s'est passé de la couverture mais je pense que tu te rappelles de ce moment-là, expliqua tranquillement Honey.
Charlie opina, l'air absent. Honey, quant à elle, poursuivait son raisonnement à haute voix :
- Du papier bulle. C'est vraiment très ingénieux. Je sais pas qui a fait ça mais si on y pense c'est drôlement bien pensé. Tout le monde joue avec le papier bulle. 99 % de chances d'atteindre son objectif. Kira était condamnée d'avance. Je pense que nos amis ont aussi joué avec le papier bulle mais celui que j'ai examiné avait été écrasé par une voiture et déjà utilisé donc je n'ai rien trouvé.
- Un gaz inséré à l’intérieur...alors ? rebondit Erwin. Intelligent effectivement... L’invention prend de l’ampleur maintenant...
- J'opterais pour une micro bombe super puissance mais ton hypothèse est aussi probable, concéda la scientifique.
Elle aurait poursuit la réflexion si A.S.T.R.I.D. par le biais de son téléphone n'avait pas attiré son attention avant d'annoncer :
- Analyse du code source terminé.
Honey aurait voulu trépigner mais ses pieds n'y arrivaient plus tellement depuis un an et demi.
- On t'écoute !
L'I.A. commença par réciter le reste du discours du robot d'origine :
- ... livre ! Nous pouvons aussi vous proposer des coussins qui donneront un air plus cosy à n'importe quel environnement de travail, notamment celui-ci.
- Et dans les informations utiles ?
- Pardon, Honey Lemon, je me disais que l'annonce pourrait intéresser, répondit A.S.T.R.I.D. J'ai analysé toutes les mises à jour du système depuis le patient zéro, firewalls inclus : aide moi, aide moi, aide moi, aide moi, aide moi, aide moi, aide moi, aide.
Honey fronça les sourcils, se demandant si une fois de plus son IA préférée buguait.
- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-elle, les yeux écarquillés et rivés à son téléphone.
- Aide moi, fut la seule réponse d'A.S.T.R.I.D.
- Mais t'aider à quoi ? Pourquoi tu dis ça ?
- Ce n'est pas A.S.T.R.I.D. qui parle, je lis ce qu'a écrit le système : aide moi, aide moi, Honey Lemon.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 SJ2banni-re-Honey
http://once-upon-a-time-rpg.forumactif.com/t76583-honey-honey-oh


Lena Davis
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lena Davis

| Avatar : katie mcgrath

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Cizv
Je te jure, je me sens tellement mal de t'avoir amenée inconsciemment dans cette histoire.
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Hf3k
Par delà les apparences...

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Zv9r

| Cadavres : 1480



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-28, 11:35



Amazonbie

Lena et les gens

◊ ◊ ◊

Bon, il était clair que tout ça commençait littéralement à devenir du grand n’importe quoi. Suite à l’explosion qui venait de coûter la vie de Kira, une crainte était née au fond de moi. J’avais peur pour Kara, j’espérais qu’il ne lui soit rien arrivée.

« sachant qu’ASTRID n’a pas de bugs...je pense que ça devient urgent de trouver la provenance de cet appel à l’aide. » « Non ce qui devient urgent c'est de me dire ce que c'est que ce bordel ! »

Cette voix c’est celle de Sleeve. Derrière nous, arme en main.

« PLUS PERSONNE NE BOUGE ! »

Vu que je venais d’entendre le déclic, je me doutais bien qu’il était prêt à tirer si cela s’avérait nécessaire. Me retournant, je le regarde droit dans les yeux, poussant un soupir.

« Tu joues les gros durs Sleeve ? »

Mon regard se pose sur Judy qui se trouve à ses côtés. Ils sont aussi pitoyables l’un que l’autre. Sleeve braque son revolver sur moi. A l’intérieur de moi-même, j’hurlais. Ce genre de situation me rappelait la mort de mes parents, cet instant où j’ai assisté à leur assassinat sans rien pouvoir faire mais je ne devais rien montrer. Je devais continuer de jouer les gros dures. Je devais gérer la situation, il le fallait.

« J'ai l'air de plaisanter ? Dès le début j'ai su que vous étiez louches ! »

Je tente de sourire avant de reprendre la parole.

« Je vous pensais pas aussi intelligent, c’est dingue. Et dire que t’as failli tomber dans le panneau de la drague. Suffit de te brosser dans le sens du poil Sleeve et je pense que ta copine le sait. »

Garde contenance Lena. Je sens la main d’Honey qui se pose sur mon avant-bras, comme un moyen de me rassurer. Elle avait connaissance de mon passé et que la situation actuelle me rappelait grandement cet instant maudit de mon enfance.

« Vous avez rien compris, j'ai essayé de profiter de votre petit numéro pour vous soutirer des informations mais j'ai malheureusement été interrompu. »

Il coule un regard pas content vers Judy. Glissant un regard compatissant vers Honey, je reprends finalement la parole en levant le regard vers Sleeve.

« Ah parce que vous pensiez sérieusement pouvoir me soutirer des informations à moi ? » je me mets à rire « je suis à la tête d’une entreprise de recherches, je conserve des informations secrètes que je ne révélerais pas, même sous la torture alors ça me fait bien rire que vous pensiez que vous auriez pu me soutirer des informations. »

On avait un moyen de pression sur cet abruti en prime. Un certain dossier concernant sept disparitions…

« Et vous êtes sûre de ne pas faire d'espionnage industriel ? »

Notez l’inutilité de l’intervention de Judy. Sleeve lui lance d’ailleurs un regard en mode « on s’en branle ». Mon regard se pose sur Judy puis sur Sleeve avant que je ne reprenne la parole.

« Et on en parle de votre dossier énonçant 7 disparitions d’employés ? » « Mais qu'est-ce que vous vous imaginez ? Il fallait bien que quelqu'un garde une trace de leur disparition ! Si j'avais vraiment quelque chose à voir avec, vous pensez que je serais assez bête pour cacher ici ? » « Bah en même temps, vous nous avez pas prouvé être très malin. Donc y’a de quoi se poser des questions. »

Honey pouffe mais met rapidement sa main devant sa bouche. Elle reprend son sérieux avant de reprendre la parole.

« Si vous dites vrai, pourquoi ne pas avoir alerter quelqu'un ? » « Le reporter à qui ? Il n'y a que le système, je ne pouvais me fier à personne. » « Ça vous dérangerais pas de baisser votre arme, on va pas vous bouffer. »

Il hésite et baisse finalement son arme.

« Vous auriez pu me le signaler, à moi. »

Je les regarde tous les deux, sans rien dire, un petit sourire au coin des lèvres.

« Je suis responsable de tous les employés, j'aurais pu aider. » « Je ne vous faisais pas confiance et je ne vous fais toujours pas confiance. » « Vous êtes vraiment pas net tous les deux »

Sleeve ricane.

« Parce que vous l'êtes, vous tous ? Que je sache c'était pas moi qui était devant la vitre quand cette pauvre fille à exploser ! »


Je regarde les autres avant de regarder Sleeve.

« je rêve ou il est en train de nous mettre ça sur le dos ?! » « Nous avons essayé de trouver une issue pour la sortir de là, sans succès. Par contre mon IA a découvert que le système dont vous parlez a aussi remarqué les disparitions. »

Sleeve sort son téléphone.

« Rien n’est infaillible. » rétorquais-je « Et le système a aussi remarqué que plus aucune commande ne part de chez nous. Y a vraiment tout qui craint dans cet enfer ! »

Je pose un regard sombre sur Sleeve.

« Quand on zombifies ceux qui ont commandés, faut pas s’étonner aussi. »

Et toc.

(c) oxymort


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Quand le totem sera retrouvé
le réveil sera accordé et l'esprit libéré
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82565-qui-a-dit-que-les-bru https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89367-regina-et-les-droles-de-dames-liens-et-sujets https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89367-regina-et-les-droles-de-dames-liens-et-sujets https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89438-loft-de-lena-centre-ville https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89439-d-corp-centre-ville#1282957 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85587-_lenadavis_


Aster Spleaster
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aster Spleaster

| Avatar : Hugh Jackman

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 W435

CLOSE FRIENDS
ARE TRULY LIFE'S TREASURES

Sometimes they know us better
than we know ourselves


| Conte : Les 5 légendes
| Dans le monde des contes, je suis : : Le Lapin de Pâques

| Cadavres : 336



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-30, 02:46


Amazonbie

Ce qui est dangereux c'est cette ville
Lena avait à son sens déjà tout dit. Il s’était d’ailleurs retenue de lever les yeux au ciel, lorsque la première théorie de Sleeve et Judy avait été « l’espionnage industriel. » Comme s’ils avait que ça à faire de leur temps libre. Ils cherchaient surtout des réponses, et le moyen de retrouver leurs proches le plus rapidement possible. D’ailleurs, l’idée de se coltiner les deux autres ne l’enchantait que moyennement, de son point de vu ils n’avaient pas vraiment brillé par leur intelligence :

« C'est quand même étrange que plus aucun colis ne parte, comme vous dites » Reprit Honey à l’intention de Sleeve . « Ça fait beaucoup de bugs, même pour quelqu'un de disons malchanceux. »

- Il y a que chez vous uniquement, ou vous avez un moyen de vérifier si c'est la même chose dans d'autres centre ? Intervint-il

Pour ce qu’il en savait, les autres centre ne semblaient pas autant se reposer sur les machines que celui de Boston. Si le soucis de colis était généralisé, c’était qu’il y avait un problème d’un niveau bien plus supérieur à ce qu’il pensait. Néanmoins, si au contraire cela ne concernait que cet entreposé en particulier comme il le soupçonnait, l’étau se resserrait. Cet espèce de jeu de piste macabre, finirait prochainement par leur livrer tous les indices dont ils avaient besoin afin d’en finir une bonne fois pour toute. En attendant, il laissa Sleeve pianoter sur son téléphone et relever la tête avec un air agacé pouvant concurrencer le sien :

« Eh non y a qu'ici. » Répondit-il dans un soupire

- Donc, ça veut dire que quelqu'un ou quelque chose est derrière tout ça. Si ça avait juste été un soucis de départ de colis, j'aurais pu pencher pour la vengeance personnelle, mais avec les disparitions et les morts en plus, ce serait allé un peu loin

La théorie potentielle de l’ex employé « remplacé » par des machines, et bien décidé à donner une leçon à son ancienne « hiérarchie » était donc à exclure. Aster, ne voulait pas croire qu’on puisse aller aussi par simple esprit de vengeance. Qui plus est, ça n’avait aucun sens.

« On devrait aller voir ! »

Hochant simplement la tête à la proposition de la blondinette, Aster se contenta d’emboîter le pas à Sleeve qui prenait à présent la tête la marche, pas pour aller très loin cela dit. Ils arrivèrent devant une rembarde surplombant l’endroit d’où partaient les colis. Devant eux, s’étalaient à perte de vues des rangées de robot, mieux habillés que les Collègues de travail. Chacun d’eux tenaient dans leur main un colis prêt à partir, au détail près que rien ne partait justement.

- Qu'est que c'est que ça encore ? Grommela Aster

Il n’était pas spécialement serein, mais d’un côté qui le serait dans ce genre de situation ? Hormis des gens avec trois neurones se battant en duel comme Sleeve ou Judy. Il ne savait pas où Amazon, engageait ses employés mais à leur place, il reverrait les critères d’embauche particulièrement pour des postes à responsabilité tels que les leurs. La main serré sur son boomerang, l’ex lapin était prêt à faire face à toute éventualité.

« On dirait une armée. C'est hallucinant que vous pouviez en avoir autant en sous-sol ! »

- Et pas spécialement rassurant

«  On descend ? D'ici on a une bonne vue d'ensemble mais d'en bas on pourrait en apprendre plus ! »


- Ça me branche pas spécialement, mais quand faut y aller, faut y aller de toute façon

Rester ici, ne servirait de toute façon à rien. Ils n’en apprendraient pas plus en restant planté comme des imbéciles à attendre que les réponses viennent leur tomber dessus. Suivant le petit génie sur l’espèce de rampe qui servait d’accès, il resta tout de même sur ses gardes lorsqu’ils furent à hauteur des robots. D’un côté, tout depuis le début de cette aventure avait été fait pour qu’ils s’en méfient. Aussi, préférait-il faire de l’excès de prudence, alors qu’il suivait Honey à travers les rangées. Si en s’approchant de plus près, il remarqua que leurs yeux n’étaient pas allumés, ce n’était pas pour autant qu’il se détendit :

- Voilà ce qui arrive quand on veut miser à tout prix sur la technologie. Marmonna-t-il avant de reprendre, ça m'étonnerait que ce soit le black out de tout à l'heure qui en soit l'origine. Quelqu'un aurait pu s'introduire dans le système et faire du piratage à grande échelle afin de les désactiver ?


« Tout système peut être piraté, même A.S.T.R.I.D. »

« Je confirme, Honey Lemon. »

« Ça peut donc être ça ou c'est que l'énergie qui leur est nécessaire est drainée ailleurs. On devrait en analyser un de plus près ! »

Ça ne les avançait pas plus, donc il choisit de suivre sans rien dire. Après tout, s’ils pouvaient en apprendre plus…

Dans un premier temps, Honey se contenta de rouler dans une allée sans faire de commentaire, se contentant d’observer. Ce n’est qu’à la fin de la rangée de robot qu’elle se tourna vers lui :

« C'est marrant les petits boitiers qu'ils ont sur le côté gauche de la ceinture. Ça me donne envie de les tester ! »

- J'te couvre si besoin.

Il aurait bien aimé lui dire que non, c’était pas spécialement une bonne idée de son point de vue. Mais il avait compris que ça ne servirait strictement à rien. Si elle avait décidé quelque chose, elle le ferait tout de même qu’il soit de cet avis ou pas. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était s’occuper du robot si jamais il se remettait en marche ou à faire une quelconque action louche. Il aurait absolument aucun scrupule à le détruire de ses propres mains si besoin est.

Mais Honey, se contenta de décrocher le boîtier sans que le robot ne bouge d’un pouce. La petite blonde l’observa quelques instants, avant de le brancher à A.S.T.R.I.D. Et évidemment, on lui foutait un gros bouton au milieu et il fallait qu’elle y touche. L’instant d’après, Honey Lemon avait disparu. Ce qui évidemment, ne plu pas beaucoup à Aster, cela se voyait à des kilomètres qu’il était énervé, même pas besoin de voir son visage pour le comprendre. Son langage corporel parlait de lui-même. Attrapant rapidement un boîtier, sur un robot présent -celui que Honey avait en main ayant disparut avec elle- et ce sans aucune délicatesse et sans un regard pour l’appareil vacillant, il s’approcha de Judy et Sleeve, leur fourrant rageusement le boîtier quasiment sous le nez :

- C'est quoi ça ?

« C'est un... » Commença Sleeve légèrement paniqué

« UN TELEPORTEUR ! C'est trop cool ! J'suis allée devant la maison d'un type qui s'appelle Jack Frost et qui vient aussi de Storybrooke, c'est ouf non ? Puis j'ai appuyé dans l'autre sens et voilà ! Quelqu'un veut essayer ? »

Non.Merci. Au moins, était-elle tombé sur Frost et pas sur l’autre cancrelat des carpettes ou sur Tooth. Elle serait probablement toujours là-bas si elle avait rencontré la fée des dents, elle aussi elle faisait partie de la team pipelette. Néanmoins, il regretta de ne pas pouvoir avoir pu demandé à Honey de coller trois paire de baffe à Frost de sa part. Simple petit aperçu de ce qu’il se prendra le jour où Anna lui tombera sur le poile -autant dire qu’il attendait ce jour avec une certaine impatience- néanmoins, la nouvelle que ce soit un téléporteur ne l’enchantait pas du tout. C’était typiquement le genre d’engin qui entre de mauvaises mains pouvait être sacrément dangereux

- Explications aboya-t-il à l’adresse de Sleeve

« Tous les Hommes de livraison sont équipés d'un téléporteur où leur adresse de livraison est automatiquement rentrée. Vous croyez quoi, qu'on va s'encombrer des embouteillages pour améliorer les délais de livraison ? »


D’accord. C’était définitif : l’être humain est un abruti de première et il avait devant lui le plus beau spécimen d’abruti jamais vu.

- C'que je crois c'est surtout que vous êtes une belle brochette d'imbécile


Sleeve le regarda sans comprendre, d’un côté Aster avait probablement surestimé le nombres de neurones présent chez lui. Au lieu de deux, il ne devait en avoir qu’un et demi.

«C'est comme ça que vous êtes descendus ? »

«Oui, on en a trouvé un aux étages supérieurs. Normalement les humains sont pas censés utiliser leur téléporteur mais manifestement ça marche bien sur nous aussi. » 


Et son point dans sa figure il allait bien marcher aussi ? Parce qu’Aster avait une furieuse envie d’exprimer de manière physique sa frustration -De préférence en encastrant cet imbécile droit dans un mur.

« Ce qui fonctionne bien aussi c'est l'implantation d'éléments explosifs dans les colis. Comme pour Kira. A votre avis, quelles sont les chances pour qu'il n'y ait qu'un colis piégé et pas... beaucoup plus ? »

- Ça serait trop gros, qu'il n'y en ai qu'un seulement

« Oui et donc l'absence d'alimentation combinée au fait que c'est une armée signifie... »

- Une attaque compléta l’ex lapin

Et ça n’annonçait rien de bon, bien au contraire il y avait de quoi faire grimper l’anxiété du groupe d’un cran encore.

« Yes, pile ce que j'avais en tête ! »

- C'est bien de voir qu'on leur en donne les moyens, ironisa-t-il à l’intention des deux « dirigeants ». Mais ça ne nous dit pas le plus important à savoir la véritable cible

« Et s'il y avait autant de cibles que de colis ? »


Honey se mit à ouvrir un colis par hasard, ce dernier contenait une poupée Barbie. Pas besoin d’être devin pour savoir à qui était destiné ce paquet. Aussi le sang d’Aster ne fit qu’un tour. Il était déjà passablement énervé par tout ça. Mais il y avait une chose qui l’énervait encore plus : de voir les enfants prit pour cible. Aster était un Gardien, son rôle avait toujours été de protégé les enfants. Aussi, leur faire le moindre mal avait une certaine tendance à le faire sortir de ses gongs. Il avait encore plus envie d’encastrer Sleeve dans un mur. Et également, de causer certains dégâts irréparable chez les robots. Il choisit néanmoins, de se canaliser, crispant la mâchoire il ouvrit un autre colis, n’ayant cette fois-ci rien à voir pour y trouver le même papier bulle que dans celui ouvert par le petit génie.

- Du papier bulle, à chaque fois. J'pense pas qu'on ait besoin de tous les ouvrir pour s'en assurer, ils contiennent tous la même chose


«  Donc ce sont les clients qui sont visés. Mais... ça ne nous dit pas pourquoi Kira a reçu un colis. »

« Parce qu'elle est dommage collatéral. » Commenta Charlie.

Tout ça pour ça...La pilule n’avait que plus de mal à passer. Comme quoi, ce qu'on disait était vrai : le plus grand prédateur de l'homme c'est lui-même. Après tout, les robots ne s'étaient pas construit tout seul à l'origine il avait bien fallut que quelqu'un le fasse. Et au final, à trop vouloir être productif, a trop vouloir que tout aille plus vite, des personnes finissaient par y laisser leur vie.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
This is how legends are made
Legends never die when the world is callin' you, can you hear them screaming out your name? Legends never die, they become a part of you. Every time you bleed for reaching greatness, relentless you survive


Erwin Dorian
« If the crown should fit, then how can I refuse? »

Erwin Dorian

| Avatar : Rufus Sewell

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Vba9
- Pour ma victoire? C'est adorable, trésor... Même si en toute modestie, je dois admettre, qu'au-delà de cela, je suis un prestigieux modèle pour mes concitoyens"
(Alexis pense-t-elle qu'il est parti trop loin? Sûrement! On approuve)

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Sn0a
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Da6n
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 W2ja

| Conte : Coeur de Princesse/Le Prince et le Pauvre
| Dans le monde des contes, je suis : : Preminger

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Hmch

| Cadavres : 1320



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-30, 23:31 « If the crown should fit, then how can I refuse? »

AMAZONBIE
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 51626611
"Echec et mat.. .?"

De peur de voir son être si prometteur exploser en une fraction de seconde, Erwin reposa aussitôt le colis qu’il avait pris des bras mécaniques des Collègues de Travail.
Un seul coup d’oeil rapide au contenu lui avait suffit. Deux chaussons de danse, habilement, adroitement, dangereusement emballés dans du papier à bulles… « Elle aussi... ». L’étiquette indiquait sans détour l’adresse actuelle de la prochaine victime toute désignée du robot. « [Aisha Androuze ». L’image de la jeune femme découvrant son colis flotta dans son esprit. Cela aurait été dommage. C’était une nouvelle amie si prometteuse dans ses aptitudes magiques.
Son regard s’arrêta sur le boîtier. Et dire qu’il suffisait d’un seul déclic sur le transporteur pour qu’il soit envoyé pile devant l’habitation de la fée. La tentation d’appuyer sans revenir l’effleura. Il la repoussa assez facilement, la perspective de lui sauver la vie restait bien plus utile.
Précautionneusement, il se rapprocha de la rampe à proximité des autres, sans pour autant détacher son regard de l’immense armée métallique qui s’offrait à sa vue.
L’auteur de ce macabre complot avait réussi un coup de maître, il fallait le reconnaître, une véritable armada aux mains remplies de cadeaux meurtriers allaient se déverser sous peu sur Storybrooke et ses alentours.
Dommage que le but poursuivi par cet individu n’en vaille pas la chandelle, songea-t-il en plaçant ses mains sur la rembarre.
A cet instant précis, devant cet étalage électronique capable du pire, figés, comme immobile devant sa silhouette, Preminger se sentit presque gonfler d’un pouvoir qu’il ne possédait pas...mais qui devenait brutalement si tentant...et à portée de mains… de sa main.
Evidemment, il n’avait pas l’âme d’un despote guerrier et destructeur… Voir couler le sang n’attisait pas sa convoitise… Mais ce qu’il voyait au-delà de ça, c’était le potentiel que représentait cette armée de robots…
Réinitialisés, reprogrammés, ils pouvaient être une mine d’or pour ses propres intérêts.
Tout comme le papier à bulle qui avait touché Georgia s’avérait être une arme intéressante…
S’il parvenait à convaincre le créateur de libérer son épouse…
S’arrachant à cette vue et à son rêve subite, il contempla Judy et Sleeve avec une certaine pitié.
Cerveaux sans imagination, âmes sans grandeur quelconque, des êtres inutiles, tentant vainement de se donner un rôle dans leur maigre existence… Essayer de prendre part à la réflexion sur l'origine du complot et les personnes visées.
- Evidemment… que les civils sont les cibles des robots. Brillante déduction que voilà… Vous devinez tout en décalage, n’est pas Judy… Tout comme vous ne connaissiez aucun moyen d’arriver jusqu’ici, n’est-ce pas ? Ricana-t-il les yeux glacés.

L’essentiel n’était pas là, en réalité mais la tentation était trop grande pour ne pas qu’il en fasse la remarque.
Les idiots, ils les avaient volontairement laissés tomber dans le Transporteur, en priant pour qu’ils se rompent le coup… Ce qui avait failli arriver. Tout ça parce qu’ils pensaient pa-thé-ti-que-ment que eux, arrivés ici depuis même pas une journée, étaient responsables de tout ce complot.
Plutôt que de se poser les bonnes questions…
Lui se les posaient et c’était en partie la raison pour laquelle, il n’avait pas retenu la petite pique acerbe à l’encontre de Judy, elle n’était que l’introduction d’une interrogation plus pertinente, qu’il formula froidement :

- Qui d’autre connaît cet ingénieux système ? Qui l’a inventé ? L’inventeur des Collègues de travail ?
Il ne faisait nul doute dans son esprit – somme toute brillant- que le coupable avait eu accès à cette information. Sauf à aimer quotidiennement les allers-retours dans le toobogan du Transporteur… Chacun ses goûts…
Il lui fallait un nom… Un seul…
Mais évidemment, ce raisonnement implacable tout comme la conclusion attendue échappaient à ces deux bons à rien… (A croire que l’ordinateur en charge du recrutement confondait la zone de maintenance et le pôle de direction…) car évidemment, leurs réponses s’enchaînèrent avec une nullité confondante :
- Les Hommes de livraison ne sont pas censés être aux étages des humains. Comment pouvais-je savoir qu'il y en avait un - ou plus - dans les étages supérieurs et vous le proposez ? Répondit Judy
-Rassurez-vous nous savons très bien que ça existe puisque c'est nous qui avons conçu ce système, complèta Sleeve
- Et il est vraiment performant ! Ajouta Honey avec un ton si convaincu qu’il sembla à Erwin qu’elle venait d’être embauchée dans une campagne publicitaire vantant les mérites de la téléportation...
Evidemment… En plus du fait que l’idiot numéro deux contredisait complétement l’idiot numéro 1, il fallait compter sur l’enthousiasme maladif de la scientifique pour évincer en une phrase toute tentative intelligente et subtile d’obtenir des informations…
Résultat des courses, il n’obtiendrait aucun nom hormi ceux des deux incapables…
- Merveilleux. Décidément vous savez ce que vous voulez bien savoir... Vous ignorez faire un reboot sur un robot - ce que cet employé de maintenance sait faire aisément ...mais reprogrammer un transporteur vous le faites sans difficulté... C’est ce qu’on appelle une arrivée à point nommé alors et armée…
Il jeta un œil dédaigneux sur Sleeve et désigna le pistolet auquel l’homme se cramponnait encore.
-Vous devriez me confier votre prodigieux petit jouet...je ne voudrais pas qu’il y ait plus de blessés...et cela nous aidera à vous faire confiance non ?
Il tendit une main avide vers l’objet.
Pour être honnête, jamais auparavant n’avait-il eu l’occasion d’utiliser un tel objet en dehors des cours de tir qu’il avait pratiqué lors de la malédiction. Dans son royaume, une telle arme était rare encore, à peine inventée.
De plus, il n’était pas partisan de se salir les mains, il préférait observer.
Cela dit, compte tenu de sa journée particulièrement éprouvante, l’objet se révélait en revanche être une occasion parfaite de reprendre l’avantage de la situation.
S’il parvenait à en user sur le propriétaire de l’ensemble de ces automates...qui sait…
Comme pris d’un éclair de lucidité -malheureusement ça leur arrivait toujours quand il fallait pas – Sleeve croisa les bras sur sa poitrine d’un geste défensif.
- J'le donne à la blonde qui marche pas, ÉVENTUELLEMENT mais certainement pas à vous.
Le notaire le fixa l’espace d’un instant sans réagir, puis progressivement un sourire moqueur glissa sur ses lèvres :
- Comme c'est...distrayant...Une proie reconnait toujours son maître, n'est-ce pas Sleeve? Ajouta-t-il en avança d’un pas...Auriez-vous peur que je m'en serve contre vous?
Son regard glissa sur l’handicapée qu’il désigna de la main
- Bravo pour votre discrimination positive… Mais cette jeune femme va peut-être me le confier juste après... Alors Pourquoi perdre du temps? Je ne m'en servirai pas..
« Pas tout de suite »… Mais la tentation serait grande de gratifier cet imbécile d’un coup qui sifflerait juste au dessus de sa tête. Au début.
Malheureusement, Sleeve n’obtempéra pas, se contentant de poser le revolver sur les genoux d’Honey qui ne bougea pas. Evidemment.
Pas grave, il trouverait bien le moyen de récupérer cette arme, le cas échéant. Ce n’est pas comme si Honey Lemon pouvait s’enfuir loin de lui, de toute façon…
En attendant, si les autres ne pouvaient pas faire un minimum le travail, il le ferait seul…
Aussi se tourna-t-il vers Charlie…son attention toute focalisée sur l’explication qu’il avait donné à la mort de Kira. « Un dommage collatéral ».
- Je ne pense pas qu’une personne sciemment enfermée dans une pièce pour recevoir un colis piégé à la vue de tous puisse être qualifiée de dommage collatéral… Tous comme ces employés disparus...ce « Dan réduit en charpie... des dommages collatéraux également? Commenta-t-il d’un ton presque railleur en levant les yeux au ciel pour mieux les plonger dans ceux du jeune employée... Si la question est de savoir pourquoi ta dulcinée plus qu’une autre...réponds à la mienne: pourquoi elle moins qu’une autre ?
Il se pencha pour recueillir l’effet que ses paroles provoquerait sur le jeune homme et ne fut pas déçu par le rire un peu malade qui émana bientôt de l’employé de maintenance tandis que ce dernier secouait la tête, presque dément :
- Tu crois que t'es le plus malin de la bande mais t'as vraiment rien compris !
Tandis qu’un rictus de triomphe parcourait son visage, Erwin recula d’un pas pour mieux dévisager Charlie.
- Les cieux me préservent de m'octroyer le titre du plus intelligent de la bande...cela serait bien hautain de ma part...déclara-t-il en coulant vers Saimhainn un regard goguenard, mais…
Reportant son attention sur Charlie, il porta d’un geste dramatique la main à son coeur, d’un air faussement peiné et ajouta :
- Tu n'es pas forcément plus malin pour en juger...Atomiser sa propre dulcinée..c'est un effectivement un triste dommage collatéral…
Pour qui l’avait-on pris ? Il n’était pas Preminger pour rien. Les pièces du puzzle s’étaient imbriquées d’elles-même… « Echec et mat, Charlie»… Il savoura presque la grimace instinctive qu’eut le jeune homme à cette évocation.…Et dire qu’initialement, il avait souhaité manipulé ce jeune homme pour le dresser contre les robots.
Charlie se frappa le front avec la main :
- T'as vraiment RIEN compris. C'est pas moi qui ai piégé Kira, c'est le système qui l'a prise pour me piéger et me forcer à reculer.
«Of course... » Qu’avait-il cru ? Qu’il l’avait accusé d’avoir sciemment piégé celle qu’il prétendait aimer ? Bien évidemment que non. Charlie n’avait pas SA trempe. Le notaire avait bien constaté la peur réelle qui avait défiguré son visage lorsqu’il avait appris la disparition de Kira, ce qui l’avait pour un instant écarté de la liste des suspects… Mais :
- Ce qui revient finalement à la même chose non? Etre déjoué par ses propres armes... C'est le système qui a alerté Honey qui a utilisé Kira… Il marqua une pause et laissa échapper un petit rire presque attendri : Il faut croire que le petit valet a des ambitions..finalement..
Insensible à son humour, Charlie répliqua sèchement de son habituel ton placide et désabusé...auquel Erwin nota à présent une tournure condescendante :
- Y a qu'un système alors je te laisse deviner.
Un autre que lui, du genre Aster, aurait sûrement explosé à cet instant précis et envoyé valser l’insolent par dessus la rampe… Il aurait pu. Mais il ne le fit pas… Pourquoi donc ?
Si l’on partait du principe que Charlie était bel et bien l’auteur de ces disparitions, de ces massacres, alors il fallait le traiter comme tel. Et Erwin était spécialisé dans les génies malveillants, vu qu’il était un génie tout court et un être malveillant également.
Et qu’il aimait aussi prouver qu’il n’aurait aucun mal à deviner comment le système s’y était pris…
Mais...une autre personne aussi aimait les devinettes et répondait déjà :
- Le système voit tout j'imagine et puisqu'il m'a contactée il a essayé de me mettre sur la voie ! On a juste cru qu'on était tous attaqués !
Exceptionnellement, il ne se focalisa pas sur l’intervention intempestive d’Honey. Lorsqu’elle voulait, elle pouvait mériter le titre de génie… Dommage qu’elle soit ordinairement tellement...follement explosive.
Il approuva de la tête et enchaîna :
- Mais en réalité...Erwin fixa profondément Charlie, ..le système n'a attaqué que toi à ce moment précis.. Il savait que c'était toi...et le robot agressif a tenté de te mettre hors circuit...De t'éliminer. De t'atteindre...de se défendre"
Les robots étaient les victimes de cette ironique histoire… Il revoyait la machine s’en prendre à Charlie avant que celui-ci ne tente un reboot, elle ne l’avait pas attaqué par hasard mais parce qu’elle avait reconnu son agresseur. Le scientifique fou… La créature s’était rebellée.
- Erwin, je pense que nous sommes sur la même longueur d'ondes ! Opina Honey.
Ils échangèrent un sourire victorieux.
- Trop d’honneur… "Quant à nos disparus…
Il s’arrêta un instant fronça les sourcils, se souvenant de la différence entre la réaction du papier bulle sur son épouse et sur Kira…et poursuivit :
- Ils étaient...des cobayes...peut-être? Des essais...Comme les différents employés précédemment disparus? Le vrai lancement devait être prévu pour plus tard..."
Il jeta un regard en biais sur l’armée d’automates toujours parfaitement immobiles qui s’étendait à ses pieds… Oui, cela devait être le vrai départ. Le vrai massacre. Ce que l’Intelligence Artificielle d’Amazon avait réussi à stopper…
- Faut bien bêta tester ses inventions, pas vrai ? Offrit pour toute réponse Charlie avec détachement.
Preminger inspira légèrement pour calmer l’agacement qui montait crescendo en lui.
Il s’était initialement promis de faire tuer sans hésitation le kidnappeur de sa reine à la minute où celui-ci se révélerait.
L’heure n’était pas encore venue mais il maîtrisait son envie d’envoyer valser à terre ce gamin arrogant qui se prétendait cruel.
Il n’était pas né celui qui l’empêcherait d’accéder à son trône.
De plus, il avait noué un lien avec Charlie qui assurait une légère sympathie auprès de l’employé à son profit. Il fallait absolument qu’il continue à l’exploiter...pour qu’il lui livre Georgia...et les autres aussi, éventuellement.
Pour cela, il devait avoir les idées claires…
Plus simplement, au-delà du ton indifférent de Charlie, il se focalisa sur l’essentiel. Le travailleur avait bêta-tester le papier bulles sur Georgia et tous les autres disparus… Sûrement pour vérifier le caractère non décelable de son attaque, sa pertinence. Pas pour vérifier l’explosion… Si sa théorie était bonne.
- Trèèèès....bien...articula-t-il lentement d’un ton qu’il jugea détaché mais l’ensemble de son corps restait crispé ultra crispé...Et où est-elle, maintenant Charlie? Où est mon épouse?
Après tout, rien n’obligeait les choses à s’envenimer, il suffisait pour Charlie qu’il accepta de libérer Geneviève. Qu’elle sorte. Idéalement, il tenterait aussi de sauver les proches de ceux qu’il pourrait à titre gracieux.
Si la tâche était trop ardue, il se contenterait de sauver Victor, on ne gaspillait pas un potentiel allié, Saimhainn, il aurait été dommage de gâcher une existence si pleine d’attraits (et elle serait bien obligée de convenir de l’extrême bonté dont il faisait preuve) et Honey, le monde n’avait pas besoin d’un génie de plus mais il ne souhaitait pas se mettre à dos le maire actuel de Storybrooke...
Peut-être même que s’il parvenait à raisonner Charlie, ce dernier finirait par lui confier son invention.
Et c’était du grand art. Une attaque d’une grande finesse, initialement…
- Je connais pas votre femme mais si elle fait partie des bêta testeurs de ce matin alors elle va bien.
Erwin se détendit légèrement… soulagé. Il conservait son titre royal.
Et une infime partie de lui fut soulagé pour Georgia...après tout, seul lui pouvait faire souffrir cette famille .
Il ne restait plus qu’à convaincre Charlie de les mener à leurs proches…
- Parfait...Tu ne te trompes pas d'ennemis... Rends-moi mon épouse, Charlie...Laisse la partir…
- Plus tard
Il reçu comme une gifle la réponse du jeune homme. Puis l’éclat du sourire factice qu’il lui adressait jusqu’alors vira lentement, se ternissant une lueur mauvaise tandis qu’il minauda soudain :
-Tu continues de me sous-estimer, Charlie...Je t'ai dit: "maintenant".. Le reste attendra...plus tard"

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

La famille est un lieu où tout le monde vous aime, peu importe comment vous êtes, ils vous acceptent pour qui vous êtes.

ICI GIT L'ERREUR :
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80427-how-can-i-refuse-erwi


S. et S. MacKenzie
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

S. et S. MacKenzie

| Avatar : Eleanor Tomlinson & Isolda Dychauk

"L'une rêve de vivre
les pieds dans l'eau"


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Tumblr_plumt4tszU1skw8jlo2_r1_500

"L'autre rêve de vivre
quelque chose de plus beau"


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Tumblr_pbmjniqnfA1slo9v5o1_500



| Conte : Inventé ⊚
| Dans le monde des contes, je suis : : Samhainn & Samhuinn

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Gawe

| Cadavres : 229



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-08-31, 18:37


Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Rl0k
Devenez Membre Premium !
Premier Mois Gratuit puis zombification d'un membre de votre famille seulement !



Samhainn avait suivi ses camarades parmi les rangées de robots, ne voulant pas les abandonner quand le danger était à son paroxysme. Mais ne pouvant se résoudre à simplement déambuler entre les Collègues mécaniques, la rousse resta en bas de l'escalier, le long d'un mur et observa avec des yeux plus que méfiants les statues de métal face à elle.
L'immense pièce résonnait beaucoup et de là où elle était, Hain pouvait tout de même suivre les conversations d'Erwin, Honey, Aster et Charlie. Elle écoutait d'une oreille distraite, plutôt occupée à fixer sans cligner des paupières les robots, mais une phrase prononcée par le notaire fit s'arrêter son cœur. Dan était mort. Le gentil collègue de la rouquine avait péri quand il était allé chercher le fichu colis à la place de Samhainn.

Le cœur de la rousse se serra tellement qu'elle crut un instant qu'il allait imploser. Sa respiration s’accéléra et bientôt sa gorge fut prise de sanglots. Ses yeux bleus s'accrochèrent au sol de l'entrepôt mais ses pensées divaguèrent, cherchant à lui faire ressentir toute la culpabilité du monde. Elle aurait dû insisté et partir elle-même chercher l'article, elle aurait courir et rattraper Dan plutôt que de le suivre à pas de loup plusieurs mètres derrière. Elle aurait dû le sauver... Elle aurait dû l'aider...

"Me dit pas que cet imbécile de Dan te manque ?" L'interpella la voix de Charlie, qui venait de terminer une conversation tendue avec le notaire. La rousse leva brusquement la tête et fronça les sourcils tant de colère que de tristesse.

"Ce n'était pas un imbécile, je ne le connaissais pas c'est vrai... Mais il m'a sauvé la vie... C'est moi qui aurait dû aller chercher l'article, c'est moi qui aurait dû finir en morceaux... Les imbéciles ne prennent pas de risque pour des personnes qu'ils ne connaissent pas, lui l'a fait... Et maintenant sa fille se retrouve sans père." Hain sentit son ventre se tordre à la pensée de la petite fille. Elle qui ne voyait que rarement son père, ne le verrait plus jamais.

"Dis toi que Dan est mort pour la science. Grâce à lui et aux employés disparus, j'ai pu tester mes micros détonateurs." La rousse ouvrit de grands yeux effarés par les propos du jeune homme. Ses poings se serrèrent et son regard fut plus dur.

"Et Kira est-ce qu'elle est morte pour la science ?" La rousse prit une grande respiration, se rendant compte qu'elle pouvait être méchante sous le poids de la colère. Et elle ne souhaitait pas l'être. Mais sa colère ne passa pas. "Ma soeur et le reste de nos proches se font fait enlever pour la science ? Est-ce que tout acte criminel et inhumain est justifié s'il est pour la science ?!"

"Personnellement, je ne pense pas. Je préfère expérimenter sur du non vivant mais... ouais, bref, peu importe." Fit Honey, se rendant compte que personne ne l'écoutait, tous étaient concentrés sur le traître nommé Charlie.

"Tu crois qu'on les a testés comment les premiers vaccins ? On a certainement pas demandé leur avis aux prisonniers qui en ont fait les frais ! Ça a toujours été comme ça, au lieu d'avoir peur des robots, tu devrais avoir peur de ceux qui les contrôlent. T'as jamais entendu parler des lois d'Asimov ?"
Honey leva la main en trépignant, imitant parfaitement Hermione Granger lors des cours de Severus Rogue.

"Les droits de l'Homme alors tu sais ce que c'est ?! Je pensais que scientifique rythmait avec futur... Les méthodes où l'on teste sur des personnes contre leur gré sont dépassées, c'est comme remettre l'esclavage au goût du jour !" Charlie roula des yeux et afficha une expression des plus agacées.

"Tu sais quoi, de toutes les personnes ici, je pensais que tu serais la plus à même à comprendre pourquoi je fais tout ça."
Hain resta bouche bée. La confusion régnait dans son esprit. Comment Charlie avait-il pu croire une seule seconde qu'elle comprendrait son stratagème ? Hain resterait toujours contre le meurtre et la manipulation, quoiqu'il en coûte.

"Comment tu as pu croire que je serais d'accord avec ça !" Hurla-t-elle en désignant les alentours de ses deux bras.

"Mais parce que t'aimes pas les robots et qu'on l'a tous compris ! T'es terrorisée dès que t'en vois un ! T'as réellement envie que tous ces robots remplacent les humains ?"
Répondit Charlie en faisant un geste vers l'armée de livreurs robotiques.

"Bien sûr que non ! Mais, Charlie, cela ne justifie en tes actes... Et la mort de Dan et Kira... Rien ne peut justifier tes actes."

"Et rien ne peut justifier que nous soyons censé être reconnaissant que les entreprises ne nous confient plus que 10 % du travail. Et ils en font quoi d'après toi ds 90 % restant ? De notre futur ?"

"C'est regrettable que les machines prennent le pas sur les humains. C'est regrettable que le monde évolue trop vite et mette en danger le travail, la santé ou la vie des citoyens..."
Charlie ne réalisait pas qu'il avait opté pour une méthode trop radicale et totalement injuste, cela énervait Hain, pour elle, toute vie était précieuse. "Mais les bombes ne seront jamais la solution ! Toi qui me parle de passé, est-ce que les explosions ont déjà résolu un problème à long terme ? Arrête de te murer dans tes principes et tes objectifs monstrueux ! Regarder les choses en face Charlie... Kira est morte !" Hurla la rousse ne comprenant qu'on s'obstine tant après avoir tué indirectement la personne aimée.

"Si personne n'agit bientôt ce sera 7 % puis 5, puis 3 et finalement 0 ! Si toi et les autres ne voulez pas agir, ça vous regarde, mais moi je vais pas rester les bras croisés !"

"Ohhh. J'ai compris ce que tu veux faire !"
S'écria Honey.

Samhainn regarda la scientifique d'un air inquiet, puis d'elle-même, elle comprit. Son regard à présent horrifié fit le tour des robots et des paquets avant de se reposer sur Charlie. Elle avait tenté de le consoler quand Kira avait explosé, elle lui avait murmuré une incantation en gaélique pour qu'il se remette vite et que son cœur n'en souffre pas. Elle lui aurait offert toutes les plantes du monde pour qu'il aille bien. Mais à présent plus Hain ne ressentait plus aucune bonté envers le jeune homme. En face d'elle, elle ne voyait qu'un monstre.

"Il veut faire exploser les robots chez les clients, pour qu'ils soient jugés non fiables et retirés du secteur livraison et peut-être même des autres zones de l'entrepôt. Tu veux tuer tous ces gens !" Folle de rage, de peur et de désespoir, la rousse s'élança vers Charlie le poing en avant. Une main rapide et vigoureuse stoppa son geste en attrapant son poing juste avant qu'il n'atteigne le visage de Charlie.

"Maîtriser vos émotions Milady, il est inutile de s’emporter pour ce qui est fait." Déclara Erwin, tirant la rousse en arrière. Puis il lui chuchota à l'oreille : "Maîtrisez vos émotions par pitié, vous ne savez pas de quoi il est capable... soyez patiente son heure sonnera."

"Mais... Il... Il doit..." Bégaya Hain en se débattant sans grande conviction, ne sachant plus comment gérer le flux d'émotion lui parvenant.

"Il paiera... je puis vous l’assurer...il va avoir un léger sourire mais ce n’est pas dans notre intérêt de l’énerver actuellement..pensez à votre proche."

L'herboriste acquiesça d'un faible signe de tête. Elle aurait voulu remercier le notaire pour l'avoir stoppé ou même lui offrir un petit sourire. Mais elle ne put rien faire, les larmes montaient à ses yeux bleus et elle s'enfuit dans un petit recoin pour pleurer. Elle avait peur pour sa soeur, peur pour tous ces gens, elle était accablée de culpabilité pour Dan et surtout elle regrettait de s'être autant trompée sur le personnalité de Charlie.
La tête entre les genoux, la rousse pleurait à chaudes larmes quand une main rassurante vint se poser sur son épaule.

"Eh... Ça va aller." Fit la voix calme de Lena.

"Je n'en suis plus si sûre... Jamais je n'aurais pensé qu'on aurait affaire avec la mort..." Répondit d'une voix tremblante la rousse. Lena lui révéla la tête d'une main douce.

"Je sais ce que c’est, mais il faut qu’on fasse face à tout ça. Il faut le faire pour ma meilleure amie et pour ta sœur. Je sais que c’est difficile, à chaque fois que je fais face à une arme ou à la mort, je revois la mort de mes parents mais il faut qu’on tienne bon. Il faut que tu passes outre Hain, tu comprends ? "
Lena gardait un ton calme et souriait à la rousse afin de la rassurer.

En entendant Lena parler de la mort de ses parents, Hain se rappela tout ce que la brune avait vécue. Si Lena avait pu grandir de manière équilibrée malgré les événements de son enfance, Samhainn devait être capable de surmonter ses émotions. L'enquête n'était pas finie et sa soeur n'était pas encore retrouvée. Lena avait raison, ce n'était pas le moment de craquer.

"Je comprends."
Hain se força à sourire. Puis elle se releva et prit Lena dans ses bras. "Merci." La brune répondit à son étreinte.

"Merci à toi. Je t’ai rendu la pareille."
La brune fit un clin d’œil à Hain en se détachant d'elle. La rousse fit un plus grand sourire et sécha ses larmes.

"Pour une fois que je vais avoir besoin de mes propres potions et plantes." Déclara-t-elle en rigolant.

"Je suis contente de te voir sourire."

Les deux jeunes femmes rejoignirent le groupe.
Honey adressa un air compatissant à Hain avant de reporter son attention sur le criminel en puissance. Tous les regards se braquèrent sur lui.

"Tu veux ébranler la confiance que les Hommes ont en la robotique et quel meilleur moyen qu'un dysfonctionnement aussi énorme ? Ça va les mettre en colère, y aura des manifestations... Beaucoup de gens pas seulement ici seront forcés de reculer leur progrès technologique."

"Les machines n'ont pas de conscience et sont imparfaites, ça, c'est le rêve qu'ils vendent !"

"Tu es vraiment prêt à sacrifier des centaines d'innocents ? Ça serait un coup d'épée dans l'eau... Ils chercheront la cause du dysfonctionnement, amélioreront leurs machines, des robots plus performants viendront remplacer ceux-là. Et toi tu finirais seul et aigri, peut-être même en prison, si quelqu'un découvre que tu avais manigancé les explosions."


"Tu es tellement pessimiste ! Si l'Amérique entière n'a plus confiance dans les robots, ils seront obligés de faire travailler les humains à leur place."
Charlie prit Erwin à partie. "C'est pas ton truc le ménage, pas vrai ? Mais ça, c'est du travail, du vrai travail pour les vraies gens !" Samhainn devait l'avouer les motivations de Charlie étaient justes et généreuses. Elle se serait battue avec lui si le moyen d'arriver à ses fins n'étaient pas le meurtre de masse.

"Peut-être... Ça serait super Charlie, de fournir du travail à ceux qui en ont besoin... Mais le meurtre n'est pas la solution, ça ne le sera jamais."


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



Chante-moi une chanson de deux filles qui sont parties...
Dis, est-ce que ces filles pourraient être nous ?
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t82525-sing-me-a-song-of-two


Victor J. Lovecraft
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Victor J. Lovecraft

| Avatar : Matt Smith

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 14rz

"Il était une fois dans le royaume des fêtes un noël pas comme les autres"

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Ulzk

| Conte : L'étrange Noël de Monsieur Jack & Folklore Irlandais
| Dans le monde des contes, je suis : : Jack Skellington & Jack O'Lantern

| Cadavres : 105



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-09-01, 23:24


Bip Bip I am a robot
Où avez-vous planquer la télécommande ?

Pendant que Charlie et Hain discutaient, je ne pouvais m’empêcher de songer à la boîte que j’avais ouvert durant notre tour d’inspection. Elle contenait une très belle boule à neige ayant pour thème l’Etrange Noël de Monsieur Jack et destinée à une étrangère, Silvia Calvin. Pour moi, un fan qui appréciait tant mes prouesses contées par les studios Disney méritait grandement mon attention et mon appui pour la sauver du sort terrible qui l’attendait. C’est que nous autre, personnages de légendes, tenons plus que tout à marquer la postérité ! Cependant, je ne pouvais nier posséder une réelle admiration pour l’amour de la technologie de Charlie. D’ailleurs la question méritait d’être posée, d’où lui venait cette passion étrange pour la robotique, lui qui semblait à première vue être plus habile à manier un balais qu’un tournevis ?

"Ils ont clairement grandement sous-estimés tes compétences en vous mettant à la maintenance ! Si j'étais toi, je postulerais directement dans une société de robotique... pourquoi rester coincer dans un poste aux possibilités aussi limitées ?"

"Parce que c'est le poste idéal : on va partout mais personne nous voit. J'ai tout fait pour être ici parce qu'il fallait que j'y sois. J'ai menti sur mon CV."

Je jetais alors un œil en direction de Judy qui avait l’air sidérée.

"C'est une idée intéressante... enfin si bien sûr on oublie que ces maudites machines risquent de provoquer des centaines de morts !"

Puis sur un ton de confidence, je me rapprochais de lui, un rictus planté sur mes lèvres.

"Allez maintenant tu pouvez bien nous l'avouer, non ? Ta cheffe de RH mérite bien de le savoir, non ? Qui es-tu réellement ?"

« Je n'ai pas menti sur mon nom - juste sur mon histoire en inventant un inventant un passé tragique à faire pleurer dans les chaumières et elle l'a gobé. J'ai aussi menti sur mes qualifications, mais ça vous l'aviez deviné non ? »


Il prit Honey à partir qui pour toute réponse opina du chef. Quant à moi, je restais impassible. Les informations que nous avions déjà à notre disposition ne m’intéressaient pas. Ce que je voulais savoir c’est tout ce qu’il nous avait caché.

« J'ai étudié l'informatique et la robotique et la téléportation. »

"Est-ce à dire que les robots que nous avons rencontrés étaient vos bébés ?"

« Non mon bébé c'est juste le piratage derrière. J'lai dit : c'est un système qui n'a pas de conscience ! »


« Sauf qu'il en a une ! »

Je regardais alors Honey, constatant que je ne suivais pas le fil de sa pensée.

« Bah oui. Il nous a appelé, il a essayé de nous aider et il a même tué Kira pour montrer à Charlie ce que ça faisait de perdre injustement quelqu'un. Ce que t'apprêtes à faire vivre à quantité de personne », conclut-elle en posant son regard sur le malfaiteur.

"C'est vrai ça... même si je la comprends, on ne peut pas dire que ton obsession soit très conventionnelle ! Et toi, que deviendras-tu ? Si tes plans fonctionnent qui te dis que ces robots ne finiront pas par se retourner contre toi ?"

« Ils ne pourront pas, après leur mission, ceux d'ici et d'ailleurs seront remisés au profit des humains. »


"Wouah... c'est ce qui s'appelle avoir de la suite dans les idées !", repris-je avec une grande ironie

« Tu doutes de ma réussite ? Très bien, je vais te montrer. Il est l'heure ! »

A vrai dire, c’était plutôt son génie qui mettait grandement en doute mes convictions ! Mais ce n’était pas la question en ce moment, il y avait beaucoup plus grave, car Charlie venait de sortir une télécommande de la poche arrière de son pantalon. Il la pointa alors en direction de son armée de robots et cliqua sur un bouton. A cet instant, tous les yeux des machines s’allumèrent. Ces machines étaient donc prêtes à l’emploi et cette constatation fit immédiatement s’envoler tout espoir de les savoir en panne ou éteints. Un voix robotique s’éleva alors et déclara.

« Procédure de livraison en masse enclenchée. »

Le lancement de l’opération n’était alors plus qu’une question de secondes. Il nous fallait un plan et vite, je me tournais alors vers notre génie en herbe.

"Je crois que là on va avoir besoin que ton cerveau génial se mette également en fonction ! Comment pourrait-on détourner ces robots ? Leur donner un contre-ordre ?"

"Té-lé-com-mande", déclara-t-elle silencieusement.

Mais bien sûr, c’était une évidence ! Résolu à la lui reprendre je m’approchais de lui tout en sifflotant un air très Disney « Siffler en travaillant » ! Puis, m’approchant assez de lui, je sautais sur la télécommande. Bien évidemment, c’était sans compter sur notre psychopathe en herbe qui se tenait sur ses gardes depuis quelques minutes déjà. J’en voulais pour preuve, l’emprise qu’il avait sur sa précieuse télécommande.

Cela ne suffit cependant pas. Ma légendaire dextérité me permit de lui faire perdre l’équilibre. Il se retrouva donc allongé, mon corps la plaquant au sol. Je tentais de saisir la télécommande de ses mains.

"Donne-la moi, espèce de monstre en couche-culotte, tu vas finir par te blesser avec ça !"


A force de tirer sur la télécommande, je finis par l’attirer vers moi mais toute la force que j’avais mise dans mon action me desservit. Projeté en arrière, je lâchais l’objet qui fila à toute vitesse dans les airs et s’écrasa contre le mur en béton. Elle finit sa course sur le sol où elle se brisa. Décidemment, c’était notre journée !

« C’est pas vrai ! »


« Coordonnées géographiques localisées. Préparation de la téléportation. »

Ne pouvait-elle pas ce taire, cette maudite voix robotique ?

Je décidais alors de passer mes nerfs sur Charlie, le saisissant des deux mains, je le plaquais plusieurs fois sur le sol.

"Il y a probablement un autre moyen de les contrôler, non ? Dis-le moi ou je t'étrangle dans la seconde !"

« C'est trop tard. »

« Lâche le, s'il te plait, ça sert à rien de le tuer. On va trouver une autre solution, on a plein de ressources. Peu de temps, certes. », déclara Honey en roulant vers les restes de la télécommande.

Le relâcher maintenant ? Ah non, hors de question l’occasion était trop belle ! Plaçant mes mains autour de son cou, je commençais à serrer, serrer… espérant qu’il rendrait son dernier souffle entre mes mains.

"Pourtant ça ne lui ferait pas de mal... ça lui mettrait peut-être un peu de plomb dans la tête ! Mais rien de t'empêche de profiter de ce laps de temps pour trouver une solution !"

« Si tu continues tu ne vaux pas mieux que lui. Est-ce qu'elle cautionne ce genre de méthodes, ton amie ? »

J’éclatais alors d’un rire tonitruant, éclatant dans tout l’entrepôt.

"Si tu dis ça c'est que tu n'as aucune idée de qui je suis et encore moi de qui est mon amie !"

Cependant, je finissais par relâcher mon emprise sur lui, une fois qu’il fut à deux doigts de perdre connaissance.

"Toutefois tu as raison, il ne vaut sûrement pas le coup de finir en prison pour si peu !"

Je lui assainis un grand coup de poing pour finir de l’assommer et me relevais pour me diriger vers Honey.

"Alors soit... je me plierais à tes ambitions de Bisounours, princesse ! Cherchons plutôt un moyen de les arrêter !"
, lançais-je d’une voix caverneuse.

« Je ne sais pas ce qu'est un Bisounours mais je suis à peu près certaine que ça ne fasse pas partie de mes ambitions. Et je ne suis pas princesse non plus. »,
me répondit-elle outrée

acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is Halloween... everybody scream !

Vous allez aimer mourir de peur mes petites citrouilles !


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 Eroshoney

Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6419



Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2019-09-02, 00:12 « Science is magic that works. »

L'assurance de Charlie avait légèrement vacillé quand Honey avait fait remarquer que ce système informatique qu'il avait visiblement sous-estimé s'en était pris à Kira afin lui faire comprendre ce qu'était la souffrance d'une perte injustifiée et espérait l'arrêter avant de faire plus de victimes. Huit c'était déjà huit de trop. Mais comme ses alertes n'avaient rien donné pour les sept premières, il avait tenté de frapper fort.
En vain.
Il l'avait dit lui-même : il était loin d'être stupide. Charlie savait qu'il était allé trop loin pour reculer et que tout rentre dans l'ordre. Il regrettait que les choses aient aussi mal tournées, surtout pour Kira, mais comment aurait-il pu prévoir qu'il tomberait amoureux ? Ses sentiments avaient été forts et l'étaient toujours. Mais ils n'étaient pas surpuissants et ne le poussaient pas à tirer les leçons et les conséquences nécessaires.
Alors Charlie se persuada que les sacrifices à venir valaient encore la peine, tout comme celui de Kira. Ce constat désolait Honey qui n'avait cependant pas le temps de s'appesantir sur une analyse psychologique détaillée. Le temps pressait, à la fois pour les destinataires de tous ces colis et peut-être aussi pour Charlie. Victor n'avait pas l'air contre l'idée de le mettre hors d'état de nuire par tous les moyens, ce qui n'était pas dans les habitudes de Honey. Malheureusement, ses arguments ne semblaient pas faire mouche. Une raison de plus, sans doute, pour faire fonctionner ses méninges à plein régime.
La télécommande qu'elle avait récupérée était trop abîmée pour être réparée. Honey avait beau être ingénieuse, il avait des situations que même les meilleurs ingénieurs ne pouvaient améliorer. Pour autant, ce constat ne la désola pas - il suffisait de trouver une autre idée à leur problème ! Alors elle préféra ne pas annoncer à la cantonade que la télécommande était métaphoriquement morte afin de ne pas alarmer les personnes susceptibles d'avoir moins de sang froid qu'elle. Ce qui ne l'empêcha pas de leur couler un regard discret pendant qu'elle marmonnait car ça l'aidait à réfléchir.
La jeune femme était si concentrée qu'elle ne prêta pas attention à Erwin qui l'observait :
- Vous pensez trouver quelques chose ? Mon intelligence a beau être réelle, mes connaissances en sciences contemporaines sont limitées... tout comme notre temps...
Honey sursauta et ne songea même pas à croiser son regard car elle continue de réfléchir à toute vitesse :
- Mmmh, non, trop serré niveau timing... Ah... Peut-être que ça pourrait marcher.
- De toute façon nous n’avons pas d’autre option devant nous.. Il faut tenter... et puis... jusque là nous avons plutôt été satisfaisants dans nos déductions l’un comme l’autre non ? Nous n’échouerons pas cette fois non plus, affirma Erwin sans avoir la moindre idée de ce qui lui avait traversé l'esprit.
Sauf s'il était télépathe et ne l'avait pas dit mais vu le personnage, Honey pensait qu'il n'aurait pas manqué de faire savoir à tous qu'il avait ce don.
- J'admire votre optimisme ! Du coup, vous pourriez décapiter une tête de robot et me la rapporter s'il vous plait ?
Erwin accepta et décapita facilement d'un des Hommes de livraison, se permettant même de rire face à la facilité de la tâche. Puis il revint et déclara, le sourire toujours en coin :
- Madame est servie...
Il avait quand même des manières très charmantes quand il y mettait du sien ! Honey lui rendit son sourire avant de reprendre bien vite son sérieux. Croisant le regard de sa collègue, elle déclara :
- Lena, nous avons un millier d'adresses de livraison à changer, je crois que deux cerveaux ne seront pas de trop.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 SJ2banni-re-Honey
http://once-upon-a-time-rpg.forumactif.com/t76583-honey-honey-oh


Contenu sponsorisé




Evénement #113 : Amazonbie [Fe] - Page 4 _



________________________________________

 Page 4 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Evénement #113 : Amazonbie [Fe]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Amérique