« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Soldes d’été 2024 : trouvez les ...
Voir le deal

Partagez
 

 To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Nathan De Trémaine
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Nathan De Trémaine

| Avatar : Park Chanyeol ♥♥♥


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Lumr

I will make you a cup of coffee as you're sleeping through the storm. Dancing sweetly keeps us steady through the storm. In the soft spring on the rough sea through the wind and winter cold. I can weather life forever. If I have your hand to hold. Keep me warm through the storm.

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Wvid


| Conte : Le Petit Chaperon Rouge ☾
| Dans le monde des contes, je suis : : Le petit chaperon rouge (Nate) & Le grand méchant loup (Sam) ☾

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) 5iu3

| Cadavres : 351



To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) _



________________________________________ 2020-06-29, 15:24


To the ends of the earth, would you follow me ?

Eugénie De Trémaine & Nathan RedHood

Nathan fixait le corps d'un adolescent de 14 ans qui se tenait sur la table de la morgue. Pauvre garçon. Il ne savait pas encore pourquoi et comment cet enfant c'était retrouvé ici mais Nate n'allait pas tarder à le savoir. Deux détectives privés étaient venus demander des informations sur la mort du garçon. Pour une fois ce n'était pas ce taré de Sherlock Holmes. Juste deux détectives qu'il ne connaissait pas encore. Ce n'était pas une mauvaise chose d'avoir un peu plus de gentil parce que... Comment dire ? Nathan en avait marre de fouiller dans les corps des habitants de cette foutue ville. Il y avait toujours des morts ici. Parfois elles étaient simple, des crises cardiaques ou même des overdoses, un classique. Mais Nathan avait plus l'habitude de recevoir des corps dépouillaient ou encore en morceau qu'autre chose. Quel travail dégueulasse il fallait le dire. Le coréen avait tout fait pour avoir ce poste afin d'être tranquille. D'être sûr que personne n'allait lui raconter sa vie ennuyante. Ah personne ne parlait ici, c'était sûr. Un soupir sortit de sa bouche tandis qu'il commença son autopsie sur ce pauvre enfant. Il afficha une petite grimace, pas de dégoût, ce n'était pas la première fois qu'il voyait l'intérieur d'un corps humain mais le fait de découper un enfant le mettait rarement de bonne humeur, il fallait le dire. Il enfonça doucement son scalpel dans le ventre du garçon afin de l'ouvrir afin d'extraire quelques parties du corps. Pas besoin de détaillé. Ce n'était pas une jolie scène à voir. Mais c'était la procédure parce que cet enfant est mort injustement et la famille comptait sur Nathan et sur les détectives pour découvrir qui lui avait fait une telle chose.

Nathan examina soigneusement le corps faisant passer différent test, prenant le temps d'analyser chaque organes afin de ne rien loupé. Il apprit par un médecin qu'avant sa mort, l'enfant avait eut un acte sexuel. Acte qui n'avait sûrement pas été voulu. Un adulte avait donc violé l'enfant avant de le tuer. La police dans un premier temps avait dit que que c'était un suicide vu que le garçon avait été retrouvé pendu mais ce n'était pas le cas. L'adulte qui lui avait fait cette horreur avait pensé à tout malheureusement. Nathan prit le temps de recoudre ce dernier avant de le remettre dans son tiroir mortuaire. Il avait appelé les détectives durant la matinée et ces derniers arrivèrent en début d'après-midi. Nathan fixa les deux hommes avant de leur sourire tout en leur serrant gentiment la main.

« Vous avez fait vite, Détective Reed et Détective Richardson Kennedy. »
Il reprit directement son sérieux avant d'allé chercher le dossier du fameux Scott Williams afin de le tendre au Détective Reed. « Scott a été violé quelques heures avant que la police ne le trouve. On a l'ADN du salaud qui lui a fait ça. Il ne s'est pas suicidé. Scott est mort à cause d'un coup qu'il a reçu sur la tête. La police n'a pas vu de sang dans la maison, c'est normal. L’hémorragie était à l'intérieur de sa tête. Ça peut arriver que le coup ne fasse pas d'ouverture. » Il poussa un petit soupir. « Le ravisseur à simuler un suicide, tout simplement. »

« C'est normal, on a fait aussi vite que possible. Sur ce genre d'affaire... »
Le détective Reed finit par prendre le dossier dans un frisson de dégoût avant de l'ouvrir. Sans gêne, il donna un coup de coude dans le côté de son partenaire qui fronça les sourcils sans rien ajouter. Automatiquement le détective Richardson-Kennedy se mit à lire au dessus de l'épaule de son partenaire. « Heureusement que la police est là pour nous protéger, hein... Un suicide, on aura vraiment tout entendu. L'ADN est dans vos fichiers ? » Le détective Reed posa finalement son regard sur le corps de l'enfant qui était couvert par un drap. « ...Pauvre gosse, j'ose même pas imaginer tout ce qu'il a pu subir avant d'y passer. »

Nathan savait tout ce que Scott avait vécu avant sa mort parce que son corps était recouvert de traces. Mais il garda les détails pour lui, parce que les détectives n'avaient pas besoin de tout savoir et surtout parce que cette enquête semblait énormément toucher le détective Reed. Alors l'asiatique se contenta d'afficher une petite moue avant de voir le détective Richardson-Kennedy s'avancer vers lui. Il gardait fermement le dossier dans sa main laissant son partenaire digérer ce qu'il venait de se passer. Contrairement au détective Reed, Richardson-Kennedy semblait plus calme et plus froid malgré la situation.

« Il nous faudra le nom de l'agresseur et rapidement. »

« Bien-sûr. Une fois que l'hôpital a les résultats, ils vous contacteront. »

Conan afficha un petit sourire avant de serrer délicatement la main de Nathan fin de le remercier, tout comme Gavin avant que les deux détectives ne quittent l'endroit sans dire un mot de plus. Autant dire que la journée de Nathan n'avait pas super bien commencé. Il venait de fouiller le corps d'un gamin pour se rendre compte que c'était à cause d'un pervers sans âme qu'il s'était retrouvé dans cette morgue. La vie était injuste mais ça, il n'avait pas besoin d'exercer son métier pour le savoir. La preuve. Il entendit son téléphone sonner dans sa blouse sans attendre il le sortit afin de voir le nom qui était marqué sur son écran. Celui de sa mère. Un soupir sortit de sa bouche avant qu'il ne décroche finalement. Nate n'eut pas le temps de saluer sa mère que cette dernière se mit directement à parler.

« Nathan ! Enfin tu réponds ! Tu étais passé où encore ? »


« Bah, je travaille. »


« Enfin, on s'en fiche ! C'est une urgence, il faut que tu viennes au manoir des De Trémaine et bien habillé. Il y a une foule de journaliste devant. Ils sont en colère. »


« Qu'est ce qui se passe encore ? »

Un nouveau soupir sortit de la bouche de Nathan qui quitta finalement la morgue pour se diriger vers les vestiaires, le téléphone toujours à la main.

« Ils ne sont pas d'accord avec les fiançailles et s'amusent à ressortir des photos de ta relation avec Eugénie. Il va falloir changer ça. Pour l'image de nos deux familles, les De Trémaine et les Crawford. »

Nathan ne répondit rien à sa mère. Il se contenta de raccrocher de ranger son téléphone dans son sac. Sa relation avec Eugénie... Elle remontait à un moment maintenant. D'ailleurs sa dernière discussion avec elle aussi. Depuis leur relation, ils n'avaient plus vraiment eut l'occasion de se reparler. Parce que les parents ne voulaient plus les voir ensemble et parce que Eugénie n'arrêtait pas de fuir Nate comme la peste. Et maintenant ? Il devait retourner au manoir pour persuader une bande de vautours que les rumeurs étaient fausses ? Nathan n'avait pas vraiment le choix. Il retourna rapidement dans son appartement pour enfiler un costume avant de prendre sa moto pour rouler rapidement vers le manoir de sa fiancée et de son ex. Pire que Les Feux de l'Amour son histoire.

Une fois arrivé devant le manoir, il vit le foule devant la porte principale. Sa mère ne rigolait pas après tout. Pire que des sangsues ses journalistes. Il essaya de se frayer un chemin parmi la foule qui s'amusait à le prendre en photo et à lui poser des questions plus que ridicules du genre : ''Vous allez vous marier avec les deux sœurs de la famille ? Le bébé c'est pour quand? Nathan ne répondit à aucune question et il claqua la porte d'entrée derrière lui une fois arrivé à destination. UN soupir d'agacement sortir de sa bouche avant qu'il ne se retrouve nez à nez avec Eugénie. Elle se trouvait juste en face de lui et le coréen se raidit devant sa présence. Pourquoi son ex était ici ? La mère de Nathan arriva en courant vers eux.

« Enfin tu es là ! Parfait. On va avoir besoin de vous deux. Déjà on va vous refaire une petite beauté. »


« Je comprends pas... » lâcha finalement Nathan.

« Ce n'est pas difficile pourtant mon fils. Il va falloir que tu répondes aux questions des journaliste avec Eugénie pour leur faire comprendre que votre relation n'était qu'un pur mensonge. Qu'il n'y a rien entre vous. Puis après ça, vous aurez une séance photo pour la marque de vêtements des De Trémaine qui fera la une des journaux et montrera que c'est juste une relation professionnelle entre vous deux. »

« Quel mensonge. Mentir sur notre ancienne relation, c'est mal. Vous avez déjà tout gâché. »


La mère de Nathan n'attendit pas une seconde de plus et gifla son fils de toute ses forces juste devant les yeux de Eugénie. Madame Crawford se recoiffa rapidement les cheveux.

« Nathan, ce n'est pas le moment. Vous allez réparer vos bêtises. Un point c'est tout. »

codage by Wiise


Eugénie De Trémaine
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Eugénie De Trémaine

| Avatar : Camila Mendes

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Original

Il a le droit de poser ses mains sur ton corps
Il a le droit de respirer ton odeur
Il a même droit aux regards qui le rendent plus fort
Mets-moi la chaleur de ta voix dans le cœur


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Media

Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme
Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) 857448823f185054e227983ca5198b3d

Il aime caresser ton visage quand tu t'endors
Et toi tu te permets de dire encore encore
Je sais que ce qui ne tue pas nous rend plus fort
Mais moi, mais moi je suis déjà morte


| Conte : Cendrillon
| Dans le monde des contes, je suis : : Javotte De Trémaine

| Cadavres : 69



To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) _



________________________________________ 2020-07-24, 20:31

To the ends of the earth, would you follow me ?
Nathan & Eugénie
Le reflet dans le miroir lui renvoya une image difforme d'elle-même et elle détourna le regard pour ne pas l'affronter. Ses épaules étaient trop grosses, elles semblaient ressortir sur son corps trop maigre. Elle avait encore maigri mais c'était une bonne chose, elle ne voyait plus ses jambes comme d'affreux poteaux et ses bras comme de gros trucs qui pendaient de chaque côté de son corps. Elle avait contrôlé sa prise et sa perte de poids pour que ce ne soit pas trop visible. Elle ne voulait pas se rendre malade ou même mourir à cause de carences. Mais elle était à la limite. Elle en avait conscience. Ses bras n'étaient pas encore totalement que des os, ils étaient musclés grâce au sport qu'elle faisait quotidiennement. Mais toute masse graisseuse avait disparu. Elle contrôlait tout ce qu'elle mangeait, tout ce qu'elle perdait. Son contrôle n'avait aucune limite. Mais elle avait perdu ces dernières semaines, la robe qu'elle avait essayé le mois dernier pour le mariage était trop grande et la couturière ne cachait pas son embarras et son inquiétude.

"Je suis navrée mademoiselle Eugénie, j'étais pourtant certaine des mesures que j'avais prises la dernière fois..."

La jeune femme esquissa un sourire en secouant la tête.

"Ce n'est rien Babette, j'aurais perdu un peu de poids. Faites donc les retouches sur ma taille actuelle et je ferais attention pour ne pas reprendre ou ne pas perdre plus."

La couturière hocha la tête avec un sourire de remerciement.

"Tâchez de ne pas perdre plus ou vous ressemblerez à un squelette. Vous qui êtes si jolie comme ça. Vous n'avez pas besoin de perdre mademoiselle."

Eugénie poussa un soupir lassé en levant les yeux au ciel, c'était certain que vu son poids à elle, de son point de vue, elle n'avait pas besoin de perdre. Mais sa mère la rabaissait constamment et la trouvait trop grosse le mois dernier. Elle releva d'ailleurs les yeux quand cette dernière entra avec un sourire satisfait.

"Voilà qui est mieux. Cette robe te va à merveille désormais."

Adélaïde lui tourna autour comme un vautour tout en la détaillant.

"Tu ressembles presque à quelque chose. On va peut-être pouvoir faire quelque chose de toi finalement. Enfile ça."

La jeune femme sera les dents sous les mots assassins de sa mère avant de retirer la robe qui l'habillait pour mettre celle qu'elle lui tendait. C'était une robe blanche toute simple, comme pour rappeler la pureté qu'elle avait pu avoir autrefois. Elle l'observa une nouvelle fois en hochant la tête de satisfaction.

"Je pense que ça fera l'affaire.", elle s'approcha de sa fille et enserra sa taille d'une ceinture. "On ne peut pas racheter ta pureté mais au moins, tu as l'air candide dans cette tenue. Et c'est ce que nous voulons."

Qu'est-ce qu'elle mijotait encore ? Eugénie eut la désagréable impression que sa mère tentait d'organiser quelque chose contre sa volonté et cela ne lui plaisait pas.

"Que suis-je censée faire dans cette tenue mère ?"

Elle esquissa une petite moue dégoûtée, c'était bien loin de ce qu'elle portait habituellement. Elle avait l'air d'une enfant dans cette robe. Elle qui avait l'habitude de porter des robes avec un minimum de décolleté voilà qu'elle avait l'impression de ressembler à une nonne. Adélaïde poussa un soupir agacé et se tourna vers sa fille, impérieuse.

"Écoute-moi bien attentivement. Le mariage de ta sœur est en danger à cause de votre petite amourette d'adolescence. Les journaux ont trouvé des photos. Comment ? Je l'ignore. Mais tu vas me faire le plaisir d'aller donner une interview et démentir tout ça. Est-ce clair ?"

Eugénie écarquilla les yeux de surprise et ne put que hocher la tête, trop abasourdi pour contester les ordres.

"Limpide."

Elle emboîta le pas à sa génitrice et descendit le grand escalier de marbre. Elle ne savait pas exactement ce qui l'attendait en bas mais quand elle vit Nathan entrer dans le grand hall du manoir son cœur rata un battement. Non. Pas lui. C'était impossible. Elle se tourna vers sa mère le regard suppliant, tout ce qu'elle voudrait mais pas avec lui. Mais Madame Crawford répondit à ses questions muettes, ses jambes se mirent à trembler alors que son regard n'arrivait pas à lâcher Nathan. Il était encore plus beau que dans ses souvenirs. Elle avait tout fait pour ne pas le voir ces dernières années. Il l'avait aidé en s'enfuyant de chez ses parents mais aujourd'hui, il était là, devant elle et ils allaient devoir poser ensemble. Elle lança un regard désespéré à sa mère. Tout mais pas ça. Pas un shooting photo. Elle ne put retenir un hoquet de surprise et posa la main sur sa bouche quand Nathan se fit gifler par sa mère. Tout était tellement injuste. Adelaïde lui lança un regard noir d'avertissement et s'approcha de Nathan avec un grand sourire.

"Ce ne sera qu'une petite formalité. Après tout, l'enfant n'a pas survécu. Heureusement pour nous la fausse couche d'Eugénie nous a tous sauvé."

La jeune femme se sentit pâlir alors que le monde commençait à tourner autour d'elle, elle dut se raccrocher à la rambarde à côté d'elle pour ne pas tomber. Comment faisait-on pour respirer déjà ? Tous les souvenirs qu'elle avait tentés d'oublier remontèrent à la surface. L'amour qu'elle avait porté à Nathan, qu'elle lui portait encore d'ailleurs. Les moments qu'ils avaient passé ensemble, la tendresse qui les avait liés. Et cet enfant qui n'avait jamais vu le jour. Elle n'avait jamais rien dit à Nathan. Jamais. Madame Crawford, elle, semblait être parfaitement au courant puisqu'elle hochait la tête en piaillant.

"Oui, oui. La meilleure chose qui ait pu arriver pour l'avenir de nos deux maisons."

Eugénie lança un regard assassin à la mère de Nathan. Comment osait-elle ? Quelle différence cela faisait pour elle l'une ou l'autre des jumelles ? Bien sûr que si c'était important. Cassandre était dans la lumière. Pas elle. Elle n'était rien. Et on le lui rappelait constamment. Elle se reprit et redressa la tête fièrement.

"Une aubaine vraiment", lâcha-t-elle acide en ignorant le regard d'incompréhension de Nathan. "Mais il ignorait tout, mère."

L'actrice qu'elle était posa une main gênée sur ses lèvres.

"Oh seigneur ! Je pensais pourtant... Je suis navrée. Vraiment."

Mais au regard qu'elle lança à sa fille, elle ne l'était pas du tout. Eugénie posa les yeux sur son ancien amour et tenta de garder son masque de froideur au maximum.

"Je t'expliquerais tout plus tard. Pour l'heure nous avons une interview à donner."

Sans un regard ou un mot de plus, elle se dirigea vers le grand salon où les attendait déjà une journaliste à l'air affable. Elle se leva à leur arrivée et ils s'installèrent dans le grand canapé en cuir du salon vert, aussi loin l'un de l'autre que possible. Elle ne voulait surtout pas le toucher ou même pouvoir sentir l'odeur de sa peau. Elle était toujours aussi sauvage que dans son souvenir. Il y avait cette petite touche boisée qui lui plaisait tant. Elle s'obligea à ne pas fermer les yeux pour savourer un peu plus son parfum. Elle se retenait également de se rouler en boule pour pleurer sa détresse. La douleur que l'annonce de sa mère avait remonté en elle. Elle tourna néanmoins un sourire éclatant à la journaliste. Parfaitement faux. Tout était faux chez elle.

"Monsieur Crawford, Mademoiselle De Trémaine. Bonjour. Je suis ravie d'être ici pour cette interview. J'aimerais revenir sur certaines rumeurs qui circulent si vous le voulez bien."

Elle posa sur eux un regard curieux accompagné d'un sourire marketing.

"Est-ce vrai que vous avez entretenu durant votre adolescence ?"

Le souffle de la jeune femme se coupa dans sa poitrine. Elle savait qu'elle devait mentir. Elle avait l'habitude de le faire. Mais cette fois-ci, ce n'était pas aussi facile. Elle serra légèrement les poings avant de commencer la comédie. Sa mère voulait qu'ils règlent cette histoire ? Très bien. Elle allait détruire cette relation. Aux yeux de tous. Et peut-être qu'après ça, Nathan la détesterait suffisamment pour ne pas lui poser de question. Pour ne rien demander. Pour la laisser seule et retourner filer le parfait amour avec Cassandre. Qu'il la haïsse, c'était tout ce qu'elle souhaitait à présent. Parce que le reste aurait été beaucoup trop douloureux. Elle haussa donc un sourcil narquois et afficha une moue dédaigneuse.

"Une relation ?", elle laissa échapper un ricanement hautain. "Je ne crois pas non. Je n'ai jamais été attiré par les hommes frêles et sans charmes. C'est le faible de ma sœur. Je préfère les hommes avec plus de charisme. Et c'était déjà le cas lorsque j'étais adolescente. Désolée de vous décevoir mais il n'y a jamais rien eu et il n'y aura jamais rien d'autre qu'une relation professionnelle entre Monsieur Crawford et moi-même."

Une moue dégoûtée traversa son visage alors qu'elle posait les yeux sur Nathan sous le regard surpris de la journaliste qui semblait en avoir perdu le fil de ses questions. Eugénie détourna le regard et cacha l'ombre de culpabilité qui traversait son regard alors qu'elle accablait l'amour de sa vie.
code by exordium.



Nathan De Trémaine
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Nathan De Trémaine

| Avatar : Park Chanyeol ♥♥♥


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Lumr

I will make you a cup of coffee as you're sleeping through the storm. Dancing sweetly keeps us steady through the storm. In the soft spring on the rough sea through the wind and winter cold. I can weather life forever. If I have your hand to hold. Keep me warm through the storm.

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Wvid


| Conte : Le Petit Chaperon Rouge ☾
| Dans le monde des contes, je suis : : Le petit chaperon rouge (Nate) & Le grand méchant loup (Sam) ☾

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) 5iu3

| Cadavres : 351



To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) _



________________________________________ 2020-09-04, 15:00


To the ends of the earth, would you follow me ?

Eugénie De Trémaine & Nathan RedHood

Sa mère lui avait toujours dit quand il était enfant, qu'il était promis à une grande vie. Que avec sa tendresse naturelle, il n'aurait pas de mal à se faire des amis. Qu'il n'aurait aucun mal d'être entouré de personnes importantes et qu'un jour il fondrait à son tour sa propre famille. Que Nathan aurait la chance de raconter de bonnes histoires à ses enfants et que sa mère serait fière d'être la grand-mère de ses enfants. Parce qu'elle savait que Nate aurait des enfants tout aussi adorable que lui. Et une phrase, le coréen venait d'apprendre que rien de tout cela ne serait possible. Sa mère biologique était morte depuis bien longtemps maintenant et il avait perdu un enfant dont il ignorait l'existence. Il sentit une faiblesse dans ses jambes mais resta difficilement debout. Sa vue se brouilla légèrement et il sentit comme une brûlure se répandre dans sa poitrine. Son corps lui paraissait si lourd actuellement, comme si la gravité s'était envolé en seulement quelques secondes. Il déglutit difficilement continuant de fixer le mur qui se tenait en face de lui. Ce qui le mettait le plus en colère dans cette histoire, c'était le comportement infecte des mères. Tout ça pour ce foutu mariage. Pour Cassandre qui détestait tout simplement Nathan. Il n'y avait pas d'amour entre les deux. A chaque fois qu'ils se voyaient, c'était pour se cracher sur la figure. Alors qu'avec Eugénie, tout avait été si différent. Nathan se souviendrait toujours de la première fois qu'il l'avait vu pleuré à l'arrière de sa villa. Il n'avait jamais su pourquoi mais c'était la première fois qu'il avait vu Eugénie aussi... humaine. Il s'était simplement rapproché d'elle et s'était assis sans dire un mot alors que la jeune femme avait pleuré de longues minutes avant de se calmer. Il avait essayé de la faire mais Eugénie était une femme fière. Elle avait rapidement séché ses larmes avant de tourner le dos à l'asiatique pour enfin disparaître dans la villa. Voilà comment il était tombé amoureux d'elle.

Nathan venait souvent la voir en secret pour discuter. Souvent il se faisait un monologue mais cela ne l'avait jamais dérangé. Puis de fil en aiguille, leur histoire était allé un peu plus loin. D'abord ils s'étaient tenues la main, puis vint ensuite un baiser et ils avaient finis par faire l'amour. Eugénie avait été la première fois de Nathan et il souviendrait toujours de ce moment doux et stressant. Ils avaient toujours eut peur de se faire prendre. Il n'aurait jamais pensé que Eugénie tomberait enceinte. Il n'aurait jamais pensé que leurs parents feraient tout pour les séparer. Mais maintenant, il le savait. Il savait à quel point leur mères étaient vicieuses. Ils ne s'étaient pas croisés depuis des années. Et maintenant voilà que Nathan se tenait devant elle alors qu'il venait d'apprendre la mort de son enfant. Ils pouvaient enfin se revoir mais seulement pour taire des rumeurs qui étaient totalement vrai. La vie était injuste, vraiment trop injuste.

Nathan ne dit plus un mot depuis l'annonce, il se contenta de suivre Eugénie vers le salon, là ou se trouvait la journaliste qui paraissait aussi fausse que la relation entre sa famille et celle de Eugénie. Il salua poliment la journaliste avant de s'asseoir sur le canapé, loin de Eugénie. Il ne devait pas éveiller les soupçons et actuellement, il n'avait qu'une seule envie, prendre la jeune femme dans ses bras. Mais d'abord il devait se charger de cette journaliste. Elle posa sa question et Eugénie y répondit en premier. Nathan serra doucement sa mâchoire afin de calmer la colère qu'il ressentait actuellement. Il savait que Eugénie était méchante avec lui mais pour la bonne cause, elle ne pensait pas un mot de ce qu'elle disait. Alors pourquoi cela lui faisait mal d'entendre ce genre de chose ?

La journaliste restait aussi silencieuse que Nathan pour le coup, elle resta un moment sans dire un mot avant de simplement se racler nerveusement la gorge avant de se tourner vers Nathan, en affichant son faux sourire une nouvelle fois.

« Je vous trouve très silencieux, Monsieur Crawford. Vous êtes d'accord avec ce qu'elle dit ? »

« Bien-sûr. C'est une relation totalement professionnelle que j'ai avec Mademoiselle De Trémaine. Nous nous connaissons depuis le plus jeune âge tout simplement. »

Le coréen était déjà fatigué de cette interview, surtout avec ce qu'il venait d'apprendre. Il voulait en finir au plus vite alors il garde un visage impassible avant de se pencher doucement vers la journaliste tout en remettant correctement sa veste de costume.

« Je vous conseille de vous trouver d'autres victimes de ragots. N'oubliez pas que je suis fiancé à Cassandre et non Eugénie. Continuez à vous immiscer dans notre vie privée à tous les deux et je vous poursuis en justice. »

La jeune femme fixa un long moment Nathan sans rien dire avant de finalement écrire la réponse du coréen dans un silence qui pour une fois ne faisait pas de mal au jeune Crawford. Elle termina d'écrire les réponses avant de refixer une nouvelle fois les personnes qu'elle interrogeait.

« Vous savez, personnes ne croient à votre relation avec Cassandre. Vous n'avez pas l'air amoureux ensemble. Alors que la façon dont vous regardez Eugénie... »

Nate coupa sans aucune gêne la phrase de la journaliste.

« Je n'ai rien à prouver à personne. Pas même mon amour pour Cassandre. C'est ma fiancée alors un minimum de respect s'il vous plait. »

La femme se contenta de fixer longuement Nathan sans dire un mot. Il savait que ses mots crus ne calmeraient pas des vautours comme elle. Que d'autres reviendraient pour en savoir plus sur cette histoire croustillante. Nate était juste épuisé de mentir encore et encore sur sa vie. Il portait un faux nom qui n'était pas le siens. Nathan Crawford... Son vrai nom était pourtant Park Minho. Il devait prétendre aimer ses parents d'adoption, aimer Cassandre et mentir sur son passé avec Eugénie. Un soupir sortit de sa bouche tandis que la journaliste salua Eugénie et Nathan avant de quitter fièrement la pièce. Ce fût la mère de Nate qui entra dans la salon après le départ de la journaliste. Elle afficha un énorme sourire.

« Comment tu as défendu ta fiancée... Je suis fière de toi mon fils. Notre éducation a enfin porté ces fruits. Tu deviendras un grand homme, un grand gentleman. »


« Si être un gentleman signifie mentir, je passes mon tour. Ne me rappelez plus pour des histoires pareilles, mère. »


Elle afficha un air outré alors qu'elle planta son regard dans celui de son fils avant de se mettre devant lui afin de l'empêcher de partir. Sans attendre, elle leva ses mains vers Nathan et l'asiatique ferma les yeux par habitude. Il se faisait souvent gifler par sa mère après tout. Mais Madame Crawford ne leva pas la main sur lui, elle se contenta de remettre correctement la cravate de son fils.

« Cesse de faire l'enfant, surtout dans une maison qui n'est pas la tienne. Cette union n'est que bénéfice pour nos deux familles. Cassandre est belle et intelligente. C'est la femme rêvé, tu ne penses pas mon fils ? »

« Comment vous osez me dire ce genre de chose alors que je viens d'apprendre que j'avais un enfant et qu'il est mort depuis un moment maintenant ? »


Nathan haussa le ton ce qui eut le don de surprendre sa mère qui sursauta légèrement. Sans attendre, le coréen attrapa doucement le bras de Eugénie avant de la tirer rapidement à l'extérieur de cette pièce. Il marcha rapidement hors de la demeure des De Trémaine avant de s'enfoncer dans la petite forêt qui séparait la bâtisse des De Trémaine et celle des Crawford. Il décida alors de s'arrêter subitement devant un petit ruisseau et lâcha finalement le bras de la pauvre femme. Il resta un moment le dos tourné avant de plonger son regard dans celui de la jeune femme.

« Je suis vraiment désolé, Eugénie. Pour tout ce que tu as traversé à cause de moi. »

Il était conscient que si Nate n'avait pas désobéit à sa mère à l'époque et n'aurait pas fugué, il n'aurait jamais croisé Eugénie en train de pleurer. Il savait que c'était lui qui revenait la voir pratiquement tous les jours pour parler. Nathan savait que son cœur était destiné pour Cassandre et non pour Eugénie et pourtant, il était allé jusqu'au bout de l'aventure et voilà le résultat. Eugénie se retrouvait seule, elle avait perdue Nathan et leur enfant. Sans attendre, le coréen s'agenouilla devant la jeune femme pour prouver à quel point il était navré de tout ce qu'il lui avait fait subir. Il serra les deux mains de Eugénie dans sa grande main avant de poser son front sur ces derniers tout en fermant les yeux.

« Pardonne-moi... »

codage by Wiise


Eugénie De Trémaine
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Eugénie De Trémaine

| Avatar : Camila Mendes

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Original

Il a le droit de poser ses mains sur ton corps
Il a le droit de respirer ton odeur
Il a même droit aux regards qui le rendent plus fort
Mets-moi la chaleur de ta voix dans le cœur


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) Media

Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme
Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort


To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) 857448823f185054e227983ca5198b3d

Il aime caresser ton visage quand tu t'endors
Et toi tu te permets de dire encore encore
Je sais que ce qui ne tue pas nous rend plus fort
Mais moi, mais moi je suis déjà morte


| Conte : Cendrillon
| Dans le monde des contes, je suis : : Javotte De Trémaine

| Cadavres : 69



To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) _



________________________________________ 2020-09-30, 21:55

To the ends of the earth, would you follow me ?
Nathan & Eugénie
L'interview se poursuivit, Eugénie se murant dans un silence équivoque. Cette journaliste commençait sérieusement à l'agacer et ses insinuations étaient blessantes. Comme si Nathan la regardait réellement avec plus de tendresse qu'il ne regardait Cassandre. Il y avait bien longtemps qu'ils ne se parlaient ou ne se regardaient plus. Il allait se marier avec sa jumelle et elle devait l'accepter. Il n'y avait pas de retour en arrière possible. Elle resta impassible lorsque le jeune homme prit la défense de sa fiancée et se leva sans un mot quand l'entrevue se termina, elle ne voulait plus passer une minute de plus dans cette pièce. Surtout pas pour entendre Madame Crawford féliciter son fils alors qu'elle l'avait giflé à peine une heure avant. Tous ces faux semblants commençaient à la fatiguer sérieusement.

Elle se demandait encore parfois ce qu'elle faisait dans ce monde de fou avant de se rappeler qu'elle n'avait finalement pas vraiment le choix que de rester. Sa mère ne lui permettrait certainement jamais de quitter son giron ou du moins, pas vivante. Elle savait le monde dans lequel elle évoluait particulièrement implacable. La moindre erreur était gravement punie et souvent la mort était le châtiment. Elle-même n'avait plus aucun problème à croiser le regard de la mort, encore moins depuis qu'elle connaissait Aguistin. Le trafic d'être humain qu'elle dirigeait sous l'œil intransigeant de Lady De Trémaine ne laissait que peu de place aux sensibleries. Elle ne pouvait pas se le permettre, elle n'avait de toute manière jamais pu se laisser aller. Les sentiments n'étaient pas une chose écoutable, elle devait contrôler sa vie, tout était contrôlable. Son corps, ses émotions, même ce que les autres pensaient. Elle jouait les insensibles et au fond peut-être l'était-elle réellement devenue.

L'accusation de Nathan la figea sur place, il l'aurait giflé qu'elle n'aurait pas eu de réaction différente. Elle le fixa sincèrement surprise par la véhémence des propos qu'il tenait à sa mère. Et elle fut encore plus surprise par la main sur son bras. Sans qu'elle puisse réagir, elle se fit traîner à l'extérieur de la pièce et du manoir jusque dans la forêt. Elle ne chercha pas non plus à l'arrêter, trop choquée pour retrouver sa verve et son mordant habituel. C'était assez déroutant de constater l'effet que la présence de Nathan à ses côtés pouvait avoir sur elle. Elle se revit à seize ans alors qu'elle fixait le dos du jeune homme. Son premier amour. Son seul amour. Elle baissa les yeux, honteuse, alors que son regard se plongeait dans le sien. Elle les releva néanmoins très vite lorsqu'il s'excusa, incrédule. Pourquoi est-ce qu'il faisait ça ? Elle le vit s'agenouiller devant elle alors qu'il lui demandait de lui pardonner.

Mais de quoi ? Sans lui, elle n'aurait jamais su ce qu'était l'amour véritable. Elle n'aurait jamais connu le bonheur de porter un enfant en elle. Son enfant. À lui. Et elle l'avait perdu. Une larme roula silencieusement sur sa joue alors que les images d'horreur lui revenait en tête, alors qu'elle revivait ces moments de pure épouvante. Elle pouvait à nouveau sentir la douleur dans ses entrailles et la peur panique en voyant tout le sang sur ses cuisses. Elle se laissa tomber à genoux à son tour, les larmes coulant librement sur ses joues. Elle colla son front contre celui de Nathan, fermant les yeux une seconde avant de les rouvrir, prête à parler, à affronter cet événement tragique.

"Pourquoi tu t'excuses ? Tu n'es en rien responsable de tout ça. La seule chose dont tu es coupable, c'est de m'avoir rendu heureuse, de m'avoir fait connaître l'amour véritable et de m'avoir aimé, tout comme je t'ai aimé, chaque jour un peu plus. Tu n'as rien à te faire pardonner", murmura-t-elle en caressant tendrement sa joue. "C'est plutôt à moi de m'excuser. Je...", sa voix se brisa alors qu'elle tentait vainement de retenir les larmes qui dévalaient ses joues, les lèvres tremblantes, incapable de continuer. "Je n'ai pas trouvé la force de te le dire", reprit-elle la voix cassée par les pleurs. "Je... On devait se retrouver cette nuit là, tu te rappelles ?", son regard accrocha celui de son ancien amour pour qu'il confirme. Pour qu'il lui dise qu'il se souvenait. "Mais je ne suis jamais venue", une pointe d'amertume vrilla dans sa voix. "J'aurais tout donné pour y être, je te le jure. Je ne t'ai pas fais faux bond ce jour là. Je voulais vraiment m'enfuir avec toi. J'allais même t'annoncer que j'étais enceinte. On aurait pu vivre une vie tous les deux. Juste toi et moi.", ses doigts cherchèrent ceux de Nathan pour les serrer doucement, pour lier cette promesse. "Mais je... c'est cette nuit là que... Je l'ai perdu", un sanglot s'étouffa dans sa gorge alors qu'elle baissait la tête à nouveau. "Je suis tellement désolée, si tu savais à quel point. J'ai été incapable de garder ton enfant en moi. Incapable de faire grandir le fruit de notre amour."

Ses pleurs secouaient ses épaules. Le désespoir l'enveloppant pleinement. Mais elle devait continuer, il devait connaître toute l'histoire, il avait le droit de savoir.

"Quand c'est arrivé, j'ai paniqué... J'ai cru mourir ce jour là. Et bien entendu ma mère a été prévenue. Alors... il n'était plus question pour moi de tenter de m'enfuir. J'en étais incapable.", son regard était fuyant, elle fixait tout sauf son visage. Son si beau visage, ses yeux si doux qu'ils semblaient remplis uniquement de bonté. Et elle était en train de briser son âme avec son histoire. Son âme si pure. "Je suis restée alitée plusieurs jours après ça et ensuite... ma mère m'a envoyé dans un pensionnat en Suisse. M'interdisant de te revoir par la même occasion."

Eugénie renifla doucement avant d'oser plonger son regard à nouveau dans celui du jeune homme.

"Je suis sincèrement désolée, Nathan. Désolée de ne pas avoir été à la hauteur. Désolée d'être celle que je suis. Peut-être que dans d'autres circonstances, j'aurais pu être celle qu'il te fallait mais...", ses lèvres se serrèrent sous la rage et le dégoût d'elle-même. "Ta mère l'a parfaitement décrit, Cassandre est parfaite. Elle est belle et intelligente. C'est la plus... sociale et brillante de nous deux. Elle saura te rendre heureux."

Elle serra les mains du jeune homme entre les siennes alors qu'elle se penchait doucement en avant, les joues encore mouillées de ses larmes. Elle posa délicatement ses lèvres sur celles de Nathan avant de se reculer lentement.

"Je te souhaite sincèrement d'être heureux avec elle. Vous le méritez. Tous les deux. Et merci. Merci d'avoir été mon premier amour, merci de m'avoir apporté autant de joie dans ma vie. Bien plus que je n''aurais dû. Plus que ce que je méritais."

Elle aurait écouté son cœur et sa folie, elle lui aurait proposé de s'enfuir avec elle à l'instant même. Mais elle n'était plus l'adolescente qu'elle avait été, elle avait des devoirs à remplir, des personnes comptaient sur elle. Et même si son cœur se brisait chaque jour un peu plus en voyant sa sœur aux côtés de l'homme qu'elle aimait, elle avait choisi de suivre la voie qu'on avait tracée pour elle. Rien de plus. A quoi pouvait-elle prétendre d'autre de toute manière ?

code by exordium.



Contenu sponsorisé




To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan) _



________________________________________

 Page 1 sur 1

To the ends of the earth, would you follow me ? (eugéniexnathan)





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations